Télépathie. Voyage astral. Vision à distance – Un entretien avec Skip Atwater


En pleine guerre froide, les Soviétiques et les Américains employaient des médiums pour espionner leurs activités respectives. Il s’agissait de ce que l’on appelait les voyants à distance.

La CIA et l’armée américaine ont toutes deux mené des programmes de renseignement par télépathie. Le programme de l’armée américaine, connu sous le nom de code Star Gate, a été lancé à la fin des années 1970 par Skip Atwater, un médium naturel très doué.


Pendant dix ans, Skip a été l’officier chargé des opérations et de la formation, période pendant laquelle il a recruté et formé un groupe d’élite de télépathes professionnels, grâce auxquels il a mené des milliers de missions de collecte de renseignements.

Skip est inévitablement entré en contact avec Robert Monroe, le fondateur de l’Institut Monroe.

L’Institut Monroe se consacre à la transformation de la conscience humaine. Un élément majeur de ce processus de transformation est en partie accompli par l’application de la technologie Hemi-Sync. L’Hemi-Sync est peut-être mieux connu pour sa capacité à induire une OOBE (Out Of Body Experience), autrement appelée projection astrale. Vous trouverez de plus amples informations sur l’Institut Monroe à l’adresse www.monroeinstitute.org.

Après avoir pris sa retraite de l’armée, Skip est devenu directeur de recherche à l’Institut Monroe, puis président de l’Institut.

Il a poursuivi le travail de pionnier de Robert Monroe, mais s’est maintenant retiré de la présidence de l’Institut. Il est l’auteur de l’inspirant Captain of My Ship, Master of My Soul qui, à bien des égards, s’inscrit dans la continuité des livres de Robert Monroe. Son site Web est www.skipatwater.com.

Skip donne également de nombreuses conférences dans le monde entier. C’est lors des conférences de Skip à Sydney, fin mai 2002, que l’entretien suivant a eu lieu avec Tony Mierzwicki.

Tony : Skip, pour le bien de cette interview, nous devrions commencer par définir nos termes. Pourriez-vous définir le terme OOBE, ou projection astrale comme on l’appelle dans la littérature occulte classique?

Skip : Je pense que nous devons avoir un point de référence pour décrire l’expérience que les gens appellent OOBE. En commençant par le point de référence de ce que nous sommes en tant qu’êtres humains en ce moment.

Nous pourrions penser que nous sommes des personnalités distinctes. Nous sommes apparemment des corps marchant sur cette Terre, essayant d’accomplir des choses, d’avoir des familles, des emplois, de gagner notre vie, de survivre. Et pourtant, il y a plus en nous que nos corps physiques, alors nous essayons de nous faire une idée de cette situation de vie terrestre dans laquelle nous sommes impliqués.


Nous pouvons y réfléchir dans une perspective beaucoup plus large, en pensant que nous sommes en partie des êtres physiques, en partie des êtres mentaux émotionnels et en partie des êtres spirituels. Toutes ces choses réunies, lorsque nous sommes dans notre état d’éveil, comme vous et moi en ce moment, en train de nous parler, nous nous percevons comme étant dans le corps physique pour ainsi dire.

En fait, nous ne nous percevons généralement que dans notre corps physique. Pourtant, la nuit, dans un sommeil inconscient, nous nous séparons de notre corps physique et nous voyageons dans ce monde d’une manière différente dans ce que l’on appelle un corps astral. De nombreuses personnes ne se souviennent pas de ces voyages hors du corps parce que leurs organes sensoriels ne sont pas éveillés, leurs organes sensoriels astraux ne sont pas éveillés, où la mémoire n’est pas suffisamment marquée pour se souvenir de ces choses.

Au-delà du corps astral, il y a un monde spirituel. Donc, si vous y pensez dans ces trois grandes parties, alors vous m’avez demandé de définir ce qu’est une OOBE. Cela pourrait être une expérience spirituelle qui est au-delà de l’astral, ou un voyage astral se limitant à ce corps mental émotionnel que nous connaissons comme notre corps astral, et visitant le royaume de cette façon.

Tony : Vous avez mentionné précédemment que les gens ont tendance à ne pas se souvenir de leurs expériences astrales parce que leurs sens ne sont pas sensibilisés de manière optimale. Y a-t-il des techniques que vous pourriez recommander pour sensibiliser les sens?

Skip : L’expérience. Il existe une théorie psychologique impliquant nos sens appelée l’intégration sensorielle, ce qui signifie que je sais qui je suis, ce que je fais et ce que je ressens par rapport à moi-même en me basant sur le concept d’intégration de mes sens. Et pourtant, lorsque je dors la nuit ou que je suis en méditation profonde, mes sens physiques sont éteints. Et si la théorie de l’intégration sensorielle est correcte, alors nous avons une expérience inconsciente.

Nous n’avons rien pour nous dire qui je suis, ce que je fais, comment je me sens, parce que nos sens sont éteints. Ahh, mais ce ne sont que les sens physiques. Car dans nos corps astraux, nous avons des sens équivalents, auxquels nous ne prêtons pas nécessairement attention, car nous pensons seulement que nous sommes des corps physiques. Mais grâce à la pratique et à des exercices, vous pouvez apprendre à prêter attention à ces domaines, de sorte que dans le processus naturel de sortie de votre corps chaque nuit, vous en prenez conscience. Nous appelons cela activer nos processus de perception interne, mais il s’agit en fait d’activer nos sens astraux.

Tony : OK, alors quels sont ces sens astraux?

Skip : Eh bien, définissons d’abord, afin de comprendre ce que sont les sens astraux, les mondes que nous explorons, l’un étant le monde physique, l’autre n’étant pas le monde physique, et réfléchissons à ce qui constitue ces mondes et à la façon dont nos sens fonctionnent. Tout d’abord, dans le monde physique, lorsque nous regardons autour de nous, nous n’avons pas une vision ou une compréhension précise de ce qu’est le monde physique. C’est comme si nous étions dans un centre commercial, dans le bureau de la sécurité, et que nous ne faisions que regarder l’écran. Peut-être que ce moniteur n’est qu’un moniteur noir et blanc, et peut-être qu’il n’est orienté que dans une seule direction. Et quand il y a un mauvais éclairage, on ne voit pas grand-chose, quand il y a un bon éclairage, on en voit un peu. Nous ne voyons pas réellement le centre commercial, nous voyons sur notre écran une image du centre commercial. Et c’est en fait ce qui se passe pour nous, nous vivons derrière nos yeux et nos sens en regardant des écrans.

Ce que nos yeux nous disent est un spectre très étroit de la réalité. Si un animal, une chauve-souris, entrait dans cette pièce et volait autour, il percevrait un monde différent de celui que nous percevons. Si un chien entrait ici avec son hyper sens de l’odorat, ce serait une réalité entièrement différente de celle que nous percevons. Alors quelle est la vraie réalité? Eh bien, c’est ce que je veux dire : nous ne savons jamais vraiment quelle est la vraie réalité, car nous ne faisons que contrôler nos petits organes sensoriels. De la même manière, dans le royaume astral, nous avons des organes sensoriels équivalents, l’idée de la vue, de l’odorat, du toucher, du son, du goût, et nous avons aussi des sens supplémentaires, celui de la télépathie et de l’intuition.

Dans le domaine du physique cependant, nos perceptions sont régies par ce que nous connaissons comme un ensemble commun de réalités. Nous sommes d’accord pour dire que nous sommes assis sur des choses appelées chaises, et qu’il y a des plantes derrière nous. Nous nous efforçons ensuite d’interpréter nos sens physiques sur la base d’un accord que nous avons appris en grandissant.


Nos parents nous ont appris comment s’appelaient toutes ces choses, et nous nous sommes mis d’accord pour avoir une base de mémoire, et nos organes des sens sortent et disent : « OK, voici un signal qui arrive, à quoi ressemble-t-il ? ». Eh bien, il va jusqu’à notre cerveau antérieur et notre cerveau antérieur dit, « avons-nous déjà vu quelque chose comme ça avant ? » Si la réponse est oui, alors il va dans le système limbique du cerveau, et le système limbique du cerveau dit, « comment nous sentons-nous à ce sujet ? » Et s’il dit, « c’est OK, ce n’est pas dangereux », alors il passe par la conscience exécutive et dit, « je vois un arbre. »

Mais s’il remonte jusqu’au cerveau antérieur et que nous ne savons pas ce qu’est un arbre, et que la réponse est « non, nous ne savons pas ce que c’est », vous ne ferez jamais l’expérience de percevoir consciemment cet arbre.

Le même type de processus se produit de manière équivalente pour tous nos sens. Nous ne pouvons expérimenter et peser que ce que nous connaissons et ce qui est confortable pour nous psychologiquement, émotionnellement, et qui a du sens pour notre ego. Si quelque chose flotte dans l’air, notre ego pourrait dire : « Cela n’a aucun sens, ne lui en parlons pas. » Donc, en fait, vous ne faites pas cette expérience parce que c’est une chose inconfortable dont il faut prendre conscience. Ce sont les règles du monde physique et comment nos cinq sens physiques fonctionnent.

Comprenez que dans le monde astral, les règles du monde astral sont différentes. Il n’y a pas de réalité consensuelle, il n’y a pas d’effort pour avoir des réalités communes, et il n’y a pas de personnalités telles que nous les connaissons. Il s’agit donc simplement des royaumes mental et émotionnel, de nos corps subtils dans un monde mental et émotionnel, et nos réalités y sont très compartimentées. Vos systèmes de croyance et vos sentiments émotionnels créent votre propre réalité unique, et j’ai ma propre réalité unique.

Les sens se rapportent donc à nos propres croyances et sont contrôlés non pas par l’intégration sensorielle comme nous savons que les sens physiques fonctionnent, mais par nos croyances, nos sentiments émotionnels sur les choses et nos processus de pensée.

Penser quelque chose, c’est créer quelque chose dans le monde astral. Ici, bien que cela fonctionne de la même manière dans l’œil de Dieu, nous n’avons apparemment pas créé cette chaise ; nous avons découvert la chaise en entrant dans la pièce et avons décidé de nous y asseoir. Dans le royaume astral, vous percevez une chaise et elle devient réelle. Il est donc important de comprendre l’exercice de ces sens physiques et la conscience du fonctionnement des règles dans le royaume astral.

Vous vous demandez comment je peux exercer ces sens afin d’apprendre à le faire. Vous devez suivre un processus d’apprentissage progressif pour tenter de faire l’expérience de la visualisation dans le monde astral, de l’intuition dans le monde astral et de la télépathie dans le monde astral.

Un peu comme si quelqu’un vous apprenait à nager pour la première fois. Dans une piscine, pour nos corps physiques, c’est un environnement étrange et inhabituel, et la première fois que vous êtes dans l’eau, vous vous dites : « Je ne sais pas comment me déplacer d’un endroit à l’autre, je ne sais pas comment éviter de couler et de me noyer. » Donc, on s’initie progressivement à l’eau, on y entre un peu, puis on en sort, on y entre encore, puis on s’accroche au bord de la piscine et on met la tête dans l’eau. Et maintenant, en tant qu’adultes, nous pouvons entrer directement dans l’eau et c’est une atmosphère, un monde totalement étrange, car nous savons maintenant comment nager. Nous savons comment nous comporter, comment manœuvrer, et nous définir en tant que nageurs. Il en va de même pour l’apprentissage de l’éveil de vos sens astraux, une introduction progressive jusqu’à ce que vous preniez conscience de ce qui se passe et que vous soyez à l’aise dans ce royaume.

Tony : Vous avez mentionné auparavant qu’il est possible de manifester des choses dans le plan astral. Une fois que quelque chose s’est manifesté dans le plan astral, est-il possible de le faire dans le plan physique?

Skip : Oui, et comprenez que seules les personnes très averties savent qu’elles se manifestent dans le plan astral. Le plan astral émerge de notre subconscient et donc il nous apparaît comme si les choses étaient réelles, mais elles ont émergé de notre subconscient. Lorsque vous devenez plus conscient, vous comprenez comment vous pouvez créer des choses.

Une illustration très intéressante de cela se trouve dans le  film « The Matrix », où l’on apprend qu’à l’intérieur de la matrice, on peut en fait changer les règles de la réalité et créer les choses que l’on veut y voir. Normalement, cela émergeait des vieux schémas de la culture qui ne faisaient que se renforcer. Mais les gens qui comprenaient la matrice étaient capables de changer la réalité de leur propre gré.

Maintenant, vous demandez si oui ou non nous pouvons manifester des choses dans ce que nous pensons être le monde physique. Et la réponse est oui, car ces deux mondes dont nous parlons, le physique et l’astral, sont en fait le même monde. Les Tibétains l’appellent le Bardo. C’est en fait le même monde, c’est juste que nous le percevons avec nos sens physiques au lieu de le percevoir avec nos sens astraux, et l’expérience est que ce sont deux mondes différents, mais c’est en fait le même monde.

Tony : Quelle est l’importance des considérations environnementales dans l’expérience de la projection astrale? Par exemple, serait-il plus facile de faire une projection astrale dans un environnement boisé plutôt que dans une ville?

Skip : C’est une très bonne question. Dans toute expérience impliquant des états de conscience élargis et l’expérience personnelle que l’on vit, il n’y a pas d’agent actif, LSD, Ahayuasca, Ecstasy, DMT. Les gens disent, ici essayez ce médicament et ayez une expérience merveilleuse. Et la pensée initiale est que ce médicament me donne l’expérience. Mais ce n’est pas vraiment ce qui se passe, et les scientifiques qui ont étudié cela, ils disent que la drogue vous libère, vous libère chimiquement, des perceptions enfermées.

Mais ce qui crée l’expérience sont des termes simples appelés, « Set » (Définir) et « Setting » (paramétrage). Et le « Set » se réfère à votre itinéraire que vous apportez avec vous à l’expérience, votre arrière-plan, votre propre expérience d’exploration personnelle, et quelle est votre intention.

Le cadre, est exactement ce dont vous parlez, le cadre environnemental. De nombreuses personnes qui ont exploré l’ecstasy ou le LSD, par exemple, choisiront un environnement très calme, paisible ou campagnard afin de ne pas être bombardées d’informations supplémentaires à traiter.

Tony : Vous avez mentionné que ces drogues particulières peuvent faciliter la projection astrale. S’agit-il d’une facilitation ponctuelle, dans laquelle la personne devient dépendante de ces drogues pour faire l’expérience de la projection astrale, ou bien ont-elles des effets à long terme?

Skip : Commençons par mettre les choses à plat. Pendant des milliers d’années, l’humanité a essayé de comprendre comment générer des expériences dans des états modifiés, et on les appelle souvent les 4 D : Drugs, Dreaming, Dance and Drumming (Drogues, Rêves, Danse et Tambour).

Eh bien, ces 4 D poursuivent des états modifiés de conscience ; vous ne devenez pas dépendant de ces états pour faire l’expérience du royaume astral ou du Bardo tel qu’il est vu par vos sens astraux. Ce qu’ils font, c’est ouvrir la porte à la perception.

Dans notre état d’éveil physique, nous occupons tellement notre conscience sur le monde physique apparent que nous prêtons peu d’attention aux autres sens. Bien qu’occasionnellement nous ayons des aperçus de télépathie, nous avons des aperçus d’intuition. « Mince alors, je savais qu’ils m’appelaient au téléphone, je savais que c’était eux ». Ce sont de petits aperçus de notre moi astral, de nos âmes qui nous parlent, par opposition aux sens du monde physique.

L’utilisation des 4 D est une utilisation de ce que nous appelons en Amérique, des roues d’entraînement sur une bicyclette, comme si cela vous enseignait comment équilibrer un peu, mais ensuite cela peut devenir très limitatif une fois que vous savez ce que sont ces zones, une fois que vous avez éveillé cette partie de vous, une fois que vous avez pris conscience que vous êtes plus que votre corps physique, alors vous êtes libre d’explorer au-delà de ces étapes que vous prenez au début.

Tony : Vous avez mentionné Ahayuasca il y a quelques minutes. Je ne peux m’empêcher de remarquer que de nombreuses personnes revendiquent des expériences très similaires après avoir pris Ahayuasca, ce qui semble indiquer un noyau objectif à leurs expériences. Que pensez-vous de cela?

Skip : Eh bien, c’est un mot intéressant, objectif. Parce que nous avons tendance à courir après « Oh, c’est le monde physique », c’est réel, c’est objectif, nous pouvons y mettre des instruments et le mesurer, pour ainsi dire. Et le poids du mot objectif a tout ce pouvoir.

Et pourtant, toutes nos expériences sont objectives si vous acceptez le fait que nous sommes tous impliqués dans le Bardo, et dans différents royaumes du Bardo.

Donc ce que vous voyez avec Ahayuasca, ce sont des gens qui visitent un quartier commun du Bardo. Et cette même analyse pourrait être appliquée aux expériences de mort imminente. Indépendamment de tout contexte culturel ou religieux, il existe un ensemble de points communs entre les personnes qui vivent une expérience de mort imminente. Est-ce que cela la rend objective? Peut-être que oui.

De la même façon, avec Ahayuasca, les gens semblent avoir le même style ou type d’expérience. Et pourtant, on dit souvent, même ici dans le monde physique, que le problème des témoignages oculaires est le suivant : si sept personnes sont témoins d’un accident de voiture, vous aurez huit versions de ce qui s’est passé. Et donc, quelle est la réponse objective à cela? Et donc je pense que le point commun de l’Ahayuasca est très intéressant, tout comme l’expérience de mort imminente est très intéressante. Cela nous fait croire plus fermement qu’il y a probablement une expérience très commune.

Les enlèvements par OVNIs, c’est la même chose. Indépendamment des préjugés culturels ou de l’éducation religieuse, ou même de l’idée que l’on se fait des OVNIs, les expériences d’enlèvement ont des composantes similaires, ce qui nous pousse à croire qu’il y a peut-être quelque chose à cela s’ils nous racontent tous la même histoire.

Tony : Les expériences de mort imminente semblent être accompagnées d’une augmentation de la sécrétion de DMT par la glande pinéale, et j’ai également lu des comptes rendus qui indiquent que des scénarios d’enlèvement par des extraterrestres ont été expérimentés par des personnes après administration de DMT. Pourriez-vous commenter cela?

Skip : La DMT est une substance chimique très intéressante, et le fait qu’elle soit associée à la glande pinéale va, je pense, donner lieu à de nombreuses recherches intéressantes. J’aimerais voir une recherche de type scanner cérébral en temps réel observant ces choses se produire, ce que nous n’avons pas encore, nous avons eu une très petite quantité de données relatives à cela.

Mais l’idée que ce produit chimique est en quelque sorte lié à la libération de notre verrouillage dans le domaine physique et nous permet de prendre conscience de ces autres mondes simultanément alors que nous sommes dans notre corps, c’est un peu comme ce que nous enseignons dans la visualisation à distance, l’idée que pendant que vous êtes dans votre corps physique, vous commencez à me décrire ces autres choses en utilisant vos sens astraux et non vos sens physiques.


Tony : Vous étiez en fait impliqué dans le Remote Viewing dans le cadre du programme Stargate avant de rejoindre l’Institut Monroe.

Skip : C’est exact, et dans mon livre, j’explique en quelque sorte l’idée que je semble avoir été guidé dans la vie et sur plusieurs chemins différents. Et l’un de ces chemins, il y a environ 25 ans, a été de m’impliquer dans le programme militaire Stargate et d’utiliser la capacité psychique de vision à distance pour le renseignement militaire et les techniques de surveillance. De là, j’ai rejoint l’Institut Monroe où je suis depuis une quinzaine d’années.

Tony : Skip, vous avez mentionné que l’observation à distance était utilisée par l’armée américaine. Pourriez-vous nous expliquer brièvement ce qu’est le remote viewing, et peut-être nous donner un exemple?

Skip : Oui, bien sûr. La vision à distance semble être la capacité d’une personne (c’est une sorte de description officielle) à décrire psychiquement ou mentalement des lieux, des activités qui sont en quelque sorte éloignés d’elle, comme dans la pièce d’à côté, ou à l’autre bout du monde, ou même éloignés dans le temps.

Nos cinq sens physiques ne peuvent pas voir les choses dans le passé ou dans le futur, ou les choses dans la pièce d’à côté, ou à l’autre bout du monde. Mais avec la capacité psychique, et je ne veux pas dire que le psychique est effrayant ou étrange, je veux dire juste la capacité mentale de le faire, est le processus de visualisation à distance.

Il s’agit généralement d’une personne qui se met dans un état de réceptivité détendue, puis d’un enquêteur qui travaille avec cette personne et lui demande de décrire un endroit désigné dans une enveloppe scellée, de décrire l’emplacement de l’enveloppe scellée, ou il y a une série de lettres ou de chiffres assignés à une cible, la cible ABC123. Et donc votre interlocuteur vous dirait ABC123.

Lorsque vous détendez un voyant à distance et que vous lui demandez de décrire la cible dans l’enveloppe, il peut mettre un certain temps à la décrire, il peut ne pas revenir instantanément et parler d’une voix forte comme je le fais maintenant, il peut dire : « Je ne sais pas, il me semble percevoir quelque chose de très étrange, je ne peux pas l’expliquer ». « Décrivez-le du mieux que vous pouvez. » Ils reviennent et disent : « Je vois ces boîtes, une sorte de stockage souterrain, certaines sont verticales et d’autres horizontales. Cela n’a aucun sens pour moi, c’est une zone verte avec des collines et ces boîtes qui sont souterraines. Je ne sais pas ce que ça peut être. » Et après cette sorte d’entretien, dans cette phase de méditation, vous pourriez dire : « Bon, d’accord, assieds-toi maintenant et dessine pour moi ce que tu essaies de décrire ». Et il présente un dessin :

Vous voyez qu’il a un symbole ici et qu’il pense qu’il s’agit d’une sorte de cible religieuse, une zone plate avec quelques arbres, des collines vertes, et il a l’impression que c’est une sorte d’endroit que les gens pourraient venir visiter, et ces boîtes ou caisses faites de bois lourd, certaines horizontales et d’autres verticales, et pourtant en regardant cela, nous ne pouvons pas vraiment dire ce que c’est ou ce que cela signifie.

Vous pouvez donc lui demander de se concentrer à nouveau, « essayez de vous concentrer à nouveau, et voyez si vous ne pouvez pas mettre les éléments (ce que nous appelons gestalt, gestalts majeurs), mettre ces éléments ensemble dans une forme reconnaissable ».

Et donc sur un deuxième dessin, il pourrait revenir et dire, « bien il y a une zone ici où ces boîtes sont souterraines, et puis il y a des arbres, et une sorte de symbole religieux par ici, peut-être une église au loin, des montagnes en arrière-plan », et il vient et dit, « c’est en fait un stockage souterrain en quelque sorte. »

Il est intéressant de noter que dans la visualisation à distance, ils n’ont pas la même empreinte de descriptions du monde physique que nous avons, donc ils n’essaient pas d’étiqueter les choses que nous étiquetons. Ils ne disent pas que cette chaise est une chaise. Ils diraient : « Il y a une surface plate avec quatre pieds et je vois des gens assis dessus », plutôt que de dire : « Oh, je vois une chaise ». Nous voyons donc le même genre de chose, sans la superposition du monde physique.

Quelles sont les informations astrales disponibles ici?

Il s’avère que ce site est en fait un cimetière. Nous avons donc des collines en arrière-plan, un stockage souterrain de boîtes, des arbres, un endroit que les gens viennent visiter. Mais remarquez que le voyant à distance n’avait pas la description. Il n’est pas revenu en disant « oh, c’est un cimetière ». Si vous et moi devions passer devant un cimetière en voiture, nous nous tournerions, nous regarderions et nous dirions « oh, regardez, c’est un cimetière ».

Dans un sens de vision à distance, il n’a pas le même type d’étiquetage du monde physique que nous. Cependant, cette technique s’est avérée très utile dans la surveillance militaire.

Tony : Je peux imaginer la frustration de l’officier commandant après cet exercice !

Skip : Oui, et la question se pose aussi dans beaucoup de ces cas où vous cherchez, dans le cas de la police, par exemple, où le braqueur de banque a caché l’argent ? Et vous demandez à un voyant à distance de décrire où le voleur de banque a caché l’argent. Si il donne la description suivante : « Je vois beaucoup de boîtes stockées sous terre dans une zone ouverte comme un parc », on pourrait dire : « Ça ne veut rien dire, comment sommes-nous censés trouver ça ? ». Mais si vous apportez ces croquis à tous les policiers, aux pompiers, aux inspecteurs du bâtiment, aux superviseurs du comté, quelqu’un va regarder ces dessins et dire, « vous savez ce que c’est, c’est le cimetière ».

Vous devez donc utiliser cet outil de visualisation à distance en conjonction avec les aides à l’investigation normales. Il ne vous donne pas toutes les réponses instantanément, car il s’agit d’une forme différente de perception. C’est une perception de la réalité du Bardo, de sa réalité astrale, et pas nécessairement équipée de nos étiquettes physiques.

Tony : La projection astrale pourrait-elle être utilisée pour améliorer les capacités des voyants à distance?


Skip : Ah, excellente question. Il s’avère que les meilleurs observateurs à distance acquièrent d’abord la cible alors que leur âme est dans leur corps, assise ici comme vous et moi, contrôlant l’entrée de nos sens physiques. Ils ferment les yeux ou tournent simplement leur attention vers ces sens intérieurs, ces sens astraux, et commencent à acquérir la cible. Et comme ils commencent à obtenir des informations et nous savons qu’ils sont verrouillés à décrire la bonne chose, ils ne sont pas toujours à droite, certains des meilleurs ne sont verrouillés sur la bonne cible peut-être 50, 60, 70% du temps, ils ne sont pas toujours bien verrouillés.

Lorsqu’ils commencent à être bien verrouillés, vous pouvez leur dire : « OK, il semble que vous vous débrouillez bien. Je veux que vous vous détendiez maintenant et que vous soyez vraiment profond, et je veux que vous visitiez la cible et que vous me la décriviez. » Ensuite, ils se reposent et se perçoivent réellement en train de sortir de leur corps, puis de se réveiller sur le site. Donc l’idée de surveillance non-physique, dans son application la plus idéale est l’expansion d’abord de ce que nous pourrions appeler la visualisation à distance classique et ensuite l’extension de cela dans une OOBE.

Cependant, si vous ne faites pas d’abord de l’observation à distance classique, de nombreux voyageurs hors du corps échappent au monde physique et se retrouvent dans d’autres dimensions du Bardo. C’est beaucoup plus attrayant avec beaucoup d’autres endroits où aller.

Tony : Je voulais juste vous poser une question controversée. Apparemment, l’Institut Monroe a accepté un certain nombre de contrats militaires.

Skip : C’est un mot intéressant que vous utilisez, « apparemment ». Beaucoup de gens peuvent écrire n’importe quoi, la liberté d’expression et l’Internet. J’ai une connaissance intime de tout cela, je veux dire que j’y ai travaillé et que je suis associé à l’Institut depuis 1977. Il y a eu un contrat gouvernemental classifié avec M. Monroe, pas l’Institut Monroe, et c’était pour former leur célèbre visionneur à distance, Joe McMoneagle.

Les militaires ont également reçu une formation lorsqu’ils sont venus en groupes de membres du personnel pour effectuer le voyage de la Porte. Mais il n’y avait rien de classifié, de militaire ou de secret à ce sujet, il s’agissait simplement de trois classes où des membres de l’état-major militaire sont venus comme s’ils faisaient une sorte de séminaire avancé, un séminaire de communication. Ce sont les seuls liens avec le gouvernement. Il y a une autre rumeur selon laquelle le père de M. Monroe était un agent de la CIA, ce qui est totalement faux. Je suis sûr qu’il y a quelque part un certain Monroe, qui a fait partie de la CIA à un moment donné, mais cela n’a rien à voir avec M. Monroe du tout. C’est une rumeur intéressante.

Tony : D’après votre vaste expérience, quelle est la meilleure façon de provoquer une projection astrale ou une OOBE?

Skip : Eh bien, tout d’abord, comprenez que chaque nuit, lorsque vous entrez dans le sommeil lent, le sommeil lent inconscient, vous êtes en fait hors du corps. La définition même d’être inconscient signifie que vous n’êtes pas conscient ici, parce que vous êtes ailleurs pour ainsi dire. En gardant cela à l’esprit, ce que vous me demandez vraiment, c’est quel est le meilleur moyen de prendre conscience que l’on est hors du corps? Je pense que c’est là votre vraie question, car tout le monde sort de son corps, c’est une chose parfaitement naturelle.

Comment devient-on conscient de son OOBE, et nous avons parlé de cela plus tôt. Cela a à voir avec la pratique et il y a probablement cinq règles générales dont je parle dans ce domaine. La première est la relaxation physique, se détendre, se calmer physiquement et mentalement. Et puis se connecter, avoir une cible spécifique ou un sujet spécifique. Connectez-vous à cela, et puis écoutez. Ecoutez tranquillement.

Ce que vous essayez de faire, c’est de vous accorder à vos sens astraux, de vous éloigner du physique et d’aller vers les sens astraux. Et vous trouverez qu’il y aura un moment de dissociation, comme si vous perdiez le sens de qui vous êtes. Et c’est la première étape de la prise de conscience.

Donc vous devez vous détendre, vous allez vous connecter, et vous allez écouter. Et puis vous allez devenir conscient. Et ensuite, il faut objectiver, ou ramener le souvenir de cette expérience dans le monde physique.

La tenue d’un journal est un moyen merveilleux de le faire, immédiatement après une expérience, de tenir un journal et d’écrire ou de dire dans un magnétophone, sinon l’expérience s’échappera et disparaîtra rapidement dans la mémoire. Alors, comment faire  Il existe de nombreuses pratiques méditatives qui le permettent, mais il faut surtout une structure institutionnalisée qui soutienne ces étapes. C’est l’une des choses que Robert Monroe, le célèbre « homme hors du corps », a laissé à l’Institut Monroe. Il a laissé une structure institutionnelle conçue pour soutenir et faciliter l’exploration de la conscience. Et il a laissé une technologie appelée « Hemi-Sync », une technologie sonore qui peut modifier l’état de vos ondes cérébrales et ouvrir la porte, tout comme les 4 D dont nous avons parlé.

On pourrait dire que Hemi-Sync est la forme technique du tambour, de la stimulation rythmique pour modifier l’état des ondes cérébrales. En plus de cela, il y a les exercices préenregistrés sur les cassettes audio et les CD, et ce sont ces exercices qui vous donnent la pratique en piscine.


L’immersion et la sortie, l’immersion plus profonde et la sortie, et des exercices pour réveiller vos sens astraux, afin que vous deveniez conscient de ce qui se passe. Et dans les cours supérieurs, par exemple le cours Lifelines, vous êtes en mission dans le royaume où les gens vont quand ils meurent. Vous n’avez peut-être pas conscience d’être sorti de votre corps, d’avoir dérivé et d’être parti en flottant, mais plus tard, lorsque vous examinez les informations que vous avez enregistrées, vous vous demandez : « Comment j’ai obtenu cela ? « Oh, je devais être hors de mon corps pour obtenir cette information. »

Tony : Alors comment fonctionne exactement l’Hemi-Sync?

Skip : La réponse courte à cette question est qu’il fonctionne très bien ! C’est une technologie de modification de la conscience qui utilise le son. La conscience elle-même est une composante de l’état d’excitation des ondes cérébrales, en conjonction avec notre expérience personnelle et notre agilité mentale.

Les modèles Hemi-Sync ont pour but de modifier l’état d’excitation, de calmer l’état des ondes cérébrales, de les ramener à un état Thêta et Delta qui est l’état normal d’excitation des ondes cérébrales pour l’OOBE. Pour ce faire, ils modifient la neurochimie du cerveau par le biais du système d’activation réticulaire.

Lorsque nous écoutons ces sons Hemi-Sync, un signal légèrement déphasé d’une oreille à l’autre établit un modèle rythmique qui modifie les neurotransmetteurs du cerveau.

Le niveau d’éveil de notre cerveau est basé sur l’équilibre de la neurochimie. Les trois principaux neurotransmetteurs régulateurs sont l’acétylcholine, la sérotonine et la noradrénaline. Lorsque nous écoutons les sons Hemi-Sync, ils modifient les niveaux d’acétylcholine au niveau du cortex et modifient ainsi le niveau d’éveil du cerveau. Nous pouvons utiliser l’Hemi-Sync pour stimuler le cerveau, pour les enfants qui étudient leurs livres ou qui veulent en apprendre davantage de leurs livres, ou nous pouvons calmer le cerveau pour des états méditatifs profonds, propices à l’OOBE et à l’exploration méditative profonde.

La conscience elle-même est un équilibre entre cet état d’excitation et votre éducation et votre programme personnels, vos émotions, vos peurs et vos inquiétudes. Donc, même si je peux vous mettre dans un état de conscience propice, cela ne garantit pas que vous aurez une OOBE consciente. Maintenant, rappelez-vous que nous avons dit que l’OOBE est parfaitement naturel et qu’elle arrive à tout le monde dans leur sommeil inconscient, la situation que vous avez demandé est comment pouvez-vous devenir conscient de ce temps.

Il y a beaucoup de mécanismes de défense qui peuvent vous empêcher d’être conscient. Si vous avez une peur horrible de mourir, dès que vous commencez à sortir de votre corps, l’interrupteur s’éteint et dit « nous n’allons pas lui parler de ceci, il a trop peur de mourir, nous n’allons pas lui parler de cela ». Mais vous pouvez surmonter cela en essayant doucement, tout comme l’exercice de la piscine. En essayant doucement, encore et encore, pour vous désensibiliser.

Tony : Etant donné que vous jouez avec la chimie du cerveau avec l’Hemi-Sync, dans quelle mesure l’Hemi-Sync est-il sûr à long terme?

Skip : Encore une fois, comme nous l’avons dit avec les 4 D, ce n’est pas l’Hemi-Sync lui-même qui crée l’expérience, mais un environnement propice.

Bob Monroe me l’a expliqué dans les termes les plus simples, c’était très facile, il a dit que c’était comme la musique. Imaginez que vous sortez dîner et boire un verre dans une boîte de nuit, et que soudain l’orchestre joue un air et que vous vous retrouvez avec votre rendez-vous. Vous ne vous levez pas soudainement de façon robotique pour vous mettre à danser comme si la musique avait un pouvoir sur vous. Vous pouvez taper du pied ou fredonner sur la musique, mais si vous décidez de vous lever et de danser de votre plein gré, s’ils jouent un cha-cha, vous danserez probablement le cha-cha. S’ils jouent une valse, vous finirez probablement par danser la valse.

Il en va de même pour Hemi-Sync, qui dépend de votre participation volontaire. Et ce n’est pas quelque chose dont vous devenez dépendant. Il s’agit seulement de revenir aux roues d’entraînement, une façon de vous montrer un moyen d’éveiller vos sens astraux par l’expérience personnelle. Il s’agit d’une exploration personnelle, d’un apprentissage par l’expérience. Mais vous n’avez pas besoin d’utiliser l’Hemi-Sync une fois que vous savez comment ces choses fonctionnent.

Tony : Vous dites donc qu’une fois que vous aurez maîtrisé l’art de la projection astrale, vous pourrez mettre l’Hemi-Sync de côté.

Skip : C’est exact, absolument.

Tony : Des études récentes ont montré que la consommation d’ecstasy à long terme augmente la production de sérotonine. Cependant, une fois l’ecstasy retirée, les sujets constatent que leur cerveau ne produit plus autant de sérotonine qu’avant l’administration de l’ecstasy, ce qui entraîne une dépression. L’Hemi-Sync pourrait-il entraîner des problèmes similaires dans le cerveau, étant donné qu’il modifie la chimie du cerveau?

Skip : Question intéressante et nous devons comprendre ce qui se passe ici et la différence. Vous parlez d’augmenter la production de sérotonine dans le corps avec l’ecstasy. Et donc le corps, comme une roue de mouche, dit « nous l’avons, nous l’avons, nous l’avons » et ensuite vous enlevez l’Ecstasy, et il y a ce crash de sérotonine. Mais avec Hemi-Sync, nous ne régulons pas les quantités de neuro-chimie, nous n’augmentons en aucun cas la quantité. Ce que nous faisons, c’est changer la perméabilité des cellules du système d’activation réticulaire et permettre simplement le changement de flux, non pas de sérotonine, mais d’acétylcholine.

Nous ne disons donc pas au corps de produire plus d’acétylcholine, nous changeons simplement la perméabilité de la paroi cellulaire, ce qui est la façon naturelle dont notre système d’activation réticulaire régule l’éveil.

Lorsque vous marchez dans la rue et que vous vous demandez si vous allez traverser la rue, vous sautez du trottoir, et voilà le camion ! Immédiatement, il se met en marche, modifie l’équilibre entre la noradrénaline et la sérotonine et vous sautez du trottoir. C’est une réaction parfaitement naturelle à cela. Il ne change pas la quantité de production dans le corps, mais le ratio en changeant la perméabilité de la paroi cellulaire.

C’est une très bonne question. Les gens posent parfois des questions sur d’autres types de drogues, qui sont des drogues produisant des psychédéliques, et elles ont à voir avec le changement des choses au niveau cortical, le changement de l’absorption neuro-chimique et le niveau cortical. Et l’effet de réguler le réticulaire n’est pas le même que celui-là. Il n’y a donc pas de facteur de dépendance, et il n’y a pas d’effet nocif parce que c’est la façon parfaitement naturelle dont nous réagissons.

Tony : Un certain nombre de chamans sont capables de modifier leurs ondes cérébrales à volonté, par exemple en passant en état Thêta. Le dispositif Hemi-Sync affecterait-il leur capacité à modifier leurs ondes cérébrales?

Skip : OK, c’est une très bonne question. Il ne modifierait pas, il serait en fait un renforcement ou une confirmation de ce qu’ils font déjà.

Des moines bouddhistes entraînés sont venus nous voir et nous ont dit : « C’est génial, il m’a fallu dix ans pour apprendre à faire ça ». Mais pour répondre plus précisément à votre question, j’aimerais que vous pensiez à Hemi-Sync non pas comme à un coup de feu ou un marteau qui vous frappe. Mais pensez à Hemi-Sync et au monde Monroe, ainsi qu’aux séminaires que nous organisons, comme à un ensemble complet. Parce qu’il ne s’agit pas seulement des modèles sonores, mais aussi des exercices que vous faites, et du rassemblement d’un groupe de vingt personnes partageant les mêmes idées dans un cadre spécialisé pour l’exploration de la conscience. Rappelez-vous que vous m’avez demandé si les termes « ensemble » et « cadre » étaient appropriés. Pensez donc à l’Hemi-Sync non pas comme à un simple son, mais comme à tout ce processus de réglage et de configuration qui crée votre expérience.

Tony : Apparemment, Ed Wilson, un chercheur de l’Institut Monroe, a découvert que les cascades d’écouteurs Phi Fibonnacci étaient particulièrement efficaces pour induire une projection astrale, et pourtant il n’a pas été autorisé à poursuivre ses recherches. Pourquoi était-ce le cas?

Skip : Eh bien, c’est une déclaration intéressante mêlée à de nombreux faits différents. Mais Ed Wilson et moi étions de bons amis, il est mort maintenant, il est mort depuis un certain nombre d’années. Ed est venu en tant que consultant pour nous aider avec notre machine à cartographie cérébrale et pour apprendre à utiliser la machine à cartographie cérébrale et il a en fait aidé à rédiger une étude du sommeil pour nous. Et nous avons expérimenté différentes combinaisons de sons, des façons d’assembler les sons, et surtout la situation de Fibonnacci. Et donc la question de « Oh, c’était spécifiquement efficace », et « pourquoi n’a-t-il pas été autorisé à continuer avec ça » est fausse. Je veux dire que nous avons fait une enquête approfondie sur ce sujet. Nous avons fait une cartographie cérébrale des gens en utilisant les différentes combinaisons de fréquences et ce n’était pas efficace, et nous ne l’avons pas incorporé.

Il n’y avait pas de mauvaise volonté entre Ed et moi, en tant que directeur de recherche, ni entre aucune partie de l’Institut. L’idée d’utiliser Fibonnacci comme une ascension naturelle dans le son était quelque chose que nous avons exploré et que nous n’avons pas trouvé particulièrement efficace.

Rappelez-vous que l’essentiel ici est que ce n’est pas l’Hemi-Sync qui vous le fait, tout comme ce n’est pas le DMT qui vous le fait, le LSD ou l’Ecstasy qui vous le fait. Il ouvre et facilite simplement, mais l’expérience est en vous, pas dans l’Hemi-Sync, pas dans le DMT, pas dans l’Ecstasy, pas dans le LSD, l’expérience est en vous.

Tony : Vous avez mentionné la cartographie du cerveau. Pourriez-vous décrire brièvement, en termes simples, ce qu’est la cartographie du cerveau et comment vous vous y prenez?

Skip : Certainement. Cela fait maintenant près de 50 ans que nous surveillons les changements de potentiels électriques sur le cuir chevelu. Nous appelons cela l’EEG, ou électroencéphalogramme, et il s’agit simplement du résidu électrique des interactions neurochimiques qui se produisent dans notre cerveau. Au fil du temps, nous avons essayé de comprendre si cet enregistrement pouvait être utilisé comme outil de diagnostic ou pour expliquer le fonctionnement du cerveau. Mais n’oubliez pas que l’activité électrique mesurée au niveau du cuir chevelu n’est qu’une sorte de résidu.

Au milieu des années 1980, les ordinateurs sont apparus et, alors que nous avions l’habitude de regarder des lignes sinueuses sur un graphique polygraphique pour surveiller les ondes cérébrales, nous pouvons désormais introduire ces signaux dans un ordinateur et faire en sorte que l’ordinateur les organise de manière à ce qu’ils ressemblent à l’ovale ou au sommet de votre tête. C’est ainsi qu’est né le nom de cartographie cérébrale. Il existe donc différents schémas de couleurs et différents motifs qui permettent d’analyser l’activité du flux, l’activité électrique du cerveau, sous la forme d’une carte. C’est plus facile à reconnaître, plus facile à regarder, qu’un tas de lignes ondulées sur une page.

Tony : Un certain nombre d’auteurs ont déclaré que la projection astrale est dangereuse parce que la conscience quitte le corps physique, et donc le corps physique pourrait alors être vulnérable à l’oppression ou à la possession par diverses entités spirituelles. Que répondez-vous à cela?

Skip : J’ai moi-même lu des récits similaires, et je dois dire qu’au cours de mes 10 années d’expérience dans le programme Stargate, en travaillant avec des dizaines de visionneurs à distance et littéralement des milliers de visionnages à distance, en travaillant pendant 15 ans pour l’Institut Monroe et en aidant des milliers de personnes à faire des OOBE, cela ne s’est jamais produit. Cela n’a jamais été un problème.

Maintenant, je comprends pourquoi les gens peuvent avoir peur de cela, mais il y a un concept selon lequel lorsque vous vous projetez le soir quand vous dormez, ou que vous avez une OOBE délibérée, vous êtes toujours lié au physique. Maintenant, certaines personnes pensent que c’est une corde d’argent, d’autres n’ont jamais vu de corde d’argent, mais il y a certainement un lien.

Les gens ont peur de « comment puis-je retrouver mon corps, et si je ne peux pas retrouver mon corps ? ». Et c’est une peur de l’ego intéressante qui surgit. Ma réponse est que des milliers et des milliers de personnes ont eu ces expériences et que cela n’est jamais arrivé. Maintenant, il y a des gens qui ont des expériences intéressantes, où ils sont approchés par des êtres inamicaux, et pourtant il y a d’autres qui n’ont pas du tout cela dans leur expérience.

Apparemment, il y a une énergie protectrice impliquée ici. Quelque chose du monde spirituel qui est au-dessus de l’astral qui protège, à moins qu’il y ait une leçon à apprendre, à moins qu’il y ait un avantage pour vous à vous cogner l’orteil que vous pourriez apprendre de l’expérience, que vous êtes protégés de ces expériences particulières par les êtres de lumière du monde spirituel.


Je peux donc, bien que dans mon propre monde expérimental je ne puisse pas dire que j’ai eu une expérience personnelle de cela, phénoménologiquement je peux comprendre comment ce phénomène peut se produire. Et pourtant, c’est dirigé, c’est auto-dirigé par les propres peurs des gens. Rappelez-vous quand nous avons dit que les pensées sont des choses  Donc vous vous déplacez dans l’astral, et vous pensez « monstre », vous pouvez créer un monstre juste là, et c’est un être réel vivant pour vous.

Tony : Vous avez parlé de notre protection lorsque nous sortons dans le plan astral. Est-ce que cette protection peut être améliorée en se projetant dans un espace sacré que nous créons pour nous-mêmes par une sorte de rituel de protection, ou par la prière?

Skip : Oui, et je pense que le mot idéal pour cela est invocation, pour évoquer le pouvoir de la protection spirituelle. Maintenant, dans mon expérience, j’ai grandi dans une famille métaphysique et j’ai fait toutes ces choses au cours de ces années, et dans mon livre, j’ai en fait un CD à la fin de mon livre avec mes OOBE où je raconte pendant qu’ils sont en cours. Je n’ai jamais eu de problème de protection, mais c’est parce que je crois dans mon cœur que j’ai toujours été et que je serai toujours protégé. Mais invoquer ce pouvoir, utiliser une affirmation pour déclarer ce pouvoir, que je réalise et affirme et invoque la protection de l’esprit dans cette aventure est une chose très puissante, car les pensées sont des choses dans le royaume astral.

Tony : Vous avez mentionné des entités apparemment inamicales. Robert Monroe a écrit sur des entités avancées qui interagissent avec les êtres humains pour une substance qu’il appelle « Loosh ».

Loosh semble être l’énergie émotionnelle humaine. Cela semble correspondre assez bien aux écrits gnostiques où les humains sont traits pour la rosée, et aux écrits sanskrits qui dépeignent des humains nourrissant des Devas ou des formes divines. Dans quelle mesure ces écrits doivent-ils être pris au pied de la lettre?

Skip : Eh bien, je pense que, littéralement parlant, de telles entités existent. Les êtres astraux peuvent être créés à partir de nos propres formes de pensée. Nous sommes en fait des créateurs, tout comme Dieu est un créateur, et dans le monde astral nous créons ces êtres, des êtres autonomes qui veulent maintenir leur vitalité.

La matière subtile, celle dont ils sont faits, est la matière émotionnelle et mentale. En fait, nous les créons nous-mêmes, et si nous les déifions, ou si nous les vénérons, ils deviennent de plus en plus forts.

Mais pour maintenir leur existence, ce qu’ils veulent faire, tout comme vous et moi voulons protéger nos corps et ne pas être endommagés et maintenir notre existence, eux aussi veulent maintenir leur existence. Et ils semblent faire cela en absorbant l’énergie émotionnelle générée par nous dans le Bardo terrestre. Et certains d’entre eux sont censés créer cela. Lorsque l’approvisionnement de cette énergie et de ces émotions diminue, ils tentent de remuer les choses, de créer des guerres, de créer des conflits afin qu’ils puissent être en mesure d’en tirer plus de bénéfices. Mais tout cela fait partie du grand plan spirituel, il n’y a rien à craindre.

Tony : Quels sont les avantages d’avoir des expériences régulières de projection astrale?

Skip : Oh, c’est bien. Et encore une fois, je vais tourner un peu tes mots, nous avons tous des expériences régulières de projection astrale. Mais l’avantage de devenir conscient de ces expériences, a à voir avec l’apprentissage de la navigation dans le Bardo.

Dans ce processus de création du paradis sur terre, la chose dont nous parlons ici est de créer le paradis sur terre. Lorsque nous passons la fenêtre de la mort, le corps physique, nous entrons dans notre âme, notre résidence temporaire dans le Bardo, et de là, nous rejoignons l’esprit. L’avantage d’apprendre les OOBE et d’apprendre que la conscience vous apprend à naviguer et à être conscient du Bardo. De sorte qu’après la mort, qui est le processus naturel, vous n’êtes pas piégé dans des systèmes de croyance et de spirale encore et encore à la terre, mais pouvez aller directement dans l’Esprit.

Tony : Y a-t-il un message que vous aimeriez faire passer?

Skip : Eh bien, je pense que nous devrions réaliser que notre but dans la vie, ce que nous faisons en tant qu’êtres humains, c’est de créer le paradis sur terre. C’est de cela qu’il s’agit. Et donc chaque jour, de toutes les manières, nous devrions nous préoccuper de cette activité.

Traitons-nous notre prochain comme nous attendons qu’il nous traite? Participons-nous au processus de création du paradis sur terre?

Je conseille donc à chacun de sourire, de porter l’amour dans son cœur et de faire savoir à tous qui il est vraiment.

Transmis par TONY MIERZWICKI


Que pensez-vous de cet article ? Inscrivez-vous et rejoignez la conversation


Merci à tous pour votre soutien.

Beaucoup d'entre vous sont avec moi, par le coeur et la pensée, et je vous transmet ma gratitude... Vous pouvez assurer la continuité de ce site de plusieurs manières... En partageant les articles que vous avez aimé... En achetant vos livres et vos produits préférés sur Amazon via ce site... En faisant un don sécurisé sur Paypal... Ou les trois en même temps... Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...


Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci







Elishean777 : Communauté pour un Nouveau Monde © elishean/2009-2021

Tags:

0 Commentaires

Laisser une réponse

Imaginer un Nouveau Monde © Elishean 2009 - 2021

CONTACT

Vous pouvez nous envoyer un e-mail et nous vous répondrons dès que possible.

En cours d’envoi
ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

%d blogueurs aiment cette page :