Secrets révélés

Le Changement des Âges (17) Le calendrier MAYA de Maurice Chatelain

Livre de David Wilcock : Convergence volume I

Maintenant, nous vérifions Maurice Chatelain. Ce chapitre se concentre sur le travail de Chatelain pour tenter d’adapter l’unité de comptage fondamentale du calendrier maya, le katun d’environ 20 ans, aux conjonctions de Jupiter et de Saturne.

Même si nous pouvons démontrer que Chatelain avait tort, le lien mathématique entre les cycles tracés par les Mayas et les conjonctions Jupiter-Saturne est indéniable.

Cela apporte un soutien considérable à l’idée que la période millénaire sera une période de « porte d’entrée » majeure alors que nous nous rapprochons de plus en plus pour devenir une planète de quatrième dimension.

Peut-être que la chose la plus intéressante que nous rencontrons à mesure que nous nous rapprochons de la compréhension de ce cycle solaire est la triangulation sur la période avant et après l’an 2000.


Il existe un nombre infini de prophéties apparemment fiables indiquant cette période de temps discrète comme un point de changement majeur.

Les lectures de Cayce, faisant référence à ce qui doit être exactement le même cycle solaire que celui indiqué par Ra et le calendrier maya, ont attiré l’attention sur 1998.

La question que nous devons alors nous poser est celle-ci. Si 2012 est censé être « ça », alors pourquoi tant de prophéties se concentrent-elles sur une époque bien antérieure à celle-ci?


Si nous regardons le Grand Cycle strictement du point de vue des taches solaires, nous pourrions alors supposer que l’intérêt pour 2000 pourrait provenir du fait que le plus petit « cycle des taches solaires » est connu pour fonctionner par incréments de 11 ans.

On sait que ce cycle de 11 ans a un effet, perturbant les communications radio et augmentant les émissions de particules solaires. Les calculs actuels placent la prochaine date de pic solaire comme se produisant en mai 2000.

Ce seul fait suggère fortement qu’il existe un lien, car la plupart des gens sont bien conscients de la programmation planétaire du 5 mai 2000 qui se produira.

Cela a été rendu public dans les premiers épisodes de l’émission télévisée « Millennium », ainsi que dans 5/5/2000: Ice, The Ultimate Disaster de Richard Noone.


De plus, dans une conversation par e-mail de 1999 entre Wilcock et John Major Jenkins, l’auteur de Maya Cosmogenesis 2012, Jenkins a révélé ce qui suit :

Dans Maya Cosmogenesis 2012, ma position est que les Mayas voulaient que leur date 13.0.0.0.0 (21 décembre 2012) marque l’alignement du soleil du solstice de décembre avec la Voie lactée. Cela se produit tous les 13 000 ans.

Le matériel égyptien de Zep Tepi fait référence à la dernière fois où cela s’est produit. À cette époque, le soleil du solstice de décembre s’alignait sur la partie mince et diffuse de la Voie lactée qui traverse les Gémeaux. C’est la direction sortant de la Galaxie.

Maintenant, vers 2012, le soleil du solstice de décembre s’aligne avec la partie opposée de la Voie Lactée – la partie qui traverse le Sagittaire – où se trouve le Centre Galactique.

L’astronomie védique résumée par Sri Yukteswar dans The Holy Science, bien que formulée d’une manière plutôt obscure, suggère que la doctrine védique Yuga a reconnu l’alignement solstice-galaxie comme * l’événement transformateur dans les cycles de la conscience humaine qui se déroulent…

Je pense que toute la zone de transformation sera une chose axée sur les processus. Vous examinez les détails et identifiez les points de déclenchement probables.

La date de mai 2000 que vous mentionnez est également significative en raison de l’alignement Soleil-Pléiades-Zénith sur la latitude de Chichen Itza. Cette latitude est de 19,5 degrés, ce qui est significatif via la théorie de la grille terrestre et les solides platoniciens.

Géographiquement, le Yucatan est la queue du serpent ; c’est là que la vibration Soleil-Pléiades descend et s’incarne.

Sur le côté opposé exact du globe, à la même latitude, nous trouvons la bouche du Gange – la bouche ou le canal de naissance de Ganga, la déesse védique de la Voie lactée.

Je crois que cela accentue un processus astronomique de 13 000 ans, cartographié sur la Terre.

La polarité queue-bouche se trouve dans la réconciliation des cosmologies galactique et zénithale telle que proposée dans mon livre, une réconciliation qui culmine (cosmologiquement parlant) avec l’alignement galactique du début du 21e siècle.

Au moment de la publication en ligne initiale de ce livre, nous ne sommes qu’à quelques semaines de cette date – et sur la base de la façon dont tout «se sent», nous ne nous attendons pas à ce que quelque chose de manifestement majeur se produise.

Il pourrait bien y avoir des tremblements de terre, comme lors de la conjonction précédente du 11 août 1999, où il y avait une conjonction planétaire de la Grand-Croix dans le ciel ainsi qu’une éclipse solaire totale à exactement 11 h 11 GMT, nous avons connu un grave tremblement de terre à Turquie seulement six jours plus tard.

Ce tremblement de terre s’est produit dans le chemin exact où l’éclipse s’était déplacée sur la Terre, et donc sur la Grille de la Terre également.

Nous avions prédit qu’il pourrait y avoir des changements terrestres causés par cela, et nous avions raison.

L’image ci-dessous a été prise en Angleterre à exactement 11h11 GMT, montrant le Soleil en pleine couronne :

LA GRANDE CONJONCTION 11:11

Le fait que la conjonction du 11 août se soit produite à 11 h 11 ne semblait pas être un accident – ​​c’était un nombre que beaucoup de gens voyaient sur les horloges depuis des années et ne savaient pas pourquoi.

Apocalypse 11 : 11 parle directement d’un changement d’énergie, en disant : « Après les 3 jours et demi… Dieu est apparu sur un nuage et a dit : « Montez ici », et ils ont été emportés dans les cieux… »

Selon le chercheur Joe Mason, la métaphore du 3 1/2 a à voir avec le saut de l’humanité de la troisième densité à la quatrième.

Évidemment, rien ne s’est passé ce jour-là. Il est certainement possible que chacune de ces conjonctions représente des augmentations discrètes d’énergie, comme cet auteur l’a certainement remarqué.

Cependant, si nous n’attendons que le «dernier moment» lui-même, nous risquons d’être déçus et de ne pas remarquer toutes les autres choses importantes qui nous arrivent. La période de mai 2000 est susceptible d’être un cas similaire.

Elkins n’a jamais posé la question de la date de 2000 dans la série Law of One, nous devons donc découvrir par nous-mêmes pourquoi les lectures de Cayce l’ont ciblée.

Nous pouvons voir tout de suite à quel point cela est parfaitement lié aux notions bibliques de la seconde venue du Christ inaugurant 1000 ans de paix.

Il apparaît maintenant que les pères de l’église ont peut-être ajusté la naissance de Jésus pour qu’elle coïncide avec une date qu’ils pensaient être d’une grande puissance – l’année harmonique 5760 dans le calendrier hébreu. 576, bien sûr, est un autre nombre gématrien.

Cependant, le but principal de ce chapitre est d’illustrer un aspect encore plus profond du cycle solaire qui n’a jamais été vu auparavant par personne d’autre que l’auteur de ce livre.

Nous citerons les efforts d’un autre Maurice C., cette fois non pas Maurice Cotterell mais Maurice Chatelain, un ancien scientifique de la NASA et astrophysicien français.

La synchronicité entre ces deux noms est un autre « indice » intéressant d’une connexion dans un sens plus élevé.

Dans son livre désormais rare et épuisé de 1971 intitulé Nos ancêtres venus de l’espace extra-atmosphérique, Chatelain présente un argument scientifique et mathématique apparemment hermétique pour que le calendrier maya soit daté de manière incorrecte.

Avant d’expliquer son cas, nous devons nuancer tout cela en déclarant que nous savons maintenant que Chatelain avait effectivement tort, dans un sens.

Chatelain a reconfiguré le calendrier maya sur la base de nouvelles informations qu’il a lui-même découvertes. Même si les dates reconfigurées étaient erronées, les informations elles-mêmes sont d’une importance vitale pour comprendre ce cycle.

Ce que nous apprenons à la suite des travaux de Chatelain, c’est que pour comprendre ce cycle, nous devons observer Jupiter et Saturne, en particulier lorsqu’ils entrent en conjonction l’un avec l’autre.

C’est pour cette raison qu’un intérêt encore plus grand est associé au mois de mai 2000, alors que Jupiter et Saturne atteignent la conjonction le 28 mai 2000. Cela s’avérera être le « chaînon manquant » que nous recherchions, nous permettant de « booster » à un niveau d’énergie encore plus élevé.

N’oubliez pas que Ra fait référence à l’énergie « en expansion vers l’extérieur et en coagulation vers l’intérieur » qui est responsable de notre cycle solaire.

La citation de Ra indique clairement que nous devons aller au-delà de la simple étude du Soleil – cette « énergie pulsée » représenterait les forces harmoniques qui ont organisé l’ensemble du système solaire de la même manière qu’elles ont organisé le réseau mondial.

Il faut donc bien considérer les cycles de TOUTES les planètes pour voir comment ce cycle fonctionne. Puisque Jupiter et Saturne sont les plus grandes planètes, nous pouvons également nous attendre à ce qu’elles exercent la plus grande force sur ce cycle. C’est pour cette raison que nous devons leur accorder une attention toute particulière.

CALENDRIER MAYA DE CHATELAIN

Dans son livre, qui couvre en fait de nombreux sujets différents, Chatelain discute de la guerre acharnée entre les Français et les Allemands compte tenu de l’apparente ambiguïté de la date de début du calendrier maya.

Cela s’est produit lorsque le calendrier a été découvert pour la première fois, car il y avait en fait deux copies trouvées, et elles n’étaient en fait pas précisément d’accord l’une avec l’autre. Il a fallu beaucoup de travail pour finalement arriver à la bonne date de démarrage.

Étant donné que tant d’efforts ont été nécessaires pour résoudre ces zones de données conflictuelles, Chatelain pensait que notre adaptation désormais universelle de l’ensemble de dates « gagnantes » n’était pas nécessairement fondée.

Chatelain a créé sa propre date de début pour coïncider parfaitement avec un événement astrologique massif qui semblait conférer une grande crédibilité à son système de date – à l’époque, il n’était pas au courant des cycles solaires à plus grande échelle impliqués.

Et donc, quelle que soit la façon dont il est perçu, le Calendrier Maya est un outil astrologique aux multiples facettes, en fait assez ingénu et très utile une fois compris. Le Calendrier n’est pas simplement un cycle ; il est mesuré à travers des cycles plus petits, qui doivent également être pris en compte.

Le plus petit d’entre eux est le katun, qui dure environ 20 ans, soit 7 200 jours. Un cycle du calendrier maya d’environ 5 200 ans comprend 260 de ces katuns.

Ce nombre 260 s’avère être le nombre le plus sacré de toute la science et du mysticisme maya. Nous explorerons les nouvelles informations qui suggèrent pourquoi c’était si important à mesure que nous progressons.

Ce nombre était si crucial et sacré pour leur compréhension de l’univers qu’ils lui ont en fait attribué un nom, l’appelant le tzolkin.

Afin de diviser le calendrier en morceaux plus gérables, ils ont également regroupé les katuns de 20 ans en groupes de 20.

Chacun de ces groupes de 20 katuns dure environ 400 ans, soit 144 000 jours, et le nom qu’ils ont créé pour cela était le baktun.

(Et bien sûr, nous voyons la même harmonique de Cathie pour la vitesse de la lumière émerger à nouveau, cette fois dans un cycle qui mesure le temps.)

Puisqu’il y a un total de 260 katuns dans un cycle de calendrier, nous avons besoin de 13 groupes de 20 pour que tout s’additionne. Ainsi, pour chaque cycle de calendrier, il y a 13 baktuns en tout.

Comme nous venons de le dire, le nombre tzolkin 260 est le nombre sacré ultime pour les Mayas ; c’est la racine de tout leur système mathématique et le nombre de jours de leur année sacrée.

Leur calendrier consistait toujours en deux cycles de dates – l’année solaire conventionnelle de 365 jours avec l’année sacrée de 260 jours en même temps.

Chaque date du calendrier était une combinaison de ces deux variables, et évidemment les points où elles se croisent changeront constamment. Tout cela est très bien couvert dans les prophéties mayas de Chatelain et Gilbert.

HARMONIQUES DU CHIFFRE 13

Comme nous le verrons, les synchronicités plus profondes entourant le nombre 260 sont assez impressionnantes. Comme premier exemple, Cotterell indique que les gaz tourbillonnants à l’équateur du Soleil effectuent une rotation complète tous les 26 jours terrestres.

C’est un point important, et tout de suite nous devrions considérer cela comme ayant une possible contrepartie harmonique en vibration. Afin de voir comment cela pourrait être, rappelons-nous que toute la série de nombres harmoniques est construite sur les « vibrations » des plus petits chiffres, car ils se multiplient en chiffres de plus en plus grands.

C’est un point clé qui deviendra plus évident à mesure que nous étudierons les orbites planétaires. Tous les nombres un à huit ont des significations spécifiques dans l’octave, et neuf, dix, onze et douze sont également très fondamentaux pour différentes raisons.

13 semble être le dernier nombre qui porte une vibration unique avant que les propriétés vibratoires ne se dupliquent à nouveau.

On nous rappelle que de nombreuses cultures anciennes, y compris les Sumériens, utilisaient la base 12 comme système de comptage à divers moments, et dans ce système, les vibrations du nombre 13 représenteraient une octave – la première unité de comptage au « niveau » suivant, juste car 10 est le « niveau » suivant du nombre 1 lors de l’utilisation d’un système de base 10.

Les vibrations du chiffre 13 en tant qu’octave peuvent être vues sur un piano conventionnel si vous deviez jouer une gamme « chromatique », où vous passez de C à C en jouant à la fois des touches blanches et noires. Chaque gamme aura 12 notes avant de se résoudre à l’Octave sur la 13ème.

Donc encore une fois, nous pouvons voir que 26 est un nombre harmonique à part entière, seulement il semble que les Mayas en étaient beaucoup plus conscients que les Sumériens. Selon Ra, ils étaient en contact avec différents groupes extraterrestres, et cela pourrait bien expliquer pourquoi – chaque groupe a reçu différentes pièces du puzzle.

Encore une fois, l’équateur du Soleil tourne en 26 jours terrestres. Cotterell démontre également que dix de ces rotations, soit 260 jours, sont essentielles à tous les cycles solaires de niveau supérieur. Par conséquent, l’année sacrée maya de 260 jours serait un moyen précis de suivre l’activité solaire.

La question que nous devons immédiatement nous poser est la suivante : sans la suggestion de Ra d’une intervention extraterrestre et/ou d’un héritage atlante, comment une société apparemment non technique saurait-elle compter cela ?

Il n’y a certainement aucun élément de preuve enregistré suggérant qu’ils avaient quoi que ce soit ressemblant même de loin à la technologie satellitaire dont nous avions besoin pour redécouvrir cela.

Lorsque nous étendons notre nombre de tzolkin de 260 (construit à partir du nombre vibratoire 13) à ses harmoniques supérieures, nous avons 260 katuns dans le cycle du calendrier, à environ 20 ans chacun. Nous avons aussi 260 jours dans l’Année Sacrée.

La découverte étonnante que Châtelain a faite est que le katun lui-même n’est pas seulement une fraction morte et sans vie du Grand Cycle ; c’est un cycle de travail à part entière.

Chatelain indique dans son livre que les scientifiques savaient que la longueur du katun devait être d’environ 19,75 ans, mais personne n’a jamais expliqué ce qu’il mesurait réellement.

Ils ont essayé des choses telles que diviser la longueur des orbites de diverses planètes en années, mais rien ne semblait fonctionner. Miraculeusement, et peut-être absurdement, personne n’a jamais pris la peine de vérifier les conjonctions entre les planètes.

Bien que personne d’autre ne l’ait jamais envisagé, Chatelain s’est rendu compte qu’en ajoutant un très léger supplément de 54 jours à la longueur standard du katun harmonique de 7 200 jours, il arrivait soudainement, comme par magie, à la durée précise entre chaque conjonction de Jupiter et de Saturne.

Cette conjonction était la graisse dans les engrenages, l’essence même de ce qui faisait tourner l’horloge. Dans une conversation par e-mail avec cet auteur, Jenkins a révélé de plus amples informations sur cette connexion harmonique avec les conjonctions Jupiter-Saturne :

Un érudit Maya, Robert Hall, suggère que [la conjonction Jupiter-Saturne a été utilisée] au début du développement du Compte Long. 7200 jours correspondent exactement à 19 ans plus 260 jours.

Ce seul fait suggère d’autres points d’étude pour les cycles harmoniques, mais pour notre discussion ce n’est que le début. Chatelain a montré que le katun fonctionnait non seulement pour Jupiter et Saturne, mais pris comme une unité, il se connectait également aux orbites de nombreuses autres planètes.

Ce travail a également été montré avec l’extraordinaire négociant en bourse Bradley Cowan, qui utilise ces cycles harmoniques pour des prévisions boursières très précises et associe clairement les conjonctions JS à des mouvements tels que le quart de cycle de l’orbite d’Uranus. Pour l’instant, Chatelain vous expliquera plus en détail :

Pour les Mayas, le katun de 7 254 jours n’était pas seulement une mesure du temps mais aussi une unité astronomique pour exprimer les périodes synodiques de révolution des planètes, ou le nombre de jours nécessaires pour que chaque planète soit réalignée avec le Soleil et la Terre.

Par exemple, 5 katuns étaient égaux à 313 révolutions de Mercure, 13 katuns étaient égaux à 121 révolutions de Mars, ou 27 katuns étaient égaux à 7 retours de la comète de Halley.

Ainsi, nous pouvons facilement voir qu’en utilisant simplement les katuns pour compter, il serait tout à fait possible de tracer tous les mouvements planétaires majeurs de cette manière grâce à des mathématiques relativement simples.

Les travaux de Cowan nous montrent la même chose, et avec le temps nous verrons qu’il s’agit d’une propriété vibratoire fondamentale des orbites planétaires.

Le système de nombres généralement reconnu donné pour la structure du Calendrier Maya est très simplifié et rond ; 20, 260, 360, 7 200 et 144 000. Chacun d’eux fait référence à un certain nombre de jours, à savoir l’uinal, le tzolkin, le tun, le katun et le baktun.

Nous ne pouvons pas ignorer à quel point ces nombres de cycles temporels sont vraiment harmoniques, et cela nous donne beaucoup à considérer lorsque nous réalisons que la structure du temps telle que nous la connaissons est construite à partir de cela.

Par exemple, 36 et 36 s’ajoutent à 72, et 72 et 72 s’ajoutent à 144, la fréquence de la Lumière.

Par conséquent, nous pouvons supposer que tous ces cycles temporels différents sont liés aux harmoniques de la lumière elle-même, et comme le pensent Ra et d’autres sources ainsi que des physiciens comme Nordberg et Larson, le temps est mesuré par la vitesse de la lumière.

Ainsi, les cycles de temps que nous voyons dans l’univers sont tous des harmoniques de cette vibration fondamentale.

Encore une fois, les théories de Chatelain ont attiré l’attention sur la connexion à presque 100 % entre le katun et la conjonction Jupiter-Saturne.

Nous pouvons alors commencer à comprendre le lien physique possible avec l’utilisation des katuns comme système de comptage.

Si les orbites étaient légèrement différentes, elles seraient parfaites, tout comme l’orbite terrestre autrefois parfaite de 360 ​​jours et l’orbite martienne autrefois parfaite de 666 jours.

Chatelain poursuit en nous montrant que le cycle principal du calendrier d’environ 5 200 ans peut être parfaitement décomposé en mesures harmoniques mathématiquement précises pour de nombreuses conjonctions planétaires différentes, en particulier Jupiter et Saturne, comme nous l’avons mentionné. Voici Chatelain pour vous expliquer :

… Entre-temps, les Mayas avaient également découvert le cycle [du calendrier principal] de 1 886 040 jours qui représentait exactement 260 conjonctions de Jupiter et Saturne, 2 310 de Mars et Jupiter, 2 418 de Terre et Mars et 3 230 de Terre et Vénus.

Ce cycle particulier était la clé du mystère du calendrier maya. Il était basé sur les conjonctions de Jupiter et de Saturne, quelque chose que personne n’avait pris en compte… personne n’avait testé les conjonctions entre les planètes.

[Jusqu’à présent, ils ne l’ont toujours pas fait, à part l’avis de Cotterell sur un cycle lié dans le calendrier maya à la durée de l’année de Vénus, discuté dans son livre.]

La période de conjonction de Jupiter et Saturne est en réalité de 7 253,445 jours, mais la valeur maya arrondie de 7 254 jours est valable car ils n’ont pas utilisé de parties décimales et comptés en jours entiers uniquement.

Ainsi, le Grand Cycle [Calendrier] des 260 conjonctions mayas était de 1 886 040 jours, soit 5 163,8 de nos années.

Et ainsi, nous avons l’explication de Chatelain sur la façon dont il est arrivé à ce qu’il considérait comme la vraie durée du calendrier maya, 5 163,8 ans, et comment elle a été mesurée.

La mesure s’est faite à travers les conjonctions planétaires, les fondements mêmes de l’astrologie et un produit immuable de la mécanique céleste.

Nous pouvons également voir à partir de ses écrits ici qu’un grand nombre de conjonctions planétaires différentes s’intègrent toutes dans le cycle du calendrier comme un puzzle géant.

Notez, cependant, que ce système de calculs planétaires correspond à son nombre pour le calendrier maya, à 1 886 040 jours de longueur, et non au nombre régulier de 1 872 000 jours.

Le travail de Cotterell nous donne de nombreuses pièces cruciales du puzzle, mais c’est la découverte de Chatelain que le calendrier maya était directement lié aux conjonctions astrologiques qui a conduit à sa découverte de l’importance de Jupiter et de Saturne.

Afin de s’adapter aux conjonctions Jupiter-Saturne que les Mayas utilisaient comme système de comptage, Chatelain devait modifier les dates généralement utilisées.

Alors que nous continuons et regardons les chiffres, nous devons nous demander s’il était possible que les Mayas aient été bien conscients à la fois de la version Chatelain du calendrier et de la version conventionnelle.

Il apparaît bien que les deux cycles sont en permanence et inextricablement imbriqués l’un dans l’autre. La longueur du katun est juste beaucoup trop proche de la longueur de la conjonction JS pour être une coïncidence.

D’après les extraits cités précédemment, nous savons maintenant que Chatelain nous indique que la longueur de sa version du cycle du calendrier maya est de 1 886 040 jours, et donc un baktun, qui est 1/13ème de l’ensemble du cycle, serait de 145 080 jours .

Les chiffres harmoniques standard prennent le baktun à 144 000 jours – et nous nous souvenons à nouveau qu’il s’agit de l’harmonique de la vitesse de la lumière ainsi que du nombre de personnes censées monter dans la Bible.

Si nous multiplions le baktun traditionnel de 144 000 par 13, nous obtenons 1 872 000, le nombre de jours pour le cycle commun du calendrier maya. Ainsi entre la longueur de Chatelain de 1 886 040 et la longueur commune de 1 872 000, on voit qu’il y a un écart ; le calendrier maya basé sur l’astrologie de Chatelain est légèrement plus long.

Rappelez-vous maintenant que Cotterell avait découvert indépendamment un cycle de taches solaires qui provoquait le déplacement des champs magnétiques du soleil, avant qu’il n’ait jamais vu d’informations mathématiques liant cela aux Mayas. Ses chiffres provenaient strictement de l’interprétation des données satellitaires relatives au flux et au reflux des taches solaires.

Ce cycle principal de taches solaires calculé par Cotterell est donné dans les prophéties mayas comme étant de 1 366 040 jours. Les Mayas ont déployé beaucoup d’efforts pour surveiller ces cycles, car ils étaient directement liés à des cataclysmes à plus petite échelle et à des changements d’énergie sur Terre.

Rappelez-vous qu’il s’agit d’un cycle plus petit et plus fréquent qui affecte le moment où les pôles du Soleil se déplacent, et non le Grand Cycle d’environ 25 920 ans lui-même. Comme nous l’avons indiqué précédemment, ce cycle de déplacement des pôles solaires doit se répéter exactement sept fois pour s’additionner au Grand Cycle.

En regardant à nouveau Cotterell, nous voyons que son propre cycle de changement de taches solaires de 1 366 040 jours était très étroitement lié à 1 366 560 jours, le « super nombre » maya du Codex de Dresde. Ils sont exactement distants de 520 jours, soit 2 x 260, le nombre tzolkin et l’Année Sacrée, construit à partir des vibrations harmoniques du chiffre 13.

Cela ne devrait laisser aucun doute sur le fait que les Mayas étaient au courant des cycles solaires dont nous parlons.

Les 520 jours supplémentaires agissent comme «l’opérateur différentiel de décalage» de Cotterell, introduisant un modèle supplémentaire dans l’équation qui nous permet d’étendre ces cycles à des modèles encore plus grands dans l’activité du Soleil.

Ce « nombre de décalage » tzolkin a évidemment un large éventail d’utilisations dans l’univers, car il s’agit d’une autre propriété vibratoire de base de la mer d’énergie vivante et intelligente qui crée notre existence à chaque instant.

Rappelez-vous que Cotterell a calculé son nombre de déplacement des pôles solaires sans jamais avoir vu les informations mayas.

Lorsque vous creusez vraiment dans les informations de Cotterell, vous découvrez que le « super nombre » maya de 1 366 560 jours était basé sur l’utilisation des cycles de Vénus pour calculer le déplacement des pôles solaires.

Nous n’entrerons pas dans le détail pour expliquer ces points, car c’est extrêmement compliqué, relégué dans les annexes à la fin des Prophéties mayas. C’est un point intéressant, cependant, de voir que Vénus fonctionne si parfaitement avec le cycle des taches solaires dont nous discutons; tout s’emboîte.

Ainsi, nous ajoutons 520 jours, ou deux des « différentiels de déplacement » solaires de Cotterell, et tout à coup la réalité rencontre la fiction : un cycle de taches solaires totalement moderne, scientifiquement dérivé, s’harmonise parfaitement avec un ancien nombre maya.

La science est à nouveau déconcertée par un bourbier apparemment insoluble, où une bande de « sauvages » a clairement eu accès à des données très importantes. Mais, puisque « ils » ne peuvent pas reconnaître quelque chose comme ça, c’est simplement écarté et ignoré. Nous n’aimons pas ce que nous ne comprenons pas.

Le lien entre le nombre basé sur l’astrologie de Chatelain de 1 886 040 jours pour le calendrier maya et les 1 366 040 jours de Cotterell pour le cycle de changement des taches solaires devrait être vu tout de suite.

La différence est, miraculeusement, un nombre tout à fait entier, car les deux nombres se terminent par 6 040 ; par conséquent, lorsqu’ils sont soustraits les uns des autres, les quatre derniers chiffres s’annulent à 0,000.

Cette rondeur éminente indique clairement que la nature concordante des chiffres n’est pas un hasard. Leur différence est exactement, précisément de 520 000 jours.

C’est sans aucun doute l’une des corrélations les plus fantastiques entre les deux cycles, car elle montre encore une autre « couche » des propriétés harmoniques et de décalage d’octave du nombre 13 !

Si nous nous souvenons des chapitres précédents, Bruce Cathie indique que les Anciens ajoutaient ou soustrayaient sans effort des zéros aux nombres, sachant que les nombres restaient harmoniquement identiques en dessous.

Cela a à voir avec les propriétés innées du système de base dix, qui peuvent certainement frustrer les mathématiciens qui veulent que toutes les bases numériques soient équivalentes.

Ainsi donc, 520 000 se réduit harmoniquement à 520, qui est exactement le même nombre que nous venons de voir ci-dessus lorsque Cotterell a obtenu que le « déplacement des pôles » solaire soit égal au « super nombre » maya. Encore une fois, il l’a fait en ajoutant simplement deux tzolkins ou années sacrées de 260 jours.

Nous devons admettre qu’il existe une similitude fondamentale entre les chiffres modifiés de Chatelain pour le calendrier maya, basés sur les conjonctions JS, et le nombre de Cotterell pour le déplacement des pôles solaires.

À moins que nous ne voyions les harmoniques de 13 au travail, il serait très difficile de comprendre comment cela pourrait être possible, car le livre de Chatelain était sorti sur les étagères en 1971, bien avant que Cotterell ne calcule le cycle de déplacement des taches solaires.

De plus, Cotterell a fait ces calculs de taches solaires sans aucune connaissance apparente du travail de Chatelain.

Pour récapituler, les harmoniques de 13, étendues au «nombre de tzolkin» de 260, semblent être d’une importance cruciale pour comprendre tous nos cycles mystiquement interdépendants, y compris le Grand Cycle d’environ 25 920 ans, de bien plus d’une manière.

Le tzolkin est l’ancre de l’ensemble du système, de la rotation de 26 jours de l’équateur du Soleil à «l’année sacrée» des Mayas jusqu’au nombre de katuns dans le calendrier maya.

Le tzolkin relie également le cycle de changement des taches solaires au « Super Nombre », lui permettant de se développer dans le Grand Cycle Solaire.

Maintenant, nous venons de montrer comment cela démontre également le lien harmonique entre les conjonctions JS et le cycle de décalage des taches solaires lui-même.

CONJONCTIONS JS ET PERTURBATION RADIO EXTRÊME

Il est intéressant de noter que le « scientifique de pointe » Richard Hoagland et son équipe ont écrit un article récent sur la physique hyperdimensionnelle sur son site Web www.enterprisemission.com qui démontre également l’importance hyperdimensionnelle de la conjonction JS dans ce système harmonique intégré.

Dans ce cas, il montre que la puissance de la conjonction JS dépasse la puissance émise par le cycle standard des taches solaires de 11 ans.

Cela a été mesuré en étudiant le niveau relatif d’interférence radio causé par les pics du cycle des taches solaires, puis en le comparant au niveau d’interférence causé par les conjonctions JS.

Les conjonctions JS ont causé une quantité d’interférences significativement plus élevée que le cycle des taches solaires de 11 ans dans ce cas, et il a réimprimé les articles originaux qui le prouvent.

Fait intéressant, Hoagland mentionne également le cycle de 25 920 ans dans le même article, mais il a complètement raté les causes réelles de ce cycle, dont nous discutons ici. Dans son article sur le site Web, il spécule que l’orbite d’une grande planète lointaine pourrait être la cause de ce cycle.

Nous savons maintenant, grâce à nos extraits d’Edgar Cayce, à la série Law of One et à d’autres sources, que ce cycle de 25 920 ans n’est pas du tout causé par une planète ; c’est un effet solaire.

Nous savons également qu’il fait plus que simplement affecter la météo, les inversions des pôles magnétiques et les hauts et les bas de la civilisation – il contrôle également de manière holographique les fréquences dimensionnelles qui affluent du centre galactique et résonnent dans tout le système solaire.

Nous avons montré qu’en raison des propriétés de vibration de l’éther, chaque planète est un corps multidimensionnel, qui s’assemble en une forme géométrique cristalline.

Ces formes cristallines ne sont rien de plus que les projections holographiques de l’Un ; essentiellement, des formes d’énergie conscientes. Ils sont tous entrelacés dans une vaste toile énergétique, et le Soleil contrôle la fréquence de résonance de cette toile à travers le Grand Cycle, ou le « Souffle du Divin ». ”

JÉSUS ET LA PÉRIODE D’ÉPREUVE DE 40 ANS

Comme nous l’avons mentionné précédemment, ce que nous voyons en réalité est une forme de « cliquet » se développant, où l’énergie de dimension supérieure disponible augmente sensiblement au sommet de chaque conjonction Jupiter-Saturne.

Par conséquent, même si le système de date conventionnel du calendrier maya utilisé par Cotterell est clairement à l’œuvre, nous devons toujours observer Jupiter et Saturne afin d’observer les « cliquets » de ce cycle.

Il est intéressant qu’Edgar Cayce ait cité « ’58 à ’98 » comme une période « d’évaluation » cruciale menant aux changements planétaires. Ces deux dates sont exactement deux ans avant le moment où les conjonctions JS se sont produites.

Sur la base de ce que nous venons de dérouler ici, nous devons conclure que c’est à cela que les lectures de Cayce faisaient référence. Nous avons du mal à trouver d’autres observations physiques du Cycle qui pourraient correspondre mieux que cela.

Mais pourquoi les Lectures de Cayce anticipent-elles chacune de ces conjonctions deux ans à l’avance lorsqu’elles font référence à une « période de test » ? Nous devons conclure que la seule approche de la conjonction JS peut provoquer des changements massifs, avant même qu’elle ne se produise réellement.

Cela s’applique également à l’astrologie, où les effets d’une conjonction majeure deviennent de plus en plus forts à mesure que la conjonction devient de plus en plus étroite. C’est exactement le même principe, mais à plus grande échelle.

La durée entre 1958 et 1998 est de quarante ans, et encore une fois, nous voyons le symbolisme biblique surgir partout. Le déluge biblique impliquant l’arche de Noé a eu lieu pendant « quarante jours et quarante nuits ».

L’exode des Israélites, conduit par Moïse, a passé quarante ans dans le désert. Le temps de la tentation de Jésus par Satan dans le désert était de quarante jours et de quarante nuits également. Ces trois cas seraient certainement considérés comme des « périodes de test ».

Rappelez-vous les preuves accablantes qui relient l’histoire de Jésus aux récits modernes de visites extraterrestres.

Cela inclut l’immaculée conception, la lumière géante qui planait dans le ciel au-dessus de Bethléem, l’apparition des « anges du Seigneur », et évidemment les nombreuses capacités fantastiques de Jésus.

Nous avons également de nombreux responsables gouvernementaux top secrets qui se sont manifestés pour dire que les visiteurs extraterrestres les ont informés que Jésus était l’un des leurs (Good, 1991). Ceci est également validé dans la série Law of One, où il a été dit que Jésus a obtenu la « permission » du Concile de Saturne pour accomplir sa mission.

Par conséquent, pour un être qui est en dehors du temps linéaire, l’ère de Jésus pourrait être l’équivalent d’un ou deux de nos jours dans le passé.

Ainsi, lorsqu’il y a des écrits dans la Bible qui disent : « Deux marchent dans les champs, et puis il y en a un… », nous devons nous rappeler que ce n’est pas ancien ou mythologique pour eux ; c’est une déclaration du fait de ce qui va nous arriver exactement.

Jésus serait évidemment l’exemple le plus élevé d’un être physique avec des capacités de quatrième densité clairement visibles avant le changement lui-même.

Il est clair qu’il « préparait le chemin », nous montrant une vision future de nous-mêmes. Dans l’ensemble, une fois que nous réalisons que nous avons affaire à des cycles d’environ 26 000 ans, nous pouvons voir que son arrivée s’est essentiellement produite à la fin du cycle le plus récent.

Cela expliquerait sa citation dans Jean 14 : « Comme je fais ces choses, vous les ferez de même, et des choses encore plus grandes. ”

MALDEK ET L’ÉCART DE 54 JOURS

Pour en revenir au point de ce chapitre, nous devons nous rappeler qu’aucun autre chercheur n’a jamais lié le calendrier maya aux conjonctions planétaires, à l’exception de Chatelain.

Si les conjonctions JS sont si évidemment proches du katun maya, pourquoi l’écart de 54 jours ? Les propres lectures de Wilcock l’ont finalement expliqué d’une manière qui a du sens, à condition que le matériau Ra soit précis.

Nous nous souvenons que Ra a dit qu’il y avait autrefois une planète où réside maintenant la ceinture d’astéroïdes, souvent appelée Maldek. Ra nous a dit que cette planète avait explosé à la suite d’une guerre survenue entre ses habitants il y a environ 500 000 ans.

Nous savons également que Thomas Van Flandern, un astrophysicien réputé, met désormais de plus en plus la science dure derrière l’idée qu’il s’agissait bien d’une planète dans un passé récent qui a explosé.

Toutes les comètes du système solaire peuvent être retracées jusqu’à ce point d’origine, par exemple. Puisque les comètes sont en grande partie de la glace d’eau, ce sont les morceaux gelés sous vide de ce qui était autrefois un océan fertile.

Ainsi, même si ce n’est peut-être pas encore « courant », à un moment donné, la perte de Maldek à cause de la guerre nucléaire ne sera plus considérée comme une question de fiction, mais comme une histoire humaine simple et tragique.

La seule chose qui nous empêche d’accepter la vérité, ce sont les limites de notre propre imagination et notre désir de nous accrocher désespérément à nos «croyances», qui peuvent souvent être une série de préjugés.

Nous rejetons simplement les informations que nous n’aimons pas, et tout va « bien ». Puisque nous commençons tout juste à accepter l’idée de vie extraterrestre, la notion de « passage de planète » prend certainement un certain temps pour s’habituer. Mais des faits comme le gigantesque visage sur Mars nous donnent certainement des indices qui mènent dans cette direction.

[Comme note secondaire très intéressante, le matin après que Wilcock a écrit ceci, le 23/01/99, il a eu un rêve très détaillé et intéressant qui était apparemment à propos de Maldek.

C’était extrêmement riche et détaillé, et emprunté à l’idée du nouveau film Star Wars Episode One à venir. Au milieu d’une phrase que Wilcock a prononcée à une serveuse dans un « restaurant » très bizarre, la perspective s’est soudainement déplacée vers l’espace, où il a vu un gigantesque éclair de lumière. C’était ça!

Ensuite, il était dans une salle de cinéma, et tout le monde était déçu de la fin. Ils avaient tous un exemplaire du livre Mayan Prophecies de Gilbert et Cotterell.

Le « film » semblait juste « coupé » sans avertissement préalable. Wilcock leur a dit de ne pas s’inquiéter, car il y aurait en effet une suite au film. Ra dit que 50% des habitants de la Terre sont originaires de Maldek.

Wilcock avait pensé que la planète explosée décrite dans le film Star Wars était une sorte de « mémoire génétique » venant de George Lucas, qui aurait pu être l’un des 50% qui ont vécu l’expérience réelle.

Il est très intéressant pour Wilcock de voir à quel point le « restaurant » Maldekian ressemblait au sentiment général de la scène « cantina » dans Star Wars et au croiseur planant de Jabba le Hutt dans Le Retour du Jedi.

Tous les personnages étaient humains, mais il y avait des similitudes certaines. Théoriquement, n’importe qui devrait pouvoir accéder à ces informations et en rêver avec précision. Peut-être que Lucas en a fait un film grâce à cette capacité.

Donc, puisque nous pouvons maintenant prouver que Maldek a effectivement explosé, nous devons alors étirer un peu plus notre imagination. De toute évidence, la force et l’impact de l’explosion d’une grande planète entière doivent être quelque chose.

En effet, une partie des recherches de Van Flandern concerne les incroyables impacts de souffle visibles sur les corps planétaires et lunaires voisins les plus proches de la ceinture d’astéroïdes.

Beaucoup d’entre eux semblent avoir subi beaucoup plus de dégâts sur une moitié que sur l’autre moitié, y compris Mars, qui semble maintenant avoir été l’une des lunes de la planète explosée.

Avec la force d’une explosion nucléaire tuant la planète et tous les débris qui seraient créés, nous aurions clairement un problème assez incroyable sur les bras. En effet, quelque chose de similaire pourrait arriver à la Terre si elle était suffisamment perturbée par une guerre nucléaire à grande échelle.

Par conséquent, lorsque Maldek a explosé, des effets extrêmement dommageables ont été créés dans toute la structure harmonique du système solaire, perturbant la douceur harmonique naturelle des orbites planétaires.

Dans le modèle newtonien conventionnel, les planètes sont maintenues en place uniquement par la gravité du Soleil. Donc, si nous avons une série de corps flottants soudainement frappés par l’impact de cette énorme explosion, ce serait comme jouer au billard sur une table de billard.

Nous pouvons facilement voir que les autres planètes seraient chassées de leurs positions. Étant donné que Jupiter et Saturne sont tous deux au-delà de la ceinture d’astéroïdes, l’explosion les éloignerait davantage du Soleil. Tout ce qu’il faudrait, c’est que l’un ou les deux soient proches de Maldek dans leur schéma d’orbite, et les 54 jours supplémentaires pourraient facilement être pris en compte.

Donc, ce que nous devons réaliser ici, c’est qu’à une certaine époque, le système solaire fonctionnait d’une manière parfaitement divine et magnifique, avec d’élégantes mathématiques harmoniques.

Parmi beaucoup d’autres choses, ces mathématiques ont permis aux conjonctions de Jupiter et de Saturne d’avoir une durée exacte de 7 200 jours, correspondant ainsi précisément aux nombres inhérents au cycle des taches solaires.

Cependant, après l’explosion de Maldek, les planètes ont été déplacées, créant un temps supplémentaire très acceptable de 54 jours entre chaque conjonction. Même s’ils ont été légèrement déplacés, leurs effets en tant que moteur du cycle solaire ne pouvaient être contestés; c’étaient les deux plus grosses planètes du système solaire.

Il est intéressant de penser que si cette explosion n’avait jamais perturbé notre système, nous aurions pu découvrir ces systèmes harmoniques beaucoup plus tôt.

Puisque cela s’est produit, les forces extraterrestres mentionnées par Ra devaient suivre les deux systèmes de mesure.

Le calendrier maya « conventionnel » a été utilisé pour garder une trace parfaite des cycles harmoniques idéalisés du Soleil, qui n’auraient pas été significativement affectés par l’explosion de Maldek, en raison de la masse gigantesque du Soleil. Ces nombres resteraient magnifiquement simples et élégants, représentant la véritable conception divine de la création.

Ainsi, même si Jupiter et Saturne ont été désalignés, ils ont quand même fini par arriver dans une position parfaitement harmonisée avec le cycle du Soleil par le « nombre de décalage » de 2 × 260, ou 520.

Cela nous montre à quel point le système harmonique est vraiment adaptable – même après une explosion aussi catastrophique, les nouvelles positions que les planètes ont prises avaient encore des qualités harmoniques et vibratoires.

Ainsi, Jupiter et Saturne ont toujours un effet certain, même s’ils ne figurent plus précisément dans le calendrier maya conventionnel.

Nous pouvons maintenant voir exactement à quel point la «période de décalage» de mai 2000 est vraiment importante, car ce n’est pas seulement le dernier pic du cycle des taches solaires avant la fin du cycle lui-même, c’est aussi la toute dernière fois que les masses de Jupiter et de Saturne conjoindre avant la fin du cycle.

Nous devons conclure que c’est pour cette raison que les forces dans les lectures d’Edgar Cayce ont triangulé sur 1998-2001 lorsqu’elles ont parlé du cycle solaire et du déplacement des pôles correspondant.

Dans le chapitre suivant, nous étudierons les ramifications supplémentaires de cette ancienne technologie du cycle astrologique, en découvrant un cycle encore plus vaste qui a également été bien tracé par le contingent atlante/extraterrestre, transmis aux Mayas et aux Égyptiens.

Maurice Chatelain a également découvert ce cycle et l’a nommé La Constante de Ninive. Il est vital pour nous d’explorer à quel point les harmoniques des cycles planétaires peuvent être précis et multiformes, car nous conclurons finalement que chaque orbite de l’Univers entier fonctionne de cette façon.

La précision du calcul derrière ce cycle montrera sans équivoque qu’une influence de très haut niveau était en contact avec ces cultures anciennes, car ce nombre harmonique vieux de 6 000 ans permet des calculs précis des planètes jusqu’à Pluton.

David Wilcock


Voir tous les chapitres du livre: Le Changement Des Âges


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.


Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 112 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire