Après sept années d’intenses recherches, William Bramley a découvert le fil sinistre qui relie les événements les plus sombres de l’humanité, des guerres des anciens pharaons à l’assassinat de JFK. Dans cet ouvrage remarquable, choquant et absolument fascinant, Bramley présente des preuves troublantes d’une présence extraterrestre sur Terre – des visiteurs extraterrestres qui ont conspiré pour dominer l’humanité par la violence et le chaos depuis le début des temps… une conspiration qui se poursuit encore aujourd’hui.

6 – Les bâtisseurs de pyramides

Les pyramides d’Égypte sont sans doute les vestiges les plus impressionnants et les plus controversés de l’Antiquité. Les vestiges d’au moins soixante-dix à quatre-vingts de ces structures sont éparpillés tout au long de la région du Nil supérieur, témoins silencieux d’une civilisation autrefois puissante.


La plus grande et la plus célèbre des pyramides égyptiennes est la pyramide de Khéops (la « Grande Pyramide »). Elle se dresse aujourd’hui à côté de plusieurs autres sur un plateau élevé à Gizeh, en Égypte. Les dimensions de cette pyramide sont impressionnantes. Elle s’élève à près de cinq cents pieds de haut et couvre treize acres de terrain à sa base. Construite en pierres pesant en moyenne 21/2 tonnes chacune, la structure entière est estimée à 5 273 834 tonnes.

Une caractéristique remarquable qui fait de la Grande Pyramide l’une des « sept merveilles du monde antique » est la précision de sa construction. Les pierres de la pyramide ont été taillées si parfaitement qu’il est impossible d’insérer une feuille de papier entre les blocs à de nombreux endroits. Cette précision, associée à l’énorme volume de la structure, explique en partie la longévité et la durabilité de la pyramide. La pyramide a été construite pour durer.

Le plus grand mystère qui entoure la Grande Pyramide est peut-être son objectif. On pense que la plupart des pyramides étaient des tombes funéraires. L’histoire nous apprend que la Grande Pyramide a également été utilisée à d’autres fins. Par exemple, certaines de ses chambres intérieures ont été utilisées pour des rites mystiques et religieux. Pourtant, on peut également trouver une troisième utilisation, infiniment plus pratique :

La Grande Pyramide est un excellent repère pour la navigation aérienne. Les quatre côtés de la Grande Pyramide sont orientés précisément vers les quatre points cardinaux : nord, sud, est et ouest. Les côtés sont orientés si exactement que la plus grande déviation n’est que d’un douzième de degré sur le côté est. En outre, la Grande Pyramide est située à moins de huit kilomètres au sud du trentième parallèle nord.

La Grande Pyramide peut donc être utilisée comme point de référence pour diviser la planète entière en une grille tridimensionnelle d’angles de 30, 60 et 90 degrés avec le pôle Nord, le pôle Sud, l’équateur et le centre de la terre comme points de référence. Cette fonctionnalité est particulièrement utile car la Grande Pyramide est située au centre des masses terrestres de la Terre. En ne connaissant que les dimensions de la Terre et en ayant une méthode pour calculer la distance parcourue, on peut très efficacement naviguer, surtout en avion, de la Grande Pyramide à n’importe quel point de la Terre en utilisant les grilles de 30-60-90 degrés et les directions de la boussole indiquées par la pyramide. La seule déviation vient du fait que la Terre n’est pas une sphère parfaite, mais est légèrement aplatie aux pôles et élargie à l’équateur.

Toutefois, cette déviation est si faible, ne représentant que 26,7 miles (0,0003367 ou la fraction 1/298), qu’elle est facilement compensée. Il est intéressant de noter que lorsque la Grande Pyramide a été construite, elle avait encore plus de valeur qu’aujourd’hui en tant que repère de navigation aérienne, car elle avait été recouverte d’une enveloppe de calcaire blanc fin. Les blocs de calcaire étaient sculptés avec une telle précision que la pyramide semblait, de loin, avoir été taillée dans une seule pierre blanche. Le calcaire reflétait le soleil, rendant la pyramide visible à une distance beaucoup plus grande.* * »La plupart du calcaire a disparu aujourd’hui. À l’exception de quelques blocs trouvés à la base de la Grande Pyramide, l’enveloppe de calcaire a été enlevée des pyramides à partir du premier millénaire de notre ère.

Les caractéristiques uniques des pyramides de Gizeh soulèvent des questions intéressantes sur ces monuments. Puisqu’elles remplissent si bien une fonction de navigation aérienne, ont-elles été construites au moins partiellement dans ce but ? Si c’est le cas, qui aurait pu s’en servir en 2000 avant J.-C. ? Un indice possible de l’énigme se trouve peut-être sur la lune.

Le 22 novembre 1966, le Washington Post a publié en première page un titre proclamant : « Six mystérieuses ombres statuaires photographiées sur la Lune par un orbiteur ». L’article du Post, repris plus tard par le Los Angeles Times, décrivait une photographie lunaire prise deux jours plus tôt par la sonde spatiale américaine Orbiter 2 alors qu’elle passait à vingt ou trente miles au-dessus de la surface de la lune. La photographie semble révéler six flèches disposées selon un motif géométrique intentionnel à l’intérieur d’une petite partie de la mer de la Tranquillité.

La pointe de l’ombre des objets lunaires indique qu’ils ont tous une forme conique ou pyramidale. Bien que le communiqué de presse officiel de la NASA ne mentionne rien d’inhabituel sur la photographie, d’autres personnes ont trouvé l’image remarquable. Le Dr William Blair de l’Institut de biotechnologie de Boeing a déclaré :


Si les cuspides [flèches en forme de cône] étaient vraiment le résultat d’un événement géophysique, il serait naturel de s’attendre à ce qu’elles soient réparties au hasard. En conséquence, la triangulation serait scalène [trois côtés inégaux] ou irrégulière, alors que celles concernant l’objet lunaire conduisent à un système basilaire, avec des coordonnées x, y, z à angle droit, six triangles isocèles et deux axes constitués chacun de trois points ».

Dans le magazine Argosy, l’ingénieur spatial soviétique Alexander Abramov est allé un peu plus loin en déclarant :

La répartition de ces objets lunaires est similaire au plan des pyramides égyptiennes construites par les pharaons Cheops, Chephren et Menkaure à Gizeh, près du Caire. Les centres des flèches de cet « abaka » lunaire [disposition des pyramides] sont disposés précisément de la même manière que les apices [pointes] des trois grandes pyramides.2

En supposant que les docteurs Blair et Abramov n’aient pas commis de graves erreurs de calcul, il semble que certaines des pyramides de la Terre puissent faire partie d’un système de marquage permanent qui s’étend à plus d’une planète de notre système solaire. Le système pourrait même s’étendre à Mars. Des objets ressemblant à des pyramides ont été photographiés sur la surface martienne. Les photos prises par la mission américaine Viking en 1976 montrent que la région martienne de Cydonia contient des objets ressemblant à des pyramides et ce qui semble être un énorme visage sculpté qui regarde vers le ciel. Il est facile d’affirmer que les pyramides et le visage martiens sont des formations naturelles semblables à celles que l’on trouve sur Terre ; cependant, un, voire deux autres « visages » ont été découverts ailleurs sur Mars avec des caractéristiques étonnamment similaires, comme le « casque », les encoches sur les joues et l’indentation au-dessus de l’œil droit*.

Cet alignement est-il le fruit du hasard, ou y a-t-il un lien avec la Grande Pyramide de Gizeh qui est également alignée selon des directions précises de la boussole ? *Pour une évaluation scientifique intéressante des objets martiens, je recommande Unusual Martian Surface Features de Vincent DiPietro, Greg Molenaar et John Brandenburg. Il est publié par Mars Research. Voir la bibliographie pour l’adresse.

Il est, bien sûr, possible que les objets sur la Lune et sur Mars s’avèrent être des formations rocheuses après tout. Les photographies disponibles semblent inadéquates pour établir que les formations sont artificielles. Si elles sont artificielles, il est clair, d’après les photographies, qu’elles ont subi un certain degré d’érosion. Seule une observation plus approfondie lors de futures missions vers la Lune et Mars permettra de résoudre la controverse. Les objets méritent certainement d’être examinés de plus près, car la Lune a accueilli des phénomènes d’OVNI pendant des siècles, y compris à l’intérieur de la Mer de la Tranquillité3.

Même si les objets martiens ou lunaires s’avèrent être des formations naturelles, cela ne changerait rien à la nature clairement artificielle des pyramides terrestres. Cela nous oblige à nous concentrer à nouveau sur les pyramides d’Égypte. Pour qui les anciens Égyptiens disaient-ils qu’ils construisaient leurs magnifiques structures ?

Comme les anciens Mésopotamiens, les premiers Égyptiens de l’Antiquité prétendaient vivre sous le règne de « dieux » extraterrestres à l’apparence humaine. Les Égyptiens ont écrit que leurs « dieux » voyageaient dans les cieux dans des « bateaux » volants.

Les « dieux » des débuts de l’Égypte étaient considérés comme des créatures de chair et de sang ayant les mêmes besoins de nourriture et de logement que les êtres humains. De véritables maisons avaient été construites pour eux. Ces maisons étaient meublées de serviteurs humains qui devinrent plus tard les premiers prêtres d’Égypte.

Selon le célèbre historien James Henry Breasted, les premiers serviteurs des « dieux » étaient des laïcs qui accomplissaient leurs tâches sans cérémonie ni rituel. Leur travail consistait simplement à fournir aux « dieux » « … les choses qui constituaient les nécessités et le luxe d’un Égyptien riche et de haut rang à cette époque : nourriture et boisson abondantes, vêtements raffinés, musique et danse « * * Une compilation intéressante de phénomènes lunaires inhabituels se trouve dans le rapport technique R-277 de la NASA intitulé « Chronological Catalog of Reported Lunar Events » par Barbara M. Middlehurst. Il énumère brièvement 579 observations lunaires inhabituelles considérées comme fiables, de l’année 1540 à 1967. Il est actuellement disponible auprès de The Sourcebook Project.

Nombreux sont ceux qui associent la religion égyptienne ancienne au culte des animaux. Ce type de vénération était inconnu durant la première période de la civilisation égyptienne. Selon le professeur Breasted :

… le faucon, par exemple, était l’animal sacré du dieu-soleil, et en tant que tel, un faucon vivant pouvait avoir une place dans le temple, où il était nourri et traité avec gentillesse, comme n’importe quel animal de compagnie ; mais il n’était pas vénéré, et ne faisait pas l’objet d’un rituel élaboré comme plus tard4.

Les archives de l’Égypte ancienne nous ont fourni de nombreux indices sur les personnes qui auraient pu avoir besoin d’un système de marquage permanent pour naviguer sur les différentes planètes de notre système solaire : la société gardienne. La première pyramide d’Égypte a été conçue par Imhotep, premier ministre du roi égyptien Zoser-Netjerikhet.

On dit qu’Imhotep était le fils du « dieu » tutélaire le plus important d’Égypte à son époque : Ptah. Les traditions égyptiennes écrites après l’époque d’Imhotep ajoutent qu’Imhotep avait reçu le plan de la pyramide dans un plan « qui lui est descendu du ciel au nord de Memphis [une ville de l’Égypte ancienne] »5

La Grande Pyramide de Gizeh, qui a été construite plusieurs générations plus tard pendant « l’Âge des Pyramides », a été construite selon les méthodes établies par Imhotep. C’est au cours de l’Âge des Pyramides, qui a commencé vers 2760 avant J.-C., que le culte des « dieux » de type humain a atteint son apogée ; plus de 2000 dieux existaient alors. C’est pour leurs « dieux » que les Égyptiens avaient finalement construit leurs plus importantes pyramides. Les nombreuses pyramides construites après celles de Gizeh sont généralement inférieures et sont considérées comme des imitations.

Certains théoriciens pensent que les « anciens astronautes » d’Égypte ont utilisé leur technologie de l’ère spatiale pour soulever des pierres et aider à la construction des pyramides de Gizeh. Cette hypothèse n’est ni certaine ni nécessaire pour soutenir la théorie des « astronautes antiques ». Les archives égyptiennes tendent à soutenir l’idée que la main d’œuvre humaine a fourni les principaux muscles pour la construction des pyramides. Cela aurait été conforme à l’affirmation mésopotamienne selon laquelle l’homo sapiens avait été créé pour servir de réservoir de main-d’œuvre aux « dieux » gardiens.

Il n’est guère surprenant que les pharaons et les prêtres qui agissaient au nom des « dieux » aient souvent été immensément impopulaires auprès du peuple égyptien. L’Ancien Empire (vers 2685-2180 avant J.-C.) a été suivi d’une période de faiblesse et d’agitation. Même la Grande Pyramide de Khéops avait été forcée par des Égyptiens mécontents. Selon l’historien Ahmed Fakhry :

Les Égyptiens détestaient tellement les constructeurs des pyramides qu’ils menaçaient de pénétrer dans ces grandes tombes et de détruire les momies des rois6.

Un dégoût aussi intense n’est certainement pas surprenant. Pour construire les grandes pyramides, la société égyptienne a été rendue plus répressive afin de faire fonctionner le travail humain avec une plus grande efficacité machinale. Les professions se sont rigidifiées de sorte qu’il était difficile de passer d’un type d’emploi à un autre. Les laïcs cessèrent de servir les « dieux » : un sacerdoce impénétrable fut érigé à la place. Le bonheur et la réussite personnels sont sacrifiés au nom de la productivité du travail. Le féodalisme est arrivé en Égypte.

Alors que les pharaons étaient occupés à faire de leurs semblables des esclaves, les « dieux » faisaient des pharaons des imbéciles. Imhotep, fils réputé du « dieu » Ptah, a institué le concept du pharaon en tant que « Roi-Dieu ». Ce titre élitiste était peu apprécié par la plupart des Égyptiens. En tant que « Roi-Dieu », les pharaons étaient amenés à penser qu’ils étaient élevés au-dessus des multitudes humaines laborieuses. On leur enseignait que s’ils coopéraient avec les plans de la Garde, ils échapperaient à la situation difficile des humains en rejoignant les « dieux » dans les cieux.

Il y avait juste un hic.

Les pharaons ne seraient autorisés à s’échapper de la Terre qu’après leur mort ! On enseignait aux pharaons l’idée stupide que si leurs corps morts étaient soigneusement conservés, ils seraient ramenés à la vie et pourraient rejoindre les « dieux » gardiens dans les cieux. Certains pharaons, comme Khéops, enterraient également de grands bateaux en bois près de leurs tombes. Selon certains chercheurs, les pharaons croyaient que leurs bateaux enterrés (« barques solaires ») seraient exhumés par magie et dotés du même pouvoir qui faisait voler les « bateaux » des « dieux ». Les pharaons croyaient qu’ils seraient emportés après leur mort dans leurs bateaux en bois dotés de la puissance magique vers la demeure des « dieux » dans les cieux.

Bien que les techniques de conservation égyptiennes aient été assez bonnes, il est clair que l’esprit des pharaons était rempli d’absurdités. Les « barques solaires » en bois n’ont jamais volé. Peu, voire aucun, des corps momifiés des grands rois-dieux n’ont atteint les cieux. Au lieu de cela, de nombreuses momies sont devenues des curiosités de musée macabres destinées à titiller les multitudes humaines auxquelles les pharaons espéraient si ardemment échapper. D’autres momies ont subi un sort encore plus humiliant : elles ont été broyées et utilisées comme ingrédient dans des médicaments. Les momies pulvérisées sont également devenues des additifs de peinture en raison des conservateurs utilisés dans le processus de momification.

L’énigme est de savoir pourquoi les pharaons ont cru à la cruelle plaisanterie qui leur était faite. Certains historiens suggèrent que la momification était une tentative d’imiter le cycle de vie du papillon. D’autres pensent que les pharaons voulaient conserver leur richesse et leur position dans leur prochaine vie et souhaitaient donc être ressuscités dans les mêmes corps. Un écrivain spécialiste des ovnis a suggéré qu’ils s’efforçaient de reproduire les techniques de conservation du corps utilisées par les « dieux » égyptiens technologiquement avancés. Les archives de l’Égypte ancienne révèlent toutefois une raison encore plus convaincante pour laquelle les pharaons se sont momifiés : la connaissance spirituelle avait été déformée.

Les anciens Égyptiens croyaient en une « âme », ou « serf », en tant qu’entité complètement séparée de la « personne » (qui signifie « corps »). Les Égyptiens appelaient une telle entité spirituelle le « ka ». Les Égyptiens croyaient que le « ka », et non le corps, était l’une des entités spirituelles qui constituaient la véritable personne et que le corps lui-même n’avait aucune personnalité ou intelligence sans entité spirituelle. Cette vision généralement éclairée a toutefois été faussée. On a fait croire aux Égyptiens que le bien-être spirituel du « ka » après la mort dépendait du maintien du contact du « ka » avec un corps physique. Selon l’historien Fakhry :

L’Égyptien voulait que son Ka puisse reconnaître son corps après la mort et s’unir à lui ; pour cette raison, il estimait qu’il était très important que son corps soit conservé. C’est pourquoi les Égyptiens momifiaient leurs corps et excellaient dans l’embaumement.7

Les pharaons sont allés encore plus loin. M. Fakhry explique :

Les Égyptiens fabriquaient également des statues et les plaçaient dans les tombes et les temples pour servir de substituts au corps si celui-ci venait à périr8.

Ces pratiques ont eu un impact dévastateur sur la compréhension spirituelle. Elles ont amené les gens à assimiler à tort la plénitude spirituelle à l’attachement spirituel à des corps humains (ou à des substituts corporels). Ces enseignements ont encouragé les humains à accepter l’intention de la Garde d’unir de façon permanente des êtres spirituels à des corps d’homo sapiens. Les puissantes pulsions humaines d’intégrité spirituelle et d’immortalité ont été transformées en une quête obsessionnelle de préservation des corps.

Les philosophies du matérialisme ont ainsi été accélérées. Le matérialisme, selon l’une de ses définitions, est la préoccupation excessive pour les choses au niveau matériel et la négligence des aspects importants de l’existence éthique et spirituelle. Cela conduit souvent à la deuxième définition du matérialisme : la croyance que tout, y compris la pensée et l’émotion, peut être expliqué entièrement par des mouvements et des changements dans la matière physique. Bien que les Égyptiens n’aient pas adopté cette dernière définition comme philosophie de vie, ils ont contribué à faire faire au monde un pas dans cette direction.

Le déraillement de la connaissance spirituelle en Égypte a été causé par la corruption de la Confrérie du Serpent, à laquelle appartenaient les pharaons et les prêtres. Comme mentionné précédemment, après sa défaite annoncée il y a des milliers d’années par ses ennemis gardiens, la Confrérie a continué à dominer les affaires humaines, mais au prix de devenir un outil gardien. Pour comprendre comment la Fraternité corrompue a commencé à déformer la vérité spirituelle et à perpétuer l’irrationalité théologique, nous devons d’abord examiner les premiers rouages de la Fraternité et sa méthode d’enseignement.

La Fraternité originelle non corrompue s’engageait dans un programme pragmatique d’éducation spirituelle. L’approche de l’organisation était scientifique, et non mystique ou cérémoniale. Le sujet de l’esprit était considéré comme étant aussi connaissable que n’importe quelle autre science. Il semble que la Confrérie possédait un ensemble considérable de données spirituelles précises, mais elle n’avait pas réussi à élaborer une voie complète vers la liberté spirituelle avant sa défaite.

Les enseignements de la Fraternité étaient organisés comme un processus étape par étape. Un étudiant devait compléter de manière satisfaisante un niveau d’instruction avant de passer au suivant. Tous les élèves prêtaient un serment de secret dans lequel ils juraient de ne jamais révéler les enseignements d’un niveau à une personne qui n’avait pas encore atteint ce niveau. Ce style d’enseignement était conçu pour s’assurer qu’un élève ne tentait pas prématurément des exploits spirituels difficiles ou ne se laissait pas submerger par des informations de niveau avancé avant d’y être prêt, de la même manière qu’on n’emmène pas un élève conducteur sur des routes de montagne dangereuses avant qu’il n’ait réussi à naviguer sur des routes plus faciles, mais de plus en plus difficiles.

La transmission de la connaissance spirituelle de cette manière sera efficace tant que les niveaux seront ouverts à tous. Lorsque des restrictions arbitraires ou générales sont imposées à ceux qui peuvent avoir accès aux enseignements, soit par une réglementation excessive, soit par l’élitisme, soit en fixant des conditions d’admission quasi impossibles, le système de niveaux confidentiels étape par étape passe d’un outil éducatif à un instrument de répression spirituelle. La Fraternité a subi un tel changement.

Les enseignements de la Fraternité dans l’Égypte ancienne étaient organisés en une institution connue sous le nom d' »Écoles des Mystères ». Ces écoles fournissaient aux pharaons et aux prêtres la majeure partie de leur éducation scientifique, morale et spirituelle. Selon le Dr H. Spencer Lewis, fondateur de l’Ordre rosicrucien dont le siège est à San José, en Californie*, le premier temple construit à l’usage des Écoles du Mystère fut érigé par le pharaon Khéops. À l’intérieur des murs de ce temple, la connaissance spirituelle subissait la détérioration qui poussait les pharaons à momifier leurs corps et à enterrer des bateaux en bois.

Selon la vieille tradition égyptienne, les enseignements déformés des écoles à mystères ont été créés par le « grand maître », Râ, un important « dieu » gardien.

Le rosicrucianisme est l’un des systèmes mystiques issus des enseignements de la Fraternité. L’ordre rosicrucien du Dr Lewis s’appelle The Ancient and Mystical Order Rosae Crucis (« AMORC » pour faire court). L’AMORC a été fondé au début des années 1900. Il est surtout connu aujourd’hui pour le populaire musée égyptien qu’il possède et gère à San Jose, en Californie. Il existe un autre ordre rosicrucien américain dont le siège se trouve à Quakertown, en Pennsylvanie. Il s’agit de la Fraternité de la Rose-Croix, ou Fraternité rosicrucienne d’Amérique.

La Fraternité rosicrucienne de Quakertown ne reconnaît pas l’AMORC comme un organisme rosicrucien valide. Dans les années 1930 et 1940, R. Swinburne Clymer, Grand Maître Suprême de la Rosicrucian Fraternity de Quakertown, a publié un certain nombre d’écrits dénonçant l’AMORC. Le Dr Clymer et le Dr Lewis ont chacun affirmé que leur organisation était le véritable système rosicrucien. Dans ce livre, j’ai utilisé les recherches historiques approfondies du Dr Clymer et du Dr Lewis. Clymer et Lewis. Lorsque je cite le nom de l’un ou l’autre comme source d’information historique, je ne prends pas parti dans leur controverse.

Les Écoles de Mystère n’ont pas seulement déformé les connaissances spirituelles, elles ont aussi considérablement restreint l’accès du public aux vérités théologiques qui subsistent encore. Seuls les pharaons, les prêtres et quelques autres personnes jugées dignes étaient acceptés dans les écoles. Les initiés devaient faire le vœu solennel de ne jamais révéler à des personnes extérieures la « sagesse secrète » qui leur était enseignée ; les étudiants étaient menacés de lourdes conséquences s’ils rompaient ce vœu.

Ces restrictions auraient été établies pour empêcher l’utilisation abusive de connaissances de haut niveau par ceux qui pourraient dégrader ces connaissances ou les utiliser de manière nuisible. Bien qu’il s’agisse d’une raison légitime pour mettre en place des mesures de protection, les restrictions imposées par les écoles à mystères allaient bien au-delà de la simple sécurité. Des groupes sociaux et professionnels entiers se voyaient refuser l’adhésion. La grande majorité de la population humaine n’avait aucun espoir d’entrer dans les Écoles ; leur accès à toute connaissance spirituelle survivante était donc sévèrement limité. L' » épée tournante  » biblique empêchant l’accès à l' » arbre de la connaissance  » était mise en place par ceux qui dirigeaient les Écoles du Mystère.


Les Écoles du Mystère ont provoqué l’évaporation de la connaissance spirituelle d’une autre manière. Les Écoles interdisaient à leurs membres d’enregistrer physiquement les enseignements les plus avancés des Écoles. Les initiés devaient transmettre l’information oralement. Il n’y a pas de moyen plus rapide de perdre la connaissance que d’interdire qu’elle soit écrite. Peu importe la sincérité et la qualité de la formation des gens, le bouche-à-oreille entraîne invariablement des changements dans les idées relayées. Avec un mot substitué ici et une phrase omise là, la précision sémantique nécessaire pour communiquer un principe scientifique exact sera perdue. C’est ainsi qu’une science fonctionnelle peut rapidement se dégrader en une superstition insoutenable.

Au fil du temps, la Confrérie est devenue si restrictive qu’elle excluait la plupart des prêtres égyptiens de ses rangs. Cela a été particulièrement vrai sous le règne du roi Thoutmosis III, qui a régné environ 1 200 ans après Khéops. Thoutmosis III est surtout connu pour ses aventures militaires qui ont permis à l’empire égyptien d’atteindre sa plus grande taille. Selon le Dr Lewis, Thoutmosis III a franchi l’étape finale de la transformation de la Confrérie en un ordre complètement fermé. Il a établi des règles et des règlements qui seraient encore utilisés par certaines organisations de la Confrérie aujourd’hui.

Les changements au sein de la Fraternité se poursuivirent. Moins de cent ans après le règne de Thoutmosis III, son descendant, le roi Akhenaton (Amenhotep IV), a passé la dernière année de sa vie de 28 ans à transformer les enseignements de la Confrérie en symboles mystiques. Les symboles d’Akhenaton étaient intentionnellement conçus pour être incompréhensibles à tous, sauf aux membres de la Confrérie à qui l’on enseignait la signification secrète des symboles.

La Confrérie a ostensiblement créé ce nouveau système d’images visuelles pour qu’il soit un « langage » universel d’illumination spirituelle transcendant les langues humaines, et pour empêcher une mauvaise utilisation de la connaissance. En réalité, l’intention était de créer un code secret conçu pour rendre la connaissance spirituelle inaccessible à tous, à l’exception de ceux qui étaient admis dans la Confrérie, de plus en plus élitiste, et apparemment pour effacer complètement la connaissance spirituelle.

La traduction des données spirituelles en symboles bizarres et incompréhensibles a donné lieu au spectacle de personnes honnêtes essayant de décoder des symboles confus dans une quête de vérités spirituelles qui peuvent, et devraient, être communiquées dans un langage quotidien compréhensible par tous.

Malgré l’évidente sincérité d’Akhenaton, nous découvrons que la transformation de la connaissance spirituelle en un système de symboles obscurs a eu un impact dévastateur sur la société humaine. Comme cette manière de relayer la connaissance spirituelle a été diffusée dans le monde entier par les membres de la Fraternité, toute connaissance de nature spirituelle a été identifiée à tort à des symboles bizarres et au mystère. Cette erreur d’identification est si forte aujourd’hui que presque toutes les études de l’esprit et des phénomènes spirituels sont regroupées dans des classifications honteuses telles que « occultisme », « spiritualisme » et sorcellerie.

La tentative, il y a des milliers d’années, de garder la connaissance spirituelle hors des mains des « profanes » a presque entièrement détruit la crédibilité et l’utilité de cette connaissance. Le symbolisme de la fraternité était une autre pièce de l' »épée tournante » biblique bloquant l’accès de l’homme à la connaissance spirituelle. Il n’a laissé que la confusion, l’ignorance et la superstition qui en sont venues à caractériser une si grande partie du domaine aujourd’hui.

Akhenaton a présidé à un autre développement important de la Fraternité. Bien que le jeune souverain n’ait pas réussi en tant que dirigeant politique, il a acquis une renommée éternelle grâce à ses efforts pour défendre la cause du monothéisme, c’est-à-dire l’adoration d’un Dieu « unique ». Le monothéisme était un enseignement de la Fraternité et de nombreux historiens citent Akhenaton comme la première figure historique importante à promulguer largement ce concept.

Pour faciliter l’établissement du nouveau monothéisme de la Confrérie, Akhenaton a déplacé la capitale de l’Égypte dans la ville d’El Amarna. Il y a également déplacé le temple principal de la Confrérie. Lorsque la capitale égyptienne fut ramenée à son emplacement d’origine, la Confrérie resta à El Amarna. Cela marqua une rupture importante entre le sacerdoce égyptien établi, qui résistait au monothéisme d’Akhenaton, et la Confrérie très exclusive qui n’admettait plus la plupart des prêtres comme membres.

L’ancien empire égyptien finit par se décomposer et disparaître. La Confrérie du Serpent s’en sortit beaucoup mieux. Elle a survécu et s’est développée en envoyant d’Égypte des missionnaires et des conquérants qui ont établi des branches et des ramifications de la Confrérie dans tout le monde civilisé. Ces émissaires de la Confrérie ont largement diffusé la nouvelle religion du « Dieu unique » de la Confrérie et en ont finalement fait la théologie dominante dans le monde entier.

Outre le lancement de la théologie du « Dieu unique », la Confrérie du Serpent a créé de nombreux symboles et insignes encore utilisés aujourd’hui par d’importantes religions monothéistes. Par exemple, le temple de la Confrérie à El Amarna a été construit en forme de croix, un symbole adopté plus tard par la branche la plus célèbre de la Confrérie : le christianisme.

Certains membres de la Confrérie en Égypte portaient les mêmes tenues spéciales avec un « cordon au niveau des reins » et une couverture pour la tête que celles utilisées plus tard par les moines chrétiens. Le grand prêtre du temple égyptien portait le même type de robe à manches larges que celui utilisé aujourd’hui par les membres du clergé et les chanteurs de chorale. Le grand prêtre se rasait également la tête en un petit point rond sur le dessus, un geste adopté plus tard par les frères chrétiens.

De nombreux théologiens saluent le monothéisme comme une importante avancée religieuse. Vénérer un « Dieu unique » spirituel est en effet une amélioration par rapport à l’idolâtrie des statues de pierre et des animaux maladroits. Malheureusement, le monothéisme de la Fraternité ne représente toujours pas un retour à l’exactitude complète ; il a simplement ajouté de nouvelles distorsions à la connaissance spirituelle qui subsistait encore.

Sur la base de ce que nous apprenons à connaître de la nature de l’être spirituel, nous constatons que deux fausses déformations semblent se trouver dans la définition d’un Être suprême par la Fraternité :

Premièrement, les monothéismes de la Fraternité, qui comprennent le judaïsme, le christianisme et l’islam, enseignent qu’un Être suprême était le créateur de l’univers physique et des formes de vie physique au sein de l’univers. Dans un prochain chapitre, nous discuterons de la probabilité que les êtres spirituels soient nés d’un Être suprême quelconque, mais que les créatures et objets physiques ne le soient probablement pas. Comme certaines autres religions l’ont noté, si notre univers est le produit d’une activité spirituelle, il semble que tous les êtres spirituels individuels au sein de l’univers soient responsables de sa création et/ou de sa perpétuation. La portée d’un Être suprême s’étendrait en fait bien au-delà de la création d’un seul univers.

Deuxièmement, un Être Suprême est généralement dépeint comme un être spirituel capable d’une pensée, d’une créativité et d’une capacité probablement illimitées. On dit qu’un Être suprême est une entité qui peut créer et défaire des univers. La grande question est la suivante :

Pourquoi devons-nous nous limiter à un seul de ces êtres ?

Y a-t-il une raison de ne pas supposer l’existence de dix de ces êtres ? Ou une centaine ? Ou un nombre presque infini ? Il apparaît que la définition de la Fraternité d’un « Dieu unique » décrit en fait le potentiel natif de chaque être spirituel, y compris les êtres spirituels qui animent les corps humains sur Terre. La véritable nature et les capacités de chaque être spirituel seraient donc cachées par les doctrines qui affirment que seul un Être suprême peut jouir d’une existence spirituelle pure et d’un potentiel spirituel illimité. Le monothéisme de fraternité entraverait en fait le rétablissement spirituel de l’homme et empêcherait les gens de saisir la véritable portée, probablement beaucoup plus large, d’un Être suprême.* * Une discussion plus complète de la nature possible d’un Être suprême et de sa relation avec l’existence spirituelle individuelle est présentée au chapitre 40.

Le monothéisme de la Fraternité était une autre pièce de l' »épée tournante » biblique pour empêcher l’accès à la connaissance spirituelle. Il a également permis aux Gardiens d’élever considérablement leur propre statut. Dans le cadre de son nouveau monothéisme, la Confrérie a commencé à enseigner la fiction selon laquelle les membres de la race des gardiens étaient les manifestations physiques d’un Être suprême. En d’autres termes, les Custodiens ont commencé à prétendre qu’eux et leurs appareils étaient le « Dieu unique ».

L’histoire rapporte qu’ils ont utilisé une violence extraordinaire pour faire croire à l’homo sapiens ce mensonge. Peu de mensonges ont eu un impact aussi dévastateur sur la société humaine, et pourtant c’est devenu une mission primordiale de la Confrérie corrompue, depuis l’époque d’Akhenaton jusqu’à nos jours, de faire croire aux humains que les gardiens et leurs avions étaient « Dieu ». Le but de cette fiction était d’imposer l’obéissance des humains et de maintenir le contrôle des gardiens sur la population humaine. Dans aucun cas, cela n’est plus clair, ou les résultats plus visiblement tragiques, que dans l’histoire biblique des anciens Hébreux et de leur « Dieu unique » nommé Jéhovah.

7 – Jéhovah

UNE GRANDE partie de l’Ancien Testament est consacrée à la description des origines et du début de l’histoire du peuple hébreu. Selon la Bible, les Hébreux descendent d’un clan qui vivait dans la ville sumérienne d’Ur vers 2000 à 1500 avant J.-C. Ce clan était lié d’amitié avec une personnalité nommée Jéhovah, qui le dirigeait. La Bible affirme que Jéhovah était Dieu.

Selon le récit biblique, Jéhovah a encouragé le clan à quitter Ur et à s’installer à Haran, un centre caravanier du nord-est de la Mésopotamie. Là, Jéhovah a dit au nouveau patriarche du clan, Abraham, de conduire sa tribu dans une migration vers l’Égypte. La tribu a obtempéré et, au cours des générations suivantes, elle a lentement traversé Canaan en direction du Nil. La famine a finalement forcé la tribu à entrer dans la région égyptienne de Gosen, où les Hébreux ont d’abord bien vécu sous le règne du pharaon, mais à l’arrivée d’un nouveau roi sur le trône égyptien, les Hébreux ont été réduits en esclavage.

La Bible raconte qu’après quatre cents ans de servitude en Égypte, les Hébreux ont été conduits en exode par Moïse, sous l’œil vigilant de Jéhovah. À cette époque, les Hébreux se comptaient par centaines de milliers. Après un long périple et de nombreuses batailles sanglantes, les tribus hébraïques sont revenues et ont conquis Canaan, la « Terre promise » que Jéhovah leur avait promise des siècles plus tôt.

C’est ainsi que, selon la Bible, est née la religion juive.

Jéhovah était clairement un personnage important dans cette histoire biblique. Mais qui était-il ? Jéhovah était-il Dieu, comme l’affirme la Bible ? Était-il un mythe, comme les sceptiques d’orientation laïque voudraient nous le faire croire ? Jéhovah semble n’avoir été ni l’un ni l’autre.

Le nom de Jéhovah vient du mot hébreu « Yahweh », qui signifie « celui qui est » ou « l’évidence ». Cette appellation véhicule l’idée que le Jéhovah biblique était un être spirituel pur ; un véritable Être suprême, si vous voulez. Mais l’était-il vraiment ?

Les descriptions de Jéhovah dans l’Ancien Testament ont fait le bonheur des auteurs d’ovnis, et pour cause. Jéhovah a voyagé dans le ciel dans ce qui semble avoir été un avion bruyant et fumant. Une description biblique de Jéhovah atterrissant au sommet d’une montagne le décrit ainsi :

. … il y eut des tonnerres et des éclairs, et une épaisse nuée sur la montagne, et le son de la trompette fut extrêmement fort;* et tout le peuple qui était dans le camp trembla. * Un son de trompette accompagnait de nombreuses apparitions de Jéhovah.

Moïse fit sortir le peuple du camp pour qu’il rencontre Dieu, et ils se tinrent au bas de la montagne.

La montagne de Sinaï était entièrement couverte de fumée, car le Seigneur était descendu sur elle dans le feu ; la fumée du feu s’élevait comme la fumée d’une fournaise, et toute la montagne tremblait fortement. GENÈSE 19:16-19


Si un ancien hébreu avait observé le grondement, la fumée et les flammes d’une fusée moderne, sa description n’aurait pas été très différente de ce récit biblique de Jéhovah. Une visite ultérieure de Jéhovah présentait les mêmes phénomènes :


Et tout le peuple vit les tonnerres, les éclairs, le bruit de la trompette, et la montagne fumante ; et quand le peuple vit cela, il s’éloigna et se tint à l’écart. GENÈSE 20:18

De peur que l’on ne pense que ces descriptions puissent être celles d’un volcan, d’autres observations révèlent que Jéhovah était un objet mobile :

L’Éternel marchait devant eux [les tribus hébraïques], le jour dans une colonne de nuée, pour leur montrer le chemin, la nuit dans une colonne de feu, pour les éclairer, pour aller jour et nuit :

Il n’enleva pas la colonne de nuée de jour, ni la colonne de feu de nuit, de devant le peuple. EXODE 13:21-22

Exode 14:24, 40:34-38, et Nombres 19:1-23 contiennent des descriptions identiques de Jéhovah alors qu’il conduisait les tribus hébraïques vers la Terre promise.

Les anciens témoins oculaires hébreux responsables des descriptions ci-dessus n’ont pas pu voir Jéhovah de plus près. La Bible précise que personne n’était autorisé à s’approcher des sites d’atterrissage de Jéhovah au sommet des montagnes, à l’exception de Moïse et de quelques chefs triés sur le volet. Jéhovah avait menacé de tuer quiconque s’y risquerait. La Bible ancienne ne contient donc que des descriptions de Jéhovah telles que des témoins oculaires l’ont vu de loin. Ce n’est que bien plus tard que l’un des prophètes les plus célèbres de la Bible, Ézéchiel, a pu voir Jéhovah de plus près et le décrire plus en détail. La description d’Ezéchiel est probablement le passage biblique le plus souvent cité dans la littérature sur les ovnis. Le récit détaillé d’Ezéchiel concernant d’étranges objets aériens a suscité des spéculations d’une telle intensité que même un éditeur de la Bible, Tyndale House, a préfacé son introduction au livre d’Ezéchiel par le titre « Dry Bones and Flying Saucers ? ». Au risque d’ennuyer certains lecteurs avec une nouvelle répétition des célèbres paroles d’Ézéchiel, je les reproduis ici pour le bénéfice de ceux qui ne les connaissent pas :

Or, il arriva dans ma trentième année, au quatrième mois, comme j’étais au milieu des captifs près du fleuve du Chebar, que les cieux s’ouvrirent, et que j’eus des visions de Dieu.

Je regardai, et voici qu’il vint du nord un tourbillon, une grande nuée, et un feu qui jeta un éclat autour de lui, et au milieu duquel brillait quelque chose comme un métal jaune pâle.

Et du milieu de la nuée apparurent quatre êtres vivants. Et voici leur aspect : ils avaient la ressemblance d’hommes.

Leurs pieds étaient droits, et la plante de leurs pieds avait la forme de la plante du pied d’un veau ; et ils étincelaient comme de l’airain poli.

Ils avaient des mains humaines sous leurs ailes à quatre côtés.

Leurs ailes étaient jointes ensemble ; et ils ne se tournaient pas quand ils allaient, ils allaient tous droit.

Quant à l’aspect de leurs faces, elles avaient à droite une face d’homme et une face de lion, à gauche une face de boeuf, et à droite une face d’aigle.

Au milieu des êtres vivants brillait quelque chose comme des charbons ardents ou des lampes, qui allaient et venaient entre les êtres vivants ; le feu était brillant, et du feu sortaient des éclairs.

Et les créatures vivantes couraient et revenaient par des éclairs.

Comme je regardais les êtres vivants, je vis sur la terre quatre roues, une par chacun des êtres vivants, avec leurs quatre faces.

L’aspect des roues et leur composition étaient semblables à la couleur de l’ambre brillant ; et les quatre roues avaient la même ressemblance ; et leur aspect et leur composition étaient comme une roue au milieu d’une roue.

Et quand les créatures vivantes allaient, les roues allaient avec elles ; et quand les créatures vivantes étaient soulevées de la terre, les roues étaient soulevées.

Et l’aspect du ciel sur la tête des êtres vivants se reflétait comme la couleur du terrible cristal qui s’étendait au-dessus de leurs têtes, au-dessus.

Et quand ils allaient, j’entendais le bruit de leurs ailes, comme le bruit des grandes eaux, comme la voix du Tout-Puissant, comme le vacarme d’une armée. Quand ils s’arrêtaient, ils abaissaient leurs ailes.

Et il y eut une voix venant de la couverture de cristal qui était au-dessus de leurs têtes, lorsqu’ils se tenaient debout et qu’ils avaient abaissé leurs ailes. EZEKIEL 1:1-25

La voix a dit à Ezéchiel que c’était le « Seigneur Dieu ». (Ézéchiel 2:4).

La première partie de la vision d’Ézéchiel ressemble aux descriptions bibliques précédentes de Jéhovah : un objet ardent en mouvement dans le ciel, émettant de la fumée. Alors que l’objet se rapprochait, Ezéchiel a pu observer que la chose était faite de métal. De l’objet métallique sont sorties plusieurs créatures d’apparence humaine, apparemment chaussées de bottes métalliques et coiffées de casques ornementés. Leurs « ailes » semblaient être des moteurs rétractables qui émettaient un grondement et aidaient les créatures à voler. Leurs têtes étaient recouvertes de verre ou de quelque chose de transparent qui reflétait le ciel au-dessus. Ils semblaient être dans une sorte de véhicule circulaire ou un véhicule avec des roues.

Nous pouvons conclure sans risque de nous tromper, à partir du passage ci-dessus, que « Jéhovah » n’était pas un Être suprême. Il semble avoir été une succession d’équipes de gestion de la garde opérant sur une période de temps de plusieurs générations humaines. Pour imposer l’obéissance des hommes, ces équipes ont utilisé leurs avions pour perpétuer le mensonge selon lequel ils étaient « Dieu ».

Les équipes de gardiens connues sous le nom de « Jéhovah » ont aidé la Fraternité du Serpent à se lancer dans un programme de conquête pour répandre la nouvelle religion du « Dieu unique ». Moïse, l’homme choisi pour commander les tribus hébraïques lors de leur exode hors d’Égypte vers la Terre promise, était un membre de haut rang de la Confrérie. Un indice de ce fait provient de la Bible elle-même, dans laquelle on nous raconte comment Moïse a été élevé pendant son enfance :

En ce temps-là, Moïse naquit et fut très beau, et il fut élevé dans la maison de son père pendant trois mois :

Et quand il fut chassé, la fille de Pharaon le prit et l’éleva comme son propre fils.

Moïse était instruit dans toute la sagesse des Égyptiens, et il était puissant en paroles et en actes. LES ACTES 7:20-22

L’historien et grand prêtre égyptien Manéthon (environ 300 av. J.-C.) affirme que Moïse a reçu une grande partie de son éducation dans la Fraternité sous Akhnaton, le pharaon même qui a été le pionnier du monothéisme :

Moïse, fils de la tribu de Lévi [une des tribus hébraïques], éduqué en Égypte et initié à Héliopolis [une ville égyptienne], devint grand prêtre de la Fraternité sous le règne du pharaon Amenhotep [Akhnaton]. Il fut élu par les Hébreux comme leur chef et il adapta aux idées de son peuple la science et la philosophie qu’il avait obtenues dans les mystères égyptiens ; on en trouve des preuves dans les symboles, dans les initiations, dans ses préceptes et ses commandements. . ..

Le dogme d’un « Dieu unique » qu’il enseignait était l’interprétation et l’enseignement de la Fraternité égyptienne du pharaon qui a établi la première religion monothéiste connue de l’homme. Ce passage soulève la question de savoir quand a eu lieu l’exode des juifs d’Egypte.

Si Moïse était un Grand Prêtre de la Confrérie sous Akhenaton, comme l’affirme Manéthon, mais qu’il n’a pas dirigé l’exode avant le règne de Ramsès II, comme le pensent de nombreux historiens, alors Moïse devait être un homme extrêmement âgé au moment de l’exode. (Ramsès II n’a régné que près de cent ans après Akhenaton). La Bible, dans le Deutéronome 34:7, indique que Moïse avait 120 ans à sa mort. L’affirmation d’un âge aussi avancé peut être difficile à accepter de nos jours, mais si cela est vrai pour Moïse, alors Manéthon et les érudits modernes auraient raison dans leurs datations.

Des preuves solides à l’appui de la déclaration de Manéthon se trouvent dans les premiers enseignements du judaïsme, qui étaient profondément mystiques et utilisaient de nombreux symboles de la Fraternité. Beaucoup de ces enseignements mystiques sont encore enseignés aujourd’hui dans la Cabale juive : une philosophie religieuse secrète des rabbins juifs. La Cabale continue d’utiliser un ensemble complexe de symboles mystiques. Le logo national de l’Israël moderne, l’étoile de David à six branches, est un symbole de la Fraternité depuis des milliers d’années.

Les premiers auteurs humains ont souvent dépeint les « dieux » gardiens de l’humanité comme des créatures assoiffées de sang et enclines à une violence excessive. Malheureusement, ces qualités lamentables ne se sont pas améliorées avec Jéhovah. Au cours de la traversée de l’Égypte vers la Terre promise, Jéhovah a exigé une obéissance sans faille de la part des Hébreux. De nombreux humains se sont rebellés et Jéhovah a réagi avec une extrême cruauté. Jéhovah aurait tué jusqu’à 14 000 Hébreux à la fois pour désobéissance. Il a utilisé diverses méthodes de mise à mort, comme la propagation de maladies, tout comme d’autres « dieux » gardiens l’avaient fait auparavant à Suméria.

Lorsque les armées hébraïques ont atteint Canaan, Jéhovah a fait preuve d’une véritable psychopathie. Pour établir les Hébreux dans leur nouvelle patrie, Jéhovah a ordonné aux armées hébraïques de se lancer dans une campagne de génocide visant à dépeupler toutes les villes et villages de la région. Sous la nouvelle direction d’un homme nommé Josué, la première ville à tomber dans l’holocauste de sept ans de Jéhovah fut Jéricho. Selon la Bible, l’armée hébraïque, qui comptait des dizaines de milliers de personnes, a massacré tous les habitants de Jéricho, à l’exception, ironiquement, d’une prostituée qui avait trahi son peuple en aidant deux espions hébreux :

Ils dévouèrent par interdit tout ce qui était dans la ville, hommes et femmes, jeunes et vieux, bœufs, brebis et ânes, au fil de l’épée. JOSHUA 6:21

Après que cela fut accompli :

… ils brûlèrent la ville par le feu, avec tout ce qu’elle contenait ; mais ils mirent dans le trésor de la maison de l’Éternel l’argent, l’or, les vases d’airain et de fer. JOSHUA 6:24

La cible suivante était Aï, une ville dont la population était de 12 000 habitants. Tous les citoyens d’Aï furent massacrés et la ville fut réduite en cendres. Cette sauvagerie fut perpétrée ville après ville :

Josué tua tout ce qui se trouvait dans le pays des collines, du midi, des vallées et des sources, et tous leurs rois ; il ne laissa rien subsister, mais il dévora par interdit tout ce qui respirait, comme l’avait ordonné le Seigneur, le Dieu d’Israël. JOSHUA 10:40 [un peu exagéré, il pourrait vous faire perdre la tête un jour Israël D.C].

Le génocide a été justifié en disant que les victimes étaient toutes méchantes. Cela ne pouvait pas être la vraie raison, car des enfants et des animaux ont également été massacrés. Il n’est pas juste de massacrer une ville entière pour les crimes de quelques-uns ; il n’est pas juste non plus d’assassiner un enfant pour les crimes de ses parents. Le véritable crime, selon la Bible, était que les indigènes de la région étaient devenus désobéissants. Les Hébreux, plus obéissants, ont donc été élus par Jéhovah pour éliminer les indigènes et les remplacer.

Aujourd’hui, la question de savoir si l’assimilation des Hébreux à Canaan était aussi génocidaire que le décrit la Bible fait débat. Les fouilles archéologiques modernes sur certains des sites de bataille cités dans la Bible (tels que Hazor, Lachish et Debir) ont révélé des preuves de destruction violente à l’époque de Josué. D’autres sites ont donné des preuves moins concluantes. De nombreuses personnes préfèrent, à juste titre, minimiser autant que possible les effusions de sang bibliques. Quel que soit le degré de véracité de l’histoire biblique de la conquête de Canaan, elle nous apprend quelque chose de très important sur le génocide :

Le génocide est souvent un outil pour promouvoir un changement politique ou social rapide en remplaçant rapidement un groupe de personnes par un autre. Pour cette raison, le génocide est apparu comme un phénomène historique significatif en relation avec de nombreux efforts de la Fraternité pour provoquer un changement politique et social rapide.

Les personnes qui connaissent les enseignements moraux juifs peuvent être surprises par le comportement brutal attribué à Jéhovah et aux Hébreux. Le plus célèbre des enseignements moraux juifs est, bien sûr, les dix commandements, qui auraient été donnés à Moïse par Jéhovah pendant le voyage des Hébreux vers la Terre promise.

Après la mort de Moïse, Jéhovah et les armées d’Israël ont clairement violé les commandements de manière importante. Le commandement « Tu ne tueras point » a été transgressé lorsque les Hébreux ont massacré les habitants de Canaan. Les Hébreux ont ignoré le commandement « Tu ne voleras pas » lorsqu’ils ont dépouillé les villes mourantes de leurs métaux précieux. Ils n’ont pas mieux respecté le commandement « Tu ne convoiteras pas la maison de ton prochain… ni aucune chose qui appartient à ton prochain » lorsqu’ils ont commis un génocide pour s’approprier les terres de leurs voisins. Ce comportement est déroutant car de nombreux commandements bibliques établissent un code de conduite décent. Par exemple, les Hébreux ont été avertis de ne jamais coopérer avec un malfaiteur en donnant un faux témoignage.

Un autre commandement soulignait l’importance de la responsabilité individuelle face à la pression du groupe en déclarant : « Tu ne suivras pas un groupe qui fait le mal. » La tolérance à l’égard des étrangers était inscrite dans la loi : « Tu ne maltraiteras pas l’étranger, tu ne l’opprimeras pas… ». Les voleurs étaient généralement tenus de dédommager leurs victimes. Comment expliquer l’existence de commandements aussi humains face à un comportement aussi barbare ?

Une partie de la réponse se trouve peut-être dans les mots de Manéthon : * Tous les commandements de l’Ancien Testament n’étaient pas humains selon les normes d’aujourd’hui. La liberté de culte n’était pas tolérée. L’esclavage était une institution acceptée et les hommes hébreux étaient autorisés à vendre leurs filles en esclavage. La forme de punition « œil pour œil, dent pour dent » n’aboutit pas toujours à la justice.

Les merveilles que Moïse raconte comme ayant eu lieu sur la montagne du Sinaï [la montagne sur laquelle Jéhovah aurait donné à Moïse plusieurs des commandements], sont en partie un compte rendu voilé de l’initiation égyptienne que [Moïse] a transmise à son peuple lorsqu’il a établi une branche de la Fraternité égyptienne dans son pays….. 2

Si les paroles de Manéthon sont vraies, alors beaucoup des Commandements peuvent provenir de sources humaines au sein de la Fraternité plutôt que de sources custodiales. Cela indiquerait la présence continue de véritables humanitaires au sein de la Fraternité malgré la domination custodiale. Moïse lui-même semble avoir été, au moins dans une certaine mesure, un tel humaniste. La Bible décrit Moïse comme un homme modéré qui est souvent intervenu en faveur des Hébreux lorsque Jéhovah était sur le point d’infliger un châtiment violent. Comme nous le verrons à plusieurs reprises dans ce livre, des influences humanitaires persistantes au sein de la Fraternité sont souvent remontées à la surface, mais malheureusement, pas suffisamment pour annuler entièrement les influences corruptrices.

Un autre aspect déroutant de l’histoire du génocide biblique est le comportement des personnes massacrées. Selon la Bible, une seule ville s’est rendue. Les autres ont choisi de se battre et d’être massacrées. Face à une armée hébraïque surpuissante, et peut-être même à un « Dieu » tonitruant dans le ciel, n’est-il pas probable que davantage de villes assiégées se rendraient, ou du moins offriraient de quitter Canaan pacifiquement ? La Bible présente une explication intéressante de la raison pour laquelle cela ne s’est pas produit :

Il n’y eut pas une seule ville qui fit la paix avec les enfants d’Israël, sauf les Hivvites, les habitants de Gabaon, tous les autres qu’ils prirent dans la bataille.

Car c’est l’Éternel qui a endurci leur cœur, pour qu’ils aillent combattre Israël, afin qu’il les détruise entièrement, et qu’ils ne trouvent aucune faveur, mais qu’il les détruise….. JOSHUA 11:19-20

Le passage ci-dessus indique que Jéhovah avait manipulé les peuples victimes pour qu’ils combattent les Hébreux afin que les victimes puissent être détruites. Il s’agit d’un aveu étonnant et important, car il impliquerait que Jéhovah ou d’autres gardiens dominaient d’autres villes de la région et utilisaient leur influence pour manipuler les peuples afin qu’ils combattent les Hébreux. Ce n’est pas la première fois que cela se produit.

La Bible rapporte des manipulations similaires dans un épisode antérieur. Lorsque les Hébreux étaient encore esclaves en Égypte, Jéhovah avait donné l’ordre à Moïse d’aller voir le pharaon pour lui demander de libérer les tribus hébraïques. Cependant, Jéhovah avait de l’influence sur le pharaon et Moïse avait été prévenu à l’avance que Jéhovah ferait en sorte que le pharaon dise « non ». Selon la Bible, Jéhovah avait une raison précise de manipuler le pharaon de cette manière :

L’Éternel dit à Moïse : Va vers le pharaon ; car j’ai endurci son cœur et le cœur de ses serviteurs, afin de montrer mes pouvoirs devant lui :

Tu raconteras à ton fils et au fils de ton fils ce que j’ai fait en Égypte et les miracles que j’ai accomplis au milieu d’eux, afin que vous sachiez que je suis le Seigneur. EXODE 10:1-2

Après avoir entendu ces paroles, Moïse se rendit plusieurs fois chez le pharaon pour renouveler sa demande de libération des Hébreux. Chaque demande a été rejetée et chaque rejet a été suivi d’une calamité que Jéhovah a fait subir aux Égyptiens. Ces calamités comprenaient des infestations de vermine, des fléaux, des furoncles sur la peau causés par une fine poussière qui se déposait sur la campagne, et enfin le meurtre de chaque fils aîné en Égypte pendant une nuit connue sous le nom de « Pâque ». Ce n’est qu’après la Pâque que Jéhovah a cessé « d’endurcir le cœur » du pharaon afin que les tribus hébraïques puissent quitter l’Égypte.

De nombreux spécialistes soutiendraient que les références bibliques à Jéhovah « endurcissant le cœur » des ennemis d’Israël ne font qu’exprimer l’idée religieuse selon laquelle toutes les pensées et émotions humaines viennent en fin de compte de « Dieu », et que de tels écrits ne doivent donc pas être pris au pied de la lettre. Dans ce cas, nous devrions prendre la Bible au sérieux, car elle a décrit un phénomène politique très réel : deux ou plusieurs parties sont manipulées par une tierce partie extérieure qui les pousse à entrer en conflit.

L’un des philosophes les plus célèbres à avoir discuté de la manipulation d’un tiers comme outil de contrôle social et politique est Niccolo Machiavel, philosophe du XVIe siècle. Bien que Machiavel n’ait pas été le premier à écrire sur ces questions, son nom est devenu synonyme de ruse politique sans scrupules.


Machiavel a rédigé plusieurs manuels pratiques non sollicités à l’intention d’un prince local. Ces écrits sont devenus des classiques de la littérature. Machiavel y décrit plusieurs des techniques utilisées par divers dirigeants italiens pour garder le contrôle sur une population. L’une de ces méthodes consistait à susciter des conflits. Dans son traité, Le Prince, Machiavel écrit :

Certains princes, afin d’assurer la sécurité de l’État, ont désarmé leurs sujets, d’autres ont gardé leurs villes sujettes à des factions [disputes] distraites…3.

Machiavel cite un exemple précis :

Nos ancêtres, et ceux qui étaient considérés comme sages, avaient l’habitude de dire qu’il fallait tenir Pistoia [une ville italienne] par des factions et Pise par une forteresse ; et avec cette idée, ils ont encouragé les querelles dans certaines de leurs villes tributaires afin d’en garder la possession plus facilement4.

La désunion humaine était une denrée précieuse pour les princes car elle rendait le peuple moins apte à monter un défi. Machiavel décrit les étapes exactes à suivre par quiconque souhaite utiliser cet outil:

La façon de procéder est de gagner la confiance de la ville désunie ; et, tant qu’ils n’en viennent pas aux mains, d’agir en tant qu’arbitre entre les parties, et, quand ils en viennent aux mains, d’apporter un soutien tardif à la partie la plus faible, à la fois dans le but de la maintenir et de l’épuiser ; et, encore une fois, parce que des mesures plus fortes ne laisseraient aucun doute sur le fait que vous cherchez à les soumettre et à vous faire leur maître. Lorsque ce plan sera mis en œuvre, il arrivera, comme toujours, que le but que vous avez en vue sera atteint.

La ville de Pistoia, comme je l’ai dit dans un autre discours et à propos d’un autre sujet, a été acquise par la république de Florence par un artifice de ce genre ; car elle était divisée et les Florentins soutenaient tantôt l’un, tantôt l’autre parti et, sans se rendre odieux à l’un ou à l’autre, les menaient jusqu’à ce qu’ils en aient assez de leur manière turbulente de vivre et qu’ils finissent par se jeter volontairement dans les bras de Florence5.

Malgré l’efficacité de cette technique, Machiavel déconseille de l’utiliser car elle peut se retourner contre son auteur. Le succès de la technique dépend du fait qu’au moins une des parties manipulées ne soit pas consciente de la véritable source du problème. Si les deux parties découvrent qu’elles sont manipulées par une tierce partie, non seulement les hostilités cessent généralement, mais les parties s’unissent le plus souvent dans une aversion commune pour l’auteur. Ce phénomène peut être observé à un niveau personnel lorsque deux amis découvrent qu’un troisième « ami » a dit des choses désobligeantes sur chacun d’eux dans leur dos. Pour que la technique soit efficace, l’auteur doit rester caché en tant que source du conflit.

Pour résumer les observations de Machiavel, nous constatons qu’entretenir le conflit entre les gens peut être un outil efficace pour maintenir le contrôle social et politique sur une population. Pour que cette technique soit efficace, l’instigateur doit faire ce qui suit :

1. Créer des conflits et des « problèmes » qui amèneront les gens à se battre entre eux plutôt que contre l’instigateur.

2. Rester à l’abri des regards en tant que véritable instigateur des conflits.

3. Soutenir tous les belligérants.

4. Être considéré comme la source bienveillante qui peut résoudre les conflits.

Comme nous l’avons vu précédemment dans l’histoire de la Tour de Babel, les « dieux » gardiens voulaient maintenir l’humanité désunie et sous le contrôle des gardiens. Pour y parvenir, l’histoire biblique de Jéhovah indique que les gardiens ont utilisé la technique machiavélique consistant à créer des factions entre les êtres humains. La Bible indique que les gardiens encourageaient les factions qu’ils contrôlaient à s’affronter. Pendant tout ce temps, les gardiens se sont proclamés le « Dieu » et les « anges » vers lesquels les gens devraient se tourner afin de trouver une solution à toutes ces guerres. C’est la séquence classique tout droit sortie de Machiavel.

Pour que de tels efforts machiavéliques soient couronnés de succès sur une longue période, il faudrait que le factionnalisme soit constamment entretenu et que les gardiens restent en permanence cachés en tant que responsables. Ces deux besoins étaient satisfaits par la structure organisationnelle de la Confrérie corrompue. La Confrérie était en train de se forger un réseau très étendu de sociétés secrètes et de religions politiquement puissantes qui pouvaient organiser avec succès les gens en factions rivales ; en même temps, les traditions de secret de la Confrérie dissimulaient efficacement sa hiérarchie organisationnelle.

Ce secret est devenu un écran derrière lequel les gardiens pouvaient se cacher au sommet de la hiérarchie de la Fraternité derrière les voiles du mythe et ainsi obscurcir leur rôle d’instigateurs de conflits violents entre les êtres humains. De cette façon, le réseau des organisations de la Fraternité est devenu le principal canal par lequel les guerres entre les êtres humains pouvaient être secrètement et continuellement générées par la société tutélaire, réalisant ainsi les intentions tutélaires annoncées dans l’histoire de la Tour de Babel. La Fraternité est également devenue le canal par lequel les institutions gardiennes pouvaient être imposées à la race humaine.

Les guerres servent un autre objectif de garde révélé dans la Bible. L’histoire d’Adam et Eve mentionne l’intention de « Dieu » de faire de la survie physique une tâche dévorante de la naissance à la mort. Les guerres contribuent à la réalisation de cet objectif car elles absorbent des ressources à grande échelle et n’offrent que peu de choses en retour pour améliorer la vie. Les guerres démolissent et détruisent ce qui a déjà été créé, ce qui rend nécessaire un effort supplémentaire considérable pour le simple maintien d’une culture. Plus une société s’engage dans la construction de machines de guerre et dans les combats, plus les membres de cette société verront leur vie consumée par l’ennui et le travail répétitif en raison de la nature parasitaire et destructrice de la guerre. C’est aussi vrai aujourd’hui qu’en 1000 avant Jésus-Christ.

Il est facile d’observer que les gens se battent et se disputent sans aucune incitation extérieure. Il n’existe pratiquement aucune créature sur Terre qui n’en attaque pas une autre à un moment ou à un autre de sa vie. Il est évident qu’il n’est pas nécessaire qu’une tierce partie manipulatrice soit présente pour qu’une dispute éclate entre des groupes de personnes. Les tiers ne font que rendre les disputes et les conflits plus fréquents, plus graves et plus longs.

Les bagarres spontanées et non influencées ont tendance à être rapides, maladroites et centrées sur un seul conflit visible. Le moyen de maintenir artificiellement les combats en vie est de créer des « problèmes » insolubles qui ne peuvent être réglés que par l’anéantissement complet de l’un des adversaires, puis d’aider les équipes adverses à poursuivre leur lutte l’une contre l’autre en égalisant leurs forces de combat. Pour maintenir une race entière dans un état constant de conflit, il faut générer en permanence des problèmes pour lesquels les membres de la race se battront les uns contre les autres, et élever des guerriers fervents pour se battre pour ces causes. Ce sont les types précis de conflits qui ont été créés par le réseau de la Fraternité jusqu’à aujourd’hui. Ces conflits artificiels ont entraîné la race humaine dans le marasme sans répit des guerres qui ont tant marqué l’histoire de l’humanité.

Détecter l’implication de la Fraternité dans les événements humains est parfois délicat. La tâche est facilitée par l’utilisation de plusieurs des symboles mystiques les plus importants de la Confrérie. Ces symboles agissent comme des fils colorés qui s’entrecroisent et se perdent de vue et qui nous permettent de retracer le rôle du réseau de la Fraternité dans l’évolution de l’histoire. L’un des symboles les plus significatifs est, curieusement, un tablier.

A suivre…


Lire tous les chapitre du livre : Les dieux de l’Éden


Que pensez-vous de cet article ? Inscrivez-vous et rejoignez la conversation


Merci à tous pour votre soutien.

Beaucoup d'entre vous sont avec moi, par le coeur et la pensée, et je vous transmet ma gratitude... Vous pouvez assurer la continuité de ce site de plusieurs manières... En partageant les articles que vous avez aimé... En achetant vos livres et vos produits préférés sur Amazon via ce site... En faisant un don sécurisé sur Paypal... Ou les trois en même temps... Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...


Même 1€ est important !





Tags:

0 Commentaires

Laisser une réponse

Imaginer un Nouveau Monde © Elishean 2009 - 2021

CONTACT

Vous pouvez nous envoyer un e-mail et nous vous répondrons dès que possible.

En cours d’envoi
ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

%d blogueurs aiment cette page :