Secrets révélés

Utiliser Assange pour envoyer un message en trois parties

Lorsque Julian Assange et Wikileaks ont divulgué des preuves d’activités du côté obscur, y compris des crimes de guerre, de la part de l’establishment américain de la sécurité nationale, des responsables américains ont estimé qu’ils n’avaient pas d’autre choix que d’utiliser Assange pour envoyer un message en trois parties.

Le premier message s’adresse aux personnes au sein de l’establishment de la sécurité nationale qui pourraient être tentées, par crise de conscience, de révéler les activités du côté obscur de l’establishment de la sécurité nationale.

En faisant tout ce qu’ils pouvaient pour détruire la vie d’Assange et peut-être même provoquer sa mort, l’establishment de la sécurité nationale envoie un message puissant aux fuiteurs potentiels :

« C’est ce qui vous arrivera si vous révélez nos secrets du côté obscur au Les Américains. Nous vous traquerons, nous vous persécuterons, nous vous poursuivrons, nous vous détruirons et nous pourrions même vous tuer.

Combien de personnes au sein de l’establishment de la sécurité nationale sont prêtes à subir ce prix pour avoir révélé les secrets du côté obscur du Pentagone, de la CIA et de la NSA? J’oserais dire pas beaucoup du tout.

Ainsi, indépendamment de ce qui finit par arriver à Assange devant un tribunal – c’est-à-dire, même s’il est finalement acquitté par un tribunal fédéral américain des accusations ridicules de violation d’une loi sur l’espionnage de la Première Guerre mondiale – l’establishment de la sécurité nationale a sans aucun doute déjà réussi dans sa quête pour supprimer les révélations d’autres activités du côté obscur.

Tout ce que tout éventuel fuiteur doit faire, c’est examiner l’état mental et physique d’Assange après des années de traque par l’establishment de la sécurité nationale. Très peu de gens veulent finir comme ça. Ils sont susceptibles de garder le silence, même si leur conscience les appelle à révéler des secrets du côté obscur au peuple américain.

²

Le deuxième message s’adresse aux personnes qui divulguent les secrets du côté obscur qui leur sont divulgués – des organisations comme Wikileaks et des cadres au sein de ces organisations, comme Assange.

Le message qui leur est adressé est le même que le message adressé aux fuiteurs potentiels :

« Si vous osez publier l’une de nos activités du côté obscur, nous vous attaquerons avec vengeance, tout comme nous l’avons fait avec Julian Assange. Nous allons vous traquer, vous inculper, vous poursuivre, vous persécuter, vous incarcérer, vous torturer et peut-être même vous tuer.

Oh, bien sûr, ils ne s’en prendront pas aux grands noms des médias, c’est pourquoi les grands noms des médias ne se soucient pas de ce qu’ils ont fait à Assange. L’establishment de la sécurité nationale a de toute façon les grands médias sous son contrôle. Ils s’en prendront aux petites organisations et aux personnes – les moins puissantes, celles qu’elles peuvent plus facilement briser financièrement, émotionnellement et psychologiquement.

Encore une fois, le but est la suppression. Les personnes et les organisations qui acquièrent des informations détaillant les activités du côté obscur de la part de l’establishment de la sécurité nationale doivent être informées que si elles décident de publier cette activité du côté obscur, elles finiront au même endroit que Julian Assange — c’est-à-dire qu’on leur retire des années de leur vie et, à la fin, finissent dans un état émotionnel et physique brisé.

Le troisième message s’adresse au peuple américain.

Lorsque le gouvernement américain est passé d’une république à gouvernement limité à un État de sécurité nationale après la Seconde Guerre mondiale, un marché implicite a été conclu avec le peuple américain.

Le marché était le suivant :


« Nous exercerons des pouvoirs du côté obscur en votre nom pour vous protéger des communistes, qui viennent vous chercher. Ce seront des pouvoirs peu recommandables qui ont toujours été illégaux en vertu de la loi américaine. Mais soyez assuré que nous garderons toute cette activité du côté obscur pour vous, afin que votre conscience ne soit pas dérangée par les choses que nous devrons faire pour vous protéger.

Ainsi, ce qu’Assange et Wikileaks ont fait équivalait à une ingérence délictuelle dans ce contrat implicite entre l’establishment de la sécurité nationale et le peuple américain.

Grâce à Assange et Wikileaks, le peuple américain a appris certaines des activités du côté obscur de l’establishment de la sécurité nationale, y compris le meurtre d’innocents, ce qui a provoqué la consternation de nombreux Américains, en particulier ceux qui préféreraient ne rien savoir de telles choses. comme les assassinats, les enlèvements, la torture, les disparitions de personnes et l’aide aux régimes dictatoriaux pour tuer ou faire disparaître des innocents.

En pourchassant, en persécutant, en poursuivant, en extradant, en incarcérant, en torturant et peut-être même en tuant Assange, les responsables américains disent au peuple américain qu’ils n’ont pas à se soucier d’apprendre d’autres activités du côté obscur à l’avenir.

Le message est le suivant :

« Notre marché se poursuivra. Les choses continueront comme elles l’ont fait au cours des 75 dernières années de l’Amérique en tant qu’État de sécurité nationale – où nous – le Pentagone, la CIA et la NSA – continuerons d’exercer des pouvoirs omnipotents du côté obscur au nom de vous garder à l’abri des communistes, des terroristes, des trafiquants de drogue, des musulmans, des immigrants illégaux, de l’Etat islamique, d’al-Qaïda, de la Russie, de la Chine, de la Syrie et d’autres ennemis officiels, opposants, rivaux et concurrents. Vos consciences ne seront pas troublées car nous continuerons à vous cacher notre activité du côté obscur. »

Le peuple américain doit annuler ce mauvais marché.

Mais même cela ne suffit pas. Ils doivent également débarrasser notre système gouvernemental fédéral de cette institution maléfique connue sous le nom d’État de sécurité nationale et restaurer le système constitutionnel fondateur de notre nation d’une république à gouvernement limité.

Cela mettrait notre nation sur la voie de la liberté, de la moralité, de la conscience, de la paix, de la prospérité et de l’harmonie avec les peuples du monde. Les souffrances profondes infligées à Julian Assange par l’État américain de sécurité nationale n’ont pas besoin d’être vaines.

Par Jacob G. Harnberger

Source


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.


Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci



ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 19 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page