Aller à la barre d’outils

L’homme de Vancouver

Des médecins de Vancouver ont rapporté avoir opéré un homme au sang vert dans le journal médical The Lancet.

La couleur du sang de l’homme de 42 ans a surpris la Dre Alana Flexman et ses collègues. Ils essayaient alors d’introduire un cathéter dans une de ses artères avant de l’opérer, dans un hôpital de Vancouver.

Le patient était déjà un cas d’espèce: il s’était endormi agenouillé et avait développé un syndrome des loges dans les deux jambes. Le syndrome, potentiellement dangereux, implique une augmentation de la pression dans les tissus musculaires. Si la pression n’est pas réduite, il peut en résulter des dommages permanents au système nerveux.

La Dr Flexman et un de ses collègues essayaient de placer un cathéter dans une artère du poignet du patient pour contrôler sa pression sanguine et s’attendaient à voir du sang rouge vif comme à l’habitude, parce qu’il arrive oxygéné du cœur. Dans ce cas, survenu en octobre 2005, ce n’était pas du sang rouge.


La Dr Flexman a indiqué en entrevue jeudi que le sang était plutôt vert-noir, comme la pelure d’un avocat. Les médecins ont alors envoyé d’urgence des échantillons de sang au laboratoire pour s’assurer que l’homme n’avait pas de méthémoglobine, ce qui aurait nui à la capacité du sang de transporter l’oxygène. Les chirurgiens ont continué l’opération avec succès, tandis que le sang était examiné. Le lendemain, le laboratoire a rapporté avoir détecté de la sulfhémoglobine.

La Dr Flexman a indiqué que les causes de ce problème ne sont pas bien connues, étant donné la rareté du phénomène. Elle a estimé que l’état de leur patient avait été causé par un médicament contre la migraine, le sumatriptan, qu’il prenait en quantité supérieure à la posologie. Un groupe sulfureux se serait lié à l’hémoglobine, l’empêchait de transporter l’oxygène et lui donnait une couleur verte. Elle ne peut toutefois pas prouver cette hypothèse.- Presse Canadienne/ Toronto

Ceux qui ne croient pas à l’existence des extraterrestres ont parfois tendance à ironiser à leur sujet et à les appeler « les petits hommes verts ».

Ils ignorent que, dans leur dimension matérielle, certains de nos géniteurs galactiques, originaires de Sirius, ont effectivement le sang vert.

Au temps lointain de le formation de notre planète expérimentale, l’humanité, telle que nous le connaissons aujourd’hui, n’existait pas encore. L’homme terrestre fut à l’origine créé par des Galactiques à l’image de ses frères et sœurs des étoiles, c’est-à-dire conscient de son lignage solaire et christique.

Le souhait de transmettre aux Terriens le même héritage divin que celui des autres membres de la Grande Communauté fut préalablement validé par le CIA (qui n’a bien sûr rien à voir avec l’actuelle Agence de renseignements américaine du même nom !).

L’acronyme CIA se réfère ici au tout puissant Conseil Intergalactique d’Andromède qui existe depuis des temps immémoriaux et contrôle l’application du grand Plan Divin à l’intérieur de notre univers manifesté.

Plusieurs Êtres lumineux originaires de 7 races stellaires travaillèrent ensemble au sein du Haut Conseil d’Andromède à l’élaboration du génome humain. Leur objectif était d’inscrire l’empreinte de l’Adam Kadmon, l’homme parfait, dans le code génétique de l’homme primitif et de lui offrir la possibilité de devenir un jour un être pleinement réalisé et multidimensionnel.

6 des 7 énergies mères issues de nos 7 races génitrices, furent bipolarisées et ajoutées à la septième, qui correspond aussi à l’Empreinte première et indivisible du Créateur, afin d’obtenir les 13 brins de l’ADN actuel. De fait, l’ADN de l’homme multidimensionnel implique en réalité non pas 12 brins comme on le suppose généralement, mais 13, c’est-à-dire 2 fois 6 + 1 brin-maître. C’est ce codon-source qui, une fois activité depuis le plan éthérique, permettra à l’homme terrestre de basculer dans la quatrième dimension, puis, très rapidement, de revêtir son habit de Lumière dans la cinquième.

Au départ, notre sang n’était pas rouge mais vert.

Les Abgals, originaires de Sirius, et missionnés par le Haut Conseil d’Andromède en tant que principaux maîtres d’œuvre du génome humain, sont des Êtres de Lumière, mais dans leur dimension matérielle, ils ont le sang vert, ce qui explique que la couleur éthérique du chakra du cœur humain soit le vert.

Sur l’Arbre de Vie de la Kabbale, le vert est associé à la vibration de la séphira Netzach, qui correspond à Vénus, la planète de l’Amour.

Le vert est la couleur sacrée de la libre circulation des énergies. Pour cette raison, cette couleur est liée au nombre 8 et au Lemnescate qui symbolise l’infini et la multidimensionnalité. C’est une couleur apaisante et régénérante qui permet à l’homme de se reconnecter à l’Esprit de Guérison.

Les Sirusiens ont introduit la couleur verte partout sur notre planète, de manière à y faciliter le développement de la biodiversité et l’évolution des espèces, comme ils l’avaient fait jadis sur Vénus avant que les Vénusiens ne s’élèvent au-delà de la troisième dimension.

En tant que créateurs adamiques, ils ont rendu possible l’expérimentation de l’incarnation pour les différentes âmes et âmes-groupes qui habitent la Terre. Mais dans les dimensions plus élevées, ils ne sont rien d’autre que ce que nous sommes nous-mêmes appelés à devenir : des créateurs d’univers, d’étoiles et de planètes. Nous sommes, comme eux, des Sources de Vie, nous sommes le Sans Nom, nous sommes Dieu Lui-même, même si nous n’en avons pas encore conscience.

La couleur verte est d’ailleurs la teinte dominante à l’intérieur des vaisseaux de l’espace, du moins ceux qui irradient les 7 lumières de l’arc-en-ciel et qui proviennent tous de la Grande Communauté.


La plupart des grands contactés ayant conservé le souvenir de leurs rencontres de troisième ou quatrième type avec des représentants de races évoluées et fraternelles peuvent témoigner de l’ineffable sensation de douceur et d’apaisement que produit cette énergie spirituelle d’un vert luminescent lorsqu’elle pénètre l’organisme à l’intérieur des vaisseaux.

La couleur verte, à mi-chemin entre l’émeraude et la turquoise, est la teinte dominante à l’intérieur des vaisseaux de l’espace

Nos géniteurs galactiques se sont toujours efforcés de perpétrer la spiritualité dans notre univers, afin d’y maintenir l’équilibre et l’harmonie. L’équité, le respect d’autrui et la fraternité sont des valeurs qu’ils s’efforcent de développer dans toutes les régions habitées de notre galaxie.

Mais d’autres « dieux créateurs » animés d’autres préoccupations sont rapidement intervenus pour tenter de parasiter leur œuvre terrestre. Ces derniers sont démunis de cœur et de sens moral. De génération en génération, ils ont peu à peu imposé, puis tenté de perpétrer leur perversité sur notre planète et largement abusé du pouvoir que les Sirusiens avaient accepté de partager avec eux.


Une nouvelle caste patriarcale fut progressivement mise en place.

Insensibles à la vibration de la compassion et de l’amour altruiste, ses membres ont toujours poursuivi deux objectifs : la mainmise sur les richesses naturelles de notre planète et la satisfaction de leur ego dominateur. Sous leur influence, la rupture de l’humanité avec la Source fut consommée : l’énergie du Feu solaire fut détournée pour créer des armes explosives. La caste rebelle dont ils imposèrent la gouvernance fut à l’origine de plusieurs cataclysmes majeurs qui aboutirent à l’effondrement de l’Atlantide et à son fractionnement en plusieurs îles.

Cette catastrophe terrible incita le Haut Conseil d’Andromède à envoyer six vaisseaux destinés à être placés en orbite autour du sol terrestre afin d’y évacuer, le cas échéant, des populations entières. Ces vaisseaux, de forme cubique, sont de véritables mondes miniaturisés et peuvent contenir plusieurs centaines de milliers d’individus. Ils ne sont pas identifiables ni localisables par nos instruments 3D, mais leur existence et consignée dans la Bible sous le nom de « Cités de Shan ».

La Fédération galactique intervient en effet dans tous les systèmes planétaires chaque fois que des risques importants de basculement des pôles sont provoqués par ceux qui sont censés en assurer la protection.

Après la chute de l’Atlantide, les Sirusiens réussirent à améliorer, pour la septième fois, le génome humain, de manière à permettre à l’homme de se dégager du courant de l’involution et de retrouver son potentiel divin.

Leur décision de transformer notre code génétique à l’insu des Fils de Bélial fut inspirée divinement. Rien, sur cette Terre, ne s’est jamais produit de manière hasardeuse. Même aux heures les plus sombres de l’histoire récente de notre civilisation, malgré deux guerres mondiales et l’utilisation du nucléaire, nous avons toujours été guidés vers le but ultime de l’Unique : permettre à l’homme de la lignée de Caïn de renouer avec le côté divin de son être, de redécouvrir l’Adam Kadmon que nous portons tous et chacun d’entre nous dans notre sanctuaire intérieur.

Chaque être humain aujourd’hui incarné sur la Terre a déjà préalablement expérimenté la vie sur des planètes appartenant à d’autres systèmes solaires avant d’être introduit dans notre monde 3D terrestre. La Terre accueillait déjà des hommes il y a des millions d’années. Ces civilisations se sont auto-détruites chaque fois que l’équilibre entre les énergies patriarcale et matriarcale (yin et yang) a été rompu, ce qui a toujours eu pour conséquence le basculement des pôles magnétiques puis des pôles géographiques.

Aujourd’hui, parmi tous les habitants de notre système solaire et malgré la présence à nos côtés de nombreux prédateurs cosmiques, la race la plus évoluée demeure la race humaine, mais dans sa forme éthérée et multidimensionnelle.

De nombreuses civilisations humaines se sont déjà auto-détruites sur notre planète, mais la race la plus évoluée de notre système solaire demeure la race humaine.

Mais nous devons à présent refaire le parcours inverse de celui qui nous amena jadis ici-bas et expérimenter à nouveau l’amour inconditionnel. Seule la prise de conscience de notre appartenance à la grande famille des Enfants de la Lumière nous permettra de nous élever hors de la zone contrôlée par Bélial, jusqu’à cet état dans lequel il n’y a plus aucune limitation dimensionnelle.


Contrairement aux apparences, le monde entier évolue rapidement dans cette direction. Nous sommes tous en train de nous éloigner de ce sentiment de séparation dans lequel nous nous voyons à l’intérieur d’un corps physique, observant un monde extérieur qui nous paraît étranger. Ce point de vue va bientôt disparaître et sera remplacé par un autre, où nous aurons le sentiment, la connaissance absolue que nous faisons intimement partie de l’Unité, quelles qu’en soient les manifestations.

Olivier de Rouvroy

Il semble que l’être humain a un potentiel de mutation dont personne ne parle. Ces cas prouvent qu’effectivement, notre ADN a été trafiqué et dans certains cas, l’être humain retrouve une nature perdue depuis longtemps, mais encore en sommeil  dans notre constitution physique. Il est dommage que n’ayons pas plus de documentation sur les éventuelles recherches faites sur ces sujets.


Que pensez-vous de cet article ? Inscrivez-vous et rejoignez la conversation




Merci à tous pour votre soutien.

Beaucoup d'entre vous sont avec moi, par le coeur et la pensée, et je vous transmet ma gratitude.

Vous pouvez assurer la continuité de ce site de plusieurs manières : En partgeant les articles que vous ave aimé. En achetant vos livres sur Amazon via ce site. Ou, si vous en avez la possibilité, en faisant un don (si minime soit-il). Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...


Votre aide est importante pour continuer...




ELISHEAN777 Communauté pour un Nouveau Monde  © Elishean/2009-2020


Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Imaginer un Nouveau Monde © Elishean 2009 - 2020

CONTACT

Vous pouvez nous envoyer un e-mail et nous vous répondrons dès que possible.

En cours d’envoi
felis in dolor. risus Phasellus felis Nullam at libero
ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

%d blogueurs aiment cette page :