Les légendes des sirènes sont-elles basées sur quelque chose de réel? Si tel est le cas, les histoires remontant aux premiers écrits ne ressemblent en rien à la Petite Sirène.

Depuis 1988, plus de 16 000 personnes ont disparu dans une zone triangulaire, le « Triangle des Bermudes de l’Alaska ». Le taux de personnes disparues est le double de la moyenne nationale, avec quatre rapports de personnes disparues pour 1 000 personnes.


Lorsque des Alaskiens disparaissent, la zone de recherche peut être aussi vaste que des États entiers dans les 48 inférieurs. Ainsi, les soldats de l’État trouvent rarement la moindre trace de corps, morts ou vivants. Pire encore, la nature sauvage et accidentée rend la recherche de personnes disparues d’autant plus improbable.

Pour la culture inuit indigène, on pense qu’au moins certaines disparitions sont attribuées à des êtres surnaturels.

Sirènes des légendes inuites

Pour nos besoins, nous appellerons ces êtres de légendes sirènes. Cependant, les histoires sont assez différentes de ce que nous avons tendance à considérer comme des sirènes.

Par exemple, on dit que Qalupalik a la peau verte et aime enlever les enfants s’ils s’approchent trop près de l’eau. La déesse de la mer inuite a de nombreux noms avec des mythologies uniques. Ces êtres peuvent être utiles aux humains ou extrêmement dangereux.


Par exemple, les chasseurs ont essayé d’apaiser Sedna pour que leurs chasses soient fructueuses. Elle contrôle toute la vie marine depuis sa maison au fond de l’océan. Étrangement, des phoques, des morses, des poissons et des baleines jaillissaient de ses doigts coupés. Son père les a coupés pour se sauver de la noyade, selon un conteur.

Sedna
Nuliayuk
Taluliyuk
Taleelayuk
Qalupalik

On dit que Qalupalik a les cheveux longs et les ongles longs et porte un amautik. Cette parka inuite possède une pochette pour tenir le bébé. Pas exactement un personnage de Disney…

Des parents du nord de l’Arctique ont raconté l’histoire aux enfants pour les décourager de s’éloigner. S’ils s’approchent trop près de la mer, le Qualupalik pourrait les emporter dans sa poche pour les élever comme les siens.

Ainsi, cela ressemble aux histoires des Namahage au Japon ou des Krampus en Allemagne. En racontant les histoires, les parents peuvent décourager les mauvais comportements.

Qalupalik déménage-t-il vers le sud?

Avec des mains palmées verdâtres, Qalupalik arrache petits et grands. À l’aide d’un vêtement semblable à une poche, ils tiennent leurs victimes alors qu’ils retournent à l’eau.


Les histoires de Qalupalik proviennent des régions les plus au nord, mais il semble maintenant que les créatures pourraient se déplacer plus au sud à la recherche de proies.

Comme le changement climatique affecte l’Arctique, des observations plus au sud sont signalées. Serait-ce dû aux déplacements de proies potentielles comme le saumon? C’est une théorie. Aujourd’hui, les saumons disparaissent d’une grande partie de leurs aires de répartition et deviennent de plus en plus petits. Peut-être que cela fait pression sur Qalupalik dans des zones plus peuplées.

Rencontres avec Qualupalik

Dans la série Missing in Alaska, des témoins décrivent des rencontres avec ce qui pourrait être le Qualupalik. Un pêcheur perd son copain dans l’eau après avoir vu une main palmée verte apparaître sur le bateau. Une forme mystérieuse dans l’eau arrache un filet à un pêcheur. Un autre témoin perd un ami en chassant des coquillages sur le rivage. Après un cri, il trouve des traces de pas palmées dans le sable.

Henry Hudson

Le premier Européen à remonter le fleuve dans la baie qui porte maintenant son nom, Henry Hudson a écrit dans son journal de bord après que son équipage ait vu une sirène en 1608. Dans le récit, il est clair que la sirène a des traits très humains.

« L’un des membres de notre compagnie, regardant par-dessus bord, a vu une sirène, et a appelé une partie de la compagnie pour la voir, une autre est arrivée, et elle s’est alors rapprochée du bord du navire, regardant attentivement les hommes. Peu de temps après, une mer est venue et l’a renversée. Son dos et ses seins étaient comme ceux d’une femme, son corps aussi gros que l’un de nous ; sa peau était très blanche et ses longs cheveux noirs pendaient derrière. Dans sa descente, ils virent sa queue, comme la queue d’un marsouin, et mouchetée comme le maquereau. Leurs noms qui l’ont vue étaient Thomas Hills et Robert Rayner.

Bien que certains suggèrent que les sirènes étaient des observations de vaches marines, cette description semble mettre cela de côté.

Le Kushtaka ou Land-Otter Man

Les peuples Tlingit et Tsimshian indigènes du sud-est de l’Alaska ont des histoires sur les Kushtaka. Le nom se traduit approximativement par « Land-Otter Man » et est considéré par certains comme le Bigfoot du Triangle d’Alaska. Cependant, on dit que cette créature vole des âmes et attaque vicieusement les gens.

Selon Découverte :


« La légende raconte que la créature apparaît aux voyageurs sous une forme irrésistible (comme un parent ou un enfant vulnérable) pour attirer les victimes dans une rivière voisine, où elle les déchire en lambeaux ou les transforme en un autre Kushtaka. »

Les premières histoires de Merfolk

Les contes de sirènes remontent à l’ancienne Mésopotamie avec la divinité Oannes et Atargatis dans l’ancienne Syrie. Selon Britannica, Oannes a été décrit comme ceci :

« Oannes, telle que décrite par le prêtre babylonien Bérose, avait la forme d’un poisson mais avec une tête d’homme sous sa tête de poisson et sous sa queue de poisson les pieds d’un homme. Le jour, il remonta jusqu’au bord de la mer du golfe Persique et instruisit l’humanité en écriture, en arts et en sciences. Oannes était probablement l’émissaire d’ Ea , dieu des eaux douces profondes et de la sagesse.

De Syrie, les histoires de la déesse de la mer Atargatis ont peut-être conduit à des histoires grecques d’Aphrodite.

Enki, un dieu semblable à un sirène qui a sauvé les humains

Ea est le sumérien Enki , signifiant « seigneur de la terre », qui créa les hommes comme esclaves des dieux. En apparence, Enki était représenté comme le signe astrologique du Capricorne, mi-chèvre, mi-poisson. Certains disent qu’il était un homme triton qui a sauvé l’humanité d’un déluge envoyé par le dieu Enlil. Son fils était Marduk, également connu sous le nom de Bel (Seigneur), le dieu de Babylonie mentionné dans la Bible, avec son dragon hybride.

Sirènes du monde entier

Partout dans le monde, des sirènes sont vues dans les légendes. Dans la Grèce antique, Triton était vénéré comme le fils de Poséidon. Aujourd’hui, les personnes qui pratiquent les enseignements hindous peuvent adorer des déesses sirènes telles que Suvannamacch, la sirène dorée.

Pendant ce temps, au Japon, les histoires du Ningen, un humanoïde marin géant de l’Antarctique, sont populaires aujourd’hui. Le folklore japonais ancien parle du Ningyo, un autre poisson ressemblant à une sirène avec un visage humain.

Où peut-on voir des sirènes?

La sirène est un être mythologique hybride : mi-humain, mi-poisson, en général de sexe féminin. La tradition homérique décrit les sirènes comme des divinités de la mer qui, à l’entrée du détroit de Messine en Sicile, attiraient par leurs chants les navigateurs et les entraînaient vers la mort. Pour la plupart d’entre nous, les sirènes ne sont que des légendes et mythes destinés à faire rêver les enfants. Pourtant, de nombreux témoignages font chaque année surface et sont étudiés par une petite minorité de la communauté scientifique… Alors, où partir pour voir des sirènes sur les côtes ?

Israël, pays des sirènes par excellence

Israël est le pays du monde qui regroupe le plus grand nombre d’observations de sirènes, et cela, depuis des centaines d’années. Plus surprenant encore, la plupart de ces signalements proviennent des côtes de Kiryat Yam, au nord du pays, le long de la mer Méditerranée.

Lassé des histoires de sirènes sur le territoire de sa ville, le maire de Kiryat Yam a décidé d’offrir 1 million de dollars à quiconque fournirait une preuve tangible de l’existence des sirènes. De nombreuses personnes, habitants comme touristes, ont en effet déclaré avoir aperçu à de multiples occasions une silhouette féminine à queue de dauphin sur le sable des plages de la ville lors des couchers de soleil. Cependant, l’appel du maire a été lancé en 2013 et à ce jour, aucune preuve n’a pu être fournie.

Deux hommes sont sur une falaise et filme le paysage, la mer et les rochers en contre bas. A ce moment là, ils aperçoivent une silhouette ressemblant fortement à une sirène. Lorsque cette mystérieuse chose se rend compte qu’elle est observée, elle plonge tout de suite dans l’eau laissant apparaître sa queue !

Le Canada, des observations au large

Les eaux entourant le Canada sont également le théâtre de nombreuses observations, dont certaines sont très anciennes. En 1967, un ferry bondé de touristes naviguait au large de la Colombie Britannique lorsque des dizaines de témoins remarquèrent une créature à la chevelure blonde en train de dévorer un saumon. A l’époque, les témoignages font la une de tous les quotidiens du pays, mais depuis l’année 1967, aucune nouvelle observation de sirène canadienne n’a été rapportée…

En 1886, c’est à Cap-Breton que plusieurs pêcheurs font part, très sérieusement, de la chose mystérieuse aperçue à de nombreuses reprises autour de l’île : un corps humain flottant sur l’eau. Pensant avoir trouvé un cadavre, le premier pêcheur ayant observé la créature la retourne. La chose se redresse alors subitement et le fixe, avant de s’enfoncer dans l’eau à l’aide de sa queue écaillée. Plusieurs autres pêcheurs viendront par la suite faire part de leurs rencontres du même type.

L’Afrique du sud : dans la gueule des requins

L’un des témoignages les plus mystérieux provient d’Afrique du sud, pays où les histoires de sirènes sont particulièrement répandues… et souvent farfelues. Il semblerait en effet que la vaste majorité des apparitions de sirènes africaines ne soient en réalité que des serpents d’eau, élégants et sinueux, mais sans chevelure ! Cependant, en août 1991, l’une de ces histoires a pourtant fait grand bruit : des scientifiques auraient mis la main sur les restes d’un étrange cadavre apporté par des pêcheurs. Ce qui ressemble à environ 30% d’un corps humanoïde aurait été sorti de l’estomac d’un requin. La présence d’un crane à l’apparence très humaine et d’une sorte de petit harpon fabriqué fait toujours controverse à l’heure actuelle, sans que ces fameux restes aient pu être retrouvés depuis…

Parmi les autres pays concernés par les témoignages de sirènes, on trouve également les pays nordiques (Groenland), l’Espagne et la Russie. Les sirènes semblent par contre bouder les côtes françaises.


Que pensez-vous de cet article ? Inscrivez-vous et rejoignez la conversation


Merci à tous pour votre soutien.

Beaucoup d'entre vous sont avec moi, par le coeur et la pensée, et je vous transmet ma gratitude... Vous pouvez assurer la continuité de ce site de plusieurs manières... En partageant les articles que vous avez aimé... En achetant vos livres et vos produits préférés sur Amazon via ce site... En faisant un don sécurisé sur Paypal... Ou les trois en même temps... Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...


Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci








Elishean777 : Communauté pour un Nouveau Monde © elishean/2009-2021

Tags:

0 Commentaires

Laisser une réponse

Imaginer un Nouveau Monde © Elishean 2009 - 2021

CONTACT

Vous pouvez nous envoyer un e-mail et nous vous répondrons dès que possible.

En cours d’envoi
ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

%d blogueurs aiment cette page :