Conscience

SORTIR de la BOÎTE…

Comment renverser le piège du "nivellement par le bas"

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi les entreprises continuent de produire des produits de mauvaise qualité qui sont non seulement mauvais pour les individus, mais aussi pour la planète?

En fait, c’est une course dans un tourbillon sans fin.

La course au nivellement par le bas est un concept qui peut nous aider à considérer comment nos infrastructures sociétales actuelles incitent les entreprises à adopter ce type de comportement afin de continuer à fonctionner « avec succès »: c‘est-à-dire  dans le seul but de l’acquisition d’une richesse financière.

Ce concept nous aide également à nous sortir de l’idée que les entreprises sont simplement mauvaises et contraires à l’éthique et nous permet de commencer à voir un peu plus clairement le problème le plus important.

Si nous pouvons vraiment identifier n’importe quel problème et les différentes façons dont le problème se connecte à d’autres domaines de la société, nous pouvons commencer à résoudre les problèmes à la base.

La course au nivellement par le bas fait référence à une situation concurrentielle dans laquelle une entreprise, un État ou une nation tente de réduire les prix de la concurrence en sacrifiant les normes de qualité ou la sécurité des travailleurs (souvent défiant la réglementation) ou en réduisant les coûts de main-d’œuvre.

Vous avez probablement reconnu ce qui se passe dans notre monde.

²

Par exemple, Apple modifie la qualité de ses composants pour économiser de l’argent et mieux rivaliser sur le marché. Le résultat est un produit plus cher qui est pire, sans parler des ateliers de misère en Chine, où leurs téléphones sont fabriqués, dans des conditions de travail inhumaines.

Prenons un exemple hypothétique.

Quatre entreprises se lancent dans la fabrication de céréales pour le petit-déjeuner des enfants. Au début de leurs entreprises, les entreprises utilisent des ingrédients de haute qualité, peut-être même biologiques, pour fabriquer leurs céréales. Il n’y a pas de sucres, pas de colorants ajoutés ou de conservateurs…

Au fil du temps, les entreprises gagnent de l’argent en se faisant concurrence, mais finalement les actionnaires d’une entreprise commencent à se sentir un peu nerveux lors d’un ralentissement économique et veulent plus de retours sur leurs investissements.

Afin d’apaiser les actionnaires, cette société décide de réduire ses coûts pour augmenter ses profits.

Ils remplacent leur blé de haute qualité par un équivalent OGM moins cher. Ils ajoutent du sirop de maïs à haute teneur en fructose et des colorants artificiels au mélange, en ajoutant des guimauves colorées aux céréales. Cela réduit non seulement le coût de leur produit autrefois de haute qualité, mais crée également une dépendance au produit chez les enfants… Résultat : un marché élargi!

Dans une tentative de suivre la baisse actuelle des bénéfices, les autres entreprises commencent à emboîter le pas et à trouver leurs propres moyens d’économiser de l’argent avec leurs céréales. Après tout, s’ils ne le font pas, ils perdront au jeu de gagner de l’argent et de rester présents dans les affaires.

Alors, ils insèrent des ingrédients de qualité inférieure, ils recherchent la dépendance au sucre et mettent en œuvre les meilleures pratiques (pour eux), et trouveent en plus, un moyen d’attirer les enfants avec de belles mascottes sur leurs boîtes.

Bien sûr, ce genre de choses se passe une étape à la fois. L’élasticité de l’éthique et de la moralité va oeuvrer au fil du temps.

Ce jeu de con se poursuivra encore et encore, jusqu’à ce que la qualité de la nourriture soit finalement si mauvaise que ça va donner une génération d’enfants mal nourris, accros au sucre ou au sirop de maïs à haute teneur en fructose.

Les profits y gagnent, la santé collective y perd. (mais Big Pharma sera là pour gérer ce monde malade…)

Vous pourriez soutenir qu’en gérant les affaires de cette façon, nous employons plus de personnes et donc des personnes disposant de moyens financiers et d’une amélioration de la qualité de vie.

Mais le problème avec cet argument, c’est qu’il ne reconnaît pas que nous jouons à un jeu truqué, que nous avons inventé, et que nous pouvons changer.

La principale raison pour laquelle nous continuons à nous investir dans le jeu actuel, c’est que nous sommes convaincus que c’est le mieux que nous puissions faire. Nous acceptons cela car la grande majorité d’entre nous ne remettons même pas en question ou ne comprennent pas comment nos systèmes sont truqués.

Vous pensez peut-être voter avec votre Dollar ou votre Euro?

Certains pensent que voter avec notre Dollar (ou notre Euro) est la voie à suivre. Peut-être que dans certains cas, ça pourrait fonctionner. mais c’est surtout un moyen à court terme et pas une solution à long terme.

Voter avec votre Dollar (ou votre Euro) signifie accepter des coûts plus élevés associés à des produits de haute qualité, c’est-à-dire une norme de produits qui devrait être ce qu’on nous propose à la base…


La qualité ne devrait pas devenir une rareté.

En réalité, la grande majorité des gens ne peuvent même pas se permettre de « voter avec leur dollar » compte tenu de l’état de pauvreté locale et planétaire. Ainsi, un grand marché pour les produits de faible qualité existera toujours.

Une autre conception clé de notre système économique est que les riches deviendront toujours plus riches et les pauvres toujours plus pauvres. L’inflation fera toujours en sorte que « voter avec votre dollar » devienne de plus en plus difficile chaque année qui passe. Peut-on s’attendre à quelque chose de différent de ce système?

Y a-t-il une solution?

C’est la partie la plus difficile de cette discussion. C’est principalement parce qu’elle invite les gens à oublier tout ce qu’ils savent, tout ce qu’ils ont étudié et viennent apprendre à maîtriser: le fait d’être un rouage dans le système.

La solution à un problème comme celui-ci n’est pas nécessairement centrée sur le lobbying du gouvernement pour qu’il subventionne les ingrédients biologiques afin que les entreprises de céréales pour petit-déjeuner puissent offrir une céréale de meilleure qualité à un prix inférieur.

Peut-être que ce type d’action peut créer une solution isolée à court terme, mais quels autres problèmes surgiront si l’on change la destination des subventions? Qui se fâchera ensuite? Les gens veulent-ils être davantage taxés?

Tenter de résoudre ce problème isolé est susceptible de créer d’autres problèmes ailleurs, compte tenu de la conception de notre société actuelle.

Nous devons réfléchir ensemble à un nouveau système.

Et puis mettre en place un plan pour y parvenir rapidement.

La discussion autour de la refonte de la société est là où nous en sommes.

Même si cela semble être une discussion difficile parce que la plupart des gens ne peuvent pas imaginer une société en dehors de ce que nous avons actuellement, c’est notre seule option.

Au lieu de passer des centaines d’heures dans de grandes réunions et événements à parler de la façon dont nous pouvons apporter des changements mineurs à nos systèmes existants, ce qui, la plupart du temps, ne fera que créer plus de problèmes, peut-être pourrions-nous rassembler les esprits pour parler d’une refonte entièrement différente de la société qui place la qualité de vie et la prospérité humaine au sommet de la liste des priorités.


Notre société actuelle ne donne pas la priorité à la qualité de vie de tous les humains. Elle ne donne pas non plus la priorité à la prospérité de la planète, des animaux et des humains.

Pour les humains, peu d’attention est accordée à la santé émotionnelle, à la santé mentale, à l’esprit ou à la joie. Nous sommes des travailleurs voués à maintenir l’économie en croissance continue.

Comment peut-on s’attendre à ce qu’un monde produise une qualité de vie élevée alors que ce n’est littéralement pas la priorité des structures sociétales sur lesquelles il est construit?

Par où allons-nous commencer?

Eh bien, un changement dans la façon dont nous analysons les problèmes est certainement une chose qui doit se produire.

Au lieu de voir les choses simplement au niveau de la surface et de se précipiter pour identifier le problème isolé, pouvons-nous étirer notre esprit pour voir comment les problèmes sont liés? Pouvons-nous dépasser les idéologies politiques pour voir d’autres façons d’aborder les problèmes? Prenons-nous vraiment le temps de comprendre l’autre, les expériences de chacun et à quoi ressemble la vie de chacun de nous?

Je crois que bon nombre de ces qualités sont à la base de notre chemin au-delà de nombreux défis d’aujourd’hui. Mais il faudra une intention ciblée pour développer ces qualités et ces capacités en nous-mêmes afin d’y arriver.

Une fois que nous avons compris que c’est à nous de refondre la société et non pas à un quelconque groupe qui se réunit à Davos ou à Trifouillis les Oies, nous sommes à même de pouvoir commencer à l’inventer…

Tout d’abord, SORTONS DE LA BOÎTE….


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci



ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 143 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page