Aller à la barre d’outils

Alors que des laboratoires envisagent de lâcher dans les champs des insectes OGM issus du forçage génétique – malgré les risques inédits et potentiellement dramatiques posés par cette nouvelle technique –, POLLINIS s’inquiète des termes utilisés par l’Autorité de sécurité des aliments de l’Union européenne (EFSA) dans une consultation publique.

Préparant déjà un cadre règlementaire pour la mise sur le marché d’une nouvelle génération d’insectes OGM issus du forçage génétique (en anglais gene drive modified insects), la Commission européenne a demandé à l’Autorité de sécurité des aliments de l’Union européenne (EFSA) de déterminer dans quelle mesure les protocoles d’évaluation du risque des OGM traditionnels pouvaient s’appliquer à ces nouveaux OGM.

Inquiète de voir libérer dans la nature des abeilles et autres pollinisateurs génétiquement modifiés – en réalité, sans aucune maîtrise des conséquences –, POLLINIS a participé à la consultation publique ouverte par l’EFSA sur son travail d’évaluation et a envoyé ses commentaires le 24 avril dernier.

Le doryphore, ses oeufs et ses larves sont une ressource alimentaire pour plusieurs autres espèces d’insectes parmi les coléoptères et les hémiptères.

Lâcher dans la nature des doryphores modifiés par forçage génétique pour éradiquer les populations naturelles déséquilibrerait des pans entiers de l’écosystème.


Disséminer dans la nature sans connaître les risques?

L’association pointe les dangereuses conséquences de la proposition de l’EFSA. En effet, cette dernière reconnaît des « incertitudes » et des « risques inconnus » liés au forçage génétique. Elle note par ailleurs qu’aucun test en laboratoire ne permet d’évaluer les effets imprévisibles d’une dissémination de ces organismes modifiés dans la nature.

Pourtant, elle envisage bel et bien cette dissémination, en l’accompagnant simplement de mesures d’atténuation (mitigation measures) et de checklists des risques éventuels (risk hypotheses and pathway to harm) pour limiter les risques « à un niveau acceptable »…

Selon cette logique, donc, puisqu’il est impossible de connaître l’ensemble des risques en laboratoire, il faudrait immédiatement faire l’expérience dans la nature… même sans moyen d’anticiper des risques qui sont – de l’aveu même de l’EFSA – inconnus…

Les risques déjà connus incluent pourtant la modification irréversible d’espèces et des pans entiers de la biodiversité ou l’éradication de certaines populations animales.

Des experts désignent d’ailleurs le forçage génétique comme une « technologie d’extinction ».

Dans ses commentaires, POLLINIS rappelle que, dans ces conditions, le principe de précaution impose d’interdire toute dissémination d’OGM issus du forçage génétique.

Une technologie imprévisible à garder confinée

Ces nouvelles technologies de « forçage génétique » (gene drive) permettent de lâcher dans la nature des organismes génétiquement modifiés qui vont, en se reproduisant avec leurs congénères naturels, imposer leurs modifications génétiques à toute leur descendance.

De cette façon, ces modifications peuvent, en quelques générations, faire complètement disparaître les individus « naturels ».

Dans le domaine agricole, les premières applications envisagées de cette technologie comptent la libération d’insectes dits « nuisibles » modifiés génétiquement pour engendrer une progéniture stérile. Ainsi, en quelques mois, toute une population d’insectes pourrait être définitivement anéantie.

Les citoyens, absents du débat

Supprimer une espèce, même qualifiée de « nuisible », entraîne forcément un bouleversement de l’écosystème, avec de probables conséquences délétères insoupçonnées : occupation de la niche écologique laissée vacante par d’autres « nuisibles », disparition d’espèces dépendant de celle éradiquée (parce qu’elle constitue leur ressource alimentaire, par exemple), etc.


La complexité des écosystèmes et la multiplicité des connections dans l’écosphère sont telles qu’aucune expérience scientifique ni aucune simulation n’est aujourd’hui capable de révéler tous les risques possibles.

Dans ses commentaires, POLLINIS estime enfin que le public doit impérativement être informé de ces nouvelles techniques génomiques qui pourraient bouleverser la faune, la flore et la santé humaine.

L’association souligne que les citoyens doivent être impliqués dans ce débat qui touche à la nature même du vivant, aux côtés des biologistes et toxicologues, mais aussi de représentants des sciences sociales : sociologues, philosophes, éthiciens…

Qui est Pollinis ?

« POLLINIS est une ONG indépendante, financée exclusivement par les dons des citoyens, qui agit pour la protection des abeilles domestiques et sauvages, et pour une agriculture qui respecte tous les pollinisateurs.

Fondée en 2012 par quelques citoyens engagés et bénévoles, l’association rassemble aujourd’hui plus d’1,3 million de sympathisants à travers l’Europe et plus de 20 000 donateurs qui garantissent son indépendance absolue.»

Partout dans le monde, les scientifiques s’alarment : les insectes sont en train de disparaître à un rythme effarant et les conséquences pourraient être catastrophiques pour l’ensemble du vivant. Au cœur de cette hécatombe, les pollinisateurs, indispensables aux écosystèmes, à notre agriculture et sécurité alimentaire.

Pour contribuer à enrayer cette extinction de masse, POLLINIS agit en France et au niveau européen pour :

– faire interdire tous les pesticides « tueurs d’abeilles » et permettre aux agriculteurs de mettre en place des modes de production capables de couvrir nos besoins alimentaires avec des produits sains tout en respectant l’environnement et la biodiversité ;



– restaurer d’urgence l’habitat des pollinisateurs sauvages et leurs ressources alimentaires dans un environnement non-pollué et diversifié ;

– sauver les abeilles à miel locales d’Europe au cœur des milieux naturels dans lesquels elles ont évolué depuis des millénaires.

Jusqu’à quel point ?

Jusqu’à quel point allons-nous laisser cette engeance maudite pourrir notre habitat commun : la Terre?

Je parle des cinglés de chez Google, qui visent à l’immortalité, ou du Bill Gates, qui projette de vacciner 7 milliards d’humains, ou encore d’Elon Musk qui, en bon petit soldat, expédie dans l’espace des milliers de satellites pour rendre efficiente la 5Georgette, La 5Georgette dévoreuse d’oxygène, etc.

Mais c’est quoi cette équipe diabolique ? Demain les insectes, après-demain les mammifères, et le jour d’après les humains ? Et quelles autres dingueries encore, leurs esprits détraqués iront-ils imaginer pour notre plus grand malheur ? Marguerite Rothe

Péril en la demeure | Insectes OGM issus du forçage génétique, futures propriétés brevetées par Bayer-Monsanto


Que pensez-vous de cet article ? Inscrivez-vous et rejoignez la conversation




Merci à tous pour votre soutien.

Beaucoup d'entre vous sont avec moi, par le coeur et la pensée, et je vous transmet ma gratitude.

Vous pouvez assurer la continuité de ce site de plusieurs manières : En partgeant les articles que vous ave aimé. En achetant vos livres sur Amazon via ce site. Ou, si vous en avez la possibilité, en faisant un don (si minime soit-il). Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...


Votre aide est importante pour continuer...




ELISHEAN777 Communauté pour un Nouveau Monde  © Elishean/2009-2020


Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Imaginer un Nouveau Monde © Elishean 2009 - 2020

CONTACT

Vous pouvez nous envoyer un e-mail et nous vous répondrons dès que possible.

En cours d’envoi
eleifend suscipit massa consectetur risus odio mattis dolor quis at
ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

%d blogueurs aiment cette page :