non classé

On devrait s’intéresser un peu plus aux « Men in Black »!

Un couple affirme avoir vu des « Men in black » après une observation d’ovni

Dans le Massachusetts aux USA, suite à une observation d’ovni particulièrement étrange, un couple pense avoir vu les fameux « Men in Black ». L’incident se serait produit au début du mois dernier dans la ville de Boston et aurait été transmise au National UFO Reporting Center par le frère de l’un des témoins.

Ce dernier a expliqué que, quelques semaines plus tôt, sa sœur et son petit ami avaient regardé une vidéo YouTube sur des astronautes qui auraient vu des ovnis. La nuit en question, vers 2 h 30 du matin, ils sont sortis fumer une cigarette et se sont mis à évoquer la théorie du complot en regardant la lune.

« Moins de cinq secondes après avoir parlé de cela à haute voix », a déclaré le frère de la femme, les deux amoureux ont repéré un objet déroutant qui « était si brillant que la lumière illuminait leurs visages comme s’ils assistaient à un feux d’artifice ».

Selon les témoins, l’ovni est monté silencieusement dans le ciel tout en crachant des étincelles avant de disparaître de leur champ de vision.


Le frère de la femme a rapporté qu’« ils étaient effrayés du fait que, quelques secondes avant l’apparition de l’ovni, ils parlaient de rencontres extraterrestres. Ils ont eu la sensation d’avoir été écoutés et qu’on a voulu prouver leur existence. C’était plus qu’une simple coïncidence ».

PLUS ÉTRANGE ENCORE

L’expérience du couple ne s’est pas arrêtée à la simple observation d’un ovni. Elle est devenue encore plus étrange une heure plus tard, lorsqu’ils sont retournés dehors pour fumer une autre cigarette.

Ils ont pu voir s’avancer très silencieusement une berline noire : « Elle s’est arrêtée de l’autre côté de la rue. Il en est sorti un homme entièrement vêtu de noir ». Les témoins se rappellent également très bien qu’ « il a commencé à les regarder ».  Le couple a aussi remarqué qu’il y avait deux autres personnes en tenue similaire « debout au bout de la rue ».

Étrangement, le trio de « Men in black » a simplement regardé les deux jeunes gens en silence jusqu’à qu’ils retournent en courant à l’intérieur de leur maison.


Bien qu’il soit tout à fait possible que les « Men in Black » présumés n’étaient que des personnes normales qui se trouvaient dehors tard dans la nuit et non des entités néfastes cherchant à faire taire les témoins d’ovni, les deux amoureux ont pu noter que les traits du visage des « Men in black » semblaient « tous flous ».

Inquiets de ce qu’ils ont vu, lorsqu’ils ont appelé la police au sujet de l’incident curieux, leur récit a été rejeté par les flics, qui leur ont dit qu’ils n’acceptaient que les rapports d’activité criminelle, pas les observations d’ovni, ni de « Men in black ».

Dans son rapport déposé au Mufon, le frère de la femme en question a rapporté ceci : « ma sœur a dit que c’était la chose la plus effrayante qu’elle ait jamais rencontrée. Certes l’observation d’ovni était assez effrayante, mais les « Men in black »  qui les regardaient si tard au milieu de la nuit était encore plus terrifiant ».

Dans la culture ufologique, les « Men in black » ont toujours existé. De nombreux témoins d’ovni disent y avoir été confrontés. Vrais ou faux, dans la vraie vie, une chose est sure, il n’ont pas l’air aussi sympas que Will Smith et Tommy Lee Jones.

L’origine des Men in Black

Avant la sortie du film, rares sont ceux à avoir entendu parler des « men in black ». Les ufologues avaient recueilli le récit de plusieurs personnes, témoins de la présence d’un ovni ou d’un alien, prétendant avoir été interrogées par ces fameux hommes en costume sombre et lunettes noires qui auraient aussi exigé leur silence.


La première mention de cette organisation remonte à 1947, lors de « l’incident de l’île Maury ». Fred Crisman et Harold Dahl, un écrivain et un matelot, auraient aperçu six objets volants en forme de donuts dans le ciel.

Comme le détaille l’auteur Jerome Clark dans son livre The UFO Book : Encyclopedia of the Extraterrestrial, Dahl aurait, de son propre aveu, été approché par la suite par un mystérieux homme en costume noir, qui lui aurait demandé de se taire, sous peine de risquer sa vie. Aujourd’hui, l’événement est généralement considéré comme un canular, une invention des deux compères pour que Crisman puisse écrire dans le célèbre magazine de science-fiction Amazing Stories, dirigé par Raymond Palmer (qui est souvent crédité comme l’homme ayant inventé le concept d’ovni).

Acheter sur Amazon via ce site

C’est dans son livre Ils en savaient trop sur les soucoupes volantes, publié en 1956, que l’écrivain Gray Barker introduit le concept de « men in black » en reprenant le témoignage de Harold Dahl. Mais son roman alimente la légende en recueillant d’autres témoignages comme celui d’Albert K. Bender. En 1953, cet ufologue croit avoir expérimenté une rencontre avec des êtres surnaturels et fonde le premier club d’étude des soucoupes volantes, qui finit par fermer ses portes après une année d’activité. La raison ?

D’après les archives de la bibliothèque de Bridgeport, la ville où il habitait, Bender aurait reçu la visite de trois hommes en noir, ressemblant à des ecclésiastiques, avec des chapeaux Homburg sur la tête. Ces derniers auraient communiqué avec lui de manière télépathique pour le convaincre d’arrêter ses investigations illico presto. Une rencontre surnaturelle qu’il va détailler dans son propre livre, paru en 1962.

La légende des hommes en noir s’est ensuite poursuivie en 1967 à travers les écrits de l’ufologiste John Keel – auteur du best-seller La Prophétie des ombres (qui avait été adapté en film en 2002 avec Richard Gere). Si les premiers « men in black » étaient décrits jusqu’ici comme des agents du gouvernement américain, Keel, qui affirme les avoir rencontrés, préfère les dépeindre comme des « êtres surnaturels démoniaques » avec « une peau foncée » et des « traits exotiques »…

C’est dans cette légende que le scénariste Lowell Cunningham trouve son inspiration pour une nouvelle bande dessinée. Reprenant à sa sauce les théories des ufologistes, le bédéiste va lancer, en 1990 chez le petit éditeur Malibu (racheté en 1994 par le géant Marvel), la série de comic-book Men in Black, avec l’aide de la dessinatrice Sandy Carruthers.

Au programme : les aventures de deux agents issus d’une organisation secrète dont le but est de réguler toute forme d’activités paranormales sur Terre (ce qui inclut la vie extraterrestre, les démons, les mutants, les zombies, les loups-garous, les vampires et autres créatures légendaires). L’histoire séduit le studio Columbia Pictures. La major achète les droits en 1992 pour une adaptation qui gommera l’aspect sombre et violent de la bande dessinée pour une comédie de science-fiction concentrée uniquement sur la régulation des aliens immigrés sur Terre.

La suite est plus connue : le film MIB rencontre un grand succès populaire en 1997, engrangeant 589 millions de dollars au box-office mondial (pour un budget de production de 90 millions). Les hommes en noir entrent durablement dans l’imaginaire collectif, mais ont depuis perdu de leur attrait. D’après Jerome Clark, membre actif du centre pour l’étude des ovnis de Chicago, interrogé par le site Slate, les signalements ont considérablement diminué. Pas à cause du film, mais simplement parce que les ufologistes ne s’intéressent plus au sujet.

Dans son livre Les véritables Men in black (2011), l’auteur britannique Nick Redfern affirme toutefois que plusieurs témoignages confirmant l’existence des hommes en noir font ponctuellement surface. L’auteur plonge en profondeur dans le monde mystérieux de ces agents clandestins et dévoile, preuves à l’appui, que les Men in Black existent vraiment et qu’ils effectuent des missions secrètes depuis 1950. 

Acheter sur Amazon

Un autre livre de Allen H. Greenfield, Rituels secrets des Men In Black, va plus loin et dévoile que les rituels secrets de l’occultisme et de la médiumnité en transe, ont été déchiffrés. Ainsi, une conception bizarre, auparavant soupçonnée par seulement quelques chercheurs divers travaillant dans des domaines très différents, a été pleinement exposée.

La clé de chiffrement secrète utilisée dans de tels rituels et rencontres spontanées, a révélé un modèle mondial complexe de communication entre les forces ultraterrestres, presque totalement au-delà de notre compréhension, et les adeptes humains, s’étendant de l’antiquité lointaine jusqu’à nos jours.

Toute la littérature d’invocation et d’évocation magique, vue sous cet angle, se révèle être une transmission déguisée de ces technologies.

Dans un article précédent , nous avons déjà abordé la question sous cet angle :


Les « Men in Black » – Du moyen-âge à nos jours


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.


Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 500 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire