Cas de conscience

Pourquoi y a-t-il un Hamas à Gaza, plutôt qu’autre chose?

par Jérold Levoritz

L’argent est le carburant. Il fait bouger les choses, tout comme le gaz naturel, le diesel, le charbon ou les matières nucléaires.

Un exemple parfait de ce truisme est la bande de Gaza, où le Hamas a construit son empire du mal grâce aux contributions étonnamment généreuses des États-Unis, de l’Union européenne, des Nations Unies, de l’Iran et d’autres pays.

Gaza est l’exemple singulier d’un État totalement financé par l’aide sociale qui s’effondrerait sans cette éternelle « aide humanitaire ». À ma connaissance, il n’existe aucune autre entité nationale aussi totalement dépendante. Cela fait de Gaza un petit État artificiel avec peu d’espoir de prospérité future.


Pourquoi Gaza mérite-t-elle ce statut spécial ? Pourquoi Gaza n’est-elle pas autorisée à évoluer vers son état naturel de productivité comme tous les autres États ?

Son statut de pupille bien-aimé des organismes internationaux ressort clairement des cris de douleur émis par des personnes comme Antonio Guterres, secrétaire général des Nations Unies, en signe de sympathie pour les Gazaouis. Il n’a eu aucun mot de réconfort pour Israël immédiatement après le 7 octobre .

Il semblerait que même avant l’holocauste du 7 octobre, Israël prospère ait toujours été la cause de la pauvreté de Gaza. Aujourd’hui, et encore plus maintenant que la guerre contre le Hamas bat son plein, Israël doit empêcher la famine des habitants de Gaza en acheminant l’aide à la fois aux civils et aux voleurs cruels des terroristes du Hamas qui utilisent l’aide internationale pour eux-mêmes, la thésaurisent ou la mettent en réserve. vendre la nourriture et les fournitures volées aux Gazaouis ordinaires.

Nous devons nous demander à qui profite la pauvreté perpétuelle de la population gazaouie.


Hormis les purs antisémites, il s’agirait de tous ceux qui sont dégoûtés par l’indépendance militaire et politique d’Israël. Le peuple israélien s’est donné pour objectif national de pouvoir défendre les vestiges de l’Holocauste et les siècles douloureux qui y ont conduit. Mais l’indépendance militaire israélienne est inacceptable pour beaucoup, surtout lorsqu’il semble, de manière surprenante, que ses citoyens soient capables de se défendre.

Apparemment, l’autoprotection n’est traditionnellement accessible qu’aux pays les plus grands et les plus puissants du monde, comme les États-Unis, la Chine et la Russie. Tout le monde survit grâce à des alliances ou à la soumission à ces géants. Israël est la seule exception.

Par conséquent, Israël, de la taille du New Jersey, est une incongruité sur la scène mondiale. Sa composition ethnonationale (majoritairement juive) n’est pas non plus considérée avec faveur par le Nouvel Ordre Mondial. Pire encore, d’autres nations, plus grandes et plus peuplées qu’Israël, ne peuvent être autorisées à tirer des leçons du petit Israël, de peur que l’ordre du monde ne soit bouleversé.

En fin de compte, quelles que soient les leçons positives qui pourraient être tirées d’un Israël qui fonctionne bien, ces exemples doivent être niés, dissimulés ou minimisés pour empêcher leur reproduction par d’autres.

En raison du dégoût que suscitent beaucoup d’entre eux à l’égard d’Israël, les habitants de Gaza pourront compter sur d’énormes allocations sociales. Cependant, le statut spécial de Gaza ne durera que jusqu’à ce qu’il ne serve plus à maîtriser les Israéliens parvenus.

Personne ne devrait se laisser berner par les affirmations des organismes internationaux soucieux des souffrances des habitants de Gaza. Leur pauvreté est imposée par d’autres, mais ensuite acceptée par eux comme le prix de leur survie sans avoir à trop travailler.

Les poches de pauvreté abjecte à travers le monde constituent une circonstance heureuse pour les aspirants au pouvoir politique et au gain économique. Ces types machiavéliques peuvent soulager la souffrance là où cela leur profite. C’est notamment le cas lorsqu’ils souhaitent accéder aux ressources naturelles qui abondent dans certaines des régions les plus pauvres du monde.

Cependant, l’aide ne semble jamais réellement réduire la pauvreté des populations autochtones. Ceci est parfaitement illustré par Gaza.

La réorientation de l’aide vers des factions puissantes à Gaza est connue depuis des décennies. Cette aide a enrichi les dirigeants du Hamas au point de devenir milliardaires, et a donné au Hamas la capacité de construire le système de tunnels dont le seul objectif était de conquérir Israël.

Toutefois, sur une note positive, Israël peut bien gérer cette crise s’il joue correctement le jeu. Une stratégie gagnant-gagnant est disponible au lendemain de la guerre de Gaza de 2023-24. Israël pourrait accepter de se retirer du contrôle des centres de population de Gaza en échange de la transmission par des organismes mondiaux de tous les fonds versés à Gaza via Israël, qui les distribueraient à ceux qui présentent des plans et des budgets concrets pour la reconstruire et la gérer.

Des techniques de juricomptabilité pourraient être appliquées afin qu’aucun fonds ne soit divulgué à des éléments terroristes résurgents.

Si les organismes mondiaux décidaient de ne pas faire ces concessions financières pour empêcher une corruption future, Israël aurait raison de ne pas quitter Gaza – jamais !

En outre, pendant la période de contrôle israélien, les habitants de Gaza pourraient se voir proposer un moyen de transport vers d’autres régions du monde qui ont ouvert leurs frontières à une immigration sans entrave. Cela aurait pour effet de réduire le nombre de réfugiés permanents.

Sous contrôle israélien, l’UNWRA, l’agence corrompue des Nations Unies qui a fini par être dominée par des membres du Hamas, pourrait être dissoute. Ce serait une victoire pour Israël et, également, une victoire pour les masses de Gazaouis.

Jérold Levoritz


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Aidez Elishean à survivre. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 105 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page