La Force Unifiée et la Particule Tout-Est-Dieu

« Cela qui est au cœur de chaque particule est la totalité de ce qui est connu en tant que Tout-Un ».

Depuis la première publication de son manuscrit, le professeur Rogero Santilli a étonné le monde scientifique par son annonce en mai 2006 de la découverte inédite d’une particule hadronique fondamentale entièrement nouvelle, qui est la toute première particule fondamentale jamais détectée avec un FONCTIONNEMENT HYPERDIMENSIONNEL.


En d’autres termes, LA particule fondamentale à l’origine de tous les atomes et éléments baptisée Ethérion, dont la nature permanente et les caractéristiques sont multidimensionnelles, des caractéristiques hyperdimensionnelles apparaissant axiomatiquement de par leurs mesures physiques de 3ème dimension.

C’EST LA TOUTE PREMIERE FOIS que la découverte objective d’une octave multiple de cordes dimensionnelles ont été détectées en tant que caractéristiques invariantes fondamentales de la matière fondamentale.

Cet Ethérion-Hadron hyperdimensionnel est à la base de toute matière, de tous les éléments, de toutes les forces, et présente les caractéristiques axiomatiques d’une hyper intelligence – la particule fondamentale à la base de toute conscience et prise de conscience cognitive.

CETTE DECOUVERTE QUI CHANGE LA REALITE

Elle a un impact énorme sur qui nous sommes en tant qu’espèce cognitive et révise complètement la nature de l’univers et du multivers dont nous semblons être les citoyens.

La réalité, le soi, notre source, notre nature, ce pourquoi nous sommes là et vers où nous allons, est maintenant en métamorphose complète, dont l’apothéose de la révision s’étend au-delà de l’étendue de toute philosophie, religion, science, cosmologie, métaphysique, école des mystères de l’arcane et paradigme ethno-culturel quels qu’ils soient.

L’ADN fonctionne dans des hyperdimensions

De concert avec cette annonce, le professeur Erik Trell a publié le premier article scientifique démontrant que l’ADN vivant dynamique, qui opère AU SEIN DE la biologie (et non pas observé mort et disséqué dans un laboratoire, ou think tank sur les génomes, bien loin de l’état de la dynamique de vie) fonctionne sans aucun doute selon les hypermathématiques (mécanique hadronique) d’une structure morphologique d’au moins 8 dimensions (octonienne).

En effet, l’ADN vivant de nos corps fonctionne dans des hyperdimensions, incluant l’hyper-temporalité (voyage dans le temps) et les symétries géométriques multidimensionnelles .

Cela confirme nos modèles intergéométriques de l’hélice d’ADN in-vivo (modélisées informatiquement et non présentés officiellement, dont certains déjà avant le nouveau millénaire).

Cela implique que notre biologie extérieure est une construction, et une ombre holographique tridimensionnelle d’un code génétique dynamique hyperdimensionnel, fonctionnant selon les principes invariants de la mécanique hadronique (transcendant les principes variants de la physique moderne antérieure).


Le voyage dans le temps est inscrit dans la matière

Le LHC (Large Hadron Collider) le fameux collisionneur de hadrons du CERN pourrait être endommagé par des éléments venant du futur.

Comme s’il s’agissait d’un scénario de science fiction, les théories les plus folles et les plus romanesques circulent sur les dangers de cette installation.

Holger Nielsen, chercheur à l’institut Niels Bohr de Copenhague, et Masao Ninomiya, de l’institut de physique théorique de l’université de Kyoto, affirment qu’il serait possible que des informations venant du futur arrivent dans le présent pour faire tomber en panne le LHC et empêcher la découverte du Boson de Higgs.

On voit donc que la physique se trouve à un tournant théorique et que le LHC se présente comme le parfait instrument de confirmation pratique.

Qu’est ce que voyager dans le temps?

Selon Etienne Klein, physicien au CEA (Commissariat à l’Energie Atomique), enseignant à l’école centrale à Paris, il y a des solutions surprenantes, non pas des voyages dans son propre passé ou futur, comme on le pense souvent, mais des voyages dans le futur d’autrui. Surprenant, n’est-ce pas? Pas tant que ça.


En effet, une des conséquences de la théorie de la relativité d’Einstein est qu’il y a autant de temps différents qu’il y a d’observateurs.

En ce sens, le fameux scientifique pensait que chacun avait son espace temps individuel, appelé univers bloc, qui nous est donné de toute éternité.

«L’espace temps est non temporel, il est statique, il a toujours été là» explique Klein et «c’est nous, observateurs, qui suivons dans cet espace temps nos lignes d’univers et créons l’impression que nous avons que le temps passe».

Comme quand on est dans un train, et qu’on pense que le paysage défile mais, en fait, c’est notre mouvement qui le fait défiler.

Dans ce cas là, l’impossibilité des voyages dans le temps est lié au fait que notre trajectoire dans l’espace temps est unidirectionnelle.

Mais, comme chacun a un espace temps propre et que celui-ci dépend de l’observateur, il est possible en théorie de voyager dans le temps futur d’autrui.

Le temps ne passe pas de la même façon pour tout le monde. C’est le célèbre paradoxe des jumeaux.

L’histoire de deux jumeaux dont l’un est envoyé dans l’espace dans une navette qui va à une vitesse proche de celle de la lumière pour revenir sur terre quelques années après. Dans cette expérience de pensée, à son retour le voyageur sera plus jeune que son jumeau car, en quelque sorte, il a voyagé dans le futur de son frère.

Plus précisément, en se déplaçant l’un par rapport à l’autre, les deux temps se désynchroniserait et l’astronaute aurai vécu (dans le temps de son frère), un temps plus long. Une autre manière de voyager dans le temps qui n’est pas celle de la machine classique mais celle du temps flexible et relatif.

D’où née cette fascination pour le voyage dans le temps?

«Finalement c’est la question de la mort, du vieillissement, de sa propre histoire qui est posée là», explique Klein. «Tout le monde, en regardant en arrière, a l’impression d’avoir raté des occasions ou d’avoir commis des erreurs».

Le voyage temporel apparait alors comme un moyen fantasmé de revivre une nouvelle vie (si le choix est le passé) ou de donner un sens à son existence (si c’est le futur).

Des enjeux problématiques sur lesquelles se centre aussi la psychanalyse, comme le rappelle le physicien.

Ces voyages posent des questions essentielles sur l’identité, les rêves et les peurs de chacun de nous. En ce sens, ils sont un très bon reflet de l’inconscient collectif de notre époque.

Quoi qu’il en soit, pour cela il faudra que le LHC apporte les solutions que toute la communauté scientifique attend de lui.

Comme le rappelle Klein, on se trouve face à «une panne de libido pour la science» et pour la réactiver il faudrait faire des découvertes qui offrent de nouvelles perspectives. «Pas seulement le Boson de Higgs mais (…) la super symétrie ou une nouvelle dimension d’espace temps» pour créer une excitation colossale.

Et peut-être découvrir le secret du voyage dans le temps. Mais pour cela il faudra encore attendre…un petit bout de temps.



Que pensez-vous de cet article ? Inscrivez-vous et rejoignez la conversation


Merci à tous pour votre soutien.

Beaucoup d'entre vous sont avec moi, par le coeur et la pensée, et je vous transmet ma gratitude... Vous pouvez assurer la continuité de ce site de plusieurs manières... En partageant les articles que vous avez aimé... En achetant vos livres et vos produits préférés sur Amazon via ce site... En faisant un don sécurisé sur Paypal... Ou les trois en même temps... Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...


Même 1€ est important !





Tags:

0 Commentaires

Laisser une réponse

Imaginer un Nouveau Monde © Elishean 2009 - 2021

CONTACT

Vous pouvez nous envoyer un e-mail et nous vous répondrons dès que possible.

En cours d’envoi
ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

%d blogueurs aiment cette page :