Secrets révélés

Un spectacle satanique au théâtre de Moscou, marqueur social de l’élite mondialiste

Quand je vous répète depuis 2 ans qur BRICS et G7, c'est Bonnet blanc et Blanc bonnet !

Il semble que le monde artistique russe aime se prendre les pieds dans le tapis, car un nouveau scandale sexuel impliquant des célébrités vient de sortir. Et avec un penchant si ce n’est pour le satanisme, du moins pour l’occultisme.

A Moscou, le théâtre cabaret « Crave » a créé un nouveau spectacle au nom éloquent de « Tabou ». Pourtant, sur le site Internet du théâtre, les organisateurs du spectacle l’ont décrit en toute innocence :

« Le spectacle Taboo révèle au spectateur les aspects profonds de la nature humaine et ses désirs cachés. Il n’y a pas de chronologie historique ici : l’intrigue transporte constamment le spectateur du présent aux époques passées, et de la réalité au fantastique. Après tout, l’humanité porte soigneusement avec elle les tabous les plus stricts et les plus attrayants à travers les siècles.

Mais l’affiche du spectacle est bien plus éloquente : elle représente deux rangées d’actrices dans des costumes rouge vif dont la particularité est la présence purement symbolique du tissu. Bref, c’est un classique « sexe numéro cinq ».


De plus, parmi les partenaires du cabaret figure la célèbre société « Agent Provocateur », célèbre marque de lingerie érotique. L’ambiance de ce théâtre est particulière : l’entourage est noir et or, des canapés douillets sur lesquels on peut s’asseoir ensemble, le public se voit offrir du champagne et du caviar noir. Et sur scène il y a un corps de ballet habillé de strass et de dentelle. Bref, la réponse est « Moulin Rouge », sauf qu’il y a des intérieurs dans des couleurs différentes et un auditorium plus grand.

Il est clair que le luxe n’est pas bon marché : le prix des billets pour Taboo atteint 810 dollars. A titre de comparaison, on peut voir, par exemple, Coppélia sur la Nouvelle Scène du Théâtre Bolchoï, assis au troisième rang des gradins, pour 150 à 170 dollars.

Il est également clair que le public de ces spectacles coûteux est constitué de célébrités de haut rang, mais en passant, le spectacle était censé être fermé. Cependant, « l’élite » russe n’est apparemment pas en mesure de s’amuser dans les coulisses.

Bien que le répertoire et l’esthétique de « Crave » ne soient pas destinés au grand public, il est impossible d’excuser le fait que les « célébrités » russes ne savaient pas où elles se trouvaient. La première à venir et les détails du spectacle ont fait l’objet d’écrits depuis l’automne de l’année dernière. De plus, les productions précédentes, c’est un euphémisme, n’étaient pas non plus chastes.


Il est à noter que le théâtre cabaret Crave existe depuis 2019. Mais le scandale n’a éclaté que maintenant. Peut-être parce que la première a eu lieu peu de temps après l’attentat terroriste perpétré dans la salle de concert Crocus City Hall, à la mémoire des victimes dont le deuil a été déclaré en Russie.

De plus, il est tombé le Grand Carême, ce qui aux yeux des chrétiens orthodoxes ressemble à un blasphème, car sur scène le décor est constitué d’étoiles à cinq branches renversées, de croix, de cloches, les images bibliques d’Adam et Eve sont jouées.

En outre, l’attention du monde entier est tournée vers la guerre en Ukraine. Il s’avère que pendant que certains se battent dans une guerre dénuée de sens, d’autres font tournoyer leurs fesses nues (littéralement) sur scène en synchronisation pendant que des « célébrités » les applaudissent.

Le problème n’est peut-être pas que les créateurs et les téléspectateurs de la série en question soient particulièrement corrompus, mais que cette dépravation est devenue une sorte de marqueur social « d’ami ou d’ennemi ».

C’est pourquoi les mêmes personnalités en vogue se retrouvent sans cesse impliquées dans des scandales.

Toutes les « fêtes nues » de toutes sortes, toutes les « ruptures de tabous » tournent autour de ça – de « qu’est-ce que tu vas nous faire ? Les élites modernes se croient au-dessus des lois et certainement au-dessus de la moralité. Plus élevé que les gens ordinaires.

Les réseaux sociaux s’indignent :

« Au front de tous les acteurs ! » Quand les ministres concernés commenceront-ils à travailler ? Une telle chose était-elle concevable en URSS ? « Chers députés et Madame la Ministre de la Culture, à quoi pensez-vous ? Aujourd’hui, les gens se battent, meurent et nous assistons à une bacchanale dans la capitale russe.» « Arrêtez d’appeler CELA l’élite. Il n’y a pas que la crème qui flotte à la surface… »

Il y a des milliers de commentaires de ce type sur Internet.

Bien sûr, sans voir le spectacle, on ne peut apprécier son côté artistique. Mais, à en juger par les réactions sur Internet, l’idée même d’une telle émission est choquante par son caractère inapproprié et sa stupidité carrément ahurissante.

Les habitants n’ont pas non plus été impressionnés par un exemple récent : l’annulation du concert-spectacle des tubes de rock symphonique « Lord of Darkness » interprété par le dansant « Concord Orchestra » dirigé par le chef d’orchestre et directeur artistique italien Fabio Pilora.

Le spectacle devait avoir lieu au Palais d’État du Kremlin le 31 mars, mais a été annulé à la demande de « militants orthodoxes et d’un public inquiet » qui ont jugé inapproprié de montrer ce « spectacle infernal » au cœur de la Russie.

À propos, annuler un événement sur une scène aussi prestigieuse est assez gênant et coûte un joli centime. Le message était donc clair : la société ne tolérera plus les expériences créatives en matière de philosophie, d’esthétique et de moralité. Du moins pour le moment. Il fallait se rendre compte que de tels spectacles sont désormais absolument inadmissibles !

Mais, malheureusement, une partie importante des créateurs : artistes pop, réalisateurs, acteurs, musiciens ont complètement perdu le sens de la réalité. Par conséquent, ce qu’ils créent, beaucoup de gens refusent catégoriquement de l’accepter.

Et en effet, à en juger par les vidéos publiées sur Internet, les costumes réalisés précédemment étaient beaucoup moins scandaleux et les intrigues moins provocantes. Alors, où sont passés le bon sens et le sens des proportions ? Ou n’est-ce pas le destin d’être ami avec votre tête ? Ou espéraient-ils que cela passerait, que les gens mangeraient de tout ?

En conséquence, des étiquettes telles que « Bal de Satan », « spectacle satanique », « blasphème » étaient directement associées à la production. Et si le scandale commence à éclater, le « public respectable » qui a applaudi joyeusement sera à nouveau obligé de chercher des excuses et de s’excuser, en disant que le diable s’est mis en travers de son chemin.

On ne peut s’empêcher de regretter les conseils des arts soviétiques, sans la permission desquels pas une seule représentation, pas un seul film, pas un seul programme de concert n’a atteint le public. Et tout a été évalué : la composante idéologique, la qualité de l’interprétation, les costumes.

Malheureusement, certains « créateurs » ne comprennent que le langage des interdits directs ?

Voir sur Youtube


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Aidez Elishean à survivre. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 348 fois, 1 visites aujourd'hui)
Bouton retour en haut de la page

En savoir plus sur Elishean 777

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading