UNE ENCYCLOPÉDIE DES EXTRATERRESTRES ET DES ÊTRES D’UN AUTRE MONDE

Introduction

Des rencontres extraordinaires ont été rapportées depuis que les êtres humains existent, et elles sont richement documentées dans le folklore et la mythologie du monde. Un compte rendu complet des traditions de croyance en l’autre monde pourrait facilement remplir plusieurs gros volumes.


Ce livre, cependant, ne traite pas des traditions, mais des expériences, ou des expériences perçues, de forces d’un autre monde, telles qu’elles ont été revendiquées par un large éventail d’individus au cours des deux derniers siècles (avec un rare retour en arrière si l’occasion l’exige). En d’autres termes, il s’agit de choses que des personnes, souvent vivantes, disent leur être arrivées, des choses qui se situent bien au-delà des idées reçues sur ce qu’il est possible d’expérimenter, mais qui, en même temps, semblent profondément réelles au moins pour les expérimentateurs sincères (c’est-à-dire les personnes qui ont vécu ces expériences). Bien entendu, tout le monde ne dit pas la vérité, et lorsqu’il y a des raisons de se méfier d’un témoignage, j’en prends note.

Mais la plupart du temps, je laisse les histoires se raconter d’elles-mêmes ; j’ai laissé mes propres observations et conclusions dans cette introduction. Bien qu’une grande partie de ce matériel soit farfelue, j’ai fait un effort conscient pour le raconter sans détour, et j’espère que les lecteurs le prendront dans le même esprit. Aucune personne sur cette terre n’est exempte de la culpabilité de croire quelque chose qui n’est pas vrai. En écrivant ce livre, j’ai essayé de garder à l’esprit ces sages paroles du scientifique et auteur Henry H. Bauer : « Les idées folles ne font pas les fous – si c’était le cas, on pourrait à juste titre nous traiter tous de fous ».

La plupart d’entre nous croient au moins à l’existence hypothétique d’êtres autres qu’humains, que nous les considérions comme des manifestations du divin ou des extraterrestres avancés. En même temps, la plupart d’entre nous ne considèrent pas ces êtres comme des intelligences que nous sommes susceptibles de rencontrer dans la réalité quotidienne. Dieu et les anges sont au ciel, des entités spirituelles qui existent en tant qu’objets de foi. Les extraterrestres, bien qu’ils ne soient pas des dieux, « existent » de la même manière, en tant qu’êtres dont les auteurs de science-fiction et les scientifiques, tels que le regretté Carl Sagan, pensent qu’ils pourraient se trouver quelque part dans l’espace lointain, mais si loin qu’aucune preuve directe ne vient étayer cette proposition. Lorsque des personnes pieuses déclarent ressentir la « présence de Dieu », elles décrivent généralement un état subjectif que le non-croyant ne se sent pas obligé de prendre au pied de la lettre.

Bien sûr, nous savons qu’il fut un temps où nos ancêtres étaient certains que des êtres extraterrestres de toutes sortes parcouraient le monde. Les dieux communiquaient ouvertement avec les humains. On pouvait invoquer leur présence ou les rencontrer spontanément. Les fées et autres entités surnaturelles hantaient le paysage en tant que Introduction xi choses qui existaient non seulement dans la croyance surnaturelle mais aussi dans l’expérience réelle. Nous savons également que nos pauvres ancêtres ignorants ne connaissaient pas mieux. Superstitieux, craintifs, profondément crédules, ils prenaient les ombres et les rêves pour des habitants de royaumes qui n’avaient d’autre réalité que celle que l’ignorance et la bêtise leur attribuaient.

Enfin, la plupart d’entre nous sont conscients, même si ce n’est que vaguement, qu’une poignée de personnes, à notre époque éclairée, affirment plus ou moins publiquement qu’elles ont personnellement interagi avec des êtres supranormaux. Ces personnes sont complètement marginalisées, traitées comme des excentriques et des originaux, comme des personnes différentes du reste d’entre nous ; si elles ne mentent pas carrément, nous les soupçonnons de souffrir d’un trouble mental quelconque. Et il se peut que nous ayons raison, au moins dans certains cas. Pour le reste, nous ne pourrions pas nous tromper davantage.


Il se trouve que les rapports d’interaction entre l’homme et des êtres prétendument d’un autre monde se poursuivent pratiquement sans relâche jusqu’à aujourd’hui. Ils sont bien plus courants qu’on ne le pense. Pour s’en convaincre, il suffit de faire une recherche sur Internet, où l’on apprend rapidement qu’il existe une quantité stupéfiante de documents sur le sujet.

Une partie considérable de cette documentation concerne la canalisation (un individu est le destinataire passif de messages de l’autre monde, généralement exprimés par la voix d’une intelligence venue d’ailleurs) par un large éventail d’entités : sources d’énergie nébuleuses, groupes d’âmes, extraterrestres, maîtres ascensionnés, êtres interdimensionnels, Atlantes et Lémuriens désincarnés, esprits de la nature, et même baleines et dauphins.

Outre ces connexions purement psychiques avec l’autre monde, nombreux sont ceux qui rapportent des rencontres physiques directes avec des êtres venus de l’espace, d’autres dimensions, de la terre creuse et d’autres lieux fantastiques.

Toutes ces idées ne sont pas nouvelles, bien sûr. La terre creuse et ses habitants étaient un sujet marginal populaire dans l’Amérique du XIXe siècle, et dans la seconde moitié de ce siècle, les médiums spirites communiquaient parfois avec les Martiens ou faisaient même l’expérience de voyages hors du corps sur la planète rouge.


En 1896 et 1897, au cours de ce que l’on appellerait aujourd’hui une vague nationale d’observations d’objets volants non identifiés (OVNI), les journaux américains ont publié des récits d’atterrissage d’étranges vaisseaux occupés par des équipages non humains de géants, de nains ou de monstres présumés être des extraterrestres en visite.

Mais à l’ère des OVNIs – c’est-à-dire la période allant de 1947 à aujourd’hui, lorsque les rapports sur les phénomènes aériens anormaux sont devenus largement connus et que leurs implications ont fait l’objet de nombreuses discussions – une petite armée de « contactés », racontant des rencontres physiques ou psychiques avec des anges de l’espace, s’est avancée sur la scène mondiale pour prêcher un nouvel évangile cosmique. Dans un contexte séculier, des témoins d’OVNIs sans orientation occulte discernable ni programme métaphysique ont raconté des histoires fantastiques de rencontres rapprochées avec des humanoïdes peu communicatifs ou taciturnes.

Certains témoins racontent même, sous hypnose ou par des « rappels » conscients, des épisodes traumatisants au cours desquels des humanoïdes les ont emmenés contre leur gré dans des vaisseaux spatiaux apparents. Au début des années 1970, période à laquelle la plupart des observateurs datent le début du mouvement New Age, on assiste à un boom du channeling – là encore, rien de nouveau (les esprits parlent à travers les humains depuis toujours) mais qui choque les rationalistes et les matérialistes.

La même décennie a donné naissance à des modes occultes populaires telles que le triangle des Bermudes et les astronautes antiques (visiteurs préhistoriques ou extraterrestres primitifs), basées sur la notion d’influences d’un autre monde – bénignes, malveillantes ou indifférentes – sur la vie humaine.

Lorsque la télévision par câble est devenue omniprésente, les documentaires ou pseudo-documentaires télévisés (certains, comme une émission notoire de Fox Network prétendant montrer une autopsie pratiquée sur un extraterrestre mort, étaient des canulars à peine dissimulés) ont servi à combler les besoins de programmation et se sont avérés être parmi les offres les plus populaires du câble. Les livres relatant des rencontres réelles avec des extraterrestres, tels que Communion, de Whitley Strieber : A True Story (1987) de Whitley Strieber, ont alimenté l’intérêt et la spéculation.

Dans les années 1990, le psychiatre John E. Mack, lauréat du prix Pulitzer de l’université de Harvard, qui avait hypnotisé un certain nombre de personnes qui pensaient avoir rencontré des ovnis, a défendu l’idée – qui, comme on pouvait s’y attendre, a suscité une vive controverse et même une tentative ratée de le démettre de ses fonctions – que des intelligences extradimensionnelles bien intentionnées aident une humanité non préparée à entrer dans une nouvelle ère de sagesse spirituelle et de gestion écologique.

Mack, ainsi que d’autres enquêteurs de premier plan sur le phénomène des enlèvements, tels que Budd Hopkins et David M. Jacobs, ont indiqué les résultats d’un sondage Roper de 1992 comme preuve que 3,7 millions d’Américains ont été enlevés – une conclusion que de nombreux critiques, y compris certains qui sont ouverts d’esprit ou même sympathiques au phénomène des enlèvements, contesteraient. Pourtant, il ne semble pas y avoir de doute, sur la base des expériences des enquêteurs qui se sont retrouvés inondés de rapports, que des milliers d’individus apparemment normaux par ailleurs se croient enlevés.

Le phénomène des enlèvements est sans aucun doute la manifestation la plus récente de la tradition des êtres d’un autre monde, mais des croyances et des expériences plus anciennes, bien qu’éclipsées, perdurent.

Même dans les années 1990, des rencontres avec des fées – que les humanoïdes extraterrestres étaient censés avoir supplantées dans l’imagination des superstitieux et des impressionnables, selon un grand nombre de commentateurs sceptiques – ont été notées à l’occasion. Au moins un livre récent publié par un éditeur réputé – Janet Bord’s Fairies : Real Encounters with Little People (1997) – affirme que de telles choses sont un aspect authentique d’un univers « si complexe que nous ne pouvons pas commencer à le comprendre ». La Sainte Vierge Marie est apparue, comme d’habitude, partout dans le monde, ainsi que d’autres sortes d’entités divines.

Le monde, bien sûr, continue ses affaires comme si rien de tout cela n’était vrai, ne prenant au sérieux (par opposition aux tabloïds) que les cas où la croyance en des êtres d’un autre monde tourne mal et où trente-neuf membres de sectes se suicident en attendant l’arrivée d’un vaisseau spatial suivant une comète. La mort massive, en mars 1997, à San Diego, des fidèles de Heaven’s Gate (un groupe orienté vers le contact qui, sous diverses incarnations, existait depuis le début des années 1970) a fait les gros titres même dans des médias aussi augustes que le New York Times et le Washington Post. Dans le sillage de cette tragédie, on a entendu toutes les lamentations prévisibles sur l’aliénation et l’irrationalité dans un monde qui semble de plus en plus avoir perdu ses repères.

Mais l’incident de San Diego, bien qu’il ne soit pas sans précédent (l’histoire rapporte de nombreux épisodes de suicides collectifs commis au nom de pouvoirs d’un autre monde), était anormal dans un sens important : rares sont les personnes qui ont des croyances aussi extraordinaires, y compris la conviction qu’elles interagissent personnellement avec des êtres d’autres royaumes, qui se font du mal à elles-mêmes ou à d’autres. En fait, la plupart intègrent leurs expériences dans des vies si apparemment ordinaires que leurs voisins, à moins d’en être informés directement (ce qui n’est généralement pas le cas), ne soupçonnent rien.

À la fin des années 1970, alors que je vivais dans la banlieue nord de Chicago, j’ai rencontré un père de famille sympathique et généreux du nom de Keith Macdonald. Macdonald a raconté une observation d’OVNI (dont sa famille a également été témoin) après laquelle il a senti que quelque chose s’était produit dont il ne pouvait se souvenir consciemment. Sous hypnose, il a décrit ce qui sera jugé plus tard comme une expérience d’enlèvement plutôt ordinaire : des êtres à la peau grise l’ont emmené dans l’OVNI et l’ont soumis à un examen physique contre sa volonté.

L’expérience, si c’est bien ce qu’elle était, l’a sérieusement effrayé. Pendant un certain temps, j’ai perdu le contact avec Keith. Lorsque je l’ai revu, il m’a dit qu’il avait entendu des voix mentales et canalisé des messages provenant d’une planète appelée Landa, peuplée d’êtres sages et spirituellement engagés qui ressemblaient à des dieux et déesses grecs. Keith avait appris qu’il était originaire de cette planète mais qu’il était passé par de nombreuses incarnations terrestres afin de pouvoir diriger la Terre alors qu’elle entrait dans une période de troubles et de destruction avant que les vaisseaux de Landa n’arrivent pour sauver les élus.

Au fil des ans, j’ai suivi les croyances émergentes de Keith et j’ai assisté à quelques séances de canalisation – peu impressionnantes pour moi – au cours desquelles le sage David, son père sur Landa, parlait avec un niveau de sophistication verbale et intellectuelle qui correspondait exactement à celui de Keith.

Bien que je n’aie jamais cru un seul instant à la réalité littérale de « ceux de Landa », comme ils s’appelaient eux-mêmes dans leur syntaxe guindée caractéristique, j’ai été frappé par un certain nombre de choses. L’une d’elles était la complexité presque stupéfiante du cosmos que Keith avait créé dans son imagination – le seul endroit où je pouvais croire qu’un tel cosmos existait, avec ses nombreux mondes, peuples, religions, politiques, inimitiés et alliances. Je dois ajouter que rien de tout cela n’a pu être inventé par quelqu’un, consciemment ou inconsciemment. Mais tout cela aurait fait honneur à un écrivain de science-fiction doué.

Bien que doté d’une vive intelligence native, Keith n’était ni écrivain ni lecteur. Cependant, il avait déjà un certain intérêt – ni profond ni particulièrement bien informé, selon mes observations – pour les OVNI, le paranormal et l’occulte. En l’écoutant pendant de nombreuses heures, j’ai commencé à avoir l’impression que, d’une certaine manière, dans sa vie éveillée, Keith avait exploité le potentiel créatif que la plupart d’entre nous expérimentent dans nos rêves.

Lorsque nous nous assoupissons et que nous rêvons, des images commencent à surgir de l’inconscient ; en l’espace d’un instant, nous pouvons nous retrouver inondés de matériaux psychiques suffisants pour remplir un gros roman victorien. Lorsque nos yeux s’ouvrent le matin, tout cela, hélas, a disparu. Keith avait la capacité, me semblait-il, non seulement de vivre à l’intérieur de ses rêves, mais de les maintenir stables et évolutifs.

Ce n’est qu’une fois, lorsqu’on me l’a demandé franchement, que j’ai reconnu mon scepticisme. L’aveu était sans objet, car Keith l’avait déduit de mes réponses peu engageantes à ses révélations généralement enthousiastes sur les dernières nouvelles des Landaniens.

Il n’avait aucun doute – enfin, peut-être 98 % du temps – qu’il était au milieu de quelque chose de réel dans le sens le plus fondamental du terme. Il comprenait aussi qu’il n’avait aucune preuve qui puisse satisfaire ceux qui, comme moi, trouvaient la parole des Landaniens insuffisante. Par conséquent, il implorait continuellement les Landaniens de lui fournir cette preuve et, en retour, ils le régalaient d’une série de prophéties, souvent au sujet d’événements mondiaux explosifs (soulèvements sanglants, tremblements de terre dévastateurs), dont aucune ne se réalisait ; puis, comme pour ajouter l’insulte à la blessure, leurs rationalisations pour l’échec de la réalisation des prophéties frôlaient, et parfois dépassaient, le comique.


Les prophéties et les promesses se sont poursuivies à un rythme régulier jusqu’à la mort prématurée de Keith en 1999, et son ami le plus proche m’a dit que même à la fin, la foi de Keith n’avait pas faibli.

L’aspect le plus étonnant est peut-être la santé mentale manifeste de Keith, qu’il n’a jamais perdue au cours des nombreux hauts et bas de ses interactions avec les Landaniens (sans parler des problèmes de santé littéralement invalidants dont il a souffert à la même époque). Il a travaillé comme mécanicien dans un garage de Waukegan, Illinois, jusqu’à ce qu’il soit physiquement incapable de le faire plus longtemps. Il a été un bon mari pour sa femme, un bon père pour ses deux garçons, et un bon ami pour ceux qui ont eu la chance de le compter parmi leurs amis.

Ses enfants, adolescents au début des aventures de Keith avec Landa, et sa femme se souvenaient très bien de la première observation d’OVNI qu’ils avaient eux aussi vécue et de la conviction de Keith que, après qu’ils soient allés se coucher et qu’il ait continué à observer l’objet, quelque chose s’était produit. Pourtant, ils ne croyaient pas beaucoup en Landa, et son fils aîné m’a dit un jour qu’il était certain que les communications de son père étaient d’origine psychologique. Pourtant, ils l’aimaient, et seuls ses proches avaient la moindre idée qu’à tout moment, une bonne partie de l’attention de Keith était concentrée sur un monde très, très éloigné de la petite ville de banlieue où il avait passé la majeure partie de sa vie d’adulte.

En 1985, j’ai pris un avion privé avec Keith et deux autres personnes (toutes deux, soit dit en passant, convaincues de la véracité littérale des messages de Keith) pour me rendre à la Rocky Mountain Conference on UFO Investigation, qui se tient chaque été sur le campus de l’université du Wyoming à Laramie. Le titre de cette conférence est quelque peu inapproprié, car seuls quelques participants peuvent être qualifiés d' »enquêteurs ». L’accent est mis sur l’expérience, non seulement des OVNIs, mais aussi des gens de l’espace qui les pilotent. La plupart des participants – leur nombre varie de quelques dizaines à deux cents d’une année sur l’autre – sont en contact régulier avec des extraterrestres bienveillants.

Les extraterrestres communiquent par le biais de canalisations, de l’écriture automatique (dans laquelle des informations sont dictées à un individu par des êtres prétendument extraterrestres), de rêves, de visions ou de voix dans la tête, ou ils sont perçus comme des entités physiques. (J’utilise cette dernière expression délibérément ; en les interrogeant de près, les individus concernés s’avèrent généralement avoir une définition assez élastique de l’infinitif « voir » dans toutes ses permutations).

Peu de contactés réunis à Laramie correspondaient au stéréotype du charlatan flamboyant ou du cinglé. Quelques-uns – comme une jeune femme japonaise que des amis de l’espace avaient guidée jusqu’aux États-Unis dans la poursuite de sa mission pour eux – avaient parcouru une certaine distance. À l’exception du petit détail de leurs associations avec des extraterrestres, la plupart étaient des gens du coin décents et ordinaires. La majorité venait des petites villes, des ranchs et des fermes des Grandes Plaines, le genre de personnes auxquelles on applique souvent l’expression « sel de la terre ».

Enfin parmi les siens, Keith n’aurait pas pu être plus heureux. S’il a remarqué que personne d’autre ne parlait de Landa et de ses plans incontournables pour l’avenir de la Terre, ou que tous les autres contactés avaient leurs amis de l’espace, tous avec leurs propres plans incontournables pour l’avenir de la Terre, il ne m’en a jamais parlé.

Bien sûr, rien n’est aussi simple que nous le voudrions, et en repensant à cet épisode, je me rends compte que je ne saurai jamais pourquoi « ceux de Landa » ont fait appel à Keith. Non pas que j’aie eu des difficultés à comprendre qui ils étaient. Aussi embrouillés que soient certains détails, il n’y avait aucun doute sur leur banalité sous-jacente ou leur superficialité trop évidente, avec leurs toges grecques, leur anglais prétentieux et (oui) leur foi catholique romaine. Ils n’étaient pas intéressants en soi ; ce qui les rendait dignes d’attention et de réflexion, c’était ce curieux paradoxe : pour l’homme qui les avait (involontairement) créés, ils avaient une réalité indépendante presque certaine ; pour pratiquement n’importe quel observateur indépendant, il ne pouvait être question de savoir qui les avait mis (pour quelque raison que ce soit) au monde et à qui ils devaient ce qui passait pour une existence.

Pourtant, Keith n’était pas fou. Ses camarades ne le sont pas non plus, d’après les enquêtes psychologiques menées auprès d’autres communicants de l’espace qui assistent aux conférences de Laramie. Les résultats de cette étude et d’autres inventaires psychologiques nous montrent que l’on peut être en bonne santé mentale et pourtant avoir des croyances – et, plus grave encore, vivre des expériences vivantes – qui sont très éloignées du courant dominant, très éloignées de notre conception conventionnelle du possible.

Dans un ouvrage consacré aux perceptions hors du commun, trois psychologues réputés observent que « malgré la présence d’expériences anormales dans les études de cas d’individus perturbés, les enquêtes sur des échantillons non cliniques n’ont trouvé que peu de relations entre ces expériences et la psychopathologie » (Cardena, Lynn et Krippner, 2000, 4). Les auteurs soulignent que les psychothérapeutes doivent comprendre la différence s’ils veulent traiter efficacement leurs clients. La recherche psychologique sur les rencontres extraordinaires du type de celles qui font l’objet de ce livre n’en est qu’à ses débuts.

Pourtant, pour quiconque examine attentivement les témoignages concernant les contacts avec l’autre monde, il devient évident que de tels phénomènes ne découlent pas d’une cause unique. Il y a, par exemple, peu de choses en commun entre le channeler moyen et le témoin moyen d’une rencontre rapprochée du troisième type (une observation d’OVNI dans laquelle, selon un système de classification défini par le regretté astronome et ufologue J. Allen Hynek, « la présence de créatures animées est rapportée » [1972, 138]).

En général, les canalisateurs ont une longue histoire d’intérêts occultes avant de commencer à communiquer avec des entités surnaturelles qui s’expriment sur des doctrines métaphysiques familières. Les témoins de rencontres rapprochées, quant à eux, correspondent au profil des témoins d’observations d’OVNI moins exotiques ; en d’autres termes, ils sont pratiquement impossibles à distinguer de leurs concitoyens.

Par conséquent, les channelers ressemblent davantage à des candidats à l’expérience subjective, et selon toute apparence, le channeling n’est que cela. Il n’est pas vérifiable (c’est-à-dire qu’il ne s’agit pas d’une expérience subjective, mais d’un témoignage indépendant) ; aucune entité de channeling ne peut prouver son existence, et les informations fournies par le processus de channeling ne peuvent être ni vérifiées ni falsifiées.

L' »autorité » de l’entité de channeling repose uniquement sur son auto-identification. Si vous croyez qu’il ou elle est un Atlante incarné, un extraterrestre ou un maître ascensionné, vous croirez ce qu’il ou elle a à dire. Si vous choisissez de ne rien croire, l’entité de canalisation sera impuissante à vous faire changer d’avis. Les expériences telles que les rencontres rapprochées, à l’inverse, peuvent être véridiques dans le sens où elles impliquent parfois des observateurs multiples – ou, plus rarement, indépendants.

Dans le cas de rencontres rapprochées dont les témoins sont nombreux, les explications subjectives ne sont appliquées qu’avec difficulté. Un enquêteur à la recherche d’une explication a des choix limités, généralement trois : (1) les demandeurs ont inventé l’histoire ; (2) ils ont naïvement mal perçu ce qui était en fait des stimuli conventionnels ; ou (3) ils ont vécu une expérience extraordinaire qui défie la compréhension actuelle.

Entre ces deux extrêmes se trouve un large éventail de matériel non expérientiel, un folklore moderne dans lequel le monde et le cosmos sont réinventés sur la base d’allégations auxquelles on croit mais qui ne sont pas documentées (et souvent, pour ceux qui s’intéressent à ces choses, certifiées fausses). La plupart des personnes qui font circuler ce genre de choses sont sincères, mais certains de ceux qui les alimentent ne le sont pas.

Les auteurs de canulars fournissent des documents, tels que le prétendu journal attestant du voyage de l’amiral Richard E. Byrd dans la terre creuse à travers un trou au pôle Nord, que les croyants citent pour prouver leurs dires. La plupart des observateurs pensent que les livres célèbres (ou notoires) de James Churchward sur le prétendu continent perdu de Mu sont des canulars littéraires – Churchward n’a jamais été en mesure de produire les documents anciens sur lesquels il affirmait avoir basé son travail – mais les occultistes et les New Agers les plus sérieux citent ses livres comme des preuves irréfutables que Mu (plus souvent appelé Lémurie) était un endroit réel.

Bien sûr, les embellissements se multiplient, et chaque légende d’un lieu, d’un monde ou d’un royaume abritant des êtres d’un autre monde évolue et possède sa propre histoire. L’Atlantide, par exemple, était à l’origine une civilisation avancée pour son époque, mais à notre époque, son peuple était considéré comme plus avancé encore que nous, créateur de technologies fantastiques et même bénéficiaire de connaissances provenant de sources extraterrestres.

La terre creuse de John Cleves Symmes (1779-1829) n’est pas la terre creuse de Walter Siegmeister (alias Raymond W. Bernard, 1901-1965), pas plus que l’imagination d’un siècle n’est celle du siècle qui le suit. Les soucoupes volantes ne faisaient pas partie du monde de Symmes ; par conséquent, elles n’existaient pas dans sa terre creuse. À l’époque où Siegmeister a écrit The Hollow Earth (1964), aucun livre de réalité alternative ne pouvait manquer de soucoupes volantes.

Il est tout à fait probable que rien dans le livre que vous vous apprêtez à lire ne vous parle de rencontres extraordinaires réelles et d’êtres d’un autre monde. Cependant, s’ils existent, il n’est pas impossible que quelque part dans le bruit du folklore, des croyances, des superstitions, de la crédulité, des pensées incontrôlées et des perceptions hors du commun, un signal retentisse. Si c’est le cas, c’est un signal faible, en effet.

Le monde a toujours été envahi d’expériences d’un autre monde, dont certaines semblent certainement résister à une comptabilité désinvolte ; pourtant, jusqu’à présent, il s’est avéré exaspérant d’établir que les expériences d’un autre monde sont aussi des événements d’un autre monde.


L’autre monde, peut-être, peut arriver à n’importe lequel d’entre nous à tout moment, mais nous ne pouvons pas y vivre – du moins si nous savons ce qui est bon pour nous – de la même manière que nous vivons enfermés entre les quatre murs de la structure physique dans laquelle nous lisons ces mots. Il n’est pas sage de traverser un monde de lois physiques tout en étant distrait par des rêves qui englobent tout.

Malgré tout, il y a toujours une noblesse à rêver. Il y a aussi un attrait indéfectible pour cette sorte d’impatience romantique qui imagine de nouveaux mondes plus grands et plus merveilleux que le nôtre, puis xvi Introduction fait entrer ces mondes et leurs merveilleux habitants dans le nôtre. Si les rencontres extraordinaires ne se produisent qu’avec des côtés autrement cachés de nous-mêmes, elles valent quand même – ou sûrement d’autant plus – la peine d’être faites.

Jérôme Clark

A suivre…

Tous les chapitres de « Rencontres d’OVNI et d’Êtres d’un autre monde – Encyclopédie »


Que pensez-vous de cet article ? Inscrivez-vous et rejoignez la conversation


Merci à tous pour votre soutien.

Beaucoup d'entre vous sont avec moi, par le coeur et la pensée, et je vous transmet ma gratitude... Vous pouvez assurer la continuité de ce site de plusieurs manières... En partageant les articles que vous avez aimé... En achetant vos livres et vos produits préférés sur Amazon via ce site... En faisant un don sécurisé sur Paypal... Ou les trois en même temps... Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...


Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci








Elishean777 : Communauté pour un Nouveau Monde © elishean/2009-2021

Tags:

0 Commentaires

Laisser une réponse

Imaginer un Nouveau Monde © Elishean 2009 - 2021

CONTACT

Vous pouvez nous envoyer un e-mail et nous vous répondrons dès que possible.

En cours d’envoi
ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

%d blogueurs aiment cette page :