Résonance

Les 33 arches de résonance de l’âme – 27ème arche

Vingt-septième Arche : Surmonter les attracteurs quantiques négatifs

Le monde est un. Nous existons ensemble dans une singularité de l’espace-temps. Du point de vue de chaque individu, il n’existe pas d’univers alternatif et il n’y a pas d’univers alternatif L’univers physique de l’espace et du temps, des ondes et des particules, de l’énergie et de la matière, est notre support de croissance évolutive mutuellement créé.

Tout le monde mérite de réussir, et la douleur n’est pas nécessaire. La douleur et la peur, ou l’amour et la joie, employés comme styles alternatifs de croissance évolutionnaire linéaire, sont des moyens de croissance très divergents. Ils sont paradoxaux, contradictoires et s’excluent mutuellement dans une large mesure. Pourtant, des paradigmes de temps mutuellement exclusifs peuvent relativement coexister dans un univers de singularité, une Terre globale, avec tous ses ingrédients divers et concentrés.

La diversité de la Terre peut croître comme un tout. Il n’y a pas besoin de bifurcations terrestres futures. Nous pouvons presque tous, si ce n’est tous, réussir dans cette vague, mais seulement si nous la surmontons en participant au changement des tendances négatives existantes.


Une grande vague arrive, une vague d’énergie volontaire quantique, co-active, co-créative, à facteur multiplicateur. C’est un accélérateur de l’évolution.

Il y a trois dominations majeures d’espace-temps dans notre sphère, qui convergent, culminent et coopèrent de manière co-créative dans l’événement de la vague à venir : Terrestre, humain et spirituel. La convergence de trois futurs possibles majeurs est amplifiée par les trois domaines majeurs d’évolution de construction de résonance.

Tout ne dépend pas de chaque individu, nous faisons chacun notre part, à notre manière. Nous ne sommes pas seuls. Une partie de la nature de la vague d’accélération de l’évolution est que les forces co-créatrices de l’univers s’amplifient pour nous et avec nous. Personne n’est un spectateur, tout le monde est un participant, tout le monde fait partie du mélange total, de l’équation complète.

L’intervention divine existe, mais seulement en résonance avec nos signaux initiés. La spiritualité humaine existe, et les âmes humaines sont des fragments, à l’image, du créateur, des holismes dans la création.

L’académisme séculier ignore ce qu’il ne peut pas calculer et refuse de reconnaître l’évolution au-delà des termes newtoniens, réduisant la spiritualité et l’âme humaines à « ce que font les cerveaux ». Il s’agit d’un paradigme incomplet qui favorise la dé-responsabilisation spirituelle de l’homme.

Les religions et la spiritualité traditionnelles nient souvent le pouvoir de la participation individuelle, réduisant les âmes à des troupeaux de moutons tacitement acceptés, unilatéralement soumis à la volonté de Dieu, des âmes qui ne sont pas capables d’avoir un impact trop « indépendant » et à qui on interdit d’en avoir trop, bien qu’elles aient la volonté libre de se soumettre toutes à la volonté de Dieu, leur propre volonté n’étant pas importante.


Le système est défini par son degré de forces courroucées attribuées à l’œuvre de Dieu, dans une guerre divine visant à détruire violemment les impurs, les pollués, les mauvaises personnes, afin de reconstruire. Il s’agit d’un paradigme qui favorise la punition et le contrôle spirituels de l’homme, ainsi qu’une autonomisation très limitée.

Les religions et la spiritualité du Nouvel Âge sont souvent des traditions fondamentalistes dans de nouveaux vêtements, revendiquant à nouveau la valeur spirituelle humaine et le pouvoir spirituel humain, mais en contradiction totale avec cette rhétorique lorsqu’il s’agit de parler des changements terrestres à venir, comme si l’humanité ne pouvait pas changer le cours des choses pour quelque chose de meilleur.

Aimez, aimez, aimez, mais éliminez les impurs avec un préjudice extrême. C’est un paradigme qui promeut un pouvoir spirituel mutuel mineur, et l’acceptation d’un pouvoir spirituel humain limité et d’une punition, comme étant de facto, de rigueur, un fait accompli, un quid pro quo pour la mauvaise mauvaise humanité. Collectivement parlant, nous avons été mauvais, et papa vient nous fouetter le cul.

Les paradigmes académiques séculiers, religieux et new age du potentiel humain et de l’impact spirituel dans l’univers co-créatif peuvent être relativement limités en tant que moyens de renforcer la participation spirituelle. Les puits associés de l’identité personnelle fonctionnent dans une boucle de rétroaction du niveau personnel au niveau global, et les fréquences de masse se regroupent dans différents domaines.

Lorsque notre monde séculaire et matériel nous fait défaut, nous avons un dysfonctionnement économique et environnemental.

Risque stratégique : guerres économiques, du local au global.

Lorsque notre monde religieux et communautaire nous fait défaut, nous avons des incivilités humaines et des dysfonctionnements sociaux.

Risque stratégique : guerres civiles, locales ou nationales. Loi martiale, effondrement civil.

Lorsque notre monde spirituel s’effondre, nous avons un dysfonctionnement socio-spirituel.

Risque stratégique : guerres terroristes mondiales, locales ou internationales. Un Armageddon issu d’un nouveau Jihad, ou peut-être la reprise de Taïwan.

Pour évoluer hors de la « fixation de la réalité » dichotomique négative séculaire, nous devons travailler avec les forces inattendues de la Terre mère et les futurs attracteurs temporels inversés de la « Nouvelle Terre ». L’association personnelle et collective des agences de la nature créatrice comprend à la fois une diversité infinie et, paradoxalement, une unité autoréférentielle en tant que système global – la biosphère.


Pour sortir de la fixation dichotomique négative de la réalité du monde religieux et communautaire, nous devons travailler avec les forces inattendues d’un génome humain en évolution et en métamorphose, et la capacité humaine à donner et à prendre soin, les futurs attracteurs temporels inversés du « Nouvel Humain ».

L’association personnelle et collective du potentiel métamorphique de l’évolution humaine comprend à la fois une extrême diversité et, paradoxalement, une unité autoréférentielle – l’humanité.

Pour évoluer hors des fixations dichotomiques négatives de la réalité spirituelle, nous devons travailler avec les forces inattendues de la très haute spiritualité tout en fondant une nouvelle spiritualité, chacun authentiquement, nous-mêmes, générant les futurs attracteurs temporels inversés de la « Nouvelle Spiritualité ».

L’association personnelle et collective des âmes comprend à la fois une diversité totale et pourtant, paradoxalement, une immense unité.

Chaque âme compte, chaque choix a un impact, toute participation a un impact. Pourtant, sans une participation efficace, l’élan actuel des événements mondiaux produira une vague négative qui détournera la vague positive à venir du succès de l’humanité en termes d’évolution.


Voir tous les articles de la série : Les 33 arches de résonance de l’âme


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.


Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci



ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 74 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire