Divulgation CosmiqueTV

Ouvrir la porte de la chambre bleue où les OVNIs sont cachés

Les choses « bleues » sont souvent secrètes, et elles sont souvent associées au vol et à l’aérospatiale. Le bleu militaire a toujours été synonyme d’importance et d’autorité.

Le bleu nous rappelle le ciel et c’est la couleur de l’Air Force. « Have Blue » était le nom de code secret de Lockheed Skunk Works pour le prototype Stealth F-117. « Blue Book » était bien sûr une étude d’OVNI de l’USAF.

Mais c’est la tristement célèbre « Blue Room » à Wright-Patterson où certains disent que des artefacts extraterrestres sont stockés. C’est un endroit où réside la vérité tangible sur ce que le gouvernement américain sait vraiment sur les soucoupes volantes. Souvent, les choses qui nous changent à jamais apparaissent de nulle part – et le contenu de la Blue Room fera sûrement exactement cela.

L’existence de la « salle bleue » dont on parle depuis longtemps et son emplacement à la base aérienne de Wright Patterson, après des années de déni du gouvernement

  • Le fonctionnement de la Blue Room d’au moins 1955 à 1965, et peut-être beaucoup plus tôt et beaucoup plus longtemps
  • Un film 35 mm officiellement pris de la salle bleue, apparemment pour documenter le contenu classifié de ce qu’il contenait
  • Détruire le film de la Blue Room (probablement après une enquête sur la Blue Room par un sénateur américain de haut rang)

​Les efforts lancés par cet auteur ouvrent désormais encore plus la porte de la Chambre Bleue. Ces nouveaux dépôts FOIA :

  • Nommez pour la première fois l’agence peu connue sous laquelle opère la légendaire Blue Room
  • Expliquer comment les « menaces des royaumes de l’air et de l’espace » sont confirmées comme étant liées à la salle bleue

​On espère que ces efforts continus nous révéleront bientôt quelles choses merveilleuses d’autres mondes sont cachées dans cet endroit des plus mystérieux.

POURQUOI REFUSER DE PARLER DE LA CHAMBRE BLEUE?

Dans la communauté du renseignement (IC) et dans le langage militaire, une « salle bleue » est la partie de l’espace d’un bâtiment ultra-sécurisé qui est conçue et équipée pour contenir des objets de haute sensibilité et d’un grand intérêt technologique. Dans le cas de la Blue Room à Wright-Patterson, il est très évident que ces éléments se rapportent à la technologie extraterrestre.

L’une des premières demandes FOIA concernant la Blue Room a été faite le 30 décembre 1980 par William Moore, chercheur sur le crash d’OVNI à Roswell. Le 7 janvier 1981, Moore a reçu une réponse de l’US Air Force qu’il n’y avait aucune trace d’une Blue Room existante. Le suivi promis à Moore par l’Air Force n’a apparemment jamais eu lieu. Vous pouvez voir cette réponse ici :

²
Document niant un enregistrement de la Chambre Bleue

Cependant, dans une brève interview, le sénateur américain à cinq mandats, ancien général et candidat à la présidence des États-Unis, Barry Goldwater, fait référence à un vaisseau spatial « atterri » des décennies précédentes, et qu’il avait dit au général Curtis LeMay (probablement du début au milieu des années 1960, ce qui deviendra une date significative plus tard dans cet article):

« Je sais que vous avez une pièce (à Wright-Patterson) où vous mettez toutes les choses secrètes. »

Le mot « choses » est défini par les dictionnaires comme « le matériau dont quelque chose est fait » ou « la propriété, les biens, l’équipement ou les choses ». C’est-à-dire que Goldwater fait clairement référence à des éléments matériels de construction de soucoupes volantes dans cette pièce – pas simplement à des fichiers ou à des rapports. Et Goldwater s’est vu refuser cet accès avec force, comme le raconte le clip ci-dessus…

L’AIR FORCE EST FORCÉE À FAIRE UNE DÉCLARATION ÉTONNANTE

« IL Y A UNE CHAMBRE BLEUE ET NOUS EN AVONS BRÛLÉ LE FILM »

Dans une réponse de la FOIA récemment découverte à un citoyen privé faite il y a vingt et un ans, l’Air Force a été obligée de répondre directement au sujet de la Blue Room. Cela était apparemment dû à la spécificité de la demande FOIA du citoyen. Dans cet enregistrement extraordinaire, authentifié et profondément archivé, nous trouvons des aveux extraordinaires du gouvernement américain :

Dans une « volte-face » complète et dans un changement soudain de position sur l’existence de la Blue Room (une décennie après que le chercheur William Moore s’est renseigné sur la question et s’est fait dire qu’il n’y avait « aucune trace » de celle-ci), l’Air Force déclare qu’il y avait une chambre bleue. Ils ajoutent en outre qu’il a fonctionné pendant au moins une décennie, que des images en ont été prises et que ces images ont ensuite été détruites.

Cet aveu révélateur du gouvernement américain est fait ici :

Rare document FOIA Blue Room

L’individu qui a fait cette enquête pointue auprès du gouvernement américain s’appelle Brian Parks. J’ai supprimé son ancienne adresse qui apparaît sur le document FOIA car encore une fois, il s’agit d’un simple citoyen. Il (et en particulier le chercheur canadien Grant Cameron du site Web « Presidential UFO ») doit être félicité pour sa ténacité à en savoir plus sur la Blue Room.

Notez que le document confirme un numéro de projet et un numéro d’identification de l’USAF relatifs à la salle bleue. Ils affirment que « des images de film 35 MM » de la salle ont été « détruites » le 9 septembre 1965.

Aucune mention n’est faite concernant sous quel auspice ou ordre de destruction ce film de la salle bleue a été détruit. Incroyablement, le sénateur Goldwater mentionne dans son interview filmée qu’il avait téléphoné au général LeMay à propos de cette pièce mystérieuse à Wright. On pense que cet appel s’est produit au début des années 1960, à peu près au même moment où le film SEMBLE avoir été détruit par l’armée de l’air.

SUIVI DE LA CHAMBRE BLEUE – FOIA

Lorsque cet auteur a été mis au courant par Cameron de sa découverte, il était évident qu’un suivi était en ordre et il a accepté. En tant que citoyen américain, j’ai ensuite fait une demande FOIA très directe qui a été placée via le site Web FOIA de l’USAF. Voici une transcription directe (moins les adresses personnelles) de cette FOIA :

26 avril 2012. 13h27

Veuillez fournir des copies de tous les documents et autres enregistrements relatifs aux dossiers, fonctions et opérations de « Blue Room » dont le DOD a confirmé qu’il s’agissait d’un projet et/ou d’un emplacement à la base aérienne de Wright-Patterson.

« Blue Room » a été confirmé précédemment par l’Air Force comme ayant été actif en 1955 et peut avoir continué pendant des années par la suite. Le film de « Blue Room » a été détruit en 1965 par l’Armée de l’Air comme l’a admis l’Armée de l’Air.

L’existence de « Blue Room » est confirmée dans une réponse FOIA datée du 9 octobre 1991 par le US DOD, Department of the Air Force, Headquarters Military Airlift Command, Scott Air Force Base, IL 62225 et signée par Eddie L. Anderson , USAF, directeur de la gestion de l’information. Le colonel Anderson a fourni sa réponse au demandeur Brian Parks, ____, Torrance, CA 90504. Dans la réponse du colonel Anderson à la demande FOIA de 1991 de M. Park, le colonel Anderson fait référence à « Blue Room » comme :

Numéro d’identification USAF 23775

Numéro de projet 7307

Titre : Blue Room, Wright-Patterson AFB, OH 1955

Le colonel Anderson indique dans sa réponse FOIA à Parks que le film de « Blue Room » a été détruit le 9 septembre 1965 selon les archives du DOD Motion Media Records Center, Norton Air Force Base, CA.

Merci de m’avoir fourni des copies de tous les documents relatifs à « Blue Room ».

Antoine Bragalia

​L’ÉTONNANTE RÉPONSE DE L’AIR FORCE : « LA CHAMBRE BLEUE EST UNE QUESTION D’INTELLIGENCE SPATIALE »

L’Air Force a accusé réception de ma demande FOIA dans un e-mail daté du 11 mai 2012, 12h01 du centre de service des demandeurs FOIA. L’e-mail indiquait qu’un numéro de dossier avait été attribué à ma demande soumise. Ensuite, dans une réponse remarquable et franche que m’a envoyée Lynn Kane, analyste WPAFB FOIA, certaines choses importantes à propos de la Blue Room ont été (peut-être involontairement) révélées :

De : Kane, Lynn C Civ USAF AFMC 88 CS/SCOK { [email protected] }

Envoyé : lundi 14 mai 2012 14:47

À : [email protected]______.com

Objet : FOiA 2012-03668-F-ST1, transféré au NASIC

Monsieur Bragalia,

Il s’avère que le bureau d’enregistrement de BLUE ROOM est le NASIC – National Air and Space Intelligence Center. Par conséquent, le bureau FOIA de la base aérienne Wright-Patterson (WPAFB) a transféré votre demande au NASIC, qui répondra à votre demande FOIA séparément. Les coordonnées du bureau NASIC FOIA sont le (937) 257-6284.

Lynne Kane, analyste WPAFB FOIA, (937) 522-3091

Dans la réponse de Kane :

Kane admet que l’Air Force est au courant du fonctionnement de Blue Room

De plus, on apprend que le « bureau d’enregistrement » pour Blue Room est le National Air and Space Intelligence Center ou NASIC. Anciennement la Division des technologies étrangères (FTD) de l’Air Force à Wright, l’organisation a été renommée NASIC en 1992. C’est la même division réputée pour avoir été responsable de l’analyse des débris du crash de l’OVNI de Roswell !

L’implication est faite que puisque le bureau responsable des « choses Blue Room » est l’agence relativement nouvelle NASIC, que la Blue Room existe toujours ou que NASIC est en quelque sorte responsable de son contenu

Fait intéressant, NASIC a une mission définie qui est très révélatrice par rapport à la Blue Room. Cette mission est définie dans un fichier PDF de l’historique NASIC en ligne : « Recueillir et analyser des renseignements mondiaux spécialisés sur les menaces actuelles et projetées des domaines aérien et spatial. »

NASIC (et ses prédécesseurs) sont maintenant compris comme des organisations à accès spécial très puissantes (et largement cachées) avec des ressources massives et des talents illimités et un capital à budget noir – un endroit idéal en tant qu’intendant et conservateur des artefacts ET récupérés.

ET PUIS – REFUS ENCORE

Le 17 mai 2012 (trois jours seulement avant la réponse par e-mail de l’analyste FOIA Lynn Kane), cet auteur a reçu une lettre papier et envoyée par la poste comme réponse finale à ma demande FOIA sur Blue Room. La transcription (moins l’adresse du domicile) est ici :

​Département de l’Armée de l’Air

Centre national de renseignement aérien et spatial (Agence AF ISR)
Wright-Patterson AFB Ohio
17 mai 2012
NASIC/SCOK (FOIA)
4180, chemin Watson

Wright-Patterson AFB OH 45433-5648

M. Anthony Bragalia
[Adresse]

Cher Monsieur Bragalia :

Cette lettre fait référence à votre demande en vertu de la Loi sur la liberté d’information (FOIA) datée du 26 avril 2012 pour les dossiers relatifs à « Blue Room ». Nous recevons votre demande et lui attribuons le numéro de dossier FOIA 2012-03668-F. Une recherche a été effectuée pour le dossier que vous demandez et nous n’avons trouvé aucun dossier. Nous avons recherché [sic] plusieurs fois dans le passé des enregistrements associés à « Blue Room » et nous n’avons pu localiser aucun enregistrement. Si vous interprétez cette réponse « pas de dossier » comme une action défavorable, vous pouvez en faire appel auprès du secrétaire de l’armée de l’air dans les 60 jours calendaires à compter de la date de cette lettre. Incluez dans votre appel tous les motifs de réexamen et joignez une copie de cette lettre. L’appel doit être transmis au Secrétaire de l’Armée de l’Air, Via : NASIC/SCK (FOIA), 4180 Watson Way, Wright-Patterson AFB OH 4533-5648.

Sincèrement,

Gery D. Huelsman
Gestionnaire de la loi sur la liberté d’information NASIC

UN APPEL FOIA ET UN PROCÈS IMMINENT

Le 5 juin 2012, cet auteur a fait appel auprès de la NASIC comme ne répondant pas à ma demande FOIA Blue Room. Huelsman soutient qu’il n’existe aucun enregistrement sur la salle – et qu’ils ont « regardé avant ». Il s’agit peut-être de la réponse la plus malhonnête et audacieusement non conforme jamais faite à un demandeur FOIA. Qu’ils aient « regardé avant » est un commentaire dégradant qui ne répond pas aux informations spécifiques que j’avais fournies à l’Air Force dans ma demande FOIA. Bien qu’ils aient effectivement regardé auparavant, ils ont donné des réponses différentes sur Blue Room à différents moments.

Comme je l’ai indiqué dans mon appel :

S’il n’y a en fait aucun enregistrement, alors comment Lynne Kane, analyste de WPAFB FOIA, a-t-elle su qu' »il s’avère » que le « bureau d’enregistrement » de « Blue Room » est bien NASIC ? J’ai demandé tous les dossiers que l’analyste FOIA Lynn Kane avait trouvés pour déterminer que l’agence responsable était la NASIC.

S’il n’y a en fait aucun enregistrement, comment le colonel Eddie Anderson (dans sa réponse au premier demandeur de la FOIA, Brian Parks) a-t-il trouvé des enregistrements montrant que le film 35 mm de la Blue Room a été détruit le 9 septembre 1965 ? J’ai demandé tous les documents relatifs à cette destruction, y compris un ordre de destruction.

S’il n’y a en fait aucun document, pourquoi le colonel Anderson concède-t-il à Brian Parks que le numéro d’identification, le numéro de projet et le titre donnés se rapportent à la salle bleue ? J’ai demandé tous les documents relatifs à ces informations d’identification.

Je suis prêt à utiliser un recours légal si nécessaire, y compris le recours à des avocats pour forcer la vérité à ceux qui trompent.

OUVRIR LA PORTE DE LA CHAMBRE BLEUE

Les dénégations et les réponses contradictoires de l’Air Force sur l’affaire Blue Room sont flagrantes.

Je me souviens des dénégations répétées très similaires de l’Air Force à propos d’une autre entité gouvernementale super-secrète liée aux OVNIS – l’UIP (ou Interplanetary Phenomenon Unit). Il a fallu plus d’une décennie pour obtenir des détails substantiels sur l’UPI. Je n’ai pas l’intention d’attendre aussi longtemps pour découvrir la vérité ultime sur la Chambre Bleue.

Comme le film Blue Room, dans une réponse de la FOIA, l’Air Force avait finalement affirmé que les fichiers de l’UIP avaient été détruits. Dans un article antérieur sur le National Reconnaissance Office, cet auteur racontait comment, en tant que pré-adolescent, j’avais déposé une demande FOIA sur le NRO et reçu un refus et une réponse similaire « sans enregistrement » sur l’existence du NRO aujourd’hui reconnu.

Ce genre d’excuses et de mensonges du gouvernement à propos de la Blue Room seront exposés. La porte de cette pièce est fermée depuis des décennies. Il est maintenant temps de l’ouvrir grand et de voir par nous-mêmes ce dont les privilégiés sont au courant – la preuve physique des extraterrestres intelligents et de leur chute sur Terre.

Par Anthony Bragalia

Source


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.


Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci



ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 401 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Adblock détecté

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour naviguer sur le site.