En travaillant à partir de documents gouvernementaux et de dossiers d’entreprises, Sauder a compilé un livre impressionnant qui creuse sous la surface du sous-sol super-secret de l’armée!

Entrez dans les coulisses, dans des recoins peu connus des archives publiques, et découvrez comment les entreprises américaines ont travaillé main dans la main avec le Pentagone pendant des décennies, rêvant de bases souterraines secrètes, les planifiant et les construisant réellement.


Chapitre sept

LES ESSAIS NUCLÉAIRES, L’EPA, LES ENLÈVEMENTS, LES MUTILATIONS D’ANIMAUX (ET LES EXTRATERRESTRES ?)

Si vous pensez que l’implication du gouvernement fédéral dans des bases souterraines secrètes donne à réfléchir, considérez les preuves présentées dans ce chapitre de similitudes entre certains aspects des « enlèvements » de type OVNI et les activités de quelques agences gouvernementales bien connues.

Le mandat de Hazel O’Leary en tant que secrétaire du ministère de l’Énergie (DOE) a donné un nouveau souffle à la stratégie de relations publiques du DOE. L’engagement d’Hazel O’Leary en faveur de la publication d’informations sur les essais nucléaires effectués au cours des décennies passées a déclenché une série de reportages troublants sur de nombreuses expériences de radiation commanditées par le gouvernement et réalisées sur des citoyens américains après la Seconde Guerre mondiale.

Dans certains cas, il semble que les sujets aient donné leur consentement éclairé. Dans d’autres, il est clair que les sujets n’avaient aucune idée qu’ils étaient exposés à des substances radioactives ou à des retombées radioactives. Par exemple, dans un cas, des personnes ont reçu des injections de plutonium à leur insu et sans leur consentement. Dans un autre cas, des citoyens du nord du Nouveau-Mexique ont été exposés à des nuages radioactifs qui ont survolé la région après la vaporisation d’éléments radioactifs aux laboratoires nationaux de Los Alamos par des explosifs conventionnels.

De nouvelles informations continuent d’être rendues publiques sur la mesure dans laquelle des secteurs très différents du public ont été exposés aux poisons radioactifs libérés par l’armée, l’ancienne Commission de l’énergie atomique et son successeur, le ministère de l’Énergie. Compte tenu de ce qui a été révélé jusqu’à présent, l’ampleur de l’exposition du public à des sources de rayonnement potentiellement dangereuses pourrait être bien plus importante que ce que le gouvernement fédéral nous a laissé croire.

En fait, l’existence d’un programme peu connu de surveillance et de contrôle humain géré par l’Agence de protection de l’environnement (EPA) suggère qu’il pourrait bien l’être. Il est intéressant de noter que, parallèlement au programme de surveillance et de contrôle des humains, l’EPA mène également un programme d’échantillonnage du lait et de contrôle des animaux. Tous ces programmes sont conçus pour détecter la présence de niveaux anormaux d’isotopes radioactifs dans les tissus corporels des sujets humains et animaux qu’ils surveillent.

Qu’est-ce que tout cela a à voir avec les soi-disant « enlèvements » et « mutilations d’animaux » que l’on trouve fréquemment dans la littérature sur les ovnis ces dernières années ? Il s’avère qu’il existe un parallèle ou une similitude inconfortable entre les activités de l’EPA et certaines des activités étranges que de nombreux spécialistes des ovnis ont attribuées à de supposés extraterrestres, comme les tristement célèbres « petits gris ».

Pour commencer, il y a une coïncidence dans le temps. Le programme de tests gouvernementaux est géré par l’EPA, qui a été créée en 1970. Il se trouve que les rapports d’enlèvements d’êtres humains et de mutilations d’animaux ont commencé à se multiplier au cours des 20 dernières années. Au cours de cette période, la littérature sur les OVNI a connu un véritable déluge de rapports concernant de prétendus enlèvements d’humains non consentants par des extraterrestres. Dans de nombreux cas, ceux qui ont prétendu avoir été enlevés rapportent qu’ils ont été soumis à une variété de procédures qui ressemblent, même de façon obscure, à une sorte d’examen médical.

De nombreux rapports font état de prélèvements de sperme et d’ovules. Diverses coupures, cicatrices et marques de scoop seraient le résultat de l’exploration du corps humain par les extraterrestres. Et dans de nombreux cas, les gens disent avoir été allongés sur une sorte de table d’examen et que leur corps a été scanné à l’aide d’une sorte d’instrument de haute technologie utilisé pour les examiner de la tête aux pieds, un peu de la même manière que les images à résonance magnétique (IRM) sont utilisées aujourd’hui.

Et il y a eu de nombreux rapports de mutilations d’animaux. Comme dans le cas des enlèvements d’êtres humains, ces mutilations seraient également l’œuvre d’extraterrestres intrusifs. Dans la plupart des cas, les mutilations présumées concernent des animaux de ferme comme les bovins et les chevaux. Diverses parties du corps auraient été prélevées, comme les pis des vaches, les anus, les organes sexuels, les langues, les lèvres et, à l’occasion, des organes internes. En outre, ces mutilations impliqueraient fréquemment le drainage du sang de l’animal.


Signalées pour la première fois en grand nombre dans les années 1970, les mutilations mystérieuses d’animaux se poursuivraient encore aujourd’hui, des cas ayant été signalés récemment au Colorado, au Nouveau-Mexique et en Alabama.

Voici, dans les grandes lignes, les faits tels qu’ils ont été rapportés par de nombreuses personnalités du monde des ovnis. Je ne prétends pas être un expert en la matière ni savoir si les enlèvements et examens d’humains par des extraterrestres et les mutilations d’animaux par des extraterrestres se produisent ou non. Je suis prêt à écouter ceux qui affirment que ces phénomènes se produisent. Mais je ne suis personnellement pas en mesure de prouver ou de réfuter rigoureusement les affirmations sensationnelles que beaucoup ont faites ces dernières années. J’ai adopté l’attitude d’un juré dans une procédure judiciaire complexe et confuse. Je prends mon temps, j’attends des preuves plus nombreuses et de meilleure qualité avant de me prononcer dans un sens ou dans l’autre sur ces questions.

Un véritable programme de surveillance du gouvernement américain

Cela dit, il existe une documentation solide sur un programme de surveillance des personnes mis en place par le gouvernement américain depuis des années, qui implique des examens médicaux et la numérisation de l’ensemble du corps. Il existe également une documentation solide sur un programme en cours depuis des années, dans le cadre duquel des animaux, notamment des chevaux et du bétail, sont tués et des parties du corps et des tissus, y compris le sang, sont collectés et analysés. Ce programme, détaillé dans un rapport gouvernemental de 1989, est mené par l’EPA. Il s’agit du projet officiel de surveillance hors site du gouvernement des États-Unis pour la détection de la contamination radioactive provenant des essais nucléaires sur le site d’essai du Nevada du ministère de l’Énergie.

Dans le cadre de ce programme, 31 stations de surveillance de l’air sont installées dans les deux tiers sud de l’État du Nevada, dans l’ouest de l’Utah et en Californie, près de la frontière avec le Nevada. Des échantillons d’air sont prélevés trois fois par semaine. Des échantillons d’air sont également prélevés tous les trois mois et analysés pour détecter les radiations dans 86 autres stations de surveillance de l’air dispersées dans les États situés à l’ouest du Mississippi. Quelque 130 autres sites dans le Nevada, l’Utah, le nord-ouest de l’Arizona et certaines parties de la Californie près de la frontière du Nevada sont surveillés à l’aide de dosimètres thermoluminescents conçus pour enregistrer les niveaux de radiation absorbée. Ces stations sont également contrôlées tous les trois mois. En outre, l’eau de 51 puits situés à l’intérieur et à l’extérieur du site d’essai est contrôlée tous les mois pour détecter toute contamination radioactive.

Le plus intéressant pour les spécialistes des ovnis, c’est qu’il existe un programme de surveillance humaine permanent dans le cadre duquel environ 40 familles sont étroitement surveillées. Ces personnes vivent près du site d’essai et sont amenées par l’Agence de protection de l’environnement deux fois par an pour être scannées par un « compteur de corps entier » (voir illustration 45). Remarquez la petite pièce et le fauteuil rembourré et inclinable sur lequel les personnes examinées sont allongées. Remarquez également le compteur de corps entier qui descend du plafond de manière télescopique pour examiner le sujet.

Curieusement, la petite pièce, le fauteuil inclinable et l’instrument d’examen rappellent fortement les petites chambres, les tables d’examen et les scanners corporels qui seraient utilisés lors de prétendus enlèvements par des extraterrestres. Le fait que des familles soient examinées est également intéressant, dans la mesure où le scénario d’enlèvement par des extraterrestres (supposé) semble aussi impliquer parfois l’enlèvement et l’examen de plus d’un individu dans une famille.

Divers animaux sont également examinés périodiquement. Il s’agit notamment de bovins achetés dans des troupeaux proches du site d’essai, ainsi que de mouflons, de cerfs mulets, de chukars et de chevaux abattus par des chasseurs ou tués dans des accidents. Les tissus et les organes sont ensuite analysés pour détecter la radioactivité. Il s’agit notamment des muscles, des poumons, du foie, des reins, des os et du sang (oui, le sang est un tissu).

Là encore, il existe un parallèle évident qui rappelle fortement les mutilations animales présumées par des extraterrestres, impliquant certaines des mêmes espèces, ainsi que certains des mêmes tissus.

Enfin, il existe un programme d’échantillonnage du lait. Chaque mois, l’EPA analyse le lait cru d’environ 25 fermes du Nevada et des régions adjacentes de l’Utah et de la Californie (voir illustration 46). Le lait cru de 120 autres fermes situées dans des États à l’ouest du Mississippi est analysé chaque année. Cette analyse est effectuée parce que les vaches qui paissent ingèrent des particules radioactives qui peuvent être déposées sur leurs pâturages par l’air ou la pluie. Ces particules passent ensuite dans leurs mamelles et dans leur lait. L’analyse du lait des vaches est donc un moyen pratique de détecter la contamination radioactive de l’environnement.

Là encore, il peut y avoir un parallèle avec les prétendues mutilations d’animaux extraterrestres, bien que dans ce cas, le lien (s’il existe) puisse être plus indirect. Dans de nombreuses soi-disant mutilations de bétail, le pis de l’animal victime est découpé et retiré de manière ostensible. Bien entendu, la mamelle contient les glandes productrices de lait de la vache. Par conséquent, tout ce qui est présent dans le lait d’une vache devrait logiquement passer par et/ou être présent dans son pis également.

On peut donc supposer que l’analyse des tissus de la mamelle révélerait un grand nombre des mêmes substances radioactives, si elles sont présentes, que l’analyse du lait produit par ces mêmes mamelles. Or, la traite d’une vache prend du temps. Cela pourrait poser un problème aux extraterrestres occupés et soumis à des contraintes de temps strictes (en supposant que les extraterrestres soient responsables des mutilations). Ne pourrait-on pas imaginer que, dans ces circonstances, il est plus simple pour « eux » d’abandonner et de s’enfuir ?

Qui est derrière les mutilations et les « enlèvements »?

Quelle que soit la vérité, il est curieux que le gouvernement américain dispose d’un programme de tests qui surveille les animaux et les humains d’une manière qui reproduit si fidèlement le schéma d’activité caractéristique des enlèvements d’humains par des extraterrestres et des mutilations d’animaux par des extraterrestres, en particulier le bétail.

Existe-t-il un lien entre le programme gouvernemental officiel, bien que peu connu, et les nombreuses histoires d’enlèvements et de mutilations qui ont tourbillonné dans le monde des ovnis ? Si oui, quelle est la nature de ce lien?

Les allégations d’enlèvements et de mutilations par des extraterrestres font-elles réellement partie d’un programme beaucoup plus vaste et plus omniprésent de surveillance secrète des humains et des animaux par le gouvernement?

Les allégations d’extraterrestres et d’ovnis ne sont-elles qu’une couverture commode que les agences gouvernementales secrètes utilisent pour brouiller les pistes ? Les prétendus ravisseurs et mutilateurs sont-ils vraiment des humains terrestres, travaillant sous couverture pour le gouvernement américain ou une autre agence secrète non gouvernementale?

Et si c’est le cas, quel est le but d’un programme de surveillance aussi étendu ? On en frémit d’avance. Rien que du point de vue des libertés civiles bafouées, les implications donneraient à réfléchir. Et cela pourrait signifier que le génie nucléaire a laissé échapper quelque chose d’indiciblement horrible de sa bouteille atomique, dont la nature terrible doit encore nous être divulguée.

Ou bien de véritables extraterrestres sont-ils à blâmer pour les enlèvements et les mutilations signalés ? Est-ce une simple coïncidence que leurs activités ressemblent tant à celles du gouvernement américain? Ou bien dirigent-ils un programme de tests qui recherche les mêmes choses que l’EPA? Ont-ils les mêmes préoccupations? Opèrent-ils indépendamment les uns des autres? Ou bien les extraterrestres et les éléments secrets du gouvernement américain travaillent-ils ensemble?

Et si c’est le cas, pour quelle raison? Bien sûr, cette ligne de spéculation suppose qu’il y a des extraterrestres en premier lieu, et que s’il y en a, ils sont impliqués dans l’enlèvement et l’examen des humains et aussi dans le meurtre et la mutilation des animaux.

Quoi qu’il en soit, nous sommes confrontés à la réalité des rapports d' »enlèvements par des extraterrestres », ainsi qu’aux carcasses d’animaux prétendument tués et mutilés par des extraterrestres. La réalité précise derrière les rapports d’enlèvements et les circonstances exactes entourant les morts et les mutilations des animaux ne sont pas connues avec certitude. Il faut savoir que l’on ne sait pas grand-chose de ces incidents.

Les démystificateurs ont attribué les animaux morts et les mutilations à des maladies normales, à des accidents et à l’activité des prédateurs. De même, ils décrient les récits d’enlèvements comme étant des rêves, des envolées fantaisistes et des imaginations enfiévrées. Et peut-être que les déboulonneurs ont raison.

D’autre part, on ne peut pas facilement ignorer le poids croissant des preuves anecdotiques fournies par de nombreux témoins qui attribuent ces incidents à une activité extraterrestre. Il semble possible que quelque chose de très étrange, impliquant peut-être une autre sorte d’espèce intelligente et certainement très exotique, soit en train de se produire. Mais en dernière analyse, il est pratiquement impossible d’en être sûr.

Ce que l’on peut dire avec certitude, c’est que ces dernières années, le gouvernement américain a mis en place un vaste programme de surveillance et de contrôle des humains et des animaux qui, sous plusieurs aspects essentiels, ressemble beaucoup aux activités souvent attribuées à des êtres supposés extraterrestres.

Curieux d’en savoir plus sur les éventuelles activités de l’EPA à cet égard, j’ai appelé fin janvier 1994 le bureau de l’agence à Las Vegas, Nevada, pour connaître la ligne officielle du gouvernement en matière de surveillance des animaux et des humains. Après avoir été ballotté par la bureaucratie pendant quelques heures, j’ai finalement reçu un appel d’une porte-parole visiblement méfiante qui m’a donné des informations au compte-gouttes. Elle a soupiré, elle a hésité, elle a plaidé l’ignorance, elle m’a renvoyé vers un autre bureau, elle a hésité, elle a parlé indistinctement, elle a fait des pauses et a hésité dans ses réponses.

Mais à ma demande insistante, elle a admis ce qui suit : la surveillance humaine autour du site d’essai du Nevada a commencé vers 1957 et compte aujourd’hui une centaine de personnes, dont beaucoup sont issues de familles d’éleveurs locaux, parents et enfants. Ces personnes sont amenées au laboratoire de surveillance des systèmes environnementaux de l’université du Nevada-Las Vegas, où leur corps est soumis à un scanner pour détecter la présence d’isotopes radioactifs à l’aide d’un « compteur de corps entier ».

Elle a précisé que certaines de ces personnes ont été suivies en continu depuis la fin des années 1960. La porte-parole a déclaré qu’elle ne savait pas si des programmes similaires de surveillance humaine étaient menés près des autres laboratoires et installations d’essais nucléaires du pays, tels que Savannah River (Caroline du Sud), Hanford (Washington), Pantex (Texas), Sandia et Los Alamos (Nouveau-Mexique) et Oak Ridge (Tennessee).

En ce qui concerne les animaux, les prélèvements ont commencé au Nevada avant 1960. On m’a dit que le programme consiste en un homme qui est envoyé dans un camion et à qui on indique le nombre et le type d’animaux à abattre pour les tests. La porte-parole a déclaré qu’il n’y a pas de surveillance des animaux en dehors du Nevada. Toutefois, en réponse à mes questions, elle a déclaré que le Lovelace Medical Center, à Albuquerque, au Nouveau-Mexique, a peut-être effectué un certain contrôle des animaux à la suite de la dispersion d’isotopes radioactifs provenant des essais nucléaires effectués aux laboratoires nationaux de Los Alamos, dans le nord du Nouveau-Mexique. Mais elle n’en était pas certaine, et ne l’a mentionné que comme une possibilité.

Mais que ce soit vrai ou non, c’est une idée intrigante. Lovelace a eu une longue relation avec le complexe militaro-industriel qui se poursuit jusqu’à aujourd’hui. Et Lovelace exploite actuellement une grande installation sophistiquée de recherche sur les animaux dans l’enceinte du complexe Sandia National Laboratories/Kirtland Air Force Base, dans la banlieue d’Albuquerque (ainsi que des installations médicales pour les humains, également dans la région d’Albuquerque). Bien entendu, cela ne prouve en rien que Lovelace soit impliquée dans des mutilations d’animaux (ou des enlèvements d’humains).

D’un autre côté, Albuquerque est terriblement proche des régions du nord du Nouveau-Mexique et du sud du Colorado où tant de mutilations de bétail ont été signalées. Et si les mutilations et les enlèvements sont le fait d’opérateurs humains clandestins, étant donné que l’expertise médicale de Lovelace et les hélicoptères et autres équipements de Kirtland AFB et de Sandia National Laboratories sont à la pointe de la technologie, on peut supposer qu’il existe un lien.

Comme je l’ai montré, il y a tout lieu de penser que les plans et les activités de construction souterraine de l’armée se sont poursuivis dans les années 1970, 1980 et dans les années 1990. Un rapport de 1974 de Bechtel Corporation, une énorme multinationale qui tire d’importants revenus des contrats gouvernementaux, indiquait que « la demande de creusement de tunnels et d’excavations souterraines pour les besoins de la défense nationale est considérée comme importante. Voici quelques exemples d’installations de défense souterraines : silos de roche dure, postes de commandement, systèmes de communication, abris pour le personnel, installations de stockage et de production d’énergie. « 10

Un rapport publié en 1981 par le U.S. National Committee on Tunneling Technology va dans le même sens : « La demande de constructions souterraines liées à la défense sera affectée de manière significative par les décisions prises au début des années 1980. Elle pourrait atteindre jusqu’à 20 millions de mètres cubes pour les sites de missiles et les postes de commandement souterrains, dont la plupart seraient construits entre 1985 et 1995. Ces projets n’incluent pas la construction civile habituellement réalisée par le Corps des ingénieurs (de l’armée) ».11

En d’autres termes, il pourrait facilement y avoir beaucoup de constructions secrètes en cours sous nos pieds en ce moment.

Chapitre huit

ENLÈVEMENTS, AIGUILLES ET IMPLANTS : UNE NOUVELLE APPROCHE

La littérature sur les ovnis regorge de rapports où des extraterrestres présumés insèrent de petits implants dans le corps des personnes enlevées. Parfois, les implants sont mis en place à l’aide de dispositifs ressemblant à des aiguilles. Les endroits les plus prisés semblent être derrière l’oreille et dans le nez, au sommet de la cavité nasale. Les raisons de ces enlèvements, ainsi que la nature des implants eux-mêmes, restent parfaitement obscures. Tout d’abord, on ne sait pas qui est à l’origine de ces enlèvements, ni quelle(s) fonction(s) les implants remplissent.

Mais étant donné le nombre sans cesse croissant de personnes qui rapportent ce genre d’incidents, il me semble que les spécialistes de l’OVNI devraient examiner de plus près cet aspect du phénomène OVNI. Les questions les plus simples concernant les ravisseurs et les implants doivent être posées : Qui? Comment? Pourquoi?

De nombreuses personnes enlevées, peut-être la plupart, identifient leurs ravisseurs comme des « extraterrestres ». L’hypothèse est souvent faite, et parfois franchement, que ces ravisseurs « aliens » sont des êtres extraterrestres. Bien sûr, cette hypothèse peut être vraie ou fausse. En fait, il se peut qu’au moins une partie des ravisseurs « extraterrestres » soient en réalité des humains terrestres travaillant secrètement, sous couvert d’états artificiellement induits d’amnésie totale ou partielle, de peur et de mémoires écrans. Il existe une grande variété de techniques qui peuvent influencer, voire altérer profondément, la perception et les émotions humaines. Elles peuvent être aussi simples que l’utilisation de masques en caoutchouc et de maquillage (que diriez-vous d’un masque facial et d’un costume corporel reptiliens ?)

Des technologies plus sophistiquées peuvent provoquer des hallucinations profondément réalistes. Les drogues psycho-actives, certaines radiations micro-ondes, diverses procédures hypnotiques, les lumières clignotantes et les sons rythmés sont quelques-unes des façons de procéder.

Bien sûr, de très nombreux rapports font état d’enlèvements au cours desquels on a demandé à des personnes de boire des potions et des décoctions étranges, de sentir des vapeurs et des gaz étranges, de voir des lumières clignotantes, de regarder profondément dans des yeux hypnotiques, de ressentir des radiations étranges, d’entendre des ronflements ou des bourdonnements et d’entendre des voix dans leur tête.

Je pense que nous devons au moins envisager la possibilité que certains de ces aspects rapportés des enlèvements puissent être en fait des technologies terrestres utilisées par des humains terrestres pour modifier radicalement la perception de la réalité d’un sujet pendant une expérience d' »enlèvement par des extraterrestres ».

Il existe un grand nombre de groupes, gouvernementaux ou privés, qui ont, ou pourraient avoir accès à l’argent, au personnel, à l’équipement, aux matériaux et à l’expertise nécessaires pour mettre en scène un épisode d' »enlèvement par des extraterrestres » convaincant.


Ces organisations comprennent (sans s’y limiter) : les services de police, de renseignement et les agences militaires des principaux gouvernements ; les grandes entreprises et les puissantes institutions financières opérant à l’échelle mondiale ; les organisations transnationales telles que les Nations Unies, l’OTAN, la Commission commerciale tripartite et Inter-Pol ; et d’autres organisations internationales secrètes telles que les syndicats du crime et les ordres fraternels.

Il faut savoir que certaines personnes enlevées par des extraterrestres déclarent avoir vu d’autres êtres humains pendant leur enlèvement, des êtres humains qui semblent être impliqués dans l’enlèvement ou coopérer avec les auteurs de l’enlèvement.

Dans certains cas, ces autres êtres humains auraient porté un uniforme militaire. Ces rapports curieux suggèrent certainement la possibilité d’un certain degré d’implication secrète des humains terrestres dans le phénomène des « enlèvements par des extraterrestres ».

Bien entendu, ce n’est pas parce que des « enlèvements par des extraterrestres » affirment que des « extraterrestres » ou des « aliens » ont utilisé des aiguilles ou des dispositifs ressemblant à des seringues pour insérer des implants dans leur corps, que cela signifie nécessairement que des extraterrestres ou des aliens de quelque sorte que ce soit l’ont fait.

Cela signifie seulement que les « enlèvements par des extraterrestres » disent que c’est ce qui s’est passé. Le rapport peut être très sincère – et beaucoup de récits sont extrêmement émouvants et sincères – mais en même temps, le rapport peut, ou non, refléter exactement ce qui s’est réellement passé.

Réalités alternatives de type terrestre

Voici quelques faits concrets : il existe aujourd’hui une technologie utilisée dans le commerce qui reflète presque exactement les implants injectés par des aiguilles que les extraterrestres auraient insérés dans les personnes enlevées.

Plusieurs sociétés proposent à la vente des dispositifs d’identification électroniques miniatures, principalement destinés à être utilisés dans des applications liées aux animaux, afin que les agriculteurs, les éleveurs et les propriétaires d’animaux puissent suivre leurs troupeaux et leurs animaux domestiques1.

Comme nous le verrons plus loin, ces dispositifs de repérage électronique sont parfaitement capables d’être injectés aux humains.

Une entreprise américaine, leader dans le domaine des implants électroniques, détient un certain nombre de brevets dans ce domaine. Elle fabrique des implants électroniques miniatures qui sont injectés à l’aide d’une grande seringue et d’une aiguille.

Veuillez noter que je ne dis pas que cette entreprise américaine, ou toute autre entreprise fabriquant des produits similaires, est impliquée de quelque manière que ce soit dans le prétendu phénomène d' »enlèvement et d’implantation par des extraterrestres ». Mais des produits sont commercialisés aux États-Unis et sont remarquablement similaires à la technologie d’implantation fréquemment mentionnée dans la littérature sur les « enlèvements par des extraterrestres ».

Ces dernières années, une série de brevets américains ont été accordés pour un système d’identification électronique basé sur des transpondeurs d’identification implantables par seringue (implants).

Selon les brevets, le système consiste à insérer de minuscules implants « dans des animaux pour les identifier, ce qui est utile pour surveiller les schémas migratoires et à d’autres fins ». Les implants sont « durables et fiables sur une période de plusieurs années ». De plus, chacun des implants est identifiable de manière unique.

Ces « transpondeurs injectables » mesurent environ quatre dixièmes de pouce de long et moins d’un dixième de pouce de diamètre.3 Ils contiennent des microcircuits électroniques qui sont activés et lus par « un système compatible de lecture d’identité par radiofréquence ». Les minuscules implants en « verre biocompatible » contiennent « une bobine électromagnétique, un condensateur d’accord et une micropuce ».

Selon la documentation de l’un des fabricants américains de ces transpondeurs injectables, les puces peuvent être programmées avec jusqu’à « 34 milliards de codes d’identification uniques et inaltérables ». La documentation indique que, bien que les transpondeurs injectables soient « spécifiquement conçus pour être injectés aux animaux, (ils) peuvent être utilisés pour d’autres applications nécessitant une étiquette d’identification de taille micro ».


Les transpondeurs sont injectés à l’aide d’un dispositif ressemblant à une seringue avec une aiguille à son extrémité. Selon le brevet en question, l’aiguille de l’injecteur est « réglable pour la profondeur d’insertion de l’implant ». Le brevet indique que « des aiguilles … de différents diamètres et longueurs peuvent être interchangées dans l’injecteur ». Il précise qu’en ce qui concerne les dimensions de l’aiguille, « l’invention peut être adaptée à une large gamme de dimensions ». En outre, elle indique que « l’aiguille peut également être tournée dans une pluralité de positions par rapport à la poignée de l’injecteur  »

En d’autres termes, le dispositif décrit dans ce brevet pourrait être équipé d’une aiguille qui permettrait une implantation à divers endroits du corps humain, y compris à un grand nombre, sinon à la totalité, des endroits signalés par les personnes qui pensent avoir été soumises à un « enlèvement et une implantation extraterrestre ».

Il est intéressant de noter que trois des brevets accordés pour des dispositifs d’identification (transpondeurs/implants) indiquent explicitement, dans un langage identique, que les dispositifs doivent être « portés par ou intégrés dans la chose ou l’animal à identifier ». Tous les trois déclarent aussi explicitement : « l’objet principal de cette invention est de fournir un système permettant d’identifier un objet, un animal ou une personne…  »

En outre, lorsque l’implant est « lu » à la fréquence radio appropriée, le résultat peut être affiché sur un terminal d’ordinateur et transféré à un système de stockage de données électroniques.

En clair, nous sommes en présence du type de technologie qui, si elle était employée à grande échelle, pourrait théoriquement surveiller électroniquement, en temps réel, les allées et venues de 34 milliards d’animaux ou d’humains. Bien entendu, les possibilités et les implications d’un contrôle politique et social potentiel sont à la fois évidentes et énormes.

Je tiens à souligner à nouveau que mes recherches n’ont pas montré que les fabricants ou les acheteurs de ces transpondeurs injectables sont, de quelque manière que ce soit, directement ou indirectement, impliqués dans le phénomène dit « d’enlèvement et d’implantation extraterrestre », ou dans la surveillance des allées et venues et des mouvements des êtres humains. Je n’utilise ces produits qu’à titre d’exemple du type de technologie d’implantation et de surveillance disponible dans le commerce, qui est fabriquée et commercialisée aujourd’hui.

Qu’est-ce qui se cache derrière le phénomène des « enlèvements »?

Si le contrôle social ou politique est la motivation derrière les enlèvements et les implants (et je ne sais pas si c’est le cas), alors comment ce contrôle serait-il effectué ? Une réponse possible est : génétiquement.

Les personnes enlevées rapportent fréquemment que leurs ravisseurs semblent préoccupés par la sexualité humaine et la reproduction. La littérature sur les enlèvements regorge de rapports sur la reproduction forcée, la collecte d’ovules et de sperme humains sur des personnes enlevées contre leur gré, le vol de fœtus sur des personnes enlevées enceintes et des allégations sur un projet de croisement ou d’hybridation humain/alien.

Il est certain que les récits d' »enlèvements par des extraterrestres », pris dans leur ensemble, constituent une étrange collection de littérature. Mais supposons que ces histoires contiennent un élément de vérité – au moins dans les grandes lignes ?

Supposons, hypothétiquement, qu’il existe une sorte de programme secret de reproduction humaine, pour des raisons connues seulement des ravisseurs (quels qu’ils soient). Ces raisons ne doivent pas nécessairement être celles données par les ravisseurs, ou déduites par les personnes enlevées.7 A titre d’exemple, supposons que les ravisseurs, pour une raison quelconque, veuillent accoupler une femme de 40 ans à DesMoines avec un homme de 22 ans à Bombay ; ou une femme de 34 ans à Londres avec un homme de 65 ans à Tokyo ?

Bien sûr, il s’agit de personnes vivant dans des pays différents, parlant des langues différentes, immergées dans des cultures et des religions différentes. Les chances qu’elles se mettent en couple et s’accouplent si elles sont laissées à elles-mêmes sont minuscules.

C’est alors qu’entrent en scène nos mystérieux ravisseurs, qui se chargent de faire des rencontres secrètes entre « aliens ». Les personnes enlevées peuvent être physiquement accouplées (comme cela est parfois rapporté dans la littérature). Ou, lorsque cela n’est pas possible, des échantillons de sperme et d’ovules recueillis auprès de donneurs non consentants pourraient être stockés, puis mélangés et appariés ultérieurement pour obtenir la combinaison génétique souhaitée.

Les ovules fécondés pourraient être implantés ; les fœtus pourraient être retirés. La fécondation in vitro et les utérus artificiels pourraient être utilisés pour produire des fœtus et les amener à terme.

Il est clair que si une organisation connue se promenait ouvertement de cette manière, forçant les gens à s’accoupler les uns avec les autres contre leur volonté, le tollé serait énorme. La société serait en émoi. Donc tout programme de reproduction forcée à grande échelle devrait être très secret pour réussir. Et les auteurs devraient certainement dissimuler soigneusement leur identité et leurs motivations afin d’éviter d’être pris en défaut par leurs victimes et le grand public. Il est évident qu’ils devraient être très furtifs dans la collecte et la surveillance de leurs « reproducteurs ».


Le fait que les capacités reproductives humaines évoluent complique également les choses. Les gens atteignent la puberté ; ils tombent enceintes ; ils atteignent la ménopause ; ils se font ligaturer les trompes ; ils se font vasectomiser ; leurs ovules/sperme deviennent fertiles/infertiles. Comment savoir si la ou les personnes qui nous intéressent peuvent produire une descendance viable ? Et comment, enfin, trouver les personnes recherchées un jour donné, à une heure donnée?

C’est là qu’intervient l’implant de surveillance et d’identification électronique. La documentation d’au moins un fabricant américain explique comment un éleveur d’animaux (fermier) peut utiliser son produit pour identifier et surveiller le statut de reproduction des porcs et des vaches. La question se pose naturellement de savoir si la même technologie (ou une technologie très similaire) est utilisée par d’autres personnes qui considèrent les personnes enlevées comme faisant partie de leur « troupeau ».10 Les personnes enlevées sont-elles peut-être implantées pour les mêmes raisons qu’un éleveur de porcs surveille ses porcs – pour suivre leur statut de reproduction?

Il s’agit d’une ligne de spéculation intéressante qui peut ou non être liée à l’aspect « implant » du phénomène d’enlèvement de ces dernières années. Et elle peut ou non avoir un rapport avec les prétendues activités « extraterrestres » sur cette planète. Mais je pense que le lecteur conviendra que la technologie des implants, bien réelle, dont il a été question plus haut dans ce chapitre, présente plus qu’une petite ressemblance avec la technologie des implants souvent attribuée aux prétendus ravisseurs « extraterrestres ».

Se pourrait-il que nous ayons affaire à un programme secret d’implantation et de surveillance mené de manière très furtive par des agences et des agents humains bien réels?

Pourraient-ils avoir un motif sournois de contrôle politique et social – ou même physique?

Mènent-ils un programme secret et massif de reproduction forcée?

Se servent-ils du phénomène des ovnis et des enlèvements par des « extraterrestres » comme d’un écran commode, une sorte de camouflage d’un autre monde pour dissimuler leur véritable identité et leur objectif?

Toute cette affaire est merveilleusement déconcertante. D’une part, il semble qu’il y ait un véritable phénomène d’enlèvement, avec un nombre croissant de personnes qui auraient été implantées par des auteurs qui se sont avérés jusqu’à présent incroyablement insaisissables et furtifs. Ils se sont également montrés extraordinairement habiles à se faire passer pour des « aliens » ou des « extraterrestres ».

D’autre part, il existe aujourd’hui une technologie terrestre disponible dans le commerce, fabriquée par l’homme, qui ressemble beaucoup à la technologie d’implant utilisée par les « extraterrestres », comme cela a été rapporté à plusieurs reprises. Il est vrai que les brevets de cette technologie sont relativement récents, mais la technologie elle-même pourrait bien avoir été développée bien avant la délivrance des brevets.

Après tout, les microcircuits électroniques existent depuis des années maintenant. Quoi qu’il en soit, le fait que les deux technologies soient si extraordinairement similaires soulève la question de savoir si elles ne seraient pas en fait identiques. Et si c’est le cas, alors nous devons commencer à chercher un lien très humain et local avec au moins certains des enlèvements signalés.

En fin de compte, nous nous retrouvons coincés dans une étrange galerie des glaces remplie d’images bizarres et en perpétuel mouvement, toutes plus improbables les unes que les autres. Ces images sont-elles extraterrestres ? Humaines ? Les auteurs se cachent-ils derrière des masques de désinformation ou de propagande ? Des masques hypnotiques ? Des masques induits électroniquement ou chimiquement ?

Il est certain qu’il peut exister des permutations encore plus troublantes des phénomènes d’enlèvement et d’implantation.

Par exemple, envisageons les possibilités suivantes : Le groupe « A » (l’armée, la CIA, la NSA, les « aliens ») enlève et implante le sujet humain « X ». Pendant ce temps, le groupe « B » (choisissez votre favori dans la galerie des voyous ci-dessus) soupçonne fortement ou sait d’une manière ou d’une autre que le sujet « X » a été enlevé et/ou implanté. Cependant, « B » ne sait pas comment, pourquoi ou quand le sujet « X » a été enlevé et implanté.

Mais « B » aimerait beaucoup savoir qui a enlevé et/ou implanté « X » – ainsi que quand et pourquoi. Donc « B » enlève et implante également le sujet « X ». De cette façon, « B » peut garder un œil sur « X » et si « A » enlève à nouveau le sujet « X », « B » pourra surveiller l’enlèvement. « B » peut même être en mesure de déterminer le moment où il se produit et le lieu où « X » est emmené.

Le groupe « B » pourrait même être en mesure de surveiller l’enlèvement en cours, découvrant ainsi l’identité du groupe « A ».

Évidemment, ce jeu serait étrange. Prenez le temps de laisser libre cours à votre imagination. Et si le groupe « A », par exemple, était l’armée américaine et « B » l’armée de l’air américaine ?

Maintenant, essayez une variation sur le thème. Que le groupe « A » soit une alliance entre l’armée américaine et les « aliens », et que le groupe « B » soit l’armée de l’air américaine. Agrémentez le tout en ajoutant un autre groupe « alien » et une autre agence militaire. Supposons que des organisations internationales comme les Nations Unies soient également impliquées, avec peut-être des intérêts qui sont en conflit direct avec ceux du groupe « A » ou du groupe « B » – ou, ce qui est peut-être le plus important, avec ceux du sujet humain « X ».

Ce que je veux dire, c’est simplement que les phénomènes d’enlèvement et d’implantation peuvent avoir des niveaux de complexité imbriqués qui n’ont pas été suffisamment explorés ou appréciés par la plupart des chercheurs sur les ovnis.

Ah, oui. Une dernière chose.

Si la possibilité d’être implanté et d’être suivi et surveillé électroniquement (peut-être à votre insu ou sans votre consentement) vous met un peu mal à l’aise, essayez de vous répéter doucement les mots suivants jusqu’à ce que vous vous sentiez plus détendu : « Nouvel ordre mondial…. Nouvel ordre mondial … Nouvel ordre mondial… »

Chapitre neuf

L’ARMÉE AMÉRICAINE EST-ELLE IMPLIQUÉE DANS LES MUTILATIONS DE BÉTAIL « ALIEN »?

Depuis des années, les enquêteurs sur le phénomène des mutilations du bétail signalent que les blessures et les coupures sur de nombreuses carcasses mutilées semblent avoir été faites par une sorte d’appareil chirurgical à laser. La précision et la propreté anormales des incisions, ainsi que les preuves d’un échauffement anormal des tissus à proximité des blessures, sont autant d’indices de l’utilisation probable de scalpels chirurgicaux au laser dans de nombreuses mutilations de bétail.

Bien que l’existence de ces mutilations ne fasse guère de doute, l’identité de leurs auteurs n’a pas été clairement établie. De nombreuses allégations ont été formulées selon lesquelles les mutilateurs seraient des « aliens » ou des extraterrestres, mais aucune preuve tangible n’a été apportée.

Pendant de nombreuses années, l’hypothèse de travail a été que l’implication humaine dans les mutilations n’était pas possible parce qu’il n’y a pas de technologie « terrestre » connue qui pourrait effectuer ces mystérieuses mutilations. Parmi les raisons invoquées figurent des facteurs tels que les incisions et les blessures chirurgicales précises, de type « laser » (prétendument impossibles à réaliser avec la technologie médicale contemporaine), l’absence d’empreintes de pas et l’absence de sang autour des carcasses mutilées.

Mais la présence d’hélicoptères mystérieux et non identifiés à proximité de nombreuses mutilations de bétail est notée depuis longtemps. Le fait que les hélicoptères soient une technologie terrestre du 20e siècle a conduit à des spéculations selon lesquelles l’hypothèse « extraterrestre » des mutilations de bétail n’expliquerait pas de manière satisfaisante toutes les facettes du phénomène.

En fait, il pourrait y avoir une implication humaine très réelle et secrète dans les mutilations de bétail. Tout d’abord, il n’est tout simplement pas vrai que la technologie médicale moderne ne peut pas et n’a pas produit un laser chirurgical portable pouvant être emmené sur le terrain (littéralement !).

Le laboratoire Phillips de la base aérienne de Kirtland, à Albuquerque, au Nouveau-Mexique, a récemment annoncé qu’il avait mis au point un « dispositif très compact » appelé « Laser Medical Pac », qui offre au « secouriste ou au médecin de terrain une capacité laser unique, portable et fonctionnant sur batterie ». Le laser portable est un « ensemble laser entièrement autonome qui s’insère dans un sac de ceinture ». Il nécessite « deux piles de 2 volts pour faire fonctionner le laser et une pile de 9 volts pour alimenter l’électronique ». Il mesure 7″ par 3″ par 2,5″. Il peut fonctionner en continu pendant 20 minutes à la fois. L’extrémité de l’instrument est une « lentille à focalisation variable » au bout d’un câble flexible en fibre optique qui « fournit une densité de puissance très intense. »

L’appareil est « capable de couper comme un scalpel, ainsi que de coaguler les saignements et de refermer les plaies ». Il peut être utilisé par le « personnel des opérations spéciales » et autres. Selon le bureau des affaires publiques de l’AFB de Kirtland, « la longueur d’onde de sortie, qui va du rouge visible à l’infrarouge moyen, peut être conçue pour fournir différentes interactions tissulaires » (c’est moi qui souligne).1

Et tout cela, notez-le bien, a la taille d’une radio à transistors et est alimenté par des piles du type de celles que vous pouvez acheter dans la file d’attente du supermarché. Voilà pour la technologie médicale ésotérique et « extraterrestre ».

Comment effectuer une mutilation « typique » du bétail?

Permettez-moi de vous présenter un hypothétique modus operandi « terrestre » pour une mutilation du bétail.

Un hélicoptère sombre et banalisé décolle de la base aérienne de Kirtland. À l’intérieur de l’hélicoptère se trouve une équipe d' »opérations spéciales » équipée d’un pistolet à fléchettes tranquillisantes et de ceintures de laser chirurgical. Ils volent pendant quelques heures jusqu’à un ranch isolé situé quelque part dans une zone rurale peu peuplée (il existe de nombreuses zones rurales de l’Ouest où la densité de population est inférieure à une personne par kilomètre carré). Ils atterrissent et tirent sur une vache avec le pistolet à fléchettes.

Le tranquillisant immobilise l’animal pour qu’il ne puisse pas s’enfuir. Ils capturent l’animal, le tuent et le hissent à bord de l’hélicoptère. À bord, ils découpent l’animal avec les lasers chirurgicaux, en enlevant les parties du corps qu’ils veulent conserver. Ils peuvent même drainer le sang pour l’analyser (voir le chapitre 7 pour une discussion sur les types de matériaux qui intéressent l’EPA dans le cadre de son programme d’échantillonnage des tissus contaminés par des substances nucléaires). Ensuite, ils descendent discrètement la carcasse au sol depuis l’hélicoptère, sans atterrir.

Plus tard, la carcasse est découverte. Il n’y a pas d’empreintes de pas ou de signes de lutte, car la vache a été ramassée à un endroit différent de celui où sa carcasse a été trouvée ; sa carcasse a ensuite été descendue au sol sur une élingue, ou roulée vers la porte après avoir été abattue, sans que l’hélicoptère ne se pose ou que l’équipage ne quitte l’appareil.

Les blessures sur la carcasse semblent avoir été faites avec un type de laser chirurgical car, en fait, elles ont été faites avec des lasers chirurgicaux – des lasers chirurgicaux transportés dans les sacs de ceinture d’une équipe d’opérations spéciales de l’armée américaine. Il n’y a pas de sang autour de la carcasse car les lasers chirurgicaux peuvent coaguler les saignements et refermer les plaies. Il n’y a pas de sang à l’intérieur de la carcasse car il a été drainé pour un projet de prélèvement de tissus.

Les éleveurs et d’autres personnes de la région déclarent avoir vu de mystérieux hélicoptères dans les environs de la mutilation du bétail, car les équipes militaires de mutilation se déplacent dans des hélicoptères sombres et non marqués.

Voilà donc une hypothétique mutilation de bétail avec tous les détails classiques associés à une mutilation de bétail « extraterrestre », mais qui peut être expliquée de manière plausible comme une opération humaine secrète utilisant la technologie disponible aujourd’hui. Et il est tout à fait possible que l’armée dispose de ce laser chirurgical portable depuis des années, puisque le monde des opérations spéciales, qui relève du « budget noir » de l’armée, dissimule régulièrement ses activités au public par principe, généralement pour des raisons de « sécurité nationale ».

Pourquoi faire une mutilation du bétail?

Passons maintenant au « pourquoi » hypothétique de tout cela.

Il est possible qu’il s’agisse d’un programme secret de surveillance de l’environnement, comme celui de l’Agence de protection de l’environnement (EPA) évoqué au chapitre 7. Les vaches sont de grands mammifères que l’on trouve partout où l’on trouve des humains, et elles occupent un échelon inférieur dans la chaîne alimentaire que la plupart des humains, puisque les bovins sont herbivores. Cela signifie qu’elles absorberaient plus rapidement les contaminants environnementaux radioactifs ou chimiques que la plupart des humains.

Peut-être que les problèmes de notre environnement sont beaucoup plus graves que ce que l’on nous a dit et qu’un programme de surveillance massif et secret est en cours. Si c’est le cas, d’autres agences gouvernementales pourraient être impliquées, comme l’EPA et le ministère de l’Énergie (voir chapitre 7).

Mais pourquoi mettre l’accent sur le bétail ? Y a-t-il une raison spécifique de les distinguer ? Les tissus bovins doivent-ils être obtenus dans un but particulier, impliquant peut-être un génie biologique ou génétique ? Et si tel est le cas, quelle est la nature de la recherche, pourquoi et par qui est-elle menée ?

Étant donné la nature furtive des mutilations, il est extrêmement difficile de répondre à ces questions. Il se peut, après tout, qu’une sorte d’activité « alien » ou extraterrestre bizarre soit associée à ce phénomène.

Mais à la lumière des preuves circonstancielles associées à de nombreuses mutilations, telles que des hélicoptères banalisés et des incisions chirurgicales au laser, nous ferions bien de ne pas fermer les yeux sur d’éventuels coupables plus proches de nous. Il ne m’a pas échappé, par exemple, que de nombreuses mutilations de bétail ont été localisées au Nouveau-Mexique et dans le sud du Colorado, à proximité de la base aérienne de Kirtland.

Et il y a beaucoup d’hélicoptères sombres à Kirtland.

Et nous savons maintenant que les laséristes de la base aérienne de Kirtland ont mis au point des lasers chirurgicaux portables qui peuvent tenir dans un sac de ceinture.

Une coïncidence ? Je me demande.

FIN

pdf en anglais


Voir tous les chapitres du livre « Bases et tunnels souterrains » de Richard Sauder


Que pensez-vous de cet article ? Inscrivez-vous et rejoignez la conversation


Merci à tous pour votre soutien.

Beaucoup d'entre vous sont avec moi, par le coeur et la pensée, et je vous transmet ma gratitude... Vous pouvez assurer la continuité de ce site de plusieurs manières... En partageant les articles que vous avez aimé... En achetant vos livres et vos produits préférés sur Amazon via ce site... En faisant un don sécurisé sur Paypal... Ou les trois en même temps... Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...


Même 1€ est important !





Tags:

0 Commentaires

Laisser une réponse

Imaginer un Nouveau Monde © Elishean 2009 - 2021

CONTACT

Vous pouvez nous envoyer un e-mail et nous vous répondrons dès que possible.

En cours d’envoi
ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

%d blogueurs aiment cette page :