Secrets révélés

La Grande Bretagne a-t-elle été colonisée par les Hébreux-Phéniciens au Xe siècle avant notre ère

Une nouvelle étude génétique de la Grande-Bretagne à l’âge du bronze tardif révèle des informations sur l’ascendance, la parenté, la langue et le lait.

De nouvelles recherches révélant une migration majeure vers l’île de Grande-Bretagne offrent de nouvelles perspectives sur les langues parlées à l’époque, l’ascendance de l’Angleterre et du Pays de Galles actuels, et même les anciennes habitudes de consommation de produits laitiers.

Les résultats sont décrits dans Nature par une équipe de plus de 200 chercheurs internationaux dirigée par les généticiens de Harvard David Reich et Nick Patterson. Michael Isakov, un étudiant de Harvard qui a découvert l’existence de la migration vieille de 3 000 ans, est l’un des co-premiers auteurs.

L’analyse est l’une des deux études dirigées par David Reich sur les données ADN de l’ancienne Grande-Bretagne que Nature a publiées mardi. Les deux mettent en lumière les avancées technologiques de la génomique à grande échelle et ouvrent de nouvelles fenêtres sur la vie des peuples anciens.

« Cela montre la puissance des données génétiques à grande échelle de concert avec les données archéologiques et autres pour obtenir des informations riches sur notre passé avant l’écriture », a déclaré Reich, professeur au Département de biologie évolutive humaine et professeur de génétique à Faculté de médecine de Harvard. « Les études ne sont pas seulement importantes pour la Grande-Bretagne, où nous avons maintenant des données ADN beaucoup plus anciennes que dans toute autre région , mais aussi en raison de ce qu’elles montrent sur la promesse d’études similaires ailleurs dans le monde. »

Les chercheurs ont analysé l’ADN de 793 individus nouvellement signalés dans la plus grande étude à l’échelle du génome impliquant des humains anciens.

Leurs découvertes révèlent une migration à grande échelle probablement de quelque part dans ce qui était la France à l’époque, vers le sud de la Grande-Bretagne, ou l’Angleterre et le Pays de Galles d’aujourd’hui, qui ont finalement remplacé environ 50 pour cent des ancêtres de l’île pendant l’âge du bronze tardif (1200 à 800 avant JC) .

²

Nous savons que vers 1000 av.JC, a commencé l’expansion phénicienne en Méditerranée, mais les premiers voyages Hébreux/Phéniciens ont commencé 200 ans avant cette expansion.

De plus, la scission des royaumes de Juda au sud et d’Israël au nord vers l’an 935 av.JC a très vite mené à l’exode du royaume du nord conquit par les Assyriens. Nous savons qu’en 820 av.JC, fut fondé la légendaire cité de Carthage, par la reine Didon de Phénicie… Les ruines de Carthage ont révélés la présence des hébreux aux cotés des Phéniciens… Les expéditions Hébreux/Phéniciens ont été courantes de 1200 à 800 avant JC.

Pour en revenir à l’étude qui nous intéresse:

L’étude soutient une théorie récente selon laquelle les premières langues celtiques sont arrivées de « France » en Grande-Bretagne à la fin de l’âge du bronze.

Elle remet en cause deux théories importantes: que les langues sont arrivées des centaines d’années plus tard, à l’âge du fer, ou 1 500 ans plus tôt à l’aube de l’âge du bronze .


Des recherches antérieures ont montré que les mouvements à grande échelle accompagnaient souvent les changements de langage dans les sociétés pré-étatiques. L’équipe de David Reich soutient que cet événement migratoire incalculable a plus de sens pour la propagation des premières langues celtiques en Grande-Bretagne.

« En utilisant des données génétiques pour documenter les moments où il y a eu des mouvements de population à grande échelle dans une région, nous pouvons identifier des moments plausibles pour un changement de langue », a déclaré Reich.

« Les langues celtiques connues sont trop similaires dans leurs vocabulaires pour descendre de manière plausible d’un ancêtre commun il y a 4 500 ans, ce qui correspond à l’époque de la première impulsion de la migration à grande échelle, et très peu de migration s’est produite à l’âge du fer. Si vous êtes un érudit sérieux, les données génétiques devraient vous faire ajuster vos croyances: en réduisant la pondération du scénario de la langue celtique ancienne à l’âge du fer [et au début de l’âge du bronze] et en augmentant la pondération de l’âge du bronze tardif. »

Dans le cadre de l’analyse génétique, les chercheurs ont découvert que la capacité de digérer le lait de vache a considérablement augmenté en Grande-Bretagne de 1200 à 200 avant JC, soit environ un millénaire plus tôt qu’en Europe centrale.

Ces résultats mettent en lumière un rôle différent de la consommation de produits laitiers en Grande-Bretagne au cours de cette période par rapport au reste de l’Europe continentale.

Il était rare qu’hébreux ou Phéniciens mélangent le lait et la viande. Cette interdiction de l’Ancien testament était devenus une prescription largement répandue, même au sein des population qui, par ailleurs, vénéraient des idoles. (ce qui était le cas des hébreux vivant au coté des Phéniciens.)

D’autres études sont nécessaires pour définir ce rôle, ont déclaré les chercheurs.


Une tolérance accrue au lait aurait fourni un grand avantage dans le premier des taux de survie plus élevés chez les enfants de personnes porteuses de cette adaptation génétique.


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci



ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 29 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page