Que savons-nous de la programmation dans des personnalités alternatives? Plusieurs membres de « Montauk » tels que Preston Nichols, Al Bielek et Duncan Cameron affirment avoir été programmés avec des personnalités alternatives au cours de leur travail dans les projets de voyage dans le temps via des techniques de contrôle de l’esprit menés au milieu des années 80.

Que se passe-t-il dans le désert du Mojave? «Qui sont les Hav-Musuv des légendes Navajo? Quelle est cette guerre qui se déroule en secret? Qui sont ces êtres de civilisations terrestres avancées qui ont laissé des traces de leur passage partout sur notre monde? Quelle est l’ampleur du monde souterrain que nous commençons à peine à découvrir?


Comment tout a commencé aux États-Unis? Pourquoi une Guerre de Sécession?

Cette série a pour but de réunir des informations qui vont certainement susciter notre étonnement au fil de sa lecture.

Épisodes précédents

Certains géologues affirment que le Grand Lac Salé a une contrepartie souterraine en profondeur et qu’un certain type de tremblement de terre pourrait « vraisemblablement » vider tout le contenu du lac dans sa contrepartie souterraine.

Il existe de vagues rumeurs de ruisseaux ou de rivières souterrains qui couleraient d’ÉNORMES cavernes au cœur des Wasatch Mts./Western Rockies (cavernes dans lesquelles on peut soi-disant entrer en suivant le bon chemin à travers le labyrinthe souterrain), et vers l’ouest, sous le fond de la vallée, peut-être jusqu’à la « contrepartie » souterraine du Grand Lac Salé.

Un ancien travailleur du « Dougway Proving Ground » de l’Utah (où Thomas Castello, ancien employé de la base de Dulce, prétend qu’il y a une « entrée » dans les systèmes souterrains) a déclaré avoir vu des « personnes » travaillant dans la base qui n’étaient PAS des êtres humains.

Il n’a pas pu s’expliquer, mais il a déclaré avoir entendu parler de la robotique top-secrète et même de l' »Expérience de Philadelphie », comme la recherche sur la téléportation qui était menée à la base.

De plus, il y a eu des rapports (similaires à ceux de Dulce, NM ; le Nevada] Site d’essai ; le centre médical de Madigan dans l’État de Washington, et à Deep Springs, CA), notamment d’une ancienne coiffeurse de la base de Dougway qui s’appelait Barbara, que plusieurs êtres reptiliens travaillant sur la base se faisaient passer pour des humains. Elle a déclaré que même l’un des commandants de la base n’était PAS humain – elle l’a vu se transformer momentanément sous ses yeux !

Il existe de nombreux récits de diverses « bases » extraterrestres dans tout l’Utah, occupées par les Nordiques, les Gris, les sociétés secrètes, les grands humains « EL », peut-être les « Orange », et bien sûr les « hybrides » – et peut-être même des humains nés naturellement qui sont retenus prisonniers dans des bastions « reptiliens ».


Cette dernière possibilité a été confirmée par Val Valerian dans le bulletin « THE LEADING EDGE« , dans lequel il a déclaré qu’il croyait, sur la base des nombreux témoignages qu’il avait recueillis :

« …des dizaines d’installations souterraines maintiennent en captivité des citoyens de pratiquement tous les pays de la planète. »

Valerian fait bien sûr référence à l’installation de Dulce, ainsi qu’à d’autres installations de ce type dans le monde où des « personnes enlevées » permanentes se retrouveraient. Cela peut également inclure d’autres personnes qui ont disparu d’autres manières.

Un possible « enlèvement » souterrain a été décrit par le chercheur John Grant. Dans son livre « GREAT MYSTERIES » (Chartwell Books., Secaucus, NJ., 1988), Grant relate l’incident effrayant suivant :

« …En 1975, M. et Mme Jackson Wright se rendaient à New York en voiture à travers une neige aveuglante ; dans le tunnel de Lincoln, ils ont accepté de faire une pause et d’essuyer la neige des vitres avant et arrière. Jackson Wright n’a jamais revu sa femme, Martha. »

Les gens ne « disparaissent » pas sans laisser de traces, sans qu’on en entende parler, surtout dans un endroit comme celui-ci, à moins que QUELQUE CHOSE ne provoque intentionnellement une telle disparition.

Il y a eu, par ailleurs, des rapports sur des objets du type « OVNI » et/ou des créatures extraterrestres vues en relation avec des « enlèvements » qui ont eu lieu dans des tunnels souterrains, certains « déserts » selon nos normes et d’autres pas. Dans un cas, des adolescents européens ont juré que leurs ravisseurs (les gris) les avaient emmenés dans une base souterraine via un tunnel ferroviaire de la Seconde Guerre mondiale abandonné depuis longtemps.

On ne sait pas exactement combien de victimes humaines la race humaine a pu subir à la suite des guerres de Da’ath ou Dah’ath au cours des siècles (Da’ath est le nom hébreu de l' »arbre » où, selon la tradition, les races humaine et serpentine sont entrées en conflit pour la première fois), mais d’après les divers récits que nous avons couverts dans ce Fil, nous pouvons supposer que les victimes se comptent par dizaines de milliers AU MOINS.

En attendant, les enlèvements d’humains, qui font partie intégrante de la guerre des « méchants » contre Dieu et les âmes des hommes, se poursuivent. Il est difficile de dire si les victimes sont emmenées dans des zones souterraines ou hors de la planète dans un cas donné, bien qu’il y ait des raisons de croire que les deux possibilités sont réelles.

Il y a eu, croyez-le ou non, des enlèvements liés à l’activité « OVNI » qui a impliqué non pas quelques, ni des dizaines, ni des centaines, mais des MILLIERS de personnes qui ont disparu sans laisser de traces, ou qui ont été enlevées en masse.

C’est le cas de l’incident suivant, bien connu et documenté, qui a déconcerté les nombreux chercheurs qui l’ont mentionné dans leurs écrits :

« Au cours de l’hiver 1930, un incident profondément troublant a eu lieu au Canada. Le trappeur Arnaud Lauret et son fils ont observé une lumière étrange qui traversait le ciel du nord. Elle semblait se diriger vers la région du lac Anjikuni. Les deux trappeurs la décrivent comme étant alternativement en forme de balle et de cylindre…

« Un autre trappeur du nom de Joe LaBelle avait pénétré en raquettes dans le village du peuple du lac Anjikuni, et avait eu froid pour découvrir que la communauté normalement très animée était silencieuse, et que pas une âme ne bougeait dans les rues. Même les chiens de traîneau, qui auraient normalement dû être les bienvenus, étaient silencieux. Les bidonvilles étaient étouffés par la neige, et aucune cheminée ne montrait de fumée.

« Le trappeur a trouvé les kayaks du village amarrés sur la rive du lac. À l’intérieur des baraques, le trappeur a trouvé une autre surprise : des repas laissés sur le feu, vieux et moisis, apparemment abandonnés pendant qu’ils étaient cuits. Les fusils des hommes étaient encore debout près des portes. Cela a vraiment effrayé le trappeur, car il savait que ces gens ne laisseraient JAMAIS leurs précieuses armes derrière eux.

« Il signala sa découverte à la Gendarmerie royale du Canada, qui poursuivit son enquête. Ils ont découvert que les chiens de la ville étaient morts de faim, enchaînés sous un arbre et couverts par une congère. Plus inquiétant encore, le cimetière de la ville avait été vidé. Les tombes étaient maintenant des fosses bâillantes. Malgré le sol gelé, les tombes avaient été ouvertes et les morts enlevés… »

Whitley Strieber, qui affirme avoir eu plusieurs expériences de type enlèvement depuis son jeune âge impliquant différents types d’êtres – apparemment physiques et paraphysaires – ne tient pas à l’idée que ces créatures sont originaires de l’espace lointain.

Il pense que certaines d’entre elles PEUVENT venir des régions inférieures de la terre, et qu’elles sont peut-être ici depuis des millénaires, faisant partie d’une ancienne conspiration visant à contrôler ou à manipuler occultiquement la race humaine.

Il ne sait pas exactement quelles étaient les créatures derrière ses enlèvements, mais il a suggéré que les anciens « élémentaux » (déchus ?) pourraient être impliqués. Strieber a fait ses propres commentaires sur l’étrange enlèvement en masse près de la région du lac Anjikuni.

Dans son livre « MAJESTIC », il a déclaré :

« La GRC poursuit l’affaire ouverte jusqu’à ce jour. Une vérification auprès du service des archives a indiqué que l’affaire reste non résolue, et malgré une recherche dans tout le Canada et des enquêtes dans le monde entier, aucune trace des DOUZE CENT HOMMES, FEMMES ET ENFANTS disparus n’a jamais été retrouvée ».

Dans ce même livre, Strieber relate un autre incident, celui d’un mystérieux enlèvement (apparemment) dans des régions souterraines :

« …Le premier cas de disparition apparemment lié dans l’histoire des États-Unis (c’est-à-dire « lié » à des cas donnés par Strieber plus haut dans son livre, concernant des personnes qui auraient été poursuivies par des objets inconnus et qui auraient été victimes d’enlèvements PROCHAINEMENT mais qui auraient réussi à s’échapper – et d’autres qui auraient été capturées sous le regard de témoins et que l’on n’a jamais revus a eu lieu le 23 septembre 1880 près de la ville de Gallatin, dans le Tennessee. Vers trois heures et demie, en cet après-midi ensoleillé, M. David Lang, un fermier, se dématérialise devant cinq témoins, dont sa femme, ses deux enfants, son beau-père et un juge local.

« Le beau-père et le juge venaient de s’arrêter dans une voiture. M. Lang s’est dirigé vers eux à travers un champ, suivi de sa famille. Sans prévenir, il a tout simplement cessé d’exister. Il n’y avait aucun cri, aucun signe de détresse. Mme Lang, désemparée, se précipita et martela le sol où il avait marché. Tout l’après-midi, et jusqu’à la nuit, le champ fut fouillé.

Par la suite, le géomètre du comté a déterminé qu’il n’y avait pas de grottes ou de trous d’eau cachés dans la zone de la disparition.

« En avril suivant, sept mois plus tard », écrit Streiber, « les enfants ont entendu leur père pleurer au loin SOUS le champ. Il semblait désespéré et torturé, et il suppliait qu’on l’aide. Sa voix s’éteignit peu à peu et on ne l’entendit plus. Là où on l’a vu pour la dernière fois, il y avait un cercle d’herbe jaune de vingt pieds de diamètre.

« La famille s’est éloignée de la ferme.

« On peut supposer que M. Lang n’a pas été enlevé en surface, mais qu’il a été emmené à la TERRE et y a vécu pendant quelques mois », poursuit Strieber,

« à en juger par les cris qui ont été entendus en avril de l’année suivante. On ne peut guère imaginer ce que le pauvre homme a subi pendant cette période, et ce qui l’a finalement sorti de sa misère…

« Il a apparemment été laissé à languir dans une prison souterraine, probablement mourant quand sa nourriture et son eau se sont épuisées. »

Les preuves commencent à s’accumuler que de nombreux organes humains et animaux provenant de victimes de mutilations sont utilisés par un groupe « étranger » totalement différent des reptiles-sauriens, bien que les sauroïdes travaillent apparemment en pleine coopération avec cet « autre » groupe en aidant à la construction de « formes » physiques et biologiques qui peuvent être « possédées » et animées par un groupe insidieux d’entités non physiques SUPERNATURELLES, les « infernaux » ou « poltergeists ».

Whitley Streiber a déclaré qu’il avait rencontré certaines de ces entités lors d’un enlèvement, et qu’il avait remarqué une zone sur leur vaisseau où ces créatures malveillantes et craintives stockaient ces « corps » lorsqu’ils n’étaient pas utilisés. Ces êtres énergétiques, a-t-il réalisé, utilisaient de telles carapaces physiques pour opérer dans la dimension physique, un peu comme un être humain entre dans une combinaison de plongée pour opérer sous l’eau.

Le magazine LEADING EDGE de mars 1990 cite une source « interne » qui dit que :

« Ces êtres… ont une présence PHYSIQUE et génèrent des structures biologiques qui fonctionnent comme des CONTENEURS pour eux… les extraterrestres fabriquent des conteneurs pour eux-mêmes… fabriquent leur propre corps – en utilisant les éléments biologiques obtenus des humains et du bétail… »

Une publication intitulée « AMERICA’S MISSING & EXPLOITED CHILDREN – LES ENFANTS DISPARUS ET EXPLOITÉS EN AMÉRIQUE » (publiée par le Département américain de la justice, Bureau de la justice pour mineurs et de la prévention de la délinquance, Washington D.C.) fait la déclaration suivante :

« Même les estimations les plus prudentes suggèrent que SEPT CENT MILLE enfants sont portés disparus au cours de l’année. » (rien qu’aux États-Unis).

Aussi :

« …En 1983, le ministère américain de la santé et des services sociaux a estimé le nombre à 1,5 million par an – un chiffre qui a été largement diffusé par des organisations privées. Mais les experts affirment qu’environ 95 % de ces fugueurs sont des fugueurs – dont beaucoup rentrent chez eux en quelques jours et sont comptés à plusieurs reprises s’ils fuguent plus d’une fois par an ».

Cela porterait le nombre de personnes « enlevées » d’une manière ou d’une autre à 75 000 au moins par an… C’est un chiffre encore très élevé.

Le « commandant X« , de son point de vue apparent, bien que protégé, au sein de la communauté du renseignement, prétend avoir accès à de nombreuses informations « de fond », comme nous l’avons vu dans des écrits précédents. L’un des rapports qui ont franchi son bureau concernait l’expérience d’une femme qui avait été « enlevée » et emmenée à plus de 1000 miles de distance dans une installation souterraine sous Dulce, au Nouveau Mexique :

« …Une femme avec laquelle j’ai parlé a été enlevée sur le toit d’un immeuble à New York et apparemment retenue sous terre dans les installations de Dulce. Elle a été emmenée dans une cabane dans le désert qui servait d’entrée camouflée à la base « extraterrestre ». Elle a finalement été escortée jusqu’aux laboratoires pour servir de cobaye, mais à la dernière minute, elle a réussi à s’échapper grâce à l’aide d’un grand extraterrestre de type nordique, qui s’est lié d’amitié avec elle et lui a montré une sortie secrète, par un puits non surveillé.

« De retour dans le désert, elle a été secourue par des membres des Bérets bleus et a finalement été ramenée à Manhattan. Lors d’une séance de débriefing avec les militaires, elle a été avertie de garder le silence sur ses expériences. Toute personne entendant une histoire aussi bizarre penserait certainement qu’elle est devenue folle. Il a été déduit qu’elle pourrait être internée dans un établissement psychiatrique à tout moment si elle refusait de participer à la conspiration de dissimulation, dont on lui a dit qu’elle était menée « pour le bien du pays et du monde ».

(si vous croyez à cette excuse, alors j’ai une propriété en bord de mer sur Mercure qui pourrait vous intéresser ! – Branton)

William Cooper a déclaré lors du symposium MUFON à Las Vegas en 1989 que plus de 3 000 enfants disparaissent chaque année dans un seul quartier de Manhattan. Pourrait-il y avoir un lien ?

Les récits de disparitions autour des tunnels et des cavernes souterraines sont apparemment sans fin, comme nous le voyons dans l’incident suivant enregistré dans le livre de Harold T. Wilkins « FLYING SAUCERS UNCENSORED – SOUCOUPES VOLANTES NON CENSURÉES« , p. 47 :

« Le 7 juin 1954 : Trois touristes allemands qui sont entrés dans la vaste grotte de Lamprecht, près de Lofer, dans la région montagneuse de Salzbourg en Autriche, n’ont jamais été retrouvés. Leur voiture a été laissée enfermée à l’extérieur de la grotte.

« …Ce qui précède pourrait bien n’être qu’un cas de spéléologues amateurs se perdant dans des grottes labyrinthiques, bien qu’il soit inhabituel que TROIS hommes disparaissent de cette façon. Mais je dois prendre le risque d’être accusé de fantaisie et de gnôle quand je dis qu’en Angleterre et aux États-Unis, il y a des régions de cavernes et de montagnes calcaires d’où… on a rapporté des phénomènes étranges associés à des lumières blanches descendant de grandes altitudes jusqu’au niveau du sol !

Des disparitions similaires ont été enregistrées par John Keel dans son livre « OUR HAUNTED PLANET – NOTRE PLANÈTE HANTÉE« , pp. 202-208 :

« …Il y a des vagues périodiques de disparitions qui créent de brèves sensations dans les journaux et sont rapidement oubliées. Personne ne parvient jamais à savoir où ces personnes sont allées. En 1912, cinq hommes, tous sans lien de parenté, ont disparu en une seule semaine à Buffalo, dans l’État de New York. Montréal, au Canada, a connu une vague de disparitions en juillet 1883, puis à nouveau en juillet 1892.

« Les enfants disparaissent PLUS FREQUEMMENT que tout autre groupe. Il ne s’agit pas de fugues ordinaires. En août 1869, treize enfants disparaissent à Cork, en Irlande. Aucun signe d’enlèvement ou d’acte criminel. Le même mois, une vague de disparitions d’enfants a eu lieu à Bruxelles, en Belgique. Un autre groupe de jeunes a disparu à Belfast en août 1895. Et de nouveau en août 1920, huit filles (toutes âgées de moins de douze ans) ont disparu à jamais à Belfast…

« En fait, des enfants disparaissent en grand nombre depuis des siècles dans le monde entier, et la plupart de ces cas sont restés non résolus. Au Moyen-Âge, la croyance populaire voulait que les fées et les lutins volent fréquemment les enfants. Les Indiens d’Amérique du Nord et du Sud ont également de nombreux mythes et histoires concernant l’enlèvement d’enfants par des personnes de petite taille. L’idée que les parahumans kidnappent des enfants est profondément ancrée dans chaque culture…


« Le célèbre joueur de flûte de Hameln, en Allemagne, est plus qu’une charmante histoire pour enfants. Un étranger est en effet apparu à Hameln au Moyen-Âge, et il a attiré 150 enfants qu’on n’a jamais revus. L’événement est toujours commémoré par un festival annuel à Hameln (une des anciennes versions de l’histoire dit que les enfants ont été emmenés dans une caverne souterraine – Branton).

En 1212, un adolescent français, Stephen de Cloyes, a commencé à entendre des voix qui l’ont inspiré à rassembler cinquante mille enfants pour la pathétique Croisade des Enfants. Ils sont partis se battre contre les infidèles et ont disparu EN MASSE. L’explication populaire est qu’ils ont tous été saisis par des esclavagistes.

« …L’ufologue Jerome Clark a découvert un article extraordinaire dans un vieux journal de 1939. Un jour de la fin de l’été 1939, un transport militaire a quitté la base aéronavale de San Diego, en Californie, pour un vol de routine vers Honolulu », écrit Clark dans FLYING SAUCER REVIEW.

Environ trois heures plus tard, plusieurs signaux de détresse urgents ont été émis par l’avion, puis le silence s’est installé. Plus tard, l’avion est revenu en boitant pour effectuer un atterrissage d’urgence. Lorsque le personnel de la station aérienne est entré dans l’avion, il a trouvé tous les hommes de l’équipage, y compris le copilote qui avait vécu assez longtemps pour piloter l’avion jusqu’à sa base, morts de causes inconnues.

« Chacun des corps portait de grandes blessures béantes, et l’extérieur du vaisseau était marqué de la même façon. Les hommes de la station aérienne qui ont touché des parties de l’appareil sont tombés avec une mystérieuse infection de la peau.

« L’un des aspects les plus déroutants de toute l’affaire était que les 45 automatiques portés par le pilote et le copilote comme pièces de service avaient été vidés, et que les carénages reposaient sur le sol. Une odeur d’oeufs pourris a envahi l’atmosphère à l’intérieur de l’avion… De mystérieuses infections de la peau et des odeurs d’oeufs pourris (sulfure d’hydrogène) sont des phénomènes familiers à tous les chercheurs d’OVNI. Il semblerait que le transport ait été attaqué – apparemment sans provocation – par une sorte d’étrange intrus aérien ».

Le récit suivant, tiré du numéro de mai 1946 du magazine AMAZING STORIES (pp. 171-173) semble contenir des informations qui expliqueraient une grande partie des « pièces manquantes » de l’ensemble du phénomène « Men In Black ».

Au moins certaines des « MIB » ont été décrites de diverses manières comme des êtres orientaux ou « androïdes », bien que, comme l’a déclaré John Keel, d’autres semblent présenter des caractéristiques reptiliennes.

La personne enlevée Christa Tilton aurait rencontré certains « MIB » dans une voiture noire dans le Boynton Canyon, près de Sedona, Arizona (un site de base déclaré). Elle les a décrits comme suit :

« Les hommes n’avaient pas l’air bien. Leur visage n’avait aucune expression. Ils avaient l’air de porter un maquillage de couleur brun crayeux. Leurs mouvements étaient robotisés et surnaturels ».

La lettre AMAZING STORIES, qui était assez longue et dont nous citons des extraits ci-dessous, a été soumise par un certain M. Edward John du (à l’époque) 475 Fell St., San Francisco, CA. :

« Messieurs… J’ai apprécié vos histoires pendant de nombreuses années car j’ai lu AMAZING depuis le premier numéro en 1928 si je me souviens bien.

« …je pense que je peux vous montrer une entrée de cette ville souterraine qu’il (Shaver) a écrite sur plusieurs questions en arrière. Voici ce qui m’est arrivé et vous pouvez en juger par vous-même. En 1931, ma mère et moi avons acheté au gouvernement américain une parcelle de terre destinée à l’élevage de bétail et, naturellement, ce n’était pas une parcelle de choix… une personne qui s’est avérée être notre plus proche voisin nous a donné quelques indices et comme l’endroit n’était qu’à six miles du sien, nous sommes restés dans son ranch jusqu’à ce que nous construisions notre maison.

Puis nous avons emménagé dans la nôtre et, dans l’ensemble, nous y sommes restés environ deux ans avant de nous installer ; et maintenant, je vais vous raconter les choses qui nous ont fait abandonner, ce que je ne savais pas beaucoup à l’époque, mais depuis que M. Shaver a écrit, je sais et je m’étonne que nous ayons réussi à tenir deux ans sans nous faire tuer par ces choses venues d’en bas.

« Il est intéressant de noter que j’ai dû utiliser 30 000 cartouches de munitions pendant cette période et c’est peut-être pour cela que nous sommes toujours là. La nuit, je restais assis, tout habillé, un fusil à la main, prêt, et un autre à mes côtés. Au bout d’environ cinq heures, j’entendais des choses bouger à l’extérieur de la maison et, au bout d’un moment, quelque chose essayait d’ouvrir la porte sans bruit et j’attendais de voir le bouton tourner, puis je lâchais un clip à travers la porte et je le tirais pour l’ouvrir et regarder dehors et il n’y avait rien à voir. Après quelques nuits comme celle-là, le spectacle s’arrêtait et on essayait quelque chose de nouveau.


« Il y a trop d’incidents pour être raconté dans une seule lettre, le meilleur étant celui des deux voitures qui ont disparu, qui s’est produit vers dix heures du soir chez le voisin. C’était comme suit :

le voisin et nous étions assis sur le porche après le dîner quand il a vu les phares passer par-dessus la colline jusqu’à la clôture, puis le long de la clôture sur environ un demi-mile, puis sortir et c’est tout ce qui s’est passé cette nuit-là. Alors le lendemain matin, nous sommes allés sur le sentier qui longeait la clôture et il y avait des traces de pneus de sept pouces de large. Ils ont longé la clôture jusqu’au canyon de box et se sont arrêtés sur un rocher lisse d’environ six mètres de diamètre.

La voiture ne pouvait plus faire demi-tour à cet endroit parce que la route est un sentier de cinq pieds de large et qu’un côté est contre la clôture de notre voisin, qui n’a pas été endommagée et l’autre est une colline raide qu’aucune voiture ne pouvait même faire en compound low. Vous savez, nous avons quelques montagnes ici, et pour ce qui est de reculer, j’ai moi-même essayé cela pendant la journée avec de l’aide et je ne pouvais pas suivre un chemin assez droit sans croiser mes autres repères, donc ils n’ont pas reculé ou nous les aurions suivis car mon voisin vit par là depuis 1848 et il connaissait certainement son chemin. Nous n’avons jamais eu de réponse à la question de savoir où les voitures sont allées.

« Les voitures étaient très grandes, noires et très lourdes et maintenant que je les compare, elles avaient une vingtaine d’années d’avance sur tout ce que j’ai pu voir ailleurs et j’avais travaillé dans le secteur automobile pendant environ cinq ans avant que nous ne prenions possession du terrain. Elles étaient silencieuses, lisses, les phares n’oscillaient pas et le sentier est extrêmement accidenté ; par endroits, il a creusé un yard de profondeur, mais ces voitures passaient à environ 25 mph, et il faudrait même détruire une jeep pour y arriver, alors trouvez une solution et faites-moi connaître la réponse si vous le pouvez. Par ondulation des feux, j’entends que les faisceaux étaient réguliers et ne clignotent pas de haut en bas comme le ferait une voiture ordinaire sur une route accidentée.

« Je suis parti de là depuis 1933, mais il y a à peine trois mois, je suis passé en voiture avec un ami pour me mettre à l’abri et ma maison est rasée et tout ce qui a été fabriqué par des mains humaines a été emporté – même les vieilles boîtes de conserve, et l’endroit ne serait pas remarqué à moins que vous ne sachiez où il se trouve. Le relevé côtier et géodésique avait un marqueur près de ma maison dans la cour avant et même cela a disparu ; qui voudrait prendre un marqueur en béton et l’emporter ?

« …après deux semaines, vous pouvez entendre des insectes courir sur le sol, (aussi) les feux de forêt n’y brûleront pas. Ils ont brûlé 250 000 acres, puis ont brûlé tout autour de cette zone ; et cela a arrêté les gardes forestiers. Ils n’ont jamais pu comprendre parce que la plus grande partie se trouve sur le versant d’une montagne et qu’elle aurait dû disparaître, mais ils ont vu que le vent descendait et soufflait du haut vers le bas et qu’il soufflait du nord, du sud, de l’est et de l’ouest en même temps et que c’était la seule fois où le vent soufflait à cet endroit.

« Vous pouvez également détecter une ATMOSPHÈRE de PEUR dans un rayon de 30 miles de la zone et vous n’obtiendrez pas de déclaration de quiconque vit dans les environs et les gens dans les vallées ont peur des gens dans les collines. Un fermier a érigé des clôtures de fil barbelé de 20 pieds et une lourde grille en travers de la route qui mène à mon ancien logement. Il faudrait un char d’assaut pour défoncer la porte, alors peut-être qu’il y a quelque chose là, après tout.

Note : Richard Toronto a reproduit un article dans son bulletin SHAVERTRON concernant un temple de la secte Krishna qui avait été construit sur une montagne ENTRE Hopland et Lakeport, Californie – la même région à laquelle Edward John fait référence. Cette secte avait fait l’objet d’une surveillance fédérale lorsqu’il a été découvert qu’elle avait stocké des armes dans un but inconnu. Intéressant… – Branton)

« Elle est située à 110 miles au nord de San Francisco dans le comté de Mendocino et se trouve directement sur l’ancienne route à péage de Pieta qui reliait Hopland à Lakeport dans le comté de Lake dont Clear Lake est une station de vacances. Si vous voulez le consulter sur une carte, procurez-vous une bonne carte routière automobile et regardez au sud de la route à mi-chemin entre les villes et vous remarquerez une zone sans routes délimitée par le lac Sonoma et les comtés inférieurs de Mendocino et c’est bien là. Si vous souhaitez vous y rendre, assurez-vous qu’un nombre suffisant de personnes savent où vous êtes allé. Ils pourront peut-être vous trouver. Il y a eu plusieurs disparitions sur ce tronçon de route, même des camions ont disparu. Tous les gouvernements des États-Unis.

« Le gouvernement américain a noté que la zone est accidentée, non surveillée et non explorée…

« Personnellement, je ne tiens pas à m’approcher de l’endroit, mais s’il y a un moyen de faire sortir les choses, j’aiderais si je le pouvais pour que quelqu’un d’autre puisse y vivre en toute sécurité.

« …J’ai aussi oublié de mentionner qu’il y a une grotte sur la propriété qui a des marches qui descendent et il n’y a pas de bruit quand on y jette une pierre. Je ne l’ai jamais vue, mais je comprends qu’elle se trouve là… De plus, plusieurs personnes (dans la région) sont mortes d’un arrêt cardiaque et certaines sont devenues folles, je l’ai appris plus tard.

« Je pense que ce qui nous a sauvés, c’est le fait que je ne suis pas surpris par quoi que ce soit, que je suis rapide à tirer et que je peux tirer sans être vu et à l’oreille, sans avoir la PENSÉE de tirer fixée de manière à ce que les choses soient prévenues. Après cet endroit, j’ai pu tirer plus vite que les tireurs d’élite des Marines américains. J’ai essayé de participer à un match et je n’ai jamais manqué une cible, quel que soit le champ de tir. Si je pouvais la voir, je pouvais l’atteindre, 5 sur 5. J’ai essayé de m’entraîner au tir à la mitrailleuse sur des maquettes d’avion et j’ai touché 3 sur 5 à des vitesses allant jusqu’à 700 mph sans utiliser les viseurs. Le vieux ranch m’a donc donné quelque chose de valable après tout.

« En raison de ma condition physique, je ne peux pas entrer dans aucune force armée, donc ce talent est gâché, car voyez-vous, j’ai une mauvaise jambe et je ne peux pas marcher plus d’un kilomètre à la fois. Depuis que j’ai quitté le ranch, je suis dans le domaine de la radio et je ne possède plus d’arme depuis 34, car tant que je reste loin de là, je n’en ai pas besoin… »

Un post-scriptum intéressant à cette histoire. Plusieurs années après cet incident, certaines personnes qui s’étaient liées d’amitié avec Edward John ont déclaré qu’il prétendait connaître un homme qui n’était pas de cette planète. Il était expert radio dans la marine et, selon M. John, il était né sur un monde sans zone tempérée mais où les tropiques et les régions arctiques étaient presque adjacents. Plus tard, d’autres ont fait référence à M. John comme ayant réellement rencontré les « frères de l’espace », devenant ainsi un autre « contact » comme ceux qui ont fréquenté la Californie à la fin des années 1950 et au début des années 1960.

Outre la région mentionnée par Edward John, il existe apparemment d’autres « zones de danger » dans différentes parties du monde qui ont été associées à des phénomènes souterrains.

Le « I.N.F.O. JOURNAL » (box 367., Arlington, VA, 22210), une publication consacrée à la recherche « Fortean », dans son numéro 2, volume IV, a relaté l’un des récits d’enlèvements souterrains les plus effrayants et les plus troublants que nous ayons jamais rencontrés.


L’article, intitulé « MOUNTAIN OF DEATH – MONTAGNE DE LA MORT« , a été écrit par David D. Browne, et a été publié dans le numéro de juin 1972 de WALKABOUT, publié à Sydney, en Australie :

« La Montagne Noire est presque un choc quand on la voit en premier. « En voyageant en bus juste au sud de Cooktown, dans le nord du Queensland (Australie), un virage de la route la révèle soudainement et l’impact visuel peut provoquer une exclamation involontaire, à mesure que vous la voyez – noire, nue et sinistre, un tas de 1000 pieds de haut, d’énormes rochers de deux miles de long, surgissant de la forêt tropicale.

C’est la « montagne de la mort ». Les aborigènes ne s’en approcheront pas. Une ancienne légende les avertit du danger. Les hommes blancs le craignent aussi, à cause du nombre d’hommes qui y sont allés et ont disparu sans laisser de traces, comme si la terre – ou la montagne – les avait avalés. Les oiseaux et les animaux fuient la région.

« Les rochers émettent un curieux anneau métallique lorsqu’on les frappe, et le seul bruit est celui du coassement d’innombrables grenouilles abritées dans les profondeurs où les grands blocs de granit se trouvent les uns contre les autres.

« Dans la bibliothèque publique de Brisbane, une coupure de journal jaunâtre raconte certaines de ces histoires :

« ‘La sombre tragédie est associée à la montagne depuis que l’homme blanc la connaît.

« ‘Trois hommes à cheval ont complètement disparu dans la montagne. Ils ont disparu comme si la terre s’était ouverte et les avait engloutis, car aucune trace d’eux n’a jamais été découverte, bien que la police, les traqueurs et des centaines de résidents locaux aient écumé la montagne et la campagne environnante ».

« Ensuite, suivent (étaient) les noms et les occupations de plusieurs autres personnes disparues et les dates de leur disparition. La coupure continue :

« ‘Ceci constitue l’une des histoires les plus étonnantes de l’histoire de la police du Grand Nord, car aucun des mystères n’a été résolu et ne le sera probablement jamais ».

« Une autre coupure de journal, signée Nancy Francis, se lit comme suit :

« ‘La formation de ces montagnes est unique ; leur aspect est grotesque. Ce sont des montagnes d’énormes rochers pleins de gouffres qui descendent jusqu’à des profondeurs insondables. Seuls quelques wallabies des rochers et quelques dindes vivent à proximité de ces collines sinistres et interdites. Les Aborigènes considèrent les Montagnes Noires avec effroi ».

Dans les dossiers de la police de Cooktown, datant de 25 ans, il y a un rapport fait par un sergent de police qui a discuté de la montagne avec un homme qu’il appelle Mac. Mac a commencé :

“‘ Vous connaissez la Montagne Noire, ou la « Montagne de la mort » ? Son nom aborigène est Kalcajagga ».

“‘ A quoi cela ressemble-t-il dans un environnement proche » ? ai-je demandé.

“‘ Juste une masse de blocs de granit effondrés ; presque pas de végétation. Les seuls êtres vivants qui s’y trouvent sont des wallabies des rochers noirs et d’énormes pythons de plus de 2 mètres de long, capables d’avaler un wallaby entier. La crête est parsemée de grottes, presque toutes inexplorées. Elles s’enfoncent sous le niveau du sol mais personne ne connaît leur étendue ni ce qu’elles contiennent ».

« Les derniers décès, a-t-il rapporté, sont survenus seulement quelques années auparavant, lorsque deux jeunes hommes ont entrepris de résoudre l’énigme des disparitions précédentes dans les grottes. On n’en a plus jamais entendu parler. Deux traqueurs noirs qui avaient tenté de les retrouver ont également disparu.

« Ensuite, Mac est revenu au début de la sinistre histoire de la montagne.

« Le premier décès connu est celui d’un porteur nommé Grayner, en 1977. Il cherchait à cheval des taureaux égarés lorsque, avec son cheval et ses taureaux, il a disparu sans laisser de traces. Treize ans plus tard, l’agent Ryan, en poste à Cooktown, a suivi un homme « recherché » dans les broussailles au pied de la montagne. D’autres traqueurs ont suivi sa trace jusqu’à l’entrée d’une des grottes, mais on ne l’a jamais revu. L’homme « recherché » non plus.

« Plus récemment, un prospecteur d’or nommé Renn a été ajouté à la liste des disparitions mystérieuses.

« Des équipes de police bien organisées avec des traqueurs ont ratissé toute la région pendant des semaines sans le trouver.

« Puis il y a eu le cas de Harry Owens, un propriétaire de station d’Oakley Creek. Un dimanche matin, il est parti en direction de Black Mountain à la recherche de bétail errant. Comme il n’est pas rentré à l’heure, son partenaire, George Hawkins, a alerté la police puis est parti à sa recherche lui-même. Mais le temps que la police se joigne aux recherches, Hawkins avait également disparu. Deux des pisteurs de la police indigène sont entrés dans l’une des grottes. UN SEUL D’ENTRE EUX EN EST SORTI. Il était tellement perturbé par ce qui semblait être une expérience de terreur qu’il ne pouvait pas donner un compte rendu clair de ce qui leur était arrivé à tous les deux.

« Mac connaissait même un homme blanc qui avait pénétré dans les grottes et qui avait vécu pour raconter son histoire et a produit une coupure de journal de son histoire. On pouvait y lire

« ‘Armé d’un revolver et d’une puissante torche électrique, je suis entré dans l’ouverture. Comme d’autres cavernes de la Montagne Noire, elle s’enfonçait fortement dans le sol et se rétrécissait au fur et à mesure.

« ‘ Soudain, je me suis retrouvé face à une solide paroi rocheuse, mais à droite, il y avait un passage juste assez large pour que j’entre en position penchée. Je me suis déplacé avec précaution sur plusieurs mètres. Le sol était assez plat, les murs de granit très lisse. Le passage s’est tordu de telle manière et de telle autre, en s’enfonçant toujours plus profondément dans la terre.

“‘ J’ai commencé à me sentir mal à l’aise. Une énorme chauve-souris a battu des ailes contre moi en passant, mais je me suis forcé à continuer. Bientôt, mes narines se sont remplies d’un liquide moelleux et tenace. PUIS MA TORCHE S’EST ÉTEINTE.

« ‘ J’étais dans l’obscurité totale. Il était noir d’encre. D’un endroit qui ressemblait aux entrailles de la terre, j’entendais le faible gémissement des chauves-souris.

« ‘ J’ai commencé à paniquer et j’ai tâtonné et fléchi comme je pensais être venu. Mes bras et mes jambes saignaient des bosses avec des rochers invisibles. Mes mains tendues se sont agrippées à l’espace où je m’attendais à un mur et un sol solides. À un moment où j’ai erré dans un passage latéral, je suis arrivé à ce qui était sans doute au bord d’un précipice, à en juger par les échos.

« L’air était VOLONTAIRE et je ressentais une DISSONANCE croissante.

« ‘Des pensées terrifiantes me traversaient l’esprit au sujet des pythons géants des rochers que j’ai souvent vus autour de Black Mountain.

“‘ Alors que je rampais, m’affaiblissant et perdant tout espoir de m’en sortir vivant, j’ai vu une minuscule traînée de lumière. Cela m’a donné une force extraordinaire pour me frayer un chemin vers l’entrée d’une petite grotte à un demi-mile de celle dans laquelle j’étais entré.

« Arrivé à l’air libre, j’en ai avalé des poumons et je suis tombé épuisé.

« ‘J’ai découvert que j’étais resté sous terre pendant cinq heures, la plupart du temps à quatre pattes. La rançon d’un roi ne m’inciterait pas à entrer de nouveau dans ces grottes…

« Telles sont quelques-unes des étranges histoires que l’on raconte sur la montagne.

« Celles-ci et l’extraordinaire structure de la montagne elle-même suscitent de nombreuses questions, scientifiques ou autres.

« Sur l’aspect scientifique, les commentaires suivants proviennent d’un membre du personnel de l’Université James Cook du Nord Queensland, département de géologie, le professeur associé P.J. Stephenson.

Il dit : « J’ai visité et escaladé la montagne concernée. Elle est composée d’énormes blocs de granit recouverts de lichen noir. Le revêtement noir complet de la surface est peut-être rare, mais l’empilement des blocs l’est moins. Près de Chillagoe et dans plusieurs autres localités du nord du Queensland, des phénomènes similaires existent.

“‘ Les occurrences sont quelque peu déroutantes en raison de leur rareté relative. Cependant, elles doivent avoir été produites par l’érosion rapide du profil du sol « squelettique ». De nombreux profils de sol contiennent des « grains » de roche fraîche et l’élimination de la composante du sol produirait un amas de blocs. Mais cette élimination se fait si lentement que les « grains » s’altèrent aussi complètement… ».

« Il reste cependant quelques questions pratiques à poser.

« Qu’est-il vraiment arrivé à ces personnes dont on a dit, à diverses reprises au cours des cent dernières années, qu’elles avaient disparu, qu’elles avaient disparu sans laisser de traces ?

« …Toute partie qui décide de percer le mystère de la montagne devra être très soigneusement organisée et équipée pour faire face à tout danger, probable ou non – sans oublier la possibilité de rencontrer un python bien réel. CR : Simpson. »

À ce stade, nous nous éloignerons du sujet des disparitions clandestines pour revenir au domaine de la conspiration…

En relation apparente avec les allégations de William Copper concernant les liens entre l’assassinat de Kennedy, MJ-12, les OVNI, etc., nous avons la « connexion » suivante, très intéressante mais très troublante, qui a été relatée par John Keel dans son livre « OUR HAUNTED PLANET » (1968., Fawcett Crest., Greenwich, Conn.) :

« Dans son rapport détaillé sur l’OVNI (incident) de Maury Island de 1947, Kenneth Arnold décrit également sa rencontre avec un petit homme sombre d’apparence étrangère qui bricolait le moteur d’un bateau accidenté à TACOMA HARBOR. Ray Palmer, rédacteur en chef de « AMAZING STORIES » à Chicago, avait chargé Arnold d’enquêter sur l’étrange affaire de Maury Island, qui avait débuté lorsqu’un « objet en forme de beignet » (selon d’autres sources, l’un des six bateaux de ce type vus à l’époque – Branton) avait fait pleuvoir des « scories » sur un bateau près de Maury Island. Des morceaux de ces scories avaient tué un chien à bord du bateau et légèrement blessé un garçon, le fils d’Harold Dahl, qui le pilotait.

Tôt le lendemain matin, selon l’histoire de Dahl, une Buick de 1947 est arrivée chez lui et un homme de taille moyenne en costume noir lui a rendu visite.

Cet homme, dit Dahl, a récité en détail tout ce qui s’était passé la veille, comme s’il avait été là. Il a ensuite averti Dahl de ne parler à personne de son observation, laissant entendre que s’il le faisait, il pourrait y avoir des répercussions désagréables qui l’affecteraient, lui et sa famille. Comme Dahl et les autres n’avaient encore parlé à personne de leur observation, et comme les OVNI étaient encore inconnus du public (l’observation d’Arnold sur le Mont Rainier et la publicité qui l’accompagnait n’ont eu lieu que trois jours plus tard), Dahl n’a naturellement pas été choqué par son étrange visiteur.

Ce fut le premier rapport moderne du MIB (bien qu’Edward John puisse ne pas être d’accord.)..

A suivre…

Compilé par ‘The Group’ – Edité par ‘Branton’


Voir tous les articles de la sous-catégorie : Secrets du Mojave


Que pensez-vous de cet article ? Inscrivez-vous et rejoignez la conversation


Merci à tous pour votre soutien.

Beaucoup d'entre vous sont avec moi, par le coeur et la pensée, et je vous transmet ma gratitude... Vous pouvez assurer la continuité de ce site de plusieurs manières... En partageant les articles que vous avez aimé... En achetant vos livres et vos produits préférés sur Amazon via ce site... En faisant un don sécurisé sur Paypal... Ou les trois en même temps... Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...


Même 1€ est important !





Tags:

0 Commentaires

Laisser une réponse

Imaginer un Nouveau Monde © Elishean 2009 - 2021

CONTACT

Vous pouvez nous envoyer un e-mail et nous vous répondrons dès que possible.

En cours d’envoi
ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

%d blogueurs aiment cette page :