Alien Mind commence là où les autres livres s’arrêtent. Plutôt que de débattre de l’existence des ovnis et des extraterrestres, Alien Mind cite des témoins humains et E.T. dans une nouvelle exploration étonnante des pensées et des hypothèses de nos voisins extraterrestres.

Soixante-cinq ans après Roswell, les preuves suggèrent que les extraterrestres tentent d’amener les humains à dépasser la cupidité des élites et l’échec de l’écologie afin de développer un type plus mature de citoyenneté cosmique. Bien que son contenu puisse être dérangeant, ce livre devrait aider à combler les lacunes dans les connaissances du public sur les extraterrestres. Alien Mind présente des sources inédites et aide les lecteurs à comprendre comment les extraterrestres pensent et ressentent leurs interactions avec les humains et les autres extraterrestres. Il aborde la science extraterrestre et la manière dont les humains peuvent à la fois détecter et identifier les différents types d’extraterrestres et leurs réseaux énergétiques.


Première version électronique publiée en 2006

19 – Une humilité plus évoluée

Un extraterrestre hyperversal bien voilé, dont la population est censée être apparue il y a quelque « 30 milliards » d’années, a déclaré qu’après tout ce temps, les hyperversaux sont presque entièrement inoffensifs.

En d’autres termes, ils seraient plus humbles, à la fois en nombre et en caractère ; ils sont plus également intégrés dans les communautés d’esprit universelles.

C’était une déclaration remarquable et, lorsqu’on la considère en conjonction avec une variété d’autres attitudes et comportements hyperversaux au fil du temps, elle souligne un aspect crucial de l’esprit et de la citoyenneté universelle qui peut être résumé de façon claire :

Il existe des compréhensions, des communications et des prises de conscience qui ne peuvent être connues et réalisées qu’au sein de la cohomologie de la considération égale (la cohomologie est un ordre dans lequel divers événements et mentalités sont homologues les uns des autres ; ils se chevauchent et s’interdimensionnent précisément).

Un échec à la fois de la considération et du partage égal fait sombrer les délinquants marginalement sous de telles compréhensions.

De tels extraterrestres ne peuvent pas en savoir autant qu’ils le devraient parce qu’ils se coupent eux-mêmes d’un cycle grossier et inférieur qui les fait souffrir (ainsi que les autres), parfois pendant de longues périodes, si leurs mondes survivent même, en premier lieu.

S’il faut deux cycles de l’univers, ou des dizaines de milliards d’années, pour humilier et corriger certaines vieilles tendances extraterrestres, alors nous pouvons comprendre comment il se fait que certains hyperversaux d’un cycle précédent de l’univers fassent encore des erreurs comme celles des Verdants, par exemple. Comment cela peut-il arriver ? Beaucoup de choses ont été dites à ce sujet, au fil du temps.

Les aliens récemment évolués posent un problème aux aliens hyperversaux. Dès que nous commençons à utiliser l’électrogravité et la technologie des cycles négatifs (ou alternatifs), nous utilisons de l’énergie et du temps ; nous créons des distorsions et une sorte de bruit occupé, en un sens. Nous pouvons être grossiers et repoussants (c’est-à-dire des colonisateurs agressifs), par rapport à des hyperversaux plus avancés.


Nous devons être orientés vers une meilleure écologie et de meilleures compréhensions. Nous devons évoluer vers des types d’esprit plus fins. Après avoir communiqué avec les hyperversaux et noté leurs subtilités et leurs considérations plus larges, un observateur note que lorsqu’un Verdant (sexuel) entre en jeu, la différence entre les aliens hyperversaux et le Verdant est presque aussi nette que la différence entre un humain trop exigeant et un hyperversal.

Comparé aux hyperversaux, un Verdant qui intervient ici est enclin à une conscience limitée, à la recherche du plaisir. Ces Verdants semblent plus absorbés visuellement et physiquement et superficiels, presque égoïstement immergés dans leur environnement. Voir cela est décevant.

Les hyperversals savent que dans chaque galaxie, un certain nombre de méga-populations deviendront nombreuses et prendront plus de planètes pour elles-mêmes que des populations plus petites et plus humbles. Ironiquement, les hyperversaux qui faisaient eux-mêmes partie de méga-populations agressives il y a plus de 13,7 milliards d’années peuvent être chargés de superviser à distance une méga-population récemment évoluée, alors que, dans le même temps, la population d’hyperversaux donnée se sent obligée d’aider à modérer toutes les populations extraterrestres, y compris la leur, au fil du temps. Les astronomes et les physiciens peuvent constater que les étoiles et les atomes ont une durée limitée, il n’est donc jamais nécessaire de prévoir un cycle d’univers étendu (qui prolongerait la durée des quanta sub-nucléaires).

Cependant, certains hyperversaux peuvent encore vouloir assouvir leur désir de voir plus, de faire plus et d’échantillonner plus des nombreux biomes et spectacles de l’univers.

Pour ce faire, et afin de réduire leur besoin de marchander directement avec des aliens récemment évolués, ils peuvent s’appuyer sur une méga-population (parfois offensante) récemment évoluée, c’est-à-dire les Verdants.

Si les hyperversaux donnés sont trop détachés et utilitaires en substituant l’emprise des Verdants offensifs à leurs propres impulsions plus évoluées du genre, des abus cauchemardesques peuvent se produire :

  • des guerres manipulées, des extrêmes de cupidité et de destruction comme ceux des agents directs de l’IFSP.

En d’autres termes, pendant que la population hyperversale délinquante essaie de répondre à des exigences universelles plus larges d’humilité, de réduction de la population et d’écologie, elle peut compter sur un méga-délinquant récemment évolué pour faire le sale boulot.

Et si tel est le cas, le nombre de leurs propres populations devient un problème dans les crimes. Pire encore, si le méga-délinquant récemment évolué propage les gènes des hyperversaux, le schéma commence à ressembler tout simplement à un animal. Ainsi, d’une certaine manière, ils n’évoluent pas comme il se doit, et il peut falloir des milliards d’années pour que leur population apprenne l’humilité (et l’inclusion) co-égale. Grâce à la science hyper-avancée, ils vivent de plus en plus longtemps, mais ils se lassent et peuvent en vouloir aux méga-populations rudimentaires et récemment évoluées qui leur pèsent. C’est une double contrainte.

Les hyperversaux donnés peuvent vouloir transférer la responsabilité directe et physique des aliens récemment évolués aux aliens récemment évolués, mais le processus et les implications de cette démarche peuvent être à la fois criminels et désensibilisants. Les hyperversaux doivent convaincre les nouvelles populations d’extraterrestres de se modérer et d’être pacifiques, mais des contradictions séculaires pèsent toujours sur les hyperversaux, c’est-à-dire que leurs propres ancêtres ont pris trop de choses, trop grossièrement il y a longtemps.

Malgré leur technologie hyper-avancée, ils sont toujours liés aux horreurs et à l’arrogance de l’excès. Ainsi, les contradictions de l’inégalité peuvent les hanter pendant des milliards d’années. Ils n’incarnent pas l’équivalence universelle.

En fin de compte, ils peuvent vouloir échapper aux impulsions déformées du pouvoir et du contrôle, pour fusionner avec un ordre d’hyperversaux plus avancé et moins grossièrement physique, plus modestement numéroté, qui les précède. Ainsi, au fil du temps, l’objectif le plus élevé est d’évoluer au-delà de toute grossièreté et de toute destruction, pour essentiellement purifier l’ordre de l’être et faire évoluer toutes les impulsions d’ordre inférieur.

Les extraterrestres avancés s’efforcent de souligner que l’univers entier s’efforce continuellement de revenir à, ou de s’intégrer en tant qu’entité collective unifiée (sa véritable base). Ironiquement, les nouveaux extraterrestres inoffensifs qui limitent doucement le nombre de leurs populations et le fait de l’utilisation de l’énergie négative peuvent être en mesure d’avancer plus rapidement dans l’ordre de l’être.

Ils n’ont pas besoin d’être entraînés dans de longs cycles de corruption et de destruction manipulée, bien qu’ils doivent s’accorder avec leurs voisins et être vigilants quant à l’écologie vivante et universelle. Les humains doivent se rappeler que certains extraterrestres étaient moins violents et moins militaristes lorsqu’ils étaient au même stade de développement technologique que nous. En d’autres termes, nous devons nous mettre à niveau.

En fin de compte, il y a une ironie déterminante dans le fait qu’aucune communauté d’esprit hyperversale brute ne peut exister en dehors de, ou sans être affectée par, l’ordre plus large et plus évolué des générations précédentes et de tout extraterrestre exceptionnellement évolué du cycle actuel. Quelle que soit l’égalité et la considération idéales du continuum d’êtres plus large, les populations offensives doivent être évaluées et testées pour voir si elles évoluent comme il se doit.

Les humains l’ont observé directement, et nous avons vu comment les hyperversaux bien adaptés et à l’esprit fin reculent presque avec gêne et désillusion lorsque l’espace mental des délinquants est échantillonné, pour ainsi dire. Pour les meilleurs hyperversifs, les moins bons peuvent sembler déformés et répugnants. Les non sexuels peuvent penser que les sexuels offensifs sont immergés dans un ordre collectif et animal d’impulsions superficielles (les arrêts et les départs des plaisirs personnels, plutôt qu’une plus grande conscience universelle).

Ainsi, afin de préserver l’univers et de permettre le meilleur de toutes les interactions partagées, les populations les plus avancées doivent soit s’efforcer d’atteindre une sorte de conscience élargie et d’humilité faible mais presque infinie, soit essayer d’ordonner l’univers selon le bon caractère universellement reconnu tout en chronométrant toutes les technologies avancées afin d’être à l’affût des Δt délinquants. En vérité, ils doivent faire les deux.

Comme tout bon physicien, les hyperversaux regroupent les phénomènes selon des catégories entières dans l’univers.

Toute lumière, toute singularité, tout électron sont des points communs, en un sens. Ils résonnent selon la même contrainte universelle. Alors que les humains ont tendance à rechercher la particule définitive (c’est-à-dire un « graviton » théorisé) ou la corde unidimensionnelle serrée de la théorie des cordes, les hyperversaux voient une résonance plus complexe, mais simple, de quantités non entières – toutes intégrées dans un tout universel/multivers.


Plutôt que de chercher une « chose » extérieure, conceptuellement concrétisée, constituée de particules, les hyperversaux voient une cohomologie de cycles cosmiques interdimensionnels (chaque cycle étant essentiellement évacué par la dimension négative / alt… des cycles précédents) et pourtant tous les cycles sont virtuellement connectés. En d’autres termes, nous vivons dans un multivers fondé sur une série de cycles antérieurs et futurs, certains déjà habités, d’autres, sinon tous, hyper-intelligents, au fil du temps.

Les esprits avancés partagent une conscience fine et magnifique dans laquelle les horizons temporels dont les humains parlent normalement sont moins distincts, un ordre dans lequel le temps est subtilement multidirectionnel. Lors de la première expérience de telles interactions, les humains peuvent se sentir dépassés et pleins d’espoir, bénis de savoir.

Il s’agit d’un ordre dans l’être qui ne se limite pas à une simple expérience hors du corps (OBE). Il requiert plutôt une sorte d’identité extracorporelle (IEC), une cohésion sociale plus large. Lorsque les humains évoluent pour la première fois vers une telle conscience, ils veulent y rester ; ils ne veulent pas retourner dans un corps isolé et individuel (beaucoup peuvent en témoigner).

C’est une prise de conscience profondément porteuse d’espoir, qui incite à reconsidérer soigneusement les anciennes hypothèses.

* Il s’agit d’un cycle intérieur qui résonne loin à l’extérieur, vous vous souvenez ?

20 – Une deuxième profondeur de conscience

Les humains qui prennent le temps de se familiariser avec la télépathie et la télédétection ont ce qui est, en fait, une deuxième profondeur de conscience.

Ils pensent et ressentent au-delà de leur corps physique immédiat. La conscience de deuxième profondeur implique une conscience plus profonde, souvent intuitive, de la résonance gravitationnelle à une échelle plus grande et extérieure (qui se fond invariablement dans la dimension collectivement partagée). Par le biais d’un cycle négatif intérieur qui résonne également dans l’espace-temps, ils se sentent plus loin. C’est ainsi que certains d’entre nous peuvent presque instantanément savoir ce que pense un autre – souvent très loin.

Aussi étrange que cela puisse paraître, les animaux n’ont pas de barrières intellectuelles et peuvent compter sur une conscience de seconde zone pour leur survie. Lorsque les éléphants ont attrapé des humains et couru vers le haut de la colline avant que le tsunami ne frappe en 2005, lorsque les chiens ont couru vers le haut de la colline avant tout signe visible du tsunami, ils se sont probablement appuyés sur la deuxième profondeur. La conscience de la seconde profondeur fait partie de la télédétection.

Les principes physiques (et les communautés d’esprit) qui permettent ce phénomène sont expliqués dans les chapitres précédents.

La conscience de seconde profondeur permet à la télépathie de se mettre en réseau avec de nombreuses personnes différentes en même temps et, finalement, d’atteindre un niveau de pensée supérieur : la communauté d’esprit. Au début, cela peut nécessiter une concentration coordonnée sur un individu donné ou d’autres personnes qui agissent comme une sorte de lieu de rencontre pour divers esprits, mais avec le temps, cela devient une conscience plus large et habituelle.

Cela nous permet d’entrer dans une pièce remplie de gens et de sentir l’humeur et le sujet des interactions récentes. Cela implique une sorte de transparence, comme toute télépathie.

* Essayez, si vous le pouvez. Dans la plupart des cas, cela ne peut qu’améliorer votre vie.

Encore une fois, comme le dit Russel Targ PhD : « Le grand secret est qu’il n’y a pas de secrets. »

En d’autres termes, d’autres personnes peuvent connaître vos pensées.

Au départ, cela peut sembler gênant pour les personnes sexuées, mais pour les non-sexuées, ça l’est beaucoup moins. Il faut un peu de temps pour s’habituer à ce genre de transparence. Beaucoup de mensonges et d’idées fausses qui s’enchevêtrent dans l’esprit s’en vont par la suite (ce qui est déjà une grâce en soi). Un homme qui passe trop de temps à regarder une femme de haut en bas peut constater qu’elle se retourne avec méfiance et regarde dans sa direction. Dans les sociétés de seconde zone, un homme qui veut le pouvoir pour des raisons criminelles peut être détecté. Les mensonges d’un régime donné et ses crimes peuvent être connus par n’importe quelle personne.

En bref, la conscience de seconde profondeur, que tous les extraterrestres développent et dont les humains doivent être plus honnêtes, aide à garder les humains et les extraterrestres honnêtes. Elle est à la fois attendue et nécessaire pour comprendre un univers intelligent.

Avec le temps, la conscience de seconde profondeur évolue vers un ou plusieurs ordres supérieurs de conscience supplémentaire, dont certains hyperversaux avancés et la communauté d’esprit sont des exemples. Il existe des compréhensions et des dynamiques importantes, voire phénoménales, qui ne peuvent être connues qu’à travers cette conscience et cette égalité.

La différence entre la communauté d’esprit et un individu est analogue à la différence entre un individu et quelques cellules cérébrales.

Lorsque des populations nouvellement évoluées découvrent l’énergie négative et l’électrogravité, des êtres avancés les contactent pour diverses raisons :

  • pour les civiliser davantage,
  • pour les amener à s’accorder avec l’écologie.

Lorsque les humains commencent à interagir et à sonder la conscience de seconde profondeur, la même communauté avancée tente, de diverses manières, de s’assurer que les conventions préexistantes et non violentes sont comprises.

Comme nous l’avons vu avec les hyperversaux, cette rencontre des esprits peut parfois être délicate, mais, dans l’ensemble, elle devrait conduire à des continuités mutuellement plus évoluées. Chez les extraterrestres, la conscience de la seconde profondeur est considérée comme aussi nécessaire que la capacité d’un enfant à se décentrer (à réaliser qu’il/elle n’est pas le centre de tout).

Ainsi, lorsque les extraterrestres hyperversaux s’inquiètent et prennent leurs distances par rapport aux comportements humains brutaux, il est utile de se rappeler que les hyperversaux partagent des interactions mentales plus larges et aux contours plus doux, même si certains hyperversaux se trompent lorsqu’ils interagissent avec les humains. Les impulsions et les arrogations des humains peuvent leur sembler étranges – difficiles à comprendre car la plupart des hyperversaux commencent avec de meilleures idées, dès le départ. Pour imaginer ce que nous « ressentons » à leurs yeux, imaginez que vous essayez de comprendre un homme des cavernes qui ne connaît que 30 mots, un homme enclin à l’usage de la force et aveugle à ce qu’il n’a pas encore envisagé.


Une fois de plus, il est utile de se rappeler que des ordres d’esprit et d’être de plus en plus avancés sont largement répandus dans le temps, tant dans la direction du futur que dans celle du passé. Des sociétés plus avancées sont tout autour de nous dans presque toutes les directions, dans le sens du présent également. Il y a beaucoup à apprendre.

En raison des exigences de circonstances plus larges, les extraterrestres avancés peuvent parfois se sentir coupés, leurs émotions desséchées. Un alien hyperversal a dit que le meilleur de l’humanité « est comme la soie humaine », parlant apparemment en référence à nos possibilités émotionnelles et critiques indépendantes (plus d’autres résonances culturelles). Cette déclaration fait également allusion à la façon dont l’humanité peut parfois être considérée comme petite et isolée.


Le Dr John Mack a écrit qu’une victime d’enlèvement nommée Catherine a déclaré qu’un extraterrestre gris lui avait dit que son espèce savait ce que signifiait l’attention mais que « nous ne la ressentons pas ».

« Nous ne le ressentons pas aussi intensément que vous. »

Mack a écrit que Catherine « pourrait reconnaître que du point de vue des extraterrestres (ravisseurs) et de leur engagement dans leur entreprise, ils pourraient ressentir de l’affection comme nous le ferions envers un animal de compagnie utilisé pour des expériences. » – (Abduction, p. 163, 166)

Parfois, les humains remarquent une attitude distante, voire condescendante, des extraterrestres envers la condition humaine.

Par exemple, les hyperversaux Verdant en complicité avec les « trois elliptiques » essaient parfois de donner une image superficielle d’eux-mêmes, au premier degré. Ce n’est pas comme ça qu’ils se voient, bien sûr, mais étant donné les ironies horribles de la stratégie verdante, ils trouvent pratique de se présenter ainsi aux humains. Pour les humains, la simple présomption de tels aliens peut être un problème.

Les hyperversaux de ce genre ont tendance à penser que tout est différent après les hyperversaux. De plus, ils peuvent essayer de devancer les autres structures et réseaux de communication dans tout ce voisinage multi-galactique.

Ainsi, nous voyons des hyperversaux avancés qui peuvent être alternativement utiles, mais froidement calculateurs – habitués à voir mourir un nombre important d’autres aliens. Ils peuvent, parfois, avoir tendance à rejeter tous les e.t. récemment évolués comme si nous étions tous des mineurs inexpérimentés et naïfs.

Pendant ce temps, les extraterrestres récemment évolués peuvent voir ce que l’avenir leur réserve : un besoin criant de conserver, de prévenir les conflits et de réduire la population dans des galaxies comme la Voie lactée et Andromède, car nous allons fusionner, formant une grande galaxie elliptique, chaude et légèrement moins hospitalière. Dans de tels cas, c’est soit faire, soit mourir, mais les ET récemment évolués semblent le savoir.

Parfois, l’attitude des hyperversaux des « trois ellipses » suggère que si les humains procèdent à partir de considérations plus égalitaires et écologiques, tout ira bien. Cependant, il arrive que certains d’entre eux renversent cette attitude et agissent comme si la solution était trouvée et que des millions d’humains allaient mourir à cause de l’incursion des Verdants. Nous avons entendu trois hypers elliptiques dire que le spectacle des Verdant n’est qu’une variation sur un thème car les humains auraient autrement connu une intervention d’un groupe ou d’un autre.

Les hyperversales de ce genre suggèrent que les humains manquent de perspective sur ces questions. Gardez à l’esprit que les hyperversaux vivent longtemps et ont vu de longues histoires de brutalité ici, et ailleurs.

Ils supposent que d’une manière ou d’une autre, nous serons obligés de changer.

21 – Les impulsions des extraterrestres frustrés

Nous avons tous vu comment des humains frustrés reviennent parfois à des impulsions destructrices, voire violentes, pour s’assurer un accès à la reproduction et protéger leur approvisionnement en nourriture.

Les humains les plus corrompus sont prêts à mentir, à tricher et même à souiller tout l’environnement mondial afin de s’isoler dans la splendeur. Mais qu’en est-il des extraterrestres ? Lorsqu’ils sont mis au défi au-delà de tout contrôle immédiat, comment réagissent-ils ?

Au fil du temps et dans des circonstances difficiles, nous avons catalogué une variété d’impulsions d’aliens frustrés. De la même manière que les humains ont des pulsions animales, nous avons vu divers extraterrestres avoir recours à des comportements destructeurs de l’esprit pour éviter que leur travail ici ne soit perturbé.

Des comportements destructeurs de l’esprit et du cerveau apparaissent, ainsi que des tentatives d’abrutissement des humains. Dans de tels cas, les extraterrestres ont essayé de provoquer les humains pour qu’ils s’enfuient et boivent de l’alcool ou ressentent une colère extrême. Les extraterrestres ont fait à distance des remarques menaçantes voilées (comme si elles étaient humaines) pour provoquer et effrayer les humains dans le cadre du plan IFSP/ »trois elliptiques » visant à contrecarrer, voire à décapiter, l’initiative humaine indépendante.

Encore une fois, lorsqu’ils sont poussés au-delà de leurs limites, divers extraterrestres lancent impulsivement des gestes destructeurs de l’esprit ou du cerveau, des gestes qui perturbent la pensée.

Cela ressemble à la tendance animale des humains à se comporter de manière à maximiser la prolifération génétique. Chez certains extraterrestres non sexuels, il y a une impulsion pour anéantir les systèmes de pensée concurrents et imposer le leur – par tous les moyens nécessaires. Cependant, parce qu’ils proviennent de sociétés plus évoluées et moins violentes intérieurement, les pires pulsions des extraterrestres (en interaction) semblent être moins ouvertement enclins à la violence que les pires humains.

Dans certains cas, des extraterrestres avancés lancent des menaces voilées dans une interaction télépathique humaine complexe afin d’anticiper les menaces humaines envers d’autres humains. Dans de tels cas, les remarques peuvent être formulées en termes plus doux, essentiellement transparents, en supposant que les humains sont conscients des manières des extraterrestres et qu’ils sont légèrement déférents.

À d’autres moments, cependant, c’est-à-dire lorsque la colère monte contre les agents directs de l’IFSP, des surveillants aliens plus avancés (y compris certains dans la section des trois elliptiques) ont fait des remarques menaçantes – comme s’ils étaient humains – afin d’éviter que les humains ne pensent à sévir contre les agents directs. Cela démontre leur désir de contrôler le rythme et le résultat des actions humaines.

Dans de tels cas, des questions fondamentales se posent sur l’indépendance du jugement critique – à la fois dans notre cas (la capacité de juger ces ET tels qu’ils sont) et dans le leur (leur société est-elle devenue trop froide et insulaire pour être capable de se critiquer elle-même ?) La technologie psychotronique extraterrestre qui surveille et est contrôlée par l’énergie cérébrale fait naître certains potentiels d’oppression. Il ne fait aucun doute que certaines sociétés traversent des phases cauchemardesques d’abus psychotroniques, mais, avec le temps, elles développent une certaine transparence.

Les sociétés de ce type doivent établir une base de loi et de proportionnalité, de bien et de mal, de peur de se laisser distancer par des populations plus performantes.

Nous avons vu un comportement plus inquiétant lorsque des hypervers corrompus se sentent frustrés. Par exemple, lorsqu’on les interroge sur les plans d’États clients tueurs de planètes comme les Verdants, certains hypervers corrompus se retranchent dans un cadre froid et pourtant troublant d’arrogations absolutistes. Un vieil hyperversal de la faction des « trois elliptiques » insiste sur le fait qu’aucune loi ne nous protège de tels crimes, comme si les conceptions et les décisions de sa lointaine population étaient les seules à compter.

Dans son esprit, leur point de vue est plus important, donc nos opinions et notre notion des lois ne comptent pas.

Bien qu’il écoute les doléances concernant les crimes de masse contre l’humanité commis par les agents directs de l’IFSP, il a tendance à les rejeter comme superflues. Il semble penser avoir fait le tour de la question il y a des milliers (ou des millions) d’années.

Ainsi, lorsqu’il est frustré par les émotions humaines liées aux crimes de masse contre l’humanité, il se replie sur son sens de l’ordre, ou celui de son groupe, et extériorise simplement le nôtre. C’est comme si le raisonnement juridique et le jugement critique indépendant s’étaient flétris ou avaient été supprimés dans de tels régimes, ce qui est effrayant.

Je me souviens qu’au début, j’ai été impressionné par les hyperversaux, puis déçu qu’ils n’aient pas une présence physique plus active.

Certains sont corrompus

Ils ont tendance à utiliser des copies hybrides, génétiquement modifiées, d’extraterrestres ayant récemment évolué et vivant dans cette galaxie et dans d’autres, en partie pour anticiper les interactions des nouvelles populations avec leurs voisins avant qu’elles ne soient assimilées au sens large, et en partie comme une sorte d’intermédiaire.

Pour concevoir leurs nombreux hybrides, les hyperversaux peuvent s’appuyer sur les programmes d’enlèvement et de reproduction de diverses mégapopulations. Il s’agit d’une vaste entreprise impliquant des laboratoires et différents types de science en différents endroits. Cela prédispose de nombreuses populations à penser en termes d’intervention, de génétique manipulée et de haute technologie. Cela suggère également une stratégie de type caméléon, une tentative de se montrer amical et de s’attirer les faveurs d’un peuple tout en travaillant parfois à le remplacer complètement.

D’une certaine manière, les extraterrestres hyperversaux nous ressemblent plus qu’ils ne nous ressemblent. Ils peuvent être trop obéissants, trop facilement utilisés par les pires de leurs pairs. Certains sont trop idéalisés dans leur éloignement des autres populations ; d’autres sont conçus pour s’interfacer avec des méga-populations comme les Verdants, par exemple. Apparemment, des hybrides génétiquement modifiés sont utilisés pour interagir avec les Verdants, probablement pour éviter que les Verdants ne volent le matériel génétique et la technologie des hyperversaux.

Comme nous le verrons plus loin, il existe des indications explicites que les Verdants ont pu recevoir il y a longtemps des apports génétiques des hyperversaux « trois elliptiques », peut-être dans le cadre d’une intervention dans leur propre cas.

Encore une fois, les extraterrestres hyper-avancés suggèrent que nous fassions ce qu’ils disent avoir fait : nous nous dirigeons, du mieux que nous pouvons, vers une stratégie de reproduction essentiellement non sexuelle. Ils font tout leur possible pour nous suggérer de nous intégrer dans des entités plus grandes, ce qui, selon eux, nous permettra de perdurer dans des cycles universels étendus.


La question est : Quelle entité plus large?

Devons-nous renoncer à une critique indépendante pour y parvenir, ou devons-nous trouver notre propre voie et créer nos propres associations ?

Dans les deux cas, les hyperversaux vivent dans notre voisinage et ont probablement des apports vitaux dans chaque méga-population et chaque galaxie.

Un hyperversal a dit que certains indépendants du cycle de l’univers précédent sont arrivés dans le cycle de l’univers actuel (tel que nous le connaissons) tout en s’accordant et en étant ouverts à diverses interactions. En d’autres termes, ils ne se sont pas trop arrogés. Bien sûr, de notre point de vue, à quel point ces indépendants seraient-ils « séparés » ?

Nous savons qu’ils sont capables de critiquer les grandes mégapopulations, et qui peut dire lesquels sont les plus astucieux et les plus perspicaces ?

Les indépendants ou les grandes mégapopulations ?

Les deux options sont incomplètes l’une sans l’autre.

C’est un sujet de discussion majeur parmi les aliens ici, étant donné le penchant humain pour l’indépendance face à une intervention verdoyante. Néanmoins, si nous développons une meilleure loi globale et essayons de ne pas prendre trop, si nous ne nous dispersons pas et n’essayons pas d’occuper d’autres systèmes (comme le font les Verdants), nous sommes accessibles.

Si nous parvenons à une écologie globale résonante et n’utilisons la gravitation qu’avec parcimonie dans le cadre d’accords globaux, nous avons de bonnes chances.

L’ironie est que nous finirons par nous croiser avec des extraterrestres (pas nécessairement un acte sexuel) et que nous échangerons des options génétiques. Dans des milliards d’années, si ce n’est plus tôt, nous ressemblerons davantage à des hyperversaux d’origine mixte. Notre héritage proviendra de nombreuses planètes, comme c’est peut-être déjà le cas en partie.

D’après ce que nous avons vu jusqu’à présent, les extraterrestres hyper-avancés proviennent de différents milieux et ont des physiques différents. Ils ne sont pas les produits monolithiques d’un seul et même coup de poignard avide de dominer le cosmos.

Au contraire, la majorité d’entre eux sont peut-être des êtres plus humbles qui ont reculé devant l’exemple de la cupidité et se sont organisés pour se protéger de tels excès.

A suivre…

Voir tous les chapitres : Alien Mind – La pensée et le comportement des extraterrestres


Que pensez-vous de cet article ? Inscrivez-vous et rejoignez la conversation


Merci à tous pour votre soutien.

Beaucoup d'entre vous sont avec moi, par le coeur et la pensée, et je vous transmet ma gratitude... Vous pouvez assurer la continuité de ce site de plusieurs manières... En partageant les articles que vous avez aimé... En achetant vos livres et vos produits préférés sur Amazon via ce site... En faisant un don sécurisé sur Paypal... Ou les trois en même temps... Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...


Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci








Elishean777 : Communauté pour un Nouveau Monde © elishean/2009-2021

Tags:

0 Commentaires

Laisser une réponse

Imaginer un Nouveau Monde © Elishean 2009 - 2021

CONTACT

Vous pouvez nous envoyer un e-mail et nous vous répondrons dès que possible.

En cours d’envoi
ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

%d blogueurs aiment cette page :