MystèresTV

Les technologies du Sixième Sens oubliées

Vidéo VOSTfr

Au fil des ans, j’ai eu la chance d’interviewer de nombreuses personnes exceptionnelles et de partager leur sagesse avec notre communauté. Il y a quelques années, j’ai eu la rare opportunité d’interviewer l’un de mes héros de longue date, Graham Hancock, et je suis vraiment ravi de partager un extrait puissant de notre conversation avec vous aujourd’hui.

Dans une vie antérieure, Graham était journaliste d’affaires étrangères pour The Economist, mais depuis 25 ans, il enquête en profondeur sur les mystères de notre passé humain. Lorsque j’ai lu pour la première fois son best-seller L’Empreinte des dieux, il y a plus de quinze ans, cela a radicalement changé ma vision du monde. J’ai dû repenser tout ce que j’avais appris dans mes cours d’anthropologie à l’université et j’ai été inspiré pour commencer ma propre exploration des origines et des traditions humaines, ce qui m’a conduit au Pérou en 2002.

Dans la vidéo ci-dessus, il explique qu’il nous manque des informations très importantes sur notre passé, en particulier la période autour de la dernière période glaciaire, qui s’est terminée il y a seulement 11 500 ans.


Les enquêtes de Graham l’ont amené à croire qu’une civilisation hautement organisée et technologiquement avancée vivait et prospérait à cette époque, tandis que de simples chasseurs-cueilleurs erraient simultanément dans d’autres régions de la planète.

Au début de ce segment animé de 10 minutes de notre interview, vous entendrez Graham décrire des capacités telles que la télékinésie et la télépathie, qui dépassent notre cadre technologique actuel. Si vous manquez de temps, assurez-vous de ne pas manquer la vision fascinante de Graham sur la réincarnation, qu’il appelle « un mécanisme incroyable pour l’immortalité », à partir de la minute 3:58 . Pour des découvertes époustouflantes sur les anciennes plantes visionnaires et leur lien avec la sagesse encore accessible des plantes chamaniques aujourd’hui, avancez jusqu’à la minute 6:21. Préparez-vous à voyager dans le temps !

(Nous avons inclus une transcription de cette vidéo ci-dessous – si vous préférez lire.)


N P : Pensez-vous que les civilisations perdues étaient aussi avancées technologiquement ou plus que nous ? La partie B de cette question est où sont les ordinateurs enterrés ?, où est l’ordinateur vieux de 18 000 ans ? Il y a une sorte de notion selon laquelle la technologie a une certaine apparence.

GH : Ma réponse à cela est que si nous voulons vraiment nous attaquer à l’histoire, arrêtons de regarder l’histoire comme un miroir. Commençons à le regarder comme une fenêtre à travers laquelle nous voyons réellement ce qui s’est passé plutôt que de nous projeter dans le passé. Il n’y a aucune raison au monde pour qu’une civilisation antérieure ait suivi la même voie technologique que nous. Même si elle en avait la capacité, elle aurait peut-être choisi, pour des raisons morales ou autres, liées au caractère sacré de la Terre, de ne pas exploiter la pétrochimie, par exemple.

Nous avons choisi d’emprunter cette voie, aucune certitude qu’une civilisation antérieure aurait emprunté cette voie. Et dans la voie que nous avons choisie d’emprunter, nous avons mis l’accent sur l’avantage mécanique. Nous faisons les choses par effet de levier, par avantage mécanique et nous sommes très bons dans ce domaine. On fait des choses incroyables avec ça.

Mais peut-être avons-nous laissé tomber d’autres facultés de l’esprit humain dans le processus. Nous sommes devenus dépendants de la technologie mécanique et d’autres facultés de l’esprit humain, dont il est question dans les traditions du monde entier. Les facultés de télékinésie, par exemple, pour déplacer des objets avec les pouvoirs de l’esprit, de la télépathie, etc., sont évoquées à maintes reprises dans les traditions anciennes. Peut-être que les êtres humains en général ont ces capacités, mais peut-être que nous nous sommes endormis. Nous avons été bercé dans un état de sommeil par notre société. Nous sommes si fiers de notre technologie. Nous sommes tellement impressionnés par ses réalisations et mon Dieu que les réalisations sont extraordinaires – elles sont en fait écrasantes – que nous oublions simplement ce que nous aurions pu faire d’autre si nous avions suivi une autre voie.


Je pense que c’est la réponse. Que la civilisation perdue, de l’antiquité préhistorique, était une civilisation très différente de la nôtre et qu’il ne s’agissait pas principalement de choses matérielles. Il s’agissait principalement de nourrir et de développer l’esprit humain et cela se reflète également dans les mythes, car c’est lorsque la civilisation perdue Atlantis ou quel que soit le nom que nous souhaitons lui donner, s’écarte de ce chemin, lorsqu’elle plonge dans le matérialisme, lorsqu’elle perd de vue son but spirituel, c’est là que le danger survient.

NP : Y a-t-il une possibilité que des membres de la civilisation, selon vous, aient survécu et soient encore cachés parmi nous ?

GH : Non, je pense que c’étaient des êtres humains comme nous. Mais ils sont cachés parmi nous en termes d’idées – c’est important d’être clair. Les idées sont ce qui vit ou peut vivre éternellement dans la culture humaine et l’idée de la civilisation perdue, des magiciens des dieux, des civilisateurs qui ont fait le tour du monde en essayant de garder allumée cette lumière de la civilisation – cette idée est très fortement imprimée sur les mémoires de l’humanité et aucun scepticisme rationalisateur ou scientifique ne pourra s’en débarrasser. Dans nos cœurs, nous savons tous que c’est vrai.

NP : Je vous ai donc entendu dire et écrire que les Égyptiens ont mis leurs meilleurs esprits au travail pendant 3 000 ans sur le mystère de la mort.

GH : Cela touche exactement à ce dont nous parlons tout à l’heure car les anciens Égyptiens étaient les héritiers d’une tradition antérieure. C’était la tradition, je crois, d’une civilisation perdue et l’objectif principal de cette civilisation n’était pas sur les choses matérielles et la vie physique, mais sur les choses éternelles et la possibilité de la vie éternelle.

Or, typiquement dans notre société d’aujourd’hui, quand on parle de vie éternelle ou immortelle, les gens commencent à penser en termes de trans-humanisme – que nous allons installer tous ces gadgets dans notre cerveau (une horrible pensée répulsive horrible) ou même télécharger notre conscience dans une machine. De quelle pensée égoïste et narcissique s’agit-il ?

Nous avons déjà un incroyable mécanisme d’immortalité. C’est ce qu’on appelle la réincarnation. Pourquoi souhaiterait-on être transhumaniste et garder le même corps pour toujours ou télécharger sa conscience dans une machine alors que le mécanisme de la réincarnation nous permet de vivre de nombreuses vies différentes et de bénéficier des expériences d’apprentissage que ces différentes vies offrent ? Bien sûr, je ne peux pas prouver que la réincarnation existe, mais je pense que oui. Je pense que c’est tout aussi probable. Je pense que c’est Voltaire, qui a dit « Il n’est pas plus improbable de naître deux fois que de naître une fois ». Et au fait pourquoi pas ? Nous pourrions aborder cela. Il existe d’énormes quantités de preuves pour cela.

Il y a le truc, si la réincarnation est possible, alors nous ne sommes pas nos corps. Quoi que nous soyons, nous ne sommes pas nos corps parce que ces corps meurent sûrement. Nous ne sommes pas nos corps. Il y a une partie immortelle de nous-mêmes, l’âme, l’essence, l’esprit – c’est ce qui se réincarne et je crois que la civilisation perdue s’est concentrée sur cette essence immortelle de l’être humain pendant une très longue période de temps, mais qu’elle est progressivement tombée loin de cela et a évolué vers le matérialisme, mais qu’il ne s’agissait pas avant tout d’une société matérialiste. Nous ne devrions pas nous attendre à trouver des traces matérielles reconnaissables du type de technologie industrielle que nous avons créée aux 20 e et 21 e siècles.

NP : Avez-vous l’impression que les plantes chamaniques, les plantes visionnaires auraient pu jouer un rôle dans cette étude de notre propre mortalité de la mort dans la culture égyptienne ?

GH : Je suis certain qu’ils l’ont fait. En effet, les anciens Égyptiens ont mis leurs meilleurs esprits au travail pendant trois mille ans sur le mystère de ce qui nous arrive quand nous mourons et dans ce projet, ils ont eu l’aide d’un certain nombre d’alliés végétaux. On sait que Nymphaea Caerulea , le nénuphar bleu, est une plante douce visionnaire. Fait intéressant et c’est mon ami Dennis McKenna qui est un ethno-pharmacologue, qui a fait cette identification, qui est que l’ancien arbre de vie égyptien, que vous voyez dans un grand nombre de reliefs autour de l’Egypte ancienne – et souvent vous verrez Thoth, le Dieu de Sagesse, écrire le nom d’un individu sur l’arbre de vie – cela signifie que cet individu est passé de la vie terrestre à la vie de millions d’années. Eh bien, il s’avère que l’arbre de vie est Acacia Nilotica selon l’estimation de Dennis et que l’ acacia nilotica est riche en diméthyltryptamine dans le DMT, l’hallucinogène le plus puissant connu de l’homme. Le fait que ce soit l’arbre de la vie dans l’Égypte ancienne est vraiment intrigant et nous devrions absolument envisager la possibilité que nous sachions ce que les anciens Égyptiens fumaient.

NP : Votre expérience avec l’ayahuasca vous a-t-elle donné des informations supplémentaires sur ce qui se passe après notre mort, sur cette possibilité de réincarnation ?

GH : Encore une fois, je ne peux pas prouver que c’est correct. Je ne peux que vous dire l’impact sur moi. Mes expériences avec l’ayahuasca m’ont fait comprendre que tout ce que nous faisons dans cette vie compte. Tout compte, tout sera pesé et considéré. On nous donne une précieuse opportunité de naître dans un corps humain. C’est une opportunité très rare dans l’univers dans son ensemble d’être un être humain, d’avoir les fins pouvoirs de discernement entre le bien et le mal, la lumière et les ténèbres que les êtres humains ont, la capacité d’aimer et malheureusement la capacité de haine. Toutes ces choses font partie du miracle d’être né dans le corps humain.

C’est à nous d’être à la hauteur de ce miracle, de l’accomplir. Voulons-nous passer notre vie à poursuivre des buts et des objectifs matériels ? Si nous le faisons, nous ne nourrirons pas du tout cette partie non physique de nous-mêmes et il me semble que les anciens Égyptiens étaient très concentrés sur cela. C’est pourquoi, en fait, on ne trouve pas beaucoup de vestiges de maisons et de biens personnels dans l’Égypte ancienne. Je ne pense pas qu’ils s’en souciaient.

Vers la fin de la civilisation égyptienne, Hérodote visita ce pays et le décrivit comme le peuple le plus heureux de la Terre. Ils avaient été heureux pendant trois mille ans et leur bonheur ne venait pas principalement de se concentrer sur le domaine matériel mais de vivre la vie d’une manière qui nourrit l’esprit. En fin de compte, ce que nous sommes tous ici pour faire, c’est donner de l’amour, agir avec amour les uns envers les autres. C’est la vérité fondamentale qui émerge de la civilisation égyptienne antique et de toutes les civilisations et plus nous nous éloignons de l’amour et plus nous nous enfonçons profondément dans le matérialisme, moins nous avons de chance de remplir notre mission ici.

NP : Je ne pouvais pas penser à une meilleure façon de terminer cette conférence. C’était profond, merci pour ça. Des réflexions finales ?

GH : Non, je pense que nous l’avons bouclé de manière assez serrée, ce qui est bien, pas besoin de radoter sans fin.

NP : Absolument. J’espère que nous pourrons le refaire. C’est comme un rêve devenu réalité pour moi.

GH : Eh bien, j’adorerais le refaire et nous le ferons certainement.

A propos de l’auteur :

Nick Polizzi a passé sa carrière à réaliser et à monter des longs métrages documentaires sur les alternatives naturelles à la médecine conventionnelle. Le rôle actuel de Nick en tant que réalisateur du documentaire  » The Sacred Science «  et auteur de  » The Sacred Science: An Ancient Healing Path For The Modern World  »  découle d’un appel à honorer, préserver et protéger les anciennes connaissances et rituels des peuples autochtones de le monde.

Pour en savoir plus, visitez  www.thesacredscience.com.


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 325 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire