Genèse pour la nouvelle ère spatiale: la Terre intérieure et les extra-terrestres – 10


L’aide d’êtres plus sages venus de l’extérieur de cette planète…  Ce livre était dédié à un héros méconnu, Jonathan E. Caldwell, inventeur du premier vaisseau spatial de cette civilisation.


Chapitre 10

L’amiral Richard E. Byrd trouve l’entrée du Pôle Sud dans le monde intérieur

« Hitler est vivant ! » Ce sont les premiers mots que Joseph Staline a prononcés au président Harry Truman et au premier ministre Churchill lorsqu’un moment discret s’est présenté à la conférence de Potsdam en 1945.

« Le corps dans le bunker n’était pas celui d’Hitler », a déclaré Staline. « Les cheveux, les dents et les empreintes digitales ne correspondent pas. »

Puis il a donné les détails complets de l’autopsie au premier ministre de l’Angleterre et au président des États-Unis. À la conférence de Potsdam, il a été convenu que l’Amérique enverrait le premier corps expéditionnaire en Antarctique pour rechercher le leader allemand disparu et les ressortissants disparus qui avaient quitté Berlin et l’Allemagne par diverses routes à la fin de 1944 et au début de 1945. Il a également été convenu que, dès que les préparatifs seraient terminés, les États-Unis envahiraient l’Antarctique et que les anciens alliés, y compris la Russie, se tiendraient prêts à intervenir si d’autres actions offensives étaient nécessaires une fois les Allemands localisés.

Par conséquent, conformément au plan, les États-Unis ont réuni leur expédition polaire sud approuvée par la Russie et la Grande-Bretagne. L’existence des avions à voilure ronde resterait secrète, et seules des armes conventionnelles seraient déployées. L’ensemble de l’opération de 1946-1947 a été présentée comme la plus grande expédition jamais envoyée en Antarctique et a fait l’objet d’une publicité pour les médias du pays, plutôt que de tenter de garder l’expédition secrète. Elle avait également pour but d’établir une base américaine permanente dans le sous-continent, une initiative qui avait été retardée lorsque les bases américaines temporaires de 1939 et 1940 avaient été abandonnées à cause de la guerre. Mais bien que l’amiral Byrd soit la figure de proue de l’expédition, son véritable rôle est déguisé. Il devait mener « une incursion de recherche et de découverte dans l’Antarctique » où beaucoup pensaient que le chef allemand et ses troupes s’étaient retirés.

Une force navale d’accompagnement basée à Norfolk, en Virginie, et dirigée par le contre-amiral Richard H. Cruzen, comprenait treize navires de guerre, dix-neuf avions, des navires de ravitaillement et de transport, équipés d’hélicoptères et d’un brise-glace pour ouvrir la voie, ainsi qu’un sous-marin pour aider à tout type de recherche ou d’assistance sous-marine. Tous les véhicules étaient des tracteurs à chenilles, car ils étaient nécessaires pour tracter par voie terrestre les traîneaux et les toboggans chargés de matériaux de construction, de huttes, d’entrepôts, de stations météorologiques, de nourriture en abondance, de vêtements et de tous les accessoires, en particulier de carburant et d’huile, pour transporter une force de 4 000 hommes dans un pays hostile et glacial, où la glace et la neige atteignaient jusqu’à deux milles d’épaisseur.

L’aventure en Antarctique était une expédition navale et terrestre de grande envergure et, dans un sens réel, une continuation de la Seconde Guerre mondiale, à condition qu’un ennemi puisse être localisé dans les 5,5 millions de kilomètres carrés de montagnes et de vastes étendues enneigées de l’Antarctique.

À Christchurch, en Nouvelle-Zélande, une succursale a été mise en place pour servir de point central pour les communications entre McMurdo Sound, situé à 2365 miles. De plus, à Christchurch, des pièces de rechange et des fournitures supplémentaires seraient stockées en vue d’un éventuel déplacement vers l’Antarctique où elles seraient nécessaires à la force de 4 000 hommes.

Byrd a eu une dernière réunion avec les militaires aux Etats-Unis. A cette occasion, sur ordre du président Truman, il lui a été interdit de piloter son propre avion jusqu’à son arrivée en Antarctique.

Le vol vers la base de McMurdo a décollé de la base de Hueneme, en Californie, le 1er février, et transportait le copilote (et navigateur combiné) de Byrd, le radioman. et le photographe représentant la National Science Foundation et la National Geographic Society. Ils ont mis le cap sur Hawaii, tandis que le passager Byrd se reposait en se remémorant avec son navigateur.


Le jour suivant, l’amiral Byrd et son équipage ont décollé d’Honolulu pour rejoindre le porte-avions où son avion antarctique les attendait pour la dernière étape du voyage dans la région du pôle Sud afin de retrouver la trace des 250 000 Allemands. Le quatrième jour après son départ de Port Hueneme, l’amiral Byrd est arrivé à la base McMurdo, dans l’Antarctique, où son avion à voilure fixe serait observé par un avion à voilure ronde d’origine allemande qui planait silencieusement au-dessus du détroit.

L’équipe de Byrd avait été la première à survoler le pôle Sud, le 29 novembre 1929, et pour lui, ce nouveau voyage n’était évidemment pas un simple exercice polaire.

Cette fois, il était résolu à retrouver les Allemands disparus. L’ironie entourant le concept de l’expédition, cependant, est que tandis que certains planificateurs se sont fait dire qu’il s’agissait d’une expédition d’entraînement polaire, Byrd savait, pour avoir participé à trois expéditions précédentes dans l’Antarctique, que ce voyage comporterait des dangers incalculables et peut-être beaucoup plus qu’une vallée cachée, où des rumeurs faisaient état d’une cachette ou d’une dernière résistance allemande.

Mais c’est l’expédition aérienne du 9 mai 1926 de l’amiral Byrd à la recherche du pôle Nord, accompagné de son copilote Floyd Bennett, qui a déclenché pour la première fois son zèle à retourner encore et encore aux extrémités polaires de la terre.

C’est Bennett qui a éveillé l’imagination de Byrd en lui faisant croire que la terre intérieure était creuse et qu’il y avait des entrées possibles aux deux pôles.

Bennett avait depuis longtemps noté une similitude importante dans tous les récits précédents sur l’Arctique (pôle Nord). Le temps devenait plus chaud au fur et à mesure que le voyageur avançait vers le nord. Par exemple, le journal de bord du Dr. Fridtjof Nansen, 1893-6, semblait prouver de manière concluante que la région du pôle Nord n’était pas un océan glacial de glace.

Les conclusions de Nansen se lisent comme suit : « Nous avons démontré que la mer dans le voisinage immédiat du pôle, … se trouve, selon toute probabilité, dans un bassin profond, et non pas peu profond… la glace semble dériver vers le nord, sans entrave… »

(En 1980, les cartes de la NASA confirment que le plancher océanique de l’Arctique est une dépression en pente qui commence au nord du Groenland et s’étend sur environ 2 200 miles. En fait, l’inclinaison du fond de l’océan commence aux environs du 85e parallèle et devient finalement la gorge de l’Arctique qui débouche sur la Terre creuse).

La version officielle publiée du vol de Byrd de 1926 du Spitzberg au pôle Nord est peu imaginative et stérile. Le journal de bord de Byrd aurait enregistré ce qui suit : « Nous avons atteint le pôle Nord. Après avoir pris deux vues du soleil et de nombreuses photos, nous avons continué sur plusieurs miles dans la direction où nous étions venus, et avons fait un autre cercle plus large pour être sûrs de prendre le pôle Nord. »

Les comptes rendus officiels ne divulguent pas le compte rendu paraphrasé mais authentique suivant de ce voyage de 1926 dans ses dernières heures. « Bennet exhorta Byrd à poursuivre à l’altitude existante au-dessus d’un océan dépourvu de glace, dont l’horizon semblait s’élargir au-delà du 85e parallèle. Alors qu’ils continuaient, la boussole devenait erratique, le vent arrière augmentait et la position du soleil s’abaissait.

Le Ford Plane à trois moteurs ne poursuivit que sur une courte distance dans cette zone de confusion mécanique et d’incertitude de la navigation. Puis Byrd, devenu craintif, a décidé de faire demi-tour et de rentrer à la base. » Ils avaient vu et ressenti l’inconnu. Depuis ce jour, Byrd et Bennett (jusqu’à sa mort en 1928) ont partagé les mêmes observations et la même détermination. Ils avaient observé que la terre sphérique était concave au soi-disant sommet de la planète, et que l’océan Arctique disparaissait apparemment dans un trou noir sans fin. Avant d’atteindre la base, ils avaient résolu de revenir.


Au cours de l’année suivante, en 1927, (l’auteur le confirme) Byrd et Bennett s’envolent à nouveau vers le sommet du monde, mais cette fois-ci, ils pénètrent à l’intérieur de la terre. Leur nouveau sponsor était la marine américaine. Ils partirent en secret d’une base inconnue à une heure inconnue et, à ce jour, aucune information officielle sur ce vol n’a été communiquée aux biographes ou aux compilateurs. Byrd aurait volé sur un total de 1 700 miles, dont la plus étonnante partie à l’intérieur de la terre. Le journal qu’il a rédigé à cette occasion fait état d’observations de ce qui ressemblait à des animaux préhistoriques, de forêts vertes, de montagnes, de lacs, de rivières, dans un climat chaud où des personnes de grande taille et de belle apparence saluaient les pilotes. Des photos de ces lieux intérieurs ont effectivement été vues par le chercheur.

Richard Evelyn Byrd, descendant d’une vieille famille virginienne et ayant servi dans la marine américaine avant la Première Guerre mondiale et comme instructeur d’aviation pendant la guerre, allait devenir illustre – d’une manière tragique. La preuve panoramique de ce voyage historique de 1927 ne devait jamais être montrée ou admettre son existence.

Le président Calvin Coolidge, en voyant les plus de 300 photos et en lisant le journal de bord du vol, a déclaré catégoriquement : « Personne ! Absolument personne ne croira ce rapport ! Gardons le silence ! Si nous divulguons l’information, nous deviendrons la risée de la nation et du monde entier. »

Le président Coolidge était un réaliste de la Nouvelle-Angleterre. La décision de ne pas divulguer l’histoire du voyage épique de Byrd n’était pas une dissimulation artificielle. La sécurité nationale n’était pas en jeu. D’autres personnes que le président, qui ont vu les photos et lu le journal de bord, pensaient simplement que le phénomène d’un monde dans un monde était si fantastique qu’il en était absurde. (Un secrétaire du défunt président Coolidge a vérifié la réaction officielle).

Les photos et le journal de bord de ce vol de Byrd vers l’intérieur de la Terre ont été scellés et immédiatement placés dans une chambre forte de la Bibliothèque du Congrès. Ils y sont restés intacts pendant 12 ans. Lorsque la Seconde Guerre mondiale a commencé, le récit secret du vol de Byrd en 1927 a été examiné et est devenu classifié sous le nom de « White Sheet Project ».

Au cours de la deuxième année de la guerre, les services de renseignements américains et le pouvoir exécutif ont pris conscience de l’importance d’un autre monde à l’intérieur d’un autre monde, en particulier lorsque Jonathan Caldwell, lors d’un vol d’entraînement dans un avion à ailes rondes dont l’itinéraire passait au-dessus du pôle Nord, a dérivé dans le vide noir que Byrd avait découvert en 1927. En conséquence, le vol de Byrd, ainsi que le journal de bord de Caldwell en 1940, ont été rebaptisés « Projet Pôle Blanc ».

Lorsque les hostilités de la Seconde Guerre mondiale ont cessé en 1945, le « White Pole Project » a été placé sous la responsabilité d’un nouveau département de la Marine appelé Polar Archives, où il est toujours en activité en 1978 au sixième étage des Archives nationales. Dans les années 1960, les archives de la NASA sont devenues le dépositaire d’une grande partie des activités polaires en raison de l’intense activité des vaisseaux spatiaux et des recherches mondiales connexes dans les régions polaires.

Le lecteur ayant pris connaissance des informations générales qui précèdent sur les premiers exploits de Byrd dans l’Arctique, nous pouvons maintenant revenir aux circonstances entourant son vol de 1946 dans l’Antarctique, dont il est principalement question dans ce chapitre.

Avant le départ pour ce vol de 1946, la Marine a permis à Byrd d’enrichir ses connaissances de première main sur l’Antarctique en consultant de nouvelles informations provenant d’archives et de livres allemands capturés. Les exploits et les observations des équipes allemandes envoyées en Antarctique à partir de 1937 étaient les plus crédibles pour Byrd. Ces équipes aériennes et terrestres avaient cartographié et photographié une grande partie du sous-continent et les rapports sur leurs découvertes en Antarctique constituaient une étude captivante qui avait stimulé la curiosité de la marine.

Byrd était instinctivement conscient que les Allemands auraient préféré que ces rapports classifiés ne soient pas transférés aux Amériques, car ils donnaient des indices et des conclusions utiles sur les intentions allemandes au pôle Sud. Byrd n’avait pas reçu toutes les informations classifiées concernant les sondes au pôle, mais les faits qu’il avait assimilés l’assuraient qu’indépendamment de la façon dont les ouvertures polaires vers l’intérieur de la planète étaient considérées par ses interlocuteurs, une entrée vers l’intérieur de la terre pouvait effectivement exister, indépendamment de l’opinion scientifique.

L’emplacement d’une telle ouverture, si elle existe, devrait se trouver près du pôle Sud, sous une zone couverte de nuages, ce que Byrd avait observé en 1929 mais n’avait pas pu vérifier. Ce site possible se trouvait à l’est du pôle, sur une ligne de vol proche du 171e méridien.

Réfléchissant à nouveau à ses réalisations polaires passées et aux frustrations engendrées par la bureaucratie gouvernementale, Byrd était conscient que 17 ans après son dernier voyage aérien vers le pôle Sud, il se dirigeait à nouveau vers l’Antarctique avec un nouvel équipage, peut-être pour conclure une fois pour toutes ses aventures polaires qui pourraient permettre de résoudre l’énigme du sous-continent.

De McMurdo, l’amiral Byrd et son équipage ont été transportés par avion jusqu’au porte-avions situé à 300 miles au nord dans les eaux de l’Antarctique. Un dernier briefing a eu lieu, et le vol a été programmé pour le lendemain matin.

Chaque homme de l’équipage avait prêté serment de garder le secret. S’ils ne revenaient pas après une période donnée lors de l’exercice antarctique, une recherche massive d’urgence devait être lancée. Mais quel que soit le résultat, il a été convenu de ne pas informer le public du véritable objectif de cette excursion dans l’inconnu. Dans la sagesse des chefs d’état-major interarmées, Byrd n’avait pas été informé du secret de l’avion à aile ronde que l’Amérique possédait alors.


Byrd et ses hommes ont vérifié l’avion conventionnel sur lequel ils s’étaient entraînés aux États-Unis. Il s’agit d’un Falcon, mais il n’a aucun rapport avec le Falcon de 1929 construit par la Curtis Wright Aircraft Company. Cet appareil particulier avait été spécialement construit en 1946 pour une vitesse élevée et une grande endurance. L’ensemble du projet dans le cadre duquel il a été conçu par la Marine, dessiné et achevé à la hâte, était top secret.

La vitesse de l’avion est inconnue mais on suppose qu’elle dépassait largement les 300 miles par heure. Son rayon d’action était de plus de 6 000 miles. Les moteurs Pratt et Whitney ont également été soigneusement réglés et tous les espaces inutilisés de l’avion ont été remplis de conteneurs d’essence supplémentaires, chacun rempli de 100 gallons et raccordé à la ligne principale d’alimentation en carburant des moteurs. Les rations alimentaires supplémentaires, en raison de leur poids supplémentaire, avaient été réduites au minimum. En cas d’atterrissage d’urgence, il n’y aurait aucun espoir de survie, en particulier dans l’atmosphère raréfiée de la chaîne de montagnes qui leur barrait la route vers la zone de recherche dans la région du pôle Sud.

Pour le décollage, l’avion était en surcharge. Même avec l’aide de la catapulte, le pilote avait du mal à maintenir une altitude de sécurité. Il a fallu voler à 5 000 pieds maximum pendant plus de six heures jusqu’à ce que le carburant supplémentaire soit épuisé et que ses conteneurs soient jetés par-dessus bord.

Voici des notes tirées du journal de bord tenu par l’amiral Richard E. Byrd lors de son voyage d’exploration vers et au-delà du pôle Sud et à l’intérieur de la Terre. Le 5 février 1946, le journal commence ainsi : « Catapulté du porte-avions avec des réservoirs pleins et des réservoirs supplémentaires ; le porte-avions se trouvait à environ 300 milles au nord de la base de McMurdo ; le ciel était dégagé, il s’est dirigé vers la colonie, qu’il a atteinte vers 6 h 50 ; il a fait le tour de la colonie ; il a volé bas, saluant les personnes au sol qui lui ont fait signe en retour. (Le vol de Byrd depuis McMurdo, 400 miles plein ouest jusqu’au bord de la première chaîne de montagnes, a pris du temps dans la mesure où il est devenu opportun de brûler l’excédent de carburant de son avion. Il était trop surchargé pour permettre un gain d’altitude suffisant).

Arrivé à la première zone désignée à 15h00, le ciel était très clair, le sac de charbon pouvait être vu très clairement au-dessus de lui, il a fait trois fois le tour de la zone, a laissé tomber un petit drapeau américain par la fenêtre pour le revendiquer au nom des États-Unis (la raison pour laquelle il a fait le tour de la zone était que l’avion n’était toujours pas capable d’atteindre une altitude suffisante pour franchir le col de 10 500 pieds du glacier Axel Heiberg sur le plateau central où la vallée supposée pourrait commencer à l’intérieur de la planète).

« A largué les fûts d’essence vides au moyen d’un parachute d’éjection dans le plancher de l’avion. Après plusieurs heures, le poids brut a été suffisamment réduit pour gagner de l’altitude et franchir le bord de la montagne.

« 16 h 20 — Arrivés au bord de la vallée, le soleil était encore brillant dans le ciel. Nous avons commencé à descendre en suivant le contour du sol et en prenant note du terrain à mesure que nous descendions. Au début, la pente est graduelle, puis elle devient plus abrupte comme si l’on descendait le flanc d’une montagne. (Le navigateur s’inquiète maintenant du fait que trop d’excès ont été brûlés).

 » 16 h 30 — La calotte glaciaire commence à s’amincir, on commence maintenant à voir le côté exposé de la montagne. Notre indicateur de température extérieure a également enregistré une hausse de 10 degrés par rapport au 60 sous zéro observé au début de la descente.

« 17h00 — Nous suivons toujours une pente vers le bas, la glace est maintenant très mince sur les rochers qui couvrent la pente, voir quelques taches noires qui pourraient être du charbon, le soleil est toujours haut dans le ciel, la température continue de montrer une augmentation lente et régulière, il pourrait même être tropical au fond de la vallée, peut-être même un Shangri-La seulement le temps le dira.

« 17h30 – L’altimètre indique une baisse d’environ un mile depuis que nous sommes entrés dans la vallée. Nous avons parcouru plus de 300 miles dans une pente descendante, les côtés semblent devenir progressivement plus raides.

« 18 h 00 — La glace a complètement disparu, les rochers sont maintenant nus, la température augmente régulièrement, se réchauffant à mesure que nous nous enfonçons, et tout à coup, nous semblons avoir atteint un gouffre sans fond dans lequel les côtés descendent directement, la boussole est devenue complètement folle et ne fonctionne pas du tout. Nous sommes maintenant en spirale vers le bas, le soleil brille toujours, mais devient de plus en plus faible à mesure que nous descendons.

« 19 h 00 — Nous descendons dans le trou depuis près d’une heure, l’air extérieur continue de se réchauffer, il y a quelques minutes, nous sommes passés devant une petite chute d’eau d’où semblait s’échapper de la vapeur, nous avons fait un tour pour que notre photographe puisse prendre une photo. Comme le soleil était faible, nous avons dû utiliser des projecteurs pour permettre une bonne photo.

« 20 h 00 — Nous descendons en piqué comme si nous voyagions sur un terrain plat, la boussole ne fonctionne plus du tout, l’altimètre a montré une baisse constante, les instruments indiquent que notre vitesse au sol a ralenti à environ 50 milles à l’heure. Pourquoi voyageons-nous si lentement ?

« 21 h 00 — Calculons que nous avons parcouru au moins 100 milles depuis le sommet du trou, que nous avons perdu la moitié de notre carburant et que nous avons laissé tomber un autre réservoir d’essence vide. (Les bidons d’essence supplémentaires contenaient 100 gallons chacun, fabriqués en aluminium de 1/8 » d’épaisseur.) Il est tombé horizontalement vers le mur comme s’il était tiré vers le sol ; les lectures sont folles ici, nous n’avons pas assez de carburant pour voyager plus loin dans la terre. (La cloche a sonné, indiquant que les réserves de carburant dans les réservoirs principaux sont à moitié épuisées.) Nous ferons demi-tour et explorerons correctement lors d’une prochaine expédition. Notre carburant nous permettra de rentrer si nous commençons maintenant, la radio est morte, aucun contact. (L’équipage est confus car, bien que n’étant pas en apesanteur, il est capable de marcher sur les côtés et sur le toit de l’avion, et de rester perpendiculaire). Quatre horloges synchronisées à bord et les montres de l’équipage gardaient le temps, mais, plus tard, il a été démontré que toutes les horloges et montres avaient gagné sept heures.

« 10:00 P.M. — Nous remontons maintenant à une vitesse plus rapide que celle de la descente, et c’est comme si nous voyagions sur un terrain plat, sans explication, il commence à faire plus frais à l’extérieur à mesure que nous nous rapprochons de la surface.

23:00 P.M. — Nous approchons maintenant du sommet où la chute abrupte a commencé, nous avons donné l’ordre de voler à angle droit de notre trajectoire pour déterminer le diamètre du puits, le froid recommence à être intense à l’extérieur.


« Minuit — Nous avons voyagé pendant environ une heure et nous sommes revenus approximativement à notre point de départ, le navigateur croit que le trou a un diamètre de plus de 100 milles. Nous sommes maintenant en ascension et prenons régulièrement de la vitesse avec le vent dans le dos, la température extérieure devient plus froide, la vitesse augmente automatiquement. »

Note : Byrd a ensuite fait un rapport spécial sur la façon dont sa vitesse a changé sans l’aide du pilote, passant de 300 miles par heure en surface à environ 50 miles par heure en descendant le trou ou le puits. Il a également raconté comment la température est passée de moins 60 degrés fahrenheit à la surface à plus de 60 degrés fahrenheit au point de retour pendant sa descente. (Ils ont également rapporté avoir vu de la vapeur sortir de plus d’un trou dans la roche et découvert des formations nuageuses dans le puits de 125 miles. Leurs instruments ont également enregistré un courant d’air constant provenant des profondeurs du puits, ce qui, selon lui, explique la diminution de leur vitesse de descente. L’amiral a noté que la sensation à l’intérieur du grand puits était étrange, comme si l’on se trouvait sur une autre planète).

« 1 h 00 — Nous sommes maintenant sortis du puits et montons sur la pente ; la caméra prend des photos de toutes les roches et cherche des signes de vie ou de végétation à mesure que nous montons ; de la glace de sol se forme et s’épaissit à mesure que nous montons.

« 2 h — Nous sommes maintenant au sommet de la vallée et nous allons la traverser pour enregistrer la distance. Nous pouvons à peine voir le soleil se lever au nord. À cette époque de l’année, il reste levé la plupart du temps. Environ quatre heures de nuit.

« 3 h 00 — Nous avons enfin traversé le sommet, le navigateur a calculé qu’il avait un diamètre d’environ 500 milles au sommet de l’entonnoir. Nous nous dirigeons maintenant vers notre base et le transporteur. »

Alors qu’il se trouvait dans la gorge de l’entonnoir (ou comme Byrd l’appelait, la spirale de l’hélice), l’équipage a vu au loin une formation d’au moins cinq ovnis convergeant depuis l’intérieur. Cette observation a également été suivie sur leur radar de navigation. Alors que la formation d’OVNIs atteignait l’avion non armé de Byrd, un engin s’est positionné sur chaque extrémité d’aile de l’avion américain. Le photographe de Byrd a continué à photographier ses pacers silencieux qui ont révélé des croix gammées allemandes clairement définies sur leur dessus et leur dessous.


En fait, les avions allemands à ailes circulaires n’ont effectué aucune manœuvre guerrière et n’ont pas établi de contact radio avec Byrd lors de cette expédition. Audacieux, mais pas fou, le pilote de Byrd a reçu l’ordre de ne pas prendre de mesures d’évitement, et le photographe a reçu le conseil de continuer à photographier avec les appareils photo et les automatiques. Plus tard, plus de 300 photos d’intérieur envoyées à la National Science Foundation et aux Archives nationales, constitueront les preuves que l’amiral Byrd et son équipage ont rapportées.

« 13 h 00 — Nous sommes maintenant de retour sur le porte-avions et avons atterri sans problème. Après un bon repos, nous nous envolerons demain vers la Nouvelle-Zélande pour un retour immédiat aux États-Unis. » Selon les horloges à bord de l’avion Falcon, le vol a duré 31 heures mais l’heure du porte-avions indiquait que le Falcon était absent depuis 23 heures. À son arrivée à l’avion, Byrd a envoyé un rapport codé à Washington ; puis l’amiral et son équipage se sont reposés pendant trois jours complets sur le porte-avions. Outre le rapport codé, un avion de reconnaissance rapide a emporté des documents spéciaux et des films à Washington via Sydney, Christchurch et Panama. À l’arrivée de Byrd aux États-Unis, l’amiral est immédiatement escorté à une réunion top secrète au Pentagone avec les chefs des différentes armées.

Des extraits de son journal de bord ont été lus et des centaines de mètres de séquences vidéo ont été montrés et expliqués aux chefs militaires.

(Aujourd’hui, le Falcon spécialement construit est sous contrôle à Wright Patterson Field, Dayton, Ohio. Lorsque les faits de cette expédition seront publiés par la marine, l’avion de Byrd sera exposé au Smithsonian Institute).

Le journal de bord du Falcon, rédigé par le navigateur et signé par Byrd, était autrefois conservé dans un coffre-fort dans une seule pièce des Archives nationales, utilisée uniquement pour la garde de ce document historique. Il ne pouvait être consulté sans un ordre présidentiel. Les auteurs l’ont brièvement examiné en 1976, pendant une heure, sous la surveillance de deux agents de sécurité. Un deuxième examen en 1977 a été autorisé, avec l’aide du sénateur Lawton Chiles de Floride. En 1978, le journal a été déplacé dans les voûtes historiques souterraines des tombes Kensington de l’armée de l’air américaine.

Après la projection du film sur l’expédition de Byrd en Antarctique, une réunion des chefs d’état-major interarmées s’est tenue sous la présidence du président Harry S. Truman. Les conclusions de cette réunion historique ont été enregistrées par un vote selon lequel des plans immédiats devaient être établis pour que Byrd retourne dans le trou sans fond à l’extrémité sud du monde, pénètre à l’intérieur et localise la base allemande avec ses avions à ailes rondes. La date de la rentrée dans l’atmosphère est fixée au 16 février 1947. L’escadron américain affrontera à nouveau les Allemands sur des avions conventionnels à hélice et à voilure fixe. Quant à Byrd, il n’est toujours pas informé du projet d’aile ronde de Jefferson.

C’est ainsi que s’est poursuivie la dissimulation des activités américaines dans l’Antarctique, qui devait empêcher le public de connaître les véritables intentions des États-Unis et de leurs alliés d’après-guerre.

A suivre…

Lire tous les chapitres de : Genèse pour la nouvelle ère spatiale


Que pensez-vous de cet article ? Inscrivez-vous et rejoignez la conversation


Merci à tous pour votre soutien.

Beaucoup d'entre vous sont avec moi, par le coeur et la pensée, et je vous transmet ma gratitude... Vous pouvez assurer la continuité de ce site de plusieurs manières... En partageant les articles que vous avez aimé... En achetant vos livres et vos produits préférés sur Amazon via ce site... En faisant un don sécurisé sur Paypal... Ou les trois en même temps... Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...


Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci







Elishean777 : Communauté pour un Nouveau Monde © elishean/2009-2021

Tags:

0 Commentaires

Laisser une réponse

Imaginer un Nouveau Monde © Elishean 2009 - 2021

CONTACT

Vous pouvez nous envoyer un e-mail et nous vous répondrons dès que possible.

En cours d’envoi
ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

%d blogueurs aiment cette page :