Futur cosmique

Devrions-nous développer un manuel de rencontre extraterrestre?

par Avi Loeb

En cas de rencontre extraterrestre (ET), que faire ? Rencontrer un étranger dans votre jardin est alarmant et nécessite une réponse rapide. La réponse mesurée de l’humanité serait d’en savoir plus sur le visiteur extraterrestre, car le contexte pourrait être surprenant.

L’expérience apportera certainement de nouvelles perspectives à la perception de notre voisinage cosmique et de nos futures aspirations pour l’espace. Lentement, la réalisation révolutionnaire s’imposera : plutôt que de regarder les étoiles de loin, quelque chose de là-bas est venu nous rendre visite ici.

Il serait prudent de collecter passivement autant d’informations que possible sur le visiteur avant de s’engager avec lui. Nous devrons comprendre son intention, avoir une idée de l’information qu’il recherche et décoder ses gestes ou ses signaux.


Si le visiteur n’est qu’un déchet spatial disparu, comme le sera notre vaisseau spatial actuel dans un milliard d’années, nous pourrions savoir d’où il vient en l’étudiant en laboratoire. C’est ce que le projet Galileo prévoit de faire avec les fragments du premier météore interstellaire de 2014 après qu’une expédition dédiée les récupérera du fond de l’océan près de la Papouasie-Nouvelle-Guinée en 2023.

Mais le visiteur peut posséder une intelligence artificielle (IA), auquel cas la tâche d’interprétation sera mieux gérée par des psychologues, des linguistes, des philosophes, des décrypteurs et des scientifiques de l’IA, qui sont formés pour interpréter les signaux intelligents. L’ensemble d’experts le plus approprié dépendra de la nature et du comportement du visiteur.

Les bureaucrates ou les universitaires traditionnels soutiendraient toujours que nous devons établir un grand comité avant toute rencontre qui composera un manuel épais « ET Encounter », décrivant différents scénarios et comment agir dans chacun d’eux. Cette approche est erronée car un tel comité n’a aucune base empirique pour fonder ses attentes.


L’imagination des membres du comité peut ne pas saisir la vraie nature de la vraie rencontre ET, parce que nous n’avions pas une telle expérience dans le passé. Toute rencontre est un dialogue ; nous devons collecter des données sur le visiteur avant de pouvoir envisager quoi faire en réponse. Pour cette expérience inédite et conséquente, le consensus compromis du comité n’est peut-être pas le geste le plus sage, car on dit souvent qu’« un chameau est un cheval conçu par un comité ».

En parlant de chevaux, il est important de s’assurer que nous n’avons pas affaire à un cheval de Troie qui masque sa véritable intention. Il est peu probable que nous rencontrions des créatures biologiques car le voyage requis à travers l’espace interstellaire est long – prenant des millions à des milliards d’années, et dangereux – en raison du bombardement par des particules énergétiques, de la poussière et des radiations à haute énergie. Au lieu de cela, nous sommes susceptibles de confronter l’équipement technologique à l’IA, et nous ferions mieux d’utiliser nos meilleurs algorithmes d’IA pour l’interpréter. Paraphrasant l’aphorisme des comités : « une voiture autonome est un chauffeur privé conçu par l’IA ».

Je ne suis pas inquiet de la menace d’un visiteur ET. Nos technologies modernes n’ont été développées qu’au cours du siècle dernier, une infime fraction des milliards d’années par lesquelles les civilisations technologiques ET proches des étoiles plus anciennes nous ont précédés. Ils ont eu tout le temps de décimer la vie sur Terre bien avant notre arrivée sur les lieux. Au lieu de cela, la rencontre pourrait être une excellente occasion d’apprentissage pour nous, à travers laquelle nous pouvons avoir un aperçu de notre avenir technologique. Ce serait un moment pédagogique pour apprécier tout ce qu’il faut apprendre pour entrer dans le club des civilisations interstellaires.

Lors d’une interview télévisée à ce sujet hier soir, l’animatrice Lisa Kennedy Montgomery m’a demandé :


« Aimeriez-vous être le type chargé de décider quoi faire en cas d’arrivée ? », ce à quoi j’ai répondu : « Je serais ravi d’être impliqué… mais si jamais nous avons besoin de communiquer avec un gadget extraterrestre, je préférerais laisser une femme s’occuper de cette tâche délicate, car les femmes ont de meilleures capacités de communication.

A PROPOS DE L’AUTEUR


Avi Loeb est à la tête du projet Galileo, directeur fondateur de l’Université de Harvard – Black Hole Initiative, directeur de l’Institut de théorie et de calcul du Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics et ancien président du département d’astronomie de l’Université de Harvard (2011 –2020). Il préside le conseil consultatif du projet Breakthrough Starshot et est un ancien membre du Conseil consultatif du président sur la science et la technologie et un ancien président du Conseil de physique et d’astronomie des académies nationales. Il est l’auteur à succès de « Extraterrestre : le premier signe de vie intelligente au-delà de la Terre » et co-auteur du manuel « La vie dans le cosmos », tous deux publiés en 2021. Son nouveau livre, intitulé « Interstellar », dont la publication est prévue en août 2023.

(Vu 83 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire