non classé

Programme Ambassadeurs de l’Univers: Protocoles de contact & Mort du quatrième pouvoir

Cette interview a été réalisée à Crestone, Colorado - Le 4 juillet 2005 !

Interview exclusive avec le Dr Steven Greer par Paola Harris.

Paola : Steven, quel est le point central de votre carrière à l’heure actuelle ?

Dr Greer : Je me concentre toujours sur les rencontres du CSETI que nous organisons actuellement, comme celle de Crestone, dans le Colorado. Mais il y a différents niveaux. Nous avons des personnes qui forment des gens comme le Dr Loder et son équipe. Il y en a d’autres qui réunissent un groupe et l’emmènent en petits groupes, et qui ont fait 20 ou 30 de ces expéditions. Ils savent ce qu’ils font. Je fais les grandes formations de ce genre, avec 20 ou 30 personnes. Les principaux sont Mt Shasta, Crestone et Joshua Tree Wilderness area en Californie.

Nous nous concentrons sur le fait que les humains vont devoir apprendre à entrer en contact avec ces êtres non humains de manière pacifique et, pour l’instant, il n’y a aucune initiative dans le monde qui le fasse, à part la nôtre.


Il y en a quelques-unes en Amérique latine qui ont en quelque sorte le même concept. Malheureusement, les structures politiques n’ont pas abordé la question et les programmes clandestins sont militaires et peu diplomatiques. Je veux dire qu’ils sont en fait de plus en plus hostiles. Donc ce que nous faisons est un effort de diplomatie citoyenne et nous avons établi des protocoles qui sont liés à une base très spirituelle et nous croyons que nous sommes des êtres spirituellement conscients et qu’il y a cet esprit unique du cosmos qui brille dans chaque être.

C’est la base fondamentale pour aider à établir le contact et. parce que les technologies extraterrestres sont en interface avec la pensée et avec ce que certaines personnes appellent le niveau éthérique ou astral des choses, nous avons découvert que nous pouvons mettre en place des protocoles qui impliquent des choses électromagnétiques comme des lasers et des signaux BP en utilisant ce concept d’une sorte de centre de l’univers de l’esprit. et dans ce centre commencer à voir dans une sorte de télédétection où sont les ETs et se connecter avec eux mentalement.

Nous avons eu des contacts étonnants, des observations et même des choses sont venues directement sur le terrain et tout ce que vous avez dans le monde entier. Le concept est donc très adaptable car il intègre l’esprit et le physique.


Paola : C’est un endroit très spirituel ici à Crestone. Il y a une énergie incroyable. De nombreuses religions sont représentées dans cette vallée. J’ai vu un centre Zen et un ashram, et un centre de nonnes carmélites.

Dr Greer : Il y a un magnifique stupa blanc avec l’or sur le dessus autorisé par le Dalai Llama

Paola : Oui, je l’ai vu.

Dr. Greer : Oui. L’ambassadeur Jim George du Canada était impliqué et on lui a demandé de construire le stupa ici et il l’a fait. Il est conseiller de notre groupe et a parlé aux officiels canadiens du problème de l’énergie et des énergies alternatives. Je viens de prendre la parole à Montréal, où plus de mille personnes étaient présentes. J’ai aussi parlé à l’Université de Toronto.


Paola : Alors, est-ce que le point central de votre formation en communication ET est un type de Conscience Cosmique Universelle ?

Dr Greer : Oui. Vous voyez, la base fondamentale pour être un ambassadeur auprès des formes de vie non-humaines, comme je le vois, est de comprendre ce que c’est, quel est le Nexus où nous avons tous un point en commun. Eh bien, ce ne sera pas que nous sommes humains avec ceux qui sont non-humains. C’est donc que nous sommes conscients.

Et donc, je me souviens que Monseigneur Balducci disait « nous sommes tous enfants de Dieu » mais il y a cette lumière de l’esprit conscient, cet esprit unique en nous tous. Et il y a un seul esprit qui brille à travers nous tous, donc en se reliant à cela, je pense que c’est très important. Je forme les gens pour qu’ils atteignent des états de conscience plus élevés. J’emmène les gens qui sont prêts pour cela à une retraite de développement de la conscience cosmique à Palm Springs en novembre. Nous utiliserons des techniques de méditation et des techniques de contact pour pouvoir nous centrer et faire l’expérience de l’esprit cosmique, puis pour visualiser à distance, en utilisant l’esprit cosmique.

Nous n’utilisons pas le système militaire. Il est très primitif. Si nous comprenons que l’esprit est omniprésent et que l’esprit, et le mental où vous et moi sommes éveillés en ce moment, est une singularité, nous pouvons nous installer dans cette réalité « non-locale » ou étendue, vous pouvez voir partout.

Les gens qui viennent à ces retraites et qui ont dépensé de grosses sommes d’argent pour essayer de faire de l’observation à distance font ces percées en trois ou quatre jours parce que je leur enseigne à s’arrêter, à rester immobile et à se centrer, puis à utiliser certaines techniques spécifiques que j’ai apprises pour être capable de percevoir à distance des lieux et différents objets. Cette formation est très rigoureuse. Et je pense que les gens doivent comprendre que la raison fondamentale pour laquelle c’est important est que si vous ne vous connectez pas ou ne vous reliez pas à cet aspect de l’esprit universel, comment allez-vous vous comporter avec les personnes non humaines ? Ils n’auront pas les mêmes qualités émotionnelles, ils n’auront pas les mêmes aptitudes mentales, ils n’auront pas les mêmes connaissances, ils ne seront pas biologiquement les mêmes. Alors où êtes-vous connecté ? C’est dans ce  » mental conscient  » qui est l’esprit !

Donc, dans ce genre de monde, vous n’avez pas seulement une base diplomatique pour la communication, mais vous avez aussi un paradigme fonctionnel parce que leur technologie, elle a été enregistrée au moins dans les années 40 et 50 si ce n’est plus, ils ont des dispositifs électroniques qui interfacent par la pensée. Ils ne communiquent pas avec des systèmes stellaires en utilisant des systèmes à micro-ondes.

Ils utilisent un signal sous-électromagnétique qui s’interface avec ce que les mystiques appelaient l’énergie astrale ou l’énergie de la pensée et qui est scientifiquement reproductible. Nous avons des programmes secrets aux États-Unis qui développent également ces systèmes.

Paola : Edgar Mitchell a utilisé le « transfert de pensée » depuis la lune et ça a marché !

Dr. Greer : C’est vrai que ça marche. Lui et moi avons parlé de ça. Chaque être humain est un hologramme quantique de l’univers entier. En d’autres termes, j’adore ce dicton soufi :

« Pense que tu es une forme chétive quand en toi l’Univers est plié. »

C’est une question rhétorique. Vous n’êtes pas une petite chose. En chaque personne, l’intégralité de l’univers cosmique est littéralement dépliée. Et en vous ouvrant à cela, vous pouvez non seulement communiquer avec ces formes de vie extraterrestres mais vous pouvez aussi commencer à vous relier à un aspect universel de vous-même. Vous n’avez donc pas à réagir de manière xénophobe lorsque vous rencontrez la diversité de la vie extraterrestre.

Paola : C’est vrai. Nous avons déjà des problèmes avec la diversité ici sur Terre.

Dr. Greer : Mon Dieu, nous faisons exploser les gens. Nous dépensons un trillion de dollars par an en dépenses militaires. Donc si nous devons parler d’un effort sérieux pour devenir des ambassadeurs auprès de ces autres civilisations qui sont manifestement impliquées dans la Terre et manifestement concernées par ce que nous faisons, alors ces ambassadeurs, dans mon esprit, doivent connaître la composante universelle de la conscience. Je trouve donc que c’est la base fondamentale pour être un ambassadeur interplanétaire et c’est ainsi que je forme les gens. C’est la base de ce que nous faisons.

Beaucoup de gens disent que c’est très loin, mais en fait c’est simple, parce que si vous n’avez pas quelque chose dans lequel vous êtes ancré, qui est plus profond que l’état émotionnel humain, animal, intellectuel, alors vous n’allez pas établir de relations, tout d’abord vous pouvez à peine établir des relations avec un autre humain d’une autre culture. Regardez comme un Italien est différent d’un Japonais ? Vous parlez de systèmes stellaires et de peuples différents, et donc être capable de transcender ce niveau de diversité, et la diversité est bien si vous êtes capable de garder cette perspective. Mais ce qui se passe, c’est que vous êtes submergé par la diversité ou que cela devient une cause de conflit, ce que font normalement les êtres humains. Vous savez que quelqu’un a une apparence différente, pense différemment. S’il est gay, s’il est hétéro ; s’il est noir, s’il est blanc ; s’il est arabe, s’il est irakien ; s’il est suni, s’il est shite ; s’il est protestant, s’il est catholique ; quoi qu’il en soit, nous trouvons là une raison de nous entre-déchirer.

Eh bien, nous ne pouvons pas exporter ce type de pensée au stade suivant du développement humain, qui est le moment cosmique. C’est un moment cosmique. Et ce qui se passe aujourd’hui sur Terre, c’est que la diversité devient une cause de conflit. C’est vraiment un problème spirituel comme je le vois. Je ne suis pas du tout une personne religieuse, mais je suis une personne spirituelle.

Paola : Mais vous êtes optimiste ? C’est vrai ? Vous pourriez devenir très pessimiste si vous regardiez la réalité de tout cela. Vous êtes en train de développer une alternative.

Dr Greer : Très optimiste. Le problème est que je pense que nous devons créer un monde qui soit à la hauteur des défis de notre époque et que nous n’avons pas réussi à le faire. En d’autres termes, nous avons entamé ce chapitre de l’histoire de l’humanité il y a 100 ou 150 ans et pourtant nous avons refusé d’opérer les changements fondamentaux sur le plan spirituel, social, politique, géopolitique et technologique qui permettraient de soutenir une civilisation à la mesure de notre époque.

Par exemple, nous savons qu’il y a eu des technologies qui auraient pu éliminer la pauvreté et la pollution dans le monde et qui auraient pu être là depuis 75 ans. Elles se sont éteintes dans les années 50.

La réalité est que la situation humaine a été, dans un sens, retardée du point de vue du développement évolutif pendant au moins 50 à 100 ans et c’est pourquoi nous voyons tant de déséquilibre aujourd’hui. Je suis optimiste quant à la possibilité d’un retour à la normale. Mais cela va demander du courage, un bon leadership, certains sacrifices que nous avons dû faire dans notre groupe. Il faudra réfléchir à la manière dont nous allons créer une civilisation qui soit à la hauteur des défis de l’époque. Il y a beaucoup de dynamiques de pouvoir qui fonctionnent dans ce monde dysfonctionnel et qui doivent être corrigées.

Paola : Tu le dis très bien, Steven. Tu es l’une des seules personnes qui a tout compris. Je veux dire que tu synthétises bien ce problème. Je veux dire que les gens en ont des petits morceaux. Ils parlent de l’énergie zéro ici. Ils ne regardent pas le spirituel, ils ne parlent même pas de la communication ET. Oubliez ça ! Vous avez synthétisé l’ensemble de la situation planétaire et offert une solution possible dans le Programme Ambassadeur de la Conscience du CSETI. Vous avez dit que vous travailliez sur trois choses. Quelles sont-elles ?

Le Dr Greer : CSETI, le programme Ambassadeurs de l’Univers, l’autre est le Disclosure Project. Nous continuons à travailler sur le projet de divulgation parce que nous avons un site Web sur lequel se trouvent dix millions de personnes. Les gens ne réalisent pas que la vidéo du Disclosure Project a été vue par plus de personnes que celles qui regardent CNN chaque soir. Je continue à rencontrer des membres du Congrès. Au cours de l’année écoulée, j’ai essayé de dire:

« écoutez, cette information existe et elle n’est pas seulement liée aux OVNIs et aux extraterrestres, mais aussi aux énergies alternatives et aux systèmes de propulsion qui résoudraient la plupart de nos problèmes. La divulgation doit donc se poursuivre et nous avons un programme de représentants pour la divulgation. Nous avons également des dizaines de personnes dans le monde entier qui organisent des projections et des réunions dans le cadre du projet de divulgation (….).

C’est donc toujours d’actualité.

Nous aimerions beaucoup faire le projet Disclosure II. Beaucoup n’ont pas encore compris qu’après l’événement du Disclosure Project en 2001, nous avons doublé le nombre de militaires en termes de nombre de témoins, car ils sont sortis du placard. En fait, un général de l’armée de l’air à la retraite qui a connaissance de ces programmes secrets est l’un d’entre eux. Le problème est que nous n’avons pas les fonds nécessaires pour le faire. Nous devons trouver une source de soutien institutionnel et de financement pour pouvoir passer au niveau suivant, sinon il est impossible de continuer.

Il n’y a pas de financement pour quoi que ce soit de sérieux et c’est là toute la tragédie de l’ensemble du mouvement OVNI. Il est devenu un carnaval et une caricature de lui-même, alors que nous traitons de choses incroyablement importantes et je crois savoir que la communauté du renseignement, qui dirige réellement la sous-culture OVNI, veut que cela reste ainsi. Maintenant, ce que j’aimerais faire d’ici un an ou deux, c’est un autre niveau de divulgation où nous ferions intervenir certains des nouveaux témoins top secrets que nous avons, et des représentants du gouvernement, dont un ancien fonctionnaire de l’administration Clinton.

Également dans le domaine de la technologie, nous pourrions faire venir des scientifiques qui pourraient témoigner de l’existence de nouveaux systèmes d’énergie et de propulsion, et de la façon dont ils ont été systématiquement acquis et supprimés par les grandes entreprises transnationales.

La plupart des gens après le 11 septembre ne se soucient pas vraiment de savoir s’il y a des OVNIs et des ETs dans la nature. La majorité des Américains croient que les OVNIs sont réels de toute façon. Ils ne savent juste pas quoi en faire. Vous devez le relier à quelque chose de significatif. Le fait est que c’est significatif car il y a d’énormes implications dans le secret, et le secret n’est pas dû à la composante extraterrestre.

Le secret est dû à la technologie qui rendrait obsolète toute l’énergie du pétrole, du gaz et du charbon dans le monde.

Paola : Je demande s’il est possible que la divulgation vienne des États-Unis ? Peut-être du Canada. Avez-vous seulement rêvé de faire Disclosure II au Canada ?

Dr Greer : Maintenant, je vais dire quelque chose que les gens détestent entendre. Vous ne pouvez pas faire cela sans la puissance dominante, la seule superpuissance du monde. Nous avons des projets, en Norvège et au Canada. La puissance dominante est la machine transnationale américaine. Ce que je dis aux gens, c’est que la géographie n’a pas d’importance !

Paola : Mais les médias pourraient l’ouvrir là-bas !

Dr Greer : Je pense que ce que la plupart des gens ne réalisent pas, c’est que le problème auquel nous sommes confrontés n’a pas de frontières géographiques, et ce depuis des décennies.

Paola : Nous avons toujours besoin du soutien des médias, n’est-ce pas ?

Dr Greer : Bien sûr. Il aurait le financement de départ que nous avons demandé. Nous aurions pu avoir un autre niveau du Disclosure Project à Washington, D.C., puis déplacer le tout au Canada, et à Rome et en Suisse et dans ces endroits. Les médias chinois ont pris l’affaire au sérieux. Vous ne pouvez pas ignorer 110 témoins militaires top secret qui sont des cosmonautes, des généraux de brigade et ainsi de suite. Vous ne pouvez pas ignorer ces personnes !

L’autre problème est que les grands médias sont corrompus et constituent l’institution la plus corrompue au monde.

Paola : Comment cela affecte-t-il la divulgation ?

Dr Greer : Si vous me demandez quel est le plus gros problème pour la divulgation et la diffusion de ces technologies dans le monde, ce n’est pas la Maison Blanche, ni le Congrès, ni l’ONU, ni le Parlement ; ce sont les médias qui, dans les démocraties, sont censés être le « quatrième pouvoir », c’est-à-dire l’un des « chiens de garde » des freins et contrepoids aux trois autres branches du gouvernement : le judiciaire, l’exécutif et le législatif.

C’est de là que vient le concept de quatrième pouvoir.

Un homme qui faisait partie du conseil d’administration d’AOL Time Warner et de CBS m’a dit en 1992 : « Le quatrième pouvoir est mort ». Nous n’avons pas de quatrième pouvoir. Un journaliste du Washington Post m’a dit franchement que rien d’important ne serait jamais publié dans les grands médias. Regardez sur notre site Web où je parle de l’émission spéciale de Peter Jennings et vous verrez un lien vers un document de la CIA qui m’a été envoyé récemment cette année et qui date de 1991, pendant la première présidence de Bush. Il décrit clairement à la page 6, si je me souviens bien, que la communauté du renseignement dispose de moyens dans tous les grands médias d’information du monde pour tuer, changer ou modifier les histoires qu’elle veut faire publier.

Le problème est la corruption des médias d’information, et l’absence d’une presse vraiment libre en général.

Aujourd’hui, les médias mineurs n’ont plus d’importance. Les grands médias sont des entreprises et sont les complices d’une entité para-gouvernementale transnationale fantôme. Là encore, le problème est que nous vivons dans une pseudo-démocratie où le peuple ne peut pas obtenir l’information. J’ai dit sérieusement récemment que Gorge Soreas et d’autres doivent se manifester et investir un ou deux milliards dans un « nouvel » empire médiatique.

J’ai dit que cela devrait être appelé le Disclosure Network News. DNN au lieu de CNN et j’ai dit en gros : « Ok. Nous devons avoir les moyens de diffuser ces informations au public pour l’éduquer sur ce qui se passe réellement dans les entreprises américaines, italiennes ou japonaises ».

Pourquoi ce secret ?

Qui est assis sur les technologies et quelle est la vérité ?

Cela ne se produira pas. Les principaux médias sont actuellement intégrés horizontalement et verticalement aux intérêts des entreprises qui ne veulent pas que ces informations soient divulguées. L’un des problèmes fondamentaux est l’idée que nous vivons dans une démocratie sans presse libre, mais avec une presse corrompue par ces intérêts secrets. Il est très difficile pour les masses de savoir ce qui se passe réellement pour cette raison. C’est une parodie de notre démocratie. Il est intéressant que je parle de cela le 4 juillet.

Je pense que ce que tout le monde doit comprendre, c’est que nous devons trouver des personnes sérieusement engagées financièrement, professionnellement et avec du talent dans les médias pour dire : « Ecoutez, nous devons vraiment faire des révélations sérieuses. » Par exemple, ce cadre d’AOL m’a dit qu’il avait donné certains des documents secrets sur les OVNI à Mike Wallace de l’émission de télévision « 60 Minutes ». Mike Wallace, qui est l’un des journalistes d’investigation les plus célèbres au monde, voulait faire une émission spéciale sur ces documents, mais d’un seul coup, ils ont mis fin au projet.

Lors de l’événement du Disclosure Project, le producteur exécutif d’ABC News, qui était le responsable de l’émission « Prime Time Live » et 20/20, m’a dit qu’il voulait faire une émission spéciale d’une heure sur ces témoins top secrets. Quelques semaines plus tard, je l’ai appelé à ce sujet et je lui ai demandé : « Qu’est-ce que vous faites pour l’émission spéciale ? » et il a répondu :  » Eh bien, ils ne veulent pas me laisser le faire  » ! J’ai demandé : « Qui sont-ils ? Il m’a répondu : « Dr. Greer, vous savez qui ils sont ! »

J’ai vu cela de près et personnellement avec les médias du monde entier, pas seulement avec les médias américains. Je l’ai vu avec la BBC et je l’ai vu en Angleterre et dans d’autres pays. L’incapacité, même pour les personnes qui occupent des postes élevés dans les médias d’information, de ne pas être autorisées par leurs maîtres à dire la vérité, est consternante. Donc, comme nous n’avons pas de médias vraiment libres, le quatrième pouvoir a été essentiellement assassiné… Vous avez une parodie de démocratie parce que c’est un système de « freins et contrepoids » qui n’existe plus.

***

Paola Harris, MEd. est une photojournaliste et journaliste d’investigation italo-américaine spécialisée dans la recherche sur les phénomènes extraterrestres. Elle étudie les phénomènes extraterrestres depuis 1979 et entretient des relations personnelles avec de nombreux chercheurs de premier plan dans ce domaine. Elle a participé à de nombreuses émissions de radio et conférences en Italie, à Saint-Marin, en Belgique et en Allemagne, et est apparue à plusieurs reprises à la télévision italienne. Elle a écrit pour Nexus, UFO Magazine, Notizario UFO et Dossier Alieni, entre autres publications.


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 267 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire