Secrets révélés

Qui a construit la Lune ? (8) Intelligence externe

Traduction du livre de Christopher Knight et Alan Butler

Knight et Butler ont découvert que la Lune possède peu ou pas de métaux lourds et n’a pas de noyau, ce qui ne devrait pas être possible. Leur conclusion convaincante : si la vie supérieure ne s’est développée sur Terre que parce que la Lune est exactement ce qu’elle est et où elle se trouve, il devient déraisonnable de s’accrocher à l’idée que la Lune est un objet naturel.

Lire tous les chapitres du livre Qui a construit la Lune ?

Chapitre 8 : Intelligence externe

Plutôt que de transmettre des messages radio, les civilisations extraterrestres trouveraient beaucoup plus efficace de nous envoyer un « message dans une bouteille », une sorte de message physique inscrit sur la matière, qui pourrait nous attendre dans notre propre environnement. – Professeur Christopher Rose de Rutgers. University, NewJersey & Gregory Wright, un physicien de Antiope Associates, New Jersey

L’idée que des formes de vie intelligentes pourraient exister ailleurs dans le cosmos est un intérêt relativement récent pour l’humanité. Pendant des milliers d’années et à travers d’innombrables cultures, il a été plus ou moins accepté que tout ce qui vit en dehors de notre propre environnement immédiat tombait inévitablement dans la classification d’un dieu ou d’un serviteur des dieux, comme les saints, les anges ou les séraphins qui habitent le ciel de la tradition judéo-chrétienne.

Même après l’apparition du télescope, vers 1600, l’Eglise catholique en particulier ne tenait pas à ce que ses dogmes concernant la nature de la la Terre et sa relation avec l’espace soient altérés de quelque façon que ce soit. Dans la doctrine chrétienne, le Soleil et la Lune ont  tous deux été créés directement par Dieu, tout comme les étoiles et les planètes.


Le premier livre de la Bible, la Genèse, établit l’ordre dans lequel Dieu a créé le cosmos observable et toute personne qui semblait mettre des bâtons dans les roues à ces dogmes, comme par exemple Galilée (1564-1642) qui a suggéré que le Soleil, et non la Terre, était le centre du système solaire, était susceptible d’être sévèrement censuré.

Galilée a été contraint d’abjurer ses opinions hérétiques et a été condamné à l’assignation à résidence perpétuelle mais il a probablement eu la chance d’en sortir vivant.

Même avant l’époque de Galilée, les personnes pensantes n’étaient pas dupes de la dissimulation de l’Église sur le système solaire. Le navigateur portugais Ferdinand Magellan (1480-1521) a compris ce qu’il voyait au moment d’une d’une éclipse de lune :


« L’Église dit que la terre est plate, mais je sais qu’elle n’est pas plate. Je sais qu’elle est ronde parce que j’ai vu son ombre sur la lune et j’ai plus de foi en une ombre qu’en l’église. »

Seuls les effets de la Renaissance et des réformes de l’Église à travers l’Europe ont brisé l’emprise des vieux dogmes de l’église. Sur la fin du 17ème siècle, avec les télescopes qui prolifèrent, presque tout le monde pouvait voir de près le Soleil, la Lune, les planètes et les étoiles. Le chat était vraiment sorti du sac et la nature véritable du système solaire en particulier commençait à devenir apparente.

Depuis que Charles Darwin a écrit L’Origine des espèces au milieu du 19ème siècle, il est devenu évident que la vie sur Terre a évolué sur des milliards d’années depuis les premières entités unicellulaires jusqu’à  toutes les créatures du monde d’aujourd’hui. Les idées de Darwin ont été discutées farouchement à l’époque, mais l’accumulation de preuves de la paléontologie, de la génétique, la zoologie, la biologie moléculaire et de nombreux autres domaines ont progressivement établi la vérité de l’évolution au-delà de tout doute raisonnable.

Il est donc ironique de constater que la nation la plus scientifiquement avancée que le monde
n’a jamais connu, les États-Unis, a un grand nombre de « créationnistes » – des gens qui s’accrochent encore aux enseignements de l’Église médiévale. Ils essaient actuellement de persuader les politiciens, les juges et le grand public que l’évolution est un mythe non prouvé bricolé par des athées. Ils font pression pour que leurs idées, telles que  le « dessein intelligent », soient enseignées en tant qu’alternatives à l’évolution dans les classes de sciences. Leurs partisans admettent que leur objectif est de maintenir les écritures de la religion chrétienne enseignées à l’école comme la parole de Dieu, plutôt qu’une collection d’anciens textes juifs. Leurs arguments contre le concept de « sélection naturelle » de Darwin ne sont pas raisonnés ou basés sur aucun principe normal de la science moderne. Ces personnes semblent être intellectuellement coincées, des centaines d’années dans le passé, à une époque avant que des masses de nouvelles données ne soient disponibles. Cependant, il est intéressant de noter que les universitaires pensaient autrefois cela aussi.

Le Dr John Lightfoot, le vice-chancelier de l’Université de Cambridge n’avait pas peur d’être
précis sur l’origine de l’ Univers lorsqu’il a dit en 1642 :


« Le ciel et la terre, le centre et la circonférence, ont été créés ensemble, au même instant, et les nuages  d’eau… Cette oeuvre a eu lieu et l’homme fut créé… le 17 septembre 3928 avant J.C. à neuf heures du  matin.

Le pauvre Dr Lightfoot semble avoir été ignorant même des faits les plus basiques de la science. Il n’a clairement pas réalisé  qu’il n’y a pas de 9 heures du matin, parce que chaque heure du jour existe simultanément sur notre planète en rotation ; cela dépend juste de l’endroit où l’on se trouve. Heureusement, l’année même où Lightfoot a fait cette déclaration, un petit garçon est né dans le village de Woolsthorpe dans le Leicestershire. Le nom de l’enfant était Isaac Newton et il est devenu le professeur le plus célèbre de l’Université de Cambridge et un homme qui allait susciter un bond en avant dans la compréhension humaine de l’Univers.

Newton n’a cependant pas rejeté le rôle de Dieu. Ainsi, il a écrit sur la prophétie judéo-chrétienne,  dont il voyait que le déchiffrage était essentiel à la compréhension de Dieu. Dans son livre  sur ce sujet, il estime que le christianisme s’est égaré en 325 après JC, lorsque l’Empire romain en ruine a déclaré que Jésus-Christ n’était pas un homme mais un aspect de la divinité même qui avait construit l’univers.

Aujourd’hui, nous avons le bénéfice d’une masse de données provenant de toutes sortes de disciplines qui montrent que la Terre a près de cinq milliards d’années, mais de nombreux créationnistes citent fréquemment la chronologie produite par James Ussher qui était Archevêque d’Armagh et primat de toute l’Irlande au début du dix-septième siècle. Son analyse, basée sur son interprétation de la Bible du roi Jacques, lui a permis de déclarer avec assurance que la création du monde a eu lieu en 4004 avant J.-C.

Une telle datation soulève toutes sortes de problèmes comme l’existence évidente des dinosaures, par exemple, et le fait que la ville de Jéricho, près du Jourdain, a été continuellement occupée depuis 10 000 ans. (Il est intéressant de noter que l’origine du nom Jericho » est cananéen et signifie « la Lune »).

Il existe des sites web créationnistes qui mettent en avant des « preuves » où leurs auteurs croient démontrer que les humains et les dinosaures ont vécu en même temps – vraisemblablement autour du temps où le Yard mégalithique était introduit !

Mais il ne s’agit pas d’idées marginales car il y a un grand nombre de personnes qui croient que le temps géologique est un mythe. Selon une enquête menée par l’organisation Gallup en 1999, la majorité des Américains ayant reçu une éducation de niveau secondaire ou moins, croit que Dieu a créé les humains dans leur forme actuelle au cours des 10 000 dernières années environ. Et un inquiétant quarante-quatre pour cent des diplômés de l’enseignement supérieur sont de cet avis.

Une équipe de recherche internationale dirigée par des scientifiques de l’Université de la Colombie-Britannique voit la création comme étant identique à la vision du Dr Lightfoot et de l’archevêque Ussher. Le professeur Harvey Richer, le chercheur principal de l’étude, a confirmé les recherches précédentes qui fixent l’âge de l’Univers à treize ou quatorze milliards d’années. L’équipe  a mesuré la luminosité et la températures des étoiles naines blanches (les restes brûlés des premières étoiles qui se sont formées dans notre galaxie),parce qu’elles sont des « horloges  cosmiques » qui s’affaiblissent au fur et à mesure qu’elles se refroidissent de manière très prévisible.

Des calculs plus récents, effectués par Lawrence Krauss de la Case Western Reserve University et Brian Chaboyer du Dartmouth College, publiés dans la revue Science, situent l’Univers à quelque chose comme vingt milliards d’années.

Les créationnistes essaient souvent d’invalider l’évolution en pointant du doigt l’incapacité actuelle de la science à expliquer l’origine de la vie. John Rennie, l’éditeur en chef de Scientific American a contré cela en disant :

« …même si la vie sur Terre s’avérait avoir une origine non-évolutive (par exemple, si des extraterrestres ont introduit les premières cellules il y a des milliards d’années), l’évolution depuis lors serait solidement confirmée par d’innombrables micro évolutions et macro-évolutions.

Il est vrai que, bien que la science puisse expliquer comment la vie a évolué sur Terre, la manière dont tout a commencé est un mystère complet. Et, pour autant que nous le sachions, la Terre est le seul endroit où la vie existe.

Au 19ème siècle, certaines personnes ont spéculé qu’il pourrait y avoir de la vie, ou même des personnes, vivant sur la Lune. Il est maintenant certain qu’aucune vie naturelle ne pourrait exister sur la Lune, qui est un monde stérile constamment irradié par le Soleil et manquant à la fois d’eau de surface et d’une atmosphère suffisamment dense pour supporter la vie. I

l y a eu une époque plus récente où Vénus, la deuxième planète en partant du Soleil, semblait être une candidate potentielle pour un certain type de vie parce que ses nuages denses cachaient la surface à la vue, donc, pour ce que nous en savions, elle pouvait être aussi verte et verdoyante que celle de la Terre. Mais comme nous le savons maintenant, c’est une fournaise chaude et continuellement soumise à des pluies d’acide sulfurique. En conséquence, les chances de vie semblent presque inexistantes.

Mars est certainement plus froide et il y a de l’eau près de ses régions polaires. Au moment d’écrire ce livre, certaines personnes s’accrochent encore à la à la possibilité qu’il puisse y avoir une sorte de vie primitive sur Mars, soit maintenant, ou à un moment donné dans son lointain passé. Si elle existe, la vie sur Mars est probablement  extrêmement simple.

Les autres planètes du système solaire, étant des géantes gazeuses., sont encore moins susceptibles de supporter une quelconque forme de vie telle que nous la connaissons. De loin la majorité des experts acceptent maintenant que si une vie avancée de quelque sorte existe dans des endroits autres que la Terre, nous devrons certainement chercher profondément dans l’espace interstellaire pour la trouver.

Notre système solaire n’est qu’un système parmi tant d’autres qui existent sans aucun doute, même dans notre propre coin de l’espace. Les astronomes ont identifié des soleils qui ont des planètes en orbite autour d’eux et on estime qu’il y a un milliard d’étoiles dans notre propre galaxie, chacune d’entre elles pourrait posséder un système planétaire où la vie aurait pu évoluer et prospérer.

Au-delà de notre galaxie, il y en a d’innombrables autres. Il est peut être faux de penser que seule notre minuscule planète bleue, au milieu d’une telle prolifération de soleils porteurs de planètes, a produit une espèce pensante telle que la nôtre. Mais pour autant que nous le sachions maintenant, nous sommes seuls.

Une fois que la taille de l’espace a été constatée, il est aussi devenu évident que même s’il y a des centaines ou des milliers d’espèces intelligentes dans l’espace, les chances que nous les rencontrions d’une manière ou d’une autre est assez faible. La distance est un problème mais ce n’est pas le seul problème. L’une des plus grandes pierres d’achoppement pourrait être le temps lui-même. Pour que nous puissions communiquer avec une autre espèce avancée, il faudrait qu’elle ait atteint au moins notre niveau de sophistication, soit en même temps que nous ou peu avant.

Bien que l’humanité a créé au moins deux sondes qui sont actuellement en train de quitterles environs de notre propre système solaire, il faudra des décennies, ou peut être des siècles, avant que nous nous embarquions dans un voyage spatial interstellaire de manière significative. Même si nous le faisons, les réponses que nous cherchons, en termes de de trouver d’autres êtres intelligents, seront probablement très longues à arriver.

L’idée d’un vaisseau spatial voyageant plus vite que la vitesse de la lumière reste du domaine de la science-fiction. Si, comme Einstein l’a proposé, la vitesse de la lumière est une limite, il faudrait de nombreuses années pour atteindre simplement l’étoile la plus proche. Aller au-delà de notre propre galaxie, la Voie Lactée, semblerait impossible car le prochain endroit le plus proche que nous pourrions visiter est la galaxie naine du Sagittaire, qui a « seulement » quelques millions d’étoiles et se trouve à une distance stupéfiante de 80 000 années-lumière.

La galaxie la plus proche est le Grand Nuage de Magellan et elle est à 170 000 années-lumière. Partir à la rencontre de nos cousins intergalactiques ou extragalactiques semble être une idée sans espoir, même si nous savions où ils se trouvent. Cela signifie-t-il que nous ne pourrons jamais dire bonjour à l’un d’entre eux ? Pas nécessairement. Si nous ne pouvons pas les saluer en face à face, il peut être possible de les écouter.

Une grande partie de l’énergie ainsi créée s’écoule dans l’espace sous forme de rayonnement électromagnétique. Il existe de nombreuses longueurs d’onde de ce rayonnement, dont certaines nous sont familières dans notre vie quotidienne. La panoplie complète de ce rayonnement est connue sous le nom de « spectre électromagnétique ». Les plus courtes des longueurs d’onde sont celles que nous avons appelées « ondes gamma ». À l’autre extrémité du du spectre électromagnétique, on trouve les ondes radio extrêmement longues, que nous exploitons tous les jours. La lumière visible est également une composante du spectre électromagnétique, tout comme les micro-ondes utilisées quotidiennement par de nombreuses cuisinières.

En fait, nous recevons des messages radio de toutes les parties du cosmos en permanence. Ils sont émis par les soleils et d’autres corps beaucoup plus étranges dans notre propre galaxie et au-delà, en tant que résultat des processus physiques qui ont lieu en leur sein. Le rayonnement électromagnétique voyage à travers le quasi vide de l’espace à la vitesse de la lumière. Une fois qu’on a réalisé qu’on pouvait écouter,les processus qui se déroulent dans notre cour stellaire  et au-delà, la radioastronomie est née.

En 1931, un ingénieur américain du du nom de Karl Jansky, qui travaillait  pour les laboratoires  Bell, menait des expériences sur les interférences  qui se produisaient à travers certaines  longueurs d’onde radio. Il a construit une succession d’antennes et a réussi à isoler trois sources distinctes d’interférences radio ou statique. Premièrement, il pouvait détecter les orages locaux; et deuxièmement, les orages se déroulant à une plus grande distance. Cependant, il y avait une troisième source d’interférence qui était constante et toujours présente qu’il ne pouvait pas, au début, identifier. En déplaçant ses antennes, Jansky a finalement été capable d’isoler la source de cette troisième forme d’interférence radio. A sa propre surprise et à celle de beaucoup d’autres personnes, elle provenait de la Voie lactée et en fait, elle provenait du centre même de notre propre galaxie.

Comme beaucoup de découvertes controversées celles de Jansky ont été ignorées pendant quelques années. Mais tout le monde n’était pas sceptique. En lisant sur les observations de Jansky, en 1937 un autre ingénieur radio, Grote Reber, construisit sa propre antenne, bien que celle-ci aurait été plus familière à un radioastronomes modernes car il s’agissait d’une antenne parabolique. Reber a également capté les les étranges « messages » de l’espace.

L’intérêt pour les signaux provenant de l’espace a progressivement augmenté. En 1942, un officier de l’armée britannique, J S Hay, a réalisé les premières observations des émissions radio de notre propre Soleil, tout en travaillant sur les moyens de brouiller les signaux radio allemands. Une fois que la Deuxième Guerre Mondiale fut terminée, la radio astronomie a vraiment décollé et en quelques années, des signaux discrets provenant de toutes les parties de l’espace étaient reçus. Finalement, une source radio de fond a été reconnue qui ne pouvait pas être isolée à un point particulier de l’espace et on a finalement réalisé, dans les années 1960, que c’était le signal laissé par le Big Bang – la naissance même de l’Univers.

Bien sûr, tous les signaux qui étaient reçus étaient parfaitement d’origine naturelle. Mais vers la fin des années 50 un certain nombre de personnes impliquées dans la radioastronomie ont commencé à penser que si une espèce là-haut dans l’espace était déjà plus avancée que nous, elle pourrait bien utiliser les ondes radio afin de nous faire savoir qu’elle existait. La plupart des signaux radio reçus de l’espace peuvent être facilement identifiés et même ceux qui se sont avérés une énigme au début ont été prouvés comme ayant une origine naturelle. Mais si une espèce avancée voulait activement envoyer un message, il ne serait pas difficile pour elle d’utiliser un type de signal radio qui ne pourrait pas être confondu avec celui créé par un quelconque phénomène naturel – par exemple, un signal contenant une formule mathématique évidente.

En 1961, alors que la « course à l’espace avait enflammé l’imagination d’une génération, une nouvelle organisation a vu le jour. Elle s’appelait SETI – « Recherche d’une intelligence extraterrestre ». SETI était principalement l’idée d’un jeune ingénieur enthousiaste devenu radio-astronome, du nom de Frank Drake, un ingénieur de 31 ans qui s’était intéressé à la radioastronomie alors qu’il était à Harvard.

Drake était fasciné par la perspective d’utiliser la radioastronomie pour identifier d’autres espèces intelligentes dans le cosmos et pensait que nous devrions être activement à l’écoute de tout message qui pourrait être transmis depuis l’espace lointain.

Avec un autre scientifique intéressé, J Peter Pearman, un officier du Space Board de la National Académie des Sciences, Drake a organisé la première conférence SETI. Soucieux de montrer au monde entier à quel point la vie extraterrestre était probable, Drake est arrivé avec ce qui est maintenant connue sous le nom d' »équation de Drake ». Il est arrivé à la conclusion qu’il doit y avoir plusieurs milliers de civilisations intergalactiques capables de créer et d’envoyer des messages radio à travers l’espace.

L’idée du SETI a été immédiatement populaire auprès du public et pendant un certain temps la NASA a été impliquée. Pendant les années 60 et 70, la contribution de la NASA était assez discrète, mais en 1992, la NASA a lancé un programme programme SETI beaucoup plus formel. Malheureusement, moins d’un an plus tard, le Congrès américain a annulé le financement et la NASA, à contrecœur, s’est retirée du programme de recherche SETI. Ce n’était certainement pas la fin de l’histoire, car une partie des recherches prévues par la NASA ont été reprises par l’institut SETI à but non lucratif et par un organisme associé, la Ligue SETI.

Le SETI a maintenant enrôlé l’aide et le soutien de personnes du monde entier. De nombreux utilisateurs d’ordinateurs reçoivent régulièrement des paquets d’informations reçues par SETI, afin qu’elles puissent être analysées pendant les temps d’arrêt des ordinateurs. Des millions d’individus sont impliqués dans ce que l’on appelle le projet [email protected] à l’heure actuelle.

Où exactement dans le spectre électromagnétique, nous devrions écouter des messages
des messages des étoiles a été décidé en 1959. Phillip Morrison et Giuseppe Cocconi, deux jeunes physiciens de l’Université Cornell aux Etats-Unis ont coopéré pour soumettre un article à la prestigieuse revue scientifique, Nature, qui est paru en septembre 1959. Il  s’intitulait « Searching for Interstellar. En essayant de déterminer quelle partie du spectre électromagnétique à surveiller pour les signaux extraterrestres, Morrison et Cocconi ont finalement opté pour une fréquence de 1420MHz. Non seulement cette fréquence tombe dans une partie très « calme » du spectre disponible, mais elle représente aussi la fréquence d’émission de l’élément le plus commun dans l’Univers, qui est l’hydrogène. Morrison et Cocconi pensaient que toute espèce intelligente se rendrait compte de ces deux faits et serait donc plus susceptible de transmettre un message de bienvenue à ou autour de cette fréquence.

Certains messages prometteurs ont été reçus au cours des trois dernières décennies, mais, en fin de compte, ils  se sont tous avérés être des phénomènes naturels. L’espace peut fournir des signaux étonnamment « ordonnés ». Des objets en rotation rapide dans l’espace connus sous le nom de « pulsars » en sont un bon exemple. Donc les experts SETI sont extrêmement prudents et aussi profondément sceptiques lorsqu’une apparente « lettre des des étoiles » est annoncée.

L’un des plus grands problèmes pour SETI, ou en fait pour toute personne essayant de capter
un message de l’espace, est de savoir exactement à quoi s’attendre. Il est certain que toute espèce envoyant un tel message sera en avance sur nous technologiquement, parce que si le message reçu provient de l’espace profond, cela a dû prendre des milliers ou même des millions d’années pour nous atteindre. La culture qui l’a envoyé pourrait, au moment où il est reçu, avoir disparu, progressé encore plus ou s’être simplement lassée de toute notion de communication. Tout ce que nous pouvons faire est de prendre une position éclairée et supposer que pour toute espèce, il y aura des points communs en termes de lois irréfutables de la physique.

Nous pouvons recevoir une séquence mathématique logique, comme pi ou une liste de nombres premiers, il est simplement impossible de le savoir. Il y a des sceptiques qui suggèrent que tout le processus de recherche d’un tel message est voué à l’échec, ne serait-ce que parce que d’autres espèces intelligentes dans l’espace peuvent être si différentes de nous qu’il n’y aurait pas de points de contact reconnaissables des deux côtés. En d’autres mots, ils peuvent essayer de nous contacter en ce moment même et nous ne pouvons tout simplement pas comprendre le message.

A l’été 2004, nous avions déjà commencé à tirer nos propres conclusions sur la façon dont une espèce intelligente venue d’ailleurs pourrait nous avoir déjà contacté – l’humanité n’avait tout simplement pas encore reconnu le fait. La chance étant ce qu’elle est, un article est apparu dans l’édition d’août 2004 de New Scientist. Il a été écrit par Paul Davies, un scientifique du Centre Australien d’Astrobiologie à l’Université Macquarie, à Sydney. Nous avons trouvé agréable qu’un scientifique respecté discute publiquement de l’idée qu’une culture extraterrestre a pu mettre en place un message qui nous était destiné il y a plusieurs millions d’années : un message, que le professeur Davies compare également à l’intrigue du film 2001 : L’Odyssée de l’espace.

Tout en félicitant le SETI pour ses efforts pour traquer les messages  de l’espace, Paul Davies suggère qu’essayer de contacter l’humanité par le biais de signaux radio pourrait s’avérer assez peu fiable pour toute espèce extraterrestre lointaine. Il souligne que le problème du « timing » qui pourrait rendre le contact radio difficile, voire impossible. Peu importe combien de ces sociétés intelligentes il pourrait y avoir, la probabilité qu’elles transmettent pendant le court laps de temps pendant lequel nous avons écouté est très faible.

N’est-il pas possible, demande Davies, qu’une telle culture, probablement incommensurablement plus ancienne que la nôtre, ait pu avoir conçu un moyen beaucoup plus fiable pour nous faire connaître son existence? Ne pourrait-elle pas avoir opté pour une méthode de communication qui ne soit pas dépendante de la transmission de signaux pendant des millions d’années dans l’espoir que nous, ou quelqu’un comme nous, ait évolué pour avoir la capacité de déchiffrer les messages sous la forme d’ondes radio? Ne serait-il pas plus probable que nos cousins intergalactiques aient choisi quelque chose de beaucoup plus intemporel?

Cette suggestion, lorsque nous l’avons lue au début de l’article de Davies, nous a fait nous redresser et prêter attention car nous nous posions déjà la même question.

Davies poursuit en suggérant que, plutôt que des messages radio, un moyen bien plus fiable pour qu’une espèce extraterrestre nous contacte, serait de laisser des artefacts à proximité de planètes susceptibles d’engendrer une vie intelligente qui, avec suffisamment de développement, ne pourrait pas manquer de reconnaître.

Puis nous sommes tombés sur d’autres scientifiques de poids avec des idées similaires. Le professeur Christopher Rose de Rutgers University dans le New Jersey et Gregory Wright, un physicien chez Antiope Associates, également dans le New Jersey, ont déclaré que la transmission d’un signal radio par une civilisation extraterrestre, qui devrait probablement être détecté à 10 000 années-lumière, n’a pas de sens. Ils suggèrent  qu’il serait bien plus efficace de nous envoyer une sorte de message physique inscrit sur de la matière physique – une sorte de  « message dans une bouteille ». Et, selon eux, un tel message pourrait déjà nous attendre dans notre propre cour. Rose a observé que :

« Si l’énergie est ce dont vous vous souciez, il est terriblement plus efficace de lancer une pierre. Une fois que les signaux radio nous ont dépassé, ils disparaissent pour toujours, donc les extraterrestres devraient émettre des signaux en continu car nous n’avons eu la radio que pendant une minuscule fraction de de notre existence en tant qu’espèce avancée. Nous devions nous demander si cet objet physique ne serait pas la Lune et si l’information est là pour que nous la voyions – une fois que nous aurons compris ce vocabulaire ?

Si la Lune a un message, ce serait exactement ce que Paul Davies a appelé une technique « set and forget » qui survivrait pendant des millions ou même des milliards d’années. Toute sorte de structure physique conventionnelle, peu importe à quel point elle est impressionnante, finirait par s’effondrer sous les forces géologiques, surtout sur une planète très active comme la nôtre.

Il s’avère donc que les possibilités d’une « lettre des étoiles » qui peut survivre à des éons sont en fait très limitées.  En fin de compte, un tel message « physique » doit être soit extrêmement grand, soit extrêmement petit – et comme nous allions le découvrir, peut-être les deux.

Nous avions déjà découvert une quantité de matériel académique publié qui montrent que la Lune est le seul facteur le plus important dans le développement et l’entretien des formes de vie complexes sur la planète Terre. Du au fait que tout simplement, si la Terre est considérée comme un incubateur pour la vie – la Lune est la machine soigneusement programmée qui surveille et stabilise le processus. Un véritable système de maintien de la vie.

Cela peut être une merveilleuse coïncidence aux proportions épiques, ou cela pourrait être encore un autre miracle à ignorer, comme une conséquence inévitable du « Principe Anthropique ».

Que la suggestion avancée par Davies ait ou non un quelconque mérite, ça faisait la deuxième fois en un mois  où des scientifiques parfaitement respectables et sérieux ont publié des articles traitant honnêtement de la possibilité que nous ne soyons pas seuls dans l’Univers et que d’autres espèces pourraient essayer, ou auraient pu essayer dans le passé, de nous contacter.

Bien que nous sommes ravis de l’ouverture d’esprit qui semble se développer à l’égard de ce sujet, notre conviction profonde que le message, que SETI, Paul Davies, Rose et Wright recherchent, est juste devant nous. Il a été là depuis que l’humanité existe et ce qu’il a à nous dire est époustouflant dans ses implications.

Un message potentiel ?

A ce stade, nous nous sommes demandés à quoi ressemblerait un message qui aurait été planté sur la Terre ou dans ses environs immédiats et qui était destiné à survivre pendant une très longue période. Tout d’abord, nous avons pensé qu’il devrait être reconnaissable, afin qu’il puisse être clairement interprété comme un message avant que son contenu puisse être déchiffré. Deuxièmement, il devrait être soit extrêmement grand ou très petit afin de survivre aux puissances  géologiques et météorologiques de la Terre.

Dans le film 2001 : L’Odyssée de l’espace, la technique utilisée par les extraterrestres inconnus était une anomalie majeure qui ne pouvait être détectée que par une espèce techniquement compétente. En plaçant des objets avec une masse énorme sous la surface de la Lune, les extraterrestres savaient qu’ils seraient faciles à repérer dans un endroit où il y avait peu d’autres distractions. Mais dans cette histoire, le but des anomalies gravitationnelles n’était pas de communiquer avec la nouvelle espèce – c’était de renvoyer un message aux aliens que les créatures locales avaient atteint un certain niveau d’intelligence.

Donc, une anomalie de ce genre pourrait être suffisante pour alerter une espèce inconnue, comme la nôtre, qu’il y a un message en attente. L’étape suivante serait pour ceux qui diffusent le message de s’assurer que l’espèce cible comprenne le message qu’il leur est adressé.

Il est depuis longtemps admis que les chiffres sont le meilleur moyen de communiquer avec des créatures intelligentes d’un autre monde. Les hiéroglyphes ou tout autre marques ont peu de chances d’être compris sans aucun point de référence, tout comme il n’y avait aucun moyen de
comprendre les anciens hiéroglyphes égyptiens jusqu’à ce que la pierre de Rosette ait été découverte en 1799. Cet artefact du deuxième siècle avant Jésus-Christ a donné le même texte en grec et en hiéroglyphes, fournissant ainsi la clé pour comprendre une langue perdue.

Si des chiffres sont utilisés dans un tel message, ils doivent avoir un modèle discernable, quelle que soit la façon dont ils sont communiqués, afin qu’ils se distinguent du « bruit » de fond des valeurs numériques qui nous entourent partout. Même dans ce cas, il est extrêmement difficile de penser à des nombres qui sont certains d’être repérés une fois qu’ils sont dans notre propre environnement. La méthode la plus sûre, serait d’utiliser des ratios qui se démarquent, car les ratios ne dépendent pas des unités de mesure ou base choisie (par exemple, la base dix dans l’usage quotidien ou la base deux [binaire] utilisée en informatique).

Mais il nous est apparu que nous examinions ce processus à l’envers, car nous avons commencé par être alertés par des anomalies majeures spécifiquement liées à la Lune. Non seulement il semble très improbable que la Lune ait pu apparaitre naturellement, il s’avère en outre qu’elle a été la machine à incuber qui a si parfaitement nourri la vie.

Nous devons maintenant retourner à notre position de départ et regarder les chiffres qui sont tombés de la relation Terre-Lune-Soleil en termes de ratios et à ces mesures qui ressortaient si bien lorsque nous leur appliquions les unités mégalithiques.

La première et la plus évidente constatation à propos de la Lune est comment elle semble avoir la même taille que le Soleil quand on la regarde depuis la Terre. Or elle est 400 fois plus petite et 400 fois plus proche de la Terre que le Soleil. En supposant un moment que ceci pourrait être la première partie d’une carte de visite d’une source inconnue plutôt qu’une étrange coïncidence, nous devons noter trois facteurs :

  • 1. Elle est conçue pour être utile seulement pour des  créatures intelligentes vivant sur la surface de la Terre.
  • 2. Elle est conçue pour être remarquée à ce moment précis, à un million d’années près dans les deux sens, parce que la Lune ne se comporte de la manière dont elle le fait qu’à ce moment-là.
  • 3. Elle semble s’adresser à une espèce avec dix doigts, car le rapport entre la Lune et
    le Soleil est un nombre rond lorsqu’il est exprimé en base dix (par exemple en base huit le rapport serait de 1 à 620).

Maintenant, nous allons spéculer que le rapport entre la Lune et le Soleil pourrait  indiquer un message délibérément créé. Pour ce faire, nous devons suspendre toutes les idées préconçues de ce qui semble raisonnable et considérer plutôt ce qui, dans des circonstances normales pourrait être jugé impensable.

Nous allons donc temporairement considérer que les points 1, 2 et 3 ci-dessus sont valables et que quelqu’un ou quelque chose essaie de diriger l’attention des Terriens, possédant dix doigts et vivant à ce moment précis dans le temps, à regarder la Lune comme un potentiel message.

Alors, c’est parti !


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 176 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire