On attribue souvent à la CIA des «conseils» sur les films hollywoodiens, mais personne n’est vraiment sûr de l’étendue de son implication obscure.

Tous ceux qui regardent des films connaissent la fascination d’Hollywood pour les espions. Depuis les thrillers d’espionnage d’après-guerre d’Hitchcock, en passant par les récits de la guerre froide comme Torn Curtain, jusqu’à la paranoïa des années 1970, lorsque la CIA est apparue comme une agence incontrôlable dans des films comme Three Days of the Condor, et jusqu’à aujourd’hui, les cinéastes ont toujours voulu se mettre au lit avec des espions. Ce que l’on sait moins, c’est à quel point les espions ont voulu se mettre au lit avec les cinéastes.


En fait, l’histoire de l’implication de la CIA à Hollywood est une histoire de tromperie et de subversion qui semblerait improbable si elle était mise à l’écran.

Le modèle de cette histoire est la relation « ouverte » mais à peine rendue publique du ministère de la défense avec Hollywood. Le Pentagone, depuis des décennies, offre aux cinéastes des conseils, de la main-d’œuvre et même du matériel – y compris des porte-avions et des hélicoptères de pointe.

Tout ce qu’il demande en échange, c’est que les forces armées américaines soient bien représentées.

Ainsi, dans un précédent film de Scott, Black Hawk Down, un personnage basé sur un vrai soldat qui avait également été un violeur d’enfants a perdu tout d’un coup cette partie odieuse de son histoire lorsque le film est arrivé à l’écran.

Même si le comportement apparemment d’Hollywood envers les forces armées américaines a semblé lâche, il s’est au moins produit dans le domaine public. On ne peut pas en dire autant des relations de la CIA avec l’industrie du cinéma.

Ce n’est qu’en 1996 que la CIA a annoncé, en grande pompe, qu’elle avait créé un bureau de liaison sur le divertissement, qui collaborerait avec les réalisateurs de films à titre strictement consultatif.

À la tête de ce bureau, Chase Brandon, qui avait servi pendant 25 ans dans la division des services clandestins d’élite de l’agence, en tant qu’agent d’infiltration. Un homme de relations publiques (qu’il n’est pas, bien qu’il ait des relations à Hollywood) : c’est un cousin de Tommy Lee Jones.


Mais les douze dernières années de collaboration semi-reconnue ont été précédées par des décennies durant lesquelles la CIA a maintenu une influence hollywoodienne profondément enracinée mais invisible. Comment pourrait-il en être autrement ? Comme nous l’a dit Bob Baer, ancien membre de la CIA, dont les livres, à l’époque où il travaillait pour l’agence, ont servi de base à Syriana :

« Tous ces gens qui dirigent les studios – ils vont à Washington, ils traînent avec les sénateurs, ils traînent avec les directeurs de la CIA, et tout le monde est à bord. »

Il existe des preuves documentaires de ses affirmations. Luigi Luraschi était le chef de la censure étrangère et nationale pour la Paramount au début des années 1950.


On a découvert récemment qu’il travaillait également pour la CIA, envoyant des rapports sur la façon dont la censure cinématographique était utilisée pour améliorer l’image des États-Unis dans les films qui seraient vus à l’étranger.  Les rapports de Luraschi ont également révélé qu’il avait persuadé plusieurs cinéastes de planter des « nègres » « bien habillés » dans leurs films, pour contrer la propagande soviétique sur les mauvaises relations raciales aux États-Unis. La version soviétique était plus proche de la vérité.

Les activités de Luraschi n’étaient que la partie visible de l’iceberg.

Graham Greene, par exemple, a désavoué l’adaptation en 1958 de son roman The Quiet American (L’Américain silencieux), dont le tournage s’est déroulé au Vietnam, le décrivant comme un « film de propagande pour l’Amérique ». Dans le rôle titre, Audie Murphy n’a pas joué le personnage dangereusement ambigu de Greene – dont la croyance en la justice de la politique étrangère américaine lui permet d’ignorer les conséquences effroyables de ses actes – mais un simple héros. Le journaliste britannique cynique, joué par Michael Redgrave, est au contraire l’homme dont la boussole morale a dérapé. L’Américain de Greene s’inspire en partie du légendaire agent de la CIA au Vietnam, le colonel Edward Lansdale. Il est donc tout à fait approprié que ce soit Lansdale qui ait persuadé le réalisateur Joseph Mankewiecz de modifier le scénario pour qu’il s’adapte à ses propres fins.

Mais la CIA ne s’est pas contentée d’offrir des conseils aux cinéastes. Elle a même offert de l’argent.

En 1950, l’agence a acheté les droits de la Ferme des animaux de George Orwell, puis a financé la version britannique du film d’animation de 1954. Sa participation a longtemps fait l’objet de rumeurs, mais ce n’est qu’au cours de la dernière décennie que ces rumeurs ont été confirmées et que l’histoire du rôle de la CIA a été racontée dans le livre Orwell Subverted de Daniel Leab.

De nos jours, la façon la plus courante pour la CIA d’exercer son influence à Hollywood n’est pas de financer ou de réécrire des scénarios, mais de proposer son aide pour les questions de vraisemblance.

Pour ce faire, des agents de la CIA en service ou anciens agissent comme conseillers sur le film, même si certains pourraient se demander si un « ancien agent » existe vraiment. Comme l’a fait remarquer l’ancien agent de la CIA Lindsay Moran, l’auteur de Blowing My Cover, la CIA fait souvent appel à d’anciens agents pour effectuer des tâches pour leur ancien employeur.

La CBS n’a donc pas eu de problème pour obtenir une aide officielle lors de la réalisation de sa série télévisée de 2001, The Agency (elle a même été écrite par un ancien agent). Langley a également été utile au romancier Tom Clancy, qui a été invité au siège de la CIA après la publication de La chasse à l’octobre rouge, une invitation qui a été régulièrement renouvelée. Par conséquent, lorsque The Sum of All Fears de Clancy a été tourné en 2002, l’agence a été heureuse de faire venir ses auteurs à Langley pour une visite personnelle du siège, et d’offrir à la star Ben Affleck l’accès aux analystes de l’agence. Au début du tournage, Brandon était sur le plateau pour conseiller – un rôle qu’il a répété pendant le tournage de la série télévisée glamour Alias.

L’ancien agent Milt Beardon a joué le rôle de conseiller pour deux tentatives d’espionnage moins mouvementées : The Good Shepherd, de Robert De Niro, de 2006, qui raconte une version approximative de l’histoire du célèbre chef du contre-espionnage de la CIA, James Jesus Angleton, et Charlie Wilson’s War, l’histoire des efforts secrets des États-Unis pour fournir des armes aux moudjahidin afghans pendant l’occupation soviétique des années 80.

En réalité, cette histoire s’est mal terminée, car les combattants afghans pour la liberté ont contribué à donner naissance aux terroristes d’Al-Qaïda.

Dans le film, cependant, ce n’était pas le cas. Comme Beardon – qui a été l’homme de la CIA responsable de l’arrivée des armes aux Afghans – l’a observé peu avant la sortie du film, le film « met de côté l’idée que parce que nous avons fait cela [fournir des armes], nous avons eu le 11 septembre ».

La remarque de M. Beardon donne un indice sur la véritable raison pour laquelle la CIA aime offrir des conseils à Hollywood, un indice qui a été développé par Paul Kelbaugh, l’ancien avocat général associé de la CIA – une figure très haut placée à Langley.

En 2007, Kelbaugh s’est exprimé à la faculté de droit de Lynchburg en Virginie – où il était devenu professeur associé – sur la relation de la CIA avec Hollywood. Un journaliste présent lors de la conférence (qui souhaite désormais garder l’anonymat) a rapporté que Kelbaugh avait parlé de la Recrue, un véhicule Al Pacino/Colin Farrell de 2003. Un agent de la CIA était sur le plateau en tant que « consultant » tout au long du tournage, a-t-il dit ; son véritable travail, cependant, consistait à mal orienter les réalisateurs.

« Nous ne voulions pas que Hollywood s’approche trop de la vérité », a déclaré le journaliste, qui a cité les propos de Kelbaugh.

Cependant, dans un e-mail très fort, Kelbaugh a nié catégoriquement avoir dit une telle chose, et a dit qu’il se souvenait de « discussions très spécifiques avec la direction de la CIA, selon lesquelles personne ne devait jamais faire de fausses déclarations pour affecter le contenu d’un film, JAMAIS ». Le journaliste s’en tient au rapport original, et M. Kelbaugh a refusé de discuter plus avant de cette question.

Donc, modifier les scénarios, financer les films, supprimer la vérité – c’est déjà assez inquiétant. Mais il y a des cas où certains pensent que les activités de la CIA à Hollywood sont allées plus loin – assez loin, en fait, pour être l’affaire des films.

En juin 1997, le scénariste Gary DeVore travaillait sur le scénario de son premier film. Ce devait être un film d’action ayant pour toile de fond l’invasion américaine du Panama en 1989, qui a conduit au renversement du dictateur Manuel Noriega. Selon sa femme, Wendy, DeVore avait parlé à un vieil ami – Chase Brandon de la CIA – du régime de Noriega et des programmes américains de lutte contre les stupéfiants en Amérique latine.

Wendy l’a dit à CNN : « Il avait été très perturbé par certaines des choses qu’il avait trouvées dans ses recherches. Il faisait des recherches sur l’invasion du Panama par les États-Unis, parce qu’il opposait à cela l’histoire qu’il écrivait, le renversement de Noriega et les énormes sommes d’argent blanchies dans les banques panaméennes, ainsi que le blanchiment d’argent de notre propre gouvernement ».

À la fin de ce mois, DeVore était à Santa Fe, au Nouveau-Mexique, pour travailler sur un autre projet. Il rentrait en Californie lorsque, le 28 juin à 1h15 du matin, il a appelé Wendy, un appel qui, selon elle, a été supprimé des relevés téléphoniques.

Elle a déclaré à CNN qu’elle était « terriblement alarmée » parce qu’il parlait comme s’il était sous la contrainte. Elle était sûre que « quelqu’un était dans la voiture avec lui ».

C’est la dernière fois que Wendy DeVore a eu des nouvelles de son mari.

Un an a passé, mais l’affaire a refusé de mourir et les spéculations se sont multipliées. Même le Los Angeles Times a commencé à envisager l’implication de la CIA. DeVore était présumé mort, mais il n’y avait pas de corps, et les questions n’avaient pas de fin. Et voilà que neuf jours seulement après que le Los Angeles Times ait rapporté l’affaire, le corps de DeVore a été retrouvé, en décomposition dans sa Ford Explorer, dans 12 pieds d’eau de l’aqueduc de Californie, sous l’autoroute d’Antelope Valley, au sud de Palmdale – une ville située dans la « vallée de l’aérospatiale », ainsi surnommée par les habitants pour sa réputation de bastion du complexe militaro-industriel américain -, ce qui a alimenté le feu des théoriciens de la conspiration.

Le coroner a ensuite déclaré que la cause et les circonstances de la mort de DeVore étaient « inconnues », mais la police est finalement arrivée à la conclusion provisoire que la mort du scénariste était un accident : il s’était endormi au volant, ont-ils dit, avant de quitter l’autoroute et de se jeter à l’eau, où il s’est noyé.

Mais il restait des détails à régler : L’ordinateur portable de DeVore contenant son scénario inachevé a disparu de son véhicule, tout comme l’arme qu’il avait l’habitude de porter lors de ses longs voyages ; après sa disparition, un représentant de la CIA se serait présenté chez DeVore pour demander l’accès à son ordinateur ; le détective privé hollywoodien Don Crutchfield a noté que des versions antérieures du scénario de DeVore ont été inexplicablement effacées dudit ordinateur pendant la même période ; la police a affirmé que le véhicule de DeVore avait quitté l’autoroute, mais la veuve de DeVore a été troublée par l’absence de dommages visibles sur le rail de sécurité du lieu de l’accident présumé ; et comment se fait-il que personne n’ait remarqué un SUV assis dans l’eau sous une autoroute très fréquentée pendant toute une année ?

Peut-être que l’incident ressemble trop à un film de conspiration pour être une véritable conspiration – mais beaucoup restent troublés par la mort de De Vore.

Malgré le désir avoué de la CIA d’être plus ouverte sur le rôle qu’elle joue à Hollywood, il est difficile de prendre sa nouvelle transparence trop au sérieux.

Après tout, à quoi sert une agence secrète qui n’agit pas en secret, même si certaines de ses activités sont publiques? Et si elle ne dit toujours pas la vérité sur des événements survenus il y a des décennies, dont beaucoup se sont accidentellement répandus dans le domaine public, comment pouvons-nous être sûrs qu’elle dit la vérité sur ses activités aujourd’hui?

« Hollywood sous pressions politiques », première partie d’un article en 3 parties, commandé par The Guardian aux chercheurs Matthew Alford et Robbie Graham.

Interrogé par Linda Moulton Howe, Matthew Alford raconte dans quelles circonstances The Guardian a censuré le reste de leur enquête.

Il est Maître de conférences sur le théâtre, le cinéma et la télévision, à l’Université de Bristol, en Grande-Bretagne :


« Notre travail avait consisté à rechercher, depuis 1990 mais aussi dans quelques classiques, par quels moyens les autorités de Washington, D.C. avaient pu tenter d’influencer l’industrie d’Hollywood, dès lors qu’il y avait un contenu politique. »

« La seconde partie de notre enquête concernait les Ovnis et la part de désinformation dans ces productions. Robbie et moi ne prenions pas partie sur l’hypothèse extraterrestre. Cependant The Guardian l’a refusée, et les éditeurs ont prétendu que nous n’apportions pas suffisamment de preuves. Je ne partage pas ce point de vue. En outre, nous nous étions montrés très objectifs. »

Par ailleurs, Matthew Alford et Robbie Graham avaient été surpris de lire ce commentaire de Steven Spielberg :

« J’ai réalisé qu’il se passait vraiment quelque chose quand la NASA a pris la peine de m’écrire une lettre de 20 pages en 1977. Ils étaient furieux après avoir lu le scenario de « Rencontres rapprochées du IIIème Type », et pensaient que ce serait un film dangereux.. »

Les auteurs de l’enquête ont alors lancé une double requête FOIA, dirigée vers la CIA et la NASA, pour tenter d’obtenir une copie de ce document. « Ça fait maintenant deux ou trois mois. Habituellement, le délai n’excède pas quatre semaines. »

Ils ont reçu une réponse circulaire de la NASA, disant simplement : « Votre demande est à l’étude. » Mais il ne s’est rien passé depuis.

« Ce retard pourrait n’être qu’un contre-temps bureaucratique. Je ne peux en conclure à ce stade que les autorités tentent de dissimuler quelque chose, mais c’est assez frustrant pour les chercheurs ! Ça montre au moins qu’ils ne consacrent pas les ressources nécessaires au service d’information, quand il s’agirait d’apporter la preuve que la CIA et la NASA n’ont pas que des aspects positifs. Ça ne me surprend pas du tout. C’est toujours comme ça quand on s’adresse à des organismes puissants. »

L’explication de la censure fournie par The Guardian a été donnée ci-dessus par Matthew Alford.

Les recherches largement référencées, portent sur une rétrospective des 60 dernières années. Les exemples choisis sont croustillants de détails assez parlants qui ne laissent aucun doute sur les intentions du Pentagone.

 »Depuis 60 ans, les extraterrestres ont laissé leur griffe sur le ‘Hollywood Box-office’ dans certains des films les plus populaires de tous les temps comme Le jour oú la Terre s’arrêta (1951), E.T L’extraterrestre (1982), Independence Day (1996), etc.. A noter en passant, la franchise Transformers (2007) à ce jour, a enrichi la mythologie ufologique de la bagatelle dépassant 1.5 milliard de dollars.

Cependant, les aspects les plus intéressants des films Transformers sont moins évidents dans leur forme celluloïd qu’ils ne le sont derrière la scène, un système de production bâti sur une relation étroite entre Hollywood, l’armée américaine, et diverses agences gouvernementales.

Alors que les détails du « complexe militaro-industrio-divertissement » sont documentés facilement, l’histoire de l’implication du gouvernement dans le cinéma ufologique Hollywoodien représente un chapitre oublié dans l’histoire du cinéma américain.

Bizarrement, et pour des raisons plutôt obscures, le gouvernement US s’est pris d’intérêt pour les films Hollywoodiens de soucoupes volantes dés les premiers jours du phénomène. »

« Il y eut des efforts officiels pour déboulonner les ovnis en utilisant les médias dés 1953, efforts organisés par la Commission Robertson (sponsorisée par la CIA) qui décida que « l’engouement du public pour les soucoupes volantes devait être activement découragé. »

La Commission recommanda que « la NSA prenne des mesures immédiates pour effacer l’aura de mystère dont les objets volants non identifiés étaient malheureusement entourés » et que ceci « devait être accompli par les médias de masse tels que la télévision et le cinéma…’’ avec des références particulières envers Walt Disney. » (1)

Certaines parties du scénario devront passer à la moulinette made in USAF plusieurs fois avant d’être estampillées TV Ready.

Alford & Graham racontent :

« En 1958-1959, l’USAF effectue aussi beaucoup de changements dans le scénario d’un épisode apparemment innocent du feuilleton TV Steve Canyon. Soutenu par la marque de cigarettes Chesterfield et produit par Universal Studios avec l’entière coopération de l’Air Force américaine, le programme de NBC fait découvrir à ses spectateurs les exploits héroïques du célèbre personnage de la bande dessinée de Milton Caniff. Chaque épisode se termine par le sceau du Département de l’Air Force accompagné d’une voix disant : « Steve Canyon! La gloire des hommes de l’Air Force de l’Amérique! »

« L’épisode en question qui valut l’objection de l’USAF s’appelait : « Projet UFO ». On y voyait le Colonel Steve Canyon enquêter sur une série d’observations de soucoupes volantes signalées à la base de l’Air Force locale.


Selon l’historien aéronautique James H.Farmer, « l’Air Force ne voulait vraiment pas que cet épisode soit diffusé. »

Dans son commentaire pour le DVD de Steve Canyon, Farmer mentionne que l’USAF n’était pas à l’aise avec cet épisode parce que les ovnis, à l’époque de la production, « leur causaient de nombreux problèmes de relations publiques… de Roswell en 47 jusqu’aux survols de Washington DC en 52… l’Air Force ne voulait pas y être mêlée », dit Farmer.

« C’était une patate chaude dont ils furent bien contents de se débarrasser lorsque le Projet Blue Book se termina en décembre 69 ».

« Lorsque l’USAF rend sa version du scénario, celui-ci était, pour citer Farmer, « plutôt timide… comparé aux scénarii précédents. »

En effet, dans l’épisode diffusé, les observations ovnis sont attribuées à une combinaison de hoax induits sous le coup d’une hystérie (en adéquation avec la version de l’Air Force de Roswell) et des erreurs de jugement sur les ballons météo.

John Ellis, le producteur des biens Milton Caniff, est intrigué par le nombre de révisions auxquelles le scénario fut soumis : « C’est intéressant parce qu’en regardant les scripts originaux… chaque page a éte remaniée, et remaniée et remaniée… »

Le metteur en scène de la série David Haff est plus précis en se souvenant de la réaction de l’Air Force lorsqu’il leur avait soumis le premier jet du scénario afin d’obtenir l’approbation officielle: « Oh, oh, oh, oh! No, no, no, no! » Haff mentionne également que l’USAF avait aussi des difficultés pour décider ce qui serait acceptable pour une diffusion. »

« Plusieurs changements dans le scénario de « Project UFO » sont particulièrement parlants. Dans l’un des premiers brouillons par exemple, Steve Canyon s’adresse à son officier supérieur, le Colonel Jamison, pour la défense d’un témoin d’ovni, un civil : « Pourquoi le traiter d’abruti? » demande Canyon, « Il me semble qu’il a agi en citoyen avec beaucoup de sang-froid… »

Ce dialogue fut supprimé. Ailleurs dans le brouillon, Canyon est enthousiaste vis à vis des soucoupes volantes.

A un moment, alors qu’un nouveau rapport d’ovnis de la ville voisine arrive à la base, Canyon « se précipite vers la porte » et s’écrie, « ça, il faut que je le vois!’’ avant de sortir en courant. Et dans la scène finale (le scénario d’origine), on voit Canyon ouvrir un livre sur les soucoupes volantes, « et s’assoir tranquillement pour lire… »

Cette scène n’a jamais vu le jour dans la scène finale et dans la version diffusée : l’excitation de Canyon sur les ovnis est remplacée par du scepticisme ou au mieux, de l’indifférence.

Souvenons-nous que tous ces changements entrent tout à fait dans la ligne de conduite préconisée dans les recommandations de la Commission Robertson, c’est à dire : « l’engouement du public pour les soucoupes volantes devait être activement découragé. » et « que la NSA prenne des mesures immédiates pour effacer l’aura de mystère dont les objets volants non identifiés sont malheureusement entourés » et que ceci « devait être accompli par les médias de masse tels que la télévision et le cinéma… »

Le remaniement le plus significatif d’un épisode de ‘’Project UFO’’ est la suppression totale d’une scène concernant la récupération et l’analyse scientifique de débris supposés être ceux d’un ovni (mais qui finiront par être autre chose). Le brouillon comporte un dialogue du style : ‘Cette chose [soucoupe] a fait tomber une petite boule de métal qui contient un appareil électrique si complexe, si ingénieux, personne encore n’a été capable de comprendre à quoi cela servait’, et, ‘le métal ne réagissait à aucun de nos tests standards’. Avec de telles allusions à Roswell, il n’est pas surprenant que l’Air Force se sente concernée. »

« En dépit du contenu abaissé au niveau d’un navet, l’USAF a préféré que l’épisode ne soit pas diffusé du tout. « C’est resté sur l’étagère » dit Ellis dans son commentaire DVD, « l’épisode était terminé …mais ils ont préféré attendre vers la fin de la série pour le diffuser. »

En fait c’était un dernier acte de défiance de la part des producteurs de le diffuser vers la fin en 1959.

Que le Pentagone trouve correct de s’impliquer dans le divertissement lié aux ovnis avec la possibilité de déboulonner prend tout son sens au vu de ses essais répétés pendant des décennies pour se laver les mains publiquement du problème des ovnis.

Mais cette approche est contraire à plusieurs occasions, qui datent des années 50, où les militaires US ( probablement avec la CIA) ont en fait facilité la production de contenu médiatique ufologique, en faisant la promotion non seulement de l’idée même de la réalité extraterrestre mais aussi de celle des visiteurs extraterrestre.

Il semble que la réalité extraterrestres soit réellement le coeur du problème auquel nous faisons face aujourd’hui. Trump et avant lui JFK, se sont trouvés aux prises avec cette réalité.. Il y a tellement derrière la Divulgation Totale que ne pouvons même l’imaginer.

Divulgation extraterrestre: « le coeur de l’affaire »


Que pensez-vous de cet article ? Inscrivez-vous et rejoignez la conversation


Merci à tous pour votre soutien.

Beaucoup d'entre vous sont avec moi, par le coeur et la pensée, et je vous transmet ma gratitude... Vous pouvez assurer la continuité de ce site de plusieurs manières... En partageant les articles que vous avez aimé... En achetant vos livres et vos produits préférés sur Amazon via ce site... En faisant un don sécurisé sur Paypal... Ou les trois en même temps... Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...


Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci








Elishean777 : Communauté pour un Nouveau Monde © elishean/2009-2021

Tags:

0 Commentaires

Laisser une réponse

Imaginer un Nouveau Monde © Elishean 2009 - 2021

CONTACT

Vous pouvez nous envoyer un e-mail et nous vous répondrons dès que possible.

En cours d’envoi
ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

%d blogueurs aiment cette page :