Sous le large courant de l’histoire humaine coulent les courants furtifs des sociétés secrètes, qui déterminent fréquemment dans les profondeurs les changements qui se produisent à la surface. – AE Waite

Les sociétés secrètes et les confréries occultes sont-elles actives dans les coulisses des événements mondiaux depuis des milliers d’années?

Ces gardiens de la sagesse secrète façonnent-ils la croissance de la conscience humaine et influencent-ils le destin des nations? Les maîtres cachés de la connaissance occulte renforcent-ils et infiltrent-ils certains mouvements politiques, culturels, spirituels et économiques, conformément à un plan ancien? Se pourrait-il que les grands bouleversements, guerres et révolutions de l’homme, ainsi que ses découvertes pionnières dans les domaines de la science, de la littérature, de la philosophie et des arts, soient le résultat d’une «main cachée»? Pouvons-nous décoder l’histoire et trouver l’interface mystérieuse entre la politique et l’occultisme, découvrant ainsi les véritables moteurs et secoueurs de notre monde moderne?


Le philosophe allemand Oswald Spengler a mis en garde contre une «lutte puissante» entre des groupes d’hommes d’une «immense intelligence» que le «simple citoyen n’observe ni ne comprend».

En 1930, Ralph Shirley, rédacteur en chef de la London Occult Review, la principale revue britannique des sciences ésotériques, approuvait «le soupçon que les rangs de l’occultisme travaillent secrètement pour la désintégration et la révolution. La preuve positive sous la forme d’un groupe d’occultistes travaillant avec cet objectif en vue a récemment été remarquée par l’auteur actuel.

Le major-général Fuller, un ancien disciple d’Aleister Crowley, qui avait des liens avec les renseignements militaires britanniques, a écrit sur une force insidieuse utilisant «la magie et l’or» s’efforçant «de gagner la domination du monde ».

L’ancien chef de Fuller, Crowley, a travaillé comme agent secret pour la Grande-Bretagne et l’Allemagne, bien que ses gestionnaires britanniques aient noté son avertissement de «  manque de fiabilité  », il ne devrait être utilisé dans les opérations d’espionnage qu’avec le plus grand soin. Pendant la Première Guerre mondiale, le ministère allemand des Affaires étrangères a secrètement demandé à l’occultiste Gustav Meyrink d’écrire un roman blâmant les francs-maçons de France et d’Italie pour le déclenchement de la guerre.

Madame Blavatsky croyait que la société catholique des jésuites avait transféré son quartier général du continent en Angleterre où ils complotaient pour plonger l’homme dans l’ignorance passive et instituer le «despotisme universel». La fondatrice de la Société théosophique, une femme d’une immense intelligence et d’une expérience de première main des sociétés secrètes, a averti :

Les étudiants en occultisme devraient savoir que si les jésuites ont réussi à créer le monde en général et que les Anglais en particulier pensent que la magie n’existe pas et se moquent de la magie noire, ces intrigants astucieux et rusés eux-mêmes tiennent des cercles magnétiques et forment chaînes magnétiques par la concentration de leur VOLONTÉ collective , et quand ils ont un objet spécial à effectuer ou une personne particulière et importante à influencer.

La Révolution française, l’un des bouleversements politiques les plus importants d’Europe, fut en grande partie l’œuvre de loges maçonniques vouées au renversement de la monarchie et à la fin de la religion catholique établie. Dans Proofs of a Conspiracy (1798), John Robison montre que les clubs politiques et les comités de correspondance pendant la révolution, y compris le célèbre Jacobin Club, sont issus de ces loges maçonniques.

L’influence sur l’histoire du mysticisme des sociétés occultes et secrètes est généralement rejetée par les universitaires occidentaux. Les historiens traditionnels choisissent d’ignorer cet aspect parce qu’ils croient qu’il n’a aucune signification réelle pour la politique mondiale. En fait, ce n’est qu’en reconnaissant le rôle et l’influence du «souterrain occulte» que les événements mondiaux importants peuvent être pleinement compris et placés dans leur véritable perspective historique.

L’atlantisme contre l’eurasisme

Les sociétés secrètes et les enseignants de la sagesse occulte retracent constamment leurs origines jusqu’à l’aube même de la civilisation. Dans la culture judéo-chrétienne, les écoles secrètes parlent d’Adam, Seth, Moïse et les patriarches comme les initiés d’une sagesse divine soigneusement transmise d’une génération à l’autre. D’autres groupes occultes regardent au-delà de l’Égypte ancienne et des écoles des mystères de la Grèce, vers le continent perdu de l’Atlantide. D’autres encore font remonter leur lignée à Sumer ou à Babylone et aux mystérieuses plaines de la Tartarie.

En examinant les mythes, légendes et histoires obscures de l’humanité, nous rencontrons d’innombrables références à une civilisation primordiale disparue.


Le brillant métaphysicien français René Guenon a parlé d’une grande culture hyperboréenne qui s’est épanouie autour du cercle polaire arctique et de ses avant-postes Shambhala à l’Est et Atlantis à l’Ouest.

Platon a écrit sur l’Atlantide, la décrivant comme le cœur d’un grand et puissant empire qui, en raison du mélange aveugle des «fils de Dieu» avec «les enfants des hommes», a subi «de violents tremblements de terre et des inondations» et «a disparu sous la mer ».

Selon la tradition occulte, l’Atlantide a pris fin après une longue période de chaos et de désastre, selon les mots de Madame Blavatsky, parce que «la race de l’Atlantide est devenue une nation de méchants magiciens.

Bien avant la fin finale de l’Atlantide, de grandes migrations ont eu lieu vers différents centres de la terre. Dans une légende, on nous parle d’un reste juste voyageant du cercle polaire arctique à Shambhala, dans la solidité reculée de l’Asie centrale. D’autres légendes suggèrent que les survivants atlantes ont établi la civilisation égyptienne antique.

Victoria LePage, l’auteur de l’une des études les plus complètes sur Shambhala explique comment Atlantis et Shambhala sont plus que de simples emplacements géographiques:

Dans le folklore, l’Atlantide et le Shambhala sont implicitement liés ensemble comme des images charismatiques du désir du cœur, deux mirages brillants qui se trouvent à l’horizon le plus éloigné du désir humain, inaccessibles, s’éloignant toujours à mesure que nous les atteignons; au mieux, pas plus que des états de conscience idéaux jamais réalisés. Mais leur association semble avoir une base bien plus réelle et historiquement concrète que cela. La tradition initiatique affirme qu’ils ont tous deux réellement existé, l’un dans la mer occidentale, l’autre dans les montagnes orientales, en tant que pivots de ce qui était autrefois un réseau de centres de Sagesse situés sur un grand réseau électrique s’étendant autour du globe. De plus, Shambhala existe toujours dans un cadre en attente de réactivation.

Afin d’identifier les activités historiques des sociétés secrètes, nous devons apprécier l’origine d’une idée très puissante.

La tradition occulte parle de Shambhala comme du centre positif de la Confrérie de la Lumière, et de l’Atlantide le centre négatif des magiciens maléfiques, les Frères de l’Ombre.

Partout où nous regardons, nous voyons la division des sociétés secrètes et des efforts occultes en ces deux «ordres» opposés. Tous les mouvements et enseignements occultes servent inévitablement soit «l’Ordre de l’Eurasie» ou «l’Ordre de l’Atlantisme», avec leurs centres symboliques respectifs de Shambhala et de l’Atlantide.

Cachés derrière une multitude de formes différentes et représentés par un éventail d’agents d’influence sans méfiance, ces deux centres – Shambhala et Atlantis – représentent deux impulsions différentes dans l’évolution humaine.

Vu du point de vue de la géographie sacrée, dans notre cycle historique actuel, l’Atlantisme est le triomphe des éléments les plus destructeurs et diaboliques de la civilisation occidentale. Une autorité moderne sur la géographie sacrée et la géopolitique observe:

La géographie sacrée sur la base du «symbolisme de l’espace» considère traditionnellement l’Orient comme «la terre de l’Esprit», la terre paradisiaque, la terre de l’exhaustivité, de l’abondance, la «terre natale» sacrée dans son genre le plus complet et le plus parfait. En particulier, cette idée est reflétée dans le texte de la Bible, où la disposition orientale de «Eden» est traitée.

Précisément, une telle compréhension est particulière aussi à d’autres traditions abrahamiques (islam et judaïsme), ainsi qu’à de nombreuses traditions non abrahamiques – chinoises, hindoues et iraniennes. «L’Orient est le manoir des dieux», énonce la formule sacrée des anciens Égyptiens, et le même mot «est» («neter» en égyptien) signifiait en même temps «dieu». Du point de vue du symbolisme naturel, l’Est est le lieu où le soleil se lève, Lumière du Monde, symbole matériel de la Divinité et de l’Esprit.

L’Occident a la signification symbolique opposée. C’est le «pays de la mort», le «monde sans vie», le «pays vert» (comme l’appelaient les anciens Égyptiens). L’Occident est «l’empire de l’exil», «le gouffre des rejetés», selon l’expression des mystiques islamiques.

L’Occident est «anti-Orient», le pays de la décomposition, de la transition de la dégradation du manifeste au non-manifeste, de la vie à la mort, de l’exhaustivité au besoin, etc. L’Occident est le lieu où le soleil va, où il «se couche ».

La Russie et l’univers magique

La Russie, géographiquement le plus grand pays du monde, occupe une position unique dans l’étude de l’histoire humaine, nous offrant une fenêtre sur le monde des sociétés secrètes, des enseignants occultes et des courants politiques souterrains.

Les idées et pratiques tirées de la magie et de l’occultisme ont toujours fait partie de la vie russe.

Au XVIe siècle, le tsar Ivan IV consulta des magiciens et était conscient de la signification occulte des pierres précieuses incrustées dans son bâton. Son règne fut l’aboutissement du rêve de construire une civilisation prophétique et religieuse dans la tradition chrétienne orientale de Byzance.

Entouré d’ordres secrets de moines apocalyptiques, Ivan se considérait comme l’héritier des rois israélites et tenta de transformer la vie russe en accord avec sa vision magique de la réalité. Ivan était convaincu que la nation russe avait une mission spéciale à accomplir, rien de moins que la rédemption du monde.

En 1586, le tsar Boris Godounov offrit l’énorme salaire de 2000 livres anglaises par an, avec une maison et toutes les provisions gratuites, à John Dee, le mage anglais et maître d’espionnage, pour entrer à son service. Le fils de Dee, le Dr Arthur Dee, qui comme son père était alchimiste et rosicrucien, est allé à Moscou pour travailler comme médecin. Mikhail Romanov, le premier tsar de la dynastie des Romanov, serait monté sur le trône avec l’aide du Dr Arthur Dee et d’agents britanniques. Avant leur montée au pouvoir, les Romanov étaient accusés par leurs ennemis de pratiquer la magie et de posséder des pouvoirs occultes.

Le légendaire comte de Saint-Germain, décrit comme un alchimiste, espion, industriel, diplomate et rosicrucien, s’est impliqué dans plusieurs intrigues politiques en Russie et était, selon Nicholas Roerich, «membre de la confrérie himalayenne».

En 1755, il a voyagé à travers l’Eurasie pour étudier les enseignements occultes et peut même avoir visité le Tibet. On dit qu’en étudiant l’occultisme en Asie centrale, le comte a été initié aux rites secrets de la magie sexuelle tantrique qui lui ont fourni une technique pour prolonger sa jeunesse. Il s’est également engagé dans des opérations d’espionnage contre la notoire British India Company.

Saint Germain a fondé deux sociétés secrètes appelées les Frères Asiatiques et les Chevaliers de la Lumière.

Dès 1780, il avertit Marie-Antoinette que le trône de France était en danger par une conspiration internationale des «Frères de l’Ombre».

Le mystère intemporel du comte de Saint-Germain

L’Ouest rencontre l’Est

Les pouvoirs occultes semblent être une question de tempérament national… La Russie a tendance à produire des mages – des hommes ou des femmes qui impressionnent par leur autorité spirituelle; aucune autre nation n’a d’équivalent spirituel de Tolstoï et Dostoïevski, ni même de Rozanov, Merezhkovsky, Soloviev, Fedorov, Berdaev, Shestov. Aucune autre nation n’a certainement réussi à produire quelqu’un comme Madame Blavatsky, Gregory Rasputin ou George Gurdjieff. Chacun est complètement unique. – Colin Wilson, l’Occulte

Le processus de synthèse des traditions occultes d’Orient et d’Occident est vu dans l’œuvre d’Helena Petrovna Blavatsky, fondatrice de la Société Théosophique et auteur du magnus opus La Doctrine  Decrète. Née Helena von Hahn, fille d’une famille militaire russe et cousine du futur Premier ministre russe, le comte Witte, elle est une véritable émissaire de l’Ordre eurasien. Nevill Drury dit de l’occultiste russe:

Sa principale contribution à la pensée mystique était la manière dont elle cherchait à synthétiser la philosophie et la religion orientales et occidentales, fournissant ainsi un cadre pour comprendre l’enseignement occulte universel.

Helena Petrovna Blavatsky

Madame Blavatsky a voyagé à travers l’Asie et l’Europe, a rejoint la milice révolutionnaire nationale de Garibaldi, combattant dans la bataille de Mentana, dans laquelle elle a été gravement blessée. À la fin des années 1870, peu de temps après la publication de son premier livre Isis dévoilée, une mise en accusation convaincante de la religion occidentale contemporaine comme en faillite spirituelle, elle a déménagé des États-Unis pour l’Inde où le siège de la Theosophical Society reste jusqu’à ce jour.

En 1891, le futur tsar Nicolas II, en compagnie du mystique savant eurasien Prince Ukhtomsky, visita le siège du siège théosophique à Adyar. La description de la société par le prince Ukhtomsky est révélatrice:

Sur l’insistance de HP Blavatsky, une femme russe qui savait et avait beaucoup vu, l’idée surgit de la possibilité, voire de la nécessité, de fonder une société de théosophes, de chercheurs de la vérité au sens le plus large du terme, dans le but d’enrôler des adeptes de toutes croyances et races, de pénétrer plus profondément dans les doctrines les plus secrètes des religions orientales, d’attirer les Asiatiques dans une véritable communion spirituelle avec des étrangers instruits en Occident, d’entretenir des relations secrètes avec différents grands prêtres, ascètes, magiciens, et ainsi de suite.

Madame Blavatsky a voulu unir l’Asie centrale, l’Inde, la Mongolie, le Tibet et la Chine, afin – avec l’implication de la Russie – de créer une grande puissance eurasienne capable de s’opposer aux ambitions britanniques.

En voyageant à travers l’Inde, Blavatsky s’est agitée contre la domination britannique et s’est trouvée accusée par les autorités coloniales d’être une espionne russe. Le prince Ukhtomsky a vu le soutien à l’Eurasie dans la «volonté des Indiens de se regrouper sous la bannière de l’étrange femme du Nord». Il pensait que Mme Blavatsky avait été forcée de quitter l’Inde par «la méfiance des Anglais».

Dès 1887, HP Blavatsky était devenu un sujet de débat dans la «mystique Pétersbourg» et avait reçu le soutien prestigieux de l’ami d’Ukhtomsky, le mystérieux tibétain Dr Badmaev, qui deviendra bientôt célèbre pour la faveur qu’il reçut à la cour impériale russe et sa relation avec Raspoutine. La sœur de Mme Blavatsky a insisté sur le fait que le métropolite orthodoxe russe de Kiev avait reconnu le don psychique de la jeune Hélène et l’a exhortée à utiliser ses pouvoirs avec discrétion, car il était sûr qu’ils lui avaient été donnés à des fins plus élevées.

Le Dr Stephan A. Hoeller, spécialiste de la religion comparée et évêque gnostique, nous rappelle que Blavatsky,

était une vraie fille de Mère Russie. Certains estiment que sa vie et son caractère correspondent fortement à l’archétype de la sainte errante russe traditionnelle, connue sous le nom de staretz (littéralement «  ancien  »), désignant un ascète errant, non clérical, ou pèlerin, qui voyage dans la campagne, exhorter les gens sur les questions spirituelles, parfois d’une manière décidément peu orthodoxe.

Après la mort de HP Blavatsky à Londres en 1891, la Société Théosophique passa sous le contrôle ferme des occultistes anglais Annie Besant et CW Leadbeater, un impérialiste britannique confirmé.

L’orientation eurasienne donnée à la théosophie primitive par HP Blavatsky a été compromise par l’influence de la maçonnerie britannique et du haut anglicanisme ésotérique de Leadbeater. Dans la grande lutte des magiciens, l’impulsion eurasienne trouva en Occident de nouveaux agents historiques, parmi lesquels le célèbre mage français Papus.

Grande bataille des magiciens

A la fin du 19e siècle, l’un des Frères d’Hermès viendra d’Asie pour unir à nouveau l’humanité. – Nostradamus

Papus, avec Oswald Wirth et De Guaita, rêvait d’unir les occultistes du monde entier dans une fraternité rosicrucienne ravivée, un ordre occulte international dans lequel ils espéraient que l’Empire russe jouerait un rôle de premier plan en tant que pont entre l’Orient et l’Occident.

Papus

Papus était le pseudonyme du Dr Gerard Encausse (1865-1916), un disciple de Joseph Saint-Yves d’Alveydre (1842-1910), un initié de l’Église gnostique française et souvent l’instigateur de nombreux groupes occultes de son temps. L’un des occultistes du début du siècle les plus célèbres, il fut le fondateur de l’école hermétique de Paris, qui attira de nombreux étudiants russes, et dirigea la principale revue occulte française, L’Initiation.

Papus était également à la tête de deux sociétés secrètes, l’Ordre du Martinisme et l’Ordre Kabbalistique de la Rose-Croix.

Lorsque le tsar et la tsarine russes visitèrent la France en 1896, ce fut Papus qui leur envoya une salutation au nom des «spirites français», espérant que le tsar «immortaliserait son Empire par son union totale avec la Divine Providence». Cette salutation rappelait les espoirs des mystiques à l’époque de la Sainte Alliance du tsar Alexandre Ier.

Tsar Nicolas II

Papus fit sa première visite en Russie en 1901 et fut présenté au tsar. Il installe rapidement une loge de son ordre martiniste à Saint-Pétersbourg avec le tsar comme président des «supérieurs inconnus» qui la contrôlent.

L’historien James Webb dit que Papus «ne faisait que raviver une dévotion à une philosophie qui s’était épanouie en Russie au tournant des XVIIIe et XIXe siècles avant d’être supprimée».

En tant qu’étudiant le plus éminent de Saint-Yves d’Alveydre, Papus connaissait le rôle clé que devait jouer la Russie dans l’unification de l’Eurasie et son destin occulte en tant qu’Empire de la Fin, manifestation extérieure du pouvoir énigmatique du «Shambhala du Nord».

Grâce à Papus, la famille impériale fait la connaissance de son ami et mentor spirituel Maître Philippe (Nizier Anthelme Philippe). Mystique chrétien sincère, il reçut rang et honneurs du tsar russe et resta en contact avec la cour impériale jusqu’à sa mort en 1905.


Papus retourna à Saint-Pétersbourg en 1905 où, selon la rumeur, il évoquait, en présence du couple impérial, l’esprit du père du tsar, Alexandre III, qui offrait des conseils pratiques sur la gestion d’une crise politique.

Maître Philippe et Papus ont tous deux joué un rôle politique important à la cour russe.

Ils ont non seulement conseillé le tsar sur les affaires d’État, mais ont maintenu des contacts avec des initiés russes influents de l’ordre martiniste, parmi lesquels deux des oncles du tsar et de nombreux parents. L’occultiste allemand Rudolf Steiner, qui avait ses propres disciples parmi l’état-major allemand, suivit la mission des deux Français, perturbés par «l’influence considérable de Papus en Russie». Fervent partisan de l’alliance entre la France et la Russie, Papus a averti le tsar d’une conspiration internationale visant à la domination du monde.

Il croyait que le vaste Empire russe était la seule puissance capable de contrecarrer la conspiration des «frères de l’ombre».

Il a également exhorté le tsar à se préparer à la guerre à venir avec l’Allemagne, puis à être conçu par des forces sinistres à Berlin. Selon un récit, il a promis à la famille impériale que la monarchie des Romanov serait protégée tant que lui, Papus, serait en vie. Lorsque la nouvelle de sa mort parvint à Alexandra en 1916, elle envoya une note à son mari (à l’époque commandant les armées russes au front pendant la Première Guerre mondiale) contenant les mots «Papus est mort, nous sommes condamnés! 8


Papus a promu son Ordre Martiniste comme un contre les loges maçonniques qui, croyait-il, étaient au service de l’impérialisme britannique et des syndicats financiers internationaux. De ses papiers, on sait qu’il a fourni de la documentation aux autorités russes sur les activités maçonniques en Russie et en Europe. Papus a condamné la franc-maçonnerie comme athée par opposition au christianisme ésotérique de l’ordre martiniste.

Il a fustigé «notre époque de scepticisme, d’adoration des formes matérielles, qui a tellement besoin d’une réaction franchement chrétienne, indépendante de tout sacerdoce».

Peu de temps après son retour de sa première visite en Russie en 1901, une série d’articles parut dans la presse française dont Papus était en grande partie responsable. Ils ont mis en garde contre une «conspiration cachée» dont le public ignorait totalement l’existence et les machinations d’un sinistre syndicat financier tentant de perturber l’alliance franco-russe. Le public est aveugle aux forces réelles de l’histoire:

Il ne voit pas que dans tous les conflits, qu’ils surgissent à l’intérieur ou entre les nations, il y ait au côté des acteurs apparents des moteurs cachés qui, par leurs calculs intéressés, rendent ces conflits inévitables….

Tout ce qui se passe dans l’évolution confuse des nations est ainsi préparé en secret dans le but d’assurer la suprématie de quelques hommes; et ce sont ces quelques hommes, tantôt célèbres, tantôt inconnus, qu’il faut chercher derrière tous les événements publics.

Or, aujourd’hui, la suprématie est assurée par la possession d’or. Ce sont les syndicats financiers qui détiennent en ce moment les fils secrets de la politique européenne…

Il y a quelques années était ainsi fondé en Europe un syndicat financier, aujourd’hui tout-puissant, dont le but suprême est de monopoliser tous les marchés du monde, et qui pour faciliter ses activités doit acquérir une influence politique.

Les articles inspirés de Papus dans Echo de Paris ont révélé le rôle des services secrets britanniques, qui ont été exposés comme étant derrière la franc-maçonnerie britannique, pour isoler et affaiblir la Russie. En France, les agents britanniques se sont concentrés sur la propagande anti-russe, tandis qu’en Russie, ils ont utilisé la «supercherie financière» pour s’infiltrer à tous les niveaux de la société. Tous les efforts étaient nécessaires «pour préserver l’empereur russe – si loyal et si généreux – des maux… [du] syndicat des financiers… qui contrôle actuellement les destinées de l’Europe et du monde».

Le mystérieux tibétain

Saint-Pétersbourg… en 1905 était probablement le centre mystique du monde. – Colin Wilson, l’Occulte

Shamzaran (Pyotr) Badmaev était un mongol buriat qui avait grandi en Sibérie et s’était converti à l’orthodoxie russe avec Alexandre III agissant comme son parrain. Il acquit une influence considérable au ministère des Affaires étrangères et le tsar lui accorda le titre de conseiller privé.

Badmaev était réputé comme docteur en médecine tibétaine, herboriste et guérisseur, qui traitait des patients de la haute société dans sa clinique à la mode de «médecine orientale» à Saint-Pétersbourg. Décrit par un historien russe comme «l’une des personnalités les plus mystérieuses de l’époque» et un «maître de l’intrigue», Badmaev entretenait une relation étroite avec le guérisseur mystique Raspoutine.

Shamzaran (Pyotr) Badmaev

Connu sous le nom de «Tibétain», Badmaev rêvait de l’unification de la Russie avec la Mongolie et le Tibet. Il s’est impliqué dans des projets sans fin visant la création d’un grand empire eurasien. La mission historique de la Russie, pensait-il, se situait à l’Est, où elle était destinée à unir les peuples bouddhiste et musulman, pour contrer le colonialisme occidental.

Badmaev a exposé sa vision dans un rapport de 1893 au tsar Alexandre III intitulé «Les tâches de la Russie dans l’Est asiatique». Son expertise politique considérable a assuré le soutien des tribus mongoles dans la guerre russo-japonaise.

Dans une lettre du 19 décembre 1896, Badmaev écrivit au tsar Nicolas II: «… mes activités visent à ce que la Russie exerce une plus grande influence que les autres puissances sur l’Est mongol-tibétain-chinois.»

Badmaev a exprimé sa préoccupation particulière quant à l’influence de l’Angleterre à l’Est, déclarant dans un mémorandum spécial:

Le Tibet, qui – en tant que plus haut plateau d’Asie – règne sur le continent asiatique, doit sans aucun doute être entre les mains de la Russie. En commandant ce point, la Russie sera sûrement en mesure de rendre l’Angleterre plus conforme.

Badmaev connaissait la légende, populaire en Mongolie, en Chine et au Tibet, sur le «tsar blanc» qui viendrait du nord (du «nord de Shambhala») et rétablirait les traditions désormais décadentes du vrai bouddhisme. Il rapporta au tsar Nicolas II comment «les Bouriates, les Mongols et surtout les lamas… répétaient toujours que le moment était venu d’étendre les frontières du tsar blanc à l’est…».

Badmaev avait une relation étroite avec un Tibétain de haut rang, le lama Agvan Dordzhiyev, le précepteur et confident du 13e Dalaï Lama. Dordzhiyev a assimilé la Russie au futur royaume de Shambhala anticipé dans les textes de Kalachakra du bouddhisme tibétain.

Le lama a ouvert le premier temple bouddhiste d’Europe, à Saint-Pétersbourg, dédié de manière significative à la Kalachakraenseignement. L’un des artistes russes qui ont travaillé sur le temple de Saint-Pétersbourg était Nicholas Roerich, qui avait été initié à la légende de Shambhala et à la pensée orientale par le lama Dordzhiyev. George Gurdjieff, un autre homme de mystère qui a eu un impact sur le mysticisme occidental, connaissait le prince Ukhtomsky, Badmaev et le lama Dordzhiyev. Gurdjieff, accusé par les Britanniques d’être un espion russe en Asie centrale, était-il un élève des mystérieux Tibétains?

«Je forme des jeunes hommes dans deux capitales – Pékin et Pétersbourg – pour d’autres activités», avait écrit le Dr Badmaev au tsar Nicolas II.

Anarchisme mystique

La domination du «Tibétain» dépassa la cour impériale pour pénétrer dans l’intelligentsia russe et plus loin encore dans le monde souterrain de l’espionnage et de la politique révolutionnaire. L’un des mouvements intellectuels au moment des bouleversements politiques de 1905 s’appelait «l’anarchisme mystique».

Deux de ses principaux représentants étaient le poète et écrivain Viacheslav Ivanov et George Chulkov, tous deux associés du Dr Badmaev. Tchulkov, comme «le Tibétain», est décrit comme un médium inconscient transmettant des forces mystérieuses.

Doctrine politique radicale visant à concilier liberté individuelle et harmonie sociale, Mystical Anarchism s’inspire des idées de Friedrick Nietzsche. Cela n’est pas surprenant si l’on considère la vision positive de Nietzsche de la Russie comme l’antithèse de l’Occident décadent et l’appréciation du bouddhisme et de la culture orientale par le philosophe allemand.

Selon l’historienne Bernice Glatzer Rosenthal, les anarchistes mystiques, convaincus «que des forces invisibles guident les événements ici sur terre, croyaient que la révolution politique reflétait des réalignements dans la sphère cosmique et qu’un nouveau monde de liberté, de beauté et d’amour était imminent».

Prônant l’abolition de toutes les autorités extérieures et de toutes les contraintes pesant sur l’individu – gouvernement, loi, moralité, coutume sociale – ils étaient indifférents aux droits légaux en tant que simples «libertés formelles» et s’opposaient aux constitutions et aux parlements en faveur du sobornost ‘ . Par sobornost ‘ ils entendaient une communauté libre unie par l’amour et la foi dont les membres conservent leur individualité (par opposition à l’individualisme, à l’affirmation de soi en dehors ou contre la communauté)….

Ils ont fondé cet idéal dans leur notion de la «personne mystique», l’âme ou la psyché, qui cherche l’union avec les autres et se reconnaît comme un microcosme du macrocosme, distinct de la «personne empirique», le moi ou l’ego, qui s’affirme indépendamment ou contre les autres. Evoquer et développer cette «personne mystique» rendrait possible une «nouvelle société organique» unie par des liens intérieurs invisibles d’amour (eros, pas agapè), d ‘«expérience mystique» et de sacrifice – tout le contraire de la société libérale, basée sur le social contrat et intérêt mutuel et caractérisé par un discours rationnel.

L’anarchisme mystique est une idée sociopolitique profondément eurasienne. Nous avons ici un motif des plus obscurs sous une forme moderne: la grande lutte de la civilisation occidentale empirique et ploutocratique, contre la culture mystique et sacrificielle de l’Eurasie.

En termes occultes, c’est le conflit de l’impulsion de «Shambhala» avec les renégats de la «civilisation atlante». La Fraternité de la Lumière du Nord se bat avec les Frères de l’Ombre, manifestation extérieure de la longue guerre entre les agents de l’Etre et du Non-Etre.

Nicholas Berdyaev, Dmitri Merezhkovsky, Zenaida Hippius, Valerri Briusov, Mikhail Kuzmin, Alexandre Blok, Vasili Rozanov, ainsi qu’une foule d’autres poètes, écrivains et artistes russes, ont transmis différents aspects de l’anarchisme mystique et de la vision eurasienne. Lorsque, dans les années précédant la Révolution, le maître soufi Inayat Khan a visité la Russie, il a trouvé beaucoup de louanges dans «le type oriental de discipulat qui est naturel à la nation».

Merezhkovsky a vu la possibilité de faire évoluer une «nouvelle conscience religieuse» à partir des deux types particulièrement russes représentés par Tolstoï et Dostoïevski. Tolstoï représentait un mysticisme panthéiste de la chair et Dostoïevsky les valeurs spirituelles plus ascétiques. «Dans cette Russie, le ‘Homme-Dieu’ se manifestera au monde occidental, et ‘l’homme-Dieu’ pour la première fois à l’Orient, et le sera, pour ceux dont la pensée réconcilie déjà les deux hémisphères le ‘Un sur deux . ‘»


Après la révolution bolchevique, Blok opposa la nouvelle Russie à l’Occident. Il a appelé la Russie le «Scythe», c’est-à-dire la jeune nation fraîche dont le destin était de défier l’Occident en décomposition:

Nous sommes les Scythes, nous sommes les Asiatiques… Des siècles de vos jours ne sont qu’une heure pour nous, Pourtant, comme des esclaves obéissants, Nous avons tenu un bouclier entre deux races hostiles – l’Europe et les hordes mongoles… nos bras ouverts, L’étreinte de la famille, Rangez la vieille épée pendant qu’il est temps, Je vous salue frères… Ah, le Vieux Monde, avant que vous ayez péri, rejoignez notre banquet fraternel.

Le poète Nikolai Kliuev et son jeune ami Sergei Esenin ont présenté des images occultes et des thèmes eurasiens dans leur travail. À la fin de 1917, Kliuev (1887-1937), prophète et émissaire d’Eurasie, écrivit:

Nous sommes l’hôte des porteurs de soleil.
Au centre de l’univers,
nous érigerons une maison enflammée de cent étages.
La Chine et l’Europe, le Nord et le Sud
viendront à la chambre dans une ronde-danse de camarades de jeu
pour faire correspondre Abyss et Zenith.
Leur parrain est Dieu lui-même et leur mère
est la Russie.

Le protégé de Kliuev, Esenin (1895-1925), aspirait à la fin de l’ancien monde et à son remplacement par un nouveau, et a même proclamé un nouveau courant religieux appelé «aggélisme», avec des racines claires dans le gnosticisme russe. Il a salué le Christ et Gautama le Bouddha comme des génies parce qu’ils étaient des hommes de «parole et d’action». Dans une lettre à un ami, Esenin a écrit:

Les gens, regardez-vous, les Christs n’ont-ils pas émergé de vous et ne pouvez-vous pas être des Christs? Puis-je avec volonté ne pas être un Christ…? Comme toute notre vie est absurde. Cela nous déforme du berceau, et au lieu de personnes vraiment réelles, une sorte de monstre émerge.

Nikolai Kliuev (à gauche) et Sergei Esenin à Petrograd. 1915

Il a averti les États-Unis, pour lui le symbole de toutes les sources non russes et rationalistes, de ne pas commettre l’erreur de «l’incrédulité» et d’ignorer le nouveau «message» de la Russie, car le chemin vers la nouvelle vie passe uniquement par la Russie. Un ami a écrit comment Esenin et ses compagnons poètes «scythes» voulaient «un approfondissement de la révolution politique vers le social» et en venaient à considérer le marxisme russe comme «grossier».

Avant sa mort, Esenin est devenu convaincu que les «forces du mal» avaient usurpé la Révolution et les bolcheviques ont trahi la mission de la Russie.

Le célèbre poète Nikolai Kliuev connaissait à la fois le Dr Badmaev et Grigory Rasputin, et comme ce dernier avait été initié à une école secrète de mysticisme sexuel chrétien avec des similitudes avec le tantra tibétain et le shivaïsme indien. «Ils m’ont traité de Raspoutine», a écrit Kliuev dans un poème de 1918.

La spiritualité de Kliuev était profondément enracinée dans la tradition des dissidents religieux russes comme les vieux croyants, les Khlysty et les Skoptsy , qui formaient une véritable rivière souterraine parmi les gens du commun. Kliuev a admis à quel point un Khlyst était défié ancien pour «devenir un Christ», il a été introduit dans la communauté secrète des «frères colombes». Avec l’aide de «diverses personnes d’identité secrète», Kliuev a voyagé dans toute la Russie pour participer à des rituels secrets et s’imprégner des traditions occultes de l’Est russe.

Dans ses poèmes, Kliuev a cherché à transmettre l’esprit mystique de l’Eurasie. Il était un prophète de Belovodia, le nom donné par les vieux croyants russes au paradis terrestre attendu semblable à Shambhala. Kliuev envisageait une transformation radicale de la Russie qui entraînerait une société sans classes où la culture paysanne triompherait de l’industrialisme, du capitalisme et de la mécanisation générale de la vie. Il a exprimé sa préoccupation concernant les dangers d’une civilisation occidentale sans âme dans une lettre de 1914 à un ami:

Chaque jour, je vais dans le bosquet – et je m’assois là près d’une petite chapelle – et le pin séculaire, mais à quelques centimètres du ciel, je pense à toi… J’embrasse vos yeux et votre cher cœur… O, mère du désert! Paradis de l’esprit… Comme tout le monde soi-disant civilisé semble haineux et noir et ce que je donnerais, quel Golgotha ​​je supporterais – pour que l’Amérique n’empiète pas sur l’aube aux plumes bleues… sur la hutte de conte de fées.

Nicolas Berdyaev

Le philosophe russe Nicholas Berdyaev a articulé la vision partagée par les penseurs russes d’avant la révolution ainsi que par l’élite culturelle, lorsqu’il a écrit sur la fin du rationalisme occidental et la naissance d’une nouvelle ère de l’esprit qui assisterait à la lutte du Christ et de l’Antéchrist. .

Il a vu la popularité des doctrines mystiques et occultes comme une preuve de l’approche de cette nouvelle ère et a appelé à une «nouvelle chevalerie».

« L’homme n’est pas une unité dans l’univers, faisant partie d’une machine irrationnelle, mais un membre vivant d’une hiérarchie organique, appartenant à un tout réel et vivant. »

Les attaques de Berdyaev contre les valeurs matérialistes occidentales ne reflétaient qu’une vision largement partagée par la société russe. Écrivant en exil au début des années 1930, il a observé:

L’individualisme, «  l’atomisation  » de la société, l’acquisitivité démesurée du monde, la surpopulation indéfinie et l’infini des besoins des gens, le manque de foi, l’affaiblissement de la vie spirituelle, ces causes et d’autres ont contribué à construire ce système capitaliste industriel qui a changé le visage de la vie humaine et rompu son rythme avec la nature.

Voyage à Shambhala

Nicholas Roerich était un homme qui a apporté la gloire à notre peuple [russe]; il est un représentant de notre civilisation et de sa culture, l’un de ses piliers. – Mikhail Gorbatchev

Nikolai Roerich avec un lama, 1933.

Nikolai Konstantinovitch Roerich (1874-1947) avait été initié à l’idée de Shambhala alors qu’il travaillait à la construction du premier temple bouddhiste jamais construit en Europe. Connaissant personnellement l’intelligentsia pré-révolutionnaire de la Russie, Roerich est devenu un artiste très respecté et prolifique.

Étudiant des œuvres de Madame Blavatsky, Roerich croyait en l’unité transcendante des religions – à l’idée qu’un jour le bouddhiste, le musulman et le chrétien réaliseraient que leurs dogmes séparés étaient des enveloppes cachant la vérité à l’intérieur.

Entre 1925 et 1928, Roerich entreprit cinq expéditions remarquables à travers l’Asie centrale, se concentrant sur la mystérieuse région entre l’Oural et l’Himalaya, la région considérée comme le cœur de l’Eurasie. Les traditions et légendes rencontrées par Roerich au cours de ses voyages sont décrites dans les livres Altaï-Himalaya , cœur de l’Asie et Shambhala .

Dans la tradition du bouddhisme tibétain, Shambhala est la terre cachée dans laquelle les enseignements de l’ école tantrique Kalachakra («roue du temps») sont conservés dans leur forme la plus pure. Roerich a découvert que le Shambhala du bouddhisme tibétain n’est pas trop différent de la légende de Belovodia préservée par les mystiques chrétiens russes. Un ancien de la secte Old Believer confie à Roerich:

Dans des contrées lointaines, au-delà des grands lacs, au-delà des plus hautes montagnes, se trouve un lieu sacré où toute vérité fleurit. On peut y trouver la connaissance suprême et le salut futur de l’humanité. Et cet endroit s’appelle Belovodia, ce qui signifie les eaux blanches.

Nicholas Roerich a écrit comment, lors d’une visite dans la capitale mongole Oulan-Bator dans les années 1920, il a entendu des soldats révolutionnaires chanter:

La guerre du nord de Shambhala.
Mourons dans cette guerre
Pour renaître à nouveau en
tant que chevaliers du souverain de Shambhala.

Par «Shambhala du Nord», on entend la Russie-Eurasie.

Dans son livre Heart of Asia, Roerich a défini Shambhala non pas tant comme un royaume à venir mais comme un événement – une nouvelle époque pour l’humanité dont Shambhala et Belovodia sont des symboles intemporels:

Vous avez noté que le concept de Shambhala correspond aux aspirations de nos recherches scientifiques occidentales les plus sérieuses…. Dans leurs efforts, les disciplines orientales de Shambhala et les meilleurs esprits occidentaux, qui ne craignent pas de regarder au-delà des méthodes dépassées, s’unissent.

Roerich n’a jamais douté du rôle crucial que la Russie jouerait en rassemblant la plus noble sagesse de l’Orient et de l’Occident. En Russie, une nouvelle synthèse émergerait et un nouveau jour se lèverait pour l’humanité, ni exclusivement occidentale ni totalement orientale, mais véritablement eurasienne. En 1940, alors que le monde se trouvait plongé dans la guerre, Roerich aperçut les premiers aperçus d’une nouvelle ère et écrivit:

Le peuple russe a empilé de grandes pierres. À l’admiration de tous, ils n’ont construit aucune tour de Babel mais une tour russe. Un Kremlin de porteurs de soleil avec une centaine de tours!… Écoutez, c’est le futur, et comme il est radieux!

Un an plus tard, en 1941, il commenta:

Le monde entier se précipite vers Armageddon. Tout le monde est confus. Tout le monde n’est pas sûr de l’avenir. Mais le peuple russe a trouvé son chemin et avec une puissante inondation, il se dirige vers son avenir radieux.

‘Vous devez faire attention à moi pour me voir’

L’avenir radieux de l’humanité, comme Shambhala, se situe au seuil. Un collège invisible d’hommes et de femmes de toutes les époques et de toutes les nations l’ont entrevu et a répondu à l’impulsion.

Vivant dans les premières années d’un nouveau millénaire, nous assistons au déroulement d’un plan ancien. Tout comme il n’y a pas de jour sans nuit, il n’y a pas non plus de Nouvelle Ère authentique sans sa contrefaçon. Et comme les ténèbres doivent céder la place à la nouvelle aube, notre ère des ténèbres actuelle passera dans la grande lumière de «Shambhala du Nord».

Derrière l’enchevêtrement des événements actuels, l’ancienne bataille se conclut.

« En temps de guerre », a déclaré l’émissaire de l’Atlantisme Winston Churchill, « la vérité est si précieuse qu’elle devrait toujours être assistée par un garde du corps de mensonges. »

Renforcées par les méchants magiciens de l’Atlantide, les sociétés secrètes occidentales sont dans un état de guerre occulte avec l’Ordre de l’Eurasie.

Nous attendons l’arrivée de la Nouvelle Ère de Shambhala, l’expulsion des Frères de l’Ombre des centres gouvernementaux et financiers de la terre, et la fin du karma maléfique hérité des ténèbres de l’Atlantide.

Alice Bailey, qui a décrit Shambhala comme «le centre vital de la conscience planétaire» et l’a liée à la seconde venue du Christ, a également prophétisé le rôle spécial de la Russie dans l’introduction de la véritable nouvelle ère:

De Russie… émergera cette religion nouvelle et magique dont je vous ai si souvent parlé. Ce sera le produit de la grande et imminente Approche qui aura lieu entre l’ Humanité et la Hiérarchie. De ces deux centres de force spirituelle, dans lesquels la lumière qui brille toujours en Orient et en provenance de l’Orient irradiera l’Occident; le monde entier sera inondé du rayonnement du soleil de justice. Je ne parle pas ici, à propos de la Russie, de l’imposition d’une quelconque idéologie politique, mais de l’apparition d’une grande religion spirituelle, qui justifiera la crucifixion d’une grande nation et qui se manifestera et se focalisera dans une grande et la Lumière spirituelle qui sera tenue en l’air par un représentant russe vital de la vraie religion – cet homme que beaucoup de Russes recherchent, et qui sera la justification d’une prophétie la plus ancienne.

MEHMET SABEHEDDIN



Que pensez-vous de cet article ? Inscrivez-vous et rejoignez la conversation


Merci à tous pour votre soutien.

Beaucoup d'entre vous sont avec moi, par le coeur et la pensée, et je vous transmet ma gratitude... Vous pouvez assurer la continuité de ce site de plusieurs manières... En partageant les articles que vous avez aimé... En achetant vos livres et vos produits préférés sur Amazon via ce site... En faisant un don sécurisé sur Paypal... Ou les trois en même temps... Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...


Même 1€ est important !





Tags:

0 Commentaires

Laisser une réponse

Imaginer un Nouveau Monde © Elishean 2009 - 2021

CONTACT

Vous pouvez nous envoyer un e-mail et nous vous répondrons dès que possible.

En cours d’envoi
ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

%d blogueurs aiment cette page :