Que savons-nous de la programmation dans des personnalités alternatives? Plusieurs membres de « Montauk » tels que Preston Nichols, Al Bielek et Duncan Cameron affirment avoir été programmés avec des personnalités alternatives au cours de leur travail dans les projets de voyage dans le temps via des techniques de contrôle de l’esprit menés au milieu des années 80.

Que se passe-t-il dans le désert du Mojave? «Qui sont les Hav-Musuv des légendes Navajo? Quelle est cette guerre qui se déroule en secret? Qui sont ces êtres de civilisations terrestres avancées qui ont laissé des traces de leur passage partout sur notre monde? Quelle est l’ampleur du monde souterrain que nous commençons à peine à découvrir?

Comment tout a commencé aux États-Unis? Pourquoi une Guerre de Sécession?

Cette série a pour but de réunir des informations qui vont certainement susciter notre étonnement au fil de sa lecture.

Épisodes précédents

Un autre récit, également non confirmé, fait référence à un individu (peut-être impliqué dans le renseignement militaire) qui aurait été invité à travailler avec un groupe d' »Aryens » qui résidaient dans une base secrète dans ou près du complexe militaire du Nevada, avec le personnel militaire du gouvernement secret.

Cet individu a affirmé que ce groupe avait accès à des engins de type OVNI et utilisait le symbole de la croix gammée, et qu’il était actuellement en conflit avec les Gris, avec lesquels il aurait pu être associé à un moment donné dans le passé.

Comme dans le cas de presque toutes les organisations humaines qui ont établi des interactions avec les extraterrestres gris sauroïdes, peut-être ces « Aryens » particuliers ont-ils également appris la vraie nature des races reptiliennes après avoir été « trahis » par elles.

Certains « Aryens » ont peut-être rompu avec l’Empire Antarctique, dont nous devons supposer (jusqu’à preuve du contraire) qu’il est toujours en collaboration avec les Empires Reptilien et Gris, et qu’il tient toujours au cauchemar nazi d’Hitler d’un NOUVEL ORDRE MONDIAL électronique fasciste, complété – selon certains – par des « esclaves » humains portant des implants de contrôle mental insérés lors d’enlèvements par des équipes de soucoupes nazies-réticuliennes comme celle rencontrée par Betty et Barney Hill.

Il est toutefois intéressant de noter que la CIA et les « Aryens » opéreraient dans et sous le site d’essai du Nevada, ce qui pourrait confirmer les allégations de certains selon lesquelles la CIA aurait conclu un accord avec les nazis avant ou après la Seconde Guerre mondiale et que les deux groupes auraient eu des liens passés et présents avec les Illuminati internationaux bavarois (allemands).

Si un tel groupe de « Aryens » ou d’anciens nazis existe bel et bien, il serait peut-être sage pour eux, compte tenu des atrocités nazies du passé, de RENOUVELER la croix gammée et tout ce qu’elle représente s’ils ont l’intention de recevoir une aide ou un soutien quelconque de la part de vrais Américains dans leur conflit avec les gris. Nous devons veiller à ne pas assimiler les « Allemands » aux « nazis » et tomber ainsi dans le même piège raciste que celui dans lequel les nazis eux-mêmes sont tombés.

Le nazisme est un problème PHILOSOPHIQUE, et non RACIAL, et en fait, de nombreux Allemands ont contribué au bien général de l’humanité, y compris Luther et Gutenberg et d’autres qui ont défié les despotes de Rome (c’est-à-dire jusqu’à ce que les générations suivantes d’Allemands se soient à nouveau vendus au soi-disant « saint » EMPIRE romain par l’intermédiaire des Jésuites qui ont absolument infesté le S.S. d’Hitler selon Edmund Paris.

Cette infiltration des rangs d’Hitler par la « milice » romaine a été réalisée afin de mener à bien la NOUVELLE INQUISITION contre les Juifs, la dernière en date d’une longue histoire de persécutions romaines contre la race israélite).

Même si les « générations » aryennes actuelles n’étaient pas PERSONNELLEMENT responsables des crimes de guerre de leurs pères pendant la Seconde Guerre mondiale, elles devraient quand même accepter de se conformer aux principes constitutionnels d’ÉGALITÉ HUMAINE, indépendamment de la race, de la religion ou de la culture, si elles veulent avoir une coexistence pacifique future avec la nation la plus puissante de la « face » de la terre, les États-Unis d’Amérique.

Sinon, ils pourraient se retrouver dans la position très inconfortable d’être coincés entre deux fronts ennemis : les gris sauriens d’un côté ET les patriotes américains antinazis indignés, dont beaucoup ont perdu des membres de leur famille aux mains des nazis pendant la Seconde Guerre mondiale, de l’autre.

Si une guerre « planétaire » ou interplanétaire éclate entre les espèces humaines et sauriennes, comme certains l’ont suggéré ouvertement, les groupes néo-nazis en soucoupe (à supposer qu’ils existent) DOIVENT décider de se joindre à la race humaine et de se débarrasser de leurs anciennes idéologies FASCISTES OU AUTREMENT essayer d’apaiser les extraterrestres Gris – ce qui risque de les détruire – ou se retrouver pris dans le « feu croisé » entre les races humaine et serpentine dans tout conflit futur qui pourrait se dérouler entre les deux.

Il est possible qu' »au moins » TROIS groupes d' »extraterrestres » entièrement humains aient un lien avec le complexe militaire du Nevada, peut-être des extraterrestres humanoïdes récupérés vivants dans des soucoupes écrasées, ou des humanoïdes qui aident volontairement certains services gouvernementaux du département technologique.

Par exemple, le récit ci-dessus suggère que certains soi-disant ARYENS ayant une affiliation passée ou présente avec l’Empire Antarctique ont un lien possible avec celui-ci, ainsi que les NORDIQUES des Pléiades, comme le suggère la déclaration de Robert Lazar selon laquelle il a vu un « vaisseau-mère » Pléiade à certaines occasions dans les hangars, et il y a aussi les grands BLONDS Télosiens qui sont également connus pour avoir un lien avec les réseaux souterrains du Nevada et du Sud-Ouest.

En fait, plusieurs « scénarios » différents peuvent se dérouler en même temps sur le site d’essai, comme si aucun « compartiment » individuel n’avait le contrôle total de ce qui s’y passe (ce qui a été suggéré par différentes sources).

Dans un sens, le « site test » est le centre d’un scénario de type WORLD WAR III, la seule différence étant qu’il s’agit d’une guerre secrète ou « souterraine » puisque ni les Reptiliens ni les Illuminati ne veulent que ce conflit soit rendu public, bien que certains des « constitutionnels » aient apparemment « divulgué » des informations par l’intermédiaire du COM-12 et d’autres organismes de renseignement similaires.

Les allégations, telles que données par des sources de renseignement comme « Yellow Fruit », indiquent que certains des « bienveillants » opèrent dans et en dessous du Nevada – des « aliens » qui honorent une forme de gouvernement constitutionnel aux États-Unis.

Cela indiquerait également qu’il y a plus d’un groupe d' »aliens » de type humain actif dans ce pays et qu’il y a en fait TROIS groupes généraux qui se battent pour le contrôle, la FÉDÉRATION nordique-humaine, le COMBINÉ « commun » Illuminati/Gris, et l’EMPIRE reptilien lui-même.

Certains, cependant, suggèrent que les groupes d’activité « conjoints » ne sont pas du tout un troisième groupe de pouvoir mais plutôt une organisation « intermédiaire » d’humains et de gris avides de pouvoir qui travaillent ensemble sur une base compétitive dans une tentative interactive, parfois trop réelle et mortelle, de dominer le monde.

Les Illuminati et les Gris veulent tous deux que la planète passe sous contrôle central et les deux parties ont besoin de l’aide de l’autre pour y parvenir, mais ils ne s’entendent pas sur qui sera le maître ultime, les Humains ou les Gris.

En gros, il s’agit d’une relation amour-haine plutôt écoeurante ou d’un « mariage de convenance » protégé.

L’histoire de l’hébreu ancien parle d’une race d’êtres humains appelée « Anakim » aux yeux de laquelle les anciens Israélites se considéraient comme des « sauterelles ».

Ces géants étaient apparemment très humains, mais d’une taille énorme. Selon certains récits, ils mesuraient entre 2 et 3 mètres et sont restés jusqu’à ce que les Israélites les chassent de Palestine. Quant à leur destination finale ou à ce qu’ils sont devenus, les documents hébreux sont étrangement silencieux.

Certains pensent que des hommes d’une telle stature ont pu exister avant le déluge et les cataclysmes qui l’ont accompagné, cependant, les archives hébraïques montrent clairement qu’une race humaine d’une telle stature a également existé à l’époque post-diluvienne.

Le chercheur Warren Smith a paraphrasé, en 1976, deux récits relatés par Leland Lovelace décrivant des découvertes incroyables. Les découvertes suivantes sont très similaires à un récit publié dans un premier numéro du bulletin « HOLLOW HASSLE » de TAL LeVesque et Mary Martin, qui décrivait une grotte similaire découverte dans la chaîne de Silver Peak, dans le sud-ouest du Nevada, non loin du désert de Mojave (et dans laquelle on aurait découvert des os de géants humains, ainsi que de gigantesques meubles en pierre et des objets en or, etc.)

La femme qui a soumis le récit a affirmé avoir personnellement connu un explorateur qui avait été dans les tunnels. La grotte aurait été découverte à l’aide d’une carte au trésor « MU-rian » qui proviendrait d’une tribu amérindienne de la région. Warren Smith décrit deux incidents similaires, dont l’un « pourrait » être la confirmation de la caverne découverte dans la chaîne du pic d’argent, dans les termes suivants

« …L’auteur Leland Lovelace a parlé d’une telle découverte dans « LOST MINES AND BURIED TREASURES – MINES PERDUES ET TRÉSORS ENFOUIS » (Naylor Co., 1965 ; également Ace Books, New York). Lovelace a déclaré que deux prospecteurs étaient à la recherche d’une mine d’or dans les montagnes désolées du sud-ouest du Nevada. Les deux hommes creusaient dans le sol aride lorsqu’un effondrement les a conduits dans un vaste tunnel souterrain.

En suivant le passage, ils se sont enfoncés dans la montagne et sont entrés dans une grande salle souterraine. « Les deux prospecteurs étonnés tenaient leurs torches bien haut et ont vu que la grotte était meublée de chaises et de tables. Le mobilier était très grand, comme s’il avait été fabriqué pour une race de géants. Des plats moulés en or et en argent furent également trouvés sur les tables. D’autres objets fabriqués à partir de métaux précieux ont été découverts dans la caverne.

« Lovelace n’a pas informé ses lecteurs de ce que les prospecteurs ont fait de leur découverte. Nous pouvons supposer qu’ils ont transporté le plus de métal précieux possible hors de la scène, puis qu’ils ont fait fondre les objets pour leur or et leur argent. Cela se produit souvent lorsqu’un chercheur d’or découvre une découverte archéologique rare. Plutôt que de risquer que le trésor soit pris en charge par l’État ou le gouvernement fédéral, ces hommes jouent à un jeu de « gardiens du découvreur ».

« En 1904, un prospecteur nommé J.C. Brown a affirmé avoir fait une découverte intrigante dans la chaîne de montagnes Cascade en Californie. Brown avait été engagé par la Lord Cowdray Mining Company d’Angleterre pour prospecter l’or dans ces régions isolées. Lors de son deuxième voyage dans les Cascades, Brown a découvert un tunnel creusé par l’homme dans une solide paroi rocheuse. Selon d’anciens rapports, un glissement de terrain avait détruit une paroi rocheuse qui cachait l’entrée du tunnel.

« Brown a suivi l’énorme tunnel à travers la montagne et est arrivé à une grande caverne artificielle. La pièce était tapissée de feuilles de cuivre trempé. D’étranges boucliers circulaires martelés d’or étaient accrochés aux murs. Des artefacts et des statues inhabituels se trouvaient dans des niches dans les murs de la caverne. Des dessins inhabituels, des œuvres d’art étranges, des hiéroglyphes indéchiffrables et les peaux de ce qui était apparemment une course gigantesque se trouvaient dans les salles qui partaient de la grande caverne.

« Refusant de partager sa découverte avec ses employeurs anglais, Brown n’a pas signalé la caverne au trésor. Au lieu de cela, il continua à travailler pour diverses compagnies minières pendant les trente années suivantes jusqu’à sa retraite. Puis, en 1934, il surgit à Stockton, en Californie, avec une carte et un récit intrigant. En quelques jours, quatre-vingts personnes étaient prêtes à aider le prospecteur maintenant âgé à sortir les précieux objets de la grotte.

« Le 19 juin 1934, Brown et ses disciples se rendirent dans les montagnes de la Cascade. Ils campèrent près d’un petit ruisseau, attendant le matin où Brown devait montrer au groupe une entrée dans la caverne. Cependant, pendant la nuit, le vieux prospecteur disparut. Il n’a pas été revu depuis cette nuit-là.

« Craignant que Brown ait en quelque sorte trompé les quatre-vingts personnes, les inspecteurs du département de police de Stockton ont enquêté. Brown n’a pris un centime à personne », ont déclaré les inspecteurs après la vérification.

Le chef de la police a demandé : « Quel était son jeu ?

« Les inspecteurs ont haussé les épaules.

“‘ A-t-il été assassiné là-bas ? a demandé le chef.

« C’était probablement un vieux menteur qui savait que son temps était écoulé », a répondu l’un des inspecteurs.

« ‘Brown était un gentil vieux monsieur d’âge avancé quand il est arrivé à Stockton’, a écrit un médecin il y a plusieurs années. J’étais un jeune homme curieux à l’époque, toujours intéressé par les coutumes occultes. Tout ce qui sentait l’aventure captait mon intérêt. Les histoires de Brown étaient fascinantes. Il s’agissait peut-être de grandes histoires sur des choses mythiques racontées par un vieil homme en quête de compagnie. D’une certaine façon, au fil des ans, j’ai acquis un nouveau respect pour le vieil homme. Je crois qu’il disait la vérité. Je ne connais pas ses raisons, mais je pense qu’il a changé d’avis à la dernière minute et a décidé de ne pas révéler l’emplacement du coffre au trésor perdu des géants « lémuriens » ».

Dans son livre, « THERE ARE GIANTS IN THE EARTH – IL Y A DES GÉANTS DANS LA TERRE » (Doubleday & Co, Inc., Garden City, N.Y. 1974. pp. 135-136), Michael Grumley relate une ancienne tradition hébraïque qui suggère que les restes d’une race de « géants », peut-être des géants « poilus », ont survécu à l’ancien déluge avec Noé et une ménagerie d’autres animaux :

« …dans le récit de la Genèse, il y a un incident absent dans la version du roi Jacques mais présent dans diverses références éparses dans le Midrash hébreu qui concerne un géant nommé « Og » qui aurait monté sur l’arche pendant les quarante jours et quarante nuits de la pluie battante qui a causé le déluge de Noé. Afin d’être inclus dans la compagnie des navires, selon l’histoire, il était convenu qu’une fois que l’arche aurait atteint la terre ferme et que les eaux se seraient retirées, il deviendrait un serviteur de Noé et de tous ses descendants.

Il était le seul (et probablement une femme de son espèce) de cette race de géants très répandue à avoir péri, ainsi que tous les hommes (sauf Noé et ses trois fils Sem, Cham et Japet) (la tradition hébraïque veut que les quatre femmes qui étaient les épouses de Noé et de ses trois fils soient également les seules à avoir péri, soit huit en tout. Ou, si le récit de « OG » est exact, était-ce DIX « personnes » – huit humains et deux demi-hommes ? – Branton). »

Quant au Sasquatch lui-même (ou Yéti, Bigfoot ou Abominable Bonhomme de neige, etc.), dans la plupart des cas, il est décrit comme étant pacifique sauf lorsqu’il est provoqué, bien que de tels cas de violence punitive contre les humains soient rares.

On dit généralement que le Sasquatch ressemble moins à un « chaînon manquant » entre les humains et les singes qu’à un « hybride » entre les deux, comme « une tête humaine sur un corps de singe » selon les termes d’un témoin. Cela pourrait suggérer que les humains et les singes sont deux espèces distinctes et que, dans l’Antiquité, la similitude génétique a pu donner naissance à une progéniture hybride entre les deux groupes, reléguant les descendants du Sasquatch à une existence horrible et solitaire, étant rejetés par les hommes comme par les bêtes, étant donné qu’ils n’étaient ni entièrement humains ni entièrement animaux. Si tel était le cas dans le passé, les divergences génétiques entre les deux groupes ont pu s’égarer il y a longtemps au point qu’un tel « hybride naturel » serait impossible aujourd’hui, sauf dans le cas des DESCENDANTS de la race Sasquatch elle-même.

Dans le livre de Charles Berlit’z :  WORLD OF THE ODD & AWESOME – MONDE DE L’ÉTRANGE ET DU GÉNIAL », nous lisons qu’un être étrange a été découvert au Congo il y a plusieurs années. « Il » a reçu le surnom d’Oliver, mais il n’était pas certain qu’il s’agissait d’un mutant, d’un hybride ou d’une partie d’une nouvelle espèce de chimpanzé. Il ressemblait à un chimpanzé chauve, mais son nez ressemblait beaucoup à celui des humains et, à l’inverse des APES, qui préfèrent marcher sur leurs articulations, Oliver semblait marcher naturellement debout. Oliver » était-il un Sasquatch, ou d’une race apparentée au légendaire humanoïde poilu ?

Les études menées par Ralph Helfer de Burbank, en Californie, ont permis de découvrir qu’Oliver avait quarante-sept chromosomes, tombant entre un APES quarante-huit et un HUMAIN quarante-six, ce qui suggère une race croisée. Oliver était extrêmement intelligent pour un « singe » et aimait regarder des westerns télévisés et des programmes d’action pendant des heures, contrairement aux chimpanzés, qui s’ennuyaient au bout de quelques minutes.

Outre les humanoïdes poilus, il y aurait eu des observations de créatures ressemblant à des satyres en rapport avec les phénomènes souterrains ou aériens, bien que ces observations soient relativement rares.

Ils sont décrits comme étant de petits humanoïdes à pieds de chèvre et à cornes. Toutefois, en raison des phénomènes paraphysaires qui entourent ces observations, certains ont suggéré qu’elles pourraient faire partie d’une race préadamique quasi-physique qui faisait partie de la « chute » originelle décrite dans la théologie judéo-chrétienne, une race qui possédait des caractéristiques humanoïdes, bestiales ET angéliques et qui était donc immortelle.

Il n’est toutefois pas certain que leurs attributs humanoïdes/animaux leur aient permis de procréer, mais il existe quelques récits bizarres qui font surface de temps en temps, selon lesquels des sorcières ou des adoratrices de Satan auraient été fécondées par des incubes semblables à des satyres, à la suite de quoi elles donnent naissance à un hybride horrifiant – un enfant humanoïde effrayant et souvent vicieux, avec des cornes et une queue, qui ne vit traditionnellement que quelques jours ou semaines avant de mourir. Ce n’est peut-être qu’un mythe créé par les occultistes au fil des ans, car aucun cadavre réel de ces prétendus hybrides n’a jamais été découvert en public.

Il y a plusieurs années, Brad Steiger a rapporté un incident incroyable impliquant une équipe de démolition à San Francisco, qui était en train de démolir de vieux bâtiments lorsqu’ils se sont introduits dans une cavité souterraine adjacente au niveau du sous-sol de l’une des anciennes structures. Ils ont rassemblé du matériel et sont entrés dans l’ouverture, et ont été surpris de se retrouver dans un tunnel qui se ramifiait dans différentes directions sous terre. Les ouvriers de la construction ont commencé à explorer les passages sur une certaine distance avant de rencontrer quelque chose qui les a choqués et fait trembler. Juste devant eux se trouvait un groupe de créatures des plus étranges qu’ils n’avaient jamais vues. Ils n’étaient ni « entièrement » humains ni entièrement comme n’importe quel animal qu’ils avaient vu auparavant. Ils étaient humanoïdes, couverts de poils de la tête aux pieds, mesuraient environ 1,50 m et avaient des yeux qui se reflétaient rougeâtres à la lumière de leurs faisceaux de flash.

Les démolisseurs ont décidé qu’ils n’allaient pas rester là longtemps et ont battu en retraite précipitée vers la surface. L’ouverture aurait pu être recouverte par la suite par des débris et d’autres travaux de démolition, bien que cela soit incertain. Quoi qu’il soit advenu de l’entrée du tunnel, tout le monde le devine.

Charles Berlitz, dans son « ATLANTIS – THE EIGHTH CONTINENT – ATLANTIS – LE HUITIÈME CONTINENT » (G. P. Putnams Sons, New York, 1984, pp. 196-198), fait les commentaires suivants concernant l’ancienne société déchue qui fut apparemment l’une des premières « civilisations » à la suite du déluge à libérer le fléau de la guerre thermonucléaire de haute technologie sur la terre. Il déclare

« …Ces destructions périodiques se sont produites parce que les habitants de la Terre n’ont pas réussi à réaliser le plan du Créateur… Selon la relecture des légendes Hopi par Frank Waters, en collaboration avec White Bear (BOOK OF THE HOPI : 1968), lorsque (les anciens peuples) avaient acquis ce qu’ils voulaient « ils voulaient encore plus et les guerres recommencèrent. Les peuples de la Terre ont créé « de grandes villes, des nations, des civilisations » et ont inventé des avions – PATUWVOTAS – qu’ils ont utilisés pour attaquer et détruire leurs villes respectives.

La guerre dans ce monde précédent n’a cessé que lorsque les continents ont coulé et que la terre et la mer ont changé de place, laissant le « tiers monde » (celui d’avant) au fond de la mer, « avec toutes les villes fières, les PATUWVOTAS volantes et les trésors du monde corrompus par le mal » (bien que le « naufrage des continents » semble être un phénomène intimement lié au déluge, cela ne signifie pas que d’autres îles-continents n’auraient pas coulé au cours des siècles ou des millénaires qui ont suivi le déluge – Branton).  »

…C’est cependant dans les livres de l’Inde ancienne que l’on trouve des allusions à la guerre préhistorique qui sont étrangement parallèles à celles d’aujourd’hui et de demain (vide C. Berlitz : MYSTÈRES DE MOTS OUBLIÉS). Il y a deux explications possibles : soit certains Indiens à l’esprit scientifique d’il y a six [environ] mille ans ont laissé libre cours à leurs fantaisies et ont imaginé des bombes d’une force suffisante pour détruire la plus grande partie du monde, soit le concept tout entier a été hérité de… un stade de développement propice à l’expérimentation ou à l’utilisation du pouvoir destructeur de l’atome.

« En tout cas, des passages de la littérature indienne traditionnelle, tels que les VEDAS, les PURANAS, les RAMAYANA, les MAHAVIRA, et surtout les MAHABHARATA, contiennent des références répétées, exprimées dans le langage poétique de leur époque, aux avions – VIMANAS – aux fusées, et aux voyages dans l’espace, mais aussi des allusions spécifiques à ce qui est facilement reconnaissable comme étant des avions de combat, des bombardements aériens, des radars et autres formes de détection d’avions, de l’artillerie, des lancements de fusées, des balles explosives, des détonations de mines et des bombes de destruction cosmique comparables en effet à la bombe atomique du monde actuel.

Dans d’autres sections de la littérature scientifique et philosophique indienne, on trouve des mentions attestant de la prise de conscience des molécules et des atomes de différents éléments, un concept qui pourrait éventuellement conduire à l’utilisation de la puissance de l’atome dans la guerre, comme c’est le cas aujourd’hui dans un laps de temps relativement court. Entre le moment où la théorie atomique a été généralement acceptée par les scientifiques modernes et la construction de la bombe atomique, il ne s’est écoulé que 130 à 135 ans, alors qu’une civilisation mondiale antérieure, dont la durée est inconnue, aurait probablement eu autant de temps, voire plus, pour un tel développement.

« …Lorsque les MAHABHARATA devaient être traduits dans la seconde moitié du XIXe siècle en langues modernes (en anglais par Protap Chandra Roy et en allemand par Max Muller), les descriptions fantaisistes de la guerre ancienne étaient généralement ignorées, sauf dans le cas de l’artillerie – familière à tous – et des avions, alors considérés comme plus légers que l’air. V. R. Ramachandra Dikshitar, dans son livre sur les débuts de la guerre en Inde (WAR IN ANCIENT INDIA : 1944), commente le DÉCLIN de l’artillerie à l’époque médiévale, en déduisant qu’elle était plus destructrice dans un passé lointain.

Il défend également les références détaillées aux avions plus lourds que l’air dans une ancienne guerre terrestre et navale, en se référant à « la vaste littérature des PURANAS montrant comment les anciens Indiens ont bien et merveilleusement conquis l’air ». Comme Dikshitar écrivait pendant la première guerre mondiale, il savait, comme un certain nombre d’officiers indiens et d’officiers britanniques du service indien, que de nombreuses armes « imaginaires » de l’Antiquité indienne avaient fait leur apparition (ou réapparition) au cours des deux guerres mondiales. Dikshitar a écrit, pendant la première guerre mondiale, que la MOHANASTRA ou « flèche de l’inconscience » était généralement considérée comme « une créature de légende jusqu’à ce que nous entendions l’autre jour les bombes décharger des gaz toxiques ».

En référence à une ancienne arme connue sous le nom de « foudre de fer« , Berlitz déclare « Selon la description du MAHABHARATA, son éclat était aussi brillant que l’éruption de dix mille soleils. Le nuage de fumée qui s’est élevé après sa première explosion s’est formé en cercles de plus en plus larges, comme l’ouverture de parasols géants.

« …Une injonction étrangement moderne dans l’ATHARUA VEDA avertissait les forces adverses que l’utilisation d’une telle arme n’était permise que lorsque l’ennemi l’avait « utilisée en premier »,… Il y a même une mention dans la MAUSALA PARVA impliquant qu’à une occasion cette arme « capable de réduire la Terre en cendres » avait été détruite et que la poudre qui en résultait avait été « jetée dans la mer », une autre suggestion opportune du lointain passé de la Terre.

« Que cette arme légendaire ait été utilisée, détruite ou oubliée, sauf dans la littérature indienne, il existe certaines parties brûlées de notre planète qui peuvent être le résultat de frappes de météorites ou même de cicatrices de guerre thermonucléaire.

L’une d’entre elles a été trouvée en Irak en 1947 au cours d’une sonde archéologique creusée verticalement tout en pénétrant dans un certain nombre de niveaux culturels contenant des artefacts reconnaissables de BABYLONE et de SUMER et a fini par traverser un niveau d’argile de quatorze pieds, ce qui indique des dépôts à la suite d’une inondation grave et prolongée. Après l’inondation, on a finalement atteint une strate qui s’est avérée être du verre fondu – presque exactement comme le sol du désert d’Alamogordo, au Nouveau-Mexique, marqué et fusionné après le « premier » test de la bombe A. ». (Gen. 4:22 indique que seulement 7 générations après Adam, « Tubal-Cain » a introduit un travail métallique complexe, et sans doute des armes, chez les antédiluviens)

Certains chercheurs et « personnes de contact » ont parlé d’un groupe « humain » d' »extraterrestres » d’un système stellaire proche, connus sous le nom de « Coldasiens ». Il se peut très bien que ce soit le même groupe que d’autres appellent les « Koldasiens ». UFO PHOTO ARCHIVES (P. O. Box 17206., Tucson, AZ 85710) a publié un volume détaillant un prétendu contact avec une personne de la planète « Koldas ».

Au moment de la rédaction de cet article, il n’est pas certain que les « Koldasiens » (ou les Coldasiens) fassent partie de la prétendue « fédération » Vega-Ummo-Pleiades-Andromeda-Cetus-Eridanus-Centaurus, bien que vaguement liée, qui serait habitée par des cultures « humaines » de l’espace. Les Koldasiens affirment cependant avoir des liens avec la « Confédération » solaire qui serait basée sur les lunes de Saturne.

Le volume, intitulé « OVNI : CONTACT DE LA PLANETE KOLDAS – UN DIALOGUE COSMIQUE« , est décrit comme suit dans une publicité publiée par UFO PHOTO ARCHIVES :

« …Ce reportage de 300 pages dévoile l’histoire d’une amitié puissante et particulière qui se poursuit entre deux hommes – l’un d’entre eux venant d’au-delà de la Terre.

« Valdar est l’être humain extraterrestre qui est venu sur Terre en préparation de sa nomination au poste de commandant d’un vaisseau spatial interplanétaire. Il a vécu près d’une usine d’électronique et a travaillé en étroite collaboration avec un ressortissant sud-africain pendant deux ans, avant de partir pour sa planète natale Koldas, dans un autre système solaire.

« Les deux années de vie intégrée de Valdar sur une planète plus primitivement habitée étaient une dernière condition préalable à son nouveau rôle de commandant de vaisseau spatial – et il a choisi la Terre, la planète unique qu’un ami et mentor avait également visitée pendant son propre endoctrinement final.

« Avant sa sélection finale de notre planète, Valdar avait été informé par son ami de la beauté rare de la Terre, de sa grande variété d’espèces vivantes, de ses vastes océans, de ses hautes plaines, de sa végétation abondante – et de la sauvagerie inhabituelle de sa société.

« Après s’être familiarisé avec ce lieu, Valdar a rencontré et s’est lié d’amitié avec F. Edwin W., un Sud-Africain travaillant à Durban. Le reportage raconte l’histoire de cette amitié, une relation étroite qui s’est poursuivie jusqu’au départ de Valdar pour Koldas et au-delà, sous les yeux de son ami terrestre. Cette relation se poursuit aujourd’hui.

« Plus de 1 000 communications ont été reçues (via des faisceaux d’énergie électromagnétique) de l’extraterrestre depuis le départ de Valdar de la Terre.

« De nombreux autres témoins et une vaste documentation soutiennent adéquatement cette affaire. Parmi les documents importants recueillis par Carl van Vlierden, chercheur de longue date sur les OVNI, figurent des photographies en couleur et un enregistrement photographique réel du commandant koldasien délivrant un message sincère aux habitants de la Terre.

« Ce rapport complet est publié grâce à la générosité et à l’intérêt particulier de la famille Weaver. »

Le Groupe UNICUS [Dept. 210., 1142 Manhattan Ave. #43., Manhattan, CA 90266], une organisation prétendument consacrée aux « Extraterrestres Terriens », a fourni de nombreuses informations en 1993 concernant les recherches et le travail de M. Robert M. Stanley.

Stanley aurait découvert une « cité perdue » qui, selon lui, aurait été habitée par des anciens, dont il suppose qu’ils pourraient être liés aux anciens « Lémuriens » (ou plutôt aux MU-rians de l’ancienne Californie, une civilisation qu’il ne faut pas confondre avec l’empire perdu « théorique » de la « Lémurie » dans l’Ocian indien – Branton). Certains des habitants de cette ancienne ville mesuraient 2,5 mètres de haut et avaient accès aux voyages interplanétaires, grâce à une ancienne « base » d’OVNI.

Bien que Stanley ait visité des dizaines de pays pour y mener des recherches archéologiques, il affirme que la cité perdue – qui, selon lui, réside en grande partie dans un énorme labyrinthe souterrain de tunnels et de grottes sous une « montagne mystique » dans le sud de la Californie (région de Mojave ?) – est de loin le site le plus incroyable qu’il ait jamais rencontré, et contient des murs, des statues et de nombreux autres vestiges de l’ancienne culture qui a construit la « cité ». Il aurait emmené de nombreux scientifiques, ingénieurs, archéologues et anthropologues sur le site antique et à travers le complexe souterrain et déclare qu’ils sont d’accord avec lui sur l’importance incroyable du site, mais se demandent pourquoi il n’a jamais été mis au jour avant cette époque.

Bien que Stanley soit réticent à révéler l’emplacement exact de la « Montagne Mystique » (sur laquelle il affirme également, avec d’autres, avoir eu des expériences avec des OVNIs envoyant des « lumières » sur le groupe), il déclare que c’est en CALIFORNIE DU SUD et on pourrait supposer, d’après les informations précédentes, que, où que soit située cette « ville perdue », elle pourrait très bien être liée d’une certaine manière à la ville perdue des montagnes de Panamint.

M. Stanley peut être joint par l’intermédiaire de « MYSTIC MOUNTAIN ADVENTURES – AVENTURES MYSTIQUES EN MONTAGNE« , Dept. 200, 1142 Manhattan Ave #43, M.B., CA 90266. Cependant, il faut savoir que Stanley est fermement convaincu qu’il ne souhaite pas que le site soit transformé en « attraction touristique » ou en parc d’attractions avec des stands de hot-dogs et tout le reste, mais qu’il souhaite maintenir le site en parfait état pour le bien des générations futures de chercheurs. Cependant, s’il voit que l’on a de vraies motivations académiques désintéressées plutôt qu’un état d’esprit de « chasseur de trésors », on peut peut-être organiser une « visite » du site avec lui, comme d’autres l’ont fait dans le passé.

William Halliday, dans son livre « ADVENTURE IS UNDERGROUND – L’AVENTURE EST SOUTERRAINE« , enregistre une déclaration sous serment présentée par un certain Earl P. Dorr, décrivant de vastes cavernes que lui et un associé auraient découvertes et explorées en Californie du Sud. Certaines parties du témoignage sous serment sont citées ci-dessous :

« …Ces cavernes se trouvent à environ 250 miles de Los Angeles, en Californie. En empruntant les autoroutes de l’État en voiture, les cavernes peuvent être atteintes en quelques heures. « Accompagné d’un ingénieur des mines, j’ai visité les cavernes au mois de mai 1927. Nous y sommes entrés et avons passé 4 jours à les explorer sur une distance de 8 à 9 miles. Nous avions avec nous des altimètres et des podomètres, pour mesurer la distance parcourue, et disposions d’un instrument pour mesurer la distance par triangulation, ainsi que de tels instruments pratiques et nécessaires pour faire des observations et des estimations.

« Nos examens ont révélé les faits suivants, à savoir

« 1. de l’embouchure de la caverne, nous sommes descendus d’environ 2000 pieds. Là, nous avons trouvé un canyon qui, sur notre altimètre, mesurait environ 3000 à 3500 pieds de profondeur. Nous avons découvert que les cavernes étaient divisées en de nombreuses chambres, remplies et embellies avec les stalactites et stalagmites habituelles, en plus de nombreuses merveilles grotesques et fantastiques qui font des cavernes l’une des merveilles du monde.

« 2. sur le fond du canyon, il y a une rivière qui coule et que nous avons estimée, par un examen et des mesures minutieuses (par triangulation), à environ 300 pieds de large et à une profondeur considérable. Le fleuve monte et descend avec les marées de la mer – à marée haute, sa largeur est d’environ 300 pieds, et à marée basse, sa largeur est d’environ 10 pieds et sa profondeur de 4 pieds (évidemment, cela ne peut que signifier que, si ce récit est vrai, la « source » du fleuve est un réservoir souterrain suffisamment grand pour être déplacé par les marées, « débordant » dans le fleuve pendant les marées hautes et « se retirant » à marée basse – Branton).

“3. Lorsque la marée est haute, il y a de part et d’autre de la rivière de 100 à 150 pieds de sable de plage noir qui est très riche en valeur aurifère. Les sables ont une profondeur de 4 à 11 pieds. Cela signifie qu’il y a environ 300 à 350 pieds de sable placé riche et porteur, d’une profondeur moyenne de 8 pieds. Nous avons exploré les sables du canyon sur une distance de 8 miles, en trouvant peu de variation dans la profondeur et la largeur des sables.

« 4. je suis un mineur de longue date et je possède de précieuses propriétés minières à proximité que je suis prêt à mettre en gage et en garantie pour garantir que les déclarations faites ici sont vraies.

« 5. mon but en explorant les cavernes était d’étudier la minéralogie afin de déterminer les possibilités et les réalités minérales des cavernes, rendant cet examen en personne avec mon ingénieur nécessaire pour déterminer par un examen d’expert le caractère et la quantité des valeurs minérales des cavernes, des roches et des sables.

6. j’ai effectué une étude d’environ 10 livres de sable noir et je l’ai « nettoyée », ce qui m’a rapporté plus de 7 dollars en or. Je l’ai vendu à un acheteur d’or qui m’a offert au taux de 18 dollars l’once. J’ai envoyé deux livres et demie de ce sable noir à John Herman, analyste, dont le certificat d’analyse indique une valeur de 2145,47 dollars par mètre [cube], avec de l’or à 20,67 dollars l’once.

“7. D’après les mesures techniques et les observations que nous avons faites, j’ai estimé qu’il faudrait un tunnel d’environ 350 pieds de long pour pénétrer jusqu’aux cavernes, à mille pieds ou plus en dessous de l’entrée actuelle, qui se trouvent à quelque 3 miles de ma propriété.

« 8. je ne fais aucune estimation, même approximative, du tonnage du sable noir, mais il est possible de faire une estimation du contenu cubique sur plus de 8 miles et la profondeur minimale n’est jamais inférieure à 3 pieds. Ils sont de profondeur variable – ce que leur profondeur maximale ne sait peut-être pas. – Assermenté par E. P. Dorr, 309 Adena St., Pasadena, Californie, 16 novembre 1934 ».

Il est intéressant de noter que la « source » de cette rivière serait quelque part – dans ou sous le grand désert occidental de l’Utah-Nevada – en Californie, où peu d’eau de surface s’échappe par les ruisseaux et les rivières.

Dans son livre, Halliday fait également référence à une grotte remplie d’eau annexée à la Vallée de la Mort, connue sous le nom de « Trou du Diable« , qui, selon certaines sources, monte et descend légèrement avec les marées ! Cela pourrait indiquer que certains cours d’eau souterrains sous le désert de Mojave pourraient finalement se relier à de vastes lacs souterrains ou à de petites mers souterraines d’eau douce. Reste à savoir si cette théorie s’avère exacte ou non… après que de futurs « spéléonautes » aventuriers se soient à nouveau frayé un chemin dans les cavernes secrètes de Dorr et vers la SOURCE de la « prétendue » rivière souterraine.

Le « Trou du Diable » lui-même contient une espèce rare de poisson des cavernes que l’on ne trouve nulle part ailleurs dans le monde (du moins nulle part à la connaissance des biologistes marins).

On rapporte qu’au moins deux plongeurs ont disparu dans cette aquacothèque apparemment « sans fond » il y a quelques années, ce qui a conduit les responsables à placer la grotte sous la protection du gouvernement en en faisant une extension du Monument national de la Vallée de la Mort – dont une grande partie se trouve bien EN DESSOUS du niveau de la mer.

L’existence ou la possibilité de l’existence de telles « mers » souterraines sous les régions de Californie et du Nevada semble être étayée par d’autres témoignages.

Pendant les années du « Mystère du rasoir », Ray Palmer a reçu une lettre d’un lecteur décrivant la grotte du comte Dorr. Cette lettre indiquait que trois garçons indiens Paiute avaient, à l’aide d’une « carte au trésor », extrait de ces cavernes de l’or d’une valeur de 50 000 dollars, qu’ils conservaient dans la banque de Needle’s, en Californie. Leur projet a été interrompu lorsque l’un des garçons a glissé de l’un des « étages de rochers » les plus bas et est mort.

Nous allons maintenant citer les observations professionnelles de William R. Halliday concernant les affirmations faites dans la déclaration sous serment de Dorr, telles qu’elles figurent dans son livre « ADVENTURE IS UNDERGROUND » :

« …Qu’est-ce que le gadget ?

« C’était probablement la question que se posaient tous les lecteurs du CALIFORNIA MINING JOURNAL lorsque cette déclaration sous serment a été publiée dans son numéro de novembre 1940. La question se pose toujours lorsqu’un spéléologue entend pour la première fois l’histoire remarquable de cette grotte encore plus remarquable. En outre, les réponses aux autres questions évidentes ne sont pas celles que l’on pourrait anticiper.

« ‘Est-ce juste une grotte imaginaire ? Non, la grotte existe certainement. J’y suis allé.

“‘ Dorr a-t-il gardé son emplacement secret ? Non. Des dizaines, voire des centaines de personnes savent que c’est l’endroit exact, sur le flanc du pic Kokoweef dans le désert de Mojave.

« ‘Quelqu’un a-t-il essayé de trouver cette rivière d’or?’ Oui, en effet. La prospère Crystal Cave Mining Corporation est propriétaire de la propriété. « ‘Alors quel est le truc?’ C’est une sacrée histoire.

« Les débuts de l’histoire de la grotte d’or sont enveloppés dans les brumes de l’esprit des anciens. Depuis longtemps, les prospecteurs rôdeurs connaissent l’existence de la large ouverture d’une caverne profonde sur le flanc calcaire d’un pic qui fait partie de la face est de la VALLÉE IVANPAH – le pic Kokoweef. Même si elle ne se trouve qu’à quatre miles par un chemin de terre de l’autoroute entre LOS ANGELES et LAS VEGAS, la région était si désolée que, dans les années 1920, des semaines pouvaient s’écouler sans que ne passent plus qu’un prospecteur occasionnel et son terrier. L’ouverture de la caverne faisait plusieurs pieds de diamètre et la caverne était évidemment beaucoup plus grande plus loin. Selon certaines histoires locales, elle était sans fond, même s’il ne fallait « que quelques secondes » pour qu’un rocher touche le « fond ».

« Ensuite, quelqu’un a trouvé une fissure étroite menant à une AUTRE grotte, en haut de la face est du pic. C’était peut-être Dorr. Les histoires varient. L’une d’entre elles reprend l’histoire commune de deux Indiens avec une carte au trésor, qui dans ce cas était censée montrer l’entrée de la grotte. Dorr était bien connu dans la région, ayant une concession de l’autre côté de la vallée, à plusieurs kilomètres au sud-ouest du pic Kokoweef. Comme tout prospecteur expérimenté, il a certainement rôdé sur toutes les corniches de la région. En tout cas, la nouvelle grotte semblait encore plus profonde que la grotte du Kokoweef. Comme au moins sept autres grottes en Californie, elle a fini par être connue sous le nom de Crystal Cave.

« Plus tard, en 1934, un autre vieux prospecteur, Pete Ressler, se reposait près du bas du versant sud-ouest du pic stérile. Il lança par hasard un rocher dans une fissure. À sa grande surprise, il a fait un long mouvement de va-et-vient jusqu’à ce que le bruit s’estompe dans les profondeurs. Il a attaché son chargement sur son burro et s’est dirigé vers la station de Mountain Pass pour chercher de la dynamite.

« Qu’est-ce que tu crois que c’est, Pete ? » lui demandèrent les hommes de la station.

“‘ Quien sabe ? », dit-il en haussant les épaules.

« L’espagnol de Pete, cependant, était horrible. On aurait dit « Kin Savvy » ou « Kin Sabe », et ce nom est resté collé à la grotte qu’il a ouverte à la dynamite. Ce n’était pas vraiment une grotte. Elle était inclinée vers le bas mais était remplie de gravats (gravats provenant des explosions de dynamite ? – Branton) à un niveau non loin de l’entrée. Le vieux Pete s’est retiré de l’histoire. Dorr est le personnage principal.

« Dorr devait être une personne étrange. Personne d’autre ne s’intéressait particulièrement aux grottes, mais bientôt il racontait l’histoire d’une énorme caverne dans laquelle il se frayait peu à peu un chemin, voyage après voyage. La partie principale de la caverne était une série de chutes verticales d’une petite chambre à l’autre. En plusieurs endroits, il y avait de petites mares sèches qui contenaient de petits cristaux pointus. Depuis l’une des petites salles, un tunnel étroit conduisait sur une distance relativement courte à une immense caverne contenant un gouffre de 3 000 pieds de profondeur. Il a parlé d’une stalactite de 1 500 pieds de long.

Note : les deux sommets du Kokoweef et de Door se trouvent près du flanc sud-ouest du Mts Ivanpah, juste au sud de la route 91. Dorr a affirmé que lui et son ingénieur, en suivant les « gradins » rocheux supérieurs, ont découvert une énorme cataracte ou chute d’eau en cascade sur le côté du « canyon », sous ce qu’ils ont jugé être le pic Dorr. Ils auraient suivi les « plateaux » supérieurs sur une distance de 8 miles. Selon une carte des grottes dessinée par Herman Wallace Jr, sous les instructions personnelles et la supervision du comte Dorr, la longueur de la « stalactite » était donnée à seulement 500 pieds de long – bien que cela en ferait toujours la plus grande stalactite « connue » au monde à l’heure actuelle – et était située à côté de la chute d’eau souterraine qui se déversait dans la rivière souterraine au fond du canyon comme l’un de ses nombreux affluents. – Branton).

« La caverne a continué sur des kilomètres. Il avait marché jusqu’au bord du gouffre mais n’avait pas trouvé le chemin de son fond. Il y avait des endroits où l’air entrait dans la caverne, donc d’autres grottes sur le pic devaient s’y ouvrir. Et il devait aussi y avoir une entrée quelque part sur sa concession. C’est dans cette direction que la caverne se dirigeait.

« Peu de temps après, Dorr affirmait avoir trouvé un moyen de descendre le long de la paroi du canyon souterrain. En bas, les merveilles étaient encore plus grandes. Il avait trouvé de grands gisements d’or placérien. A ce moment-là, il avait à moitié convaincu les autres anciens. Pourtant, ils n’allaient pas dans ce trou affreux pour tout l’or de l’U.S. Mint.

« Un jour de 1928, Dorr dit encore à ses amis qu’il allait dans la grotte pour un autre voyage. Deux jours passèrent, trois, quatre. Ses amis se sont inquiétés. L’or ne les aurait pas tentés d’entrer dans la grotte, mais ils étaient ses amis et le code du désert est sévère. Dorr pourrait y être piégé, blessé, mourant. Une équipe de secours est montée à l’entrée de la grotte, où les cordes de Dorr étaient encore fixées.

« À peine avaient-ils tous pénétré dans la grotte qu’ils ont rencontré un Dorr enragé qu’ils connaissent à peine. Bien que débraillé et les yeux fous, il n’avait manifestement pas besoin d’être secouru. Nerveusement, ils s’éloignèrent de sa fureur inutile. Etait-il devenu fou après son long séjour sous terre ?

(Il est plus probable que ce soit la redoutable « fièvre de l’or » qui a affecté l’esprit des hommes à travers les siècles et les a souvent poussés à des actes de cruauté irrationnelle – Branton)

Ils essayaient de l’aider, et pourtant il les accusait d’avoir essayé de voler son or.

« Avant de bien comprendre, ils ont ressenti l’impact sourd d’une lourde charge de dynamite. Puis Dorr s’est calmé. « Vous n’y arriverez jamais maintenant », sourit-il.

“‘ Cette explosion a terminé le tunnel vers la rivière d’or ».

Note intéressante : Halliday lui-même prétend avoir vu dans cette grotte, avec plusieurs membres de la National Speleological Society ou du NSS, le nom de DORR écrit dans la suie d’une lampe de mineur noire près de ce qui semblait être une ligne noire laissée par une fusée de dynamite, en dessous de laquelle se trouvait une zone bouchée de roche brisée – Branton)

« Nous ne savons pas si Dorr a jamais été convaincu que ses amis essayaient seulement de le sauver. Pendant plusieurs années, il a été une figure familière du désert de Mojave. Il essayait sans cesse de persuader les gens de creuser un tunnel dans la grotte d’or depuis les pentes inférieures du pic Kokoweef. Il allait partager avec eux. S’ils étaient prêts à payer pour le tunnel, ils pouvaient avoir une partie des bénéfices.

« Sur cette base, peu d’investisseurs étaient prêts à envisager le projet. Mais finalement, un petit groupe dirigé par un capitaliste de Los Angeles était prêt à spéculer sur la proposition de Dorr. D’abord, ils ont essayé les expédients faciles. La grotte de Kin Sabe était la plus accessible. Dorr pensait qu’elle était reliée au grand gouffre.

« Ils installèrent une voie ferrée inclinée et commencèrent à enlever les décombres qui la remplissaient. En peu de temps, ils eurent une grotte tout à fait respectable, de 125 pieds de profondeur, mais l’air qui s’y trouvait était complètement stagnant. Devant les protestations de Dorr, ils abandonnèrent la tentative. S’il y avait une entrée dans la grande caverne depuis Kin Sabe, elle était trop profonde pour qu’on s’en préoccupe, du moins jusqu’à ce que toutes les possibilités plus faciles aient été étudiées.

« Ensuite, ils se sont tournés vers la grotte Kokoweef, la première caverne découverte sur le pic. Une route a été construite jusqu’à une corniche voisine et un court tunnel a été percé, reliant le fond de la caverne à la surface du pic. Là encore, de nombreux débris ont été enlevés sans rencontrer le véritable fond. Les opérations battaient leur plein lorsque quelqu’un découvrit une veine minérale dans la paroi du pic à quelques dizaines de mètres du tunnel. Il s’agissait de zinc et de minerai à haute teneur. À cause de la guerre, le zinc était très recherché. La Crystal Cave Mining Company s’est rapidement lancée dans le commerce du zinc. Dorr était dégoûté. Il abandonna le projet. De temps en temps, quelqu’un entendait parler de lui, racontant encore son histoire de rôder dans les collines près de son ancienne concession, cherchant encore une autre entrée pour la grotte d’or… »

Selon Virginia Louis Swanson, « Devil’s Hole », le « Sasquatch Researcher », situé au Monument national de la Vallée de la Mort, au nord-est de Death Valley Junction, en Californie, a été le théâtre d’au moins une disparition.

D’après Swanson, deux garçons sont entrés dans la grotte il y a plusieurs années et n’ont jamais été revus. Des plongeurs de la marine ont été descendus sur des câbles et ont rapporté avoir vu une grande rivière qui s’élevait d’en bas, coulant sur une large étendue. Ils n’ont pas pu estimer sa profondeur à cause d’une myriade de colonnades de roches noires à travers lesquelles la rivière coulait avant de plonger une fois de plus dans un abîme. La grotte se trouve à proximité du « Trou du Diable » (qui est toujours ouvert à la vue du public, bien que « clôturé »), et aurait été scellée peu après la disparition.

Il est intéressant de noter que Vincent Bugliosi, dans son livre HELTER SKELTER (pp. 232-233, 246), fait référence à Charles Manson, qui pensait que sa « mission » était de déclencher une guerre raciale appelée « Helter Skelter », puis de se cacher avec sa soi-disant « famille » dans une zone souterraine près du désert de Mojave appelée « Bottomless Pit », et enfin d’émerger une fois la « guerre » terminée et de dominer le monde.

Selon une version, la « famille » Manson aurait rencontré des « gens étranges » dans le désert de Mojave. Était-il « programmé » ? Manson était également convaincu qu’il était le fils illégitime d’Adolph Hitler.

Robert K. Newkirk a rapporté une information intéressante dans une lettre du magazine AMAZING STORIES, numéro d’avril 1949, p. 140, déclarant que le nord de la Californie « …Clear Lake possède de nombreuses cavernes souterraines dont nous savons qu’elles n’ont pas de fin et d’autres qui se jettent dans la baie de S.F. ».

Jack Peterson relate une autre anomalie dans une lettre de SHAVERTRON, numéro 14, décrivant l’expérience de l’auteur près de June Lake, en Californie, où il aurait observé un petit être humanoïde (un gris ?) sortant d’une étrange machine en forme de cône qui a émergé des profondeurs de la terre. L’extraterrestre est alors rentré dans le vaisseau, à la suite de quoi sa machine a disparu à nouveau comme elle était venue.

En nous détournant un instant du sujet de l’activité souterraine, nous tournons à nouveau notre regard vers les étoiles.

Ceux qui ont été impliqués dans des recherches sur les OVNI, les bases souterraines et les gouvernements secrets pendant un certain temps se rendront compte à quel point les phénomènes aériens, souterrains et sociaux sont interconnectés dans les coulisses. Par exemple, le récit de Forest Crawford sur la récupération d’un vaisseau de la Tau Ceti a également impliqué des bases souterraines et des systèmes de transport, ainsi qu’une activité gouvernementale top-secrète.

En plus du récit de Crawford, nous disposons d’un rapport corroborant qui a été publié dans « THE UFO ENCYCLOPEDIA », par John Spencer (Avon Books., 1993). Sous le titre « DR. OTTO STROVE », nous lisons comment cet astrophysicien a aidé Frank Drake à mettre en place le projet OZMA, et c’est une conclusion très mystérieuse :

« …le projet a commencé ses recherches en se concentrant sur l’étoile TAU CETI. Selon les affirmations faites à l’époque, dès le début du projet, des SIGNAUX INTELLIGENTS FORTS ont été captés, laissant tous les scientifiques stupéfaits. « Brusquement, le Dr. Strove a alors déclaré que le projet OZMA avait été arrêté et a commenté qu’il n’y avait pas de raison d’écouter des messages d’un autre monde ».

Note : Ou était-ce simplement une « excuse » utilisée par le gouvernement secret pour garder le projet et ses résultats SECRETS ? Il semblerait que Frank Drake – et le Dr Strove d’ailleurs – ait ou ait eu un lien quelconque avec les Illuminati, car les Illuminati ne permettent généralement pas à quelqu’un de l’influence de Drake, par exemple, d’agir en toute impunité. Habituellement, les personnes ayant une telle influence dans les domaines de l’économie, des médias, des sciences, de l’éducation, de la religion et de la politique sont soit « achetées », soit mises sur une liste noire. Frank Drake, avec son influence au sein des bases clandestines et des opérations de récupération de disques, ne figure manifestement pas sur la « liste noire » des Illuminati – Branton)

Retour sur les bases souterraines, les OVNI, etc. – Jimmy Ward, dans une lettre soumise à la GRAY BARKER’S NEWSLETTER (août 1982, numéro 16), fait référence à l’annonce faite par le Conseil canadien de la recherche en 1942 des plans de construction d’un vaste complexe souterrain qui devait être construit par la société AVRO, et qui devait couvrir une superficie d’environ 75 miles carrés dans la région située entre la Colombie-Britannique et l’Alberta, à la frontière de l’État de Washington au sud, et du district de Peace River au nord. Aucun autre mot n’a été publié concernant ce projet.

Leslie Watkins, dans son livre « ALTERNATIVE 003 » (publié pour la première fois à Londres, réimprimé par Avon Books, N.Y., 1978. 239 pp.) cite :

Un « entretien » avec un fonctionnaire qui a parlé de la connaissance qu’avait le gouvernement de villes anciennes entières, reliées par un complexe complexe complexe de tunnels, bien en dessous de la surface de la terre, qui étaient éclairés par une étrange luminescence verdâtre, et dont les vestiges ont été trouvés sous de nombreuses parties du monde.

A suivre…

Compilé par ‘The Group’ – Edité par ‘Branton’

Voir tous les articles de la sous-catégorie : Secrets du Mojave


Que pensez-vous de cet article ? Inscrivez-vous et rejoignez la conversation





Merci à tous pour votre soutien.

Beaucoup d'entre vous sont avec moi, par le coeur et la pensée, et je vous transmet ma gratitude... Vous pouvez assurer la continuité de ce site de plusieurs manières... En partageant les articles que vous avez aimé... En achetant vos livres et vos produits préférés sur Amazon via ce site... Ou, si vous en avez la possibilité, en faisant un don (si minime soit-il)... Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...


Votre aide est importante pour continuer... Merci




ELISHEAN777 Communauté pour un Nouveau Monde  © Elishean/2009-2020


Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Imaginer un Nouveau Monde © Elishean 2009 - 2021

CONTACT

Vous pouvez nous envoyer un e-mail et nous vous répondrons dès que possible.

En cours d’envoi
mi, Aenean vel, mattis porta. Praesent ut ultricies elementum facilisis consectetur dapibus
ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

%d blogueurs aiment cette page :