Secrets révélés

Le destin des hommes dans le Kali Yuga

par V. Susan ferguson

Une araignée domine l’homme lié par les fils d’argent collants d’une toile silencieuse. Il lutte pour s’échapper, tandis que des yeux vides, indifférents se fixent sur lui, observant froidement sa terreur. Ses contorsions et ses torsions le lient, de plus en plus profondément, dans la toile tissée d’une mort lente.

Le sort des hommes dans le Kali Yuga n’a pas été meilleur que celui des femmes. Malgré l’apparence d’une plus grande liberté, les hommes à leur manière ont été tout aussi opprimés et limités. Les tyrans ne sont jamais heureux et tous les hommes ont beaucoup souffert de la suppression des femmes. Personne ne peut être entier lorsqu’il est coupé de la mémoire de l’Esprit — de la Source.

Au cours des 6 000 dernières années, les hommes ont été contraints de choisir entre devenir des tyrans ou les esclaves des tyrans.

Avec des guerres sans fin qui font rage autour de la planète, les hommes ont été soumis aux horreurs de la vie militaire. Ils ont été entraînés à rejeter les informations émotionnelles, à endurer la douleur en silence et à ne jamais pleurer. Un homme séparé de sa mère à un âge précoce a peu d’occasions de cultiver des sentiments tendres et fait un meilleur guerrier. Tout comme une femme séparée de son père est plus facilement dominée, manipulée et toujours à la recherche du père perdu, elle fait une meilleure putain.


Comme chair à canon, la devise des hommes était souvent : « La nôtre n’est pas de se demander pourquoi. La nôtre n’est que de faire ou de mourir. Je me demande parfois combien de milliers d’hommes ont passé des jours, blessés, allongés sur des champs de bataille à combattre des vautours et à prier pour la miséricorde de la mort – vie après vie.

Les anciens PURANAS sanskrits nous disent que dans le Kali Yuga : « Les hommes se consacreront à gagner de l’argent ; les plus riches détiendront le pouvoir’ – comme si c’était quelque chose de bizarre, une anomalie. Dans le monde d’aujourd’hui, un homme est mesuré par la taille de son compte bancaire.

Les jeunes hommes, qui n’ont pas les opportunités qui viennent avec l’argent, continuent de rejoindre les forces armées. Pour un homme, le choix se situe toujours quelque part entre être un mendiant et devenir un tyran. Mais passer sa vie dans une entreprise géante pour un tas de biens et une hypothèque ne plaît pas à tout le monde. Certains osent se demander pourquoi ils devraient travailler toute leur vie dans un métier qu’ils détestent et qui les ennuie, pour acquérir des trucs.


Le but de la vie ne pouvait pas être simplement d’acquérir des choses. Il doit y avoir quelque chose de plus que la consommation. On peut aspirer à créer de la beauté, à contempler l’univers ou le sens de la vie. Il y a sûrement d’autres activités tout aussi précieuses pour une civilisation que de gagner des montagnes d’argent. Un homme qui s’est senti inspiré à penser, voire poussé à contempler et à méditer sur le sens de l’existence n’a pas de chance.

L’amère vérité de nos jours est que, de plus en plus, il n’y a que deux choix : rejoindre la main-d’œuvre de l’entreprise, ou ce qu’on appelle par euphémisme « l’industrie des services ». Les millions de personnes qui rejoignent le troupeau et obtiennent un emploi dans une entreprise finissent par faire la navette pendant des heures dans un trafic toxique pour ensuite s’asseoir dans une cabine devant un ordinateur toute la journée. La plupart décident qu’il vaut mieux renoncer à leur droit de choisir comment ils passent leur temps, leur vie, que d’avoir faim. Et bien sûr il y a la grande compulsion de consommation.

Où dans la Bible ou dans n’importe quel texte sanskrit, hindou ou bouddhiste, ou dans la Torah ou le Coran se trouve le commandement que l’humanité doit aller de l’avant et consommer de grandes quantités de choses?

Pourquoi un homme renoncerait-il à toute expression individuelle et se conformerait-il à une existence de type Borg afin de consommer?


Le monde s’éloigne-t-il de la démocratie?

Les entreprises géantes, qui contrôlent de manière flagrante les partis politiques avec les gros sous qui financent les campagnes électorales, créent-elles un environnement tendant vers la ploutocratie et l’oligarchie? Règle par et pour les riches !

Depuis de nombreuses années, des rapports indiquent que la race humaine empoisonne la planète, l’eau, la terre, l’air et la nourriture. La consommation incontrôlée tue par inadvertance les animaux, les poissons et les récifs coralliens. La Terre se réchauffe, la glace fond et personne n’a vraiment idée de ce que cela signifiera pour l’avenir – ou s’il y aura un avenir.

Seuls quelques-uns ont osé remettre en question le fait que gagner de l’argent a complètement dépassé toutes les autres motivations. L’ancienne caste des tyrans-prêtres a été remplacée par des économistes modernes tyranniques – tous criant leurs doctrines sur les ondes. Des chaînes de télévision spécifiques sont uniquement consacrées aux marchés financiers et beaucoup s’accrochent à chaque mot prononcé par les grands prêtres de l’argent.

Étrangement, le véritable génie du grand prêtre le plus estimé de l’économie est sa capacité infatigable à bourdonner indéfiniment dans la monotonie, alors qu’il ne révèle presque rien – tout comme un prêtre ! Mystérieusement et peut-être tout à fait correctement, le bâtiment de la Réserve fédérale à Washington DC est décoré de griffons noirs en fer forgé plutôt sinistres.

Notre ère économique actuelle est-elle une subversion d’un ordre cosmique plus naturel? L’ère du conflit et de la confusion est le cycle temporel le plus dense et le plus illusoire. La plupart des gens n’ont aucune connaissance des Cycles du Temps , même s’ils vivent dans le quatrième. Si cette connaissance n’avait pas été intentionnellement cachée, tout le monde se souviendrait qu’à d’autres époques, la vie sur la planète Terre était très différente – meilleure.

Contrairement à la propagande aveuglée par la science, la race humaine n’a pas continuellement et constamment évolué comme on nous l’a dit. La vérité est tout le contraire. Le fait que les économistes soient devenus des prêtres est en soi un excellent indicateur d’un État décentralisé, quoique quelque peu humoristique.

Les gens en sont venus à mesurer le progrès humain par les systèmes de répartition des richesses. Nous sommes devenus tellement perdus, tellement désemparés que nous ne posons plus la question essentielle : quel est le sens de la vie?

La civilisation entière semble être dans une sorte d’hypnose de masse. L’autel du matérialisme produit plus de densité, plus d’illusion, alors que les pensées des gens se sont solidifiées dans la réalité holographique. Plus les gens embrassent la religion de l’économie et son sacerdoce, et plus ils consacrent de leur temps à la poursuite de l’argent, plus Mammon dévore leur vie – jusqu’à ce que son pouvoir devienne si grand que les gens cessent de se demander pourquoi.

L’idée de l’économie comme « destin sublime et sacré » aurait été une plaisanterie absurde dans un autre cycle de temps. Les humains dotés d’une conscience supérieure n’auraient jamais considéré l’obsession actuelle des hiérarchies de l’argent comme leur destin et leur dharma.

Les gens se disputent continuellement pour savoir quel système économique leur apportera plus d’argent et plus de choses. La culture vénère désormais tout imbécile, tout canaille et voleur qui peut amasser des fortunes ridiculement énormes – alors que chaque jour, 34 000 enfants sur cette planète surpeuplée meurent de faim.

Les arguments hargneux, affirmant qu’un système est meilleur qu’un autre, passent à côté de l’essentiel. Les gens doivent se rendre compte qu’ils sont sous le charme, qu’ils s’étouffent dans un miasme d’amnésie. Les mythes délirants de l’économie dominent nos vies, à l’exclusion du sens.

Il reste très peu d’endroits sur la planète qui n’ont pas été envahis et qui n’ont pas encore connu l’hégémonie des entreprises. Ces quelques zones reculées n’ont pas encore été inondées de propagande de consommation, violées et pillées. De petites poches de conscience, des tribus isolées, restent libres des tentacules de la consommation.

Cependant, ceux-ci peuvent également disparaître de la planète – et bientôt, au rythme où les multinationales prennent le contrôle du monde. Comme prévu, la population mondiale entière se retrouvera dans une prison invisible – une prison de formes d’onde, de fréquences de pensée, contrôlant et limitant l’expérience humaine.

Le corps humain contient sept centres énergétiques de pouvoir, les chakras . Ces sept centres de pouvoir contiennent des possibilités illimitées, désormais inconnues de la plupart. Au cours des cycles de temps précédents, nous avons vécu bien plus que ce qui est actuellement programmé sur nos téléviseurs.

À l’époque d’avant l’oubli, alors que nous étions tous encore conscients de notre être UN, la naissance des galaxies, des nébuleuses, des étoiles et des planètes était vécue comme si nous étions ces créations cosmiques. L’expérience d’être la naissance du cosmos était sûrement un orgasme extatique sublimement transcendantal !

Toute notre vie, on nous avait dit que grâce aux miracles de la production et du capitalisme, tout allait mieux pour nous. Mais chaque amélioration semble apporter une autre forme d’asservissement encore plus profonde.

La conscience humaine est tellement inondée de propagande que la plupart ne prennent plus la peine de remettre en question. Remettre en cause les bienfaits de la consommation aujourd’hui pourrait être considéré comme antipatriotique.

Mais la vie est-elle meilleure? Personne n’a de temps et tout le monde est occupé-occupé-occupé à travailler, à participer à l’économie.

La famille pour le meilleur ou pour le pire semble se désintégrer. Si les gens sont vraiment plus heureux maintenant, alors pourquoi tant de personnes souffrent-elles de dépression chronique et pourquoi 1 personne sur 4 aux États-Unis est-elle obèse ? Pas gros – obèse. Y compris les enfants.

La restauration rapide est en fait un symptôme du Kali Yuga, comme le prédisaient les anciens Puranas sanscrits !

La même nourriture que les gens mangeaient avant les années 1950 est maintenant appelée biologique et coûte beaucoup plus cher. Les personnes qui s’en soucient et qui comprennent sont obligées de rechercher des aliments qui, espérons-le, ne sont pas toxiques. L’ingéniosité de la chimie moderne a produit une alimentation effrayante généreusement inondée d’insecticides, de conservateurs, d’hormones de croissance, d’antibiotiques et d’EDC, des perturbateurs endocriniens.

Le meilleur des gens n’émerge souvent que sous la contrainte. Les héros ne prospèrent tout simplement pas dans une culture de patates de canapé engourdies, narcotisées, passives et grasses. Des millions de personnes consomment ce qu’on appelle trompeusement des drogues de style de vie. Non seulement ces molécules artificielles affaiblissent la volonté individuelle, mais elles empêchent également avec succès les individus de vivre leur vie et de pouvoir grandir à partir de ces expériences. Cependant, ils permettent aux produits pharmaceutiques de rouler dans l’argent.

Le monde semble enchaîné aux rouages ​​de l’économie. Même les entrepreneurs, les gars de type A, les PDG qui dirigent les choses n’ont pas de véritable liberté. Comme tous les tyrans-guerriers des 6 000 dernières années, les personnes avec d’énormes niveaux d’ambition ne sont «heureuses» que lorsqu’elles gagnent et écrasent leurs adversaires. L’ambition matérielle est comme une drogue, et tout comme une drogue, elle laisse les gens vides, craignant la vieillesse, la faiblesse et la mort.

La peur de la mort pousse les hommes à quitter leur femme, à séduire et à épouser des femmes plus jeunes. Les riches et les puissants d’aujourd’hui insistent pour que leurs femelles, qu’ils considèrent comme des trophées de leur succès et comme une propriété , restent jeunes pour ne pas leur rappeler leur propre mortalité. La chirurgie plastique fleurit au Crépuscule du Kali Yuga.

Est-ce que n’importe quelle quantité de possessions matérielles vaut la peine de sacrifier son indépendance? La quête des moyens de subsistance signifie-t-elle consommer toute sa vie ? Quand les gens en sont-ils venus à valoriser les choses plus que leur liberté, plus que leur dignité – plus que l’amour, la gentillesse et la compassion?

À un moment donné, le but de la vie est devenu la production et la consommation de plus-plus-plus – quel qu’en soit le coût pour l’environnement, pour les gens du monde entier et pour la planète elle-même. La Terre ne peut apparemment pas supporter ce que l’Occident a conditionné les gens à désirer.

Le piège est tendu et la croissance illimitée est le graal. La croissance illimitée ressemble plus à une sorte de cancer. Chaque jour, les scientifiques de l’environnement avertissent que la planète ne supportera pas l’impact continu de la consommation. Et pourtant, ces avertissements continuent – du jamais vu.

Lorsque les hommes commenceront à voir au-delà du choix entre être un mendiant et devenir un tyran, et lorsqu’une fois de plus nous commencerons tous à chercher à l’intérieur des idées, des réponses et une compréhension de notre relation avec le Cosmos, il y aura de l’espoir à l’horizon pour le l’émergence d’une conscience supérieure, l’Amour, et la douce lumière dorée du prochain cycle temporel.

V. Susan Ferguson

Source


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 121 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire