Andy Pero, est un survivant d’un projet secret de contrôle mental visant à créer des super soldats avec des capacités psioniques.

Nous présentons ici, son témoignage.


Voir les épisodes précédents

Mai 1997 – Aaron part finalement pour aller aider son père, et n’a jamais dit au revoir, il est juste parti. Ce qui ne fait que renforcer mes soupçons.

Juillet 1997 – Après environ 18 semaines, des milliers de dollars, et deux « séries » différentes de psychologues et de psychiatres. Le troisième psychologue que je consulte, qui m’a été recommandé par le deuxième après qu’il ait dit : « parce que je n’étais pas « chimiquement déséquilibré » et malgré tous les médicaments et les tentatives pour faire disparaître ces « souvenirs », il m’a adressé à un autre médecin, qui était le vice-président du département de psychologie de l’hôpital universitaire Emory à Atlanta.

Le troisième type a finalement eu une bonne idée. Il m’a dit avec un air très égoïste : « Si vous croyez que votre problème peut être résolu par l’hypnose, pourquoi êtes-vous dans mon bureau ? » J’ai ri, j’ai réfléchi et j’ai dit : « Vous savez, vous avez parfaitement raison ! » Je me suis levé et je suis sorti de son bureau. Depuis le début, mes parents, en particulier ma mère, se soucient beaucoup de mon bien-être. Ma mère semble particulièrement vouloir savoir EXACTEMENT qui je consulte et EXACTEMENT quels médicaments ils me prescrivent. Et bien sûr, je lui dis qu’elle menace de venir chez moi jusqu’à ce que je m’en sorte.

Août 1997 – Le 2, j’avais pris des dispositions pour aller voir un hypnothérapeute. Pour le premier rendez-vous, je lui ai demandé s’il avait déjà entendu parler de la méthode Silva de contrôle de l’esprit, et il m’a répondu que oui et qu’il « connaissait même la technique et maîtrisait ses applications ».

Je n’ai expressément pas mentionné le gouvernement ou les expériences.

Lorsque je suis allé voir Pilar, tout ce que je lui ai dit, c’est que pour une raison quelconque, que, quels que soient mes efforts, je ne pouvais pas descendre à mon niveau en utilisant la méthode Silva. Je ne savais pas pourquoi, mais je pensais que c’était simplement parce que j’étais sous pression au travail ou autre. Il essaie de me mettre sous pression et je continue, pour une raison ou une autre, à m’en sortir. Il m’a dit : « C’est comme essayer de garder un canard en caoutchouc au fond d’une baignoire alors que tout ce qu’il veut faire, c’est remonter à la surface ».

Il m’a ensuite donné son avis professionnel. Voici ce qu’il a dit :

« L’esprit est une drôle de chose, et nous ne sommes même pas près de commencer à le comprendre. De toutes les fonctions de l’esprit, 95% de ce qui se produit, se produit dans l’inconscient, et seulement 5% de l’esprit fonctionne dans le conscient. Il y a DÉFINITIVEMENT quelque chose qui vous bloque d’une manière ou d’une autre. Ce qui se passe, c’est que votre inconscient est ce qui contrôle réellement votre esprit. Je soupçonne qu’il s’est passé quelque chose dans votre passé, quelque chose de si douloureux que votre inconscient NE VEUT JAMAIS le laisser remonter à la surface.

Comme un « poing serré », il ne veut pas le lâcher.

À ce moment-là, je savais qu’il savait que je mentais sur la raison pour laquelle je venais vraiment le voir. C’était un type sympa et je l’aimais bien, mais j’avais déjà prévu de rentrer chez moi et je ne voulais pas commencer avec un nouveau « thérapeute » et devoir tout recommencer quand je déménagerais, alors je ne suis jamais retournée le voir. Il ne m’a même pas fait payer la séance.


18 août – Mon colocataire de l’université et l’un de mes meilleurs amis se marie à Oswego NY. J’ai pris l’avion à Newark NJ et j’ai conduit jusqu’au nord de l’état de New York. Oswego est situé à environ 80 km au nord de Syracuse. Avec tout ce qui se passait dans ma tête, je n’ai fait de réservation d’avion que la semaine précédente.

Les compagnies aériennes voulaient 1 200 $ pour un vol direct à Syracuse, alors j’ai pris un vol d’Atlanta à Newark pour 199 $ et j’ai emprunté la voiture de ma mère pour m’y rendre. C’était bon de voir mes amis et nous avons passé un bon moment. Sur le chemin du retour, comme j’étais déjà là-bas, j’ai pris l’autoroute de l’État de New York et je suis allé à Rochester au lieu de rentrer directement chez moi, plus précisément à l’université de Rochester.

Je n’allais qu’à un seul endroit et à un seul endroit. Le bâtiment où j’ai escaladé le mur et où la fille a été tuée. Le bâtiment où je me souviens avoir vu des hommes en costume jaune travailler à 3 heures du matin pour tout « réparer ». Le bâtiment où je suis retourné le matin et où j’ai trouvé la fissure dans le bloc, et où la balustrade avait été remplacée par une « nouvelle » mais où le ciment était d’une autre couleur.

Je suis arrivé et laissez-moi vous dire que mon cœur battait la chamade. Je vais vers le bâtiment et je regarde le bloc du bas où la voiture a heurté le bâtiment.

ET LAISSEZ-MOI VOUS DIRE QUE LA FISSURE DANS LE BLOC EST TOUJOURS LÀ, ET QUE L’UNIQUE BALUSTRADE EST TOUJOURS MAINTENUE EN PLACE PAR DU CIMENT DE COULEUR DIFFÉRENTE, COMME DANS MON SOUVENIR !

Le 30 octobre 1997 – Je rentre chez moi et commence à chercher des personnes ayant vécu des expériences similaires ou qui, je pense, peuvent vraiment « m’aider ». J’arrive dans l’après-midi (car j’avais conduit toute la nuit), nous déchargeons le camion et je vais dormir.

Le lendemain, Astrid, l’amie de ma mère, me suit jusqu’à l’établissement u-haul local, me demande comment je me sens, et je lui réponds que je me sens bien mais que je la remercie de m’avoir demandé. Au cours du mois suivant, j’ai essayé de rassembler les fragments de ma mémoire. Je suis arrivé au lycée et j’ai commencé à poser des questions.

Les entraîneurs se souvenaient tous de moi, bien sûr, mais ce qui est étrange, c’est que lorsque je les ai interrogés sur l’essai de stéroïdes, ils ont tous répondu EXACTEMENT la même chose. Ils semblaient tous avoir ce regard glacé et ils ont tous dit mot pour mot « Je me souviens de quelque chose à ce sujet, mais je ne peux pas mettre le doigt dessus ! »

Tous les gens que je connais qui étaient là ont tous eu le même regard étrange. J’essaie de parler à ma mère de ce dont je me souviens et le problème, c’est que tout ce que je dis, elle me répond « ANDY, CELA N’EST JAMAIS ARRIVÉ ».

Même des choses simples comme les problèmes que j’ai eus quand j’étais enfant et que mes parents étaient en train de divorcer, l’endroit où j’allais à l’école en Allemagne, les bagarres que mes parents avaient l’habitude d’avoir quand ils étaient en train de divorcer.

« ANDY, ÇA N’EST JAMAIS ARRIVÉ ».

J’ai donc commencé à recouper les événements avec mon père et le reste de ma famille et ils se souvenaient de la plupart des événements comme moi. Cela n’avait AUCUN sens. J’ai donc cessé d’en parler avec ma mère et je me suis isolée dans le sous-sol de sa maison. Je suis allé voir le père Jack et lui ai posé des questions sur le procès des stéroïdes et il m’a répondu : « Andy, cela n’est jamais arrivé. Nous n’aurions jamais permis que cela se produise. Je vous suggère fortement de ne plus dire un mot à QUI QUE CE SOIT de tout cela et je vous suggère fortement d’oublier que vous pensez même que cela s’est produit. »

Cela m’a vraiment énervé, car je sais que je ne suis pas fou, mais qu’est-ce qui se passe ici ? Je dis donc au père Jack que je vais appeler le Dr Purrizzo pour lui poser des questions et, bien sûr, le père Jack fait de son mieux pour me convaincre de ne parler à PERSONNE. Alors, bien sûr, j’appelle le Dr Purizzo et j’obtiens son service à son bureau car il est en vacances en Californie.

Je dis à son infirmière que je veux laisser un message à Mme Purrizzo (car c’est elle qui réalisait ses fantasmes sexuels sur moi avec son amie quand j’étais au lycée et qui venait me rendre visite à Rochester pour essayer de me faire coucher avec elle) et que si quelqu’un s’en souvient, c’est elle. Le lendemain, Mme Purrizzo m’appelle et je lui demande si elle se souvient de moi et si elle se souvient d’être allée à Rochester. Elle m’informe que sa mémoire (comme par hasard) a disparu depuis qu’elle a la maladie d’Alzheimer.

Mais elle se souvient de moi lorsqu’elle est allée voir son fils jouer au football contre l’université de Rochester, mais c’est tout. C’était impossible puisque je ne jouais pas au football quand son fils (qui jouait pour Carginee Melon) jouait contre l’Université de Rochester. Le lendemain, je reçois un appel du Dr Purrizzo qui m’appelle de Californie pendant ses vacances. J’ai commencé à lui poser des questions d’un ton très gentil sur l’essai des stéroïdes et il a commencé à se moquer de moi en me traitant de fou et en me disant que je devais me faire examiner dans une clinique psychiatrique.

Je lui ai alors posé des questions sur l’époque où je travaillais au Ho-Ho-Kus Inn pour lui, où il garait des voitures et où il m’a hypnotisé et mis sur la table pour essayer de découvrir si je couchais avec sa femme et pour se venger de l’avoir ruiné au procès des stéroïdes. Il a recommencé à se moquer de moi (et je pouvais entendre Mme Purrizzo et quelques autres personnes rire en arrière-plan) et il me dit que je n’ai JAMAIS travaillé au Ho-HO-Kus Inn. Je demande à parler à Mme Purrizzo et il me dit que je ne lui ai pas fait assez souffrir et que, comme elle est atteinte de la maladie d’Alzheimer, elle n’a pas de mémoire et que, pour l’amour de Dieu, je dois aller chercher des médicaments car je suis un danger pour la société, puis il raccroche le téléphone.

Je suis maintenant très confus. Deux heures plus tard, le fils aîné du Dr Purrizzo (que je n’ai jamais rencontré et dont je ne connaissais même pas l’existence jusqu’à maintenant) m’appelle à l’improviste pour me rassurer et me dire qu’il n’y a jamais eu d’essai de stéroïdes et qu’il a une liste de psychologues qui seraient plus qu’heureux de m’aider.

Je lui dis d’une voix très calme que j’avais juste ces souvenirs étranges et que je me demandais si son père pouvait m’aider à les clarifier. Oh, oui, je lui dis, je suis vraiment désolé pour ta mère, depuis combien de temps a-t-elle la maladie d’alzheimer ? Il a commencé à rire et puis il a dit : « Ma mère n’a pas la maladie d’Alzheimer ! »

« Vraiment », lui dis-je, eh bien merci beaucoup et bonne journée. En moins d’une heure, la police de Ramsey a appelé chez moi et a parlé à ma mère pour lui dire qu’elle avait reçu un appel du Dr Purrizzo et qu’il recommandait que je sois envoyé immédiatement dans un institut psychiatrique et que je sois soumis à un traitement lourd pour la sécurité de la communauté !

Ma mère rassure la police en disant que je ne suis pas une menace pour qui que ce soit, mais que je traverse une période difficile en ce moment. Cela ne fait que confirmer que quelque chose se passe et que je ne suis pas folle. J’appelle donc le père Jack à la maison et laisse sur son répondeur quelque chose comme « J’ai une copie du procès des stéroïdes, espèce de sac à merde menteur, et tu y es clairement inscrit, j’espère que tu as un bon avocat » et je raccroche. Le lendemain, le père Jack appelle chez moi et parle à ma mère. J’avais dit à ma mère ce que je faisais et pour mon bien, pourriez-vous « s’il vous plaît » juste jouer le jeu.

Bien sûr, lorsqu’elle répond au téléphone, le père Jack l’informe qu’il a contacté son avocat et qu’il veut savoir ce qu’elle sait de ce « procès » et où se trouve l’enregistrement. Que dit ma mère ? Rien d’autre que « il n’y a vraiment pas de cassette ». Andy ne se sent pas bien, il est juste à côté de ses pompes ». Le père Jack dit alors à ma mère qu’il n’aime pas être menacé et que si je ne me tais pas, il va faire venir la police et m’enfermer (il s’agit du prêtre local qui interagit avec tous les enfants).

Ma mère est bien sûr devenue folle et je me suis enfermée dans la cave pendant un mois sans dire un mot à personne, surtout pas à ma mère, car elle m’a déjà trahie une fois. Mais pensez-y. S’il n’y a jamais eu de procès sur les stéroïdes, et que tout cela n’est que le fruit de mon imagination et que tout cela n’est jamais arrivé, alors pourquoi un prêtre (s’il est si innocent) contacterait-il son avocat s’il n’y a vraiment aucune possibilité qu’il y ait jamais eu un enregistrement, pour commencer. Je savais que j’avais raison mais le monde entier est contre moi pour une raison quelconque et je devais découvrir ce qui se passait. J’ai donc fait profil bas pendant un certain temps et j’ai essayé de rassembler les bribes de souvenirs que j’avais car il n’y avait toujours pas d’ordre.

25 décembre 1997 – Au cours des dernières semaines, j’ai écrit mes pensées pour essayer de donner un sens à tout cela. Je pense que si j’organise une sorte de « ligne du temps », je peux organiser mes pensées et obtenir une meilleure image. Ce que vous lisez est évidemment la chronologie.

La veille de Noël, je n’ai pas d’amis à qui parler et nulle part où aller. Cela ne me dérange pas le moins du monde en termes de dépression, car mes souvenirs commencent très lentement à s’assembler et à devenir clairs. Pilar m’appelle la veille de Noël et nous discutons car elle est dans une situation similaire. Nous commençons à parler d’Aaron et des choses étranges que je pensais qu’il se passait dans son appartement. Pilar m’interrompt alors et me dit que mon histoire et la sienne sont identiques et qu’elle n’en a jamais parlé parce qu’elle pensait qu’elle s’imaginait des choses ou qu’elle devenait folle. Sur le fait qu’il y a eu du temps perdu chez Aaron.

Elle se souvient avoir regardé dans le vide et m’avoir vu à côté d’elle alors qu’Aaron nous contrôlait toutes les deux. Cela m’a beaucoup rassuré et a permis à beaucoup d’autres éléments de se mettre en place et à un certain nombre d’autres souvenirs de revenir. La pièce la plus importante à se mettre en place et celle qui m’avait laissé le plus longtemps perplexe était la suivante ?

En quittant Atlanta, je savais qu’ils n’allaient pas me laisser partir comme ça. Ils devaient me surveiller d’une manière ou d’une autre, mais je n’arrivais pas à comprendre, comment me surveillaient-ils ? Et puis ça m’est venu comme un frisson qui traverse mon âme. J’étais en sécurité dans le sous-sol de la maison de ma mère où personne ne pouvait m’atteindre parce que je ne sortais pas du tout.

Après m’avoir parlé, je me suis rappelé que lorsque j’ai déménagé d’Atlanta au New Jersey, la première chose que j’ai faite a été de ramener le camion. Quand je l’ai ramené, Astrid, l’amie allemande de ma mère, était là pour me prendre. La première chose qu’elle m’a dite, c’est « Comment te sens-tu ? » et j’ai répondu « Je me sens bien », puis elle a dit « Et les folies dans ta tête ? » et j’ai répondu « Quelles folies dans ma tête ? ».

Alors elle a dit, « C’est bien ». Puis elle a dit « ANDY, QUE PENSEZ-VOUS DU LIVRE MEIN KAMPF ? »

« Le livre d’Hitler ? » Je dis que je ne sais pas, je ne l’ai jamais lu ! Elle a dit que c’était très bien.

Le livre d’Hitler « Mein Kampf » est un des mots clés qu’ils utilisent pour me contrôler.

Astrid est le contrôleur qui contrôle à son tour ma mère pour les informer de tout ce que je fais. Tout a commencé à me revenir en mémoire. Ma mère se plaignait de son voyage en Allemagne pour rendre visite à Astrid, et du fait qu’il lui manquait quelques jours et qu’elle ne pouvait pas s’en souvenir.

Ma grand-mère (du côté de ma mère) a piqué une crise en disant qu’elle était entrée et qu’Astrid la contrôlait d’une certaine manière, et la réponse de ma mère a été « ne sois pas ridicule, Astrid est ma meilleure amie ! ». Je me suis alors souvenue de l’époque où j’étais enfant.

(il y a peut-être 10 ans, j’ai commencé à paniquer en traitant Astrid de fasciste lors d’un dîner chez mes parents et, bien sûr, ma mère s’est excusée abondamment. Mais je n’abandonnais pas et je continuais à crier : « TU PEUX LES INQUIETER, MAIS TU NE M’INQUIETES PAS. TU ES UNE FACHO, Hitlérienn ! » et je me souviens qu’elle était assise là et me souriait et je pouvais dire qu’elle se disait « tu es une petite merde intelligente ».

Elle avait également manipulé mon père et avait eu une relation sexuelle avec lui au fil des ans (je ne connais pas du tout les détails spécifiques à ce sujet). Ce sont toutes les tactiques de contrôle de base qu’ils utilisent.


À ce stade, je me souviens être allé chez Astrid une fois auparavant, lorsque j’ai retrouvé la mémoire. Je pense que c’était entre 1992 et 1994 mais je ne peux vraiment pas en être sûr).

J’ai suivi ma mère chez Astrid et j’ai observé les principaux hypnotiseurs ainsi que M. Green et l’homme aux cheveux blancs qui étaient là et manipulaient ma mère. Comme j’essayais de regarder de plus près, un homme patrouillait à l’extérieur et j’ai été vu. Ils m’ont poursuivi, m’ont attrapé et ont dit le « mot magique » et ma mémoire a été effacée à nouveau.

Le point clé ici est que maintenant je sais comment ils me surveillent, et je sais qui est mon nouveau contrôleur. C’est ma propre mère, car ils la manipulent pour qu’elle garde un œil sur moi. J’ai repensé à ce qu’elle sait et à ce que je lui ai dit à propos de tout ce que je fais avec mes souvenirs de l’expérience de contrôle mental du gouvernement. Elle ne sait rien de pertinent, car je ne lui ai pas dit un mot depuis les incidents avec le Dr Purrizzo et le père Jack, ainsi que les disputes que nous avons eues en octobre sur ce qui s’est passé dans mon enfance, et depuis qu’elle a dit « ça n’est jamais arrivé », quoi que je dise.

J’ai complètement arrêté de lui parler de ça. Sans même le savoir, je lui ai donné des informations erronées et je l’ai induite en erreur pendant des mois (c’est une chance inouïe). Maintenant que je le sais, je vais l’utiliser à mon avantage. Et en fait, tous les commentaires qu’elle faisait sur ce que je faisais, comment elle était très préoccupée par ce que je faisais, tout a maintenant plus de sens. Mais encore, je ne me souviens que d’une fraction de ce qui s’est passé et j’essaie toujours de rassembler tous les éléments. Mais je me suis isolée de tout le monde et maintenant je sais de quoi je dois me méfier, de ma mère et d’Astrid.

17 janvier 1998 – En utilisant l’Internet, je commande quelques livres traitant des expériences de contrôle mental du gouvernement et des opérations secrètes.

(Je continue à penser qu’il s’agit d’une expérience gouvernementale car je me rappelle sans cesse avoir été sur des navires de la marine pour les assassinats et je continue à voir M. Green pendant les expériences de torture et le conditionnement. À ce stade, je n’ai toujours aucun souvenir des Illuminati ni AUCUNE idée de ce qu’est vraiment la situation dans son ensemble).


L’un des livres que j’ai commandés est « The Search for the Manchurian Candidate : The CIA and Mind Control » de John Marks. Dans ce livre, il parle des programmes MKULTRA et de la découverte du LSD, puis de la façon dont la CIA, dans les années 40, a commencé à expérimenter un « sérum de vérité » pour faire parler les espions.

L’un des premiers projets a été mené avec deux marins et un homme appelé « Weint » (mon père a maintenant le livre et je ne suis pas sûr de l’orthographe de son nom), mais il était le chef du département de psychologie de l’Université de Rochester.

Et il menait ses expériences sur les étudiants de Rochester dans son laboratoire secret situé dans le grenier de la bibliothèque de l’université de Rochester. Quand j’ai lu, je suis littéralement tombé du canapé car un flot de souvenirs m’est soudainement revenu.

LE PETIT LABORATOIRE DONT J’AI PARLÉ PLUS TÔT EST LE LABORATOIRE SECRET DANS LE GRENIER DE LA BIBLIOTHÈQUE ! (et j’ai joint des schémas).

Je m’en souviens parce que lorsqu’ils m’ont amené là-haut, l’homme aux cheveux blancs m’a dit : « Rhino, que penses-tu de cet endroit ? J’ai répondu : « C’est un putain de dépotoir » et il a dit : « Tu dois nous laisser du temps pour le remettre en état, il n’a pas été utilisé depuis quarante ans ». Puis je me souviens des coups et des chocs électriques qu’ils m’ont fait subir. Je me souviens avoir essayé de m’échapper et une fois, alors que j’avais perdu la tête et que j’avais mis une raclée à tous les gars du laboratoire, j’ai essayé de sauter par la seule fenêtre. J’ai ouvert la fenêtre et j’étais à mi-chemin quand j’ai réalisé que j’étais au sommet de la bibliothèque et qu’il y avait une chute d’au moins cent cinquante pieds vers n’importe quoi.

À ce moment-là, j’ai su que j’étais foutu et j’ai aussi su où je me trouvais d’après la vue. Je me souviens précisément de ça ! Ensuite, je me souviens être retourné une fois avec le FBI pour faire un raid sur le laboratoire et nous sommes entrés et étions en train de tout saisir quand quelqu’un de très haut placé au FBI, qui était sous le contrôle des Illuminati OU de la NSA ou de n’importe quelle autre agence gouvernementale utilisée pour contrôler la situation (ce que je n’ai compris que plus tard), a ordonné l’arrêt complet du raid et toute l’affaire a été couverte.

Et une fois de plus, ils ont effacé ma mémoire.

22 janvier 1998 – Je suis encore en train d’écrire et d’essayer de reconstituer tout cela. Ma mère est une femme qui est un « Packrat » si vous voulez. Elle collectionne et conserve TOUT, surtout ce qui a trait à son fils.

Alors que je suis en train d’écrire mes pensées pour donner un sens à tout cela, je monte à l’étage et vais dans l’armoire de rangement où ma mère garde tout. Mon dossier a disparu. Tout ce qui se rapportait à mon passé, mes coupures de presse sur le football au lycée, mes vieux bulletins de notes, les rapports de police quand j’avais des problèmes quand j’étais enfant. Ce sont les rapports que j’avais l’habitude de balancer au visage de ma mère lorsque nous nous disputions deux mois auparavant, alors qu’elle insistait sur le fait que je n’avais jamais été un mauvais garçon. Tout avait mystérieusement disparu.

Ma mère a dû dire à Astrid, lorsqu’elle lui fait des rapports hebdomadaires, ce que je faisais, et Astrid a dû lui dire de se débarrasser du dossier, de se débarrasser de tout ce qui pouvait « déclencher » d’autres souvenirs.

Donc maintenant, ma maison a été effacée de tout souvenir de mon passé. Je n’ai pas dit un mot à ma mère que je savais que mon dossier avait disparu, mais laissez-moi vous dire que cela a été un sérieux choc pour moi, car tout devient réalité. Mais cela ne fait qu’ajouter à la preuve de mon passé. Toujours aucun souvenir des Illuminati ou de toute autre intervention avec le FBI à ce stade.

Ce qui me fait le plus peur, ce n’est pas de me souvenir de tous ces événements, mais de les oublier à nouveau ! Vous voyez, je sais avec certitude que j’ai ma propre « REINE DES DIAMANTS » si vous voulez (du candidat mandchou) enfermée quelque part dans mon esprit.

C’est la programmation qu’ils utilisent pour contrôler la Marine, l’Armée, l’Armée de l’Air et la plupart des élus. Je le sais parce que je me souviens d’en être sorti auparavant. Je me souviens vaguement avoir contacté le FBI, le journal de Rochester, à la recherche d’articles sur la mort des filles. Cherchant des articles sur un procès à cette époque. Je me souviens avoir parlé à quelqu’un du « procès du blackout ».

Je me souviens d’avoir conduit jusqu’à une maison dans le nord de l’État de New York peu de temps après l’obtention de mon diplôme, d’avoir sonné, d’avoir vu une femme ouvrir la porte, de m’avoir regardé en face et d’avoir immédiatement commencé à crier parce qu’elle était hystérique. Un homme se présente alors à la porte. Il voit mon visage, et je vois la peur dans ses yeux alors qu’il est paralysé par la terreur. J’ai un grand sourire sur le visage et je leur dis que je sais que je suis la dernière personne qu’ils veulent voir mais que je dois leur parler et que je peux entrer. Ils me laissent entrer avec beaucoup de précaution. Je me souviens d’être dans leur salon et de leur avoir raconté l’histoire de ce qu’ils m’ont fait, et d’avoir supplié la mère de la fille de me pardonner pour les choses qu’ils m’ont fait faire et dire.

Je leur ai dit que j’allais me battre contre eux et faire tomber tout le gouvernement.

Le père parle et dit qu’il n’y a pas d’affaire sans moi, qu’ils ont une cassette vidéo. Je demande à la voir, ils se regardent avec des visages très exaspérés, et sortent une cassette vidéo de derrière l’étagère.

Je me souviens, avec mon grand sourire, je parle de la façon dont nous allons avoir « ces putains de fils de putes ». « Mon équipe juridique doit voir la cassette », je dis et je la prends. Ils s’énervent tous les deux « c’est leur seule preuve et la seule copie. » Je me dirige vers la porte et descends sur le perron. Je me retourne et avec mon grand sourire je dis « Ne vous inquiétez pas, je reviendrai, et la vengeance sera nôtre ».

Puis, avec la plus grande voix et le plus beau sourire que je puisse avoir, je leur fais signe de se quitter! Comme si je venais de me faire deux nouveaux meilleurs amis. Avec eux toujours debout dans l’embrasure de la porte, je traverse la pelouse jusqu’à la rue. En arrivant dans la rue, une voiture s’arrête avec deux hommes à l’intérieur. Je m’approche d’elle. L’homme du côté passager me demande si j’ai la cassette. Je lui réponds : « Bien sûr que j’ai la cassette ». Il me dit « donne-la moi » et je le fais. L’homme me dit que j’ai bien fait et qu’il ne faut pas oublier de saluer les gens sympas. Et la voiture s’éloigne. Derrière moi, j’entends une voix remplie d’une colère et d’une douleur incommensurables qui hurle : « T’es un putain de fils de pute, un putain de bâtard, je vais te tuer !!!!!« . Je me retourne et je vois un homme avec une batte de baseball à mi-chemin sur la pelouse qui se dirige vers moi.

Les mots ne peuvent décrire l’angoisse qui se lit sur son visage alors qu’il ne peut contrôler ses larmes. Au moment où j’établis un contact visuel avec lui, il se fige comme une statue de peur, il essaie de rassembler le courage de continuer mais au lieu de cela, il s’effondre avec la douleur qui le submerge maintenant en criant « NOOOOO » et commence à sangloter de façon incontrôlable.

ET QU’EST-CE QUE JE FAIS !

Avec la plus grande, la plus joyeuse voix et le plus grand sourire que je puisse rassembler, je fais signe BYE-BYE ! C’ÉTAIT UN PLAISIR DE VOUS RENCONTRER, BYE-BYE ! BYE-BYE. Comme si je venais de me faire deux nouveaux meilleurs amis. Je monte dans ma voiture et tourne la clé. Pendant ce temps, je ne peux m’empêcher de me sentir bien dans ma peau, fier, noble et majestueux, alors que je m’éloigne.

Je me souviens d’avoir fait cela parce que, peu importe à quel point je me suis battu, peu importe à quel point je me sentais fort, tout ce qu’ils avaient à faire était de dire le « mot magique » et j’étais de nouveau sous leur contrôle total.

C’est ma plus grande peur, celle d’être découvert de ce dont je me souviens vraiment avant de trouver les bonnes personnes qui peuvent m’aider à supprimer leur « programmation » et leur « mot magique » afin que je puisse me battre et ne plus perdre la mémoire.

2 février 1998 – Grâce à l’Internet, j’ai trouvé des contacts qui ont vécu des expériences similaires aux miennes.

J’ai trouvé quelqu’un qui peut m’aider car c’est un spécialiste de ces cas de « déprogrammation » et de contrôle de l’esprit.

Je suis allé le voir et il a commencé à me déprogrammer. Il connaît précisément leurs tactiques puisqu’il a été impliqué avec eux. Encore une fois, pas par choix.

Dans le cadre de la « déprogrammation », une fois que vous avez été déprogrammé, vous devez attendre 21 jours car vos souvenirs doivent revenir progressivement pour ne pas vous choquer d’un seul coup. Au cours de ces 21 jours, ma mémoire revient lentement, mais toujours par bribes. Mais j’ai (théoriquement) maintenant le contrôle de moi-même et ils ne peuvent plus me contrôler. Tout cela a été accompli à l’insu de ma mère.

Le 1er mars 1998 – J’ai terminé les 21 jours et j’ai rassemblé quelques morceaux supplémentaires. Mais je sens que ce n’est qu’une fraction.

LE FAIT LE PLUS IMPORTANT ET LE PLUS CRITIQUE DONT JE ME SUIS SOUVENU EST QUE J’AI UN FILS !

Il a environ 7 ou 8 ans, et sa mère est la femme que je dois épouser. Je me souviens qu’Aaron m’a parlé de lui dans son appartement (contre la volonté des Illuminati) mais il l’a fait pour sa mère car elle est la plus belle femme que vous ayez jamais vue dans votre vie ou dans votre imagination. Aaron m’a dit que le QI de mon fils était de 150, (un peu comme le mien) et ils ont de « grands » projets pour lui.


Pour faciliter les choses et ne pas essayer de remettre tous les événements à leur place dans la ligne du temps (car l’histoire devient très compliquée si vous essayez d’écrire deux lignes du temps parallèles et deux ensembles alternatifs de réalité en même temps). Je me souviens maintenant que j’ai de nombreux fils, car j’ai également été utilisé dans des expériences de reproduction.

Voici un résumé de ce que je crois être arrivé et des événements tels que je peux m’en souvenir à ce moment-là.

Au fur et à mesure que ma mémoire revient, je découvre que je n’ai pas seulement été utilisé comme assassin, mais que j’étais également l’un des « garçons Montauk ». Ceci concerne le projet Montauk tel que décrit par Preston Nichols dans son livre « The Montauk Project ».

TOUS les événements qu’il décrit dans son livre sont 100% vrais. Cependant, le fait que le projet ait été soi-disant abandonné au camp Hero en 1983 ne pourrait être plus éloigné de la vérité. Comme j’y étais aussi entre les années 1988 et 1993 ? Et le projet est toujours en cours.

Pour autant que je puisse en juger à ce stade.

{{Certaines sources indiquent qu’après la rébellion dans les rangs et le sabotage du projet en 1983, le projet a été relancé quelques années plus tard. Ceci est similaire aux revendications des ‘guerres de Dulce’ dans la base de Dulce au Nouveau-Mexique, menant à une sévère ‘interaction conjointe’ entre le gouvernement américain et les contrôleurs illuminati et reptiliens gris de la base inférieure, cependant après deux ans la collaboration a été rétablie – Branton}}.

par Branton


Voir tous les articles de la sous-catégorie Projet Superman


Que pensez-vous de cet article ? Inscrivez-vous et rejoignez la conversation


Merci à tous pour votre soutien.

Beaucoup d'entre vous sont avec moi, par le coeur et la pensée, et je vous transmet ma gratitude... Vous pouvez assurer la continuité de ce site de plusieurs manières... En partageant les articles que vous avez aimé... En achetant vos livres et vos produits préférés sur Amazon via ce site... En faisant un don sécurisé sur Paypal... Ou les trois en même temps... Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...


Même 1€ est important !





Tags:

0 Commentaires

Laisser une réponse

Imaginer un Nouveau Monde © Elishean 2009 - 2021

CONTACT

Vous pouvez nous envoyer un e-mail et nous vous répondrons dès que possible.

En cours d’envoi
ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

%d blogueurs aiment cette page :