Secrets révélés

Les anciens géants qui régnaient sur l’Amérique (4) Des rois couronnés de cuivre et des reines parées de perles

Traduction du livre de Richard J. Dewhurst. Une étude des preuves substantielles d'une ancienne race de géants en Amérique du Nord et de sa suppression de 150 ans par la Smithsonian Institution.

Les découvertes sur les anciens géants américains

4 – Des rois couronnés de cuivre et des reines parées de perles

Il est naturel pour les êtres humains d’associer la taille et la puissance à un statut élevé. Dans les légendes de géants qui ont vu le jour dans diverses régions du monde, les géants sont souvent représentés comme des dieux et des rois. Il n’est donc pas surprenant que les restes de géants découverts en Amérique soient accompagnés de signes de royauté tels que des couronnes en cuivre et d’autres insignes comme des robes en perles et des ornements en mica, et qu’ils soient trouvés dans des modèles et des cadres d’enterrement rituels.

Les rois sont aussi souvent retrouvés enterrés debout, entourés de quatre dalles de pierre mégalithiques. Parfois, les rois et les reines sont enterrés dans des sarcophages en pierre, et des momifications datant de 8000 avant notre ère ont également été confirmées scientifiquement.

LE SMITHSONIAN MÈNE LA RECHERCHE DU GÉANT DE GÉORGIE

Le Smithsonian est au premier plan dans ce récit de 1884 sur la découverte d’une sépulture royale.

UNE ROYAUTÉ COURONNÉE GÉANTE EST TROUVÉE- ATHENS, GÉORGIE, BANNIÈRE, 6 MAI 1884

Athènes, Géorgie : M. J. B. Toomer a reçu hier une lettre de M. Hazelton, qui est en visite à Cartersville. La lettre contenait plusieurs perles en pierre, et a donné un compte rendu intéressant de l’ouverture d’un grand monticule indien près de cette ville par un comité de scientifiques envoyés de la Smithsonian Institution. Après avoir enlevé la terre sur une certaine distance, une couche de grandes dalles a été trouvée, qui avait manifestement été habillé à la main, et a montré que les hommes qui ont exploité cette roche compris leur entreprise.

Les pierres ont été enlevées, lorsque dans une sorte de voûte en dessous d’elles, le squelette d’un géant, qui mesurait sept pieds deux pouces, a été trouvé.

²

Ses cheveux étaient grossiers et d’un noir de jais et pendaient jusqu’à sa taille, le front étant orné d’une couronne de cuivre. Le squelette était remarquablement bien conservé et sorti intact de la voûte. Près de ce squelette ont été trouvés les corps de plusieurs petits enfants de différentes tailles. Les restes de ces derniers étaient recouverts de perles, faites d’une sorte d’os. Après avoir enlevé ces perles, on a découvert que les corps étaient enveloppés dans un réseau de paille ou de roseau, sous lequel se trouvait la couverture d’un animal quelconque.

En fait, les corps avaient été préparés un peu à la manière des momies, et va sans doute jeter une nouvelle lumière sur l’histoire du peuple qui a soulevé les monticules.

Sur les pierres qui couvrent la voûte ont été gravés des inscriptions, qui, si déchiffré, sera probablement soulever le voile qui a enveloppé l’histoire de la race de géants qui sans doute à un moment donné habité le continent.

TOUTES LES RELIQUES ONT ÉTÉ EXPÉDIÉES AU SMITHSONIAN

Toutes les reliques ont été soigneusement emballées et envoyées à la Smithsonian Institution, et on dit qu’elles constituent la collection la plus intéressante jamais découverte en Amérique.

Les explorateurs sont maintenant au travail sur un monticule dans le comté de Barlow, et avant leur retour à la maison va visiter diverses sections de la Géorgie où les antiquités sont trouvés. Sur la rivière Oconee, dans le comté de Greene, juste au-dessus de Powell’s Mills, sont plusieurs monticules, l’un d’eux très élevé et précipité.

LES PERLES INCROYABLES DES GÉANTS ROYAUX DE L’OHIO

Les sites funéraires des constructeurs de tumulus de l’Ohio sont remarquables pour les fabuleuses caches de perles d’eau douce trouvées dans les sépultures.

DÉCOUVERTE D’UN MONTICULE ROYAL OAKLAND TRIBUNE, 10 DÉCEMBRE 1925

Entouré de boisseaux de perles, certains d’entre eux aussi grand que les noix de hickory, les squelettes, croit être d’une famille royale de la préhistorique constructeurs de monticules, ont été creusés hors de la plus grande de la Grande Seip groupe de monticules non loin de Chillicothe, Ohio. Cet ancien monticule mesure 680 pieds de long, 160 pieds de large et 28 pieds de haut.

Les archéologues ont entrepris la tâche de l’explorer par des fouilles. On estime que les squelettes pourraient avoir entre 1 000 et 2 000 ans. Deux d’entre eux portaient des casques en cuivre, et l’un des crânes était pourvu d’un nez en cuivre.

Dans ce qui est aujourd’hui l’Ohio, bien avant que Colomb ne découvre l’Amérique, la pêche aux perles était une industrie importante. Les cours d’eau de cette région étaient remplis de moules perlières, et les chefs aborigènes des vallées de Miami et de Scioto possédaient des collections de perles que les princes et potentats européens auraient pu leur envier.

DES MILLIONS DE PERLES RETROUVÉES

Dans un monticule de l’Ohio, il y a quelques années, on a trouvé assez de perles pour remplir un gallon, de la taille d’une graine de millet à deux tiers de pouce de diamètre. Il y a eu de nombreuses découvertes de ce type, un monticule ayant donné deux boisseaux de perles. D’un autre, on a obtenu 500 000 perles. Malheureusement, ces perles n’ont aucune valeur actuelle. Elles ont été enterrées avec les chefs qui les possédaient, ou jetées dans des feux d’autel, de sorte qu’elles sont soit pourries, soit brûlées. Dans certains cas, on les a trouvées cimentées en masse par l’eau qui percolait dans le sol. Un spécimen occasionnel de grande taille a été récupéré en pelant les couches extérieures, une perle étant formée en couches comme un oignon. Preuve de la grande antiquité de l’Ohio monticules est fourni par le fait qu’ils ne contiennent pas d’os de bison. Cela semble prouver que, au moment de leur construction, le bison n’avait pas encore étendu sa gamme aussi loin à l’est que l’Ohio.

LA BOUCHE D’UN ROI GÉANT REMPLIE D’IMMENSES PERLES

Sur un autre site de l’Ohio, d’immenses perles étaient fourrées dans la bouche du squelette et un collier de dents d’ours était également orné de perles, deux indices de royauté. Comme il a été enterré avec une femme, celle-ci est considérée comme sa reine.

LES FOUILLES DE L’EXPOSITION UNIVERSELLE MÈNENT À UN MONARQUE GÉANT UN SQUELETTE GIGANTESQUE, MANIFESTEMENT CELUI D’UN MONARQUE PRÉHISTORIQUE, EXHUMÉ DANS L’OHIO.

CENTRALIA OHIO ENTERPRISE, 21 NOVEMBRE 1891

Chillicothe, Ohio : Warren K. Morehead et le Dr. Cresson, qui poursuivent des fouilles ici depuis deux mois dans l’intérêt de l’Exposition universelle, viennent de faire l’une des plus riches découvertes du siècle en matière de vestiges préhistoriques.

Ces messieurs ont limité leurs fouilles à la ferme Hopewell, à sept miles d’ici, sur laquelle sont situés une vingtaine de monticules indiens. Le samedi, ils ont été au travail sur un monticule 500 pieds de long, 200 pieds de large et 28 pieds de haut.

À la profondeur de 14 pieds, près du centre du monticule, ils ont exhumé le squelette massif d’un homme enveloppé dans une armure de cuivre. La tête était recouverte d’une calotte de cuivre de forme ovale, les mâchoires avaient des moulures en cuivre, les bras étaient habillés de cuivre, tandis que des plaques de cuivre recouvraient la poitrine et l’estomac et, de chaque côté de la tête, sur des bâtons saillants, se trouvaient des bois de cerf ornés de cuivre.

La bouche était bourrée de perles véritables d’une taille immense, mais très délabrées. Autour du cou, il y avait un collier de dents d’ours serties de perles.

À côté du squelette masculin, on a également trouvé un squelette féminin, les deux étant censés être mari et femme. M. Morehead et M. Cresson croire qu’ils ont enfin trouvé le « roi de la Mound Builders ».

CORPS ENVELOPPÉS DANS DES PIERRES PRÉCIEUSES – OAKLAND TRIBUNE, 3 JANVIER 1926

Aux États-Unis peut-être le plus grand intérêt a été suscité par la découverte près de Bainbridge, Ohio, des restes de quatre corps des anciens constructeurs de monticules, une race que certains scientifiques croient avoir précédé les Indiens. . . . Dans les tombes ont été trouvés des perles d’eau douce en nombre tel qu’il a convaincu les archéologues de l’État qui dirigeaient les fouilles que les corps avaient été enveloppés dans une couverture de pierres précieuses.

Lorsque les squelettes ont été soulevés, on a constaté qu’ils reposaient sur des perles. On a trouvé des fragments d’écailles de tortue gravés de figures d’oiseaux et des colliers faits de griffes de grizzly.

LES INDIENS N’ONT AUCUNE TRADITION ORALE CONCERNANT LES MONTICULES

Les monticules tels que ceux découverts dans l’Ohio ne sont pas des raretés pour les scientifiques. Ils étaient connus des premiers colons, mais aucune tradition indienne n’en a jamais rendu compte.

Fig. 4.1. Ce couple a été enterré en se tenant la main, l’une des positions courantes dans les sépultures de tumulus américains. D’autres positions incluent l’homme sur le dessus et la femme sur le dessous, ainsi que la femme sur le dessus et l’homme sur le dessous. Cette image particulière provient de squelettes trouvés dans le centre-nord de l’Italie, et le couple a été enterré en se tenant la main il y a environ 1 500 ans (Soprintendenza per I Beni Archeologici dell’Emilia-Romagna, Discovery News).

Le Dr William C. Mills, directeur de la Société archéologique et historique de l’État de l’Ohio, pense que les constructeurs de tumulus avaient autrefois des communautés étendues dans toute la partie centrale de l’Amérique du Nord.

« Il y a peu de preuves qu’ils étaient un peuple guerrier. Au contraire, c’était une race sédentaire, agricole, chasseuse et pêcheuse, adepte de la culture intensive dans les limites de ses connaissances. Ils avaient une connaissance plus que rudimentaire des mathématiques.

« Le carré, le cercle, l’octogone, les polygones réguliers, les ellipses, les parallélogrammes exactement mesurés et les lignes parallèles tracées à grande échelle étaient d’un usage courant. Les ossements mis au jour montrent qu’il s’agissait d’un peuple capable physiquement. Ils étaient assez larges d’épaules et leur taille moyenne était légèrement inférieure à 1,80 m. « 

En 1926, d’autres découvertes ont été faites dans l’Ohio. Cette fois, il s’agissait de jouets trouvés avec le squelette d’un garçon d’environ douze ans. La découverte de jouets d’enfants dans les tumulus n’est pas du tout inhabituelle. Sur d’autres sites, on a trouvé de petites maisons de jeu, des animaux jouets et des jeux. Un autre thème récurrent dans les tumulus est la découverte de maisons, temples, voûtes et autres structures construites à l’intérieur des tumulus. Dans ce cas, le garçon avait sa propre cabane, mais à l’intérieur se trouvaient un certain nombre d’objets personnels, notamment des billes gravées avec de beaux motifs.

BILLES GRAVÉES PRÉHISTORIQUES – ASSOCIATED PRESS, 17 SEPTEMBRE 1926

Chillicothe, Ohio : Le squelette d’un garçon de douze ans, avec un certain nombre de billes, précieux reliques de l’enfance, a été retiré de la Bricer Mound du groupe Seip, près de Bainbridge, dix-huit miles à l’ouest d’ici, l’autre jour.

Il s’agit de la deuxième d’un groupe de sépultures trouvées près de l’arrière du monticule, où l’année dernière « la grande perle d’enterrement » a été déterrée et où cet été cinq enterrements incinérés, avec les trouvailles habituelles de noir, tan, et blanc mâchoires de chat sauvage et de la tortue marine shell peignes ont été révélés.

Le corps du garçon avait été enterré dans une structure ressemblant à une cabane et était recouvert d’un auvent, dont le moule a été retrouvé. Le corps avait été habillé d’un vêtement en tissu. La tombe contenait de nombreux spécimens inhabituels, a déclaré H. S. Shetrone, conservateur du musée de l’Ohio. « Nous avons trouvé un certain nombre de marbres faits de chlorite, une pierre fine à grain serré, qui prend un poli très élevé, gravés dans de beaux motifs. Elles avaient été placées là avec révérence par des mains aimantes.

« Nous pensons que jouer aux billes était un passe-temps honorable, même à l’époque des constructeurs de tumulus », a déclaré Shetrone.

DES ANIMAUX EN PIERRE ET EN MICA À PROFUSION

Outre les billes, on a trouvé une pierre sculptée en forme de vautour à tête rouge, soigneusement taillée jusqu’aux marques des plumes. Une autre pierre était sculptée en forme de lézard, avec une queue ressemblant aux crochets d’un serpent à sonnette ; des perles, de la chlorite verte ressemblant à de la turquoise ; de nombreux motifs en mica bien taillés, des dents de raton laveur, de renard, de loup, de puma, d’ours et d’autres animaux sauvages qui parcouraient la forêt, percées de façon à pouvoir être portées comme ornements ; du tissu, des pointes de lance en obsidienne et quelques morceaux de cuivre.

Fig. 4.2. Lamantin ou vache de mer, illustration tirée de Ancient Monuments of the Mississippi Valley par Ephraim Squier et Edwin Davis

CHARLESTON, VIRGINIE OCCIDENTALE – MAISON DES DES GÉANTS, DES ANCIENS ROIS ET DES GRANDS PRÊTRES.

À bien des égards, les tumulus de Virginie occidentale sont essentiels à la compréhension des géants qui régnaient autrefois sur l’Amérique. Non seulement les monticules de Virginie occidentale de Charleston, Wheeling et Moundsville sont parmi les plus importants en taille et en nombre aux États-Unis, mais en 1883, le Smithsonian a envoyé une équipe d’archéologues pour mener une fouille extensive des cinquante monticules qu’ils ont trouvés et publier un rapport détaillé.

L’équipe, dirigée par le colonel P. W. Norris et le professeur Cyrus Thomas, a rédigé le rapport détaillé des travaux (Smithsonian Field Report 1883), qui montre très clairement qu’ils ont découvert de nombreux géants, dont l’un était décoré de lourds bracelets en cuivre.

Comme nous cataloguons les pratiques funéraires inhabituelles associées aux constructeurs de monticules, l’arrangement funéraire du cercle solaire est l’un des plus spectaculaires. Dans ce cas, dix squelettes ont été trouvés, tous enterrés avec les pieds tournés vers l’intérieur, entourant un squelette central, vraisemblablement celui d’un roi ou d’un chef spirituel ou militaire de haut rang.

Dans le tumulus numéro 7, un géant de deux mètres de haut a été trouvé, la tête pointant vers l’ouest. Étalés en cercle juste au-dessus des hanches, soixante morceaux circulaires de coquillages blancs perforés, chacun d’environ un pouce de diamètre et d’environ un huitième de pouce d’épaisseur. Son bras était tendu vers une voûte en forme de four contenant deux boisseaux de maïs.

Dans cette sépulture, une couverture de pierres plates avec des marques en forme de coupe couvrait la couche supérieure de la sépulture. Des marques en forme de coupe sur les pierres ont été trouvées en Europe ainsi qu’en Amérique du Sud. Dans ce cas, des fouilles supplémentaires ont révélé un cercueil en dalles de pierre avec un squelette disposé face à l’est.

Le tumulus 23 avait une forme pyramidale durcie. La fouille était difficile, car le monticule semblait être renforcé par une substance dure ressemblant à du ciment. Des fouilles dans d’autres tumulus aux États-Unis ont également permis de découvrir des substances cimentaires similaires, que les chercheurs ont comparées à un type de ciment Portland.

Dans de nombreux tumulus plus élaborés, de véritables huttes, maisons et temples ont été découverts sous les tumulus. Dans ce cas, ce qui avait été une voûte circulaire ou polygonale à colombages et à toit conique a été découvert avec un certain nombre de sépultures à l’intérieur.

L’une des pratiques funéraires les plus emblématiques et inhabituelles des constructeurs de tumulus consistait à enterrer des couples d’adultes dans une étreinte romantique, parfois même en s’embrassant. Des sépultures similaires ont été découvertes récemment en Europe [voir Fig. 4.5]. Plus bas dans ce tumulus, un autre couple a été trouvé en position assise, les jambes entrelacées jusqu’aux genoux.

Fig. 4.3. Le tumulus de Grave Creek (avec l’aimable autorisation de Tim Kiser)

CINQUANTE GRANDS MONTICULES DANS LA RÉGION DE CHARLESTON CHARLESTON DAILY MAIL, SEPTEMBRE 23, 1923

S’étendant le long de la terrasse environ cinq miles surplombant la rivière Kanawha à l’ouest de Charleston, au-dessus du niveau des crues ont été trouvés environ 50 monticules. Ils varient en hauteur de 5 à 35 pieds. Le principal est connu comme le South Charleston Mound, qui est de 175 pieds de diamètre à la base et 35 pieds de haut.

En tout, il est estimé qu’il ya au moins 100.000 monticules dans la partie orientale des États-Unis. Ils représentent le travail de millions de personnes, de nombreuses nations et tribus, et ils ont été construits sur une longue période de temps.

LE SILEX, LA PRINCIPALE INDUSTRIE

La principale industrie était l’extraction du silex et la fabrication d’instruments à partir de cette substance dure semblable au quartz. On a découvert de nombreuses carrières où l’on trouve de grands tas de silex ébréché. Quelques outils en cuivre ont été trouvés, mais ils sont rares. Ils semblent avoir été martelés à partir de morceaux de métal qui se trouvaient dans les crevasses de la roche. … . . Des perles en grand nombre ont été trouvées. Elles étaient composées de perles, de coquillages, de cuivre, d’os et de mica. Des bagues et des bracelets en cuivre ont été déterrés en grand nombre.

De nombreux squelettes ont été trouvés avec les bras couverts de bracelets.

À PROPOS DE LA DÉCOUVERTE PAR LE SMITHSONIAN DES GÉANT DE SEPT PIEDS, SIX POUCES DE STALLE

L’excavation de ce monticule a été faite en creusant un puits à partir du sommet, rapporte le Smithsonian dans son rapport de terrain de 1883. Après avoir enlevé quelques grosses pierres, on a trouvé une voûte dans laquelle se trouvait un squelette décomposé, sans tête. À une profondeur de six pieds, un autre squelette a été trouvé, et trois pieds plus bas, un troisième a été découvert. La vraie découverte se trouvait à 19 pieds du sommet. On y découvrit une grande voûte de 12 pieds carrés et de 7 ou 8 pieds de haut. Des poutres verticales avaient été placées sur les côtés pour soutenir le toit, mais elles s’étaient décomposées, et de la terre et des pierres étaient tombées dans la voûte.

Fig. 4.4. Sculptures de visages humains illustration tirée de Ancient Monuments of the Mississippi Valley par Ephraim Squier et Edwin Davis

Dans ce caveau se trouvaient cinq squelettes, dont quatre avaient été placés dans chaque coin en position verticale, et le cinquième était couché à plat sur le sol. Les quatre semblaient monter la garde auprès d’un chef ou d’une personne importante. Cet homme était un géant, mesurant sept pieds et six pouces, et mesurant dix-neuf pouces entre les orbites de ses épaules. Il avait été enterré dans un cercueil d’écorce, placé sur le dos, les bras le long du corps et les jambes jointes.

Il y avait six lourds bracelets à chaque poignet et quatre autres sous sa tête. Sur sa poitrine se trouvait un gorget (pièce d’armure) en cuivre. Trois pointes de lance ont été trouvées dans chaque main et d’autres étaient éparpillées sur le sol de la voûte. Sur l’épaule, il y avait trois grandes plaques de mica et autour des épaules, de nombreux petits coquillages décoratifs. Pendant que l’on remettait la terre en place, on a trouvé une pipe à fumer, qui avait été sculptée dans de la stéatite grise (pierre à savon). Elle était très polie et semblable à d’autres trouvées dans des tumulus de l’Ohio.

L’exploration a été faite en creusant un arbre 12 pieds carrés au sommet et se rétrécissant progressivement à six pieds carrés à la base, vers le bas à travers le centre de la structure à la surface originale du sol et une courte distance en dessous. Après avoir enlevé une légère couche de terre, on a rencontré une masse irrégulière de gros grès rugueux et plats, provenant manifestement des falaises situées à un demi-mile de distance. Certains de ces grès ont été une charge pour deux hommes ordinaires.

D’autres monticules ont été creusés et les enregistrements effectués, écrit le Smithsonian en 1883. Dans l’un un grand squelette a été trouvé entouré de dix autres squelettes. Un « tertre d’autel » a été excavé. Au centre de celui-ci ont été trouvés deux squelettes assis, tenant apparemment, entre eux et au-dessus de leurs têtes, une grande pierre.

DES SQUELETTES D’HOMMES GÉANTS SONT DÉCOUVERTS

UNE COLLINE RÉVÈLE UN CADRE CENTRAL D’OSSEMENTS D’OS ET DIX AUTRES COUCHÉS EN CERCLE AUTOUR, LES PIEDS POINTANT VERS L’INTÉRIEUR

Beaucoup de ces monticules ont été, cependant, ouvert et étudié il ya quelque 65 ans par les professeurs Thomas et le colonel Norris de la Smithsonian Institution Washington. Leurs découvertes intéressantes, y compris les squelettes sept pieds six pouces de haut, voûtes souterraines (ornements et articles religieux), et les têtes de lance sont conservés dans un rapport en la possession de C. E. Krebs, archéologue, qui, par la nature même de son travail, est très intéressé lui-même dans les monticules de la vallée de Kanawha.

Le journaliste poursuit ensuite la reconstitution de l’histoire des monticules comme il a été rapporté dans le Smithsonian 1883 maintenant impossible à trouver rapport et ajoute des informations scientifiques de l’époque-découvertes récentes faites aux monticules en 1923.

LES QUATRE SENTINELLES

À ce point dans sa progression vers le bas Col. Norris a commencé à rencontrer les restes de ce que les fouilles ont montré à être une voûte en bois d’environ douze pieds carrés et sept ou huit pieds de haut. De l’état dans lequel les restes de la couverture ont été trouvés, il a conclu que cela doit avoir été en forme de toit et, ayant pourri, a été écrasé par le poids de l’ajout fait au monticule. Certains des bois de noyer de cette voûte ont été douze pouces de diamètre.

Dans cette voûte ont été trouvés cinq squelettes, un couché prostré sur le sol à la profondeur de 19 pieds du sommet du monticule et quatre autres, qui, de la position dans laquelle ils ont été trouvés ont été supposés être debout dans les quatre coins.

Le premier de ces a été trouvé debout à la profondeur de 14 pieds, au milieu d’une masse mélangée de la terre et de l’écorce en décomposition et les bois, presque droite et s’appuyant sur le mur et entouré par les restes d’un cercueil d’écorce. Tous les os, à l’exception de ceux de l’avant-bras gauche, étaient trop délabrés pour être sauvés ; ceux-ci étaient préservés par deux lourds bracelets de cuivre qui les entouraient encore.

Le squelette trouvé au milieu du plancher de la voûte était d’une taille inhabituelle « mesurant sept pieds six pouces de longueur et dix-neuf pouces entre les orbites des épaules ». Il avait également été enfermé dans une enveloppe ou un cercueil d’écorce, dont les restes étaient encore nettement visibles. Il était couché sur le dos, la tête à l’est, les jambes jointes et les bras sur les côtés. Il y avait six lourds bracelets à chaque poignet, quatre autres ont été trouvés sous la tête, qui, avec une pointe de lance de silex noir, étaient enfermés dans une masse de substance semblable à du mortier, qui avait évidemment été enveloppée dans un tissu. Sur la poitrine se trouvait un gorget en cuivre.

Dans chaque main se trouvaient trois pointes de lance en silex noir, et d’autres autour de la tête, des genoux et des pieds. Près de la main droite se trouvaient des celtes (têtes de hache) en hématite et sur l’épaule, trois grandes et épaisses plaques. Sur les épaules, la taille et les cuisses étaient de nombreux minuscules coquillages perforés et perles de coquillages.

LE DEUXIÈME MONTICULE EST OUVERT

Le grand monticule dans Charleston Sud est conique en forme, 173 pieds de diamètre, et 33 pieds de haut. Il est légèrement tronqué, le sommet a été nivelé il ya quelque 97 ans dans le but de construire un juge de stand dans le cadre d’un cours de course qui a été mis en place autour du monticule.

Un arbre douze pieds carrés au sommet et six pieds au fond a été utilisé pour creuser le puits central d’une manière identique au monticule un dans le rapport. À une profondeur de quatre pieds, dans un mélange très dur de terre et de cendres, ont été trouvés deux squelettes humains très décomposés à la fois étiré horizontalement sur le dos, les têtes au sud, et près de leurs têtes plusieurs outils de pierre.

À une profondeur de 31 pieds, il y avait un squelette humain allongé prostré, la tête au nord, qui avait manifestement été enfermé dans un cercueil ou un emballage d’écorce d’orme. Au contact de la tête se trouvait une fine feuille de cuivre natif martelée (une couronne ?).

L’élargissement de la base du puits à seize pieds a permis de mieux déterminer le caractère et le contenu de la sépulture. Cela a mis en lumière le fait que les constructeurs, après avoir d’abord lissé, nivelé et ramassé la surface naturelle, ont soigneusement étalé sur le sol une couche d’écorce (principalement de l’orme), le côté intérieur vers le haut, et sur celle-ci une couche de fines cendres blanches, sans charbon de bois, à une profondeur probablement de cinq ou six pouces, bien que pressée au moment de l’exploration à un peu plus d’un pouce. Sur cette couche, les corps ont été correctement déposés et probablement recouverts d’écorce.

L’élargissement du puits a également mis en évidence dix autres squelettes, tous apparemment adultes, cinq d’un côté et cinq de l’autre du squelette central, et comme lui, étendus horizontalement, avec les pieds pointant vers le squelette central, sans toutefois le toucher. Comme le premier, ils avaient tous été enterrés dans des cercueils ou des enveloppes d’écorce.

Sous le centre du monticule Charleston n°7, enfoncé dans la terre d’origine, se trouvait un caveau d’environ huit pieds de long, trois pieds de large et trois pieds de profondeur. Allongé étendu sur le dos, dans le fond de cette, au milieu des fragments pourris d’un cercueil d’écorce, était un squelette humain pourri, entièrement sept pieds de haut, avec la tête à l’ouest. Il n’y avait aucune trace de feu, ni d’outils en pierre, mais soixante morceaux circulaires de coquillages blancs perforés, d’environ un pouce de diamètre et d’environ un huitième de pouce d’épaisseur, étaient disposés en cercle juste au-dessus des hanches.

Les os du bras gauche gisait à côté du corps, mais ceux du bras droit, comme dans l’un des monticules mentionnés ci-dessus, ont été étendus à un angle droit du corps, atteignant à une petite voûte en forme de four, le mortier ou le ciment du toit de qui était encore intact. La capacité de cette petite voûte circulaire était probablement de deux boisseaux, et l’aspect particulier des dépôts de couleur foncée en elle, et d’autres indications, a conduit à la croyance qu’il avait été rempli de maïs maïs, dans l’oreille.

L’absence d’armes indique que l’individu enterré ici n’était pas un guerrier, mais une personne de quelque importance.

Un monticule, vingt pieds de diamètre et sept pieds de haut avec un hêtre de 30 pouces de diamètre poussant sur elle, a été ouvert en faisant une tranchée à travers elle. Le matériau dont il était composé était de l’argile jaune évidemment à partir d’une extraction dans la colline près de lui.

Étendus horizontalement sur la surface naturelle du sol, face vers le haut et tête vers le sud, se trouvaient sept squelettes : six adultes et un enfant, tous carbonisés. Ils étaient recouverts de plusieurs pouces d’épaisseur de cendres, de charbon de bois et de tisons, de toute évidence les restes d’un feu très intense qui a dû être étouffé avant d’être complètement consumé. Trois têtes de lance grossière ont été trouvés parmi les os des adultes et autour du dos de l’enfant trois perles de cuivre, de cuivre indigène apparemment martelé.

Un autre monticule 50 pieds de diamètre et cinq pieds de haut, de garde comme il était, à l’entrée d’une enceinte, a été ouvert révélant les particularités suivantes. Le sommet a été parsemé de fragments de roche plate, la plupart d’entre eux ont été marqués par un ou plusieurs petits, artificiels, les dépressions en forme de tasse. En dessous de celles-ci, sur une profondeur de deux ou trois pieds, l’argile jaune dure était mélangée à des pierres similaires, du charbon, des cendres, des éclats de pierre et des fragments de poterie grossière.

Près du centre et environ trois pieds du sommet du monticule ont été les restes décomposés d’un squelette humain, couché sur le dos dans un cercueil très grossière dalle de pierre. En dessous étaient d’autres pierres plates, et sous eux le charbon, les cendres et la terre cuite, couvrant les os décomposés de certains trois ou quatre squelettes, qui se trouvent sur la surface originale de la terre. Pour autant que l’on puisse en être sûr, les squelettes dans le monticule se trouvent avec leurs têtes à l’est. Aucune relique de toute sorte digne de remarque ont été trouvés avec eux.

Mound 23 de ce groupe montre quelques particularités digne de remarque. Il est de 312 pieds de circonférence à la base, et 25 pieds de haut, couvert d’une croissance seconde de bois. Il est exceptionnellement forte et symétrique. Du haut vers le bas, le matériau s’est avéré être un gris clair et apparemment une terre mélangée, si dure qu’il faut l’utilisation vigoureuse d’un pic pour la pénétrer. À une profondeur de 15 pieds, les explorateurs ont commencé à trouver des moulages et des fragments de poteaux ou de bois ronds de moins d’un pied de diamètre. Ces moulages et les restes pourris de bois et d’écorce ont augmenté en abondance à partir de ce point jusqu’à ce que la surface originale du sol soit atteinte.

En élargissant l’extrémité inférieure du puits à 14 pieds de diamètre, il a été établi que ce bois pourri et cette écorce étaient les restes de ce qui avait été une voûte circulaire ou polygonale à colombages et à toit conique. De nombreuses poutres des côtés et du toit avaient été laissées dépasser les points d’appui, souvent de 8 ou 10 pieds, celles des côtés au-delà de la croisée, et celles du toit vers le bas au-delà du mur. Sur le sol et au milieu des restes de bois, se trouvaient de nombreux ossements humains et deux squelettes humains, ces derniers, bien que légèrement décomposés, étaient écrasés par le poids qui pesait sur eux, mais n’étaient accompagnés d’aucun ornement d’aucune sorte.

Une autre excavation d’environ quatre pieds sous le plancher, ou ce qui était supposé être le plancher de cette voûte, et sous la surface originale du sol, a mis à jour six voûtes circulaires en forme de four, chacune d’environ trois pieds de diamètre et de la même profondeur.

Comme ces six ont été placés comme pour former un demi-cercle, il a été présumé qu’il ya beaucoup d’autres sous cette partie du monticule pas atteint par l’excavation. Tous ont été remplis de sec, la poussière sombre (vraisemblablement restes incinérés), ou des substances décomposées, supposé être les restes de maïs indien dans l’oreille comme il était similaire à celle mentionnée précédemment.

Dans le centre du cercle indiqué par la position de ces voûtes mineures, et le centre supposé de la base du monticule (l’arbre n’étant pas exactement centrale), et environ deux pieds au-dessous du sol de la voûte principale, et dans un mortier fin ou de ciment, ont été trouvés deux cavités ressemblant à la forme du fond de la gourde en forme de navires si fréquemment rencontré dans les monticules de l’est du Missouri et le nord-est de l’Arkansas.

Mound 32 de ce groupe semble fournir un lien de connexion entre la Virginie-Occidentale et Ohio monticules. . . . Il est net dans le contour et a une pente profonde, et est aplati au sommet, il est 315 pieds de circonférence à la base et environ 25 pieds de haut. Il a été ouvert en creusant un puits de 10 pieds de diamètre à partir du centre du sommet de la base. Après avoir traversé la couche supérieure du sol de surface, d’environ deux pieds d’épaisseur, une couche d’argile et de cendres d’un pied d’épaisseur a été rencontrée.

Ici, près du centre du puits, les squelettes étaient couchés horizontalement, l’un immédiatement au-dessus de l’autre, le supérieur ou le plus grand avec le visage vers le bas et l’inférieur avec le visage vers le haut. Il n’y avait aucune indication de feu autour d’eux. Immédiatement au-dessus des têtes se trouvaient un celt (tête de hache) et trois têtes de lance. . . .

À la profondeur de treize pieds et un peu au nord du centre du monticule, étaient deux très grands squelettes dans une posture assise, avec leurs jambes étendues entrelacées aux genoux. Leurs bras ont été étendus et les mains légèrement élevé, comme si ensemble tenir un mortier de grès qui était entre leurs visages.

Cette pierre est quelque peu hémisphérique, d’un diamètre d’environ deux pieds à travers le sommet, qui est creusé en forme de bassin ou de mortier peu profond. Elle avait été soumise à l’acte du feu jusqu’à devenir rouge vif. La cavité était remplie de cendres blanches contenant de petits fragments d’os brûlés en cendres.

Immédiatement au-dessus, et d’une taille suffisante pour la recouvrir, se trouvait une dalle de calcaire gris-bleuâtre d’environ trois pouces d’épaisseur, avec de petites excavations en forme de coupe sur la face inférieure. Elle ne portait aucune trace de feu. Près des mains du squelette oriental se trouvaient un petit celt en hématite et une tête de lance et au poignet gauche de l’autre deux bracelets en cuivre.

À la profondeur de 25 pieds et sur la surface naturelle a été trouvé ce que dans un Ohio Mound serait appelé un « autel ». Ce n’est pas complètement tracé tout au long, mais a été environ douze pieds de long et plus de huit pieds de large.

 L’OUVERTURE DU MONTICULE DE 1883 DU SUD CHARLESTON  PAR CHARLES CONNOR CHARLESTON DAILY MAIL, 7 AVRIL 1952

En regardant l’histoire de la South Charleston Mound, il s’avère que notre meilleure source est A. R. Sines, grand-père du Dr F. A. Sines, dentiste Charleston. M. Sines, qui est décédé en 1937, a eu un compte écrit de sa partie dans l’ouverture du monticule publié dans les années 1920.

Sans doute parmi les milliers de personnes qui passent quotidiennement le grand monticule à Charleston Sud, beaucoup se sont souvent demandé s’il ya quelqu’un vivant qui peut dire ce qui est couché, ou une fois couché, au fond de ce tas de terre. Je suis probablement le seul homme maintenant vivant qui se tenait au fond de ce monticule et a aidé à un examen approfondi de chaque pied de son intérieur de haut en bas en Novembre de 1883.

EMPLOYÉ PAR LA SMITHSONIAN EN 1883

Pour aider à l’excavation par le colonel P. W. Norris, un ancien scout indien qui était alors dans l’emploi de la Smithsonian Institution de Washington. Colonel Norris, ancien surintendant du Yellowstone National Park, a été l’enquête tous les monticules de la Virginie-Occidentale, l’Ohio, et les États voisins à cette époque.

En ouvrant le monticule, les hommes sous la supervision du colonel Norris d’abord nivelé hors du sommet, puis creuser un trou rond de dix pieds de diamètre vers le bas. Comme ils ont progressé vers le fond, ils ont creusé une série d’étagères autour des côtés d’avoir un endroit pour jeter la terre.

À quatre pieds du fond, nous avons fait notre première découverte. Nous sommes tombés sur un grand lit de bois carbonisé, quelque chose ressemblant à des os carbonisés, et de nombreux petits morceaux plus intacts ressemblant à des dents brûlées. Ceci avait, sans aucun doute, été un bûcher funéraire.

Les os pourris appartenaient à ce qui avait été un homme très puissant. Il ne restait pas grand chose, mais la distance entre l’endroit où l’os du talon a été trouvé et ce qui restait du crâne était de 6 pieds 8¾ pouces.

Les os des épaules étaient considérablement plus larges que ceux des hommes de notre race actuelle, bien que l’os du crâne ne soit pas aussi grand. Les dents étaient plus grandes que celles que nous avons aujourd’hui. La partie antérieure du crâne était presque deux fois plus épaisse que celle d’un crâne humain actuel.

UNE COURONNE DE CUIVRE ET UNE REINE

Sines et le colonel Norris trouvèrent une bande de cuivre autour du front de ce géant enterré, et des bandes de cuivre similaires autour des poignets et des chevilles. Comme il n’y avait pas de cuivre plus près que le Tennessee, ils ont supposé qu’il avait été transporté ici par ces constructeurs de tumulus il y a des milliers d’années.

Ils ont également trouvé des pierres en forme de hache rainurée au milieu. Sines a raconté que cette pierre n’était pas familière à ce pays et qu’elle était si dure que l’acier n’y ferait pas une entaille.

« À trois kilomètres de là, près de l’endroit où se trouve aujourd’hui le Sunset Memorial Park, ils ont ouvert un plus petit monticule et ont trouvé les os de ce qui semblait être les restes d’une femme. Il y avait des bandes de cuivre sur les os des chevilles et des poignets et de plus gros morceaux de cuivre sur chaque poitrine. »

Fig. 4.7. Une pipe sacramentelle en forme d’humain, illustration tirée de Ancient Monuments of the Mississippi Valley par Ephraim Squier et Edwin Davis.

GRAVE CREEK MOUND, VIRGINIE OCCIDENTALE

Le monticule le plus connu et le plus grand dans la région de la vallée de l’Ohio est le Grave Creek Mound à Moundsville. Ce monticule a été acheté par l’État en 1908. Une partie des fonds nécessaires a été levée par les enfants des écoles. C’est maintenant un parc public et il est entretenu par les prisonniers du pénitencier. Il est situé juste en face des murs de la prison d’État.

Il a été découvert par Joseph Tomlinson en 1772. Deux ans auparavant, ce pionnier avait construit sa cabane près de l’emplacement du désormais célèbre cimetière. Autour de celui-ci, il a remarqué un certain nombre de monticules plus petits. Le plus grand du groupe mesurait soixante-neuf pieds de haut et environ neuf cents pieds de circonférence à la base. Sur celui-ci se trouvaient d’énormes chênes qui indiquaient que le monticule avait été construit de nombreuses années avant sa découverte par les hommes blancs.

LES GÉANTS DE MOUNDSVILLE PAR PATRICIA CANTLEY

RALEIGH REGISTER, 19 JUIN 1963

Le plus grand des vestiges préhistoriques dans cet état est le Grave Creek Mound à Moundsville dans le comté de Marshall. Il ressemble à environ 900 pieds autour de la base et est 69 pieds de haut. Lorsque le monticule a été ouvert en 1883 par des ouvriers inexpérimentés, un caveau funéraire a été découvert. Il contenait deux compartiments : l’un au centre du monticule, au niveau du terrain environnant, et l’autre à mi-chemin du sommet.

Dans chaque compartiment, on a trouvé des squelettes, deux dans le compartiment inférieur et un dans le compartiment supérieur. Chaque squelette était entouré de perles d’ivoire et d’autres ornements de différentes sortes. L’un des squelettes était recouvert de minces morceaux de mica. On a affirmé avoir également trouvé une tablette de pierre près du compartiment supérieur, sur laquelle étaient inscrits des caractères ressemblant à d’anciens hiéroglyphes.

Le deuxième plus grand tumulus de l’État se trouve au centre de Charleston Sud. Lorsqu’il a été fouillé en 1883 par des scientifiques de la Smithsonian Institution, un squelette géant d’environ deux mètres de haut a été trouvé dans ce qui semblait être une voûte au centre du monticule.

Autour de ce squelette se trouvaient de nombreux ornements. Des morceaux de mica sur les épaules semblaient être des épaulettes, et un grand morceau de cuivre sur la poitrine semblait être un bouclier. A chacun des quatre coins de cette voûte se trouvaient des squelettes.

UN PROFESSEUR DE SALEM DÉCOUVRE D’ÉNORMES SQUELETTES DANS DES MONTICULES

LE DR. SUTTON PENSE QU’UNE TRIBU DE GÉANTS A AUTREFOIS HABITÉ LA RÉGION. CHARLESTON GAZETTE, 15 JUIN 1930

14 Juin : Excavation de deux monticules près de Morganville, dans le comté de Doddridge, environ 11 miles à l’ouest d’ici a révélé ce que le professeur Ernest Sutton, chef du département d’histoire de Salem College, croit est une preuve précieuse d’une race de géants qui ont habité cette section de la Virginie occidentale il ya plus de 1.000 ans.

Prof. Sutton a révélé ce soir qu’il avait été l’excavation des deux monticules pour les derniers mois. Les squelettes de quatre constructeurs de monticules indiquant qu’ils étaient de sept à neuf pieds de haut ont été découverts. Professeur Sutton croit qu’ils étaient membres d’une race connue dans l’anthropologie que les Indiens Siouan.

Le squelette le mieux conservé a été trouvé enfermé dans un moulage d’argile. Toutes les vertèbres et les autres os, à l’exception du crâne, étaient intacts. Une mesure minutieuse de ce spécimen indiquait qu’il s’agissait d’un homme de sept pieds et demi de haut.

LE PLUS GRAND MONTICULE OUVERT

Le plus grand monticule a été creusé en 1883 par A. B. Tomlinson. Un tunnel de dix pieds de haut et sept pieds de large, a été conduit sur le niveau du sol vers le centre. À une distance de 111 pieds, les hommes de travail découvert une voûte 12 pieds de long, 8 pieds de large, et 7 pieds de profondeur. Il avait été enfoncé dans la terre avant que le monticule a été érigé. La voûte avait été érigée en plaçant des poutres verticales le long de chaque côté, et le long des extrémités qui supportaient les poutres qui formaient le plafond. Le sommet de la voûte était ensuite recouvert de pierres brutes. Avec la dégradation des poutres, les pierres et la terre sont tombées dans la voûte.

Lorsque les pierres ont été retirées, deux squelettes ont été découverts. Autour de l’un d’eux se trouvaient 656 perles d’ivoire et, à proximité, un ornement en ivoire d’environ 15 cm de long. Il n’y avait aucun ornement sur l’autre squelette.

MILLE SEPT CENTS PERLES D’IVOIRE ET CINQ BRACELETS EN CUIVRE FAITS POUR UN ROI

Ensuite, une excavation a été faite à partir du sommet du monticule pour se connecter avec le tunnel. Vers le centre du puits, on a découvert un autre caveau contenant un seul squelette. Cette personne devait être d’une grande importance car elle était entourée de nombreux ornements : 1 700 perles d’ivoire, 500 coquillages de mer, environ 150 morceaux de verre d’obsidienne et 5 bracelets de cuivre aux poignets.

DES HIÉROGLYPHES PLUS DISCUTÉS

Dans la deuxième voûte, à environ deux pieds du squelette, a été trouvée la fameuse pierre qui a fait l’objet de controverses de la part de nombreux antiquaires. Certains prétendent qu’il s’agit d’un canular.

Sur cette pierre figuraient certains caractères, des sortes de hiéroglyphes, et certains espéraient qu’il s’agirait d’une sorte de pierre de Rosette contenant un message d’une race ancienne.

Fig. 4.9. La belle reine de huit pieds dans toute sa gloire

CREUSÉ À L’ORIGINE EN 1838 – CHARLESTON DAILY MAIL, 1938

Le monticule a été creusé il ya exactement 100 ans, le travail ayant été commencé le 19 Mars, 1838. Le propriétaire et le voisin intéressé, aucun d’entre eux ont été formés antiquaires, ont fait le travail. Il est possible qu’ils ont négligé de nombreuses choses, qui aurait jeté la lumière sur la vie et les habitudes des constructeurs de monticules.

LES ANCIENS GÉANTS ONT CONSTRUIT UN MUR DE PIERRE DE HUIT MILES DE LONG

Une autre ruine préhistorique qui a été attribué aux constructeurs de monticules est un mur de pierre sur le sommet de la colline au-dessus de Mount Carbon, environ quatre miles à l’est de Montgomery, surplombant la rivière Kanawha. Il a été construit autour du front de la montagne à environ trois cents pieds du sommet. Elle est brisée par endroits, mais elle mesure au moins huit miles de long. À certains intervalles, on trouve de gros tas de pierres qui indiquent que des tours ou des portes ont été construites à ces endroits.

ANCIEN TEMPLE AU SOMMET D’UNE COLLINE

Les pierres, qui ont été assemblées sans mortier ni ciment, sont similaires à celles trouvées au pied de la montagne. Il était manifestement très difficile de les transporter sur le flanc escarpé de la colline. On se demande naturellement pourquoi ces murs ont été construits : sans doute pour se défendre, car il n’y a aucune trace d’habitation. On ne trouve pas d’eau au sommet de la montagne. Les murs sont construits sur la plus haute montagne des environs et ils ont servi de temples de culte.

LA CONNEXION DE L’OHIO

Le plus important et le plus intéressant groupe de monticules érigés en Virginie occidentale se trouve dans les environs de Charleston. Ils sont distincts, bien qu’ils aient des caractéristiques similaires aux monticules trouvés dans l’Ohio et ont été classés avec ce dernier. L’ancien peuple qui vivait près de Charleston étaient sans doute liés à ceux qui ont vécu dans l’Ohio.

ANCIEN ROI DE QUATRE MILLE ANS TROUVÉ – SAN ANTONIO EXPRESS, 1ER NOVEMBRE 1936

Cet été, on a déterré le squelette d’un homme préhistorique du Texas, qui a été identifié comme datant de la période des constructeurs de tumulus. Les restes trouvés sont estimés à environ 4 000 ans et ont été localisés par une expédition du département d’anthropologie de l’université du Texas. Le squelette a été trouvé sur la Old Blanco Road, à un endroit proche de Klappenbach Hill, juste au sud de New Braunfels.

La sépulture est de toute évidence celle d’un chef ou d’un roi mineur de la race des constructeurs de tumulus. Des artefacts royaux ont été trouvés près du squelette pour étayer la théorie selon laquelle cette personne était de naissance royale.

UN ROI AU CRÂNE ALLONGÉ  EST DÉCOUVERT

Tout au long de mes recherches, j’ai rencontré des rapports décrivant des squelettes au crâne « déformé », « allongé » ou « aplati ». Dans presque tous les cas où la description était plus que superficielle, il s’est avéré qu’il s’agissait de ce que l’on a récemment appelé des « têtes de cône » (en référence humoristique à un célèbre sketch et film du Saturday Night Live), un état que l’on retrouve très clairement dans la célèbre statue de la reine Néfertiti.

Traditionnellement, ce phénomène a été attribué à une déformation hydrocéphale ou à des techniques de crâne artificiel, mais à mesure que le nombre de ces crânes découverts et étudiés augmente, il est évident pour les chercheurs que certains crânes sont naturellement surdimensionnés et ont des capacités crâniennes accrues qui ne sont pas le résultat d’une maladie ou d’une manipulation artificielle.

Fig. 4.10. Princesse égyptienne Meritaten (fille de Néfertiti et d’Akhenaton) avec un crâne allongé typique

PREUVE DE L’ENTERREMENT D’UN CRAÊNE ALLONGÉ – CHARLESTON DAILY MAIL, 23 SEPTEMBRE 1923

L’enlèvement d’environ un wagon de ces pierres a mis en évidence une voûte de pierre de sept pieds de long et de quatre pieds de profondeur au fond de laquelle on a trouvé un grand squelette humain très décomposé, mais sans la tête, que l’enquête la plus minutieuse n’a pas permis de découvrir. Un seul fer de lance brut est le seul objet d’accompagnement trouvé dans cette voûte.

À la profondeur de six pieds, dans la terre similaire à celle autour de la base du monticule, a été trouvé un deuxième squelette également très décomposé d’un adulte de taille normale. À neuf pieds un troisième squelette a été découvert, dans une masse de terre sèche lâche, entouré par les restes d’un cercueil d’écorce. Il était en bien meilleur état de conservation que les deux autres. Le crâne, qui était préservé, était du type comprimé ou « tête plate ».

En d’autres termes, ce squelette présentait des caractéristiques de tête similaires à celles trouvées en Amérique du Sud et en Égypte. Au fur et à mesure que les fouilles progressaient dans d’autres parties de l’État, les archéologues de Wheeling, WV, ont découvert un autre groupe de géants mesurant entre 1,80 m et 1,80 m et présentant également des formations crâniennes inhabituelles avec des fronts bas qui s’inclinaient progressivement vers l’arrière.

LES CONSTRUCTEURS DE TUMULUS AVAIENT DES TÊTES PARTICULIÈRES

Anciens monuments de la vallée du Mississippi

Le professeur E. L. Lively et J. L. Williamson de Friendly ont fait un examen des squelettes géants trouvés par des enfants jouant près de la ville. Les fémurs et les vertèbres ont été trouvés dans un état de conservation remarquable et ont montré que les personnes étaient d’une stature énorme. La taille des squelettes variait de 2,5 à 2,5 mètres. Les crânes trouvés sont d’une formation particulière. Le front est bas et s’incline progressivement vers l’arrière, tandis que l’arrière de la tête est très proéminent, bien plus que les crânes des personnes vivant aujourd’hui. Les jambes sont extrêmement longues et les os sont exceptionnellement gros. La découverte des squelettes a suscité un grand intérêt et l’impression générale est que les os sont les restes des personnes qui ont construit les monticules, le plus grand du pays étant situé à Moundsville dans le comté de Marshall.

Histoire du comté d’Indiana, 1880

Un enfant de cinq ou six ans avait été enterré dans une tombe bordée de pierres, ainsi que deux nourrissons. Ils avaient probablement été victimes d’une épidémie. Tous les adultes étaient de stature moyenne. Tous sauf un présentaient des déformations de la tête plus ou moins importantes. Les sépultures les plus intéressantes sont celles d’une femme de moins de trente ans et d’un enfant de huit à dix ans, dans la même tombe. Autour du cou de la femme se trouvaient plusieurs minuscules coquillages percés du Golfe du Mexique, qui faisaient autrefois partie d’un collier. Les coquillages sont une indication de contact avec des tribus lointaines. Au centre de son dos, on a trouvé un tube en os très poli présentant des zones usées près de chaque extrémité où des cordes ou des lanières avaient probablement été placées. Cet os, provenant peut-être d’un cygne, aurait pu servir de parure de cheveux.

Autour des os des jambes de la femme, on a trouvé 1 458 perles tubulaires taillées dans des os longs d’oiseaux. On suppose qu’elles étaient attachées à l’ourlet de sa jupe. Au pied de la tombe se trouvait un récipient en poterie composé inhabituel, en si bon état qu’il a pu être facilement réparé. On a également découvert qu’un feu intense, ayant peut-être une signification religieuse, avait été allumé directement au-dessus de la tombe.

LE CRÂNE CORNU DE SAYRE, PENNSYLVANIE

CHARLESTON DAILY MAIL, SEPTEMBRE. 20, 1916

Sayre est un bourg du comté de Bradford, en Pennsylvanie, à 80 km au nord-ouest de Scranton. L’année exacte n’est pas claire, mais dans les années 1880, un grand tumulus a été découvert à Sayre. Il a été rapporté qu’un groupe d’Américains a mis au jour plusieurs crânes et ossements humains étranges. Les squelettes appartenaient à des hommes anatomiquement normaux, à l’exception de saillies osseuses situées à environ deux pouces au-dessus des sourcils. Il semble que les crânes aient des cornes. Les os ont été qualifiés de géants, car ils étaient représentatifs de personnes mesurant plus de sept pieds. Les scientifiques ont estimé que les corps avaient été enterrés vers 1200 de notre ère. La découverte archéologique a été faite par un groupe d’antiquaires réputés, dont le Dr G. P. Donehoo, dignitaire de l’Église presbytérienne de Pennsylvanie, A. B. Skinner, de l’American Investigating Museum, et W. K. Morehead, de la Phillips Academy, à Andover, dans le Massachusetts.

Fig. 4.11. Selon les récits historiques, les ossements du  » géant cornu  » de Sayre ont été envoyés au musée d’investigation américain de Philadelphie. Les artefacts ont ensuite été portés disparus.
Moïse par Michel-Ange

Ce n’était pas la première fois que de gigantesques crânes à cornes étaient mis au jour en Amérique du Nord. Au cours du XIXe siècle, des crânes similaires ont été découverts près de Wellsville, dans l’État de New York, et dans un village minier près d’El Paso, au Texas. À une époque de l’histoire, les cornes humaines étaient utilisées comme signes de royauté. Alexandre le Grand était représenté avec des cornes sur certaines de ses pièces de monnaie.

À l’époque de Moïse, les cornes étaient un symbole d’autorité et de pouvoir. Des photos apparentes des crânes existent, mais de nombreuses personnes affirment que cette découverte est un canular. À l’inverse, de nombreux sites Web suggèrent que les objets sont d’origine extraterrestre.

A suivre…

Voir tous les chapitres du livre « Les anciens géants qui régnaient sur l’Amérique »


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.


Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci



ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 125 fois, 2 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Adblock détecté

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour naviguer sur le site.