Aller à la barre d’outils

Les extraterrestres de Vénus ont-ils réellement pris contact avec nous en 1952

Le chercheur français Michel Zirger a écrit un livre très détaillé sur les contacts extraterrestres, qui met en lumière les rencontres de George Adamski avec des présumés extraterrestres de Vénus.

Dans Visiteurs sans passeports – Ils sont là ! (2017), Zirger donne un solide aperçu d’une collection de photos et de témoignages qui étayent la célèbre rencontre d’Adamski le 20 novembre 1952 près du Desert Center, en Californie. M. Zirger souligne que la rencontre d’Adamski a été le premier cas documenté de contact avec un passager d’une soucoupe volante, généralement considérée comme un extraterrestre vénusien.

Six témoins ont vu deux UFO le jour de la rencontre d’Adamski.

Le premier était une grosse embarcation en forme de cigare qui volait au-dessus de la tête, et le second était une plus petite soucoupe en forme de scout qui atterrit. De l’engin de reconnaissance, un occupant est apparu pour rencontrer Adamski, qui prétendait venir de la planète Vénus et qui s’appelait Orthon.

Dans son livre, Zirger inclut des copies numériques améliorées des photos originales prises lors de la rencontre d’Adamski, qui montrent à la fois l’engin scout planant avant l’atterrissage et son occupant qui est sorti après l’atterrissage. Les photos ont été mises en valeur par l’artiste danois René Erik Olsen qui a mis à disposition les photos de Desert Landing sur son site web.


La photo suivante est une mise en valeur d’une personne (Orthon) marchant de la direction de l’engin scout débarqué vers Adamski. Des discussions et des gros plans sont disponibles dans le livre de Michel Zirger – ci-dessus.

Les six témoins du débarquement et de la rencontre d’Adamski avec son occupant ont signé un affidavit à l’appui de la version d’Adamski des événements qui a été publié par la suite dans son ouvrage co-écrit en 1953,  The Flying Saucers Have Landed..

Zirger cite un des témoins, George Hunt Williamson, qui a été enregistré pour dire au cours d’une conférence:

Je tiens à réaffirmer ici que l’expérience, telle que George Adamski l’a relatée dans Les soucoupes volantes ont atterri, où mon épouse et moi, ainsi que des amis à nous, avons été témoins de l’accident, s’est déroulée exactement comme M.  George Adamski. Adamski y fait allusion dans Les soucoupes volantes ont atterri: le gros bateau a été vu, et puis, à l’aide de jumelles, nous avons été témoins d’autres événements à environ un mille de distance sur le désert…

Nous avons vu M. Adamski parler à quelqu’un… à distance. On a vu le gros bateau. Nous avons vu des éclairs de lumière qui nous ont appris par la suite que le plus petit bateau était sorti du plus grand. Nous avons vu une grande ouverture dans l’embarcation plus grande à travers laquelle le petit navire scout a dû quitter le plus grand navire….. Nous avons vu le petit navire planer dans la selle[voir photo de la base des petites collines où se trouvait Adamski]. (édition broche 5203-10)

Malgré les preuves convaincantes, la rencontre d’Adamski en 1952 fut largement écrasée. M. Zirger discute de la mesure choquante dans laquelle les preuves et les témoignages à l’appui du célèbre Desert Center d’Adamski ont été rejetés, ridiculisés ou déformés par d’éminents scientifiques de l’époque tels que le Dr Donald Menzel, le Dr Jacques Vallee et le Dr Carl Sagan.

La plupart des chercheurs d’OVNI ont depuis lors écarté Adamski comme un canular, malgré les preuves convaincantes suggérant le contraire.

En effet, les photos d’Adamski des soucoupes volantes et des navires en forme de cigare datant de 1950 n’ont jamais été montrées comme étant des faux.

Adamski croyait que l’être qui émergea de l’engin scout débarqué en 1952 venait de Vénus. Zirger discute de la faisabilité de la croyance d’Adamski compte tenu des données scientifiques qui ont par la suite émergé montrant la surface de Vénus comme inhabitable en raison des températures élevées (462°C; 863° F) et de la pression atmosphérique écrasante (92 fois celle de la Terre).

Zirger discute d’un certain nombre de possibilités pour la façon dont les extraterrestres peuvent habiter Vénus. Il suggère que la NASA pourrait mentir sur les terribles conditions à la surface de Vénus. Une autre possibilité est que les extraterrestres aient simplement une base là-bas et viennent d’ailleurs dans la galaxie.

Cependant, une autre possibilité est que des extraterrestres vivent dans les régions souterraines de Vénus, comme le permettent les recherches scientifiques récentes. Il cite Sean McMahon, qui a dirigé une équipe scientifique de l’Université d’Aberdeen, qui a affirmé que la vie pouvait évoluer à l’intérieur de la planète, loin d’une surface inhospitalière:

Les surfaces des planètes rocheuses et des lunes que nous connaissons ne ressemblent en rien à celles de la Terre. Elles sont typiquement froides et stériles, sans atmosphère, ou très minces et même corrosives. Le fait d’aller sous la surface vous protège contre toute une série de conditions désagréables sur la surface. La zone habitable souterraine peut donc s’avérer très importante. La Terre pourrait même être inhabituelle si elle avait la vie en surface.

Zirger semble favoriser l’explication du « Nouvel Âge » selon laquelle une civilisation très évoluée, qui « s’est élevée » à un autre plan dimensionnel, existe aujourd’hui sous la surface de Vénus. Il suggère que sur la surface de Vénus, aujourd’hui, il n’ y a peut-être que des vestiges rares de l’ancienne civilisation qui prospérèrent à la surface.

Zirger cite une série de textes et de sources ésotériques qui soutiennent l’idée qu’une civilisation avancée existe sur Vénus, mais qu’elle est cachée des télescopes modernes et des sondes planétaires envoyés par différentes agences spatiales nationales. Par exemple, il se réfère au livre de 1899, A Dweller of Two planets:

Aucun télescope ne révélera jamais la vie sur Vénus: non pas qu’elle n’est pas là, mais que ses formes sont de la Substance Unique accomplie par une gamme de forces les rendant imperceptibles aux yeux terrestres. »

Il y a eu un certain nombre de personnes contaminées qui prétendent avoir rencontré des Vénusiens de l’intérieur de la planète, loin des télescopes et des sondes spatiales. Il s’agit notamment de Frank Stranges, auteur du livre, Stranger au Pentagone.

Plus récemment, l’initié du programme spatial secret, Corey Goode, affirme qu’il a été emmené à Vénus où il a vu certaines des anciennes structures qu’il appelle « technologies de la race des Bâtisseurs » à la surface de la planète.

Nous nous sommes dirigés vers Vénus à une vitesse ultra-rapide, percutant les nuages épais. Je pouvais à peine percevoir la couleur jaunâtre, nous les avons vus si vite. Et puis nous nous sommes arrêtés à environ 1 000 pieds[305 mètres] au-dessus du sol, et je regardais autour de moi, et j’ai vu ce terrain qui semblait avoir été érodé par beaucoup de vent et de pluie, un peu comme vous le verriez sur Terre. Ils ressemblaient à des montagnes qui s’étaient érodées et ressemblaient presque à des gens. J’ai remarqué que, soudainement, le plafond et le plancher devenaient transparents… Et j’ai regardé vers le bas, et je pouvais voir le grand bâtiment géant en forme de H assis à l’intérieur de ce cratère.

Giant H Structure géante en forme de pierre dans un cratère sur la surface de Vénus selon Corey Goode. Permission Sphère d’être Alliance

Goode dit qu’il y a rencontré un être ancien appelé la « Sentinelle » qui surveillait l’ancienne technologie des Bâtisseurss qui était protégée par un bouclier énergétique quelconque. Son récit a des parallèles avec la visite présumée à Vénus de Luis Mostajo Fernando, contacté bolivien, qui affirme qu’il est entré dans une zone fertile de Vénus protégée par un bouclier énergétique.

Goode, Fernando et d’autres comptes rendus de visites à Vénus ne supporte une civilisation ancienne une fois habitée sa surface, et que les zones souterraines existent qui soutiennent la vie actuelle là-bas.


La discussion de Zirger sur les explications de la prétention d’Orthon à être de Vénus malgré ses conditions de surface inhospitalières est vaste et informative.

Pourtant, c’est dans une autre possibilité que Zirger soulève qui pourrait offrir une façon plus précise de voir la rencontre d’Adamski 1952. Zirger se demande si Adamski a été nourri de désinformation par Orthon sur Vénus étant sa véritable origine:

Adamski a-t-il été manipulé par un « pseudo-vénusien »? Cette origine vénusienne faisait-elle partie d’un écran de fumée ou d’une sorte de « plan de communication » extraterrestre pour éveiller notre conscience à l’idée de vie extraterrestre? …. La devise sous-jacente de cette « stratégie de communication » serait alors quelque chose comme: Racontons des mensonges, racontons des mensonges, il restera encore quelque chose, »Adamski n’étant considéré pas beaucoup plus qu’une interface à un jeu de désinformation ou de tromperie ». (Kindle Edition, 1032 de 5403)

Zirger croit que la désinformation possible a été conçue pour protéger les véritables origines d’Orthon et de son engin spatial en voie d’apprentissage.

M. Zirger s’est dit perplexe quant aux raisons pour lesquelles les extraterrestres d’un autre système solaire voudraient faire semblant d’appartenir à un monde inhabitable de notre propre système solaire:

Pourquoi une telle mascarade alors qu’ils auraient simplement pu dire qu’ils venaient de la planète T du système solaire Y? (Kindle Edition, 1042 de 5403)

Zirger oublie une explication centrée sur la terre de la désinformation qui aurait pu être transmise à Adamski. Ceci est soulevé par l’un des cas de contact mentionnés par Zirger dans son livre. Il cite le cas de Reinhold Schmidt, en 1957:

Je voudrais citer brièvement un dernier cas, celui de Reinhold O. Schmidt, 60 ans à l’époque, un acheteur de céréales de Bakersfield (Calif.). Le 5 novembre 1957, il prétendait avoir parlé pendant environ 30 minutes à l’équipage d’un gros OVNI en forme de cigare d’argent qui aurait atterri près de Kearney dans la prairie du Nebraska pour y effectuer des réparations. Dans une entrevue enregistrée d’une heure et demie, Schmidt a déclaré que l’équipage était composé de « quatre hommes et deux femmes ». Ils lui parlaient tous  » en langue américaine avec un accent allemand « , mais il lui semblait parfois qu’il pouvait les entendre parler entre eux en  » haute langue allemande, très bon allemand « . (Édition Kindle, 526-531).

L’affaire Schmidt soulève la question: Orthon faisait-il partie d’un programme spatial secret allemand et ne faisait que prétendre être un Vénusien?

L’astronaute allemand faisait-il semblant d’être de Vénus pendant la rencontre avec Adamski en 1952?

La première partie de cet article a soulevé la possibilité que George Adamski ait été trompé en croyant que Vénus est l’origine de Orthon, l’occupant de la soucoupe volante, il a rencontré en Décembre 1952.

Il y a un certain nombre d’aspects de l’affaire Adamski contacté en 1952 qui mène à la conclusion que Orthon faisait partie d’un programme spatial secret allemand, et/ou liée à une alliance extraterrestre qui avait activement aidé l’Allemagne nazie avant et pendant la guerre mondiale.

Les soucoupes volantes qu’Adamski avait photographiées ressemblaient beaucoup à l’engin antigravité Haunebu qui aurait été mis au point en Allemagne nazie.

Vladimir Terziski, ingénieur et ancien membre de l’Académie bulgare des sciences, a été le premier à publier les spécifications exactes de l’engin Haunebu contenu dans les fichiers SS nazis. Les dossiers nazis ont été relâchés après l’effondrement du Pacte de Varsovie le 25 février 1991, et sont entrés en possession de Terziski après qu’il eut immigré aux Etats-Unis en 1984.

Voici une comparaison d’un dessin de 1943 d’une soucoupe volante Haunebu II développée par les SS nazis pour l’effort de guerre et d’un engin de reconnaissance photographié par Adamski en décembre 1952.

Des scientifiques italiens et allemands qui ont confirmé que les puissances de l’Axe coopéraient dans un effort secret pour armer les soucoupes volantes.

La configuration de l’embarcation Haunebu de 1943 est tellement semblable à celles qu’Adamski a photographiées en 1952 qu’elle suggère que, si ce n’est pas le même type de véhicule, celui qui a développé ce dernier se trouvait à un niveau de développement technologique similaire à celui des Allemands au milieu des années 1940.

Pourtant, si Orthon était originaire de Vénus et faisait partie d’une association interplanétaire avancée, comme Zirger en a parlé dans son livre, alors comment la première génération de soucoupes volantes nazies aurait-elle pu être presque identique à celle d’un engin utilisé dans une société interplanétaire beaucoup plus évoluée sur le plan technologique?

L’une des explications est que les extraterrestres avaient fourni des embarcations à l’Allemagne nazie pour qu’elles puissent être fabriquées en rétro-ingénierie.

Ceci est étayé par les informations fournies par l’ancien ingénieur aérospatial, William Tompkins, qui dit que les espions de la marine américaine avaient signalé lors de leurs débreffages à la base aérienne navale de San Diego, de 1942 à 1946, que les Allemands avaient reçu plus d’une douzaine de modèles d’engins spatiaux antigravité opérationnels.

Les nazis essayaient furieusement d’inverser les règles du génie pour l’effort de guerre, mais ils ont finalement échoué en ce qui concerne leurs programmes basés en Europe.

L’information de Tompkins nous aide à comprendre que le diagramme de 1943 du Haunebu II était une tentative des nazis d’armer une soucoupe volante antigravité, qui avait été donnée au Troisième Reich d’Hitler par des alliés extraterrestres à la suite d’un accord secret.

Par conséquent, Orthon a peut-être seulement prétendu être de Vénus, pour cacher l’existence d’un programme spatial allemand qui avait survécu à la Seconde Guerre mondiale.

Orthon ne communiqua qu’avec Adamski non-verbalement en langage gestuel lors de la rencontre avec le Desert Center en 1952. Adamski a expliqué dans une conférence qu’Orthon « a parlé principalement dans un dialecte étrange complètement incompréhensible à Adamski ».

Il s’agissait du « dialecte étrange » haut allemand qui, comme mentionné dans la première partie de cet article, Reinhold Schmidt a été identifié comme étant utilisé par les occupants de l’engin spatial au cours de son expérience de 1957. Schmidt avait une origine allemande et a également enseigné l’allemand à l’école, mais Adamski n’a pas été en mesure d’identifier les dialectes allemands depuis son origine en tant que polonais-américain.

Sinon, Adamski savait peut-être que Orthon parlait allemand, mais il n’ a pas été autorisé à le révéler publiquement pour des raisons de sécurité nationale.

La rumeur dit depuis longtemps qu’après chacune de ses expériences de contact extraterrestre, Adamski a été secrètement transporté de Californie au Pentagone par l’ U. S. Air Force où il a été débriefé au sujet de ses contacts. En mai 2009, une rare vidéo a été publiée contenant des entrevues avec divers témoins qui connaissaient Adamski et ses débrieffages secrets au Pentagone.

Les témoins ont confirmé qu’Adamski possédait une carte d’identité militaire lui permettant d’accéder au Pentagone.

La carte d’identité militaire a été observée par plusieurs personnes qui avaient travaillé à divers postes du Département de la défense.

Parmi les témoins figurait William Sherwood, qui avait déjà travaillé pour le département de l’Ordonnance de l’armée américaine et qui possédait son propre laissez-passer. Sherwood a vu le laissez-passer Ordnance d’Adamski et a confirmé son authenticité.

Le témoignage de Sherwood et d’autres témoignages à l’appui donne foi aux rumeurs selon lesquelles Adamski était effectivement en train d’informer secrètement le Pentagone de ses contacts extraterrestres.

En 1952, le Pentagone savait très bien qu’un programme spatial allemand avait survécu à la Seconde Guerre mondiale et avait commencé à opérer au-dessus du territoire américain.

Les hauts fonctionnaires du Pentagone voulaient garder ça secret. Par conséquent, il est fort possible qu’on ait dit à Adamski de ne rien dire sur Orthon parlant allemand pour empêcher le public d’apprendre la vérité.

La possibilité qu’Orthon fasse partie d’un programme spatial secret allemand, basé en Antarctique et opérant sur le territoire américain, est renforcée par les événements qui ont précédé le survol de Washington en 1952.



Cela se produisit quelques mois seulement avant la rencontre d’Adamski avec Orthon.

Le Pentagone a caché le Programme Spatial Secret Allemand en lien avec les affaires de contacts extraterrestres

Il a été constaté dans la deuxième partie de cet article que George Adamski a très probablement été ordonné par le Pentagone de cacher des éléments importants de son prétendu contact extraterrestre de 1952 qui suggéraient l’existence d’un programme spatial secret allemand en Antarctique.

Pour comprendre pourquoi Adamski aurait reçu l’ordre de le faire, il faut comprendre les événements qui se sont produits en Antarctique il y a cinq ans.

Durant l’été 1946/1947, au cours de l’été 1946/1947, dans l’hémisphère Sud, l’amiral Richard Byrd dirigea une importante force navale en Antarctique pendant l’opération Highjump avec l’ordre secret de chasser les nazis qui avaient établi des bases secrètes sur le continent gelé. Ce n’était pas la première fois que Byrd recevait des ordres secrets de chasser les nazis cachés en Antarctique.

Sept ans plus tôt, au milieu de 1939, Byrd avait été commandé par le président Franklin Roosevelt pour mener une expédition navale en Antarctique afin de déterminer si les bases nazies en Antarctique violaient la doctrine de Monroe.

Le New York Times rapporta le 7 juillet 1939:

Le président Roosevelt a pris des mesures aujourd’hui pour empêcher l’extension possible des revendications de l’Allemagne aux régions antarctiques dans l’hémisphère occidental en dirigeant le Real Amiral Richard E. Il est évident que ce gouvernement était disposé à prendre la position, si nécessaire, que toute tentative des puissances étrangères d’établir des bases à l’ouest du 180e méridien dans l’Antarctique serait considérée comme un acte hostile[…].

L’expédition de Byrd en 1939/1940 ne parvint pas à trouver les bases antarctiques allemandes, bien cachées sous les calottes glaciaires.

Des années plus tard, lors des procès de Nuremberg sur les crimes de guerre, l’amiral Donitz répéta qu’il avait utilisé la flotte sous-marine allemande pour construire « une forteresse invulnérable, une oasis paradisiaque au milieu de la glace éternelle ».

Après la fin prématurée de l’opération Highjump en février 1947, Byrd donna une interview au Chili le 5 mars alors qu’il rentrait aux Etats-Unis où il parlait d’un ennemi qui pouvait voler depuis la région du Pôle Sud pour attaquer les Etats-Unis:

L’amiral Richard E. Byrd a averti aujourd’hui de la nécessité pour les Etats-Unis d’adopter des mesures de protection contre la possibilité d’une invasion du pays par des avions ennemis en provenance des régions polaires.

L’amiral a dit: »Je ne veux effrayer personne, mais la dure réalité est qu’en cas de nouvelle guerre, les États-Unis seront attaqués par des avions survolant l’un ou les deux pôles,

Le contexte général de l’interview de Byrd laisse entendre que les Allemands avaient réussi à armer leurs soucoupes volantes et autres véhicules aériens perfectionnés au point que rien de ce que possédait la marine américaine ne pouvait égaler en termes de performances, d’armes et de portée.

En effet, quelques mois seulement après l’interview de Byrd, l’incident de Kenneth Arnold s’est produit en juin 1947, où il a été témoin de flottes d’aéronefs en forme d’aile volante au-dessus des montagnes Cascade de l’Oregon et de l’État de Washington.

Les appareils à ailes volantes étaient très semblables à ce que les frères Horton avaient développé pour l’Allemagne nazie, dont un avait été déplacé aux États-Unis après la Seconde Guerre mondiale. Il est possible que des prototypes réussis aient été développés et déplacés en Antarctique et qu’ils aient pu survoler le territoire américain en 1947.

Par conséquent, la mise en garde de l’amiral Byrd s’était avérée prémonitoire, dans la mesure où les Allemands basés en Antarctique avaient la capacité de survoler le territoire américain en toute impunité.

Par conséquent, avec l’augmentation subséquente des observations d’OVNI après l’incident d’Arnold, on peut conclure que certains, si ce n’est plusieurs d’entre eux, pourraient être reliés au Programme spatial allemand hors de l’Antarctique.

En deux week-ends successifs, en juillet 1952, des vagues d’OVNI survolèrent Washington DC. Des dizaines de milliers de personnes ont assisté aux survols qui ont été photographiés, captés au radar et aperçus par des pilotes militaires. Les observations ont été si spectaculaires que l’US Air Force a donné une conférence de presse pour rejeter tout cela comme une « inversion de température » anomalie météorologique.

Pendant des décennies, la vérité sur les origines de la technologie a été gardée secrète, mais finalement il a été révélé que les OVNIs étaient en fait des soucoupes volantes allemandes.

Trois initiés/dénonciateurs ont été familiarisés avec les origines allemandes de cette technologie.

William Tompkins, ancien ingénieur en aérospatiale, Clark McClelland, ancien exploitant d’engins spatiaux de la NASA, et Corey Goode, ancien participant à un programme spatial de la marine américaine « 20 and back », ont tous dit la même chose. Ils avaient été informés ou avaient appris que c’était un engin spatial antigravité allemand qui avait survolé Washington DC en 1952.

Cela soulève une forte possibilité qu’il y ait un lien direct entre la rencontre d’Adamski en 1952 et le programme spatial allemand qui avait lancé des survols au-dessus du territoire américain, comme le suggéraient l’incident Arnold de juin 1947 et l’avertissement de Byrd en mars 1947.

De plus, comme nous l’avons vu  les similitudes entre la technologie dont Adamski a été témoin et l’artisanat « Haunebu II » développé par les Nazis pour l’effort de guerre suggèrent que les Allemands avaient réussi à déplacer certains de leurs modèles opérationnels les plus avancés vers l’Antarctique.

L’idée que certains des ovnis observés au-dessus du territoire américain faisaient partie d’un programme spatial secret allemand est renforcée par deux autres incidents d’atterrissage d’ovnis au cours des années 1950, la même période où Adamski a déclaré qu’il avait eu des contacts avec les Vénusiens.

Le 7 janvier 1956, Willard Wannall, alors sergent-chef de l’armée américaine, dit avoir vu une soucoupe volante atterrir dans une région isolée de Kaimuki, près d’Honolulu, à Hawaï. Il a été débriefé par des officiers du renseignement de l’armée et de l’armée de l’air américaines à Fort Shafter où il était stationné, et a rédigé un rapport de 32 pages sur l’incident à son commandant.

Bien que la brève description de l’incident par Wannall ait été mentionnée dans les rapports d’observation d’OVNI à l’époque, son rapport détaillé n’a jamais été rendu public.

Après avoir pris sa retraite de l’armée, il a écrit un livre sur l’incident en 1967, où il a décrit comment il était encore sous les ordres de la sécurité nationale de ne pas divulguer des détails clés sur l’incident:

Toutefois, on peut affirmer sans mettre en danger la sécurité de ma famille et de mes amis, ni violer les restrictions de sécurité, que nous avons été témoins de l’atterrissage près de chez nous d’un objet volant non conventionnel clairement défini qui est resté sous notre surveillance quarante à cinq minutes avant son départ. En plus de moi, il y avait six autres personnes responsables et hautement respectées présentes, qui ont regardé les détails de cette observation en alternance avec et sans l’aide de jumelles à grande puissance.

Des décennies plus tard, un journaliste du Maui UFO Report a pu interviewer Wannall avant son décès en 2000, et le public a pu apprendre pour la première fois certains des détails clés de l’incident d’atterrissage d’OVNI:

Cette fois-ci, l’embarcation en forme de cloche, argentée, en dôme et percée à bâbord, atterrit dans les collines densément boisées derrière Honolulu. Quand le sergent Wannall s’est approché, une trappe s’est ouverte. Il a noté la croix gammée et la croix de fer nazie sur l’OVNI et l’uniforme de l’occupant. Le pilote de la soucoupe a parlé avec un accent allemand et portait un uniforme nazi! … Le Sgt Wannall nous a dit que les nazis évadés, qui avaient des soucoupes volantes, s’étaient enfuis en Amérique du Sud et dans des bases souterraines secrètes, sous la glace de l’Antarctique, peu avant la capitulation de la guerre nazie.

La description de Wannall de la technologie correspond étroitement à ce qu’Adamski avait photographié et observé en 1952, et à la soucoupe Haunbu II qui avait été secrètement mis au point par l’Allemagne nazie.

Il est maintenant compréhensible que le rapport de 32 pages de Wannall sur l’incident de 1956 n’ait jamais été rendu public dans le cadre du Projet Blue Book, car il a montré qu’un programme spatial secret allemand survolait et atterrissait activement sur l’ensemble des territoires américains, y compris les îles Hawaïennes.

Le fait que le pilote a parlé avec un accent allemand, qu’il portait un uniforme nazi et qu’il a pu atterrir près d’une base militaire américaine (Fort Shafter) montre que les occupants ne craignaient pas qu’on leur tire dessus. Cela donne à penser qu’un accord avait été conclu avec les autorités militaires américaines sur le survol et l’atterrissage des engins spatiaux allemands sur le territoire américain.

Ceci nous amène enfin à l’incident de Reinhold Schmidt brièvement mentionné dans la première partie de cet article. Schmidt décrit la rencontre avec les occupants d’une soucoupe volante qui a atterri le 5 novembre 1957 près de Kearney, au Nebraska. Ils lui parlaient l’anglais avec un accent allemand et utilisaient l’allemand pour communiquer entre eux.

Dans son livre, Edge of Tomorrow, Schmidt a écrit qu’il croyait initialement que les six occupants étaient des scientifiques allemands:

J’ai pensé qu’il venait peut-être de Russie, et qu’il était habité par une équipe de scientifiques allemands qui recevaient des données sur le premier Spoutnik russe qui avait été lancé environ une semaine auparavant.

Après avoir été contacté plus tard par l’un des occupants, Schmidt eut d’autres rencontres et changea d’avis sur les origines de l’engin. Il qualifie maintenant les occupants de l’embarcation d’extraterrestres de Saturne.


Comme Adamski, Schmidt a peut-être été induit en erreur par les occupants de l’embarcation pour croire qu’ils étaient des extraterrestres malgré les signes évidents qu’ils faisaient partie d’un programme spatial secret allemand qui fonctionnait longtemps après la fin de la Seconde Guerre mondiale. Comme Adamski, les autorités de sécurité nationale ont peut-être fait pression sur Schmidt pour qu’il abandonne toute référence publique aux astronautes allemands.

Cette dernière explication est étayée par le traitement déroutant que Schmidt a reçu des autorités locales après avoir signalé son premier contact en 1957. L’intérêt initial et le soutien amical qui ont suscité une couverture médiatique nationale du jour au lendemain, se sont transformés en hostilité totale de la part des autorités locales après l’arrivée de deux responsables de la Force aérienne.

Après de longues entrevues et des débreffages avec de nombreux responsables, les médias locaux et nationaux, ainsi que les responsables de l’armée de l’air, Schmidt a été contraint de se rétracter de son témoignage public par le chef de la police.

Schmidt a été mystérieusement emprisonné sans inculpation pendant deux jours, puis incarcéré dans un établissement psychiatrique à Hastings, au Nebraska.

Tout cela a été fait sans qu’il ait pu se faire représenter par un avocat. Il a finalement été libéré après l’intervention de sa famille et de son employeur.

Les fortes pressions exercées sur M. Schmidt pour qu’il change son histoire après l’intervention de deux responsables de l’USAF suggèrent clairement que des éléments clés de cette histoire menaçaient la sécurité nationale.

En fait, sa libération était probablement due au fait qu’il avait accepté de changer des éléments clés de son histoire.

Le témoignage de Schmidt a laissé entendre, comme dans les cas d’Adamski et de Wannall, que les embarcations appartenant à un programme spatial secret allemand survolaient activement les territoires américains et y débarquaient, que toute référence à l’origine allemande de l’embarcation était minimisée et que les références aux extraterrestres de Vénus, de Saturne ou d’ailleurs étaient plutôt soulignées.

En conclusion, le matériel examiné dans cette série d’articles en trois parties suggère que l’affaire George Adamski contactee, ainsi que les affaires Wannall et Schmidt, étaient très probablement des cas de citoyens américains interagissant avec des membres d’un programme spatial allemand opérant à partir de l’Antarctique.

Les occupants de la soucoupe volante, ainsi que l’armée américaine cachèrent le lien allemand et encouragèrent l’hypothèse extraterrestre à expliquer leur origine.

Cela ne veut pas dire que tous les cas présumés de contact extraterrestre impliquent réellement une interaction publique avec des membres d’un programme spatial secret allemand opérant à partir de l’Antarctique.

Après tout, les Allemands avaient été aidés par des extraterrestres qui leur avaient fourni des engins spatiaux opérationnels pour l’ingénierie inverse pendant la Seconde Guerre mondiale et avaient aidé les Allemands à établir leurs bases antarctiques.

Malgré l’implication extraterrestre dans le Programme spatial allemand, il est nécessaire d’examiner les cas de contactés des années 1950 et 1960 afin de déterminer les véritables origines des prétendus « frères de l’espace », et les efforts du Pentagone pour réprimer la vérité.

L’établissement de la sécurité nationale américaine a encouragé le démantèlement des personnes contactées comme Adamski, Schmidt et beaucoup d’autres, non pas parce qu’ils craignaient que le public apprenne la visite extraterrestre, mais parce qu’ils craignaient que le public apprenne la vérité sur la colonie dissidente allemande en Antarctique.

Les États nations les plus puissantes de l’époque, les États-Unis, la Grande-Bretagne, la France et l’Union soviétique ne voulaient pas que leurs citoyens apprennent que non seulement un vestige de l’Allemagne nazie avait survécu à la Seconde Guerre mondiale, mais que ses réalisations technologiques dans le domaine des technologies aérospatiales de pointe étaient devenues si dominantes que les anciennes puissances alliées n’avaient rien pour les égaler.


On espérait que les accords secrets, l’infiltration des installations antarctiques allemandes et la tromperie seraient les outils pour combler le fossé technologique.

En attendant, la vérité serait supprimée sur le lien allemand avec les rencontres des «Frères de l’espace» qu’Adamski, Schmidt, Wannall et d’autres personnes contactées commencèrent à avoir dans les années 50.

Michael E. Salla, Ph. D.


Que pensez-vous de cet article ? Inscrivez-vous et rejoignez la conversation





Merci à tous pour votre soutien.

Beaucoup d'entre vous sont avec moi, par le coeur et la pensée, et je vous transmet ma gratitude.

Vous pouvez assurer la continuité de ce site de plusieurs manières : En partageant les articles que vous avez aimé. En achetant vos livres et vos produits préférés sur Amazon via ce site. Ou, si vous en avez la possibilité, en faisant un don (si minime soit-il). Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...


Votre aide est importante pour continuer...




ELISHEAN777 Communauté pour un Nouveau Monde  © Elishean/2009-2020


Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Imaginer un Nouveau Monde © Elishean 2009 - 2020

CONTACT

Vous pouvez nous envoyer un e-mail et nous vous répondrons dès que possible.

En cours d’envoi
odio leo non mattis massa amet, eleifend ut libero vulputate, dapibus
ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

%d blogueurs aiment cette page :