Futur cosmique

Imaginez les voyages interstellaires…

par Avi Loeb

John Lennon chantait en 1971 : « Imaginez tous les gens qui vivent en paix.

L’imagination est de mise car les guerres font partie intégrante de notre histoire. Pendant des millions d’années, la survie des plus aptes a favorisé ceux qui luttaient mieux pour des ressources limitées dans les jeux à somme nulle qui caractérisent les environnements naturels.

Mais la science et la technologie modernes nous ont offert la possibilité d’un avenir à somme infinie dans lequel notre prospérité illimitée bénéficie de la coopération et du partage des connaissances. Plus nous apprenons scientifiquement, meilleure est la valeur de ce que nous développons technologiquement, et meilleure est la qualité de vie pour nous tous.

Le siècle passé de la science et de la technologie ouvre notre imagination à une nouvelle réalité où personne ne perd et tout le monde gagne. Malheureusement, nos cerveaux biologiques sont encore câblés à nos luttes passées pour des ressources limitées et tardent à s’ouvrir à la nouvelle opportunité d’une croissance mutuelle illimitée.


Mais cela pourrait changer par la technologie dépassant la biologie. D’ici un siècle, les décisions de sécurité nationale sur la guerre et la paix pourraient être contrôlées par des algorithmes d’intelligence artificielle (IA). L’IA a le potentiel d’écarter les dommages causés par des choix conflictuels mal calculés dans la politique mondiale de la même manière qu’une voiture autonome ne le prendra jamais personnellement si une autre voiture la dépasse dans sa voie.

Dans cette oasis futuriste, le surplus financier pour éviter les guerres soulèvera la question de savoir quoi faire avec la richesse toujours croissante de l’humanité. Un choix inspirant serait de s’aventurer dans l’espace interstellaire. Cette mission vise la frontière ultime où de nouvelles ressources physiques et des surprises intellectuelles inimaginables nous attendent.

En plus de faire de l’homme une espèce multi-planétaire, les voyages interstellaires nous permettraient de trouver une civilisation compagne dans une famille multi-étoiles d’espèces similaires.


Étant donné que la plupart des étoiles se sont formées des milliards d’années avant le Soleil, visiter l’espace interstellaire reviendrait à sortir dans notre rue cosmique où d’autres existent. Bien sûr, les célibataires peuvent attendre à la maison que quelqu’un vienne frapper à leur porte, mais les opportunités de rencontres favorisent ceux qui explorent. Si nous trouvons un partenaire, le paradoxe de Fermi « où est tout le monde ?  » apparaîtrait comme la plainte d’un célibataire paresseux qui s’attend à ce que des dates potentielles visitent ou appellent au téléphone sans investir aucun effort pour aller sur des sites de rencontres et les rechercher.

Serait-il difficile de s’engager dans la recherche ? Vérifions quelques chiffres.

La paix mondiale libérera le budget militaire annuel mondial, qui s’élève à environ deux billions de dollars. Si l’humanité décidait d’investir ces fonds dans l’exploration spatiale, elle pourrait alors lancer une nanosonde d’un kilogramme de masse sur deux cents millions d’étoiles chaque année, en supposant un coût typique de dix mille dollars par nanosonde . Cela permettra d’envoyer une nanosonde à chaque étoile de la galaxie de la Voie lactée d’ici un siècle, ou seulement quelques décennies compte tenu des économies associées aux économies d’échelle .

Permettez-moi de faire une pause et de résumer : si l’humanité était aussi pacifique que Lennon l’imaginait, elle aurait pu envoyer une sonde à chaque étoile de la Voie lactée en quelques décennies.


En réalisant ce commerce potentiel et en lisant les nouvelles quotidiennes sur la guerre en Ukraine, on se demande si nous sommes vraiment une espèce intelligente.

Mais poursuivons notre expérience de pensée et espérons qu’elle inspirera les décideurs politiques à façonner un avenir plus inspirant pour l’humanité.

Qu’en est-il de l’approvisionnement en carburant nécessaire? Comme je l’ai appris de mon collègue, Doug Finkbeiner, le moteur-fusée Raptor de Space-X utilise du méthane liquide et de l’oxygène comme carburant. Les sources naturelles de méthane sur Terre produisent plus de cent millions de tonnes de méthane par an.

Ne piéger que quelques pourcents de cette production naturelle de méthane et l’utiliser comme carburant permettra le lancement de 200 millions de nanosondes par an. Le coût du carburant est négligeable par rapport au coût de production de la charge utile et de ses capteurs.

Si les sondes étaient lancées dans l’espace interstellaire à une vitesse de cent kilomètres par seconde, elles atteindraient l’étoile la plus proche, Proxima Centauri, en une dizaine de millénaires et traverseraient la galaxie de la Voie lactée en cent millions d’années.

L’humanité évoluera considérablement pendant ce temps de voyage. Les futures technologies de propulsion permettraient une propulsion plus rapide afin que nos futures sondes dépassent nos sondes actuelles. Traverser des distances interstellaires à des vitesses plus rapides nous permettrait d’absorber les leçons tirées des voyages interstellaires avant que la Terre ne devienne habitable en raison d’une catastrophe existentielle.

À la limite, atteindre la vitesse de la lumière avec de puissants lasers poussant sur des voiles légères légères, comme envisagé dans la Breakthrough Starshot Initiative, réduirait le temps de trajet de plusieurs ordres de grandeur.

Comme Stephen Hawking l’a noté dans le discours qu’il a prononcé chez moi après l’annonce publique de Starshot :

« Jusqu’à présent, nous ne pouvions observer les étoiles qu’à distance. Maintenant, pour la première fois, nous pouvons les atteindre. Une fois que nous l’aurons fait, nous compléterons le rêve de John Lennon en donnant un nouveau contexte à ses mots de conclusion : « Et le monde vivra comme un seul ». Sauf que le « monde » signifierait « la famille des civilisations au sein de la galaxie de la Voie lactée » et pas seulement les humains sur Terre.

Et si nous pouvons imaginer, quelqu’un d’autre a peut-être imaginé la même chose près d’une étoile plus ancienne il y a un milliard d’années. Il serait donc prudent de rechercher des preuves de visiteurs interstellaires.

Le projet Galileo vient de construire un nouvel observatoire à l’Université de Harvard qui surveille tout le ciel à la recherche d’objets technologiques extraterrestres. L’équipe de recherche Galileo a déjà rédigé sept articles décrivant les capteurs infrarouges, optiques, radio et audio utilisés, qui seront publiés dans le Journal of Astronomical Instrumentation d’ici quelques mois.

Le plan actuel est de faire quelques copies du premier système d’observatoire dans les mois à venir et de publier des données préliminaires d’ici l’été 2023. Un financement supplémentaire permettra au projet Galileo d’intensifier ses opérations.

Les voyages interstellaires favorisent les civilisations exploratrices à tendance scientifique. Les « civilisations du jeu à somme nulle » moins sophistiquées peuvent être condamnées à se battre pour des territoires sur leur planète d’origine, jusqu’à ce qu’elles s’entretuent ou qu’un astéroïde géant les frappe ou que leur étoile évolue pour brûler la surface sur laquelle elles maintiennent leurs guerres. .

Imaginez-nous différents.

Avi

Source


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 67 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire