Parapsychologie

Tunnels de réalité: comment contrôler et reprogrammer votre esprit

par JACK FOX-WILLIAMS

Quand j’étais à l’école secondaire, un enseignant m’a montré une illusion d’optique animée dans laquelle un danseur semble tourner dans une direction. J’étais catégorique sur le fait que le danseur tournait dans le sens des aiguilles d’une montre, tandis que mon professeur insistait sur le fait qu’il tournait dans le sens inverse des aiguilles d’une montre.

Elle m’a alors dit qu’on pouvait changer la direction du danseur en se concentrant sur les pieds. J’ai regardé avec une fixation méditative, et soudain, à mon grand étonnement, le danseur a commencé à tourner dans le sens inverse des aiguilles d’une montre ! Mon professeur m’a expliqué que puisqu’il n’y a pas de repères visuels pour la profondeur tridimensionnelle, votre esprit peut déterminer dans quelle direction le danseur tourne.

À ce moment-là, j’ai réalisé que la réalité est une construction de l’esprit et que nous voyons tous potentiellement le même monde différemment. Je l’ai peut-être dit en des termes moins éloquents que cela (considérant que je n’étais qu’un adolescent), mais il y a eu un changement fondamental dans ma compréhension. L’illusion m’a fait réaliser que la notion de « vérité objective » était essentiellement arbitraire puisque nos croyances subjectives médiatisent l’expérience sensorielle.


Mon professeur et moi aurions pu nous disputer pendant des heures, des jours ou des semaines pour savoir dans quelle direction le danseur tournait ; la science n’aurait pas pu prouver qu’aucun de nous deux n’avait raison puisque c’était une question de perception plutôt que de « vérité ». Dans la « réalité », le danseur tournait dans les deux sens, mais comme le cerveau a une tendance naturelle à classer, catégoriser et cataloguer les informations en termes binaires (haut/bas, gauche/droite, noir/blanc, sens horaire/antihoraire), le l’illusion d’optique animée apparaît monodirectionnelle.

Il existe de nombreux exemples de cela dans notre vie quotidienne, comme lorsque nous ne parvenons pas à apprécier le point de vue des autres parce que nous percevons le monde différemment. Nous pensons avoir raison malgré les multiples (sinon infinies) interprétations sur la nature de la réalité.

Que sont les tunnels de réalité ?

Le gourou de la contre-culture Timothy Leary a inventé le terme « tunnel de la réalité » pour décrire nos perceptions filtrées du monde. Robert Anton Wilson a ensuite développé le concept pour décrire «des schémas de pensée pré-composés qui limitent et déforment la perception de la réalité en réduisant la complexité et les options». 1 Selon Wilson, les tunnels de réalité façonnent notre sens phénoménologique de soi, éliminant les expériences qui ne soutiennent pas nos croyances tout en se concentrant sur celles qui le font. 2


Robert Anton Wilson (1932–2007) avec Timothy Leary (1920–1996)

Un défenseur du capitalisme, par exemple, rassemblera des faits pour étayer l’opinion selon laquelle le capitalisme est le modèle socio-économique le plus efficace, rejetant toute information contraire à ce point de vue. De même, un marxiste construira des arguments basés sur des informations sélectionnées pour soutenir l’idée que le communisme est le meilleur système, négligeant souvent les preuves qui contredisent leur position.

Comme l’affirme l’érudit psychédélique Ido Hartogsohn,

« nous avons tous des idées bien établies sur les minorités, les religions, les nationalités, les sexes, les bonnes façons de penser, d’agir, de se sentir gouverner, de manger, de boire, etc. Les tunnels de réalité agissent pour nous aider à renforcer ces idées contre des informations difficiles. » 3

En ce sens, il existe un croisement entre le concept de tunnels de réalité et le biais de confirmation, ce dernier étant décrit comme la « tendance humaine à remarquer et à attribuer une signification aux observations qui confirment les croyances existantes tout en filtrant ou en rationalisant les observations qui ne correspondent pas ». avec des croyances et des attentes antérieures. 4Le phénomène de biais de confirmation aide à expliquer pourquoi les personnes qui souscrivent à un tunnel de réalité sont inconscientes. La plupart des gens croient que leur vision du monde correspond à la « seule vraie réalité objective », cependant, Wilson souligne que de nombreux tunnels de réalité sont des créations artistiques, un point culminant d’apports biologiques, culturels et environnementaux. 5

L’idée que la réalité est façonnée par les conditions de l’esprit humain n’est pas nouvelle. Le philosophe allemand du XVIIIe siècle Immanuel Kant a proposé dans sa Critique de la raison pure que l’expérience se fonde « sur la perception d’objets extérieurs et sur une connaissance a priori ». 6 Nous recevons des informations sur le monde extérieur par nos cinq sens, qui sont ensuite traitées par le cerveau, nous permettant de conceptualiser son contenu. Quand je regarde un objet, comme une chaise ou une table, je n’ai aucune compréhension de sa nature extérieure. Les qualités qui me permettent de dénoter la signification de l’objet, comme la forme, la couleur, la taille, etc., n’ont pas d’existence objective ; ce ne sont que des sous-produits du cerveau.


Le psychanalyste et psychiatre français Jacques Lacan a proposé sa théorie en distinguant le « réel » et le « symbolique ». Lacan a soutenu que « le réel » est la « réalité unifiée imminente qui est médiatisée par des symboles qui lui permettent d’être analysée en segments intelligibles et différenciés ». 7 Cependant, le « Symbolique », qui est principalement subconscient, est « davantage abstrait dans l’imaginaire (nos croyances et nos compréhensions réelles de la réalité). Ces deux ordres façonnent finalement la façon dont nous arrivons à comprendre la réalité. 8

Voyez-vous un canard ou un lapin ?
Voyez-vous une jeune femme ou une vieille dame ?

Ces fameuses illusions d’optique aident à démontrer comment notre sens du monde est médiatisé à travers des « tunnels de réalité ».

Le sociologue de Harvard, Talcott Parsons, utilise le mot glose pour décrire comment nos esprits en viennent à percevoir la réalité. Selon Parsons, nous apprenons à « reconstituer le monde » par d’autres qui souscrivent à une réalité consensuelle basée sur des croyances, des normes et des associations partagées. 9 Une glose constitue un système total de langage et/ou de perception. Par exemple, le mot « maison » est une glose puisque nous rassemblons une série de phénomènes isolés – sol, plafond, fenêtre, lumières, tapis, etc. – et en faisons une totalité de sens.

L’auteur et anthropologue Carlos Castaneda a commenté cette notion en déclarant: «Il faut nous apprendre à assembler le monde de cette manière. Un enfant découvre le monde avec peu d’idées préconçues jusqu’à ce qu’on lui apprenne à voir les choses d’une manière qui corresponde aux descriptions sur lesquelles tout le monde s’accorde. Le monde est un accord. Le système de glose ressemble un peu à la marche… nous apprenons que nous sommes soumis à la syntaxe du langage et au mode de perception qu’il contient. dix

Le philosophe français Jacques Derrida a déclaré que notre compréhension des objets (et des mots qui les désignent) n’est comprise que par rapport à la façon dont ils sont contextuellement liés à d’autres objets (et mots dénotatifs). 11

Nous pouvons nous libérer des tunnels de réalité prescrits en utilisant des objets et un langage de manière inhabituelle ou disjointe, créant ainsi de nouvelles significations, associations et connotations discursives. C’était le but et le résultat de certains mouvements artistiques tels que le dadaïsme et le surréalisme, ainsi que la méthode de découpage de Brion Gysin et William Burroughs. 12

Le célèbre ethnobotaniste et psychonaute Terence McKenna a soutenu que l’idéologie et la culture sont des outils « qui donnent aux autres le contrôle de son expérience et de son identité puisqu’ils amènent les individus à façonner leur identité selon des formes préconçues. Si une personne s’identifie à des marques commerciales ou à des idées populaires sur ce qui est beau, vrai ou important, elle donne son pouvoir aux autres. 13

McKenna a dit un jour que vous ne devriez pas voir « la culture et l’idéologie comme vos amis », ce qui implique que vous devriez comprendre la réalité selon vos propres termes plutôt que d’adhérer à des « idéaux idéologiques et culturels préemballés » tels que le communisme, le capitalisme, la démocratie ou d’autres. forme de totalitarisme. 14

La croyance en soi, a soutenu McKenna, était «limitée à l’individu, car chaque fois que vous croyez en quelque chose, vous êtes automatiquement empêché de croire son contraire. En croyant quelque chose, vous vous fermez virtuellement à toute information contradictoire, commettant ainsi une fois de plus le péché d’imposer une structure simplifiée rigide à une réalité infiniment complexe. 15

Tout comme McKenna, Wilson recommande qu’un « humain pleinement fonctionnel doit être conscient de son tunnel de réalité et être capable de le garder suffisamment flexible pour s’adapter et, dans une certaine mesure, sympathiser avec différentes » règles du jeu « , différentes cultures ». 16 Selon Wilson, la pensée constructiviste, qui considère comment les processus sociaux et culturels déterminent notre perception du monde, constitue un exercice de métacognition, nous permettant de prendre conscience que les tunnels de réalité ne sont jamais vraiment objectifs, diminuant ainsi « la chance que nous confondre notre carte du monde avec le monde réel. 17

Comment votre tunnel de réalité est formé

Les contraintes de la biologie humaine limitent en partie nos modèles de réalité. Comme l’indique Wilson, notre ADN « a évolué à partir de l’ADN de primate standard et présente toujours une similitude de 98 % avec le chimpanzé (et de 85 % avec l’ADN du singe araignée d’Amérique du Sud). Nous avons la même anatomie grossière que les autres primates, le même système nerveux et les mêmes organes sensoriels. Alors que notre cortex préfrontal très développé nous permet d’effectuer des tâches mentales « plus élevées » et plus complexes que les autres primates, nos perceptions restent largement dans la norme des primates. 18

L’appareil neuronal produit par notre codage génétique contribue à créer ce que les éthologues appellent l’ umwelt , ou « champ du monde ». Les oiseaux, les reptiles et les insectes occupent un umwelt ou un tunnel de réalité séparé pour les primates (nous-mêmes, y compris). Par exemple, les abeilles sont capables de percevoir les motifs floraux à la lumière ultraviolette, ce que nous ne pouvons pas (à moins que certaines technologies ne soient utilisées). Les tunnels de réalité canins, félins et primates restent suffisamment similaires pour que l’amitié et la communication puissent se produire entre ces différentes espèces, cependant, un serpent (par exemple) occupe un tunnel de réalité si différent que leur comportement semble totalement étranger.

Comme le soutient Wilson, la croyance que l’ umwelt humain révèle la « réalité » ou la « réalité profonde » est aussi « naïve que l’idée qu’un étalon montre plus de réalité qu’un voltmètre ou que » ma religion est meilleure que votre religion « . Le chauvinisme neurogénétique n’a pas plus de justification scientifique que les chauvinismes nationaux ou sexuels. Il va jusqu’à suggérer qu' »aucun animal, y compris le primate domestiqué, ne peut assumer avec suffisance que le monde créé par ses sens et son cerveau est égal à tous égards au ‘monde réel’ ou au ‘seul monde réel' ». 20

Les tunnels de réalité sont également influencés par la «vulnérabilité de l’empreinte», des périodes de notre vie où les expériences de la petite enfance / de l’adolescence «lient les neurones dans des réseaux réflexes qui restent pour la vie». 21 Les chercheurs en psychologie, Lorenz et Tinbergen, ont remporté un prix Nobel en 1973 pour leurs recherches sur l’empreinte, qui ont démontré que « l’oie des neiges statistiquement normale imprime sa mère, à la différence de toute autre oie, peu après la naissance. Cette empreinte crée un « lien » et l’oison s’attache à la mère de toutes les manières possibles. 22Ces empreintes peuvent être imposées littéralement sur n’importe quoi. Lorenz a observé un cas dans lequel un oison, en l’absence de sa mère, a imprimé une balle de ping-pong. Il a suivi la balle de ping-pong et, arrivé à l’âge adulte, « a tenté de monter la balle sexuellement ». 23

Wilson estime que l’âge auquel nous sommes empreints de langage détermine des programmes d' »intelligence » (intelligence verbale) et de « sottise » (inintelligence verbale) tout au long de la vie, puisque les modèles linguistiques nous permettent d’articuler le traitement mental, d’évaluer des idées complexes et de communiquer avec ceux qui nous entourent. nous. 24 De plus, comment et quand nos premières expériences sexuelles sont imprimées peuvent « déterminer des programmes d’hétérosexualité, de promiscuité impétueuse ou de monogamie, etc. 25 Dans des empreintes plus obscures, telles que le célibat, le fétichisme des pieds et le sadomasochisme, « les circuits cérébraux bornés semblent tout aussi mécaniques que l’empreinte qui liait l’oison à la balle de ping-pong ». 26

Ces exemples suggèrent que les expériences pendant l’enfance, lorsque le cerveau présente une « neuroplasticité » optimale (un terme utilisé pour désigner la malléabilité des réseaux de neurones dans le cerveau), peuvent façonner nos tunnels de réalité jusqu’à l’âge adulte. Comme l’a proposé Sigmund Freud, de nombreuses pensées et comportements « rationnels » sont généralement le résultat de souvenirs, d’impulsions et de désirs « refoulés », qui résident dans les profondeurs obscures de l’inconscient. 27

De plus, les tunnels de réalité sont façonnés par le conditionnement social, le « processus sociologique de formation dans une société pour répondre d’une manière généralement approuvée par la société en général et les groupes de pairs au sein de la société ». 28 Les manifestations du conditionnement social sont multiples mais incluent le nationalisme, l’éducation, l’emploi, le divertissement, la culture populaire, la spiritualité et la vie de famille. Contrairement à l’empreinte, qui ne nécessite généralement qu’une seule expérience puissante pour s’installer de manière permanente dans les réseaux neuronaux du cerveau, le conditionnement nécessite « de nombreuses répétitions de la même expérience et ne s’installe pas de manière permanente ». 29

Les processus de conditionnement social varient considérablement selon l’environnement culturel auquel on est exposé. Par exemple, une personne née dans un pays musulman (comme l’Arabie saoudite) croira probablement aux enseignements du Coran et adhérera à certaines normes, coutumes et traditions religieuses. Cependant, les individus nés dans un pays occidental capitaliste/consumériste, ou dans un pays oriental aux traditions hindoues ou bouddhistes, adhéreront à des codes culturels et comportementaux différents.

Les tunnels de réalité se forment également à travers le processus d’apprentissage. Tout comme le conditionnement, l’apprentissage nécessite de la répétition, mais il nécessite également de la motivation. Par conséquent, il joue « moins de rôle dans la perception et la croyance humaines que la génétique et l’empreinte et encore moins que le conditionnement ». 30 L’apprentissage marque une différence majeure entre la façon dont les mammifères, les reptiles, les insectes et les oiseaux perçoivent le monde. Par exemple, les serpents partagent le même tunnel de réalité puisqu’ils agissent simplement sur des réflexes biologiquement déterminés, avec seulement des différences imprimées mineures. Les mammifères montrent « des différences plus conditionnées et apprises dans leurs tunnels de réalité ». 31

Les humains démontrent une plus grande aptitude à apprendre en raison de notre cortex et de nos lobes frontaux très développés ainsi que de notre enfance prolongée. Cette variabilité fonctionne comme « la plus grande force évolutive de la race humaine » puisqu’elle nous permet de transmettre les connaissances d’une génération à l’autre. Mais cela signifie également que nous pouvons subir un lavage de cerveau et étiqueter d’autres personnes qui ne partagent pas nos croyances comme « folles », « antisociales » ou « blasphématoires ». En fait, on pourrait dire que la majorité de toutes les guerres sont le résultat de deux (ou plus) tunnels de réalité opposés luttant pour la suprématie. Cela est particulièrement évident dans le cas d’un conflit religieux, où les gens s’entretuent au nom de « Dieu ».

Tunnel Vision : la politisation de la réalité

La montée des « politiques identitaires » au 21e siècle démontre parfaitement comment les tunnels de la réalité nous empêchent d’envisager des perspectives et des points de vue alternatifs. Au cours de la dernière décennie, le domaine politique est devenu de plus en plus polarisé alors que la gauche et la droite s’engagent dans une bataille pour la suprématie culturelle. Une telle polarisation était apparente lors du référendum sur le Brexit de 2016, au cours duquel 51,9 % des Britanniques ont voté pour quitter l’Union européenne tandis que 48,1 % ont voté pour y rester. 32 Le succès marginal de la campagne du « congé » a mis en lumière la forte division entre les deux côtés de l’échiquier politique. Les premiers ont souligné l’importance de l’Union dans la promotion de la stabilité sociale et économique, tandis que les seconds ont souligné l’importance de l’identité, de la souveraineté et de l’indépendance nationales.

La rhétorique employée à la fois par les campagnes « partir » et « rester » était si binaire dans son articulation qu’aucune des deux parties ne s’est engagée dans un dialogue significatif ; au lieu de cela, le référendum est devenu une série de slogans, de devises et de slogans sans fondement – une campagne publicitaire conçue pour attirer des groupes démographiques cibles. Le référendum concernait plus deux tunnels de réalité distincts se disputant la suprématie idéologique qu’une analyse équilibrée des avantages et des risques.

L’élection présidentielle américaine de 2016 a été un drame similaire de tunnels de réalité concurrents, façonnés par des spin-doctors magistraux et des persuasifs cachés qui ont exploité des techniques publicitaires modernes pour capturer des données démographiques spécifiques basées sur la classe, l’âge, le sexe, la religion, la situation géographique et d’autres critères.

Donald Trump était bien connu pour son slogan de campagne « Make America Great Again » et d’autres slogans qui utilisaient un lexique de patriotisme, de populisme et de protectionnisme pour plaire à ceux de droite. D’autre part, Hillary Clinton a utilisé le slogan « Plus forts ensemble » pour évoquer des sentiments d’unité, de compassion et de solidarité. L’élection est devenue une bataille entre deux tunnels de réalité contrastés, fondée sur une rhétorique et une hyperbole dénuées de sens.

Un autre exemple de politisation est la crise de Covid-19, avec le public divisé en deux camps – ceux qui ont soutenu des mesures telles que les confinements contre l’autre qui a rejeté bon nombre de ces mêmes mesures. La polarisation politique a démoli une approche saine et équilibrée de la crise, exacerbée et intensifiée par la division politique en cours dans le paysage médiatique.

« Chambres d’écho » et politique identitaire

Les médias sociaux ont alimenté la politique identitaire en permettant aux groupes et aux mouvements de générer une présence en ligne et d’avoir des impacts dans le monde réel. Selon la chercheuse et auteure indépendante Ilaria Bifarini, cela se traduit par l’émergence de « chambres d’écho » dans lesquelles les internautes « trouvent des informations qui valident leurs opinions préexistantes et activent le biais de confirmation ». 33 Ce mécanisme, dit Bifarini, « renforce ses croyances et les radicalise, sans rien ajouter à l’information et à la connaissance. Le résultat est l’extrémisme idéologique que nous observons aujourd’hui et auquel nous participons, où les débats politiques ont été remplacés par les partisans et la violence verbale. 34

Une autre manière dont cela se produit, par exemple, est la façon dont la plate-forme de partage de vidéos en ligne et de médias sociaux de Google, YouTube, utilise des données algorithmiques pour montrer aux utilisateurs un contenu similaire à leurs engagements antérieurs – un contenu avec lequel ils sont susceptibles de s’engager à l’avenir, créant ainsi une boucle de rétroaction dans laquelle ils sont exposés à des médias renforçant leurs préférences politiques. 35

Comme l’affirment Brooke E. Auxier et Jessica Vitak, spécialistes des médias, « de nombreuses plateformes de médias sociaux structurent leurs flux de contenu en fonction de ce qu’un algorithme détermine comme étant les articles « les plus importants » ou les plus « pertinents ». Bien que ces outils puissent aider les utilisateurs à contrôler leurs environnements d’information et d’actualités – rendant la consommation plus gérable et atténuant la surcharge d’informations – il est possible que ces outils de personnalisation exposent les utilisateurs à des informations redondantes et à des points de vue singuliers. 36

Les deux côtés du spectre politique ne parviennent pas à s’engager dans une discussion significative lorsqu’ils sont piégés dans un tunnel de réalité unique, dont la stabilité est menacée par des récits concurrents. Au lieu de cela, le dialogue politique se caractérise par des insultes incendiaires, des injures et de la diffamation.

Un langage chargé – tel que « signaleurs de vertu », « flocons de neige », « raciste », « transphobe », « islamophobe », « hétéronormatif », « privilégié » – permet aux groupes identitaires de protéger l’intégrité de leur tunnel de réalité en excluant ceux qui ont une opinion différente. De la même manière que les chefs de secte religieuse isolent leurs membres du monde extérieur, les groupes identitaires s’orientent eux aussi autour d’un système de croyance fermé, qui est à l’abri de la critique, de la contestation ou de la contestation.

Afin de faciliter une discussion plus significative, il est important que les deux parties apprennent à se libérer des contraintes de leur tunnel de réalité.

S’élever au-dessus de la mêlée

Dans son livre Prometheus Rising, Robert Anton Wilson propose diverses techniques pour défier les tunnels de réalité dominante. Écrivant au début des années 1980, Wilson suggérait que « si vous êtes un libéral, abonnez-vous au [magazine conservateur] National Review … Chaque mois, essayez d’entrer dans leur tunnel de réalité pendant quelques heures tout en lisant leurs articles. Si vous êtes un conservateur, abonnez-vous à la New York Review of Books pendant un an et essayez d’entrer dans leur esprit pendant quelques heures par mois. Si vous êtes rationaliste, abonnez-vous à Fate Magazine pendant un an. Si vous êtes un occultiste, rejoignez le Comité pour l’investigation scientifique des revendications du paranormal et lisez leur journal, The Skeptical Inquirer , pendant un an.37

Pour donner une « tournure » moderne à cet exercice, si vous suivez en ligne des penseurs conservateurs comme Jordan Peterson ou Ben Shapiro, exposez-vous à des penseurs de gauche comme Slavoj Zizek ou Noam Chomsky, et faites le contraire si vous êtes de gauche. Abonnez-vous aux chaînes Internet qui ne correspondent pas à votre tunnel de réalité. En réalisant cet exercice, vous constaterez que vous pouvez penser aux questions politiques d’une manière plus équilibrée, neutre et multidimensionnelle, libre des contraintes du dogme idéologique.

Vous pouvez utiliser la même technique avec la religion. Dans un exercice, dit Wilson, «devenez un pieux catholique romain. Expliquez en trois pages pourquoi l’Église est toujours infaillible et sainte malgré des papes comme Alexandre VI (le pape Borgia), Pie XII (allié d’Hitler), etc. 38 Expliquez ensuite pourquoi l’Église est une institution immorale et dépassée; écrivez également trois pages expliquant pourquoi vous pensez que c’est le cas. Si vous avez le temps, vous pouvez effectuer le même exercice avec d’autres religions telles que l’hindouisme, le bouddhisme et même le satanisme. Expliquez pourquoi ces religions détiennent la clé de la « vraie » nature de la « réalité », puis réfutez-vous en fournissant un contre-argument.

Vous pouvez utiliser la même technique pour devenir plus conspirateur dans votre pensée. Dans un exercice, dit Wilson, « commencez à collecter des preuves que votre téléphone est sur écoute. Tout le monde reçoit de temps en temps une lettre légèrement endommagée. Supposons que quelqu’un ouvre votre courrier et le révèle maladroitement. Cherchez autour de vous des preuves que vos collègues ou voisins pensent que vous êtes un peu queer et envisagent de vous faire interner dans un hôpital psychiatrique. 39 Observez comment ces suppositions influencent votre perception des autres et de leur comportement – ​​vous ne tarderez pas à trouver des preuves à l’appui de votre pensée paranoïaque !

Une fois que vous avez suffisamment expérimenté avec ce tunnel de réalité, « essayez de vivre une semaine entière avec le programme, ‘Tout le monde m’aime et essaie de m’aider à atteindre tous mes objectifs' ». 40 Essayez ensuite de vivre un mois entier avec le programme « J’ai choisi d’être conscient de cette réalité particulière ». 41 Ensuite, essayez de vivre une journée avec le programme : « Je suis Dieu jouant à être un être humain. J’ai créé chaque réalité que je remarque. 42 Ensuite, essayez de vivre éternellement avec le métaprogramme, « Tout se passe plus parfaitement que je ne le prévois. » 43En adoptant ces différents tunnels de réalité, vous remarquerez à quel point vos facultés perceptives sont vraiment malléables – le monde peut devenir un lieu de conspiration et de collusion ou un lieu de bienveillance et de positivité, selon la façon dont vous le voyez.

Wilson propose un autre exercice intéressant pour élargir les frontières de la conscience, dans lequel vous «énumérez au moins 15 similitudes entre New York (ou n’importe quelle grande ville) et une colonie d’insectes, comme une ruche d’abeilles ou une termitière. Contemplez les informations contenues dans la boucle d’ADN, qui ont créé ces deux enclaves de cohérence et d’organisation élevées, dans les sociétés de primates et d’insectes. 44 Ensuite, « Lisez les Upanishads et chaque fois que vous voyez le mot « Atman » ou « Âme du Monde », traduisez-le en empreinte ADN. Voyez si cela a du sens pour vous de cette façon. 45Selon Wilson, « Contempler ces problèmes déclenche généralement des synchronicités jungiennes. Voyez combien de temps après avoir lu ce chapitre vous rencontrez une coïncidence étonnante – par exemple, voir de l’ADN sur une plaque d’immatriculation, avoir une copie des Upanishads qui vous est donnée de manière inattendue… » 46

Expérimenter avec différents tunnels de réalité est une pratique nécessaire si l’on souhaite remettre en question les récits, les perspectives et les points de vue dominants et élargir les frontières de la conscience humaine. Alors que nous nous trouvons dans une « ère de l’information » post-moderne, où un nombre croissant de factions politiques se disputent l’autorité informationnelle, nous sommes plus que jamais exposés aux forces cachées de la propagande.

Chaque fois que nous nous connectons à Facebook, Twitter, Instagram et YouTube, nous nous laissons manipuler par un système complexe d’algorithmes qui génère du contenu en fonction de nos goûts, de nos aversions et même de nos différences. Afin d’échapper aux pièges du dogme idéologique, nous devons prendre conscience de nos conditionnements biologiques, sociaux et environnementaux et adopter un mode de pensée plus multidimensionnel.

La compréhension des «tunnels de réalité» devient essentielle pour atteindre une véritable libération intérieure car elle nous permet de penser à l’esprit comme une forme de logiciel technologique qui peut être continuellement mis à jour et réorganisé. Nous atteignons un état de métacognition , une prise de conscience de ses processus de pensée et une compréhension des schémas qui les sous-tendent. C’est ce que l’explorateur pionnier de l’esprit, John Lilly, a appelé notre capacité de « métaprogrammation », la création, la révision et la réorganisation de programmes mentaux. 47

Bien que nous soyons limités par les limites de la programmation biologique (dans une certaine mesure), la créativité de la conscience humaine est infinie, un labyrinthe de possibilités et de potentialités sans fin qui attendent d’être explorées. Comme l’a dit le Bouddha : « Tout ce que nous sommes est le résultat de tout ce que nous avons pensé. Elle est fondée sur la pensée. Il est basé sur la pensée. 48

Notes


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 158 fois, 11 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire