Secrets révélés

MBS détient la clé du Moyen-Orient

Iran, Arabie saoudite, Syrie… Où en sont les pays arabo-musulmans ? par Abnousse Shalmani

Il n’y a ni concorde ni homogénéité dans le monde arabo-musulman, sauf pour désigner l’ennemi commun : Israël. Mais ne nous y trompons pas : derrière les postures, les intérêts géopolitiques divergent.

Le 11 novembre dernier étaient réunis à Riyad les pays membres de la Ligue arabe et ceux de l’Organisation de la coopération islamique. C’est inédit, ils n’aiment pas trop se mélanger, les chiites, les sunnites, les Frères musulmans et les monarchies ; il n’y a ni concorde ni homogénéité dans le monde arabo-musulman. Mais ils sont tous venus, ils étaient tous là, le roi Abdallah II de Jordanie, Mahmoud Abbas, le maréchal Abdel Fattah al-Sissi, l’incontournable émir du Qatar le cheikh Tamim ben Hamad al-Thani.

Ils ont parlé d’une seule voix, pour une fois. Ils ont été d’accord pour se mettre d’accord sur l’ennemi commun : Israël.


Ils ont demandé un cessez-le-feu à Gaza, condamné « l’agression israélienne » et « les crimes de guerre et les massacres barbares et inhumains perpétrés par le gouvernement d’occupation », et puis c’est tout. Ah non ! Ils ont aussi écouté le sultan Erdogan, Ebrahim Raïssi, surnommé le « boucher de Téhéran » depuis 1981, et Bachar el-Assad, le boucher de la Syrie, sans broncher.

Et pourtant il y avait de quoi broncher quand le président iranien Raïssi a demandé de rompre les relations économiques et politiques avec « l’entité sioniste », puis réclamé à tous de qualifier Tsahal, l’armée israélienne, d’organisation « terroriste » et d’armer les Palestiniens, histoire d’être certain que la région sera à feu et à sang pendant de longues décennies.

Et il s’est aussi permis un peu pire, le boucher de Téhéran : « Nous baisons les mains du Hamas pour sa résistance à Israël. »

Personne n’a bronché, et tout le monde a applaudi le pogrom du 7 octobre, alors que tous aimeraient se débarrasser du Hamas – sauf la mollahrchie d’Iran, qui tient encore debout grâce au sang versé par les terroristes qu’elle finance.


Les Etats arabo-musulmans se sont tus et ont applaudi le boucher de Téhéran sans sembler se souvenir du massacre des Yéménites, près de 400 000 en dix ans, et par les rebelles houtistes armés par l’Iran et par l’Arabie saoudite, ni d’ailleurs du massacre des Syriens et par les brigades Al-Qods, la force armée iranienne à l’extérieur, et par les Russes de Poutine et par la faiblesse isolationniste de Barack Obama.

MBS DÉTIENT LA CLEF DU MOYEN-ORIENT

Tout le monde a très bien fait semblant d’oublier le siège et la destruction du camp de réfugiés palestiniens de Yarmouk au sud de Damas, qui comptait entre 120 000 et 200 000 Palestiniens.

On n’est même pas capable de dénombrer le nombre de morts, mais ce fut une tragédie à la hauteur du Septembre noir (1970), massacre de Palestiniens perpétrés par le père d’Abdallah II, roi de Jordanie, qui n’a pas eu de mots assez durs pour dénoncer la guerre Israël-Hamas.

Kamel Daoud a vu juste dans sa chronique du Point, Lettre à un Israélien inconnu :

« Le Palestinien ne nous intéresse que mort, blessé, saignant ou enterré. Vivant, il importe peu. Son pays rêvé et espéré entretenait le sursis dans nos pays et sa guerre ne réveillait pas en nous l’envie de le libérer, mais celle de vous tuer. Vous nous dispensez de penser, bâtir, travailler et nous interroger sur nos actes et nos responsabilités. Le juif est la déresponsabilisation de l’arabe. »

Depuis, les applaudissements, on ne les a pas beaucoup entendus – sauf pour un cessez-le-feu. Si ce sont les Egyptiens et surtout les Qatariens qui négocient au grand jour, rien ne se fera sans l’Arabie saoudite.

Peut-être que Paul Valéry a raison :

« Paix ! Les seuls traités qui compteraient sont ceux qui se concluent entre les arrière-pensées. Tout ce qui est avouable est comme destitué de tout avenir. »

Au jeu des arrière-pensées, MBS gagne à tous les coups.

L’équation est simple : l’avenir de l’Arabie saoudite sera israélien.

Autrement dit, pas de Vision 2030, le grand projet de MBS pour diversifier l’économie et sortir des énergies fossiles, sans les Etats-Unis et son nucléaire, sans Israël et sa technologie – comme sa proximité.

L’Arabie saoudite tente d’obtenir un « processus » de reconnaissance d’un Etat Palestinien pour signer la normalisation avec Israël, tout en manigançant l’isolement de l’Iran avec le démantèlement des milices (Hezbollah, houtistes, Hamas) téléguidées par les mollahs.

Sans paix, pas de prospérité.

C’est dire si MBS, qu’on le veuille ou non, détient la clef de l’avenir du Moyen-Orient.

Abnousse Shalmani

MBS méprise le Hamas et le Hezbollah

Nous l’avons vu dans un article précédent, les Saoudiens, déterminés à avancer vers la normalisation avec Israël, clarifient sans détours au Hamas et au Hezbollah ce qu’ils ressentent à leur égard. Pendant que les instances internationales protègent le Hamas en voulant imposer un cessez-le-feu qui ne peut que servir la victoire du groupe terroriste, de son coté,  l’Arabie Séoudite, ne mâche pas ses mots pour dénigrer le Hamas et le Hezbollah.

Le visage de l’Apar-tiède

Mais ce n’est pas simplement une histoire d’intérêts… Comme il est écrit dans la Bible : « Ismaël fera techouva ». Et Ismaël c’est l’Arabie Séoudite.

Ainsi, et pour reprendre les propos de Meïr Ben Hayoun, à propos de ceux qui protègent le Hamas :

« Tout ce déferlement de veulerie et de lâcheté qui fait de ces personnes susmentionnées les pions de cette machination globale : faire échouer l’Etat d’Israël dans sa guerre contre le nazislamisme. Il leur sauver sauver Sinwar, ne pas permettre cette victoire à Netanyahou qui est leur ennemi public numéro 1.

Mais pourquoi donc enrayer une telle victoire d’Israël sur le mal absolu? Leur argument massue est que cette victoire relèverait du messianisme juif d’Israël. Comme une horloge en panne qui montre l’heure exacte une fois par demi-journée, là, ils ne se trompent pas. Et c’est ce messianisme juif précisément qui les épouvante au plus haut point, infiniment plus que les abominations de l’islamisation bestiale et sanglante par le glaive du Djihad.

Comme les graffitis de nos combattants sur des murs encore debout dans la Bande de Gaza dont la formule est empruntée à un verset du Livre de Samuel I : נצח ישראל לא ישקר, la victoire d’Israël ne sera pas démentie.


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Aidez Elishean à survivre. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 62 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page

En savoir plus sur Elishean 777

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading