Transhumanisme

La glande pinéale et les démons du silicium

La prophétie de Rudolf Steiner

La pinéale est la glande la plus irriguée de notre corps après le rein, la vie est impossible sans sa présence. Elle ne pèse qu’un dixième de gramme, produit de la mélatonine, est le centre de notre âme et de notre esprit […].

Ainsi la destruction de la pinéale déconnecte l’esprit du corps. Le corps n’est plus reconnu à un niveau supérieur. La glande pinéale envoie et ordonne des impulsions électriques le long du faisceau nerveux de His ; chaque jour les tables anatomiques sont occupées par des morts subites lorsque la glande disparaît.

En plus d’autres hormones inconnues, elle produit également de la mélatonine, qui inhibe l’entrée de tous les virus dans le cerveau et empêche la formation de thrombus dans les vaisseaux sanguins, en plus de commander notre rythme de veille. C’est pourquoi la destruction de la glande pinéale est importante pour nous conduire au transhumanisme (homme connecté à l’ordinateur). Notre destruction en tant qu’êtres humains… la prophétie de Rudolf Steiner de 1917 se réalise…

(La chute des esprits des ténèbres, Rudolf Steiner, PDF gratuit)

« Pour certains sympathisants de l’anthroposophie steinerienne par exemple, la technologie est le domaine privilégié d’un type précis d’esprits démoniaques, les puissances ahrimaniennes. Ahriman, que la religion mazdéenne identifiait à l’esprit du Mal, complète chez les anthroposophes une dyade infernale dont le premier élément est Lucifer ; de ces deux entités maléfiques qui se partagent le sort du monde et se disputent l’âme humaine, l’une est à l’origine des phénomènes naturels, l’autre des produits de la technologie.

Selon Steiner, Ahriman, démon des machines, doit s’incarner « à l’ouest » durant le troisième millénaire, incarnation que des sociétés secrètes prépareront ; la création d’internet a été identifiée par quelques interprètes de Steiner comme une composante essentielle de cette préparation, qui perçoivent la toile arachnéenne (Web) formée par ce réseau informatique comme un espace magique ayant pour finalité l’accueil d’une entité occulte », écrit Xavier Inizan.

Toujours selon Inizan : « Ces mêmes interprètes ont décrypté dans la description faite par Steiner du phénomène de matérialisation des « pensées erronées des hommes » le futur que réserve au monde le fonctionnement des serveurs de réseaux automatiques :

²

« De la terre une nuée horrible va s’élever. Leur nature les situera entre les règnes minéral et végétal. Ce seront des êtres ressemblant à des automates, possédant une intelligence d’une grande puissance. Par suite de ce développement, la terre se couvrira comme d’un réseau de toiles d’araignées épouvantable. Ce seront des sortes d’araignées horribles, enchevêtrées les une dans les autres. Leurs mouvements imiteront tout ce que les hommes ont pensé. » (Rudolf Steiner).

« Pour l’anecdote, poursuit Inizan, on rappellera que l’informatique utilise aujourd’hui le terme de « démon » pour désigner un certain type de programme ; par ailleurs, l’image centrale de cette vision apocalyptique – au sens courant du terme –, qui est la toile d’araignée, correspondant précisément à la métaphore la plus couramment utilisée dans la description du réseau d’Internet chez ses contempteurs, l’analogie s’imposera en effet d’elle-même dans la galerie mentale d’un contemporain hostile à l’informatique ; suivant cette même optique, le « croisement » entre les règnes minéral et végétal évoque irrésistiblement les réalisations de l’ingénierie génétique et les projets des biotechnologies, des gènes de hamster dans le tabac à l’ordinateur moléculaire. »

Témoignage d’un ex-informaticien

A l’âge de 32 ans, je fus atteint par une grave pneumonie, et dus rester plusieurs semaines alité. J’avais beaucoup de fièvre malgré le traitement. Pendant cette maladie, je commençais à percevoir que l’outil de mon métier, l’ordinateur, composé de minéraux et de cristaux, était lui aussi habité par des êtres, mais d’une nature très différente.

Ces êtres ressemblent à des araignées et des chauve souris monstrueuses. Ces visions cauchemardesques ne me quittaient plus, et je décidai de changer radicalement d’orientation et de commencer des études de médecine.

Je rencontrai un mouvement spirituel, où je trouvai la confirmation de ce que je pressentais : il existe un chemin vers une nouvelle conscience, une conscience supérieure. La nature toute entière attend et espère qu’enfin, l’homme comprenne et rejette les chaînes qui enserrent sa conscience. Partout où une lumière apparaît, il y a une ombre. Et la force qui se tient derrière l’informatique, c’est cette ombre, une force qui nivelle la conscience, fait disparaître la mémoire, nous transforme en des automates, des robots sans âme.

Le cœur de l’ordinateur, la « puce » informatique, est un cristal de quartz, du silicium fondu avec des métaux et des terres rares comme le germanium. Cela s’appelle du silicium « dopé ». Le silicium dopé est gravé très finement, pour qu’un réseau de fils conducteurs très fin recouvre toute sa surface. Autour de la puce il y a un réseau de fils en or massif. […]

Le cristal de quartz dopé est maintenu en vibration à une vitesse incroyable, plus de 3 milliards de vibrations par seconde pour les ordinateurs les plus récents. La puce informatique est une sorte d’ersatz de notre intelligence logique : on pose un problème en mettant sous tension certains des fils d’or qui entourent le cristal de quartz, et la solution du problème apparaît sur certains autres fils d’or. C’est cette intelligence artificielle que l’on met à profit dans des programmes informatiques. Mais, si l’ordinateur crée une illusion d’intelligence, c’est parce que les cristaux de quartz qui le forment sont eux aussi habités par de petits êtres.

La puce informatique est un talisman magique, un objet créé pour emprisonner certains des êtres invisibles habitant dans les rochers. Dès qu’une puce est mise sous tension, s’en est fait des petits êtres. Ils sont pris au piège, et forcés de travailler pour leur nouveau maître. C’est l’intelligence de ces êtres qui est exploitée par un piège électromagnétique démoniaque : le microprocesseur.

Leur intelligence est canalisée par les impulsions électriques de la puce, elle doit servir des intérêts qui ne sont pas les leurs. Parfois, ils parviennent à lancer un SOS, une bouteille à la mer, se traduisant par un des « bugs » ou des « plantages » incompréhensibles que les informaticiens connaissent bien. Mais le système de l’ordinateur est pensé pour un enfermement total. Par le viol mental des petits êtres des pierres, le territoire de la puce gagne du terrain. Les puces sont partout autour de nous. Il y a des microprocesseurs dans les machines à laver, dans les réfrigérateurs, dans nos voitures, dans les téléphones portables, dans les cartes bancaires, dans les serrures de sécurité, dans les parois de béton des tours, sous la peau de nos animaux domestiques, et bientôt sous la notre. […]

Pourquoi les puces informatiques désirent elles tellement s’implanter dans notre corps ? Parce que la technologie informatique est étrangère à notre terre. Les puces sont les manifestations visibles d’envahisseurs invisibles, d’ennemis de tout développement de la conscience. Le véritable propriétaire du champ terrestre, c’est l’esprit de la nature. Notre corps lui-même ne nous appartient pas, mais appartient à l’esprit de la nature. […]

Il y a au centre du cerveau une petite glande qui joue le rôle de porte d’entrée pour les rayonnements. C’est la pinéale. Cette glande réagit immédiatement à toutes les impressions lumineuses et les rayons. C’est comme un petit cristal de quartz que nous portons dans la tête. Lorsque nous nous exposons aux chauds rayons du soleil sur une plage de la Côte d’Azur, la pinéale, elle, n’est pas en vacances. Elle commence immédiatement à secréter une hormone, la mélatonine, qui va adapter notre organisme aux rayons solaires, causant entre autres le bronzage que nous apprécions tant.

Mais la pinéale est aussi la montre à quartz biologique, qui règle la fréquence d’horloge du corps. Vous savez peut être que, dans un ordinateur, c’est un cristal de quartz qui fournit la fréquence de base entraînant tous les composants informatiques. C’est ce qu’on appelle la « fréquence d’horloge ». Plus elle est élevée, plus votre ordinateur est performant. Mais la fréquence de base d’un ordinateur, environ 2 à 3 milliards de cycles par seconde, n’a plus rien d’humain. C’est une fréquence antivie, néfaste pour les cellules vivantes, et surtout pour la glande pinéale, la glande la plus sensible aux rythmes et aux fréquences.

Normalement, la glande pinéale renferme des petits cristaux de quartz composant une représentation miniature de tout l’univers, de tout le cosmos. C’est un cosmos en réduction que nous portons en nous même. C’est par ces cristaux de quartz que notre conscience évolue, effectue des prises de conscience. Mais la puce (vous l’avez déjà compris !) c’est une imitation de la glande pinéale, une construction magique destinée par les forces de l’ombre à contrôler totalement la pinéale, et donc notre conscience.

Vous avez certainement déjà remarqué comme l’on devient stupide face à un ordinateur, combien on perd la mémoire. Et bien, c’est une application pratique de la magie noire de la puce informatique : la prise de contrôle totale de la conscience. Les forces derrière l’informatique ont dit « non » à la nouvelle conscience, parce qu’elles savent que le développement de cette nouvelle conscience signifierait leur disparition.

Le plus incroyable, c’est que cette action de l’informatique sur la pinéale est bien connue du monde médical. On a prouvé par des études cliniques que la sécrétion de mélatonine par la pinéale est complètement changée après quelques heures de travail sur ordinateur. Les enfants qui passent plus de 20 heures par semaine sur Internet ont un rythme de sécrétion de mélatonine totalement pathologique et anormal. Mais, comme le lobby de l’informatique est incomparablement plus fort que celui des rares scientifiques étudiant la sécrétion de la glande pinéale, ces études ne sont pas du tout diffusées et restent dans les tiroirs.

Une nouvelle conscience conduirait infailliblement à refuser l’ordre social tel qu’il est, car cet ordre social n’est ni plus ni moins qu’une imposture généralisée. Les forces noires nous ont achetés avec l’illusion de l’informatique et du confort moderne, comme les indiens ont été achetés par les colons européens au prix de quelques verroteries. Les territoires qui devraient nous revenir nous ont été spoliés. La vraie connaissance intérieure, qui conduit à la connaissance de la nature et des Dieux, elle est remplacée par la barre d’outil du moteur de recherche « Google »…

En Europe, nous n’avons même plus de « réserves de chasse » comme les amérindiens. Tout devra se plier à la loi informatique, et au besoin on ira jusqu’à nous implanter des puces électroniques dans le cerveau pour vérifier si on pense conformément à l’ordre établi. Et à ceux qui persisteront dans une pensée « hérétique », on réservera le même sort qu’aux Cathares du XIIIe siècle : l’emmurement ou le bûcher. Comme nous vivons une époque moderne, ce sera un emprisonnement psychique ! Nous continuerons à être productif… mais avec un cerveau réduit à l’état de zombie.

Les forces obscures de l’informatique ont pour but de transformer la lumière en noirceur. Vous avez peut être déjà vu un cristal de quartz dopé, utilisé pour fabriquer les puces : c’est un bloc noir et opaque. Comparez le vous même au quartz naturel, transparent et lumineux, et vous aurez une idée de ce qui nous attend !

Pierre Rimbas


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.


Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci



ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 1 028 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour naviguer sur le site.