Le nombre élevé de crânes préhistoriques qui montrent des preuves de trépanation montre qu’il s’agit d’un traitement chirurgical courant depuis au moins 50 000 ans. En outre, d’autres opérations telles que les soins dentaires, et même la chirurgie à cœur ouvert remontent également à des milliers d’années, révélant une connaissance et une confiance qui élèvent la chirurgie dans la catégorie des sciences préhistoriques.

Au sujet de la chirurgie préhistorique du cerveau, l’anatomiste du professeur Kappers a rappelé: « Il est même probable que les trous de tréphine trouvés dans des crânes préhistoriques vieux de 50 000 ans aient été faits à des fins curatives ».

La médecine mésopotamienne était prise très au sérieux.

Les pratiquants étaient des prêtres et étaient gouvernés par les lois strictes incluses dans le code du roi Hannurabi. Ce code, gravé sur une pierre noire de huit pieds de haut qui a été découverte à Shush dans l’actuel Iran en 1901, peut être vu aujourd’hui au musée du Louvre à Paris. À son sommet, on peut voir l’empereur Hannurabi recevant les lois du dieu soleil Shamash.


Son code détaille le droit de la famille, les droits des esclaves, les sanctions en cas de vol et les récompenses en cas de succès et la punition sévère en cas d’échec de la part du chirurgien. Nous avons des preuves de ces écrits que des conditions chirurgicales telles que des plaies, des fractures et des abcès ont été traitées. Ainsi, nous lisons:

Si un médecin guérit le membre cassé d’un homme libre et a guéri une entorse au tendon, le patient doit payer au médecin cinq sicles d’argent. Si c’est le fils d’un noble, il lui donnera trois sicles d’argent.

Si le médecin a guéri l’œil d’un homme d’une blessure grave en employant un instrument de bronze et ainsi guéri l’œil de l’homme, il doit être payé dix sicles d’argent.

Si un médecin a traité un homme pour une blessure grave avec un instrument en bronze et que l’homme meurt et s’il a ouvert la tache dans l’œil de l’homme avec l’instrument de bronze mais détruit l’œil de l’homme, ses mains doivent être coupées.

D’autre part, les archéologues ont établi que les personnes préhistoriques vivant avec des maladies congénitales paralysantes, les rendant incapables de prendre soin d’elles-mêmes, étaient prises en charge jusqu’à dix ans avant leur mort. 

Les restes squelettiques du Vietnam, datant de plus de 4 000 ans, montrent la fourniture inutile de soins de santé, reflétant certains des aspects les plus importants de la culture sociale humaine. Parmi les découvertes archéologiques, il y a au moins « 30 cas connus dans lesquels la maladie ou la pathologie était si grave qu’ils ont dû être soignés pour survivre ».

Les Néandertaliens s’auto-soignaient

Une grotte dans le nord de l’Espagne qui a précédemment fourni des preuves de la présence de Néandertaliens en tant que cannibales mangeurs de cerveau suggère maintenant que les humains préhistoriques mangeaient leurs légumes verts et utilisaient des remèdes à base de plantes.

Non seulement nos cousins ​​disparus préféraient griller des légumes aux steaks, mais ils se dosaient également avec des plantes médicinales, selon une équipe dirigée par Karen Hardy, archéologue à l’Institut catalan de recherche et d’études avancées de Barcelone.

On a découvert que le régime alimentaire des habitants des cavernes comprenait de l’achillée millefeuille et de la camomille, deux plantes au goût amer et peu nutritives. « Nous savons que les Néandertaliens trouveraient ces plantes amères, il est donc probable que ces plantes aient été sélectionnées pour des raisons autres que le goût » – probablement des médicaments, a déclaré Hardy dans un communiqué. « 

Cela correspond bien au modèle comportemental d’automédication des primates supérieurs d’aujourd’hui,

Il est impossible de savoir quels remèdes les Néandertaliens recherchaient à partir des plantes, mais les gens les utilisent aujourd’hui pour traiter une variété de maux, a-t-elle noté. « La camomille est très bien connu comme un traitement à base de plantes pour les nerfs et le stress, et pour les troubles digestifs ».

France néolithique: la première amputation

Les scientifiques ont mis au jour des preuves de la chirurgie lors de travaux sur une tombe du Néolithique ancien [4900-4700 av. JC] découverte à Buthiers-Boulancourt, à environ 65 km au sud de Paris. Ils ont découvert qu’un degré remarquable de connaissances médicales avait été utilisé pour retirer l’avant-bras gauche d’un homme âgé il y a environ 6 900 ans. Le patient semble avoir été anesthésié, les conditions étaient aseptiques, la coupure était propre et la plaie traitée.( selon l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap)).

La révélation pourrait forcer une réévaluation de l’histoire de la chirurgie, d’autant plus que des chercheurs ont récemment signalé des signes de deux autres amputations néolithiques en Allemagne [Sondershausen en Allemagne de l’Est] et en République tchèque [ Vedrovice, en Moravie].


On savait que les médecins de l’âge de pierre pratiquaient des trépinations, c’est-à-dire des coupes à travers le crâne, mais pas des amputations.

Les premiers agriculteurs européens étaient donc capables d’actes chirurgicaux assez sophistiqués, a déclaré l’Inrap. La découverte a été faite par Cécile Buquet-Marcon et Anaick Samzun, tous deux archéologues, et Philippe Charlier, médecin légiste. Elle faisait suite à des recherches sur la tombe d’un homme âgé qui vivait à l’époque du Linearbandkeramik, lorsque les chasseurs-cueilleurs européens se sont installés dans l’agriculture, l’élevage et la poterie.

Le patient était important : sa tombe mesurait 2 m de long, plus grande que la plupart et contenait une hache en schiste, un pic en silex et les restes d’un jeune animal, qui sont des preuves d’un statut élevé. L’aspect le plus intriguant, cependant, était l’absence d’os d’avant-bras et de main. Une batterie de tests biologiques, radiologiques et autres ont montré que l’os de l’humérus avait été coupé au-dessus de l’échancrure de la trochlée à l’extrémité dans une amputation intentionnelle et réussieï. Mme Buquet-Marcon a déclaré que le patient, qui était probablement un guerrier, avait pu s’abîmer le bras lors d’une chute, d’une attaque d’animal ou d’une bataille.

«Je ne pense pas qu’on puisse dire que ceux qui ont effectué l’opération étaient des médecins au sens moderne du terme, mais ils avaient manifestement des connaissances médicales», a-t-elle dit. Un silex servait presque certainement de scalpel.

Mme Buquet-Marcon a déclaré que des plantes analgésiques auraient probablement été utilisées, peut-être la Datura hallucinogène. «Nous ne savons pas avec certitude, mais ils auraient dû trouver un moyen de le maintenir immobile pendant l’opération».

D’autres plantes, peut-être de la sauge, ont probablement été utilisées pour nettoyer la plaie. L’examen macroscopique n’a révélé aucune infection au contact de cette amputation, suggérant qu’elle a été réalisée dans des conditions relativement aseptiques, disaient les scientifiques dans un article de la revue Antiquity. Le patient a survécu à l’opération et, bien qu’il souffre d’arthrose, il a vécu des mois, voire des années, par la suite, selon les tests.

Malgré la perte de son avant-bras, le contenu de sa tombe montrait qu’il faisait toujours partie de la communauté. «Son handicap ne l’a pas exclu du groupe», ont déclaré les chercheurs.

La découverte démontre que des connaissances médicales avancées et des règles sociales complexes étaient présentes en Europe vers 4900 avant JC, et que la chirurgie majeure était probablement plus courante que nous ne le pensions.

Trépanage: Chirurgie préhistorique du cerveau

La trépanation est peut-être la plus ancienne intervention chirurgicale pour laquelle il existe des preuves, et dans certaines régions peut avoir été assez répandue.

Un site antique à Ishtikunuy, situé près du lac Sevan, en Arménie, a donné deux crânes particuliers d’environ 2000 avant JC qui ont montré des preuves de chirurgie de la tête. Le premier était le crâne d’une femme blessée à la tête qui faisait un trou d’un quart de pouce de large. Un bouchon d’os animal avait été inséré à sa place.

Le fait que la femme ait survécu était évident à partir de la croissance crânienne autour du bouchon avant sa mort. Le deuxième crâne comme une autre femme, qui avait eu un objet contondant qui avait éclaté les couches internes de l’os crânien. Le «chirurgien» a creusé un trou plus grand autour de la ponction et enlevé les éclats. Les preuves montrent qu’elle a survécu encore 15 ans.

Des rasoirs d’obsidienne ont été trouvés sur le site qui sont encore assez tranchants pour être utilisés aujourd’hui.

Les coupures précises que l’on peut voir sur certains des crânes trépanés et la repousse de l’os (ce qui prouve que le patient a survécu à l’opération) indiquent que les personnes préhistoriques avaient la capacité et les connaissances nécessaires pour réussir.

« Cette opération consiste à enlever une ou plusieurs parties du crâne sans endommager les vaisseaux sanguins, les trois membranes qui enveloppent le cerveau – la matière dure-mère, la pie-mère et l’arachnoïde – ou le cerveau lui-même; sans surprise, il est une procédure qui nécessite à la fois des compétences et des soins de la part du chirurgien »(Rudgely 1999, p-126).

Sur 120 crânes préhistoriques trouvés sur un site funéraire en France daté de 6500 avant JC, 40 avaient des trous de trépanation.

Étonnamment, de nombreux patients préhistoriques et pré-modernes présentaient des signes de guérison de la structure de leur crâne; suggérant que beaucoup de ceux qui ont procédé à la chirurgie ont survécu à leur opération.

Les archéologues ont trouvé des crânes trépanés datant de la fin du Néolithique, il y a environ 5 000 ans. Aujourd’hui, une équipe de chercheurs français et allemands a suggéré que la procédure remonte encore plus loin, il y a au moins 7 000 ans.

Les preuves proviennent du village français d’Ensisheim. À ce jour, les archéologues y ont mis au jour 45 tombes contenant 47 individus. Une tombe contenait les restes d’un homme de 50 ans qui avait deux trous dans le crâne. Les deux trous étaient remarquablement exempts de fissures environnantes et étaient clairement le résultat d’une intervention chirurgicale et non de la violence. Un trou, dans le lobe frontal, mesure environ 2,5 pouces de large; le second, au sommet du crâne, est d’environ un pouce plus large.

Les deux trous ont eu le temps de guérir avant la mort de l’homme – le plus petit trou est complètement recouvert d’une fine couche d’os; le plus gros est couvert aux deux tiers environ – et aucun des deux ne présente de signes d’infection. Donc, ils ont dû avoir un très bon chirurgien, et il doit y avoir eu une manière ou une autre d’éviter l’infection.

Pichler et ses collègues estiment qu’il faudrait au moins six mois, et peut-être jusqu’à deux ans, pour une guérison aussi étendue. Puisque les deux trous n’ont pas cicatrisé au même degré, il est probable qu’ils aient été faits au cours de deux opérations distinctes.

L’équipe ne sait pas pourquoi l’homme a été opéré. Ils ne peuvent pas non plus être sûrs de la manière exacte dont les trépanations ont été effectuées, bien que les marques de coupe indiquent que l’os a été enlevé par un mélange de coupure et de grattage. Les outils de l’âge de pierre étaient certainement à la hauteur de la tâche: les couteaux en silex sont en fait plus tranchants que les scalpels modernes.

Chirurgie à cœur ouvert .

L’Académie soviétique des sciences a annoncé en 1969 qu’un certain nombre d’anciens squelettes, trouvés en Asie centrale, montraient des signes de chirurgie ayant été pratiquée dans la région du cœur.

Chaque caractéristique correspondait à ce que l’on appelle aujourd’hui une «fenêtre cardiaque», permettant aux chirurgiens de pratiquer une chirurgie à cœur ouvert.

Dentisterie:

La découverte d’une mandibule partielle humaine de 6500 ans associée à de la cire d’abeille contemporaine recouvrant la surface occlusale d’un chien, pourrait représenter un cas possible d’utilisation thérapeutique de la cire d’abeille pendant la période néolithique en Slovénie. Bien que la possibilité de traiter la structure dentaire sensible au moyen d’un certain type d’obturation ait été supposée, il n’y a aucune autre preuve publiée sur l’utilisation de substances thérapeutiques palliatives en dentisterie préhistorique.

Dans l’Égypte ancienne, des applications externes, composées de miel mélangé à des ingrédients minéraux, étaient utilisées pour réparer les dents desserrées ou pour réduire la douleur, comme le rapporte le Papyrus Ebers, datant du XVIe siècle avant JC.

Prouvant l’ingéniosité et la capacité de l’homme préhistorique à résister et à infliger une douleur atroce, les chercheurs ont découvert que le forage dentaire remonte à 9 000 ans.

Les dentistes primitifs ont percé des trous presque parfaits dans des patients vivants mais sans aucun doute malheureux entre 5500 avant JC et 7000 avant JC.

Les chercheurs ont daté au moins neuf crânes au carbone avec 11 trous de forage trouvés dans un cimetière pakistanais.

Cela signifie que la dentisterie a au moins 4 000 ans de plus qu’on ne le pensait à première vue – et bien plus ancienne que l’invention utile de l’anesthésie.

Les dentistes préhistoriques utilisaient peut-être des forets à pierre pour traiter la carie dentaire il y a jusqu’à 9000 ans, a découvert une équipe d’archéologues.

Des fouilles sur un site au Pakistan ont mis au jour des crânes contenant des dents parsemées de minuscules trous parfaitement ronds. Sous un microscope électronique, ils ont révélé un motif de rainures concentriques, qui étaient presque certainement formées par le mouvement circulaire d’une perceuse avec un trépan de pierre.


La découverte, qui a été faite lors d’une fouille archéologique à Mehrgarh, dans la province du Baloutchistan, offre les premières preuves de la dentisterie humaine.

Le village fouillé appartenait à une civilisation qui a prospéré il y a entre 8 000 et 9 000 ans, dont les membres cultivaient et fabriquaient des bijoux à partir de coquillages, d’améthyste et de turquoise.

Andrea Cucina, de l’Université du Missouri-Columbia, qui a trouvé les molaires avec des marques révélatrices, a déclaré: «  À ce stade, nous ne pouvons pas être certains, mais il est très tentant de penser qu’ils avaient une telle connaissance de la santé, des caries et de la médecine. pour faire ça …

Le Dr Cucina, dont les recherches sont rapportées dans le magazine New Scientist, a déclaré que les trous auraient probablement été remplis d’une sorte d’herbe médicinale pour traiter la carie dentaire. Tout remplissage se serait décomposé depuis longtemps.

La découverte dentaire a été faite pendant que le Dr Cucina lavait les dents du Mehrgarhing et a repéré le minuscule trou dans la surface mordante d’une molaire. Le trou était trop parfaitement rond pour avoir été causé par des bactéries et la dent avait été retrouvée dans une mâchoire, excluant la possibilité qu’elle ait été percée pour être attachée à un collier.

Le haut du trou a été arrondi à cause de la mastication, ce qui suggère qu’il a été fabriqué alors que le propriétaire était encore en vie.

Chirurgie égyptienne préhistorique:

Dans la médecine égyptienne ancienne, les compétences et les connaissances des médecins se sont développées à partir de l’héritage de la préhistoire.

Les médecins de l’Égypte ancienne étaient généralement aussi des prêtres, et les rituels religieux continuaient à être utilisés parallèlement à des traitements rationnels, car les deux étaient jugés nécessaires pour guérir. Parmi les divinités importantes invoquées en médecine figuraient Imhotep, le dieu de la guérison, ancien médecin du pharaon Zoser au 3ème millénaire avant notre ère , et Thoth, dieu de la sagesse et de l’apprentissage.

Un système de formation médicale a été mis en place dans les temples et un langage écrit développé à l’aide de hiéroglyphes.

Des traitements médicaux ont été enregistrés sur des papyrus tels que le Papyrus Ebers et le Papyrus Edwin Smith. L’ouvrage standard utilisé par les médecins égyptiens était le Livre de Thot, une collection de traitements rituels et rationnels. La pratique religieuse de la momification, dans laquelle les organes du corps ont été prélevés, a aidé les médecins égyptiens à acquérir une compréhension de l’anatomie humaine, bien que la dissection ait été interdite pour des raisons religieuses.

Cependant, les médecins égyptiens ont commencé à pratiquer la chirurgie de base telle que l’élimination des excroissances sur la peau ou des cataractes des yeux.

Les médecins égyptiens pensaient que la maladie était souvent causée par le blocage des canaux du corps à cause de la pourriture des aliments dans l’estomac, une théorie pratique basée sur leur observation du Nil. Les patients affectés ont reçu des émétiques pour les faire vomir ou des laxatifs pour décoller leurs intestins et éliminer le blocage.

Preuve de prothèses sophistiquées dans l’Égypte ancienne

En 1996, des scientifiques ont découvert que la momie d’un prêtre égyptien Usermontu, âgée de 2600 ans, du musée rosicrucien égyptien a attiré l’attention du monde entier lorsqu’une radiographie a révélé une ancienne vis en métal de neuf pouces reliant la cuisse et le bas de la jambe de la momie.

Et selon le Dr Richard Jackson, chirurgien orthopédiste pour l’équipe sportive de BYU, la broche a été fabriquée avec beaucoup de choses biomécaniques que nous utilisons encore pour nous assurer d’obtenir une bonne fixation dans l’os stabilisateur…

Maintenant, les résultats de tests scientifiques utilisant des répliques de deux orteils artificiels égyptiens antiques, dont un qui a été trouvé sur le pied d’une momie, suggèrent qu’ils sont probablement les premières parties prothétiques du corps au monde.


Circoncision :

La circoncision pourrait bien être considérée comme la plus ancienne opération «élective» et était pratiquée dans l’Égypte ancienne par les assistants des prêtres sur les prêtres et sur les membres des familles royales.

Il existe des preuves remarquables de cette sculpture sur la tombe d’un haut fonctionnaire royal qui a été découverte dans le cimetière de Saqqara à Memphis et est datée entre 2400 et 3000 avant JC.

Cela représente deux garçons ou jeunes hommes circoncis. Les opérateurs utilisent un instrument en pierre brute. Alors que le patient à gauche du relief a les deux bras tenus par un assistant, l’autre ne fait qu’appuyer son bras gauche sur la tête de son chirurgien. L’inscription indique à l’opérateur « tenez-le pour qu’il ne s’évanouisse pas» et «c’est à votre avantage ».

Tatouage et acupuncture:

Il existe plusieurs rapports de tatouages ​​préhistoriques correspondant à des points d’acupuncture modernes sur le corps.

Peut-être plus important encore, les emplacements tatoués ont été montrés par une analyse rigoureuse pour correspondre aux conditions médicales subies par les propriétaires de leur vivant. La première référence connue à une analgésie par acupuncture de ce type se trouve dans une légende sur Hua To (110-207 après JC), le premier chirurgien chinois connu, qui utilisait l’acupuncture pour un mal de tête.

Otzi

Le cas le plus célèbre à ce jour est probablement «Otzi», également la plus ancienne momie découverte à ce jour avec des tatouages ​​préhistoriques, datant des 3300 av. J.-C.

Son corps était largement couvert de tatouages ​​thérapeutiques fabriqués à partir de suie. Au total, son corps portait 57 tatouages, en différentes parties – une croix à l’intérieur du genou gauche, six lignes droites de 15 centimètres de long au-dessus des reins et de nombreuses petites lignes parallèles le long des lombaires, des jambes et des chevilles.

L’analyse médico-légale de la momie a révélé des signes d’arthrite dans les articulations de la hanche, les genoux, les chevilles et la colonne lombaire. Neuf des 15 tatouages ​​de la momie sont situés sur le méridien de la vessie, un méridien généralement associé au traitement des maux de dos. En fait, l’un des deux tatouages ​​en forme de croix de la momie est situé près de la cheville gauche sur le point UB60, qui est considéré par plusieurs textes comme un « point maître pour les maux de dos.

De plus, ses intestins étaient remplis d’œufs de trichocéphale, ce qui peut causer douleur abdominale sévère. Cinq autres tatouages ​​situés sur le corps correspondaient à des points situés sur les méridiens de la vésicule biliaire, de la rate et du foie – points qui sont traditionnellement utilisés pour traiter les troubles de l’estomac.

C’est au moins 2000 ans avant leur première utilisation connue en Chine (vers 1000 avant JC).

En Égypte, des documents écrits sur la momie d’Amonet, prêtresse de la déesse Hathor dont le corps a été retrouvé à Thèbes, ont révélé qu’il y avait de nombreux points et lignes tatoués sur son corps.

Les différents points et lignes suivent le flux sanguin dans tout le corps et visent à aligner la force vitale humaine avec le flux céleste d’énergie dans l’univers. Les cultures anciennes utilisaient un symbolisme lourd pour parler ou créer de l’art. En fait, des cercles, des points, des lignes et des motifs géométriques, nous les utilisions pour communiquer ou représenter différents aspects de la culture et de la religion.

L’homme de Pazyryk (le chef scythe) découvert en Russie, a également été tatoué avec ce que l’on dit être des «  points thérapeutiques  » alignés le long de la colonne vertébrale (région lombaire) et autour de la cheville droite. Le chef scythe avait également deux rangées de points tatoués le long de sa colonne vertébrale, un motif inhabituellement simple par rapport à ses autres tatouages. Il est possible que, comme avec Otzi et la prêtresse égyptienne, ceux-ci aient été destinés à des fins thérapeutiques.

La momie du sud du Pérou 

Une momie femelle datant de 1000 après JC. a été trouvé couvert de tatouages. Ils sont de deux types: les animaux décoratifs et les chiffres.  Il est possible que ces chiffres comme des tatouages ​​sur le cou soient des points d’acupuncture en raison de leur proximité avec ceux connus aujourd’hui.

Afin de tester l’hypothèse, les tatouages ​​ont été examinés par type. Ceux du cou étaient constitués de petits cercles, ceux des extrémités étaient plus décoratifs. Ils ont étudié les tatouages ​​à l’aide de diverses techniques: microscopie optique, diverses méthodes de microscopie électronique et spectroscopie Raman. L’analyse de la peau pigmentée a révélé qu’il y avait deux matériaux différents utilisés comme colorant: un matériau à base de suie et un matériau à base de plante. Le matériau à base de cendre a été trouvé dans les formes décoratives. Le matériau à base de plantes a été trouvé sur les tatouages ​​du cou.

La comparaison des tatouages ​​du cou circulaire avec les tableaux d’acupuncture montre qu’il existe effectivement une similitude. Ils auraient été thérapeutiques, conçus pour soulager le stress ou la douleur au cou et à la tête. L’argument a du mérite, car ceux qui sont censés être des tatouages ​​thérapeutiques sont faits dans un matériau différent des autres tatouages,

Cet argument ouvre la voie à certaines hypothèses très testables et à de futures recherches.

Premièrement, la question des sites d’acupuncture peut être abordée. Les sites utilisés comme référence dans l’article semblent être chinois; comment se compareraient-ils à d’autres cartes d’acupuncture possibles dans des cultures non asiatiques?

Les sites d’acupuncture sont-ils universels? Existe-t-il des traditions d’acupuncture andines détaillées dans l’art?

Deuxièmement, quelle preuve existe-t-il que la tradition andine du tatouage thérapeutique et de l’acupuncture a réellement existé dans le passé? Pouvons-nous trouver des preuves de l’art ou de l’ethnographie? Une recherche rapide en ligne a révélé qu’ils pratiquaient l’acupuncture au Pérou depuis un certain temps, mais il n’y avait pas d’histoire spécifique.

Les recherches futures peuvent également porter sur les matériaux utilisés pour les encres.

Peut-être que les différents types d’encre provenaient de plantes spécifiques destinées à des fins médicinales et que leur configuration est une coïncidence….!



Que pensez-vous de cet article ? Inscrivez-vous et rejoignez la conversation


Merci à tous pour votre soutien.

Beaucoup d'entre vous sont avec moi, par le coeur et la pensée, et je vous transmet ma gratitude... Vous pouvez assurer la continuité de ce site de plusieurs manières... En partageant les articles que vous avez aimé... En achetant vos livres et vos produits préférés sur Amazon via ce site... En faisant un don sécurisé sur Paypal... Ou les trois en même temps... Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...


Même 1€ est important !





Tags:

0 Commentaires

Laisser une réponse

Imaginer un Nouveau Monde © Elishean 2009 - 2021

CONTACT

Vous pouvez nous envoyer un e-mail et nous vous répondrons dès que possible.

En cours d’envoi
ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

%d blogueurs aiment cette page :