Divulgation Cosmique

Pourquoi le cinquième élément (l’éther) est-il complètement ignoré?

Terre, eau, air et feu... Et éther... L'Ain Soph des Kabbalistes.

De multiples sources montrent comment ce que nous appelons la « matière noire » pourrait en fait représenter le vide quantique, une « substance » qui pourrait constituer la grande majorité de notre univers.

C’est une force invisible : sans masse, ni solide ni liquide qui peut être utilisée pour aider à rendre notre monde meilleur.

Qu’est-ce que la matière noire?

Le courant dominant y fait référence comme une forme « hypothétique » de matière, et cette rhétorique semble dominer le milieu universitaire, bien que de nombreux universitaires et autres aient démontré que les substances non matérielles comme la « matière noire » devraient être considérées comme une forme réelle de matière.

Selon la NASA,

« Il y a plus d’inconnu que de connu. Nous savons combien il y a d’énergie noire parce que nous savons comment elle affecte l’expansion de l’univers. A part ça, c’est un mystère complet. Mais c’est un mystère important. Il s’avère qu’environ 68% de l’univers est constitué d’énergie noire. La matière noire en représente environ 27 %. Le reste – tout sur Terre, tout ce qui a été observé avec tous nos instruments, toute la matière normale – représente moins de 5 % de l’univers. En y réfléchissant bien, peut-être ne devrait-on pas du tout l’appeler matière « normale », puisqu’il s’agit d’une si petite fraction de l’univers. »

L’espace vide n’est pas vide

D’autres sources postulent que cette matière noire représente 90% de notre réalité, et cela a du sens. Regardez simplement l’atome, le plus petit morceau de matière observable, c’est ce dont tout le reste est fait. Un atome est presque tout l’espace vide, plus de 99 % de celui-ci pour être exact.

²

Cet espace vide n’est pas inutile, et d’après ce que nous savons maintenant, « l’espace vide » n’est vraiment pas « vide » du tout. C’est pourquoi j’ai souligné dans plusieurs de mes articles précédents l’importance de cette célèbre citation du physicien théoricien John Wheeler :

« Aucun point n’est plus central que celui-ci, cet espace n’est pas vide, c’est le siège de la physique la plus violente. ”

Si vous vous êtes penché sur la matière noire, vous savez peut-être également que ce que les scientifiques appellent le vide quantique peut être confondu avec la matière noire ou «l’énergie noire». Également connu sous le nom de « éther ».

« L’espace n’est en fait pas vide et il est plein d’énergie… L’énergie dans l’espace n’est pas négligeable, il y en a beaucoup et nous pouvons en fait calculer la quantité d’énergie qu’il y a dans cet espace et cette réalité pourrait en sortir. Tout ce que nous voyons émerge réellement de cet espace.

Nassim Haramein

Cette idée a été illustrée il y a des décennies avec «l’ effet Casimir », qui démontre ce qu’on appelle l’énergie du point zéro. Aujourd’hui, nous commençons à voir que ces concepts ne sont pas seulement théoriques, mais plutôt très pratiques. C’est pourquoi il est intéressant de souligner que de nombreux scientifiques ont exprimé l’idée que la matière noire pourrait en fait être confondue avec cette «énergie du point zéro» ou «éther».

Prenons par exemple  ce document non classifié de la Defense Intelligence Agency  intitulé « Warp Drive, Dark Energy & The Manipulation of Extra-Dimensions », écrit et préparé pour l’agence par le physicien de recherche senior Richard K. Obousky, Ph.D. et Eric W. Davis, Ph.D. Encore une fois, l’existence du vide n’est pas considérée comme triviale :

En ce qui concerne l’énergie sombre, le document indique ce qui suit :

Les phrases clés ici sont :

« Nous ne comprenons pas pourquoi il existe ni comment il est créé ; nous savons simplement qu’il fournit une force omniprésente sur l’espace-temps, provoquant l’expansion de l’univers. En effet, de récentes observations expérimentales de haute précision indiquent que l’énergie noire pourrait être une énergie cosmologique du vide.

Certains l’appellent l’éther

Nikola Tesla était très conscient de cette substance/force au tournant du 20ème siècle :

« Toute matière perceptible provient d’une substance primaire, ou ténuité au-delà de la conception, remplissant tout l’espace, l’akasha, ou éther luminifère, sur lequel agit le Prana vivifiant ou force créatrice, appelant à l’existence, dans des cycles sans fin des choses et des phénomènes.

– Nikola Tesla, La plus grande réalisation de l’homme, 1907

Il croyait également que l’éther serait un jour utilisé pour générer de l’énergie, et il avait raison. Plus d’informations à ce sujet plus loin dans l’article, avec des exemples.

«Avant que de nombreuses générations ne passent, nos machines seront entraînées par une puissance pouvant être obtenue en tout point de l’univers. Cette idée n’est pas nouvelle… On la retrouve dans le délicieux mythe d’Antée, qui tire son pouvoir de la terre ; nous le trouvons parmi les spéculations subtiles d’un de vos splendides mathématiciens… Dans tout l’espace il y a de l’énergie… ce n’est qu’une question de temps où les hommes réussiront à attacher leur machinerie au rouage même de la nature.

Nikola Tesla,  Journal de l’Institution of Electrical Engineers

Il était l’un des nombreux, en fait, à avoir contemplé l’éther et sa relation avec ce que nous percevons comme matière matérielle physique. Dans l’Antiquité, Platon parlait de l’éther. Ceci est tiré de son œuvre Phaedo :

«Et sur la Terre se trouvent des animaux et des hommes, certains dans une région médiane, d’autres (élémentaires) habitant l’air comme nous habitons la mer; d’autres dans des îles que l’air contourne, près du continent ; et en un mot, l’air leur sert comme l’eau et la mer le sont pour nous, et l’éther est pour eux ce que l’air est pour nous.

Voici une autre citation intéressante de ce texte ancien :

Et ils ont permis à Apollonios de poser des questions; et il leur a demandé de quoi ils pensaient que le cosmos était composé; mais ils ont répondu; « Des éléments. »

« Y en a-t-il donc quatre ? Il a demandé.

« Pas quatre, dit Larchas, mais cinq.  »

Et comment peut-il y en avoir un cinquième, dit Apollonius, à côté de l’eau, de l’air, de la terre et du feu ?

« Il y a l’éther. »

Même René Descartes a proposé la théorie selon laquelle «l’espace» (ce que nous percevons comme un espace vide) est complètement rempli de matière dans divers états. Il existe des preuves suggérant qu’il a été exécuté par l’Église parce que sa science est entrée dans le domaine de la métaphysique.

La théorie du vortex spatial de Tewari

Ce que Descartes a émis l’hypothèse est exactement ce que la physique quantique examine aujourd’hui. Les mots ci-dessous proviennent de feu Parahamsa Tewari, qui a récemment publié un article dans Physics Essays. L’article s’intitule « Relation structurelle entre l’espace du vide et l’électron ». Vous pouvez accéder à l’étude complète  ici .

« Dans un siècle, il sera bien connu que : le vide de l’espace qui remplit l’univers est lui-même le véritable substratum de l’univers ; le vide à l’état circulant devient matière ; l’électron est la particule fondamentale de la matière et est un vortex de vide avec un vide sans vide au centre et il est dynamiquement stable ; la vitesse de la lumière par rapport au vide est la vitesse maximale que la nature a fournie et est une propriété inhérente au vide ; le vide est un fluide subtil inconnu dans les milieux matériels ; le vide est sans masse, continu, non visqueux et incompressible et est responsable de toutes les propriétés de la matière ; et ce vide a toujours existé et existera pour toujours…. Alors les scientifiques,

Parahamsa Tewari

Tewari souligne également que la matière noire a été confondue avec ce qu’elle est réellement, comme il le décrit dans sa « théorie du vortex spatial »:

« Le croquis ci-dessous montre la Terre enfermée dans un vortex de vide. Contrairement aux concepts actuels du vide comme étant «l’espace vide», le «néant» et le «vide», la théorie du vortex spatial (SVT) définit le vide absolu comme un fluide sans masse, continu et incompressible. Les champs de vitesse dans le sous-sol (indiqués par des flèches directionnelles) créent des forces invisibles pour faire tourner la Terre massive autour de son axe et également transporter la Lune sur son orbite.

« Alors que la Terre est visible, le substrat du vortex sous vide est invisible. Ce substrat invisible d’énergie cosmique, sous et autour de la Terre, est appelé à tort « matière noire ». Toutes les planètes et étoiles ont des tourbillons de vide similaires qui les font tourner axialement. Les tourbillons entourant les galaxies confèrent une rotation axiale à leurs noyaux, de même que les étoiles qu’ils contiennent sont portées en orbite. [René Descartes, mathématicien et philosophe français, a prédit un vortex terrestre et des vortex cosmiques de fluide sans propriété (Ether) au 17ème siècle].

« Cet article présente une formulation de principes absolus pour l’espace-vide qui permettent de révéler le processus de création d’un électron stable et ses propriétés connues de masse et de charge. Les questions fondamentales sur la charge et la masse de l’électron sont dérivées des premiers principes du vortex sous vide de la structure de l’électron. En outre, la génération de champs électrostatiques, électromagnétiques et gravitationnels résulte de la structure de vortex sous vide de l’électron. L’électron et le positron ont été identifiés comme étant les particules fondamentales de la matière.

La partie intéressante de Tewari est que, à partir de sa théorie, il l’a sortie du domaine théorique en générant des machines basées sur la science, sous la forme d’un générateur électrique. 

Un prototype de la machine a été testé par Kirloskar Electric, un fabricant de générateurs électriques en Inde. Là, il a montré une efficacité supérieure à l’unité. Vous pouvez regarder une vidéo de la machine ci-dessous et vous verrez une démonstration de la machine ainsi que des discussions vers la fin de la vidéo avec les ingénieurs de Kirloskar Electric.

« L’éther doit être, une fois de plus, établi, alors il y aura une compréhension significative de la physique, une compréhension significative de la métaphysique et une compréhension significative des processus spirituels. »

Parahamsa Tewari. Comme on le voit dans la vidéo ci-dessous.

Implications sur notre compréhension de la réalité

Ce qui est fou, c’est que cela pourrait expliquer d’où vient la réalité ; selon ces scientifiques et d’autres, elle vient de «l’éther». Peut-être que la conscience est la prochaine pièce du puzzle, mais une chose est certaine, cela va bien au-delà de la théorie du big bang.

Ce type de science est énorme et représente ce dans quoi nous sommes actuellement, la prochaine révolution scientifique : la reconnaissance de la science non matérielle et sa validation empirique de la spiritualité et de la métaphysique.

Ce n’est pas un truc théorique, c’est montrer que nous vivons dans un monde spirituel et notre réticence à accepter cette simple prémisse vient du fait que nous avons été frappés par le dogme scientifique pendant longtemps, nous empêchant d’être ouverts à de nouveaux concepts de réalité (pourtant présents dans la tradition primordiale), qui ont failli se perdre, mais qui sont à nouveau en train de se découvrir.

Un autre problème est que les découvertes dans ce domaine entrent tout simplement en conflit avec bon nombre de nos croyances, et bon nombre d’intérêts….

Malgré des résultats statistiquement significatifs dans divers domaines, la science qui entre en conflit avec des systèmes de croyances qui nous ont été imposés depuis des millénaires, a encore du mal à percer la conscience collective.

D’après un texte de The Pulse


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.


Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci



ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 565 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour naviguer sur le site.