Les souvenirs sont une chose étrange, il y a des souvenirs tangibles qui peuvent être prouvés, il y a des souvenirs supprimés qui sont des souvenirs embrouillés d’événements réels, il y a des des souvenirs qui sont un mélange d’événements réels et irréels, des souvenirs basés sur l’imagination.

Mais ce qui est peut-être le plus effrayant, ce sont des souvenirs qui ont été intentionnellement « programmés » dans l’esprit d’une personne, qui peuvent consister en n’importe quoi : entre des expériences réelles de la vie et des souvenirs entièrement « conçus » qui peuvent avoir été insérés pour « couvrir » des expériences qui sont beaucoup plus étranges que la fiction.


Je ne sais pas exactement où se situent les expériences d’Andy Pero* dans ce spectre, bien que beaucoup de lieux et de personnes qu’il décrit existent réellement, donc au moins un bon nombre de ses souvenirs sont apparemment exacts… mais la question est de savoir si les expériences qu’il a rapportées concernant les projets spatio-temporels extraterrestres menés dans les bases de Montauk sont également fondées sur des faits, et si oui, dans quelle mesure?

*Andy Pero, est un survivant d’un projet secret de contrôle mental visant à créer des super soldats avec des capacités psioniques.

D’autres ont fait des déclarations similaires à propos de Montauk, bien que ces expériences fantastiques n’apparaissent que dans les dernières sections de l’histoire d’Andy, comme on peut le constater en faisant une RECHERCHE sur Internet pour trouver d’autres écrits sur le projet Montauk.

Voici donc, l’histoire d’Andy Pero :

« Ceci est mon histoire, et ceci est ma vie. Voici la chronologie des événements, pour autant que je puisse m’en souvenir. Comme je retrouve lentement la mémoire, voici ma vie telle que je peux m’en souvenir. Il ne s’agit cependant que d’une ébauche et beaucoup des lignes temporelles parallèles qui coexistent au cours de ma vie ont été laissées de côté dans ce document. Au fil du temps, de plus en plus de pièces se mettront en place.

Voici ma chronologie

Mon père est diplômé de l’Académie navale américaine, classe 63 (Michael A. Pero Jr.).

Août 1966-Nov 1968– Ma famille est stationnée au centre du bataillon de construction de la CB à Hueneme, en Californie.

Nov 1968– Ma famille déménage à Fallon, Nevada. Mon père est LT. Mon père est commandant de la station aéronavale de Fallon, au Nevada.

25 novembre 1969– Je suis né à Fallon, au Nevada. Je m’appelle Michael Andrew Pero III.

12 juillet 1971– Mon père démissionne de son poste de LT. Commandant de la station aéronavale de Fallon et quitte la marine. Nous déménageons dans le New Jersey, et il commence à travailler dans le secteur privé.

Juin 1974- Juillet 1976– Mon père commence un nouvel emploi à l’étranger, et nous déménageons à Munich, en Allemagne. {note : capitale de la Bavière, comme dans, « Bavarian » Illuminati}. J’ai 5 ans. Je fréquente deux écoles différentes à cette époque, le jardin d’enfants allemand le matin, puis le jardin d’enfants anglais l’après-midi (maternelle puis CP). C’est là que commencent les premières divergences entre ma mémoire et mes parents.


Le Rathaus et la Marienplatz depuis la Peterskirche à Munich, Allemagne. Prise par moi-même avec un Canon 5D et un objectif 24-105mm f/4L IS.

Je me souviens avoir vécu en Allemagne. Je me souviens de notre appartement, et comment notre chat « twinkie » n’écoutait pas ceux qui l’appelaient en allemand. Mais si quelqu’un, peu importe qui, l’appelait en anglais, elle accourait. Je me souviens que ma meilleure amie était une petite fille avec de longs cheveux bruns raides et des yeux bruns.

Je dînais chez elle et je me souviens qu’après le dîner, elle a sorti deux bières du réfrigérateur de ses parents et nous les avons bues dans son allée. J’avais peur que nous ayons des problèmes, mais elle a dit qu’elle buvait de la bière tout le temps. J’ai pris environ trois gorgées et j’ai senti que j’allais vomir. Je voulais jeter la mienne, mais elle ne voulait pas gaspiller la bière, alors elle a bu la mienne aussi.

Je me souviens que ma sœur essayait de m’apprendre à danser et qu’elle m’a projeté dans l’appartement si vite que j’ai été projeté dans le coin du mur et que je me suis ouvert la tête et que j’ai dû aller me faire recoudre. Je me souviens de tout cela.

Mais surtout, je me souviens du jardin d’enfants allemand. Je me souviens de l’institutrice et de son apparence. Elle était très gentille avec moi et avait de longs cheveux bruns et gris ondulés, et on aurait dit qu’elle avait avalé un pneu autour de la taille car elle était lourde. Je me souviens qu’on m’a présenté mon premier « gummy bear » et que j’ai pensé que c’était « la chose la plus cool du monde ».

En tant qu’Américain et le plus grand de la classe, j’étais en quelque sorte la célébrité de la classe et le centre d’attention. Je me souviens de la mini-piscine qu’ils avaient dehors, elle n’avait qu’un mètre de profondeur, mais nous nous déshabillions en sous-vêtements et quand il faisait chaud dehors, nous allions nous baigner. Je me souviens de toutes ces choses, mais quand il s’agit de l’école « américaine » où j’étais censé aller l’après-midi. JE NE ME SOUVIENS DE RIEN ! Je ne me souviens pas d’une autre classe, je ne me souviens pas d’un autre bâtiment, je ne me souviens d’aucun ami, d’aucune personne, d’aucun professeur, je ne me souviens même pas d’être allé dans une autre école.

CE DONT JE ME SOUVIENS, C’EST D’UNE BASE AÉRIENNE.

Je me souviens que lorsque je m’en approchais pour la première fois, c’était un endroit immense entouré d’une grande clôture à maillons.

Il y avait des avions et des kilomètres et des kilomètres de ciment. Je ne me souviens pas de l’homme qui m’accompagnait, mais je me rappelle lui avoir demandé « pourquoi m’emmenez-vous ici ? » et il m’a répondu « à cause de votre père ! ». « Mais mon père était dans la marine, pourquoi m’emmenez-vous sur une base aérienne ? » Ai-je demandé à nouveau. Et l’homme de répondre : « Fils, toutes les branches de l’armée travaillent en étroite collaboration. » « Mais il n’est plus dans la marine ? »

J’ai répondu. Et il a dit, « Nous faisons cela comme une faveur ‘spéciale’ pour votre père. » « Pourquoi », ai-je demandé. « PARCE QUE NOUS PRENONS SOIN DES NOS PROPRES GENS ! » dit-il en changeant de ton, et puis il a dit « tu poses beaucoup de questions, petite merde », je me souviens que cela m’a blessé parce que je n’essayais pas d’être une petite merde, je voulais juste savoir pourquoi ils m’emmenaient dans cet endroit étrange. Je ne me souviens pas d’avoir été à l’intérieur de la base aérienne, tout ce dont je me souviens est l’intérieur d’une chambre de médecin.

Une salle d’examen.

Ils m’ont fait me déshabiller jusqu’à mes sous-vêtements et m’ont fait asseoir sur cette table métallique brillante. Je me souviens que la table était très froide, si froide que j’ai demandé si je pouvais bouger ou en descendre et une grosse voix retentissante a crié : « NE BOUGEZ PAS ET NE PARLEZ PAS À MOINS QU’ON VOUS PARLE ».

Je suis donc resté assis, les jambes couvertes de chair de poule. J’entends du mouvement derrière moi et j’entends « est-ce que c’est le gamin » et un homme s’approche et commence à m’examiner avec ses mains, avec un stéthoscope, et frappe mon genou avec un marteau en caoutchouc. C’est tout ce dont je me souviens. J’avais 5 ans.

Je n’y ai jamais vraiment pensé, mais alors que je commençais à écrire tout cela, j’ai demandé par hasard à ma mère le nom de la base aérienne en Allemagne où j’allais à l’école l’après-midi.

Elle m’a répondu : « Tu n’as jamais été à l’école sur une base aérienne militaire en Allemagne. » « Vraiment », ai-je répondu. « Alors où suis-je allé à l’école en Allemagne ? » lui ai-ja demandé. « Une école de l' »Americus » à l’université ou quelque chose comme ça. » Elle a dit. « POUR LE JARDIN D’ENFANTS ! !! » J’ai dit. « Maman ça n’a aucun sens, je suis allé dans une base militaire pour l’école d’anglais parce que papa était dans la marine, n’est-ce pas ??? »  »

Ne sois pas ridicule, je suis ta mère et je sais où et quand tu es allée à l’école ! » dit-elle. « OK ; Alors quel était le nom de l’école en Allemagne maman ! » Je demande. Elle réfléchit, réfléchit et n’arrive pas à se souvenir du nom. Nous avons alors une énorme dispute à ce sujet. Finalement, elle s’en va et dit qu’elle ne veut plus en parler.

J’avais toujours supposé que j’allais au jardin d’enfants allemand le matin et à la base aérienne l’après-midi, à cause du lien avec mon père et que c’était pour cela que j’étais là. Si je n’avais jamais demandé à ma mère le nom de la base aérienne, je n’aurais jamais réfléchi à tout cela. Je n’y ai jamais vraiment pensé, mais maintenant que j’y pense. Je me souviens clairement du jardin d’enfants allemand, et clairement, je me souviens de la base aérienne et de la salle d’examen. Je ne me souviens pas avoir été dans une autre école, ni avoir eu d’autres amis de cette école, ni même avoir été là. Je me souviens de la conversation avec l’homme qui m’expliquait pourquoi ils m’emmenaient là, et je me souviens de la salle d’examen.

C’est comme un clip de 5 secondes dans un film de 10 minutes. Juste quelques secondes et puis ça s’arrête, et pourtant vous savez d’une certaine manière qu’il y a beaucoup plus.

Quand j’ai demandé à mon père s’il savait où j’allais à l’école en Allemagne. Il a répondu « bien sûr », la base aérienne de troupes de l’armée McGraw Kaserne. Quand je l’ai interrogé sur les examens. Il a répondu « un médecin nous a dit que tu avais un « souffle ou un bruit cardiaque », ce n’était rien de sérieux mais ils ont quand même voulu m’examiner plusieurs fois ». Le fait est que plus tard, après avoir obtenu mon diplôme universitaire, je suis allé voir un cardiologue. J’avais des douleurs thoraciques depuis des années à cause des injections massives de stéroïdes qu’ils m’avaient faites pendant ma première année d’université, j’avais développé de l’arthrite dans le cartilage entre mes côtes à cause de l’expansion rapide de ma cage thoracique à cause des stéroïdes.

Lorsque j’ai posé des questions sur le « bruit du cœur », le cardiologue m’a montré mon imprimé et m’a montré que mon rythme cardiaque était absolument parfait, et qu’il n’y avait absolument aucun signe de « bruit du cœur », quel qu’il soit !

Août 1976 – Nous sommes retournés dans le New Jersey, j’ai recommencé à aller en première année dans le système scolaire local. Ma mère m’a retenu, croyant que je réussirais mieux dans ma scolarité si j’étais l’un des enfants les plus « âgés » de la classe plutôt que l’un des plus « jeunes » (je suppose que mon anniversaire était juste à la limite et que cela aurait pu aller dans les deux sens).

Sept. 1979– Mes parents sont belliqueux l’un envers l’autre depuis un certain temps et décident de divorcer (ils se séparent alors). J’ai maintenant 9 ans et j’entre en quatrième année. Pendant mon enfance, le système scolaire teste le niveau de QI de tous les enfants. Je me souviens qu’on m’a dit que j’étais un « génie absolu ». Je ne sais pas quel était mon QI, mais cette affirmation a été accueillie avec une incrédulité totale et les parents et les enseignants se sont moqués de moi et m’ont ridiculisé parce que j’étais le « grand dadais ».

J’étais de loin le plus grand de la classe et le meilleur athlète. Cependant, j’avais un grave problème de bégaiement. On me considérait comme l’idiot de la classe parce que je ne parlais jamais et que je ne réussissais jamais à l’école. Donc, le fait que j’étais ce « génie » devait être faux, et les parents de l’une des régions les plus riches du New Jersey ne voulaient pas accepter que ce gros idiot qui bégayait puisse être plus intelligent que leurs fils et filles, alors on l’a rejeté.

J’avais un problème de bégaiement depuis aussi longtemps que je me souvienne et pendant toute mon enfance, je ne pouvais littéralement pas dire une phrase complète, souvent je ne pouvais même pas dire un mot. Je ne me souviens pas quand ni pourquoi j’ai commencé à bégayer, mais je me rappelle que je pouvais parler couramment l’allemand sans aucun problème et que je n’avais aucun problème d’élocution en allemand ou en anglais. J’ai bégayé sévèrement à partir du moment où nous sommes rentrés d’Allemagne jusqu’à l’âge de 25 ans.

Mars 1981– Ma mère m’inscrit au cours « Silva Mind Control », et c’est là que je me souviens pour la première fois avoir rencontré « les hommes en uniforme ». La méthode Silva Mind Control est une sorte de cours d’auto-hypnose où vous apprenez à plonger dans les différents niveaux de votre esprit.

Vous apprenez des choses comme comment guérir votre corps avec votre esprit, des techniques de relaxation, des façons de vous concentrer et de faire fondre des cuillères avec votre esprit (des choses comme ça). Vous en avez peut-être entendu parler ? Quoi qu’il en soit, pendant le cours, nous avons appris à nous mettre à notre « niveau » (un état d’esprit détendu qui est la base de la méthode Silva). Pour une raison ou une autre, j’étais extrêmement douée pour toutes les choses que nous faisions dès le début.

Les enfants de 11 ans sont très cruels les uns envers les autres. Et ce qui s’est passé, c’est que toute la classe, en tant que groupe, fermait les yeux et s’entraînait à « se mettre à son niveau », mais lorsque je sortais de mon « niveau », j’ouvrais les yeux et je découvrais que toute la classe était retournée sur sa chaise et qu’elle me regardait depuis 15 à 20 minutes. Ils avaient observé mes mouvements oculaires rapides, mon corps et ma technique. Lorsque je me suis réveillé, ils ont tous commencé à se moquer de moi. L’instructeur, lui, me félicitait comme si j’étais le prochain don de Dieu à l’humanité. Il m’a dit que j’étais le meilleur élève qu’il ait jamais vu, etc. etc.

Pendant l’une des pauses (environ six semaines après le début du cours de huit semaines), l’instructeur me demande d’aller dehors pour rencontrer certains de ses « amis ». Je suis sorti avec lui (et laissez-moi vous dire que lorsque vous avez 10 ans et que vous êtes dans une salle de classe pendant deux heures d’affilée, les samedis et dimanches, pendant huit semaines consécutives, vous vivez ABSOLUMENT pour vos pauses de 15 minutes), inutile de dire que je n’étais pas très intéressé à perdre mon « temps de pause » à parler à ces gens, quels qu’ils soient. Nous sortons par la double porte et il y a deux hommes qui attendent de me parler.

Ils portaient tous deux des uniformes militaires, l’un était vert armée et l’autre bleu (peut-être de l’armée de l’air, mais je n’en suis pas sûr). L’instructeur dit aux hommes « c’est le gamin » et ils font un brin de causette. Pour être honnête, je n’ai pas vraiment fait attention à eux (je regardais les autres enfants sur le terrain de jeu et je me demandais pourquoi je me trouvais ici et pas là). Mais voici l’essentiel : l’homme en vert se penche sur un genou et me dit « J’ai entendu dire que vous avez des capacités très spéciales » et je réponds « Oui » ?

Dans une réponse très confuse. Il se relève et parle encore un peu à l’instructeur, puis se remet à genoux et dit : « J’ai été ravi de te rencontrer, tu sais que tu vas travailler pour moi un jour ! » À 11 ans, on ne comprend pas vraiment ce qui se passe et je me souviens avoir ri et lui avoir dit que je n’avais pas tout à fait compris, mais que j’avais été ravi de le rencontrer, et j’ai couru vers la cour de récréation. Mais quand je me suis retournée, les trois adultes étaient toujours là à me regarder, à parler de moi et à me jauger.

Je semblais avoir une étrange capacité à faire tout ce que le professeur demandait à la classe de faire. Tout ce qu’il nous demandait d’imaginer dans notre tête, je pouvais le faire mieux que quiconque dans la classe. Plier des cuillères avec l’esprit, se mettre à son « niveau », n’importe quoi. J’ai maintenant 11 ans et je suis sur le point d’entrer en 6ème.

Septembre 1981– Je rentre en 6ème. Je pratiquais des sports organisés depuis quelques années déjà (T-Ball, balle lente des parents, etc.), mais le moment était venu de relever le premier VRAI défi : l’équipe de football de l’école de 8e année. Lorsque les essais de football de l’école sont arrivés, j’ai essayé d’intégrer l’équipe de football de 8e année en tant qu’élève de 6e année. L’entraîneur était contre car il ne pensait pas que je pouvais jouer avec les garçons plus âgés, mais il m’a quand même laissé essayer.

J’ai fait partie de l’équipe, mais j’étais si bon que j’étais le meilleur de l’équipe, et nous étions la meilleure équipe du comté. J’avais juste une étrange capacité à faire tout ce que l’entraîneur me demandait. Par exemple, le premier jour des essais, l’entraîneur m’a donné le ballon et m’a dit en plaisantant « Je veux que tu prennes ce ballon, que tu descendes sur le terrain et que tu marques un but ». Le truc, c’est que je me suis imaginé descendre sur le terrain et marquer le but. PUIS J’AI PRIS LE BALLON, J’AI DRIBBLÉ 4 GARS ET JE L’AI FAIT ! Je n’ai pas pensé à le faire, je l’ai juste fait.

C’était comme si l’esprit dominait la matière. C’est drôle parce qu’honnêtement, je pouvais faire des choses tellement incroyables sur le terrain de foot. Il faut le voir pour le croire. Voici comment : honnêtement, je ne connaissais pas mieux. Je ne savais pas que je n’étais pas censé être capable de faire ça, de prendre le ballon tout seul sur le terrain et de marquer à CHAQUE FOIS !

Mais dans mon esprit, je pouvais le faire, alors je l’ai fait dans la vie réelle à CHAQUE FOIS. Quand les entraîneurs de l’équipe adverse me demandaient quel âge j’avais, quand je leur répondais qu’ils ne me croyaient pas, après les matchs, ils me remerciaient de ne pas avoir fait grimper le score et humilié « leurs gars ». C’est dire à quel point j’étais bon et j’ai des vidéos des matchs pour le prouver !

Non seulement j’ai fait partie de l’équipe, mais j’ai commencé au poste d’ailier gauche, et j’ai été exceptionnel. Plus tard dans l’année, j’ai également fait partie de l’équipe de basket de l’école de 8e année et de l’équipe de baseball. Je n’ai pas commencé à jouer au basket ou au baseball en 6e année, mais j’ai joué. Faire partie de ces équipes en tant qu’élève de 6ème était presque un exploit incompréhensible, nous étions de loin l’école dominante du comté dans presque tous les domaines (toujours l’équipe à battre). J’étais très bon pour mon âge au baseball et au basket, mais pour une raison quelconque, j’étais intouchable quand j’étais sur le terrain de football.

C’est drôle, comment quelqu’un peut-il faire des choses qu’il n’est pas censé pouvoir faire ? Qu’il s’agisse d’un exploit de force physique ou d’habileté, ou d’un exploit de grande intelligence ou de volonté, comme un acteur ou un athlète professionnel battant les chances contre lui et « réussissant », alors que tous les autres disaient que ce n’était pas possible.

Tout ce que nous faisons en tant qu’êtres humains, qu’il s’agisse d’un événement sportif, de la création d’une entreprise, de l’entrée à l’université ou simplement de la décision de s’aventurer seul loin de chez soi pour la première fois.

TOUTE TÂCHE QUE VOUS CHOISISSEZ D’ENTREPRENDRE, OU TOUT COMBAT QUE VOUS CHOISISSEZ DE MENER. 90% DE CE QU’IL FAUT POUR ATTEINDRE VOTRE OBJECTIF, QUEL QUE SOIT CET OBJECTIF, EST MENTAL.

ET DE CETTE PEUR EST LA CLÉ DE TOUT ! SI VOUS POUVEZ CONTRÔLER VOTRE PEUR, VOUS POUVEZ CONTRÔLER VOTRE ESPRIT, ET SI VOUS POUVEZ CONTRÔLER VOTRE ESPRIT, VOUS POUVEZ CONTRÔLER VOTRE VIE.

Si vous pouvez comprendre que tout ce que nous faisons en tant qu’êtres humains est à 90% mental, et à 10% physique, vous comprenez le secret de la vie. Et vous réussirez, quoi que vous choisissiez de faire ! Pour ma part, en utilisant les méthodes de contrôle mental Silva, j’ai pu m’imaginer en train de réaliser des exploits extraordinaires sur le terrain de jeu, puis de les accomplir dans la réalité avec facilité, comme si c’était une seconde nature.

Ne pensez pas, faites.


Juin 1982 – Mes parents, lorsqu’ils étaient encore ensemble, avaient investi dans plusieurs maisons de la région, et les louaient comme revenu d’appoint. En juin 1982, ma mère, moi-même et ma sœur ont emménagé dans la maison que nous avions l’habitude de louer à Ramsey, et ont mis en vente la maison que nous venions de quitter (en fait, mon père a emménagé dans la maison que nous possédions à Waldwick, nous avons emménagé dans l’autre maison à Ramsey, et mes parents ont vendu la « grande » maison de Ho-Ho-Kus dans laquelle nous vivions tous et ont partagé l’argent lors du divorce). Notre « nouvelle » maison à Ramsey était située à seulement 10 minutes de l’ancienne maison à Ho-Ho-Kus, mais elle se trouvait dans un district scolaire différent. J’ai 12 ans et je vais entrer en 7e année. Je commence aussi dans une nouvelle école.

11 juillet 1983 – Ma mère sortait avec un homme qui s’appelait Walter Johnson. Ils se fréquentent depuis environ deux ans et sont fiancés. Mes parents avaient finalisé leur divorce plus tôt cette année-là, il était séparé de sa femme depuis environ 4 ans. Le 11 juillet 1983, M. Johnson s’est rendu chez sa future épouse pour signer et finaliser les papiers du divorce. À l’insu de M. Johnson, sa future ex-femme (Sally Johnson) avait volé un pistolet magnum 357 à son frère.

La suite des événements est la suivante : M. Johnson était accroupi à son bureau dans le sous-sol de son ancienne maison pour signer les papiers du divorce. Sally Johnson s’est approchée derrière lui et a dit « Si je ne peux pas t’avoir, personne d’autre ne t’aura » et lui a tiré une balle derrière la tête. Il est mort sur le coup, et lorsque la police l’a retrouvé deux jours plus tard, sa tête avait été complètement arrachée de son corps.

CHAQUE MOT DE CETTE HISTOIRE EST MALHEUREUSEMENT VRAI.

New Jersey (Photo credit: Dougtone)

Il s’appelait encore Walter Johnson. Il était le directeur du personnel de direction de la société pétrolière EXXON. bureau de New York. Il a été tué le 11 juillet 1983 à Ridgewood, New Jersey. Il était le fiancé de ma mère.

Ma mère, pendant les années qui ont suivi, a été au-delà de tout moyen rationnel de description en termes d’hystérie et de deuil. Son amie allemande, Astrid, l’a beaucoup aidée dans cette période difficile. Ce que cela m’a fait, cependant, est le suivant. En tant que garçon de 12 ans, rentrer de l’école et voir et entendre sa mère pleurer tous les jours, ET TOUTE LA JOURNÉE, puis TOUTE LA NUIT, ET TOUTE LA NUIT est très dur pour un garçon de 12 ans.

Elle était plus que dévastée. Alors, évidemment, à ce moment-là, je ne suis pas très pressé de rentrer à la maison après l’école. Pendant un certain temps, j’ai eu quelques problèmes (traîner avec les mauvaises personnes, ce genre de choses). Puis j’ai découvert ma nouvelle passion, le fitness et la musculation ! C’est devenu une obsession. En 7e année, j’ai commencé à m’entraîner tous les jours. J’allais jusqu’au lycée en vélo tous les jours et je m’entraînais pendant des heures, et je veux dire 2 à 3 heures par jour (tout pour éviter de rentrer à la maison) !

Décembre 1983 – Dès le début, j’étais un enfant exceptionnellement fort. Encore une fois, j’avais la capacité de m’imaginer en train de faire quelque chose dans mon esprit (me voir en train de le faire) et de le faire ensuite dans la vie réelle. En utilisant le contrôle mental Silva, je m’allongeais dans mon lit et je passais mentalement en revue l’entraînement du jour suivant.

Par exemple, j’allais à mon « niveau » et je me concentrais. Je m’imaginais en train de soulever 195 livres pendant 10 répétitions, puis 205 pendant 8, 215 pendant 6, etc. J’ai fait un développé couché de 305 livres en 8e année. C’était plus que ce que n’importe qui au lycée pouvait faire. Inutile de dire que j’étais détesté par tous les joueurs de football des classes supérieures du lycée avant même d’entrer au lycée. J’ai 14 ans et je suis en 4ème. J’ai également établi le record du saut en hauteur de l’école primaire (5′-10″) et j’ai égalé les records du 60, 100 et 200 yards.

Août 1984- 1987– Mes trois premières années de lycée n’étaient PAS typiques. Je jouais au football à l’automne. Je ne jouais spécifiquement pas au basket en hiver pour pouvoir m’entraîner tous les jours. Je lançais le poids et la discussion au printemps (athlétisme), puis je m’entraînais comme un fou en été pour être prêt à reprendre le football à l’automne. J’excellais dans tous les sports auxquels je participais.

En première année, j’étais l’un des meilleurs running back du comté. Nous étions champions de division, et l’entraîneur principal de l’équipe de football universitaire (Coach Hyman) m’a demandé de m’entraîner avec l’équipe universitaire pour le match de Thanksgiving. Le quarterback et capitaine de l’équipe de football (Peter Bebei), lorsqu’il a appris la nouvelle, m’a coincé dans le hall avec environ six autres joueurs de football et il m’a dit que si je me présentais à l’entraînement pour son dernier match, lui et tous les autres gars allaient me casser la gueule sur le parking. Il ne voulait pas que je lui « vole la vedette » pour son dernier match. Je ne suis pas sorti pour le match de Thanksgiving et cela a vraiment ennuyé l’entraîneur Hyman car il croyait que je l’avais repoussé.

La saison d’athlétisme arrive au printemps et je participe à l’équipe d’athlétisme. Je participe au lancer du poids et à la discussion, ainsi qu’au sprint de 100 mètres et au saut en hauteur. L’entraîneur Hyman entraîne les lanceurs de « poids » et ne me permet pas de lancer avec l’équipe universitaire, même si je suis le troisième meilleur lanceur de l’équipe. Je le confronte à ce sujet et finalement, il me laisse lancer. Au 100 mètres, l’enfant le plus rapide (j’ai oublié son nom) m’a dit après le premier jour d’entraînement que si je le battais encore, il allait me botter le cul. Alors je ne fais pas de mon mieux. Pourquoi tout le monde me déteste-t-il ? Je me le demande sans cesse. De toute façon, je gagne une lettre d’honneur en athlétisme.

À l’automne de l’année Sophomore, l’entraîneur Hyman a de vrais problèmes avec son mariage et est un vrai trou du cul pour tout le monde (professeurs, élèves et athlètes). Un de mes talents, si vous voulez, est que je peux juger du caractère d’une personne dans les minutes qui suivent sa rencontre. Par son langage corporel, ses gestes, sa personnalité, etc. Je peux évaluer la pire peur de la personne, ce qu’elle ressent, ce qu’elle veut, en quelques instants. C’est comme si je lisais l’âme d’une personne aussi facilement que vous lisez ces mots. Je semble avoir un « don » pour ça.

Quoi qu’il en soit, je suis entré dans le bureau du Coach Hyman pendant une des pauses et je lui ai dit « ne t’inquiète pas Coach, tout va s’arranger entre toi et ta femme« . J’essayais d’être utile. Il a piqué une crise et a commencé à crier « Sors d’ici, espèce de grosse merde, et ne reviens pas parce que tu ne joueras jamais ici tant que je serai entraîneur ».

« Le lendemain, il m’emmène dans le bureau du doyen et me dit de « démissionner » parce que je ne jouerai jamais au lycée de Ramsey. Je n’ai jamais démissionné, mais pendant les deux années suivantes, chaque jour à l’entraînement, il me criait de « sortir de son terrain » et je ne le faisais pas. Pas par grand amour pour lui ou pour le jeu, en aucun cas. Je restais simplement là pour me faire engueuler ou rentrer chez moi auprès de ma mère hystérique et en larmes.

Je suis donc resté et j’ai subi ses abus, mais il se sentait tellement violé par le fait que je savais ce qui se passait dans sa vie qu’il ne voulait pas que je m’approche de lui, et bien sûr, j’étais à côté de lui pour tout parce que je ne voulais pas abandonner. Cela l’a rendu extrêmement hostile envers moi.

Cela a continué pendant tout le lycée. Le fait est que de temps en temps, que ce soit en allant dans les vestiaires à la mi-temps ou après le match en remontant dans le bus, ou lors des compétitions d’athlétisme, je me souviens avoir vu les deux mêmes militaires (M. Vert et M. Bleu). Je jouais dans 10 matchs de football par an et je participais à environ 20 rencontres d’athlétisme par an. En y repensant, je n’ai vu ces hommes que 2 ou 3 fois par an. Pour être honnête, je ne me rappelle avoir vu ces hommes que deux fois lors de matchs de football pendant mes quatre années de lycée.

Les deux fois, je sortais du terrain après le match, je cherchais mes parents et j’ai regardé dans la foule, et ils étaient là, debout, au milieu d’une mer de gens en mouvement, à me regarder. J’ai dit la même chose : « C’est bizarre, qu’est-ce que ces deux types font ici ? » Et encore une fois, je n’en ai pas tenu compte. Je les voyais surtout aux compétitions d’athlétisme.

Laissez-moi vous expliquer, au lycée, il y a deux types de compétitions. L’emploi du temps de l’équipe d’athlétisme comprend 10 à 12 rencontres « bi ou tri », lorsque notre école affronte une autre école, ou deux autres écoles, auquel cas il s’agit d’une rencontre tri. Ce sont de petites rencontres et je n’ai JAMAIS vu ces hommes pendant l’une d’entre elles.

Les autres types de compétitions sont les compétitions de comté, les compétitions de relais et les compétitions d’État. Ces rencontres regroupent de 20 à 30 équipes. Ce sont donc des événements énormes. Je dirais qu’il y a entre 5 000 et 10 000 personnes présentes (je veux dire que certains de ces événements étaient ÉNORMES). Bref, comment ai-je choisi ces deux hommes parmi 10 000 personnes ? La façon dont ces compétitions fonctionnent est que chacun va dans sa propre zone. Les sauteurs à la perche vont dans la zone de vol à la perche, les sauteurs en hauteur vont dans la fosse de saut en hauteur, et chaque zone a sa propre foule qui se forme ensuite autour de chaque zone (tous les entraîneurs de ces athlètes, les parents, etc. etc.). Ainsi, le cercle de lancer du poids se trouve généralement quelque part sur le côté, à l’écart de tout le reste. Lorsque nous commençons à lancer, tous les athlètes en compétition, les entraîneurs et les parents se rassemblent dans la même zone pour regarder l’événement.

Au moins une fois par an, à l’occasion d’une de ces grandes rencontres, j’ai pu apercevoir ces deux hommes en uniforme. Je me suis honnêtement convaincu qu’au moins l’un d’entre eux devait avoir un fils qui concourait ou quelque chose comme ça. Il n’était pas inhabituel de voir des hommes en uniforme aux compétitions d’athlétisme parce que d’autres enfants allaient étudier dans les académies militaires et, au fur et à mesure que les compétitions se déroulaient, je voyais parfois d’autres hommes en uniforme se promener et parler aux gens. Par exemple, le lanceur de poids de Lodi allait aller à West Point, et j’ai vu un autre homme en uniforme vert lui parler. Ce qui rendait tout cela si bizarre, c’est que les deux hommes dont je parle me regardaient et je ne savais pas pourquoi. Je n’ai fait le rapprochement que des années plus tard.

Mai-1987– Pendant la saison d’athlétisme de ma première année, lors d’une des principales rencontres de relais, on a annoncé la semaine précédente qu’il y aurait un « concours d’haltérophilie de type clean and jerk » parrainé par un type dont je n’avais jamais entendu parler. J’étais, bien sûr, tout excité et je me suis entraîné cette semaine-là sur ma technique. Il s’est avéré que tout ce qu’il y avait, c’était un type avec des tapis en caoutchouc et une barre d’haltère olympique installée au milieu d’un champ. J’ai pris la deuxième place avec un soulèvement de 265 livres de power cleaned à la poitrine et ensuite pressé au-dessus de ma tête. Le jeune qui a gagné était un senior et a fait 275. C’était juste une sorte de concours « amical ». J’ai 17 ans et je suis en 11e année.

Juillet-1987- C’est l’été et je m’entraîne pour le football. Je reçois un appel d’un entraîneur auquel je n’avais jamais parlé auparavant, l’entraîneur Himmel ? Humle ? Burle ?

Je ne me souviens pas de son nom exact ni de son numéro de téléphone, mais je me rappelle qu’il vient de quelque part dans le Colorado. Quoi qu’il en soit, il est l’entraîneur de l’équipe américaine de power lifting et il veut que je laisse tomber tout ce que je fais et que je déménage au Colorado sur un coup de tête, pour aller m’entraîner pour le clean and jerk. Je lui ai demandé, confus, pourquoi il m’appelait, j’ai fini deuxième au concours ?


Il m’a alors dit que j’avais fini deuxième, mais que le gars contre qui j’avais perdu avait un an de plus, mais surtout, il pesait 15 kilos de plus. Donc, à poids égal, j’étais beaucoup plus fort et il s’est avéré que dans mon groupe d’âge et pour mon poids (17 ans et entre 201 et 229 livres), j’étais classé cinquième dans le pays, dans cette levée particulière. Cela peut sembler être un rêve devenu réalité pour moi, mais laissez-moi vous dire. Comme pour tout ce que vous faites, même si vous aimez vraiment ça, il peut y avoir des choses que vous détestez aussi.

Le power clean et le clean and jerk étaient les exercices que je préférais le moins. Pour être franc, j’adorais m’entraîner, mais je méprisais ces deux exercices en particulier. En plus du fait que je ne pouvais pas me lever et quitter ma mère. Elle allait beaucoup mieux, mais son état mental ne pouvait en aucun cas être considéré comme « stable ». J’ai 17 ans, je suis sur le point d’entrer en terminale et je ne vais pas au Colorado pour m’entraîner pour l’équipe américaine de powerlifting.

Août-1987- Camp de football en dernière année, je fais des tests au bench press 390 lbs, au squat 505 lbs, et au power clean 280 lbs. Nous terminons la saison 6-3 et sommes champions de division. Je recommence à m’entraîner et je commence à penser à l’université.

Déc 1987-Mai 1988– Mes entraînements continuent très bien. Cependant, je développe une « nouvelle idée ». Maintenant, lorsque je fais mon entraînement mentalement le soir, j’ai ajouté une nouvelle « tournure ». Lorsque je suis à mon « niveau » dans mon esprit, j’ai ajouté une énorme chaise dans la pièce où je me trouve. En utilisant mon contrôle mental Silva, je m’assois sur la chaise. Sur le côté gauche de la chaise se trouvent des « tuyaux d’air » comme ceux que l’on trouve dans un garage automobile.

J’imagine que ces « tuyaux à air » sortent de mes deux bras. Comme un tuyau I-V qui sort de votre bras. C’est ma « chaise gonflable ». Dans mon esprit, je relie les tuyaux qui sortent de mes bras aux tuyaux situés sur le côté de la chaise. Je pousse un bouton situé sur le bras droit du fauteuil avec mon index droit et le fauteuil s’active. Comme une station aérienne, je peux sentir les vibrations lorsque je suis assis dans le fauteuil. En m’asseyant, je vois mon corps tout entier se gonfler. Comme si on gonflait un ballon.

Je dis mentalement à mes muscles de grandir et de gonfler comme des ballons, et ils le font ! Je fais cela pendant environ six semaines. Cela fonctionne si bien que beaucoup de parents et d’enseignants pensent que je prends maintenant des stéroïdes. Ce n’est pas le cas, mais la situation a dégénéré en une sorte de « chasse aux sorcières » et ils m’ont fait passer un test de stéroïdes.


Ce qui s’est passé, c’est qu’un jour, alors que je m’entraînais, le père Jack (le prêtre local qui traîne toujours avec les enfants et l’équipe de football) est entré dans la salle de musculation. Il me dit « Andy, on parle beaucoup de ton utilisation de stéroïdes, et si tu me l’avoues maintenant, tout ira bien ». « Père Jack, » je dis, « Je n’utilise pas de stéroïdes. » Il dit : « Je vais vous demander encore une fois d’admettre que vous utilisez des stéroïdes. » Je le regarde droit dans les yeux et je dis « Ecoutez, mon père, je n’utilise pas de stéroïdes. » Et il s’est mis très en colère et m’a dit, et je n’oublierai jamais cela : « Ne me parle plus jamais, espèce de menteur, ils vont te pendre par les couilles et je serai là pour regarder ! ».

Quelques jours plus tard, Jeff Brown (un des enfants de l’équipe) entre dans la salle de musculation et me dit que le père Jack veut me voir au lycée dès que j’aurai terminé. Lorsque je termine ma séance d’entraînement, je me rends à l’école et le père Jack m’attend avec impatience. Il m’attrape le bras et on m’amène devant une sorte de panel dans le sous-sol de l’école primaire située en bas de la rue. Il y a quatre membres du panel et le reste de la pièce est rempli d’enseignants et de parents. Le Dr Purrizzo, chirurgien orthopédique en chef à l’hôpital de la vallée dans le comté de Bergen, New Jersey.

Le comté de Bergen est la troisième région la plus riche du pays, et les villes de Saddle River et Ramsey sont parmi les premières du pays en termes de richesse.

Le Dr Purrizzo est un gros bonnet dans la région, si vous voyez ce que je veux dire. Lorsque le président Nixon, qui résidait à Saddle River avant de mourir, s’est blessé au genou en jouant au tennis, le Dr Purrizzo a été le chirurgien qui a pratiqué l’opération et, pendant un certain temps, il a figuré sur la liste présidentielle des chirurgiens de référence.

Je suis debout devant le panel et il commence à me presser d' »admettre » que je prends des stéroïdes. Et je lui réponds que je ne l’ai pas fait.

Il continue à me presser en disant que parmi les membres du panel, il y a sept docteurs et qu’il pense qu’ils savent de quoi ils parlent, alors « facilitez-vous la tâche et admettez-le ». Et je continue à leur dire que « je me fous de ce que vous dites et je me fous de savoir qui vous êtes et quels sont vos diplômes, je ne l’ai pas fait ! ».

Il me dit d’enlever ma chemise pour montrer l’acné sur mon dos, mais il n’y a pas d’acné. Ce genre de chose dure un moment et il finit par me dire « enlève ton short ou avoue avoir pris des stéroïdes ». Que pouvais-je faire, alors j’ai enlevé mon short et je me suis porté volontaire pour donner un échantillon d’urine. J’ai dû pisser dans un gobelet devant le jury et tout le monde, en ne portant que mes baskets.

Il est très énervé contre moi et ne me rend pas mon short avant un bon moment. Pendant tout ce temps, l’un des autres membres du jury est un ami du Dr Purrizzo. Il est psychologue et à eux deux, ils commencent à dire qu’ils vont m’enfermer pour folie mentale si je n’admets pas avoir pris des stéroïdes. Et encore une fois, je dis : « Écoutez, je ne l’ai pas fait ».

Cela continue encore et encore. J’avais passé toute une défense à prouver que je ne l’avais pas fait et quoi que je dise et quelles que soient les preuves que je présentais, j’allais être pendu, que je l’aie fait ou non. Finalement, j’ai dit : « Dites-moi comment vous savez que je prends des stéroïdes, quelle est votre preuve, avez-vous une caméra dans ma maison ou autre chose, comment le savez-vous ? »

Finalement, après beaucoup de persuasion de la part de la foule et de moi-même à contrecœur, il commence à expliquer qu’il a un diplôme en génétique et qu’il a étudié mon code génétique pendant des années.

Il poursuit en expliquant que le schéma génétique de son fils est supérieur au mien en termes de marqueurs ADN dominants. Il a fait une étude privée de « thèse » montrant comment, grâce à une sélection génétique supérieure et à l’utilisation de stéroïdes, il pouvait créer un être humain supérieur. Il avait un sujet de test et un sujet de contrôle. Son fils était le sujet de test et moi le sujet de contrôle.

Il avait injecté des stéroïdes à son propre fils pendant des années et, puisque le modèle d’ADN de son fils était supérieur au mien, son fils, en théorie, aurait dû être plus développé physiquement que moi. Et comme ce n’était pas le cas, la seule explication du Dr Purrizzo était que je devais prendre des stéroïdes également, et il devait prouver que c’était le cas, sinon le travail de toute une vie aurait été gâché.

C’était une excellente théorie, mais l’erreur fatale qu’il a commise est qu’il a supposé que j’étais d’origine italienne parce que mon nom de famille est « Pero ». Il a donc comparé mes modèles d’ADN avec ceux qu’il avait utilisés pour son fils, qui est italien. Il n’a jamais pris la peine de me demander si j’étais italien, ce que je ne suis PAS. Je suis d’origine hongroise, roumaine et tchèque.

Cela fait toute la différence du monde, et je m’en sors indemne. Lorsque le test revient, il est négatif, et je dis à toutes les personnes concernées qu’elles peuvent aller se faire voir ailleurs. L’épisode est assez drôle car j’ai transformé leur « chasse aux sorcières » en cirque, en particulier ma stratégie défensive.

Pendant le reste de l’année scolaire, toutes les personnes qui ont assisté au procès m’ont jeté le plus mauvais regard possible. Tout ça parce que j’ai eu le culot de me défendre et de dire « Je ne l’ai pas fait ! ».

C’était à Ramsey New Jersey, et le sentiment dans l’air était qu’ils ne se souciaient pas que je sois faussement accusé, ils ne supporteraient pas qu’un enfant leur parle de cette manière. Tout a été enregistré sur vidéo, et à un moment donné, il y avait plusieurs copies qui circulaient. Quoi qu’il en soit, à la suite de cela, j’ai cessé d’utiliser cette technique pour le moment. Mais c’était loin d’être la fin du Dr Purrizzo.

J’ai 18 ans et je suis dans la deuxième moitié de ma dernière année de lycée. Cette expérience a été très effrayante car j’ai vu le monde « adulte » pour ce qu’il était vraiment. En tant qu’enfant, vous grandissez en croyant que tous les adultes sont « omniscients » et qu’ils ont le dessus sur les choses.

Mais alors que je me tenais là et que le Dr Purrizzo me disait que si je n’admettais pas avoir pris des stéroïdes, il allait me faire interner dans un établissement psychiatrique et me faire subir une lobotomie. J’ai regardé autour de moi et tous les autres adultes sont restés là comme des moutons effrayés. Pas un seul d’entre eux n’a dit un mot pour ma défense. C’était le sentiment le plus étrange, voir le monde des adultes comme un enfant pour ce qu’il était vraiment pour la première fois.

J’ai réalisé alors que les adultes sont exactement les mêmes que les enfants, sauf qu’ils sont plus grands. Il y a une brute qui mène la danse, et tous les autres se contentent de rester là, effrayés de ne rien dire. Tout comme les enfants. Depuis plusieurs mois, les recruteurs de football universitaire sont en contact avec moi, par courrier et par des visites personnelles, alors que le processus de sélection se resserre. J’aurais dû être déjà « sélectionné » par une grande université.

Mais depuis que Hyman m’a fait disparaître des recruteurs universitaires pendant deux ans en ne me faisant pas jouer. Je suis tombé en dehors de la boucle des « athlètes de premier ordre » et je me démène maintenant pour trouver une école. Je parle à deux ou trois petites écoles de division 2 et 3, ainsi qu’à Penn State.

Penn State était l’endroit où je voulais aller depuis le début, mais Hyman essayait de couvrir ce qu’il m’avait fait en mentant à l’équipe d’entraîneurs de Penn State, en leur envoyant les mauvais films, en leur donnant des statistiques différentes, des choses comme ça, parce qu’il ne voulait pas avoir à expliquer pourquoi je ne jouais pas du tout en deuxième année et à peine en première année. Finalement, il a été démasqué, et Penn State m’a offert une bourse pour ma première année, puis une « bourse complète » après cela.

J’allais être logé et nourri gratuitement, tout ce que j’avais à payer, c’était les livres et les cours (un étudiant de l’extérieur de l’État devait payer environ 3 000 $). C’est la saison d’athlétisme, à la rencontre d’athlétisme du comté (la rencontre de championnat). Je gagne le disque et établis le record du comté et de l’État avec un lancer de 167 pieds et 11 pouces. Je termine deuxième au lancer du poids avec un jet de 57 pieds et 3 pouces.

LORS DE CETTE RENCONTRE, JE ME SOUVIENS TRÈS BIEN AVOIR VU LES DEUX HOMMES EN UNIFORMES MILITAIRES QUI ME REGARDAIENT.

Ils étaient là pour les deux épreuves et m’ont regardé établir le record.

Depuis que j’avais obtenu mon permis de conduire, j’aimais me détendre un peu avant de rentrer chez moi. Je me promenais donc dans la région et j’écoutais de la musique dans ma voiture. Quelques jours après le procès, alors que je me promenais en voiture, un véhicule de type bronco m’a fait des appels de phares par derrière, alors je me suis arrêté. Cela s’est passé sur West Saddle River Road, et je me suis garé sur un petit parking juste à côté du bâtiment rouge où ma belle-mère vendait de l’immobilier.

C’est Mme Purrizzo qui conduisait la bronco, c’est une femme incroyablement belle (fin de la trentaine avec beaucoup de chirurgie plastique). Elle était au procès et pendant celui-ci, disons que je l’ai fait rougir alors que je ne portais que mes baskets. Il y a une autre femme avec elle. Une femme que je n’avais jamais vue auparavant. Elle avait de longs cheveux noirs et des yeux sombres, elle était encore plus belle que Mme Purizzo. Elles me disent de monter à l’arrière de la bronco (quand vous avez 18 ans et que deux des plus belles femmes que vous ayez jamais vues vous disent de monter à l’arrière de leur voiture, il est difficile de résister), alors je joue le jeu et je le fais.

Mme Purrizzo me tend un petit verre à liqueur en plastique (comme ce que l’on voit à l’hôpital) contenant une sorte de liquide transparent et elle me dit que c’est de l’eau, que je dois avoir soif et que je dois le boire.

Je me dis : « Elle doit plaisanter si elle pense que je vais tomber dans le panneau. » Je prends le verre et fais semblant de le boire derrière l’appui-tête à haut dossier du siège du conducteur, mais en réalité, il est encore plein sur le tapis de sol derrière le siège du conducteur.

Les femmes commencent alors à ricaner et à faire la conversation en me disant à quel point je suis beau, et à quel point je suis grand et fort. Je sais exactement ce qui se passe et je joue le jeu.

Je leur retourne les compliments en leur disant qu’elles sont les plus belles femmes que j’aie jamais vues, et que lorsque je les regarde dans les yeux, je me perds en flottant sur une mer de rêves. Je les ai fait rougir toutes les deux avec cette phrase. Puis elles me demandent si je suis prêt à partir avec elles. Je demande : « pour aller où ? ». « A la chambre d’hôtel bien sûr » répond Mme Purrizzo.

je réponds : « vous pouvez aller à la chambre d’hôtel si vous voulez, mais je rentre à la maison ». Elle me demande « Tu es sûr que tu ne veux pas venir avec nous ? ». je répond : « positif », et je commence à sortir de la bronco. « Oh, oui », dis-je, « voici votre eau » et je leur tends le petit verre à alcool en plastique.

Elles se regardent, ne peuvent retenir leur sourire et regardent ailleurs, vers le sol. Je sors et je dis « à plus tard ». Je monte dans ma voiture et je rentre chez moi. Le lendemain soir, à peu près à la même heure, mais au même endroit, et dans la même voiture, les deux femmes m’arrêtent à nouveau. Et de nouveau, je me gare sur le même petit parking sur West Saddle River Road.

Je sors, mais cette fois, je vais seulement à la fenêtre. Mme Purrizzo a baissé la vitre du conducteur et me dit « Andy, tu peux tuer ça pour moi » et me tend une canette de coca avec juste un petit bout de quelque chose au fond. Encore une fois, je me dis « Mais de qui se moque-t-elle avec ça ? ».

Je dis « Bien sûr » et je lui prends la canette de coca, je me dirige vers la benne à ordures et je la jette dedans. Je retourne à la voiture et je peux voir à son regard qu’elle est furieuse. Je lui dis « n’importe quoi d’autre », je lui tourne le dos et je m’en vais. Je monte dans ma voiture et je m’en vais. La nuit suivante, la même chose se produit, au même endroit et à la même heure. Je m’arrête et sors de ma voiture en colère. En me dirigeant vers sa bronco, je lui dis : « Écoute, ce jeu stupide a assez duré ». Elle m’interrompt et dit : « Andy, s’il te plaît, monte parce qu’il faut qu’on parle. »

Je dis « NON », et elle supplie « Andy, S’IL TE PLAÎT ! » Alors qu’elle a presque les larmes aux yeux. Comme un idiot, je suis entré à contrecœur. Cette fois, ils ont une bouteille de Vodka avec trois petits verres à alcool en plastique. La femme aux cheveux noirs verse les trois petits verres et m’en tend un. J’en ai assez et je lui dis d’un ton grossier : « Vous pensez vraiment que je suis assez stupide pour croire que c’est vraiment de la vodka dans ce verre ?

Elle m’a dit : « Nous sommes désolés d’avoir joué avec vous et nous voulons faire la paix, voulez-vous prendre un verre avec nous ? » Je savais dès le départ que ce qu’elle me donnait devait être drogué avec quelque chose, mais en même temps, je sentais d’une certaine manière qu’il n’y aurait pas moyen de s’en sortir. Je n’avais pas peur du Dr Purrizzo, car je n’avais jamais pris de stéroïdes et je n’avais rien à cacher, je voulais simplement que tout cela se termine. J’ai donc réfléchi à ce que je devais faire et finalement, je lui ai dit:

« MADAME PURRIZZO JE VAIS BOIRE CE VERRE DE QUOI QUE CE SOIT À UNE CONDITION ET UNE SEULE ! SI VOUS JUREZ QUE VOUS NE LES LAISSEREZ PAS ME FAIRE DU MAL. »

Et bien sûr, elle jure qu’elle ne les laissera pas me faire du mal, et bien sûr comme un idiot je bois le verre de « Vodka ». Je suis dans les vapes en quelques secondes. Quand je me réveille, je suis dans une chambre d’hôtel. Je suis assis sur une chaise et il m’est très difficile de garder les yeux ouverts, mais je peux distinguer plusieurs silhouettes sombres à divers endroits de la pièce. Je ne pouvais pas garder les yeux ouverts mais je pouvais entendre.

Ils m’avaient donné du pentatholique de sodium et allaient maintenant me faire sortir la « vérité ».

Je peux à peine le voir, mais je sais que c’est le Dr Purrizzo. Il commence à me poser des questions. « Andy, quel genre de stéroïdes prenez-vous ? » « Je ne prends pas de stéroïdes », dis-je. Je peux l’entendre jurer alors qu’il me demande à nouveau : « Andy, vous ne me mentiriez pas, je vais vous le redemander, quel genre de stéroïdes prenez-vous ? ».

Et je réponds à nouveau « Je vous ai déjà dit que je n’utilisais pas de stéroïdes ! » et je l’entends fulminer. Son ami le psychologue arrive alors et demande à faire un essai. Il passe de questions directes à des questions indirectes. Il demande « Andy, dis-moi, où achètes-tu tes stéroïdes ? » Je réponds « Je n’ai jamais acheté de stéroïdes ». Il demande « Depuis combien de temps prenez-vous des stéroïdes ? » et je réponds à nouveau « Je n’ai jamais pris de stéroïdes ». Le Dr Purrizzo est maintenant furieux et il fulmine : « Je vais le faire parler » et il me poignarde dans la cuisse droite avec une seringue et m’injecte encore du pentathol de sodium.

Je crois que j’ai perdu connaissance pendant un moment, puis l’interrogatoire a recommencé. « Où achetez-vous vos stéroïdes ? » et je réponds à nouveau « Je ne prends pas de stéroïdes ». Cela continue encore et encore pendant un moment, finalement le psychologue vient et me demande « Andy si tu n’utilises pas de stéroïdes comment expliques-tu ton physique anormal ? ».

C’est simple, je réponds : « Je triche ! » Qu’est-ce que tu veux dire par « tu triches », demande-t-il.

« J’UTILISE LE POUVOIR DE MON ESPRIT POUR CONSTRUIRE MES MUSCLES ; ÇA MARCHE PLUTÔT BIEN… N’est-ce pas ? » et je me souviens d’un grand sourire sur mon visage alors que je me sentais fier de ce que je pouvais faire.

Ils viennent tous vers moi et je leur explique la méthode Silva Mind Control que j’utilise. Comment je vais à mon niveau. Le psychologue me demande de le faire maintenant, et je me retrouve à expliquer mon voyage dans mon esprit. Lorsque j’arrive à mon « niveau », je leur fais visiter « ma chambre ». Ils parlent tous avec étonnement. « Je leur explique alors la « chaise gonflable » que j’utilise pour développer mes muscles, le stade souterrain où « je peux tout faire » sur ce terrain « magique ».

J’entends le psychologue crier au Dr Purrizzo « Et vous voulez faire une lobotomie à ce gamin, je pourrais faire une putain de carrière avec ce gamin !!! ». Il a dit quelque chose comme quoi  j’étais le plus grand exemple psychophysiologique, et que j’avais les plus grandes capacités Autogènes qu’il ait jamais vues (ou quelque chose comme ça). Il a également utilisé un terme quelque chose comme psycho-neuro-immunologie si cela a un sens. Quoi qu’il en soit, il me dit ensuite d’ouvrir ma main et de commencer à y placer des objets. Il me dit que je tiens une banane et qu’il veut que je l’écrase. Je serre la « banane » et je la sens « s’écraser » comme une banane. J’entends tout le monde commencer à murmurer d’incrédulité.

Je n’ai aucune idée de ce qu’ils ont mis dans ma main, mais je sais que ce n’était certainement pas une banane. Peu après, je commence à me sentir mal. Je tombe de ma chaise. Je transpire abondamment et je me mets à convulser en commençant à vomir. Je suis allongé sur le côté gauche, par terre, en train de me vomir dessus.

Le psychologue s’approche de moi et me regarde dans les yeux, il me lâche et se met à crier au Dr Purrizzo :  » COMBIEN VOUS LUI AVEZ DONNÉ ! SES PUPILLES SONT DILATÉES ET IL DOIT ALLER À L’HÔPITAL TOUT DE SUITE !!!. MAINTENANT COMBIEN LUI AVEZ-VOUS DONNÉ ? »

Le Dr Purizzo répond « deux mille ». Le psychologue répond : « Vous lui avez donné deux mille, vous avez perdu la tête ? » Le Dr Purrizzo répond « et encore deux mille quand il n’a pas voulu répondre ».

Le psychologue répond « QUATRE MILLE ! ÊTES-VOUS DEVENU COMPLÈTEMENT FOU ? CE GAMIN DOIT ALLER À L’HÔPITAL TOUT DE SUITE ! »

Quatre mille ce que je ne sais pas (milligrammes, millilitres, Cc’s) je ne sais pas, je ne me souviens que des chiffres. Je continue à vomir et j’entends des disputes. Le psychologue hurle au Dr Purrizzo « vous avez dit que vous aviez un plan, quel est votre plan ». Le Dr Purrizzo répond : « J’étais sûr qu’on allait lui faire avouer qu’il mentait, et qu’on serait excusé de le prendre parce qu’il mentait. »

« C’EST TOUT ! !!? C’ÉTAIT ÇA TON PLAN, KIDNAPPER UN ENFANT ET QUE PERSONNE NE PORTE PLAINTE PARCE QU’IL T’A MENTI SUR LA PRISE DE STÉROÏDES ? VOUS ÊTES DEVENU COMPLÈTEMENT FOU ! »

Le Dr Purrizzo dit alors : « Nous allons l’emmener dans mon cabinet et lui faire une lobotomie d’urgence pour qu’il ne le dise jamais à personne ! » Mme Purrizzo se lève alors et dit « SI VOUS FAITES DU MAL À CET ENFANT, JE LE DIT ! » Le Dr Purrizzo se tourne alors vers elle en riant et lui demande « À qui allez-vous le dire ? ». « LA POLICE », DIT-ELLE, « JE VAIS LE DIRE À LA POLICE ! »

Il commence à la traiter de petite garce et lui dit qu’il est dégoûté qu’elle se retourne contre son propre mari pour cet enfant. « Je ne te laisserai pas faire du mal à cet enfant », dit-elle. Il lui répond : « Vous pensiez vraiment que j’allais le laisser partir, après ce qu’il m’a fait au procès. » « Je ne te laisserai pas faire du mal à cet enfant », répète-t-elle.

Puis il y a une discussion sur ce qu’il faut faire. Finalement, le psychologue s’approche de moi alors que je suis couvert de vomi et à peine capable de rester conscient. Il commence à balancer cette petite boule métallique au bout d’une ficelle devant mon visage. J’essaie de la regarder comme il me le dit et puis tout devient noir.

Je me réveille, je suis sur le perron de ma maison et ma voiture est garée dans la rue devant la maison (je sais que je ne l’ai pas conduite jusqu’à la maison parce que je me gare toujours dans l’allée). J’ai beaucoup de mal à me lever, j’ai l’impression d’être ivre ou quelque chose comme ça et je vais directement me coucher. Le lendemain matin, j’ai du mal à me lever et je n’arrive pas à m’en souvenir, mais j’ai fait le rêve le plus étrange qui soit : je me trouvais dans une chambre d’hôtel et le Dr Purrizzo était là. Je me souvenais de la plupart des événements mais c’était très brumeux.

Le week-end passe et après ma séance d’entraînement du mardi, alors que je conduisais au même endroit, la bronco est revenue. Cette fois, je me souviens de ce qui s’est passé et je suis furieux. Je sors, je claque la porte et je commence à crier sur Mme Purrizzo. Alors que je lui criais dessus et que je marchais vers la voiture, elle a baissé la vitre et a commencé à dire quelque chose, puis la prochaine chose que je me souviens est que je suis de retour dans la chambre d’hôtel.

J’étais dans une sorte de transe hypnotique ou quelque chose comme ça. Je ne pouvais pas bouger, et le psychologue me dit alors de recommencer à serrer des choses.

Il a cette petite jauge et quand je serre la poignée, je la casse. Après avoir fait tous ses tests, c’est au tour du Dr Purrizzo. Il me fait faire le singe et essayer de me lécher. Je me souviens avoir sauté dans la pièce en m’étirant comme un singe et m’être senti très stupide alors qu’ils se moquaient de moi. Ensuite, il me fait jouer le rôle d’un poulet et fait beaucoup d’autres choses pour m’humilier. Cela dure des heures. Finalement, les femmes qui sont dans la pièce disent aux hommes de sortir parce qu’elles veulent maintenant avoir « leur » plaisir avec moi.

La femme aux cheveux noirs s’approche alors de moi. Elle me dit quelques mots. Je ne sais pas ce qu’elles avaient, mais tout à coup, j’ai ressenti un sentiment que je n’avais jamais ressenti auparavant, je me sentais comme un animal, comme une bête primitive, je me suis levé et j’ai commencé à marcher dans la chambre d’hôtel en faisant les cent pas. Mes muscles étaient gonflés, mes bras étaient musclés et tendus sur le côté et ma poitrine est complètement déployée alors que je me pavanait dans la pièce. Je cherchais à défendre ma tanière contre tout mâle qui s’approcherait. »


Andy Pero continue à  raconter et explique comment la situation est devenue orgiaque… Lorsque les deux homme sont revenus, il se sentait comme un animal, prêt à tuer pour défendre son territoire. Sa force était décuplée au point qu’il a brisé une chaise comme s’il s’agissait d’un cure-dent. Puis soudain il se souviens s’être retrouvé chez lui, sur le perron de sa maison, sa voiture garée, encore une fois, à la mauvaise place…

Au cours des semaines suivantes, il se souvient s’être arrêté au même endroit environ une fois par semaine. Il ne savait pas pourquoi, mais il le faisait, puis se retrouvais de nouveau dans la chambre d’hôtel avec ces mêmes personnes et d’autres, qu’il ne connaissait pas…

« Elles devaient me droguer et me mettre en transe hypnotique car elles essayaient de me faire sortir de la voiture et je ne pouvais pas bouger. J’étais aussi mou qu’une poupée de chiffon et ces deux femmes qui ne pesaient pas plus de 115 livres chacune essayaient de me faire sortir, moi, un enfant de 230 livres, de la bronco et de me faire entrer dans la maison. Je me souviens qu’elles ont eu beaucoup de mal et qu’elles m’ont traîné sur le sol jusqu’aux marches de l’entrée et dans la maison. Je m’en souviens parce que quelqu’un avait appelé la police, qui est arrivée à la maison environ cinq minutes plus tard.

Les deux femmes essayaient de comprendre ce qu’il fallait faire. Elles me font asseoir sur les marches qui mènent à l’étage. La femme aux cheveux noirs me dit que Mme Purrizzo est ma mère et que je viens de me faire enlever les amygdales et que je suis encore groggy par l’anesthésie. Elle ouvre la porte au policier et lui raconte que Mme Purrizzo ne peut pas encore rentrer chez elle parce que sa maison est en train d’être peinte et que son fils est encore groggy par l’anesthésie. Le policier me demande si je vais bien, je lui réponds que je vais bien et je confirme l’histoire de la femme.

Le policier part et ils ferment la porte. Elles commencent à me dire que j’étais « un bon garçon ». Je me souviens qu’elles m’ont dit qu’elles allaient me traiter de façon « extra spéciale » pour avoir été un si bon garçon. Elles essayaient de me faire monter les escaliers et se plaignaient parce que je ne les aidais pas assez. Je n’arrêtais pas de leur dire « J’essaie ! Qu’est-ce que vous m’avez fait ? » « Rien Andy ! » disaient-elles… Je me souviens qu’elles m’ont jeté sur le lit, puis j’ai senti qu’elles essayaient de m’enlever mes vêtements, après quoi tout est devenu noir.

Jusqu’à ce jour, je me souviens de la maison où ils m’ont emmené, et où elle se trouve. »

A suivre…

par Branton


Voir tous les articles de la sous-catégorie Projet Superman


Que pensez-vous de cet article ? Inscrivez-vous et rejoignez la conversation


Merci à tous pour votre soutien.

Beaucoup d'entre vous sont avec moi, par le coeur et la pensée, et je vous transmet ma gratitude... Vous pouvez assurer la continuité de ce site de plusieurs manières... En partageant les articles que vous avez aimé... En achetant vos livres et vos produits préférés sur Amazon via ce site... En faisant un don sécurisé sur Paypal... Ou les trois en même temps... Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...


Même 1€ est important !





Tags:

0 Commentaires

Laisser une réponse

Imaginer un Nouveau Monde © Elishean 2009 - 2021

CONTACT

Vous pouvez nous envoyer un e-mail et nous vous répondrons dès que possible.

En cours d’envoi
ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

%d blogueurs aiment cette page :