Divulgation Cosmique

Qu’en est-il de tous ces individus qui ont reçu le même étrange message provenant d’OVNIs?

Ils sont nombreux à avoir entendu un message provenant d’une soucoupe volante ou d’un objet volant non-identifié… Ils sont nombreux, pourtant, pour la plupart, ils racontent tous la même histoire: celle d’une civilisation des étoiles qui les informe du danger de persévérer dans nos activités nucléaires…!

Un avion de l’Air Force est sorti maladroitement du ciel maussade argentin et s’est écrasé près de Quilino en août 1957, préparant le terrain pour l’une des centaines d’étranges histoires de « contact » d’OVNI qui sont passées presque inaperçues dans les journaux du monde entier au cours des 20 dernières années. ans.

L’armée de l’air argentine a envoyé trois hommes sur le site pour garder l’épave jusqu’à ce que l’équipement approprié puisse être rassemblé pour le ramener à la base. Le soir du 20 août 1957, deux des hommes se sont rendus en ville pour s’approvisionner tandis que le troisième homme se prélassait dans leur tente.

Soudain, selon son histoire, il entendit un étrange bourdonnement aigu. Il est sorti de la tente et a été étonné de voir un énorme disque de métal lumineux planer directement au-dessus de lui. Horrifié, il a attrapé son pistolet mais n’a pas pu le sortir de l’étui pour une raison inconnue, a-t-il affirmé plus tard.

Debout, figé, tirant impuissant sur son arme, le jeune homme a entendu une voix douce venant de l’objet bourdonnant. La voix s’est doucement exprimée dans sa propre langue et lui a dit de ne pas avoir peur. Ensuite, elle lui a dit qu’il s’agissait d’un vaisseau spatial interplanétaire et qu’une base pour un tel vaisseau avait été installée dans la province voisine de Salta (une zone où des observations d’OVNI ont été constamment signalées au cours des 15 dernières années).

« Nous avons l’intention de vous aider », aurait déclaré la voix, « car l’utilisation abusive de l’énergie atomique menace de vous détruire ». La voix a poursuivi en disant que très bientôt le reste du monde connaîtrait les soucoupes volantes.

Puis les buissons et les arbres ont commencé à bruisser et l’engin a tiré droit vers le haut et a disparu.

²

Le jeune Argentin a été tellement bouleversé par cette expérience qu’il l’a rapporté, en intégralité, à son commandant. Ce dernier l’a pris au sérieux et a transmis l’histoire à l’un des journaux les plus importants et les plus respectés d’Argentine, Diario de Cordoba, qui a publié le récit complet deux jours plus tard. Le linguiste Gordon Creighton l’a traduit plus tard et l’a publié dans l’ouvrage universitaire anglais « Flying Saucer Review ».

Cette histoire, et les nombreuses autres du même genre, sont-elles de la pure foutaise?

Ou est-il possible que les objets volants non identifiés entrent en contact avec des Terriens déconcertés?

Malgré l’opposition bruyante de plusieurs groupes d’enquêteurs amateurs « sérieux et scientifiques » sur les ovnis, les histoires de contact continuent d’apparaître.

Comme la plupart des histoires de soucoupes volantes, elles sont rarement remarquées par la presse, et beaucoup d’entre elles contiennent des détails tellement ridicules qu’elles sont faciles à rejeter – jusqu’à ce que vous vous rendiez compte que les mêmes détails ridicules surgissent en Italie, au Brésil, en Suède, en Afrique, en lUnion soviétique, aux États-Unis et presque tous les autres pays de la Terre.

Considérez l’histoire racontée par l’acteur de cinéma Stuart Whitman, vedette de nombreux films.

Selon M. Whitman, il a été piégé dans sa suite au 12e étage d’un hôtel à la mode de New York lors de la grande panne d’électricité de novembre 1965, lorsqu’il a entendu « un son comme un engoulevent » siffler à l’extérieur de sa fenêtre. Il a regardé dehors et a vu deux objets lumineux en forme de disque, l’un bleu et l’autre orange. C’est du moins ce qu’il a dit plus tard au chroniqueur hollywoodien Vernon Scott. Puis il entendit une voix qui sonnait comme si elle venait d’un haut-parleur.

« Ils ont dit qu’ils avaient peur de la Terre », a expliqué Whitman, « parce que les Terriens jouaient avec des quantités inconnues et pourraient perturber l’équilibre de l’univers ou de leur planète … la panne n’était qu’une petite démonstration de leur pouvoir et ils pouvaient faire beaucoup plus avec presque aucun effort. Ils ont dit qu’ils pourraient empêcher toute notre planète de fonctionner.

Personne d’autre dans les rues bondées de New York sombre n’a signalé avoir vu ces objets et personne d’autre n’a apparemment entendu ce haut-parleur. Mais Whitman s’en tient à son histoire. Pourquoi est-ce que quelqu’un devine? Il n’a certainement pas besoin de publicité. Du moins pas ce genre de publicité.

Senhor Helio Aguiar ne semblait pas non plus à la recherche de publicité lorsqu’il a raconté son étrange histoire au journaliste brésilien Joao Martins en 1959. Statisticien de 32 ans employé par une banque à Bahia, au Brésil, Aguiar a non seulement affirmé ont reçu un message d’un OVNI, mais il a pris une série de photos surprenantes pour étayer son histoire.

Alors qu’il conduisait une moto près d’un endroit appelé Piata le 24 avril 1959, Senhor Aguiar dit avoir observé un disque argenté avec un certain nombre de fenêtres visibles sur le dôme au-dessus. Le dessous de cet objet portait trois marques ou symboles qui étaient à peine visibles dans les originaux de ses images mais, malheureusement, ne se reproduisent pas bien.

Aguiar a arrêté sa moto, a décroché sa caméra et a pris trois clichés rapides alors que l’objet effectuait des mouvements tranquilles au-dessus de sa tête. Puis, selon la traduction par Gordon Creighton du témoignage original du photographe, « il a commencé à ressentir une étrange pression dans son cerveau, et un état de confusion progressive l’a envahi.

Il avait vaguement l’impression que quelqu’un lui avait ordonné d’écrire quelque chose. C’était comme s’il était « hypnotisé ». Alors qu’il enroulait le film avant de prendre une quatrième photo, il a perdu tout sens de ce qui se passait.

La prochaine chose qu’Aguiar a su, il était affalé sur sa moto et l’OVNI était parti. Mais il tenait dans sa main un morceau de papier portant un message de sa propre écriture.

« Mettez un arrêt absolu à tous les tests atomiques à des fins guerrières », a averti le message. « L’équilibre de l’Univers est menacé. Nous resterons vigilants et prêts à intervenir.

Ce ne sont que trois des nombreuses histoires dans lesquelles de prétendus « contactés » ont affirmé avoir reçu des messages indiquant explicitement que nous devrions interrompre nos tests atomiques.

Chacun de ces rapports sonne comme de la pure fantaisie en soi, mais lorsque vous comparez tous ceux recueillis par des patients ufologues du monde entier, de nombreuses cohérences remarquables apparaissent. Les incohérences des motifs sont encore plus remarquables.

Les héros méconnus de ce récit sont les chercheurs dévoués qui ont été ridiculisés pendant des années alors qu’ils enquêtaient et enregistraient sobrement chacune de ces histoires et recherchaient les modèles sous-jacents. L’Aerial Phenomena Research Organization (APRO) à Tucson, Arizona, par exemple, a obstinément gardé la trace de chaque histoire obscure de contact avec des ovnis, comme l’a mentionné la « Flying Saucer Review » de Grande-Bretagne. Et maintenant, enfin, de nombreuses pièces de ce puzzle fascinant commencent à s’emboîter.

D’une part, il devient maintenant clair que ces contacts ont peut-être eu lieu ; que peut-être les témoins ne mentaient pas ou n’hallucinaient pas après tout. Au lieu de cela, il semble que les UFOnauts leur aient peut-être menti.

Après tout, si une soucoupe volante atterrissait dans votre jardin et un homme en combinaison spatiale était sorti vous disant qu’il vient de Vénus, vous ne discuteriez guère avec lui. Vous diriez probablement à vos amis et à la presse qu‘ »une soucoupe volante de Vénus a atterri dans mon jardin ». Ils pourraient ne pas vous croire – ils vous éviteraient probablement à partir de ce jour, mais vous n’auriez aucune raison de ne pas croire votre visiteur. Ou le feriez-vous?

Les messagers OVNI nous ont fourni des informations – et de la désinformation – pendant des années.

Ils ont répandu de nombreux mensonges audacieux et éhontés, qui ont tous été consciencieusement enregistrés par les «contactés». Peut-être que ces mensonges ont été délibérément transmis à des témoins qui sont tombés sur l’étrange engin parce que les UFOnautes savaient que lorsque les mensonges seraient exposés, toute l’histoire des témoins serait discréditée.

Depuis 1897, plus de 2 500 récits de contacts ont été publiés et, ces dernières années, une poignée de chercheurs sont retournés à d’anciens fichiers de journaux pour examiner et étudier minutieusement cette masse de données. Certaines de leurs découvertes sont aussi incroyables que les histoires elles-mêmes.

De 1896 à 1897, des avions géants ressemblant à des dirigeables ont été aperçus dans le monde entier (c’était avant que nous ayons réussi à faire décoller nos propres dirigeables), et des hommes comme le Dr Jacques Vallée, Jerome Clark et Lucius Farish ont passé de nombreuses une heure fatigante dans des bibliothèques moisies rassemblant les centaines de rapports publiés dans les journaux de cette période. Le plus étonnant de tous, il y a eu de nombreux « contacts » au cours de ce « volet » historique d’OVNI et de nombreux détails sont mal à l’aise avec les récits de contactés modernes.

Certains de ces pionniers « contactés » étaient des personnages assez impressionnants.

Le juge Lawrence A. Byrne de Texarkana, Ark., par exemple, a été décrit comme un homme « qui est connu ici pour sa véracité » par le journaliste du Daily Texarkanian qui a raconté son histoire étrange dans l’édition du 25 avril 1897 de ce journal.

« J’étais sur le bayou de McKinney vendredi après-midi en train de m’occuper de l’arpentage d’une parcelle de terrain », a déclaré le juge, « et en traversant un fourré vers un espace ouvert, j’ai vu un objet d’aspect étrange ancré au sol. En m’approchant, j’ai trouvé que c’était le «dirigeable» sur lequel j’ai tant lu ces derniers temps. Il était tenu par trois hommes qui parlaient une langue étrangère, mais à en juger par leur apparence, je les prendrais pour des Japonais. Ils ont vu mon étonnement et m’ont fait signe de les suivre, et en obéissant, on m’a fait traverser le navire.

Le juge a ensuite fait une description « étudiée » de l’intérieur de l’engin et a tenté d’expliquer les machines qu’il a vues mais ne pouvait pas tout à fait comprendre : stature, peau foncée et traits orientaux.

Des descriptions identiques ont surgi à maintes reprises dans les histoires d’autres contactés à travers le monde. Même la célèbre histoire de « l’enlèvement » de Betty et Barney Hill comprend des descriptions similaires.

Peut-être que certaines des soucoupes volantes sont en fait actionnées par de tels êtres.

En mars et avril 1897, il y avait des centaines d’autres histoires de « vaisseaux aériens » de toutes les régions du pays. Mais en décembre 1896, un certain J. A Heron, électricien à San Jose, en Californie, a déclaré aux journalistes qu’il avait également été emmené à bord de l’un des engins et qu’« il s’élevait très haut dans les airs, puis se dirigeait vers l’ouest jusqu’à ce qu’il atteint Honolulu.

Ici, il a fait demi-tour et est revenu au point de départ, le voyage ayant été effectué en une nuit. L’histoire de M. Heron est parallèle aux nombreuses histoires de contactés modernes de brefs voyages à bord de soucoupes volantes qui ont couvert des centaines, voire des milliers de kilomètres en un court laps de temps.

De grandes foules à Chicago et Omaha ont vu des survols de ces engins en avril 1897, et le 15 avril, l’un des objets aurait atterri à l’extérieur de Springfield, Illinois. Deux ouvriers agricoles, Adolph Winkle et John Hulle, ont signé des déclarations sous serment qu’ils avaient discuté avec les occupants – deux hommes et une femme. On leur a dit qu’un rapport complet serait remis au gouvernement « lorsque Cuba sera déclarée libre ». (La guerre hispano-américaine contre Cuba était alors en cours.)

Le 22 avril, un « chef de train bien connu d’Iron Mountain » nommé le capitaine James Hooton a raconté avoir rencontré un OVNI au sol près de Homan, Ark.

« Il y avait un homme de taille moyenne à bord », a déclaré Hooton à un scribe de l’Arkansas Gazette,  » et j’ai remarqué qu’il portait des lunettes fumées. Il bricolait autour de ce qui semblait être l’arrière du navire, et alors que je m’approchais, j’étais trop abasourdi pour parler. Il m’a regardé avec surprise et m’a dit : « Bonjour, monsieur, bonne journée. J’ai demandé : « Est-ce le dirigeable » et il a répondu : « Oui, monsieur », sur quoi trois ou quatre autres hommes sont sortis de ce qui était apparemment la quille du navire. »

Le capitaine Hooton a donné une description détaillée de l’engin et en a fait un croquis pour la Gazette. C’était un objet cylindrique avec une cabine vitrée en dessous et un étrange complexe d’aubes mobiles sur le dessus.

Deux officiers de justice, le shérif adjoint John Mclemore et l’agent John J. Sumpter de Hot Springs, Ark., ont subi une quantité considérable de ridicule après avoir solennellement déposé l’affidavit suivant :

« Alors que nous roulions au nord-ouest de cette ville dans la nuit du 6 mai 1897, nous avons remarqué une lumière brillante haut dans les cieux. Soudain, il a disparu et nous n’en avons rien dit, car nous cherchions des fêtes et ne voulions pas faire de bruit. Après avoir parcouru quatre ou cinq milles à travers les collines, nous avons de nouveau vu la lumière, qui est maintenant apparue beaucoup plus près de la terre. Nous arrêtâmes nos chevaux et le regardâmes descendre, jusqu’à ce qu’il disparaisse tout à coup derrière une autre colline. Nous avons roulé environ un demi-mille plus loin, lorsque nos chevaux ont refusé d’aller plus loin.

« À environ 100 mètres de distance, nous avons vu deux personnes se déplacer avec des lumières. Dessiner notre Winchester car nous étions maintenant tout à fait excités par l’importance de la situation que nous demandions : « Qui est-ce, et que faites-vous ? Un homme avec une longue barbe noire est sorti avec une lanterne à la main, et après avoir été informé de qui nous étions, nous a dit que lui et les autres – un jeune homme et une femme – parcouraient le pays dans un dirigeable.

Nous pouvions clairement distinguer les contours du navire, qui était en forme de cigare et mesurait environ 60 pieds de long, et ressemblait exactement aux coupures qui sont apparues dans les journaux récemment. Il faisait sombre et il pleuvait et le jeune homme remplissait un grand sac d’eau à une trentaine de mètres, et la femme tenait particulièrement à rester dans le noir. Elle tenait un parapluie au-dessus de sa tête. L’homme aux moustaches nous a invités à faire un tour en nous disant qu’il pouvait nous emmener là où il ne pleuvait pas. Nous lui avons dit que nous pensions que nous préférions nous mouiller.

« Demandant à l’homme pourquoi la lumière brillante était autant allumée et éteinte, il a répondu que la lumière était si puissante qu’elle consommait une grande partie de sa force motrice. Il a dit qu’il aimerait s’arrêter à Hot Springs pendant quelques jours et prendre des bains chauds, mais son temps était limité et il ne pouvait pas. Il a dit qu’ils allaient se retrouver à Nashville, Tenn., après avoir bien vu le pays. Étant pressés, nous sommes partis et à notre retour, environ 40 minutes plus tard, rien n’était à voir. Nous n’avons pas entendu ni vu le dirigeable lorsqu’il est parti.

(Signé) John J. Sumpter, Jr.
John Mclemore « Souscrit et prêté serment devant moi ce 8 mai 1897.
« CG Bush, JP »

Les deux hommes de loi hallucinaient-ils?

Si c’est le cas, alors un sénateur de l’Arkansas nommé Harris souffrait du même genre de chimères. À 1 h le matin du 21 avril 1897, le sénateur Harris a affirmé que le dirigeable avait atterri sur sa propriété près de Harrisburg, Ark., et qu’il avait surpris les occupants en train de puiser de l’eau dans son puits. Il a dit qu’il y avait quatre personnes à bord. Deux jeunes hommes, une femme, un vieil homme avec « un lourd ensemble de moustaches sombres et soyeuses, qui pendaient près de sa taille… Il avait des yeux noirs de jais et une expression profonde et ferme ». Le chercheur Lucius Farish a découvert le compte complet dans l’édition du 23 avril 1897 du Harrisburg Modern News.

Un autre dirigeable est censé avoir atterri à l’extérieur de Waterloo, Iowa, à 3 h 50 le 17 avril avec un seul homme à bord et, selon le Drew County Advocate du 20 avril, « des milliers de personnes sont rassemblées autour de l’étrange visiteur, et interrogeant le navigateur. Il n’y a pas d’autres détails à ce sujet, mais le Nashville News du 28 avril a parlé d’un autre atterrissage qui a été « vu par l’un de nos éminents citoyens… Il y aurait eu une très belle dame à bord du navire et le monsieur auquel il est fait référence est dit d’avoir conversé avec elle quelques instants.

Plusieurs autres contactés à travers le pays se sont contredits en affirmant que les occupants de l’OVNI leur avaient dit que le dirigeable était le produit d’inventeurs basés dans plusieurs sections différentes de la nation. Soit ils mentaient tous, soit on leur avait tous menti.

Le fait demeure: des milliers de personnes ont vu quelque chose dans le ciel au cours de ces mois et de nombreuses photographies ont été prises.

Des dizaines d’honnêtes citoyens ont soigneusement rempli et signé des déclarations sous serment au sujet de leurs observations.

L’un des plus célèbres d’entre eux était un agriculteur du nom d’Alexander Hamilton de Vernon, Kans, qui a non seulement signé une déclaration attestant que lui et sa famille avaient vu le dirigeable à 22h30 dans la nuit du 19 avril 1897, mais que il a volé une de ses vaches sous leurs yeux. Ensuite, M. Hamilton a demandé à 11 des citoyens les plus éminents de sa ville de signer un affidavit attestant sa bonne réputation et sa véracité.

Hamilton a déclaré que le dirigeable avait un train d’atterrissage en verre « occupé par six des êtres les plus étranges que j’aie jamais vus. Il y avait deux hommes, une femme et trois enfants. Ils bavardaient ensemble mais nous ne pouvions pas comprendre une syllabe qu’ils disaient.

Il est évident qu’au moins trois types d’êtres différents opéraient ces dirigeables: des gens normaux qui nous ressemblaient ; les personnages d’apparence orientale prétendument vus par le juge de l’Arkansas et les étranges entités indescriptibles vues par Alexander Hamilton et sa famille.

Les contactés modernes continuent de rapporter ces mêmes contradictions. Certains décrivent des hommes minuscules en combinaison spatiale, d’autres donnent des détails élaborés sur de grands géants aux yeux d’insectes, et d’autres encore parlent de types orientaux et de grandes et belles blondes. Beaucoup ont décrit avoir vu des femmes dans les équipages. Certains ont même affirmé avoir des relations avec ces femmes.

le Dr Carl Sagan, l’astronome de Harvard qui prend une position sceptique concernant le phénomène OVNI. a récemment écrit :

« Les ovnis ont été décrits de diverses manières comme se déplaçant ou planant rapidement ; en forme de disque, en forme de cigare ou en forme de boule ; se déplacer silencieusement ou bruyamment ; avec un échappement ardent, sans aucun échappement ; accompagné de lumières clignotantes, ou brillant uniformément avec une dominante argentée. Il est immédiatement clair que tous les ovnis ne partagent pas une origine commune ».

On peut se demander si des ovnis de plusieurs sources différentes ont visité la Terre en 1897?

Lorsque toutes les centaines de coupures de presse de cette période sont passées en revue, il est évident que plus d’un seul « dirigeable » était impliqué. Ils sont apparus dans de nombreuses régions à peu près au même moment, et si nous pouvons accepter les descriptions des nombreux témoins, ces « dirigeables » étaient très variés en taille et en construction, tout comme les « soucoupes volantes » modernes semblent l’être. Et certains de ces « dirigeables » semblaient s’attarder pendant des jours voire des semaines dans le même voisinage, tout comme les ovnis modernes seraient retournés nuit après nuit au même endroit pendant plusieurs jours consécutifs.

Apparemment, l’opération de 1897 a été soigneusement planifiée et habilement exécutée. Des contacts délibérés ont été établis et les contactés ont reçu des informations contradictoires pour semer la confusion et le ridicule des rapports. Si nous devons croire ces histoires », alors nous devons croire que les pilotes d’OVNI en savaient déjà beaucoup sur nous, nos langues et notre géographie.

Ils étaient également parfaitement conscients de la situation mondiale à l’heure actuelle et n’ont jamais conduit personne à croire qu’ils pourraient être des extraterrestres. En fait, les journaux qui ne se moquaient pas du flot d’histoires de « dirigeables » étaient convaincus qu’un « inventeur » inconnu était derrière tout cela.

Plusieurs grands quotidiens ont en fait passé beaucoup de temps et d’argent à essayer de découvrir qui était cet « inventeur » et comment il avait réussi à construire une machine aussi fantastique en secret. Un groupe de contactés a appris que les pièces du « dirigeable » avaient été fabriquées dans différentes régions du pays, puis assemblées secrètement à Boston, en Iowa ou en Californie. Vous pouvez faire votre choix.

De toute évidence, les ovnis de 1897 ont déployé des efforts considérables pour dissimuler la vérité sur leur origine. Ils ont dit beaucoup de choses différentes à beaucoup de gens alors, à la fin, ils ne nous ont vraiment rien dit.

Les communications étaient encore assez lentes à cette époque et il n’y avait aucune tentative organisée pour garder un œil sur les apparitions du « dirigeable ». Il était relativement facile de faire croire à tout le monde qu’un seul engin était utilisé et qu’il faisait une escapade tranquille à travers les États-Unis. Et, plus important encore, il était simple de convaincre tous les témoins du « dirigeable » qu’ils ne voyaient rien de plus qu’une invention nouvelle et secrète remarquable.

La majorité des amateurs d’OVNI collectent avec enthousiasme des coupures de presse sur des femmes au foyer voyant des lumières amusantes dans le ciel, mais se moquent de toutes les histoires de contact qui se présentent. Cet auteur était farouchement anti-contacté lorsqu’il s’est plongé pour la première fois dans le mystère des ovnis.

Puis une série de découvertes étonnantes ont été faites qui l’ont forcé à reconsidérer toute la question des contactés. Tout d’abord, il existe un nombre impressionnant d’histoires de Contactés relativement inconnues et non publiées ; deuxièmement, bon nombre de ces contactés ont révélé des détails identiques au fil des ans. Si nous voulons un jour percer ce mystère, nous devons examiner attentivement toutes ces pierres.

Une plainte courante parmi les sceptiques et les soi-disant « ufologues scientifiques » est : pourquoi ne nous contactent-ils pas? La vérité surprenante est que « ils » nous contactent fréquemment et depuis des siècles. C’est vrai, bien sûr, qu’ils n’ont jamais atterri sur la pelouse de la Maison Blanche ni plané au-dessus de l’Empire State Building. Mais ils ont fait beaucoup de choses qui étaient presque aussi dramatiques et sont passées presque inaperçues. Si nous pouvons croire quoi que ce soit dans cette richesse de matériel de contactés, ils nous ont aussi beaucoup dit sur nous-mêmes et sur eux-mêmes.

La seule raison pour laquelle il y a un mystère dans cette affaire d’OVNI est que la presse a une attitude négative envers les histoires de contactés et certaines des organisations amateurs d’OVNI ont lutté longtemps et durement pour empêcher ces histoires d’obtenir une reconnaissance publique ou officielle.

Les occupants d’OVNI transmettent souvent des informations sur les guerres et les crises cruciales pour la période.

En 1897, la guerre de Cuba est évoquée. Dans les années 50, lorsque tout le monde creusait des abris anti-bombes dans leur jardin, les contactés étaient avertis du danger de guerre atomique. Ces dernières années, les messages sur les ovnis ont pris une nouvelle tournure impressionnante : aujourd’hui, ils nous avertissent d’un désastre mondial imminent, la fin du monde !

Pouvons-nous prendre cette nouvelle vague de messages au sérieux? Ou avons-nous simplement affaire à une sorte d’hystérie globale indéfinie, à un phénomène psychologique quelconque?

Dans son livre, Flying Saucers-Serious Business, le regretté Frank Edwards a parlé de l’énorme « volet » de soucoupe volante qui a envahi la région du Kazakhstan en Union soviétique en 1962 :

« Récemment, le gouvernement soviétique a envoyé une véritable armée dans les villages et les colonies de cette zone pour essayer d' »expliquer », a déclaré l’expert soviétique Paul Voronaeff, cité par Edwards.

« Ces soucoupes volantes avaient entraîné un renouveau religieux généralisé et un retour à Dieu… la dernière chose que les communistes voulaient. Le phénomène des soucoupes volantes était interprété par les indigènes de cette région comme une sorte d’avertissement par des êtres surnaturels d’une catastrophe imminente, la fin du monde.

De nouveaux contactés d’un bout à l’autre de cette planète commencent à marmonner avec mécontentement la prochaine fin à venir. Au printemps dernier, le même genre d’hystérie commençait à s’accumuler dans certaines parties de la Virginie-Occidentale où les observations d’OVNI devenaient assez courantes.

Le problème des objets volants non identifiés est si complexe et déroutant que beaucoup de gens ne peuvent pas commencer à y faire face.

Ceux qui ont un esprit scientifique recherchent une réponse simple dans l’opinion largement répandue que ces choses ne sont rien de plus que des véhicules pilotés par des intelligences d’une autre planète. Les dévots se tournent vers la Bible pour obtenir des explications sur ce qu’ils ont vu ou pensé avoir vu.

Une autre chose qui a intrigué les ufologues est le manque de rapports d’ovnis par temps pluvieux et par temps couvert. Un contacté en Angleterre peut avoir appris par inadvertance la raison de cela en 1957 si nous sommes prêts à croire son histoire folle d’un tour dans une soucoupe volante. Son nom » est James Cook de Runcorn, Cheshire et il insiste sur le fait qu’il a vu un étrange objet lumineux dans le ciel à 2h15 du matin le 7 septembre 1957.

Pendant qu’il regardait avec fascination, l’objet a changé de couleur du bleu au blanc, puis à nouveau bleu, et enfin au rouge foncé. Il s’est déposé au sol à quelques mètres de lui et, affirme-t-il, une voix s’est adressée à lui, l’invitant à monter à bord. Une échelle est descendue de l’objet et la voix lui a demandé : « ] sautez sur l’échelle. Ne marchez pas dessus. Le sol est humide.

Il obéit et sauta sur l’échelle et entra dans une chambre vide éclairée par une lumière éblouissante provenant d’une source invisible. La voix lui a alors dit d’enlever ses vêtements et de mettre les combinaisons en plastique qui se trouvaient dans la chambre. Encore une fois, il fit ce qu’on lui disait. Après avoir changé de vêtements, on lui a demandé de quitter l’engin et d’entrer dans un autre qui avait atterri à proximité.

Là, il a trouvé 20 personnes, toutes beaucoup plus grandes que lui, et ils l’ont emmené faire un tour dans l’espace. Leur engin ne pouvait pas fonctionner par temps humide, lui auraient-ils expliqué, apparemment parce qu’ils étaient entourés d’une sorte de champ électrifié. Ils lui ont également dit que les soucoupes n’étaient utilisées qu’au voisinage de la Terre et ne pouvaient pas fonctionner dans l’espace extra-atmosphérique.

« Les habitants de votre planète perturberont l’équilibre s’ils persistent à utiliser la force au lieu de l’harmonie », affirme Cook. « Avertissez-les du danger. »

« Personne ne m’écoutera », dit-il en protestant.

« Ou n’importe qui d’autre non plus », a crié l’un des « astronautes ».

Cook fut déposé quelques heures plus tard à l’endroit même où il avait été récupéré pour la première fois. Il raconta son histoire aux autorités puis retourna tranquillement dans son jardin de la campagne anglaise. Comme la majorité de tous les contactés connus, il n’a écrit aucun livre et n’a participé à aucune tournée de conférences.

Mlle Thelma Roberts de la « Flying Saucer Review » a interviewé M. Cook et il lui a montré une brûlure sur le dos de sa main gauche et lui a dit qu’il l’avait reçue lorsqu’il avait quitté la soucoupe et qu’il n’avait pas réussi à retirer sa main de l’échelle. rambarde avant que ses pieds ne touchent le sol.

Beaucoup de gens croient à de telles histoires depuis que George Adamski a raconté son histoire de rencontre avec une grande et blonde Vénusienne dans le désert près du mont Palomar en 1952. Bien sûr, bien d’autres ont ri aux éclats de ces histoires.

Ces histoires de contactés sont-elles le produit de névrosés et de psychopathes?

L’auteur a interviewé plus d’une vingtaine de contacts peu connus au cours de la dernière année et a découvert des schémas déconcertants. La plupart des personnes interrogées étaient des hommes et des femmes avec un très faible QI et très peu d’éducation. Leur imagination était très limitée et ils n’avaient lu aucune science-fiction. (Jusqu’à récemment, les livres sur les ovnis et la littérature sur les soucoupes volantes étaient assez rares et généralement pas disponibles pour de telles personnes de toute façon.)

Habituellement, les personnes de ce groupe ont un problème d’identité. Ils ne sont personne et ils n’ont absolument aucune chance de devenir un jour quelqu’un. Souvent, ils penchent vers la croyance en l’occultisme et les pseudo-sciences dans leur recherche de soi. Ils sont, en bref, très crédules et une configuration parfaite pour tout plan qui promet de faire d’eux quelqu’un. Ils sont également prêts à accepter tout ce qu’on pourrait leur dire. Ce ne sont pas des menteurs ou des fabricants mais ce sont des victimes naturelles pour ceux qui sont des menteurs et des fabricants.

Si une soucoupe volante marchait sur l’une de ces personnes, elles seraient susceptibles de croire tout ce qu’on leur dirait. Et parce que le « contact » ferait d’eux soudain quelqu’un dans un monde qui savait à peine qu’ils existaient, ils seraient désireux de plaire et accompliraient volontiers toute mission qui leur serait demandée.

De plus, peu de gens les croiraient lorsqu’ils racontaient leurs histoires incroyables.

Les schémas révélés au cours de siècles d’observations et de contacts indiquent certainement que les ovnis ne veulent pas que leur présence soit connue. Alors peut-être que lorsqu’ils avaient besoin d’informations sur nous, ou qu’ils avaient des tâches spécifiques qui devaient nécessairement être effectuées par des terrestres, ils sélectionnaient délibérément des individus dans ce groupe malheureux.

Plus tard, lorsque ces contactés se sont précipités vers la presse ou sont apparus à la radio et à la télévision, ils se sont simplement ridiculisés. Aucun corps ne les croyait. Personne ne les croirait jamais. Les ovnis et leurs secrets étaient en sécurité.

Supposons que certains de ces contactés disent la vérité et ne soient pas seulement des faux, des imposteurs et des chercheurs de publicité? Quelle sorte de « vérité » nous ont-ils dit?

Ces dernières années, on nous a dit que les soucoupes provenaient de planètes inconnues nommées Clarion, Maser, Schare, Blaau, Tvthan, Korendor, Orion, Fowser, Masar, Zomdic, et une douzaine d’autres endroits absurdes. Il y a aussi des contactés qui parlent librement des habitants de Vénus, Mars, Jupiter, Uranus, Saturne et la Lune.

Les chances sont excellentes que les soucoupes volantes ne viennent d’aucun de ces endroits, pas plus que les grands « dirigeables » de 1897 ne provenaient d’« inventeurs » secrets du Nebraska. Ces noms sont des plantes, pas des planètes. Quels que soient les ovnis, ils le font à très grande échelle sur toute la Terre et il est inévitable qu’ils entrent accidentellement en contact avec certains d’entre nous de temps en temps. Lorsque de tels contacts se produisent, ils distribuent délibérément de fausses informations ridicules. Il est temps que nous prenions conscience de ce simple coup psychologique.

Ils s’en prennent à nous depuis des siècles.

« Ils » ont gagné du temps avec notre stupidité. Pour apaiser les soupçons possibles des croyants, les occupants d’OVNI ont également diffusé des messages de paix et de nombreux cultistes les appellent joyeusement les « Frères de l’espace extra-atmosphérique ». Rappelons-nous qu’une mission de paix japonaise était assise dans les salles d’attente à Washington alors que des bombardiers japonais faisaient route vers Pearl Harbor.

Il y a cependant un autre revers à cette médaille. Il se pourrait que certains des groupes impliqués dans le phénomène ovni ne soient pas alliés. Ils pourraient même être en compétition d’une manière ou d’une autre. Il peut y avoir des « bons » et des « méchants ». Les « bons » pourraient essayer de nous avertir tandis que les « méchants » essaient de nous tromper et de nous présenter comme les « garçons » dans un jeu d’échecs cosmique.

En errant à travers le pays enquêtant sur des rapports d’OVNI, l’auteur a rencontré encore un autre type de contacté. Ce sont vraiment des « contactés silencieux » – des gens ordinaires qui ont vécu des expériences si incroyables qu’ils n’en parlent même pas à leurs voisins. Ils sont difficiles à trouver, mais une fois que vous en avez rencontré un, vous pouvez apprendre à repérer les autres.

Ils racontent tous la même histoire, car ils ont tous vécu fondamentalement le même genre d’aventure et aucune de leurs histoires n’a jamais été publiée. Aucun des détails importants n’est connu, pas même les mordus d’OVNI qui font circuler activement des bulletins polycopiés remplis de rumeurs. Ces « contactés silencieux » sont un phénomène distinct. Il n’y a personne vers qui se tourner, car même lorsqu’ils osent approcher les autorités, on se moque d’eux.

Par exemple, dans une petite ville de l’Ohio, l’auteur a découvert un cas étrange impliquant une femme professionnelle qui vivait seule dans une maison à la périphérie. Une nuit de l’automne dernier, elle rentrait du travail à pied lorsqu’un objet lumineux est apparu au-dessus des arbres et a atterri près d’elle. Deux hommes de taille moyenne sont sortis et se sont approchés d’elle. Ils portaient des combinaisons lumineuses mais leurs visages étaient clairement visibles et étaient sombres et orientaux. Elle s’est évanouie et quand elle est revenue à elle, ils étaient partis.

Quelques semaines plus tard, alors qu’elle marchait dans une rue de la ville, elle a soudainement aperçu les deux mêmes hommes ! Elle en était sûre : leurs visages étaient gravés dans son esprit. Ils portaient des casquettes noires et des vestes noires sur leurs combinaisons. Pour une raison quelconque, elle avait le sentiment qu’ils étaient méchants et ils la terrifiaient. Elle a couru dans le poste de police local en babillant : « Deux hommes d’une soucoupe volante descendent la rue principale ! » Naturellement, la police s’est moquée d’elle. Depuis lors, elle a eu une série d’autres expériences effrayantes, mais a prudemment gardé la bouche fermée à leur sujet.

Comme tant d’autres, elle vit dans un état de peur constante et il n’y a personne vers qui se tourner.
Il peut y avoir des milliers de « contactés silencieux » partout dans le monde aujourd’hui. Grâce au ridicule et à l’incrédulité sans fin qui ont été appliqués à de telles histoires au cours des 70 dernières années, nous n’entendrons peut-être jamais parler de la plupart d’entre elles. D’autres, une simple poignée, font un effort frénétique pour le dire à quelqu’un par le biais de lettres anonymes aux journaux et d’appels téléphoniques anonymes aux ufologues.

Voici une telle lettre. Il peut s’agir de pur cinglé, mais encore une fois, il peut s’agir d’un cri sincère dans le désert. Il a été publié dans East Village Other à New York en mai 1967.

« Cher EVO,

Veuillez lire cette lettre en entier, sans vous arrêter, peu importe que cela vous paraisse maintenant inhabituel ou incroyable. Chaque mot écrit ici est absolument vrai, et notre avenir dépendra de la façon dont vous y réagirez… Aujourd’hui, j’ai appris (sic) qu’il y a vraiment des soucoupes volantes, car j’ai passé six heures à faire le tour de la Terre à une vitesse fantastique. J’ai vu et été en contact avec des êtres vivants réels, un peu semblables à notre propre race d’ailleurs, qui viennent d’un système solaire dont nous n’avons pas encore vu le soleil, et qui explorent l’univers depuis plus de 300 ans !

« Ils me disent que c’est la quarante-neuvième planète sur laquelle ils ont trouvé des êtres suffisamment avancés pour surmonter la loi de la gravité, et donc être au seuil du voyage spatial. Mais la chose la plus importante qu’ils me disent, la chose qui me chasse de la tête et m’oblige à écrire cette lettre, c’est qu’ils essaient maintenant de décider s’ils doivent ou non nous détruire !

« Ils disent que toutes les autres races aussi avancées technologiquement que nous le sommes ont depuis longtemps appris à vivre en paix avec elles-mêmes. Ils craignent que nous emportions avec nous nos voies guerrières dans l’espace et que nous finissions par entraîner d’autres parties de la galaxie dans la mort et la destruction ! « Par conséquent, ils disent que nous devons parvenir à la paix ! »

C’est un vieux message, celui qui a été entendu pour la première fois à l’époque des prophètes bibliques et c’est peut-être le seul vrai message que les ovnis ont à nous offrir.

Abandonner ou mourir.

Cela a été dit à maintes reprises en de nombreux endroits à de nombreuses personnes. Un « contacté silencieux » dans le New Jersey a récemment dit à l’auteur qu’un OVNI citant la Bible l’avait informé que de nombreuses tentatives avaient été faites pour atteindre nos chefs de gouvernement, à partir de 1939.

« Nous ne pouvons tout simplement pas comprendre vos dirigeants », aurait dit le pilote d’OVNI.

Les problèmes sont évidents: nous savons maintenant que certains des groupes ufologiques ont délibérément mis en place un écran de fumée de mensonges et de tromperie. A qui pouvons-nous faire confiance?

Combien de ces histoires sont le produit d’une imagination débridée?

Où s’arrête la vérité et où commence le fantasme psychopathe ? Peut-être avons-nous commis une grave erreur en ridiculisant et en ignorant tous les contactés. Peut-être y a-t-il un homme ou une femme, ou mille là-bas qui connaît la vérité – toute la vérité sur le mystère des ovnis – mais a peur de nous la dire.

Peut-être devrions-nous commencer à chercher cette ou ces personnes avant qu’il ne soit trop tard. Nous n’apprendrons jamais de réponses à partir de coupures de journaux décrivant des lumières colorées dans le ciel.


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.


Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci



ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 6 731 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour naviguer sur le site.