TV

L’incident de Pascagoula: Des extraterrestres sans yeux et un enregistrement secret

L’enlèvement de Charlie Hickson et Calvin Parker en 1973, sur les rives de la rivière Pascagoula dans le Mississippi, est pour de nombreux chercheurs l’un des cas qui prouve que les enlèvements sont des phénomènes réels qui méritent une étude sérieuse.

Le cas de Pascagoula est l’un des enlèvements les plus étranges et en même temps l’un des plus documentés. Outre plusieurs détails et documents qui appuient l’authenticité de ce qui a été raconté par Charlie Hickson, qui avait quarante-deux ans à l’époque, et Calvin Parker, qui avait dix-neuf ans, il existe un élément fondamental qui confirme l’authenticité de cette affaire ou qui, en tout cas, constitue une preuve importante à prendre en compte.

Le shérif du comté de Jackson, Fred Diamond, disposait d’une pièce spécialement climatisée avec un enregistreur audio caché. Dans cette pièce, le shérif Diamond a interrogé les personnes enlevées pour la troisième fois et a enregistré l’interrogatoire. Après l’interrogatoire, les policiers ont quitté la pièce et ont laissé Charlie et Calvin seuls pour parler.

Le shérif Diamond a laissé le magnétophone en marche et a enregistré la conversation qui a eu lieu dans la pièce. Charlie et Calvin ont parlé de leur expérience sans savoir que leurs voix étaient enregistrées. Le désarroi et le désespoir des deux amis étaient évidents dans l’enregistrement. C’est cet enregistrement qui a convaincu le shérif de Pascagoula et d’autres enquêteurs que Charlie et Calvin disaient la vérité.


Un OVNI au-dessus de la rivière Pascagoula.

En 1973, Charlie Parker, âgé de quarante-deux ans, est un vétéran de la guerre de Corée qui a participé à plusieurs engagements majeurs et travaille sur le chantier naval de Johnny Walker, l’un des nombreux chantiers navals de la côte du golfe du Mississippi. Calvin Parker, 19 ans, travaillait sous les ordres de Charlie Parker au chantier naval Walker.

Tous deux vivaient dans le comté de Jones. Charlie Hickson raconte sa relation avec Calvin Parker dans un document de 1974 écrit pour l’enquêteur William Mendez :

« Mon fils aîné Eddie (aujourd’hui Marine stationné à Okinawa) et Calvin ont à peu près le même âge et ont grandi ensemble dans le comté de Jones. Eux, moi-même et le père de Calvin avons passé de nombreuses heures agréables à pêcher ensemble lorsque Eddie et Calvin étaient enfants. »

La nuit du 11 octobre 1973, Charlie et Calvin ont décidé d’aller pêcher. Après avoir essayé sans succès à plusieurs endroits de faire mordre les poissons à l’hameçon, Charlie propose à Calvin d’aller pêcher sur le quai du chantier naval abandonné de Shaupeter.


Alors qu’ils pêchaient, vers 22 heures, ils ont entendu un bourdonnement derrière eux. Charlie s’est retourné et a vu un objet volant en forme de ballon de football atterrir à une vingtaine de mètres de l’endroit où ils se trouvaient.

L’engin mesurait environ trois à quatre mètres de large, trois mètres de haut et dix mètres de long. Il émettait une lumière bleue clignotante et ne faisait aucun bruit de moteur. Charlie a affirmé avoir observé quelque chose ressemblant à une fenêtre au sommet de l’objet.

Les amis se sont regardés avec perplexité, effrayés mais aussi curieux. Soudain, l’objet est descendu et a plané à quelques centimètres de la surface. Une ouverture est apparue sur un côté de l’objet et la lumière bleue s’est éteinte. Charlie a déclaré qu’il pouvait distinguer l’intérieur de l’objet à travers l’ouverture, et qu’il semblait briller.

Des êtres flottants sans yeux

Puis, trois êtres d’environ un mètre cinquante sont apparus dans l’ouverture et ont commencé à descendre vers Charlie et Calvin. Charlie se souvient avoir vu le regard de Calvin et s’être dit qu’il n’était pas le seul à voir ces êtres étranges. Selon Charlie, c’est à ce moment-là que la peur est apparue.


Voyons comment Charlie Hickson décrit les êtres qui sont sortis du vaisseau :

« Ils (les êtres) ont flotté hors de l’ouverture, ont plané à la même distance du sol que l’engin et se sont dirigés vers nous… La tête semblait sortir directement des épaules, et quelque chose qui ressemblait à un nez se terminait par une pointe de près de cinq centimètres de long. »

« De chaque côté de la tête, autour de l’endroit où se trouveraient les oreilles, il y avait quelque chose de similaire au nez sur le devant. Directement sous le nez, sur le devant, il y avait une rainure qui semblait être la bouche. »

« Les bras ressemblaient un peu à des bras humains, mais plus longs en proportion de son corps ; les mains ressemblaient à des moufles, il y avait un pouce attaché à la mitaine ».

« Les jambes restaient rapprochées et les pieds étaient comme des pattes d’éléphant. Le corps entier était ridé et de couleur grisâtre ».

« Il y avait peut-être des yeux mais le haut du nez était si plissé que je n’ai pas pu les distinguer. »

Deux des êtres ont saisi le bras de Charlie, qui a ressenti, juste pendant quelques secondes, une douleur dans ce bras. À partir de ce moment, Charlie s’est senti paralysé, incapable de bouger et a perdu certains de ses sens. Charlie a vu un des êtres prendre Calvin, qui semblait boiter. Calvin dira plus tard à Charlie qu’à ce moment-là, il s’est évanoui. Tous deux ont été transportés vers l’objet ou le vaisseau.

Selon ce que Charlie a dit au shérif du comté de Jackson, Fred Diamond, Calvin et lui ont été transportés vers l’objet volant qui planait au-dessus de la surface. À l’intérieur du vaisseau, Charlie se souvient que la lumière était si forte qu’elle l’aveuglait et qu’il ne pouvait pas fermer les yeux car quelque chose l’en empêchait.

Charlie et l’œil géant

À ce stade de l’épisode, la peur s’est emparée des amis. Charlie pensait à la mort et à ce qui pourrait arriver à son ami Calvin. Alors que ces pensées envahissaient son esprit, quelque chose ressemblant à un œil géant a surgi de ce qui pourrait être l’un des murs du vaisseau.

Charlie n’était jamais sûr de l’apparence de l’œil car le niveau de lumière dans l’espace l’aveuglait. L’œil s’est approché de Charlie et s’est arrêté à environ 15 cm de son visage. Charlie a essayé de fermer les yeux mais n’a pas pu. L’œil l’a observé de la tête aux pieds. Charlie n’a rien senti.

Pour tenter de comprendre ce qui lui arrive, Charlie a essayé de remuer ses orteils mais n’y est pas parvenu non plus. Alors que Charlie sombrait dans le désespoir, l’œil s’est éloigné. Charlie est tombé au sol, ses jambes l’ont lâché. La première chose qu’il a vue, c’est une forte expression de terreur sur le visage de Calvin. Selon Charlie, il n’avait jamais vu quelqu’un d’aussi terrifié.

Invasion extraterrestre à Pascagoula

Charlie a glissé sur le sol jusqu’à l’endroit où Calvin se tenait en état de choc. Alors que Charlie essayait de faire réagir Calvin, il a entendu le bourdonnement produit par l’engin et s’est retourné alors qu’il s’élevait et disparaissait.

Charlie a déclaré qu’en regardant l’engin s’élever, un message lui a traversé l’esprit : « Nous sommes pacifiques, nous ne vous voulons aucun mal ».

Charlie a essayé de faire réagir Calvin, mais celui-ci a crié « Non, s’il vous plaît, ne faites pas ça » et s’est effondré de peur.

Après quelques minutes, Calvin a réagi et la première chose qu’il a dite était « Charlie, qu’est-ce qu’on va faire, qui sont-ils, qu’est-ce qu’ils vont nous faire… Charlie, c’est comme si j’étais mort et revenu à la vie, tu es sûr que nous allons bien ?

Ils se sont installés dans la voiture, tandis que Charlie a pris quelques verres de whisky pour se calmer. Les amis ont commencé à envisager de ne parler à personne de cette expérience, mais après quelques minutes, une question s’est posée :

« Et si ces êtres revenaient, et si ce n’était que la première étape d’une attaque massive, peut-être que ce n’était que le début d’une invasion extraterrestre ».

Charlie et Calvin, toujours dans la panique, ont pris la décision de signaler l’incident aux autorités militaires de la région. Ils ont passé un coup de fil depuis une cabine téléphonique à la base aérienne de Keesler, située à une cinquantaine de kilomètres à l’est de l’endroit où ils se trouvaient.

Charlie a raconté ce qui s’était passé à l’opérateur de la base aérienne pour lui demander de le mettre en contact avec la bonne personne, mais l’opérateur lui a répondu qu’ils ne s’occupaient pas de ce genre de choses et qu’il devait contacter le shérif du comté.

Charlie et Calvin ont envisagé de dire au shérif ce qui s’était passé, mais ils craignaient que les flics se moquent d’eux. Les deux amis ont donc décidé de passer dans les bureaux de la presse du Mississippi pour signaler l’incident. Dans tous les cas, si la motivation est d’alerter le public ou les autorités, un journaliste peut aider.

Lorsqu’ils sont arrivés dans les bureaux du journal, l’un des gardiens de nuit leur a dit que s’ils voulaient parler à un journaliste, ils devaient revenir le lendemain matin car il n’y avait pas de journalistes à cette heure-là. Voyant qu’ils n’avaient pas d’autre choix que de signaler l’incident au bureau du shérif, Charlie a passé un appel au bureau du shérif et a raconté l’épisode.

Selon Charlie, l’officier qui a répondu à l’appel a pris cela pour une blague et leur a demandé de venir au bureau du shérif pour discuter de ce qui s’était passé.

L’enregistrement secret du shérif Diamond

Charlie et Calvin se sont présentés au bureau du shérif du comté de Jones avec quelques-uns des poissons comme preuve de ce qu’ils avaient fait avant l’incident. Le shérif du comté de Jackson, Fred Diamond, et le capitaine Glenn Ryder ont reçu Charlie et Calvin et les ont interrogés séparément à plusieurs reprises.

Apparemment, le shérif Diamond, bien que les témoignages de Charlie et Calvin correspondent parfaitement, ne croyait pas à l’histoire fantastique des êtres flottants et du gros œil. Il a donc décidé de tendre un piège pour les démasquer.

Une des pièces du bureau du shérif était sur écoute pour enregistrer les interrogatoires. Le shérif Diamond a emmené les deux amis dans la pièce où se trouvaient les microphones cachés, a activé le magnétophone et leur a fait subir un troisième interrogatoire.

Après l’interrogatoire, tous les officiers ont quitté la pièce, laissant Calvin et Charlie seuls. Les amis ont commencé à converser, sans savoir qu’ils étaient enregistrés.

L’enregistrement de la conversation entre Calvin Parker et Charlie Hickson dure environ cinq minutes et est connu sous le nom d’« enregistrement secret de Pascagoula ». C’est cet enregistrement qui a fini par convaincre le shérif Diamond et d’autres enquêteurs comme Allen J. Hynek et James Harder que Calvin et Charlie disaient la vérité.

On a beaucoup écrit sur le contenu de cet enregistrement. D’une part, elle a été utilisée par les chercheurs d’ovnis pour défendre l’authenticité de l’affaire et d’autre part, elle a été minimisée par certains déboulonneurs. Ce qui est certain, c’est qu’aucune transcription ne peut rendre l’atmosphère de détresse et d’angoisse qui entoure la conversation que Parker et Hickson ont eue la nuit du 11 octobre 1973.

Le désarroi et le désespoir exprimés dans leurs voix sont des preuves cruciales pour établir l’authenticité de ce qui s’est passé.


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 368 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire