En Russie, où même les informations les plus ordinaires sont parfois traitées comme secrètes par le gouvernement, il arrive souvent que les sujets officiellement « désapprouvés » soient ceux qui suscitent le plus d’intérêt de la part du public.

C’est le cas de la question des « phénomènes atmosphériques anormaux », plus connus sous le nom d’ovnis, qui a suscité l’intérêt et la curiosité du public russe au cours des trois dernières décennies, malgré une campagne officielle souvent vigoureuse visant à discréditer les observations et à décourager les recherches.


Jusqu’à récemment, on savait relativement peu de choses aux États-Unis sur l’activité des ovnis en Russie. Aujourd’hui, grâce à un récent relâchement du scepticisme officiel du gouvernement soviétique et à la disponibilité de documents jusqu’alors inaccessibles aux enquêteurs occidentaux, il est possible de rassembler pour la première fois ce qui constitue un excellent aperçu de 30 ans d’activité et d’enquête sur les ovnis en Union soviétique.

Il est important de noter qu’une grande partie des sources utilisées pour la rédaction de cet article n’étaient jusqu’à présent disponibles que sous forme de manuscrits pour un nombre relativement restreint de chercheurs aux Etats-Unis, et doivent donc être considérées comme nouvelles pour la majorité des lecteurs américains.

En Russie, l’approche du problème des OVNIs peut être décrite comme étant sobre et hautement scientifique par nature, avec peu de considération pour la publicité et le sensationnalisme. La principale différence entre ceux qui étudient les OVNIs en Union soviétique et ceux qui les étudient aux Etats-Unis est peut-être que les chercheurs soviétiques semblent plus intéressés par les faits scientifiques concrets que par le fait de passer dans les émissions « Today », « Tonight » ou « Tomorrow ».

En Russie, où l’on fait peu de choses sans tenir compte des réactions du gouvernement, la vanité professionnelle est passée après la survie professionnelle des quelques civils qui ont réussi à s’intéresser à la question des ovnis.

Alors qu’aux États-Unis, des hommes comme Donald Keyhoe sont autorisés à crier contre le secret gouvernemental et que d’autres comme George Adamski ont pu écrire des livres et faire des tournées de conférences pour promouvoir leurs affirmations bizarres, en Russie, un tel comportement est dangereux.

Il est clair que les quelques civils qui se sont imposés comme porte-parole de l’ufologie soviétique ne l’ont fait que parce qu’ils ont été suffisamment prudents et minutieux pour gagner le respect de leurs collègues scientifiques tout en parvenant à ne pas trop marcher sur les plates-bandes des sceptiques officiels.

Malgré cela, l’intérêt des Soviétiques pour les phénomènes paranormaux en général et les ovnis en particulier est resté intense au fil des ans. Une grande partie de l’intérêt soviétique pour les visites possibles de l’espace a été centrée sur le « Divo » (ou « Miracle ») de Tunguska du 30 juin 1908, lorsque quelque chose a explosé avec la force d’une bombe de 10 mégatonnes à environ 10 kilomètres au-dessus de la toundra sibérienne désolée et a déclenché des dispositifs de détection sismique dans le monde entier.

De nombreuses expéditions sur le site éloigné au cours des 70 années qui ont suivi l’événement ont permis de découvrir des faits remarquables, notamment que l’objet qui a explosé a non seulement effectué une manœuvre de changement de cap avant d’exploser, mais qu’il se déplaçait bien trop lentement pour avoir explosé à cause d’une cause autre que l’énergie interne.

D’après les preuves, il ne fait aucun doute que l’explosion était de nature atomique. Non seulement les cernes des arbres de 1908 et 1909 indiquent des niveaux accrus de carbone radioactif, mais la superficie des dommages causés par les « brûlures légères » (l’éclair au moment de l’explosion) correspond à celle attendue d’une explosion atomique bitcoin casino. Tous ces éléments, associés au fait que l’explosion n’a laissé aucun cratère d’impact, ont conduit le professeur.


Aleksei V. Zolotov, éminent physicien de l’Institut géophysique de l’Union soviétique qui a dirigé quatre expéditions sur le site de l’explosion au cours des 22 dernières années, à conclure que l’explosion de Toungouska n’était pas un accident cosmique, mais plutôt « un dispositif nucléaire compact, envoyé avec une grande précision, (et) qui a délibérément explosé au-dessus d’une zone relativement inhabitée pour nous faire savoir que nous ne sommes pas seuls dans l’espace ».

Bien que les recherches de Zolotov aient été généralement soutenues par la prestigieuse Académie des sciences soviétique, un groupe restreint mais très écouté au sein de cette organisation considère toujours l’affaire comme non résolue et s’active à démontrer que le « Miracle » était un phénomène purement naturel.

La recherche civile soviétique sur les OVNIs en général semble avoir été pratiquement inexistante jusqu’au milieu des années 1950, l’attitude dominante exprimée à la fois dans les cercles scientifiques soviétiques et dans la presse contrôlée par le gouvernement étant que les rapports américains et ouest-européens sur les soucoupes volantes n’étaient qu’une « propagande de guerre froide ».

Typique de l’attitude officielle « nichevo » (il n’y a rien à en tirer) était la suggestion désinvolte du ministre soviétique des Affaires étrangères Andrei Gromyko, à qui le New York Times demandait son avis sur les soucoupes volantes en juillet 1947, selon laquelle les soucoupes étaient en réalité des disques de lanceurs de disque soviétiques s’entraînant pour les « Jeux olympiques » (Si c’est le cas, on peut se demander s’il faut s’attendre à une autre dispute lors des prochains Jeux olympiques de Moscou).

Quoi qu’il en soit, à la fin des années 1940 et au début des années 1950, alors que des recherches officielles étaient sans aucun doute menées derrière les murs du Kremlin, des signaux gouvernementaux occasionnels indiquaient clairement que toute tentative civile d’étudier le sujet serait considérée avec une extrême désapprobation.

Résumant la situation pour ses collègues scientifiques, le professeur Boris Kukarin, astronome soviétique de premier plan, a déclaré à un journaliste étranger en 1952 que les soucoupes volantes étaient « une illusion d’optique issue d’une pure psychose de guerre » et a ajouté que ceux qui encourageaient les rapports sur de telles absurdités n’étaient rien moins que des fauteurs de guerre. Radio Moscou, en 1953, va encore plus loin. « Les soucoupes volantes, disait-elle, sont des créations de l’imagination des fauteurs de guerre occidentaux destinées à faire avaler aux contribuables des budgets militaires plus lourds. »

L’ufologie soviétique semble avoir connu ses modestes débuts en 1956, lorsque l’ingénieur Youri Aleksandrovitch Fomin, alors instructeur principal au département des dispositifs automatiques de l’Institut technologique de Moscou, s’est intéressé aux ovnis après avoir lu un certain nombre de rapports et d’articles étrangers sur le sujet. Pour autant que l’on sache, Fomin a été la première personne à commencer à recueillir des informations sur les observations en Union soviétique et à les cataloguer de manière ordonnée. Il a été rejoint en 1959 par ses collègues ingénieurs B. V. Makarov et V. M. Gulisov ; ensemble, ils ont recueilli des données, interrogé des témoins et donné des conférences discrètes sur les ovnis.

Fomin et ses associés préféraient généralement éviter le spectaculaire et privilégier les observations solides d’observateurs compétents et fiables.

Les deux cas suivants, datant de la fin des années 1950, sont typiques des dossiers de Fomin : e 9 août 1957, après-midi. Un groupe de scientifiques de l’Institut de physique atmosphérique de Moscou venait de se coucher dans leur campement près de Tsymlyansk lorsqu’ils ont été réveillés par de forts cris. En regardant hors de leurs tentes, ils ont vu un grand objet rouge en forme de disque traversant le ciel d’ouest en est en laissant une traînée ardente.

Selon le physicien L. N. Babin, qui s’exprimait au nom du groupe, le disque n’était pas une comète ou un autre type de phénomène céleste naturel. « Le disque semblait être d’une substance dure, avec un reflet argenté. Au-dessus du disque (il y avait) deux protubérances qui auraient pu être des antennes, et qui semblaient être faites des mêmes matériaux. »

4 juin 1958, 21h00 : Le Dr B. Muratov et son fils, étudiant en ingénierie à l’université de Moscou, rentraient d’une partie de pêche sur la mer d’Aral. Ils étaient près de la ville de Chimbay, Karapalpak, lorsqu’ils ont tous deux soudainement remarqué un étrange objet aérien s’approchant d’eux à basse altitude depuis le nord-est.

Pensant qu’il s’agissait d’une sorte d’avion, ils ont continué à l’observer alors qu’il passait à environ 100 mètres au-dessus d’eux.

Ce n’est qu’alors que les Muratov ont réalisé qu’il ne s’agissait pas d’un avion, mais plutôt d’un objet volant brillant, en forme de disque, d’environ 25 mètres de diamètre, qui brillait d’un côté en rouge et « émanait un son mélodieux de carillon -zing-zing-zing, presque comme une voix …. ». « À l’extrémité de ce mystérieux objet se trouvait une sorte de protubérance « qui ressemblait à une courte antenne ». Les Muratov ont estimé sa vitesse à « pas plus de 300 kilomètres (200 miles) par heure ».

Lorsqu’ils ont raconté cette étrange expérience aux pêcheurs locaux, ils ont été surpris d’apprendre qu’un objet similaire avait été vu dans la région environ deux ans auparavant.

En dépit du rapport de Fomin, le Planétarium de Moscou a maintenu à cette époque une vision très négative des OVNIs. Une lettre type était systématiquement envoyée en réponse à toutes les demandes du public sur le sujet :

« Cher camarade :

Le phénomène que vous avez observé est apparemment lié à l’une des expériences menées pour mesurer la densité de l’atmosphère à haute altitude, ou à la création d’un nuage de sodium (comme ceux qui se forment lors du vol des fusées spatiales).

La lettre était signée « V. A. Bronschtein, consultant scientifique au planétarium de Moscou », et on lui attribue la perte de nombreux rapports d’observation de qualité au cours de ces années.

Il convient de mentionner ici la distinction nette qui commença à se développer en Union soviétique à cette époque entre la recherche d’une intelligence extraterrestre et l’étude des ovnis. L’une des bizarreries les plus intéressantes de la logique soviétique est que leur intérêt et leur soutien à long terme pour le programme SETI (Search for Extraterrestrial Intelligences), qu’ils considèrent comme un sujet « digne d’une investigation scientifique plus poussée », n’a jamais été publiquement relié de quelque manière que ce soit à la question des OVNIs ou de leurs origines possibles.

Fomin et ses collègues ont été récompensés de leurs efforts modérés mais persistants le 8 janvier 1961, lorsqu’une dépêche du journal officiel du Parti communiste, la Pravda (Vérité), en réponse à un « scandale » apparemment en cours en U.R.S.S., a qualifié tous les rapports d’OVNI de « contes de fées fantastiques » et a fustigé les « conférenciers qui en ont parlé comme s’il s’agissait de faits réels ».

Quelques semaines plus tard, après qu’une dénonciation similaire ait été publiée dans l’édition du 22 janvier de Vechernaya Moskva (Le Soir de Moscou), la Société de l’Union pour la propagation des connaissances politiques et scientifiques a compris et a exclu Fomin de ses membres. Il faudra attendre près de six ans pour que la politique publique change suffisamment d’attitude pour permettre la reprise de l’étude ouverte des ovnis en Russie.

Mis à part la publication d’une édition russe du livre de l’astronome américain Donald Menzel, intitulé « On Flying Saucers », en 1962, la première lueur d’intérêt officiel pour le sujet est apparue en juin 1965, lorsqu’un colloque international s’est tenu à Moscou sur la microstructure de l’atmosphère terrestre. De façon assez surprenante, plusieurs des délégués soviétiques à cette conférence se sont montrés intéressés à discuter de la nature d’objets étranges qu’ils appelaient « échos d’anges » et qui, selon eux, avaient été observés sur les écrans radar avec une fréquence inquiétante par des scientifiques travaillant à l’Observatoire aérologique central près de Moscou.

Selon le scientifique A. Garelik, il a été déterminé que ces objets mystérieux ne pouvaient être des oiseaux, des vols d’insectes ou des graines de plantes, car ils se déplaçaient fréquemment contre le vent et apparaissaient dans des endroits où il n’y avait ni oiseaux ni insectes. D’autres membres de la conférence ont souligné que des objets similaires avaient été détectés sur des écrans aux États-Unis, en Australie, en Inde et au Japon.


En 1967, il était évident qu’un assouplissement de la politique relative à l’étude des ovnis était en préparation. C’est ce que signale un article intitulé « Les OVNIs, que sont-ils ? » paru dans le numéro du 7 février 1967 du magazine soviétique pour jeunes Cmena (Change). L’article a été écrit par le professeur Felix Y. Ziegel, professeur de cosmonautique au prestigieux Institut d’aviation de Moscou, et un homme au parcours scientifique exceptionnel. Il s’est avéré que le Dr Ziegel s’intéressait à la question des ovnis depuis 1955, mais qu’il avait gardé un profil bas sur le sujet. En effet, Ziegel n’avait vu que récemment la publication de son livre Ufe in the Cosmos (1966), qui traitait de la question du contact avec les civilisations extraterrestres.

Maintenant, Ziegel a jugé bon de prendre la parole. Après un bref et prudent exposé de l’ampleur mondiale du mystère OVNI, suivi d’une discussion sur ce qu’il considère comme cinq domaines d’explication possibles (absurdité et canular, illusion d’optique, secret militaire, phénomènes naturels inconnus et vaisseaux spatiaux d’une autre planète), Ziegel conclut prudemment son article en déclarant que « le phénomène OVNI existe presque partout. La nature de ce phénomène n’a toujours pas été dévoilée et aucune des hypothèses existantes ne peut prétendre être la réponse définitive au problème. »

La même année, la célèbre revue Nayka (Science), sous la direction du Dr B. P. Konstantinov, vice-président de l’Académie des sciences soviétique et l’un des scientifiques les plus respectés du pays, publiait Cosmos habité , un recueil d’articles « consacrés à un examen complet des problèmes passionnants liés à la vie en dehors de la Terre, à l’habitabilité des planètes, au développement de civilisations sur d’autres mondes et à l’établissement de contacts avec eux ».

Pendant un certain temps, il semblait que le gouvernement soviétique allait faire volte-face. En octobre 1967, un département sur les ovnis a été créé au sein du Comité de l’Union pour l’Astronautique. Mais même cette évolution dramatique a été bouleversée le 10 novembre 1967 par une tournure d’événements encore plus inattendue – sans doute la plus importante dans l’étude de l’ufologie soviétique jusqu’à cette date.

À l’invitation directe du gouvernement soviétique, le Dr Ziegel et le général de division P. A. Stolyarov s’adressent au peuple russe lors d’une émission télévisée nationale diffusée en direct de Moscou à une heure de grande écoute. « Les ovnis sont un sujet très sérieux que nous devons étudier à fond », ont-ils déclaré. « Nous lançons un appel à tous les téléspectateurs pour qu’ils nous envoient les détails de toute observation d’engins volants étranges vus au-dessus des territoires de l’Union soviétique. Il s’agit d’un défi sérieux. Nous avons besoin de l’aide de tous les citoyens soviétiques. Veuillez nous écrire à l’adresse suivante à Moscou… »

En quelques jours, des centaines de lettres ont été envoyées à l’adresse indiquée dans le programme, et les journaux ont été inondés d’articles sur les soucoupes et les recherches connexes. Les journaux ont été inondés de nouvelles sur les soucoupes et les recherches connexes. A partir de ces nouvelles, les enquêtes de Ziegel et de ses collègues ont permis de découvrir plus de 200 cas bien documentés qui semblaient se prêter à une étude plus approfondie. En fait, la réponse du public a été si écrasante qu’une chose est devenue évidente : la propagande anti-ovnis des 20 années précédentes n’avait pas du tout réussi à diminuer la fréquence des observations d’ovnis, elle avait simplement découragé le public de rapporter ce qu’il avait vu.

L’intérêt du public pour les ovnis a également été alimenté à cette époque par plusieurs annonces plutôt sensationnelles émanant de membres du groupe SETI. Plusieurs scientifiques de ce groupe considéraient la nouvelle attitude du gouvernement comme une bonne occasion d’obtenir de la publicité pour leur intérêt continu pour les étranges signaux radio découverts en 1960 comme émanant des constellations du Bélier et de Pégase. De nombreux membres du groupe ont réitéré leur conviction que ces signaux mystérieux pouvaient être des messages de civilisations extraterrestres avancées. La curiosité du public est à son comble.

Avec l’aval du gouvernement soviétique, et avec l’aide des autres scientifiques de son groupe d’étude des ovnis, Ziegel acheva et publia sous forme de manuscrit le premier volume de UFO Sightings in the U.S.S.R. – un ouvrage qui est toujours considéré comme la plus importante compilation d’observations d’ovnis soviétiques à ce jour.

L’euphorie de Ziegel est cependant de courte durée. L’attitude officielle passe soudainement de l’approbation à la désapprobation. Les journaux reprennent leur ancienne position « anti », l’Académie des Sciences soviétique, manifestement sous pression officielle, publie une déclaration selon laquelle « il n’y a aucune raison scientifique de croire aux ovnis », et Ziegel est officiellement « conseillé » de cesser ses recherches sur les ovnis en faveur d’un « travail plus productif ».

Contrairement à Fomin avant lui, Ziegel pouvait voir l’écriture sur le mur.

Officiellement, il n’était plus intéressé ou actif dans la recherche sur les ovnis. Officieusement, on ne pouvait guère le blâmer si d’autres lui envoyaient des rapports non sollicités. Alors que le public continuait à le considérer comme le meilleur chercheur sur les ovnis du pays, Ziegel lui-même gardait un profil aussi bas que possible.

Il n’accordait aucune interview, n’écrivait aucun article et gardait le plus grand silence sur les documents qui parvenaient jusqu’à lui. Les journalistes étrangers qui cherchaient à lui rendre visite étaient poliment informés par son bureau qu’il n’était « pas disponible pour des commentaires ».

Et il en est resté ainsi pendant les sept années suivantes, jusqu’à ce que la glace dégèle à nouveau de manière inattendue en 1974. Cette année-là, l’Académie soviétique des sciences, agissant avec l’approbation du gouvernement, a commencé à élaborer ce qui allait devenir, lors de sa publication un an plus tard, le « Programme d’exploration des communications possibles avec les civilisations extraterrestres ».

Une partie de ce qui devait être la politique officielle de l’Académie sur ce nouveau programme se lit comme suit : Une attention particulière devrait être accordée à la possibilité de découvrir des sondes envoyées par des civilisations extraterrestres qui pourraient se trouver actuellement dans notre système solaire et peut-être même en orbite autour de la Terre. Pour trouver ces objets qui se déplacent rapidement, un système d’observation continue de l’ensemble du ciel devrait être complété par des systèmes de radio-triangulation nouvellement construits.

La mise en œuvre de ces recommandations a rapidement été confiée à l’Institut radio-technologique Popov, qui a créé un nouveau département pour cette tâche : le Département de recherche à courte portée de civilisations extraterrestres à l’aide de la radioélectronique. Ce département est toujours en activité et a récemment concentré une grande partie de son attention sur la possibilité d’une vie intelligente sur Titan, la plus grande lune de la planète Saturne.

Bien que l’étude civile des ovnis soit restée (et reste encore) strictement officieuse, la réclusion de Ziegel a pris fin en 1975 lorsqu’il a reçu, contre toute attente, l’autorisation du gouvernement de présenter un article sur les ovnis.

Prenant cela comme un feu vert officiel pour ouvrir ses dossiers, il a prudemment accepté d’accorder des interviews informelles depuis son appartement privé à des journalistes étrangers qui lui avaient été recommandés par des amis et des associés de confiance.

Alors qu’il venait d’achever un nouveau manuel définitif sur l’astronautique soviétique, le Dr Ziegel a profité de l’occasion pour commenter la politique du SETI récemment rajeunie de l’Académie soviétique. Dans une interview, il a fait remarquer que « … il n’y a qu’un pas entre les sondes extraterrestres en orbite terrestre passive et les vaisseaux spatiaux extraterrestres qui pourraient pénétrer activement dans l’atmosphère terrestre. Je suis tout à fait conscient que cette étape est particulièrement difficile pour les scientifiques, car elle nécessite le franchissement de barrières psychologiques…. (mais) ils devront franchir le pas. Nous sommes arrivés à un stade où il est devenu impossible d’éluder la question des ovnis en tant que problème pratique. Les opposants devront le reconnaître, même s’ils s’en éloignent. »

Ziegel a ensuite publié le volume II de son ouvrage UFO Sightings in the U.S.S.R., dont il avait publié le premier volume en 1968.


Parmi les plus intéressants de ces cas du volume II figure une curieuse observation multiple, le 3 décembre 1967, d’un objet inconnu près du cap Kamennyy, dans l’Arctique soviétique. À 15h04, plusieurs membres d’équipage et passagers d’un avion IL-18 effectuant un vol d’essai pour l’Institut scientifique d’État de l’aviation civile ont vu un objet très lumineux s’approcher d’eux dans le ciel nocturne à une altitude de 850 mètres. (Sous cette latitude très septentrionale, la nuit tombe en milieu d’après-midi en décembre).

Au début, les personnes à bord de l’IL-18 ont pensé que cet objet était un avion avec des phares d’atterrissage allumés, mais comme le commandant de vol a manœuvré et que l’objet a suivi, il est vite devenu évident qu’il ne s’agissait pas d’un avion. Alors que l’objet s’approchait au-dessus et à gauche de l’IL-18, les puissants faisceaux de lumière émanant de l’objet ont illuminé tout l’horizon.

De plus, plusieurs cônes de lumière semblaient descendre de l’objet vers le sol. « Lorsque l’angle de parcours de cet illuminant était égal à environ 270-280 degrés, c’est-à-dire lorsqu’il est pratiquement arrivé jusqu’à nous, il s’est rapidement éteint en trois secondes et ces cônes lumineux ont continué à briller indépendamment pendant plusieurs secondes supplémentaires, puis se sont éteints lentement. »

Tout au long de cette observation et pendant encore 10 minutes jusqu’à ce que l’objet disparaisse au loin, un contact radio a été maintenu avec les services de dispatching du Cap Kamenny et de Vorkuta, qui ont également pu voir l’objet mystérieux mais n’ont pas pu l’identifier. La communication a été décrite comme excellente, sans interférence atmosphérique. Le reste du vol s’est déroulé normalement, et l’atterrissage à Moscou a été enregistré à 19 h 25. Des faisceaux lumineux de forme conique ont été observés depuis l’avion.

D’autres rapports dans les dossiers de Ziegel, tels que révélés dans les deux volumes de ses manuscrits sur les observations d’ovnis, révèlent un éventail fascinant de rapports recueillis dans toutes les régions de l’Union soviétique. Les restrictions imposées à Ziegel par son gouvernement l’ont obligé à mettre l’accent sur les faits scientifiques plutôt que sur la publicité sensationnelle. Selon son ami et collègue, le professeur A. Kazantsev, le Dr Ziegel s’est rendu compte « … que si l’une des observations qu’il a rapportées dans ses deux volumes s’avérait être un faux, cela détruirait toutes ses années de travail, car cela serait utilisé contre lui… ».

Par conséquent, les rapports du Dr Ziegel ont tendance à se limiter aux cas d’ovnis qui ont réussi à résister aux investigations scientifiques les plus rigoureuses. La plupart des témoins impliqués dans ces rapports sont soit des personnes d’autorité, soit des personnes ayant une formation scientifique. De plus, les dossiers du Dr Ziegel sont dépourvus de cas impliquant le moindre soupçon d’atterrissage ou d’implication de créatures.

Malgré cela, la plupart des informations fournies par Ziegel sont remarquablement similaires aux types d’ovnis et d’activités connexes observés dans d’autres pays.

Parmi les preuves étonnantes contenues dans les dossiers de Ziegel, on trouve des incidents impliquant des « cheveux d’anges », des voitures bloquées, des pannes de courant, des observations multiples, un rapport très fiable sur l’abattage de deux avions militaires soviétiques, et un cas très intéressant impliquant la découverte d’une « herbe tumble de l’espace » – une étrange boule entrelacée d’aiguilles métalliques mesurant de deux à trois pouces de long et environ un centimètre de diamètre – trouvée par le géophysicien Aleksandr Zayekin après une observation d’OVNI dans la région de Tambov, au sud de Moscou, en décembre 1974.

La question de savoir si Ziegel et l’étude du phénomène ovni en URSS, qui est en plein essor, seront autorisés à poursuivre leurs activités est une question de conjecture. En Union soviétique, la règle selon laquelle le patriotisme d’hier peut être la trahison de demain reste plus vraie que jamais, mais un développement récent surprenant est encourageant. Il s’agit de l’apparition inattendue, en janvier 1979, d’un article un peu fade et moyen sur les ovnis dans le prestigieux journal russe Nedelya (Cette semaine), qui se terminait par un appel aux citoyens soviétiques pour qu’ils signalent toute observation inhabituelle dans le ciel au département de physique et d’astronomie de l’Académie des sciences soviétique.

Ce qui est peut-être encore plus encourageant, c’est qu’au moment de la rédaction de cet article, un an après la parution de l’appel de Nedelya, l’intérêt du public soviétique pour le problème des ovnis reste élevé et les chercheurs soviétiques sur les ovnis poursuivent toujours ouvertement leurs recherches au vu et au su du monde entier.

Source



Que pensez-vous de cet article ? Inscrivez-vous et rejoignez la conversation


Merci à tous pour votre soutien.

Beaucoup d'entre vous sont avec moi, par le coeur et la pensée, et je vous transmet ma gratitude... Vous pouvez assurer la continuité de ce site de plusieurs manières... En partageant les articles que vous avez aimé... En achetant vos livres et vos produits préférés sur Amazon via ce site... En faisant un don sécurisé sur Paypal... Ou les trois en même temps... Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...


Même 1€ est important !





Tags:

0 Commentaires

Laisser une réponse

Imaginer un Nouveau Monde © Elishean 2009 - 2021

CONTACT

Vous pouvez nous envoyer un e-mail et nous vous répondrons dès que possible.

En cours d’envoi
ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

%d blogueurs aiment cette page :