Conscience

Personnes bispirituelles

par Elva Thompson

Le monde est devenu fou

Au cours des dernières années, la préférence sexuelle et l’orientation sexuelle sont devenues un sujet brûlant. On nous dit toutes sortes de choses extraordinaires. Qui peut baiser qui, qui peut et ne peut pas se marier, qui se promène dans les toilettes et qui peut les utiliser. De plus, un nouveau dictionnaire de mots est apparu pour décrire la sexualité humaine : transgenre, transsexuel, genre fluide, non binaire, genre variant, genre queer, etc. Et, certaines factions du public sont tellement accrochées aux pronoms de genre que au lieu de dire il ou elle, nous devons appeler une seule personne ils.

Pourtant, l’obsession du monde pour l’orientation sexuelle et la sexualité des autres semble être un phénomène relativement moderne. Dans les sociétés aborigènes terrestres, il n’y avait aucun des préjugés hystériques actuels autour du genre. Dans une société holistique et inclusive, le Créateur ne fait pas d’erreurs.

Une vision autochtone du genre

Dans la plupart des tribus amérindiennes, les «personnes bispirituelles» n’étaient considérées ni comme des hommes ni comme des femmes et occupaient un statut de genre distinct et alternatif. Le genre et la sexualité étaient considérés comme un continuum et il y avait une reconnaissance du masculin et du féminin chez tout le monde. Il y avait des hommes bispirituels et des femmes bispirituelles.


Plus de 150 tribus amérindiennes ont reconnu des genres alternatifs dans leurs communautés avant la colonisation, bon nombre de ces identités ayant des noms uniques et une signification culturelle. La plupart des tribus considéraient les hommes bispirituels et les femmes bispirituelles comme une troisième et quatrième variante de genre.

Les personnes bispirituelles remplissaient des rôles religieux particuliers en tant que guérisseurs, chamans et chefs de cérémonie. Ils étaient des membres très importants de la tribu.

Ce n’est qu’après la colonisation que l’église chrétienne a condamné les relations homosexuelles et la variance de genre comme un péché, et a utilisé ces croyances pour condamner, contrôler, victimiser et déshumaniser davantage les peuples autochtones.

Les perturbations causées par la conquête et la maladie, ainsi que les efforts des missionnaires, des agents du gouvernement, des pensionnats et des colons blancs ont entraîné la perte de nombreuses traditions dans les communautés autochtones.


Les rôles bispirituels, en particulier, ont été pointés du doigt pour la condamnation, l’ingérence, la violence, l’agression sexuelle et le meurtre. En conséquence, les traditions et pratiques bispirituelles sont devenues clandestines ou ont disparu dans de nombreuses tribus.

Une vision métaphysique du genre

L’esprit métaphysique comprend que dans une dualité, vous aurez un homme à une extrémité de l’échelle ou du spectre, une femme à l’autre extrémité, et une pléthore de polarités sexuelles entre les deux. C’est normal. Il est probable que certaines personnes aient un esprit masculin qui habite un corps féminin et vice versa. Nous connaissons tous des femmes qui ont des aspects masculins et des hommes avec des attributs féminins à des degrés divers.

Mais la religion dans son ensemble est tellement accrochée au dogme que Dieu a créé deux genres : masculin et féminin (Genèse 5 v2) qu’ils ont supprimé et étiqueté différentes polarités sexuelles ou variances de genre comme anormales alors qu’elles ne le sont pas. Et cela a conduit aux préjugés et à la confusion actuels.

Suppression de l’instinct sexuel

La principale raison de l’intolérance sexuelle et de genre est le contrôle patriarcal des religions et leurs adeptes endoctrinés. Le christianisme, le bouddhisme, l’hindouisme et l’islam soufi prêchent tous que pour se rapprocher du Créateur, les pulsions sexuelles doivent être supprimées. Nous devons être célibataires et nous abstenir de relations sexuelles.

Mais le désir sexuel est construit dans notre corps par des demandes sensorielles et des instructions chimiques. Fondamentalement, à la base, nous ne sommes rien de plus que des automates reproducteurs ambulants contrôlés par nos hormones sexuelles, comme n’importe quel autre animal. Lorsque nous renions notre nature sexuelle, nous subissons la torture et l’agonie de la suppression de l’envie fondamentale de la vie qui est programmée en nous.

Tout sur le sexe

Dieu nous a dit qu’il a créé l’homme à son image, et qu’il doit aller de l’avant, se multiplier et remplir la terre….mais selon saint Augustin et l’église chrétienne, le sexe est le péché originel. Et, pour entrer dans le sacerdoce, il faut être chaste.

La suppression de l’acte créatif a conduit à l’abus sexuel de millions d’enfants par des prêtres catholiques, des religieuses et d’autres membres d’institutions religieuses. L’église a accusé les femmes d’avoir une sexualité effrénée et les a blâmées pour « le péché originel ». Même au 21e siècle, les femmes sont toujours considérées par les fondamentalistes religieux comme des Jézabels pécheresses, des citoyennes de seconde classe et des tentatrices des hommes.

Le sexe est un péché

Le dogme religieux selon lequel le sexe est en quelque sorte sale a créé un nombre incalculable de handicapés émotionnels hétérosexuels qui se sentent aliénés de leur sexualité parce qu’ils sont pris entre leur désir (principalement par peur) d’être un bon chrétien et leurs besoins sexuels trop humains. Et beaucoup d’entre eux passent leurs années de formation à vouloir, réprimer, toucher secrètement, se livrer à des relations sexuelles à risque et vivre dans une culture où le sex-appeal et l’apparence physique ont plus de valeur que leur service à l’humanité.

Les individus non binaires sont confrontés à un éventail de défis en essayant de faire face à leur orientation sexuelle face à l’hétérosexisme, le système idéologique religieux qui nie, dénigre et stigmatise toute forme de comportement, d’identité ou de relation non hétérosexuelle. De nombreux individus non binaires sont la proie de cet état d’esprit insidieux et finissent par souffrir de dépression, de pensées suicidaires et d’autres troubles de santé mentale.

Amour et sexe

« Si je pensais que cela ne se reproduirait plus, je mourrais.
Mais c’est faux, personne ne meurt par manque de sexe. C’est par manque d’amour que nous mourons.
– Margaret Atwood,

L’amour et le sexe sont souvent considérés comme des entités distinctes, mais ces deux aspects de la vie sont profondément liés. La présence d’amour et d’intimité dans toute relation peut considérablement améliorer le plaisir physique du sexe. L’intimité et l’amour peuvent ajouter une profondeur émotionnelle aux expériences sexuelles qui est inégalée par le sexe seul. L’amour peut créer une expérience plus holistique, car le corps et l’esprit sont engagés dans l’activité.

Connexion spirituelle

Que nos partenaires soient binaires ou non binaires, l’amour et le sexe peuvent conduire à des relations plus profondes, à des expériences plus épanouissantes et à une intimité basée sur le respect et la confiance. Des liens spirituels se développent entre deux personnes lorsqu’elles peuvent atteindre leur moi intérieur, partager leurs sentiments et leurs systèmes de croyances. Ensemble, ils peuvent former un lien d’amour, une union au-delà du domaine physique qui mène à quelque chose de plus durable et de plus profond.

Alors sortons du manège de genre. Avancez en tant que famille humaine et non en arrière. S’aimer l’un l’autre. C’est si simple. Peu importe qui nous aimons, que ce soit du même sexe ou du sexe opposé. L’important c’est qu’on s’aime.

« Fusionner » consciemment « dans l’union sexuelle est l’un des moments les plus importants dans le temps. C’est un contrat de deux âmes. Une expression de l’engagement divin les uns envers les autres. Si nous arrêtons de diviser la sexualité et la spiritualité, nous pouvons comprendre son caractère sacré.
― Victoria L. White .

Jusqu’à la prochaine fois. Reste amoureux de ta vie..

Source


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Aidez Elishean à survivre. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 256 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page