Suite à l’article : Message à l’humanité du contacté Ricardo Gonzalez

Message à l’humanité du contacté Ricardo Gonzalez

Mont Shasta, Californie, 26 août 2012


Résumé
Ricardo Gonzalez a eu une expérience de contact extraterrestre le 26 août 2012 à Mt Shasta, en Californie. Avant le contact, un grand groupe d’environ 55 personnes a eu une observation physique d’un véhicule qui ne semblait pas être un avion ou un satellite. Le contact physique de Ricardo en 2012 a eu lieu après que le grand groupe ait terminé l’atelier le matin du 26 août. Ricardo a reçu une demande psychographique (écriture automatique) pour retourner au camping et, au total, un groupe de 13 individus a de nouveau eu une observation de ce qui semblait être un véhicule extraterrestre. Il s’agissait d’une autre observation « programmée » à une heure précise (21 heures) que Ricardo avait indiquée à quelques personnes auparavant afin qu’elles puissent se préparer. Ricardo a reçu une autre demande psychographique de s’enfoncer plus profondément dans la forêt par lui-même. Le véhicule a projeté un rayon de lumière ou une boule de plasma qui l’a transporté dans un véhicule spatial pendant environ une heure et demie. Lorsqu’il est revenu, il semblait que seulement 15 minutes s’étaient écoulées.

L’invitation au contact

Les 22, 23 et 24 janvier 2010, j’ai participé à une sortie nationale avec les groupes [contact] du Paraguay. Le lieu choisi était la chaîne de montagnes Ybytiruzu, située à 18 km à l’est de la ville de Villarrica. Au cours d’une séance de méditation que nous avons tenue devant les symboles du mur de pierre d’Ita Letra – un endroit qui me rappelle le rocher de Pusharo à Paititi – j’ai reçu un message des guides m’invitant à un contact physique. L’expérience, selon la brève communication, aurait lieu le 8 août dans le désert de Chilca.

J’étais très excité et j’ai immédiatement partagé le message avec Francisco Camacho, un ami cher et membre de longue date du groupe de contact à Asuncion. Pour traiter ce message de manière responsable, nous avons demandé aux guides (ET) une observation de confirmation. Si l’invitation était authentique, « ils » se montreraient. Et c’est ce qu’ils ont fait : à l’heure prévue, un objet brillant est apparu au-dessus de la colline pyramidale ; c’était une observation dont nous avons tous pu être témoins en même temps. Cette expérience m’a conduit à prendre cette invitation très au sérieux et j’ai décidé de me préparer pour le mois d’août.

Peu après mon voyage au Paraguay, j’ai contacté les membres de longue date des groupes – et d’ailleurs mes très bons amis – pour constituer l’équipe qui, par affinité et entente harmonieuse, m’accompagnerait à Chilca. Le groupe était composé de Ruben Astacio (République dominicaine), Isabel Cabral (Honduras), Nimer Obregon et Elard Pastor (Lima), Raymundo Collazo (USA) et Ricardo Zapata (Argentine).

Et c’est ainsi que tout a commencé.

Le 8 août 2010, alors que nous étions déjà dans le désert péruvien, nous avons reçu des communications et les Guides sont apparus ponctuellement en repérage. Mais quand le moment de l’expérience est arrivé, j’ai senti que je ne pouvais pas continuer… Que je n’étais pas prête….. Comment cela a-t-il pu m’arriver alors que je savais à l’avance l’importance de me préparer ?

Je dois dire qu’en février de cette année, j’ai traversé une situation personnelle très difficile -qui m’a beaucoup fait grandir-. Je sais que les Guides planifient tout au millimètre près, mais en 2010, je n’avais pas encore fini de traiter certaines choses. Les Guides ont toujours cru en moi, c’est pourquoi ils ont maintenu l’invitation. Néanmoins, à la fin, mon état d’esprit m’a trahi et je n’ai pas pu les rencontrer à Chilca… Les frères aînés l’ont compris et ont indiqué dans un message qu’ils attendraient que je sois prêt….. Il était évident qu’ils croyaient qu’il était très important que le contact physique ait lieu.

Après Chilca, j’ai repris la routine des allers-retours entre les voyages et la diffusion. J’étais concentré sur cela jusqu’à ce que de nouveaux messages arrivent pour me rappeler l’invitation à prendre contact et la nécessité d’être préparé. Le Mont Shasta, en août 2011, a été l’un des moments les plus importants pour vérifier si le  » rendez-vous  » était toujours d’actualité.

Le 26 février 2012, alors que j’étais à Tepoztlan, au Mexique, les Guides m’ont envoyé un message psychographique qui faisait référence aux voyages d’août et à l’invitation au contact physique. Ils continuaient à tout surveiller… Dans les dernières lignes, ils disaient : « Nous voudrions réitérer l’invitation à venir avec nous à nouveau. Si ce n’était pas important, nous ne vous le demanderions pas. Vous êtes prêts » (Oxalc).


Le 18 juillet, les guides font à nouveau référence à cette invitation dans un nouveau message que j’ai reçu à Buenos Aires :  » En août, les conditions seront réunies pour que vous puissiez vous rendre à la réunion qui est en attente. Nous le répétons. Elle aura lieu au pied du volcan endormi » (Antarel).

Au pied du volcan endormi ? me suis-je demandé. En août, tout allait prendre forme.

Lors du voyage à Sajama, j’ai eu une démonstration extraordinaire de ce que les guides annonçaient.

Dans la nuit du 6 août, au pied de la montagne sacrée des Andes boliviennes, sous les lumières des navires qui stationnaient dans la région et leurs structures entièrement illuminées, je sentis une force étrange s’emparer de moi et je m’élevai de 15 à 20 centimètres du sol. Sol, ma compagne, en a été témoin car elle était très proche de moi.

Cette nuit-là, encore secoué par ce qui s’était passé, Antarel a expliqué l’action dans un message psychographique :

Nous t’avons donné une preuve en te soulevant du sol. C’est pour que tu te prépares, que tu te responsabilises et que tu prennes conscience des invitations en cours ; les conditions sont réunies pour des rencontres directes avec nous au mois d’août (Antarel).

Après avoir partagé ce message, Luis Fernando Mostajo, mon ami et frère de Bolivie, m’a confié que lors de l’observation dont nous avons été témoins le 4 août près du pic Illimani, il avait reçu une invitation mentale des Guides à vivre une rencontre. C’était étrange étant donné que lorsque la lumière intense est apparue au coucher du soleil sur l’Illimani – que, bien malheureusement, nous n’avons pas pu photographier de la meilleure façon malgré leur long voyage – plusieurs d’entre nous qui étaient sur la montagne à ce moment-là avaient reçu différents messages de nature personnelle comme si les grands frères nous donnaient des indications.

Nous en avons discuté avec le groupe qui s’est rendu à Sajama et j’ai rappelé aux participants que les guides, dans leur communication, avaient fait référence à une « fenêtre », un espace de temps entre le 21 juin et le 21 septembre qui serait « propice » aux expériences de contact. C’était un cadre idéal pour sceller les invitations en attente. C’était une invitation pour tout le monde.

Le message auquel je faisais référence était le même que celui que j’avais reçu à Buenos Aires le 18 juillet – qui faisait allusion à un contact qui aurait lieu  » au pied du volcan endormi « . L’un des paragraphes de cette communication disait ce qui suit (référence textuelle) :

Vous devez savoir que pendant la période allant du solstice de juin à l’équinoxe de septembre, un moment « fenêtre » a été ouvert et qu’il crée les meilleures conditions pour des expériences de contact avec nous et avec la Fraternité Blanche. C’est ainsi que nous l’avons estimé. Par conséquent, soyez prêts. (Antarel)

Les coordonnées pour le contact ont fini de prendre forme le 7 août après que j’ai photographié un navire venant vers Sajama. Ruben Astacio l’a également documenté avec son appareil photo quelques instants plus tard. Immédiatement, nous avons commencé le travail de connexion qui nous a permis de recevoir un message psychographique que j’ai inclus, mais pas dans sa forme complète, dans le rapport sur notre voyage à Sajama. Nous avons procédé ainsi car nous voulions traiter discrètement l’invitation des Guides.

Dans le message que j’ai psychographié, indiquait que je pourrais vivre la rencontre sur le Mont Shasta, où j’avais déjà programmé une sortie-atelier pour les 24-26 août [2012]. Ce qui est curieux, c’est qu’à ce moment-là, je sentais que Luis Fernando pouvait affermir son invitation pour les mêmes dates à l’endroit où il avait reçu son message : lllimani.

Je dois souligner que la communication que j’ai reçue à Sajama annonçait que les Guides seraient présents le 8 août à 19h00, au pied du volcan. Cela s’est passé exactement comme cela avait été décrit et c’était évident pour tout le groupe. Si tout cela était si important – sans aucun doute – nous devions travailler en équipe pour voir si, par un effort collectif, nous pouvions obtenir un contact direct à ces dates.

Aujourd’hui, en écrivant ce texte, je me rappelle avec une grande joie que nous y sommes parvenus grâce au soutien de tous.

S’il est vrai que je n’ai pas annoncé publiquement l’invitation au contact que les guides avaient lancée – pour éviter de générer des attentes excessives qui pourraient affecter l’expérience au niveau énergétique – je dois dire que j’ai parlé en privé avec différents groupes dans divers pays tels que l’Espagne, les États-Unis, le Mexique, le Salvador, le Honduras et la République dominicaine, l’Argentine, le Pérou, le Chili, le Paraguay, la Bolivie et quelques autres afin qu’ils puissent apporter leur soutien à distance. Le temps nous a appris que lorsque nous sommes tous concentrés sur le même objectif, les contacts prévus se déroulent avec l’intensité prévue. Pour cette raison, le soutien était très important.

Mont Shasta

Le Sajama est un volcan en sommeil. Mais le [Mont] Shasta l’est aussi. Peut-être les Guides faisaient-ils dès le départ référence à la montagne mythique du nord de la Californie. Il est sans doute curieux que ce soit sur le Shasta, il y a plus de 10 ans, que j’ai reçu la confirmation du contact physique en 2001. Cette expérience m’a permis, pour la première fois et dans un état de conscience complet, d’entrer dans un vaisseau et d’accompagner les Guides dans un voyage vers leurs bases orbitales (Rapport Celea).

Shasta est une montagne magique qui vous captive. Elle est célèbre dans le monde entier pour l’histoire qui la relie à la base intra-terre qui a été plus que probablement construite par les survivants de Mu (dans l’océan Pacifique bien que certains auteurs la confondent avec la Lémurie dans l’océan Indien). Dans le cercle new age de Californie, la mystérieuse cité interne est connue sous le nom de « Telos ». Ce nom est le plus fréquemment utilisé pour désigner le centre souterrain. Le principal diffuseur de Telos est la canalisatrice canadienne Aurelia Loise Jones, qui prétend avoir établi un contact avec le « Conseil de Lumière des 12 Enseignants Ascensionnés » qui opère dans la cinquième dimension sous le massif de Shasta.

Au-delà des channelings controversés qui parlent de la vie et des coutumes des supposés habitants de Telos – dont certains, à mon avis, ont donné une connotation trop « religieuse » à la montagne – deux choses sont certaines.

Le Mont Shasta est un endroit très spécial et une base souterraine/interdimensionnelle y existe bel et bien.

Au pied de la montagne magique, nous avons réuni 55 personnes de différents pays, dont la majorité résidait aux États-Unis et au Mexique. Bien que l’idée était de mener un atelier de rencontre, beaucoup des personnes présentes faisaient partie de groupes de contact. Cela nous a permis de nous synchroniser très rapidement avec le lieu.

Dès mon arrivée à Shasta, dans la nuit du vendredi 24, les Guides ont commencé à se manifester. La première chose que j’ai faite juste après être sorti du camion de mon ami Raul Dominguez (Raul est le coordinateur du groupe depuis San Francisco) a été de me diriger vers le centre du niveau du sol que nous avions choisi pour établir le camp, qui était un endroit connu sous le nom de « Sand Flat ». Sol est venu avec moi.

À ce moment-là, j’ai essayé de contacter les guides. Je voulais juste savoir qu’ils étaient là….. Puis un objet brillant est apparu dans le ciel. Il était de couleur orange et lumineux. Puis il a disparu au milieu de cette nuit claire avec un croissant de lune (avec 70% de luminosité). Nous avons demandé s’ils allaient se montrer à nouveau et à ce moment précis, une sonde (canepla) se déplaçant rapidement et volant à basse altitude est apparue, raclant presque la cime des pins. C’était extraordinaire.

Lorsque nous sommes revenus avec le groupe, Carlos Federico du Mexique et Mary Fajardo de Colombie m’ont signalé que d’étranges « flashs » d’énergie apparaissaient dans le ciel. J’ai également pu voir ces lumières brillantes – qui étaient similaires à celles que nous avions vues à Chilca. Après cela, j’ai senti qu’un vaisseau était garé au-dessus de nos têtes, ce qui est la même chose que ce qui m’était arrivé à la montagne Sajama. Sans réfléchir, j’ai sorti mon appareil photo numérique, qui a un zoom optique de 42x, et j’ai pu capturer la lumière pulsée qui était en mouvement et qui variait du blanc au bleu. J’ai pris plusieurs photos en veillant à maintenir l’appareil stable. Sur les images, on peut voir comment l’objet se déplace comme s’il dessinait des « symboles ». Les étoiles dans le ciel semblent être fixées comme référence pour son mouvement. Et c’est ainsi que la montagne nous a reçus…

Plus tard, « ils » sont apparus à nouveau et à cette occasion, nous avons interagi avec un de leurs vaisseaux, qui se trouvait très haut sur le méridien. Le vaisseau s’illuminait plus intensément chaque fois que nous dirigions notre lampe halogène dans cette direction. Je savais que, malgré ma préférence, toutes les personnes présentes (plus de 50 personnes) ne pourraient pas être informées de l’invitation. J’ai trouvé cela difficile étant donné que de nombreuses personnes qui m’étaient proches étaient très préparées et j’aurais aimé qu’elles soient témoins de la démarche de nos frères aînés. Cependant, je devais être responsable et ne pas risquer cette nouvelle opportunité de vivre une rencontre avec les Guides.

Ainsi, je n’ai inclus que Raul Dominguez et sa femme Lorena, tous deux de San Francisco ; Alma Reyes, Suyapa et Luis Ochoa, de Napa Valley ; Mary Fajardo et Carlos Federico, qui appartiennent au groupe de South San Francisco. Sol et moi avons complété le groupe qui, par la suite, en raison des « synchronicités » de la vie, s’est élargi à quatre autres personnes.

Nous avons vécu des moments très particuliers de méditation, de partage et de ressenti les 25 et 26 août (jusqu’à la mi-journée, lorsque notre sortie s’est terminée). Comme je l’ai déjà dit : Shasta est captivant. J’aime ses forêts de pins et la silhouette de sa montagne silencieuse, qui s’élève au-dessus de ces grands arbres comme un gardien surnaturel.

Comme toujours lors de nos voyages de camping, certains ont vécu dans ces bois des expériences personnelles qui parlent et enseignent, comme ce fut le cas de Carlos Federico et Raul Dominguez. Les bois vous aident à emprunter le chemin de la vérité, comme s’il s’agissait d’un puissant chaman. Beaucoup ont fait l’expérience de phénomènes lumineux au cours de leurs promenades ainsi que d’orbes, d’observations et d’énergies de tous types.

La nuit du 25 à Shasta, j’ai reçu un message mental d’Antarel qui était accompagné d’une observation. Mon vieil ami extraterrestre m’a confirmé que le dimanche 26, à 21 heures, ils se montreraient et qu’ensuite, je les rencontrerais. Sans plus attendre, j’ai partagé cette information avec le groupe qui était au courant de l’invitation. Nous devions être concentrés sur ce qui allait arriver.

Le 26 à la mi-journée, nous avons terminé notre sortie de groupe par un travail de connexion entre Sajama et Shasta, quelque chose que Luis Fernando et moi avions déjà reçu à Tomarapi, et que Carlos Federico a confirmé sur la montagne. Il était impressionnant que pendant cet effort, un vent intense soit apparu et ait créé des tourbillons dans l’air, tout comme cela s’était produit à Sajama….. Beaucoup d’entre nous ont eu l’impression que le « vent » de Shasta était poussé par quelque chose d' »invisible ». C’est aussi ce qui est arrivé à ceux d’entre nous qui avaient voyagé dans le Gobi en 2007….. Ce n’était pas un vent normal…..

C’est à ce moment-là que Francisco Huerta, qui vient du Mexique (il vit en Californie depuis de nombreuses années et est membre des groupes de contact), a fait remarquer qu’un gros nuage planait au-dessus de la montagne depuis ce matin-là, ce qui avait également été le cas à Sajama le 8 août….. Ce qui est étrange, c’est que ce nuage n’a été présent que pendant quelques heures – c’était le seul nuage dans un ciel bleu et clair – et qu’il a ensuite disparu sans laisser de trace. Il n’y avait ni vapeur d’eau ni cendres sur le volcan en sommeil. Le Shasta est célèbre dans le monde entier pour ce phénomène, qui semble indiquer que l’endroit abrite une sorte d’activité énergétique. Ceux qui étudient le Shasta disent que la montagne détient le record mondial de formation de « nuages lenticulaires ».

Après cela, nous avons levé le camp et sommes montés sur la montagne par la route qui serpente autour du point de vue, qui n’était qu’à 10 minutes en voiture. Le paysage qui est visible depuis cet endroit est extraordinaire. Nous y avons eu une nouvelle observation, en plein jour. Elle fut courte mais convaincante au point de rappeler les vieux films réalisés par Billy Meier en Suisse. Sol, Aleyda Galeano (Colombie) et George Melendez (Salvador) et moi-même avons vu une sorte de disque blanc, rond et aplati, qui reflétait le Soleil. Nous étions si excités que nous avons essayé de le filmer et de le photographier. Mais c’était impossible…… Il n’apparaissait pas dans la caméra ! Nous pouvions le voir mais il n’apparaissait littéralement pas sur la caméra. Malgré cela, j’ai continué à filmer et la seule chose que j’ai pu voir sur la vidéo était le magnifique ciel que nous avions vu ce jour-là….. C’était comme si l’objet s’était rendu invisible à notre technologie mais nous avait néanmoins permis de le voir pendant quelques instants fugaces. J’ai senti qu’ils avaient fait cela comme une « démonstration…. ». Le disque a « disparu » comme un rien dans le ciel. À ce moment-là, j’ai su que le contact serait définitivement établi…

A l’intérieur du vaisseau et rencontre avec Antarel à nouveau

Nous sommes revenus à Sand Flat à 19 heures. L’endroit avait changé. On aurait dit qu’il était chargé d’une énergie pénétrante. J’ai senti que c’était le fruit du travail du groupe pendant plusieurs jours de méditation, mais j’ai aussi senti que la montagne s’était « illuminée ». A cet endroit, nous avons retrouvé Francisco Huerta, Alberto Arreola (tous deux du Mexique), Maria Pascuala (Salvador) et Emilio Salazar (Mexique). Ils avaient estimé qu’ils devaient rester malgré le fait qu’ils n’étaient pas au courant de mon invitation, bien que « Pascuala » – comme nous l’appelons affectueusement – ait confié plus tard qu’elle « savait » que le contact serait établi cette nuit-là, ce qui est la raison pour laquelle elle voulait passer un peu plus de temps à Shasta. Le groupe a donc fini par compter 13 personnes.

À ce moment-là, je leur ai rappelé ce qui pouvait arriver : à 21 heures, j’avais un rendez-vous [programmé] avec les Guides pour un contact physique. Nous devions être unis et contrôler nos nerfs face à toute manifestation. Et nous étions seuls au milieu de la montagne. La présence que l’on pouvait y ressentir était impressionnante….. Tout était différent.

Nous avons convenu d’utiliser des mantras pour travailler sur nos pratiques de méditation et d’élévation d’énergie à partir de 20 heures. Bien sûr, le contact se produirait indépendamment du fait que nous fassions ces choses, étant donné que nous avions affaire à une expérience qui avait été programmée par les Guides. Mais au fil des années, nous avions appris qu’il est important de maintenir un état de connexion pour gérer des engagements importants, surtout s’il s’agit d’un groupe hétérogène de personnes qui doivent être en phase et vibrer le plus haut possible. Nous y sommes parvenus sans difficulté : le groupe était très uni, concentré et calme. Raul Dominguez a dirigé le travail de préparation. Et au milieu de ce processus, j’ai reçu le message psychographique suivant :

Oui, nous sommes proches. Vous avez fait un travail important sur la montagne. Tu t’es interconnecté avec le réseau énergétique qui relie les centres de pouvoir (en référence à Sajama et Shasta). Frère, nous allons nous rapprocher. Soyez tous attentifs à nos signes : Ce sera entre 21h00 et 21h30 et avec le signe vous irez à l’endroit de la clairière dont nous vous avons parlé auparavant.

Nous sommes ici. Cela dépend de vous.

Avec amour,

Antarel

Après le message, j’ai fermé le cahier et continué à travailler avec le groupe. J’ai regardé ma montre : il était 20 h 50. Dans 10 minutes, tout allait commencer…..

Je me suis sentie très émotif à ce sujet, tout comme je l’étais à Chilca il y a 11 ans. J’ai perçu qu’Antarel et les Guides étaient proches. Je les ai « visualisés » en train de s’approcher. J’étais remplie d’une émotion indescriptible à l’idée de les revoir. Mais je dois dire que j’étais également nerveux. Tout était très intense et de nombreux souvenirs d’expériences passées m’ont étreint à cet instant. C’était comme si je vivais tout à nouveau. J’ai essayé de me calmer et je pense que j’ai largement réussi. Une sensation de sécurité et de décision s’est emparée de moi à ce moment-là.

J’ai regardé ma montre : il était 20 h 59. Je ne l’ai pas quittée des yeux….. Je me suis demandé s’ils seraient ponctuels cette fois-ci. Tous les membres du groupe connaissaient l’heure du rendez-vous. Je leur avais déjà dit. Et s’ils ne se présentaient pas ? Comment tout cela affecterait-il le groupe ? Et sur moi ? Dans le message, ils m’avaient dit qu’ils étaient là et que tout dépendait de moi… Je me suis dit : « Ricardo, veux-tu revivre tout cela, et tout ce que cela implique, une fois de plus ? Tu es vraiment sûr ? »

Cette minute restante m’a semblé une éternité, tout comme les autres moments que j’ai vécus dans cette expérience de contact… Mais j’ai décidé que oui, je voulais le faire……. Et juste au moment où l’horloge a sonné 21h00, je me suis levé lentement, et j’ai dirigé mes yeux vers le ciel…. et ils étaient là… Dans un ciel clair, avec une lune brillante qui ne laissait filtrer que quelques étoiles, c’était comme la lumière du jour. Le clair de lune a projeté nos ombres sur le sol, et un bel objet brillant, de grande taille et d’une couleur jaune-orange intense, est apparu, volant à basse altitude et se déplaçant lentement en silence, comme s’il tournait autour de la zone où se trouvait notre groupe. C’était une observation solide.

J’ai alerté le groupe de la présence du vaisseau. Et en regardant l’objet, mes compagnons ont dit avec beaucoup d’excitation : Il est 21 heures ! Alors qu’ils vérifiaient leurs montres au milieu du brouhaha. C’était le signe des guides. Ils avaient tout fait comme ils l’avaient dit. Sans trop y penser, je me suis levé et j’ai dit au revoir au groupe pour aller à la clairière dans les bois.

Le groupe était initialement si excité par l’apparition qu’ils se sont tous levés et ont essayé de filmer, sans succès, le bateau au-dessus de Sand Flat. Malgré la clarté de l’observation, personne n’a pu prendre une photo de l’objet, ce qui est exactement ce qui nous est arrivé lorsque nous nous sommes rendus au point de vue sur la montagne. Ensuite, Suyapa Ochoa, qui est originaire de Napa Valley, a proposé de reprendre le travail de soutien pendant que je me rendais au contact. Le groupe a repris ses efforts avec une telle force que je pouvais le sentir pendant ma marche.

Alors que je m’approchais du point de contact, que les guides avaient précédemment révélé lors d’une expérience personnelle, je pouvais entendre les chants du groupe à distance et percevoir également le soutien de nombreux amis qui étaient au courant de cette invitation. Je ne me suis pas sentie seule une seule seconde. Mais, malgré cela, lorsque je suis arrivé au point désigné pour l’expérience et que j’ai « respiré » la présence retentissante des Guides dans les bois, je suis devenu un peu nerveux. Bien que je les aie déjà vus lors d’autres rencontres physiques, l’énergie qu’ils mobilisent est écrasante. De plus, le fait de savoir que j’allais monter à l’intérieur d’un de leurs vaisseaux me remplissait à nouveau de sensations indescriptibles. Je me suis demandé pourquoi cela ne se passait pas à travers un « xendra » [un portail dimensionnel].

Un deuxième vaisseau lumineux est apparu dans le ciel au-dessus du bois où je me trouvais. Il m’a survolé et semblait se diriger vers le groupe. Mais quelque chose a brisé ma concentration. Quelque chose que je n’avais pas prévu : J’ai entendu des enfants jouer à proximité ; ils semblaient rire….. J’ai pensé : « Ce n’est pas possible, il y a des gens qui campent ici… »


Les voix venaient de la clairière vers laquelle je me dirigeais… Déconcerté, j’ai continué à m’approcher de l’endroit… Et j’ai trouvé un groupe de 5 ou 6 enfants, dont une petite fille blonde. Tous étaient de très jeunes enfants et ils jouaient et couraient dans la zone. Ils avaient environ 7 ans et semblaient être des enfants américains. À ce moment-là, j’ai oublié le contact et j’ai pensé : « Où sont leurs parents ? » Que se passait-il ?

Je me sentais hypnotisé alors que je marchais vers eux. Ils ne semblaient pas gênés par ma présence. Puis ils ont couru vers moi et ont joint leurs mains pour former un cercle autour de moi. Cela semblait « réel », mais au moment où ils ont commencé à tourner autour de moi – alors que je regardais avec surprise – un flash intense, comme un blanc très brillant, est apparu de tous les côtés et j’ai été obligé de fermer les yeux alors qu’une force puissante me « tirait vers le haut », à une vitesse vertigineuse, vers le ciel…. tout comme j’en avais fait l’expérience à Chilca en 2001.

Tout à coup, je me suis retrouvé dans une grande pièce circulaire. J’ai dû attendre un peu avant de pouvoir la voir entièrement, car je voyais encore le « flash » de lumière dans mes yeux. Je pouvais seulement voir qu’elle était de forme circulaire et je percevais qu’un silence intense remplissait la pièce. Et devant moi, je pouvais voir les silhouettes de deux personnes…..

Malgré tout, j’étais plus ou moins calme et j’essayais de m’imprégner de la situation. Au fur et à mesure que mes yeux s’habituaient à la pièce, je pouvais voir qu’elle avait un diamètre d’environ 25 mètres (83 pieds) et qu’il y avait une grande porte ovale qui était « ouverte » dans le mur circulaire. Et Anitac et Antarel se tenaient des deux côtés de la porte. Anitac se tenait à ma gauche en souriant. Elle tenait un cube métallique noir – qui me rappelait un objet similaire que j’avais vu dans le contact à Chilca !

Le Guide extraterrestre était habillé d’une combinaison argentée mais ses mains et son visage étaient découverts. C’est une femme qui semble avoir environ 40 ans. Elle a des cheveux blonds très clairs et une « taille moyenne » – je dirais un peu plus de 1,70 m (5′ 6″). Ce n’était pas le cas d’Antarel… L’extraterrestre géant, qui était à ma droite et plus près de moi, mesurait environ 2,70 m (8′ 8″). Sa peau était très blanche et sa carrure était athlétique. Leurs corps sont assez « parfaits ». Mais cela n’est pas dû à un entraînement spécial. Ils sont comme ça pour des raisons génétiques. Et ils sont comme une vision « perfectionnée » d’un être humain mais plus stylisée. Antarel était également vêtu d’une combinaison métallique semblable à celle d’Anitac. Ses cheveux blancs étaient si longs, si raides et si brillants qu’ils semblaient « artificiels », parfaits et propres. Ses yeux couleur miel, qui étaient aussi humains que les nôtres, irradiaient quelque chose de familier pour moi. Quelque chose qui me donnait l’impression de faire partie d’eux.

Bienvenue une fois de plus – m’a-t-il dit par télépathie en souriant .

« Vous avez fait cette chose avec les enfants ». Je leur ai dit.

« N’oubliez pas que nous sommes des médecins mentaux » a répondu Antarel ; « nous pouvons générer des hologrammes très réels pour vous. Nous l’avons fait pour que vous vous détendiez avant de monter. » « Et comment puis-je savoir que je ne suis pas dans un autre hologramme ? ».

J’ai répondu, bien que je « savais » que j’étais là avec eux. Antarel a souri tendrement et s’est approché de moi, ce qui a fait trembler tout mon corps….Il a porté sa main gauche à ma poitrine et l’a touchée durement avec son index et son majeur géants tout en me regardant dans les yeux a dit dans un espagnol parfait :

« Ri.cardo. Nous sommes toujours avec toi… Je suis ton ami, ton frère… »

Je ne sais pas comment décrire cela….. C’était l’un des moments les plus intenses de l’expérience. Jamais auparavant je n’avais entendu les Guides « parler ». Je savais qu’ils pouvaient apprendre nos langues mais ils avaient toujours utilisé la communication télépathique lors des rencontres. Parler dans ma langue, et m’appeler par mon nom « humain » tout en touchant ma poitrine…. est l’un des plus merveilleux cadeaux que j’ai jamais reçu…

« Vous êtes ici physiquement », a-t-il continué à parler, mais maintenant mentalement, tandis qu’il retirait doucement ses doigts de ma poitrine. « Il était important que l’expérience se déroule ainsi. Nous nous sommes connectés avec toi quand tu étais enfant. Et nous t’avons guidé vers les groupes quand tu n’étais qu’un garçon. Maintenant tu es un homme et nous sommes toujours avec toi… Cela a été le processus pour beaucoup d’entre vous. »

Ce qu’Antarel disait était vrai… Et c’était étonnant de voir que l’extraterrestre continuait à ressembler à un jeune homme d’environ 35 ans – en vérité, ils peuvent vivre des centaines de nos années – que j’avais rencontré il y a tant d’années à Chilca. Maintenant, je paraissais plus vieux que lui…

Notre temps sur Terre n’est qu’un « instant », mon frère, dit le Guide. « Nous avons une autre perception du temps et de la vie. C’est pourquoi nous comprenons tes doutes, tes questions et tes demandes. Nous aimerions t’expliquer beaucoup de choses mais tout doit être fait au bon moment pour que tu puisses assimiler l’information de la meilleure façon possible. »

« Pourquoi monter à nouveau dans un de vos vaisseaux ? Cela n’aurait-il pas pu se faire d’une autre manière ? Peut-être par les portes que vous pouvez ouvrir ? » J’ai posé ces questions à voix haute car je me sentais plus à l’aise parce que le Guide m’avait parlé en espagnol. Maintenant, ce n’était plus une conversation entre un témoin et un « extraterrestre » comme j’en avais vu auparavant. Antarel m’avait mis à l’aise et avait créé une atmosphère de confiance et de naturel malgré le fait que c’était extraordinaire pour moi d’être là.

« Il fallait que tu sois là physiquement », m’a-t-il assuré.

« Alors, les xendras ne sont pas « physiques » ? » J’exprimai cette question mentalement, entrant dans le style habituel du contact télépathique.

 » Nous savons que vous y avez réfléchi : il y a différentes portes, différents plis et différentes expériences et tous se produisent à différents niveaux selon ce que nous programmons et aussi en fonction de votre préparation. Mais même dans le cas de certaines portes dimensionnelles qui peuvent être utilisées pour transporter physiquement soit vous, soit nous si nous les traversons, l’énergie en mouvement est plus subtile et se connecte à d’autres types de forces. En d’autres termes, il s’agit d’une réalité parallèle, holographique. De ce fait, au milieu de ces expériences, vous apparaissez lumineux et vous percevez les choses différemment même si vous êtes « physiquement » là. »

« Je comprends… »

« Les xendras ont été établis dans une perspective de contact comme l’outil principal pour des rencontres rapprochées avec vous », a-t-il dit. « C’est un moyen moins traumatisant pour vous d’avoir une rencontre avec nous et en même temps nous donne un moyen de vous enseigner d’autres réalités inter-dimensionnelles qui auront un pied sur Terre dans un avenir proche. Les contacts physiques qui impliquent une relation plus étroite avec nous sont individuels. À quelques occasions, nous avons tenté des rencontres avec des groupes, mais nous les avons trouvées largement infructueuses. »

« Pourquoi ces expériences doivent-elles être individuelles ? Pourquoi trouvez-vous que les rencontres de groupe sont si difficiles à gérer ? » [J’ai dit]

 » Ceci est stipulé dans notre protocole d’intervention non directe. Notre code d’éthique avec vous, qui implique un profond respect pour votre apprentissage et votre processus sur Terre, ne nous permet pas d’avoir un impact sur des groupes d’humains lors de rencontres physiques collectives si les participants ne sont pas complètement  » alignés.  » Cela signifie que cela ne dépend pas uniquement de nous et de notre comportement de contact ; cela dépend également de votre préparation. Les expériences physiques de groupe sont dans notre agenda, mais pas en ce moment. Dans les expériences inter-dimensionnelles, en n’étant pas totalement impliqués dans le plan physique sur lequel les êtres humains basent leurs perceptions, nous trouvons plus facile de nous connecter avec les différents témoins. Nous n’affectons pas leur vie quotidienne. Les xendras ont un mécanisme d’adaptation dans vos cerveaux qui est similaire à la dynamique du rêve. C’est pourquoi ils peuvent être mieux assimilés après tout. Selon le contenu de ce que l’on veut transmettre, c’est le « véhicule » de transmission ou l’expérience programmée. »

« Est-ce pour cela que le contact devait avoir lieu ici et de cette manière ? ». [Je demandai]

« Si nous vous avions emmené à Celea ou à l’intérieur de la grotte des Tayos dans un xendra, cela aurait été différent. Il est vrai que le message sera le plus important, le contenu de l’expérience et non le phénomène qui l’entoure. Mais certaines choses arrivent de manière différente lorsque le contact est vécu dans chacune de ses étapes. Étant donné votre travail au sein du programme de contact, il était nécessaire que vous viviez les choses matériellement. Nous avons également calculé que tu pouvais gérer tout cela mentalement. »

J’ai demandé au Guide : « Quel est mon rôle dans tout ça ? » Même si j’avais l’impression de connaître la réponse.

Il répondit lentement : « Tu la connais ; ton travail depuis le début a été d’activer l’information, puis de l’organiser et de la diffuser.

J’ai dit : « Mais l’information en soi n’est pas importante. Ce n’est que de la connaissance. »

« C’est vrai », a répondu Antarel.

L’important, c’est ce que vous pouvez faire avec ces connaissances et non pas simplement rester avec les données que vous avez recueillies. La connaissance de la véritable histoire de la planète, de votre origine et du processus que vous avez entrepris en tant qu’espèce assure le passage conscient vers le Temps réel de l’Univers. Une nouvelle réalité vous attend où tout sera différent. Mais vous devez la comprendre pour assumer votre rôle oublié d’ingénieurs de la création. On attend de vous que vous vous « réveilliez » maintenant et que vous « construisiez » dans ce nouveau temps.

« J’ai des questions à ce sujet », ai-je dit.


« Nous savons », a répondu Antarel, avec un sourire très humain.

J’ai demandé :  » D’après les messages que nous avons reçus de vous, qui parlent d’une entrée  » progressive  » dans cette autre réalité, est-ce vraiment ainsi ? Le changement ne sera-t-il pas brutal ? »

 » Le Temps Réel de l’Univers est un ‘concept’ que nous vous avons transmis afin que vous puissiez comprendre la multidimensionnalité dans laquelle nous évoluons « , a répondu Antarel.

« Il existe différentes ‘réalités’ dans la Création qu’il serait impossible de vous expliquer. Mais l’important est que vous vous intégriez dans l’un de ces  » états « , ce qui aura une incidence sur la trame cosmique qui a précédé l’installation d’un temps alternatif sur Terre et l’apparition ultérieure des êtres humains. Le temps dans lequel vous évoluez, bien qu’il soit  » artificiel « , a été établi en fonction de lois supérieures. Tout dans l’Univers est ordre et symétrie. Rien ne peut être fait s’il n’est pas soutenu par le grand réseau…….

« Dans un long processus que nous avons suivi, vous avez progressivement abandonné ce temps artificiel pour vous connecter à ce que nous appelons le Temps Réel de l’Univers sur la voie d’un moment de pointe qui se produira lors du solstice du 21 décembre de cette année. L’importance de cette date est qu’elle marque le point de « non retour », assurant le chemin vers ce que nous avons toujours attendu : votre intégration à une communauté cosmique. En d’autres termes, le 21 décembre marque un moment particulier mais ne constitue pas votre accès définitif à nous. Au contraire, vous allez commencer à « entrer » en nous. Vous commencerez à vous fondre et à connaître réellement l’Univers. Vos scientifiques verront des choses qu’ils n’ont jamais vues auparavant. Ils devront corriger les anciennes théories sur le Cosmos. Avec le temps, ils découvriront vraiment ce qu’est l’espace dans lequel ils vivent…….

« Je crois que nos scientifiques perçoivent déjà tout ce que vous dites. » [J’ai dit]

« Mais ils n’ont pas tout dit. Et ils n’ont toujours pas prévu ce qui va venir », assura le Guide.

« Qu’est-ce qui va venir », ai-je demandé ?

« Le « re-dimensionnement », la connexion….. Nos scientifiques vont détecter des phénomènes inconnus, inter-dimensionnels et énergétiques qui vont vous faire tout repenser. La Terre sera à nouveau la « mère » de toutes choses. » Et votre intégration progressive à cette membrane de réalité où nous circulons vous permettra de « créer » de nouvelles possibilités dans nos mondes d’origine et même en nous en tant que créatures. Vous ouvrirez la porte. Vous tracerez le chemin. Bien que cela soit encore impossible pour beaucoup d’entre vous étant donné les injustices qui sont évidentes sur Terre. Mais comme nous l’avons déjà dit, il y a plus de lumière en vous que vous ne pouvez l’imaginer. Vous pouvez faire des choses merveilleuses. Vous êtes juste endormis…..C’est pourquoi vous devez vous souvenir….Le dernier moment de tout sera de vous souvenir…. »

« Vous confirmez donc que le passage de la Terre et l’éveil de nombreuses personnes sont sur la bonne voie ? ». [Je demande]


« Non seulement c’est sur la bonne voie. C’est fait », a dit Antarel.

« Ces dix dernières années, nous avons travaillé avec les disques solaires », ai-je poursuivi avec mes questions. « Dans vos messages, vous avez également confirmé que l’activation avait été définitive. Qu’est-ce qui vient après cela ? »

« Il a été important de se connecter avec les disques et avec les centres de pouvoir où ils sont situés, a répondu fermement Antarel. Les outils « battent » et leur énergie accompagnera la Terre pendant longtemps. La phase préliminaire de l’effort d’activation s’est définitivement terminée en août. »

« Mais Antarel », ai-je interrompu le Guide. « Pourquoi y a-t-il eu tant de contradictions concernant les informations sur les disques ? Je ne doute pas qu’ils nous aient été transmis mais des visions différentes circulent sur ce que vous m’avez révélé à Celea. »

« Nordac, » – dit mon ami géant qui m’appelle maintenant par mon nom cosmique – « l’accès à une véritable information pertinente passe par différentes étapes qui impliquent le questionnement, la confusion, la vérification, la compréhension et enfin la validation profonde. Les emplacements des disques que nous vous avons transmis sont corrects et votre travail de groupe à cet égard a été extraordinaire. Mais comme nous l’avons indiqué dans ces messages, il existe d’autres miroirs qui sont synchronisés avec le réseau que nous vous avons révélé.

A ce moment-là, je me souviens de notre sortie avec le grand groupe avant Shasta où nous avons tous médité avec les « 13 Noms » ou le Mantra des Disques Solaires.

« La chose la plus importante que vous ayez faite avec les disques, a dit Antarel, a été de recevoir leurs clés tonales et de les transmettre aux frères. Des milliers de personnes chantent cette vibration, qui maintient éveillés les disques déjà activés. Et, en outre, cela vous relie en harmonie avec les sanctuaires de la Fraternité Blanche. Le son des disques ouvre les portes du contact. Même pour nous. »

« Je comprends, répondis-je au Guide d’un air réfléchi. Mais maintenant, tu as peut-être constaté que j’ai souvent été dépassé par les contradictions. Si différentes personnes dans le monde sont connectées, pourquoi le « langage » perçu est-il différent dans chaque rapprochement que vous faites ? »

« Nous n’avons qu’un seul message, répond fermement Antarel. Ce sont les témoins qui interfèrent et contaminent ce que nous transmettons. Nous en sommes conscients et c’est un risque que nous assumons étant donné qu’avec le temps, nous attendons qu’ils s’améliorent en tant que canaux et « moyens » de nos communications. Ainsi, dans certains messages, nous sommes perçus comme étant plus « mystiques » ou plus « scientifiques ». Cela se produit parfois parce que c’est la façon dont vous décodez les expériences. En ce qui nous concerne, en réalité, nous n’avons pas ce que vous appelez une « personnalité ». Il est vrai que chacun d’entre nous a une « caractéristique » qui distingue nos corps subtils et nos expériences de vie ; que nous apprenons des choses de vous et que parfois vous pouvez nous ressentir comme étant très « humains » mais nous sommes au-delà des mirages du mental.

« Alors comment pouvons-nous éviter ces interférences ? Que suggérez-vous ? »

« Vous devez avoir une meilleure compréhension du fonctionnement de notre esprit », dit le Guide. « Vous avez déjà reçu suffisamment d’instructions pour vous entraîner à ce sujet. Il est également nécessaire que vous cultiviez le discernement et que vous continuiez à apprendre. »

« Avons-nous besoin d’apprendre davantage ? De faire des recherches ? J’ai aussi pensé que c’était le cas… Mais on pourrait penser que cela pourrait conduire à une contamination subconsciente des messages. »

« Pas si vous commencez à travailler avec votre esprit », assure Antarel. « L’apprentissage développe la capacité de votre cerveau à mettre en perspective une chaîne d’informations. Cela nous permet de parler d’autres choses. »

« Et l’amour ? Comment l’amour fait-il partie de tout ça ? » [J’ai demandé]

 » Rappelez-vous ce que vous avez appris : l’être humain est pur par nature. Et vos actions vous mettent en harmonie avec l’amour, la force la plus puissante de la création. Votre épreuve, en tant que telle, n’est pas dans l’âme, qui est une manifestation parfaite de l’amour… elle est dans votre esprit, qui peut être un grand obstacle ou un grand allié selon la façon dont il est entraîné. « 

« J’ai d’autres questions Antarel. » Je me tenais devant le Guide, essayant de dissiper tous les doutes possibles.

 » Et le rocher de Chintamani ou le  » rocher de la genèse  » comme vous l’appelez, va-t-il bientôt retourner dans l’Univers ? « .

Dans Sajama, on nous dit aussi que les 32 s’en iront, qu’est-ce que cela signifie ? Que se passera-t-il le 21 septembre ? Que se passera-t-il ensuite ? »

« La raison principale de cette rencontre est de répondre à toutes ces questions », a déclaré Antarel. « Mais nous ne le ferons pas…. Vous avez été amenés ici à la demande d’un autre. »

Alors Antarel a fait quelques pas en arrière et j’ai vu Anitac fermer les yeux en posant le cube métallique noir sur sa poitrine, le tenant dans sa main droite tout en plaçant sa main gauche dessus. Le cube est devenu « transparent » et une « distorsion » est apparue devant moi et a capté toute mon attention : une sorte de bulle, comme de l’eau, était en train de se « gonfler » dans la pièce jusqu’à atteindre, selon mon estimation, un peu plus d’un mètre de diamètre.

J’ai vu des images très claires à travers cette sorte de « fenêtre de plasma » qui m’a permis de distinguer faiblement la silhouette d’Antarel à travers elle. Je pouvais reconnaître une montagne que je n’avais jamais visitée mais qui m’était familière en raison d’une expérience dans le désert de Gobi. C’était le Belukha…

Plus tard, j’ai vu une sorte de « hangar », dont les murs latéraux étaient parsemés d’urnes en cristal et au milieu, à l’extrémité, il y avait une grande chaise faite de roche. Il s’agissait de la même enceinte que j’avais vue dans le Gobi après une projection sur le vaisseau des 32 enseignants extraterrestres qui ont fondé la Fraternité Blanche.

L’image suivante était un visage qui commençait à prendre forme. C’était le visage d’un vieil homme imposant, aux traits nordiques et aux cheveux blancs fins. Je l’avais déjà vu lors de la même expérience dans le Gobi. Mais cette fois, ses yeux étaient ouverts et je pouvais voir qu’il avait de beaux yeux bleus……

« Emuriel… » J’ai dit, en tremblant.

« Les temps que nous t’avons annoncés sont très proches », a-t-il dit lentement. J’écoutais sa voix puissante mentalement dans ma tête. « Notre transformation est imminente et avec elle, nos désirs s’accomplissent. »

« Vous allez… revenir… comme les messages le disaient… », ai-je dit. Je tremblais et me sentais écrasé par la situation.

« Nous ne partons pas dans le sens littéral avec lequel vous comprenez un départ. Nous avons des responsabilités envers la Fraternité Blanche de la Terre et envers vous. Nous suivrons tout de près depuis d’autres plans, mais nous ne résiderons pas dans votre monde. Cela se produira le 21 septembre…

« Oui, et cela a été possible grâce à tout ce que les êtres humains ont fait en plantant les graines de l’espoir malgré les épreuves et en prouvant que nous avions raison sur vos potentiels. Notre cycle est terminé et le vôtre commence….. »

J’ai alors vu le cristal du Sajama -qui se trouvait autrefois dans le Gobi-, le « Rocher de la Genèse » ou le « Rocher de Chintamani », qui projetait une intense et belle lumière blanc-bleu….

 » Le Rocher « ,  » l’Oracle « , qui commence à être  » lu  » par l’humanité pour écrire l’histoire de votre avenir et du nôtre ; il a commencé à muter, à trouver son sens et sa mission. C’est pourquoi vous voyez la couleur bleue voyager : c’est l’énergie de l’aura de votre monde. C’est votre énergie. C’est aussi l’énergie d’où elle vient. Cette expérience rejoint notre passé et le futur que vous représentez. C’est aussi un portail. Comprends ce que nous te montrons et partage-le avec tes frères. »

« La pierre, quand reviendra-t-elle ? » [J’ai demandé]

« Un certain temps s’écoulera mais son retour est garanti. Il transportera l’expérience humaine, l’énergie de la Terre, vers l’Univers originel, affectant la matrice, la source.

« Alors », ai-je demandé, « ce cristal est-il celui qui finira par « affecter » la création ? ».

« Vous, en tant qu’êtres vivants sur cette planète, affectez l’Univers par vos sentiments, vos pensées et vos actions. Et tout ce que vous faites en vous connectant au Temps Réel aura plus d’influence pour nous, pour tout…… Le cristal rassemble ces informations. C’est un registre. Et il fait partie des choses qui ont été programmées depuis le tout début.

 » Le 21 septembre – dit Emuriel – le Maître bien-aimé qui nous a aussi enseigné le chemin se manifestera, glorifiant nos corps et le vaisseau où nous nous trouvons. Nous serons transformés lorsque sa présence sera lumière au milieu de nous. Alors nous nous réveillerons et nous aurons accompli notre devoir sur Terre…

« Jésus… Ils parlent de Jésus… Je le savais… » J’ai dit avec excitation. « Mais comment cela va-t-il se passer ? Comment cette manifestation va-t-elle se produire ? »

 » Ce n’est pas le retour définitif qu’Il t’a annoncé « , a précisé Emuriel. « A cette date, un pli s’ouvrira qui permettra à deux réalités de se superposer, ce qui nous unira à sa présence et facilitera sa visite lumineuse dans le lieu où nous nous reposons. Il en est ainsi parce qu’Il est le chef spirituel de la Fraternité Blanche de votre monde. Le Seigneur de l’Amour, de la Vérité et du Temps.

« En ce moment, qui se produira lorsque les premières étoiles éclaireront le sud du monde, vous pourrez ressentir sa présence si vous ouvrez vos cœurs. L’endroit où vous vous trouvez n’a pas vraiment d’importance ; tout dépend si vous êtes en harmonie avec cela, où que vous soyez. Il y a plus de 2.000 ans de votre temps, il y avait des âmes qui l’ont vu et d’autres qui ne l’ont pas reconnu. La pureté du cœur, une des caractéristiques les plus distinctives de l’être humain, est ce qui vous permettra de voir et de faire. »

« Tout cela est très intense », ai-je dit avec émotion.

« Après cette expérience, a expliqué Emuriel, tu dois savoir qu’il y aura un autre pli important qui clôturera le processus, une « porte » qui s’ouvrira le 21 décembre. Après l’avoir franchie, rien ne sera plus comme avant. C’est une porte de la conscience et plus qu’un seuil inter-dimensionnel. Ce jour-là, vous devez être avec les personnes qui sont les plus importantes pour vous. Le lieu n’a que peu d’importance ; ce qui compte, c’est la personne qui vous accompagne. Cet événement commémore quelque chose d’ancien et marque un avenir nouveau, différent, construit par vos sentiments les plus profonds d’amour et de fraternité. Dans ces mots, vous trouverez la clé de ce jour.

J’ai demandé : « Il ne sera donc pas nécessaire de retourner dans le Gobi ? »

« Les énergies du monde ont trouvé leur point de convergence dans les Andes. C’est là que vous devriez commencer à vous rassembler pour ce qui est à venir. Mais certains d’entre vous retourneront dans le Gobi et dans d’autres endroits d’Asie avec d’autres objectifs. »

« Emuriel, pardonnez ma question, mais quels objectifs ? Nous devons en savoir plus pour comprendre. »

« Nordac, à un moment donné, on t’a dit que pour connaître la vérité, il fallait en faire partie. Avez-vous compris ? Veux-tu la voir ? Tu as aussi été amené ici pour cela… »

« Je suis prêt, j’ai dit. Sans imaginer ce que je verrais. Antarel et Anitac sont restés silencieux en observant mon « entretien » avec Emuriel.

Puis la bulle de plasma s’est agrandie et j’ai vu, comme dans un film, de nombreuses révélations auxquelles nous avons eu accès dans d’autres expériences, comme les anciennes visites des extraterrestres sur Terre, l’histoire du Rocher de Chintamani et son origine dans Orion, la destruction d’énormes civilisations, le processus ultérieur avec la Fraternité Blanche des Retraites Intérieures. J’ai commencé à mieux comprendre le processus ; à « tisser ensemble » ces histoires….A et le travail qui devait être fait. Mais tout était différent de la façon dont nous l’avions vécu auparavant.

J’ai passé quelques minutes à observer et à absorber les images jusqu’à ce que je voie une scène qui m’a choqué : J’ai vu le Belukha et un lieu souterrain qui n’était pas le vaisseau des 32… J’ai observé une autre enceinte, qui semblait avoir été construite à l’intérieur d’une immense cavité rocheuse dans la grande montagne de l’Altaï. Il y avait là d’autres urnes de cristal. Et à l’intérieur de celles-ci, il y avait des extraterrestres humanoïdes dans un parfait état de conservation. Ils n’étaient pas cryogénisés comme dans le cas des 32. C’étaient les vaisseaux « vides ». Pourquoi avaient-ils gardé ces corps physiques ?

« Ce sont les martyrs. » J’ai entendu la voix d’Emuriel pendant que je continuais à être « à l’intérieur » de ces images…

« Ils sont venus des étoiles il y a très longtemps et maintenant ils sont sur Terre pour vivre l’expérience humaine et aider au transit. »

« Pourquoi avez-vous gardé les corps ? » J’ai demandé avec un certain degré d’anxiété.


« C’est pour cette raison que vous allez vous rendre dans l’Altaï. Ils compléteront un autre épisode d’information. Et là, tu sauras… »

Et cette affirmation résonnait dans mon esprit tandis que je contemplais le visage d’un de ces êtres extraterrestres ; c’était un visage que j’avais envie de connaître…

Bientôt, je ne « regardais » plus à travers la bulle de plasma. C’était comme si cet « écran » avait grandi. C’était comme si j’étais à l’intérieur. Je n’étais plus dans le vaisseau des Guides !

« Que se passe-t-il ? », me suis-je demandé alors que mon coeur s’emballait. « Je suis ici Nordac. » J’ai entendu la voix d’Emuriel

Puis j’ai pris conscience de mon environnement : Je me trouvais dans un  » hangar  » ou une enceinte du vaisseau des 32 maîtres. Comment suis-je arrivé là ? Il y avait un étrange silence, encore plus pénétrant qu’à l’intérieur du vaisseau….. Je pouvais parfaitement respirer et tout voir clairement car l’endroit était bien éclairé. Je me suis dirigé vers l’urne de cristal que j’ai reconnue et dans laquelle j’ai trouvé Emuriel – « endormi » en animation suspendue.

« Dis à tout le monde qu’ils doivent être unis. Qu’ils doivent avoir confiance en leur capacité à faire tout ce qu’ils doivent faire. Tu es ici en tant que représentant de tes frères et comme cela a été le cas en d’autres occasions, le message parviendra à la personne à qui il est destiné. Ne vous inquiétez de rien. Tu n’es pas seul. Maintenant, regarde, retourne en arrière. »

Et en un instant, je me suis retrouvé au milieu du vaisseau… Antarel me regardait avec une expression de bonheur extraordinairement « humaine », tandis qu’Anitac tenait dans sa main droite le cube noir, qui avait retrouvé un état « solide ». L’expérience était terminée…..

Je ne pouvais pas le croire…. « Comment avaient-ils fait cela ? Ont-ils ouvert un portail qui faisait partie du vaisseau ? » Je me suis demandé.

« Tu n’as jamais bougé d’ici », a dit Antarel en souriant. « Tu étais là mais tu n’as pas bougé d’ici. »

« Ce n’était pas réel ? » J’ai demandé au Guide, déconcerté.

« C’était réel, Nordac. Mais tu n’as pas bougé du vaisseau, tu étais toujours avec nous. C’est ce que nous t’avions expliqué plus tôt à propos des portes dimensionnelles. »

« Cela ressemblait à un xendra », ai-je dit.

« Oui mais ce que tu as vécu était un autre type d’expérience », s’est empressé d’expliquer Antarel. « Tu comprendras plus tard… N’oubliez pas que vous êtes des êtres multidimensionnels. Nous ne faisons que précipiter artificiellement quelque chose que vous pourrez faire sans technologie à votre réveil. »  » Il est temps pour vous de rentrer, poursuivit-il. Vos frères du groupe ont été avec vous, vous soutenant. Nous avons été avec eux. »

Pour une raison quelconque, je « savais que cette expérience avait eu lieu à Shasta avec la présence de trois vaisseaux. J’étais dans l’un d’eux. Les deux autres étaient dans la région et apportaient leur soutien à tout.

« Vous savez que nous possédons aussi une base ici », a dit Antarel en marchant lentement vers moi.

« À partir de l’année prochaine, tu auras une autre période de silence concernant les contacts physiques, mon frère », a-t-il dit pensivement. Tu devrais comprendre maintenant que pour établir un contact physique avec toi, il y a une série de mécanismes indépendants de notre volonté.

« Vous allez me manquer », lui ai-je dit un peu tristement.

« Tu ne nous verras plus pendant un certain temps, mais nous continuerons à te surveiller. Nous maintiendrons la communication et vous aurez toutes les preuves de notre présence. Mais maintenant, tu dois te concentrer sur ce qui va arriver. Vous avez assez d’informations pour savoir quoi faire… Nous serons avec vous sur le lac Titicaca et aussi à Chilca, Talampaya ou partout où vous vous réunirez le 21 septembre. »

Et puis le géant d’Alpha Centauri a posé son immense main droite sur mon épaule gauche et a dit :

« Nous allons te laisser sur le sol. Ferme les yeux pour que la lumière vive ne t’abîme pas les yeux. La lumière est plus forte ici à l’intérieur. Quand tu ne sentiras plus ma main sur ton épaule, ce sera le moment. Es-tu prêt ? »

Je ne voulais pas lui dire que j’étais prêt…… Je voulais le sentir un peu plus… Pendant ce temps, Anitac, qui était silencieux pendant toute l’expérience, m’a regardé en souriant comme pour me dire au revoir…..

« Nous serons toujours avec toi », a répété Antarel une fois de plus. L’énergie de cette expérience vous accompagnera afin que vous puissiez vous souvenir de tout ce qui vous a été montré, y compris nos conversations et ce que vous avez ressenti. Après vous être reposé, car vous avez besoin d’assimiler la rencontre, écrivez-la et partagez-la. Ceux qui liront votre témoignage sur votre expérience avec nous auront l’impression d’avoir été là. Ils vivront aussi ce contact car nous leur avons tous parlé à travers vous…. »

« A bientôt, notre frère bien-aimé ».

Alors j’ai fermé les yeux et j’ai annoncé avec confiance : Je suis prêt !

Le retour

Dès qu’Antarel a retiré sa main de mon épaule, j’ai été pénétré par une lumière vive et j’ai senti un mouvement brusque me tirer vers le bas… En un instant, j’avais été déposé à Sand Flat… Je suis apparu sur mes pieds mais je n’avais pas d’équilibre et j’étais étourdi. Je me sentais terriblement désorienté… Je n’ai presque pas reconnu l’endroit. C’était comme si l’expérience à l’intérieur du vaisseau avait été « réelle » et que mon emplacement dans les bois de Shasta faisait partie d’un rêve…..

Je ne savais pas où marcher… Et il m’était difficile de marcher… Je sentais mon corps chanceler et j’avais une étrange sensation de nausée accompagnée d’un mal de tête. Cette sensation n’était que physique : émotionnellement parlant, j’étais heureux. Je me sentais pleine de lumière. J’étais heureux pour tout ce que j’avais vécu, pour le groupe, pour tout. Une énergie positive de fraternité était restée en moi après avoir été avec les Guides. J’ai entendu les mantras du groupe, que j’ai utilisés pour me guider et retourner auprès de mes compagnons.

Quand je suis arrivé, j’avais l’air différent pour eux. Beaucoup d’entre eux ne m’ont même pas reconnu. Certains pensaient même qu’un Guide s’approchait, mais que ce n’était pas moi. Quand j’étais tout près, ils ont pu m’identifier et Raul Dominguez m’a donné une grande accolade parce qu’il avait vu que j’avais un peu de mal à marcher. Tout le groupe était excité et m’a aussi serré dans ses bras. J’étais ému et je les ai remerciés pour tout le travail qu’ils avaient fait pendant que j’étais avec les guides, ce qui, d’après mes estimations, a pris environ 1 h 30. Comment cela était-il possible ? Je leur ai demandé comment cela était possible et Raul a regardé ma montre, qui indiquait 22 h 25. Puis le groupe a vérifié leurs montres et leurs téléphones portables et a constaté que leurs appareils affichaient une heure de moins.

J’étais épuisé et je me suis assis sur l’une des chaises pliantes pendant que tout le monde me racontait que le premier vaisseau que nous avons observé – qui est apparu à 21 heures – les a entourés et est resté avec eux pendant plusieurs minutes ; plus tard, un deuxième vaisseau est apparu. Il s’est déplacé dans la voûte céleste en s’immobilisant au-dessus du groupe pour l’accompagner pendant une partie de son travail. Ils ont également vu un autre objet, qui s’est déplacé dans le ciel au-dessus de moi alors que je marchais vers eux…

J’ai partagé avec eux autant que je le pouvais ce qui s’était passé. Je leur ai raconté quelques-unes des choses que les Guides avaient transmises, y compris l’entretien inter-dimensionnel avec Emuriel alors qu’il était à l’intérieur du vaisseau… Lorsque j’ai raconté avec enthousiasme le moment où Antarel a touché ma poitrine, un nouveau vaisseau est apparu derrière moi pour que tous puissent le voir. Quand Luis Ochoa (Napa Valley) a entendu mon histoire sur les « enfants » que j’avais rencontrés dans les bois avant de monter dans le vaisseau, il m’a dit que le même soir, à Shasta, il s’était endormi dans le van et avait fait l’expérience d’un détachement du corps astral dans lequel il avait vu ces mêmes enfants alors qu’un être lui disait : « Prends soin des enfants… » Tout semblait avoir été écrit.

Puis j’ai dit au groupe que notre expérience à Shasta était terminée et que nous pouvions partir. Et un dernier vaisseau est apparu ; il était très lumineux et très grand et sa lumière s’étendait sur la cime de la forêt de pins. C’était impressionnant. Il était également incroyable qu’après avoir clôturé notre session de travail par quelques mots de remerciement aux guides pour leur soutien, un autre vent « surnaturel » très fort se soit abattu sur le groupe. C’était comme si nous étions « emportés », comme si « quelque chose » générait cela depuis le ciel. C’était là pour un instant et ensuite « ça » était parti…..

Lorena Dominguez m’a fait un gros câlin avant de monter dans le van et m’a dit en me serrant contre elle : « Je veux sentir l’énergie des Guides maintenant que tu as été avec eux. » Curieusement, quelques minutes plus tard, Lorena a eu des vertiges et un léger mal de tête qui l’a empêchée d’aller travailler le lundi. Certains membres du groupe ont eu très soif cette nuit-là, comme s’ils étaient déshydratés. Peut-être était-ce une conséquence de notre exposition à des niveaux d’énergie élevés. Nous restons tous fortement affectés par ces événements. Avec avait un sentiment de paix et de lumière intérieure, de bonheur mais aussi d’engagement avec le message.

En rentrant à Fairfield, la ville où nous étions hébergés par Raul Dominguez et sa femme Lorena (à une heure de San Francisco), j’ai regardé mes e-mails et j’ai été heureux de découvrir que mon ami Luis Fernando avait vécu une belle expérience à Illimani, exactement comme on nous l’avait dit dans le Sajama. Et je sais que d’autres frères et sœurs ont également vécu des expériences importantes pendant le mois d’août « prévu ». Je sais que les Guides ont fait les choses de cette manière pour que nous puissions travailler ensemble à la résolution du puzzle. Aucune expérience n’est plus importante qu’une autre. Elles font toutes partie de quelque chose de plus grand.

Une fois de plus, je tiens à remercier ceux qui m’ont accompagné durant cette expérience inoubliable : Sol Sanfelice, Suyapa et Luis Ochoa, Alma Reyes, Lorena et Raul Dominguez, Mary Fajardo, Carlos Federico, Emilio Salazar, Maria Pascuala, Alberto Arreola et Francisco Huerta ainsi qu’aux différents groupes dans le monde avec lesquels j’ai parlé avant l’expérience afin de les informer de l’invitation des guides.

Je me suis sentie soutenue. Nous ne faisions qu’un et c’était l’accomplissement de chacun. Plus tard, j’espère pouvoir partager d’autres détails de ces retrouvailles avec les Guides. Bien que tout cela ait abouti à quelque chose de bien trop incroyable, néanmoins, ils sont proches…

Dans la lumière,

Ricardo Gonzalez

Ricardo González est né à Lima, au Pérou, le 21 avril 1974. Il est l’un des plus importants contactés d’Amérique latine et l’un des rares à aller au-delà de son témoignage en l’enrichissant de recherches complémentaires. Il a publié 11 livres sur son expérience de contact, dont plusieurs chez Ediciones Luciernaga qui appartient au Grupo Planeta. Ricardo a donné des conférences et participé à des congrès dans plus de 40 pays, dont la Suisse, l’Italie, la France, l’Espagne, le Canada, les États-Unis, le Mexique, la République dominicaine, la Colombie, le Brésil, le Chili et l’Argentine. Il est fréquemment interviewé par des émissions de radio et de télévision de renom au niveau international. En outre, il a fait des percées en dirigeant et en produisant « Enigmas » pour Channel 13 à Asunción, au Paraguay, une émission qui a remporté le prix Parana comme meilleur programme basé sur la recherche.

Ricardo a fait plusieurs fois le tour du monde, recherchant des lieux de pouvoir « impossibles » comme les pyramides du Mexique et d’Egypte, le désert de Gobi en Mongolie, la jungle du Mato Grosso au Brésil, la grotte de Tayos en Equateur ou l’énigme de « Paititi ». Il a été en contact avec des êtres extraterrestres depuis son adolescence, qu’il déclare avoir vus physiquement, seul ou accompagné d’autres personnes. Il affirme même avoir été à l’intérieur de leur vaisseau spatial. Son témoignage est reconnu non seulement par ses expériences du phénomène OVNI, mais surtout par les expéditions qu’il a entreprises pour atteindre plusieurs endroits de la planète afin d’entrer en contact avec une société de sages intra-terrestres. C’est une énigme qui, à ce jour, reste vivante dans les vieilles légendes bouddhistes qui parlent de « Shambhala ». Suite à ces expériences, il a reçu en 2001 des informations sur les 13 disques solaires de la part de la Fraternité Blanche, et les a partagées dans le monde entier, y compris des informations sur une cité perdue appelée « Kayona » et qui se trouve sous la glace du continent Antarctique. Ricardo González vit actuellement à Buenos Aires, en Argentine. 

Source

Les interview de Ricardo Gonzalez par Emery Smith pour l’émission Cosmic Disclosure



Que pensez-vous de cet article ? Inscrivez-vous et rejoignez la conversation


Merci à tous pour votre soutien.

Beaucoup d'entre vous sont avec moi, par le coeur et la pensée, et je vous transmet ma gratitude... Vous pouvez assurer la continuité de ce site de plusieurs manières... En partageant les articles que vous avez aimé... En achetant vos livres et vos produits préférés sur Amazon via ce site... En faisant un don sécurisé sur Paypal... Ou les trois en même temps... Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...


Même 1€ est important !





Tags:

0 Commentaires

Laisser une réponse

Imaginer un Nouveau Monde © Elishean 2009 - 2021

CONTACT

Vous pouvez nous envoyer un e-mail et nous vous répondrons dès que possible.

En cours d’envoi
ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

%d blogueurs aiment cette page :