Que savons-nous de la programmation dans des personnalités alternatives? Plusieurs membres de « Montauk » tels que Preston Nichols, Al Bielek et Duncan Cameron affirment avoir été programmés avec des personnalités alternatives au cours de leur travail dans les projets de voyage dans le temps via des techniques de contrôle de l’esprit menés au milieu des années 80.

Que se passe-t-il dans le désert du Mojave? «Qui sont les Hav-Musuv des légendes Navajo? Quelle est cette guerre qui se déroule en secret? Qui sont ces êtres de civilisations terrestres avancées qui ont laissé des traces de leur passage partout sur notre monde? Quelle est l’ampleur du monde souterrain que nous commençons à peine à découvrir?


Cette série a pour but de réunir des informations qui vont certainement susciter notre étonnement au fil de sa lecture.

Épisodes précédents

Le patron de Dahl, FRED L. CRISMAN (il était également propriétaire du bateau), est devenu une figure centrale du mystère. DAHL. Il s’est volatilisé peu de temps après son entrevue avec ARNOLD, et les efforts des enquêteurs ultérieurs (comme Harold T. Wilkins, un auteur britannique) n’ont pas réussi à le localiser. Crisman avait été UN PILOTE DE LA SECONDE GUERRE MONDIALE, et il a été soudainement RAPPELÉ dans le service en 1947, EN AVION VERS L’ALASKA, et plus tard stationné au Groenland.

Ces dernières années, des détectives amateurs engagés dans l’enquête sur le présumé complot d’assassinat du président John F. Kennedy ont tenté d’impliquer CRISMAN.

Le procureur JAMES GARRISON de la Nouvelle-Orléans a assigné un certain FRED LEE CRISMAN de TACOMA, WASHINGTON, à témoigner devant le Grand Jury en écoutant les preuves de Garrison contre Clay Shaw (Jim Garrison était représenté par Kevin Costner dans le film populaire « JFK » – Branton), selon les dépêches des agences de presse en novembre 1968.

Crisman a été identifié comme un annonceur radio, mais les enquêtes de Garrison ont laissé entendre qu’IL ÉTAIT UN MEMBRE DE LA CIA OU QU’IL A ÉTÉ « ENGAGÉ DANS UNE ACTIVITÉ DE SOUS-COUVERTURE POUR UNE PARTIE DU COMPLEXE INDUSTRIEL DE GUERRE ».

Il aurait opéré sous une couverture en tant que prédicateur et était « engagé dans un travail pour aider les Tsiganes ». Ces histoires ont provoqué une réaction en chaîne dans le milieu des OVNI, car les partisans de l’OVNI ont longtemps accusé la CIA d’être liée d’une manière ou d’une autre au mystère de la soucoupe volante. Bien sûr, la CIA n’en était qu’à ses débuts en 1947, à l’époque de l’affaire de l’île Maury, et était alors composée en grande partie de personnel de la marine des unités de renseignement de la Seconde Guerre mondiale.

« Clay Shaw a été jugé au début de 1969, accusé par Garrison d’avoir conspiré pour assassiner le président Kennedy. Il a été déclaré innocent et libéré. La nature exacte du témoignage de Crisman devant le Grand Jury N’EST PAS CONNUE. Il n’a pas témoigné lors du procès proprement dit… « L’affaire Maury Island s’est effondrée entre les mains d’Arnold.

Clay Shaw

Les échantillons de scories qui lui ont été remis par Dahl et Crisman ont été échangés par quelqu’un ; deux officiers de l’armée de l’air chargés de l’enquête, Brown et Davidson, ont été tués lorsque leur avion s’est écrasé peu après avoir quitté Tacoma ; DAHL a disparu ; Crisman a été littéralement exilé au Groenland pendant deux ans.


Paul Lance, journaliste à Tacoma, qui a aidé Arnold dans son enquête, est mort SOUDDEMENT PEU DE TEMPS après. Palmer affirme qu’une boîte de cigares remplie d’échantillons de scories originaux a été volée de son bureau de Chicago peu de temps après.

« À un moment donné, Ted Morello de l’United Press a pris Arnold à part et lui a dit

« ‘ Vous êtes impliqué dans quelque chose qui est au-delà de notre pouvoir ici pour découvrir quoi que ce soit sur… Nous avons essayé de trouver des informations à McChord Field (la base aérienne de Tacoma) et nous avons fait un trou, et nous avons des informateurs là-bas qui sentent pratiquement les fugitifs pour les nouvelles… Nous avons épuisé toutes les pistes pour essayer de reconstituer ce qui s’est passé ensemble, donc cela a un certain sens… Je vais juste vous donner quelques conseils judicieux. Sortez de cette ville jusqu’à ce que tout ça se calme.

« Arnold a pris son avion privé et s’est dirigé vers la maison. Il s’est arrêté à Pendleton, Oregon, pour faire le plein, et peu après son décollage, SON MOTEUR S’EST ARRÊTÉ DE FROID. Seules une réflexion rapide et un pilotage expert l’ont sauvé d’un grave accident… »

Une autre « victime » apparente de ce qui semble être une guerre cosmique entre l’humanité et certaines forces « draconiennes » des ténèbres, a été décrite dans une lettre adressée au magazine SEARCH, qui a paru dans son numéro de septembre 1960 :

« Cher Rap (i.e. Raymond A. Palmer) :

« J’ai suivi vos recherches d’OVNI(s)… à travers vos magazines depuis un certain temps avec un intérêt dévorant, en particulier le mystère du rasoir. Il y a un ou deux articles à ce sujet que j’ai l’intention de vous écrire depuis un certain temps. Parfois, au cours de l’année 1946-1947, j’ai entendu dire que le Dr William Beebee avait écrit un article publié dans l' »Atlantic Monthly » dans lequel il faisait une remarque sur « l’invasion prochaine de la terre par la race clandestine ». Lorsque j’ai fait cette remarque à un de mes collègues de travail, il a dit : « N’est-ce pas le scientifique océanographe qui a disparu ?

J’ai été surpris par sa question soudaine et j’ai dit que je ne savais pas, et j’ai demandé s’il savait quelque chose des circonstances de sa disparition. Il a dit qu’il avait compris ou entendu que lors d’une des descentes du Dr. Beebee au fond de l’océan, au large de la côte de la Floride, il avait disparu de l’intérieur de la cloche de plongée quand elle a été remontée ! Avez-vous quelque chose à ce sujet ?

J’ai voulu chercher des éléments de confirmation pour voir si cela pouvait être vrai ou si l’on sait où se trouve actuellement William Beebee. Puis je me suis souvenu de la disparition d’une autre personne importante, le voyageur du monde et explorateur Richard Halliburton. Je suis sûr d’avoir lu, il y a quelques années seulement, qu’on le présumait perdu en mer dans une tempête…. »

Le nombre de « victimes » ne cesse d’augmenter…

Dans son livre « THE UNDERPEOPLE – LES GENS DU DESSOUS- » (1969. Award Books., N.Y.), l’auteur Eric Norman raconte une histoire intéressante sur une « disparition » d’un autre genre, impliquant le sort possible des Indiens Incas d’Amérique du Sud.

Au chapitre 2 – « Strange Caverns and Terrifying Tunnels », il raconte :

« La conquête de l’Amérique du Sud (impliquait) des indigènes tailladés à mort par des épées espagnoles, des prêtres arrogants qui absolvaient les conquistadors pour leurs atrocités meurtrières, des lances d’acier de Tolède aiguisées qui traversaient les enfants et, omniprésente, une sombre soif d’or natif.

« À l’automne 1582, Francisco Pizarro a caché ses 168 soldats à cheval espagnols derrière les portes et les murs de la ville inca de Cajamarca. Atahualpa, l’empereur absolu de l’empire inca qui vénère le soleil, avait accepté de rencontrer Pizarro sur la place du village. Le cortège d’Atahualpa entra dans le village avec un flair d’apparat. Les guerriers incas et les porteurs de litière de l’empereur étaient vêtus de la plus belle étoffe.

La Garde royale était armée de casques à pointes, de matraques de guerre à plumes, de lances à pointe empoisonnée et d’épées éblouissantes incrustées d’or. D’épais bracelets en or entouraient leurs poignets de bronze et de riches disques d’argent pendaient de leurs lobes d’oreilles percés.

« Pizarro et ses Conquistadors restèrent cachés derrière leurs fusils et leurs canons alors qu’Atahualpa et son entourage pénétraient sur la place principale. C’est comme mener des porcs à l’enclos de la mort », ricana Pizarro. L’Espagnol à la jambe large connaissait les porcs ; avant de servir le roi d’Espagne, Pizarro avait été escroc dans la province d’Estrémadure. Il vivait selon un code personnel sévère qui assimilait la gentillesse à la faiblesse ; la tromperie était la ruse d’un homme intelligent et le mensonge, la duplicité et le vol étaient de mise.

« Le groupe d’Atahualpa s’est agité nerveusement lorsqu’il n’a trouvé aucun signe des visiteurs de leur terre. Les doigts des Espagnols s’agitaient sur la gâchette des canons et un soldat à tête de faucon se tenait prêt à mettre le feu au canon. Soudain, une silhouette solitaire sortit d’un bâtiment et entra dans la place. Il était vêtu de la robe fanée d’un frère dominicain (catholique romain). Son crâne chauve scintillait avec mépris vers l’empereur inca.

« Le frère Vincente Valverde a annoncé que toute l’Amérique du Sud appartenait désormais au roi d’Espagne. Il regarda froidement l’empereur et déclara : « La bulle papale de 1493 donne ce droit…

« Fier et majestueux, Atahualpa regarda fixement le frère hautain qui se trouvait devant lui. Votre PE doit être fou pour donner une terre qui ne lui appartient pas », dit-il…

Le frère a été momentanément stupéfait, puis il s’est retourné et a couru vers la sécurité d’un bâtiment en criant : « Pizarro, à l’attaque, à l’attaque ! Tuez-les tous ! Je vais vous absoudre !

Avec les cris rauques de « Santiago », les Espagnols ont massacré les guerriers incas sans méfiance.

En quelques minutes, la bataille était terminée ; la garde royale de l’empereur était morte, ou mourante, dans la poussière tachée de sang de la place et Atahualpa était prisonnier de Pizarro. Des mains espagnoles avides ont arraché le collier d’émeraudes de son corps. Une lueur sauvage a pénétré dans les yeux de Pizarro lorsque l’empereur lui a remis ses bracelets d’or épais délicieusement sculptés.

« Je veux ma liberté », a informé Atahualpa Pizarro. Je remplirai cette pièce avec de l’or pour une rançon. La pièce était de 17 pieds de large et 22 pieds de long ! Les sujets de l’empereur ont livré 8 443 456 $ en or à Pizarro et, par la suite, Pizarro et le frère Vincente Valverde ont condamné Atahualpa à être brûlé vif sur le bûcher.

« Pendant que les Espagnols brûlaient l’empereur, un train de 11.000 lamas se dirigeait vers le campement espagnol. Chaque bête était chargée d’un lourd fardeau d’or. Des messagers indigènes apportèrent la nouvelle de la mort du roi inca – et la fantastique caravane disparut !

Au cours des siècles passés, des milliers d’aventuriers avides d’or ont cherché le « butin des 11 000 lamas ». Aucun n’a découvert le moindre indice sur le site du trésor.

« Les partisans de la théorie des POPULATIONS DU DESSOUS sont fermement convaincus que les lamas incas ont disparu dans un gigantesque tunnel qui menait aux royaumes terrestres intérieurs.

Selon un chercheur sud-américain, « même les chiffres de la population montrent que ces peuples conquis ont déjoué leurs meilleurs conquérants ».

Les chiffres du recensement des Incas révèlent qu’il y avait 10 000 000 de sujets à l’arrivée des Espagnols. Quarante ans plus tard, en 1571, les Espagnols ont procédé à un recensement. Il y avait environ 1 000 000 d’Indiens. J’admets que la méthode espagnole de travail en esclave a eu un impact considérable. Mais 9 millions d’Incas auraient-ils pu mourir dans les mines espagnoles ? »


Eric Norman relate les paroles d’un correspondant qui a décrit les anciens tunnels souterrains, antérieurs à l’Empire inca lui-même, dont beaucoup croyaient qu’ils existaient sous les Andes :

« ‘…au début, je me moquais de ces histoires de tunnels mystérieux et d’une civilisation extraterrestre sous la surface… J’ai rejoint un groupe terrestre intérieur pour le simple plaisir de discuter d’idées bizarres d’une manière sérieuse et sans humour. Peu à peu, je me suis intéressé au volume considérable de preuves circonstancielles. Je crois maintenant que la terre est absolument alvéolée par un réseau de tunnels qui passent sous les continents, sous les océans, et ces passages relient les villes souterraines du monde intérieur.

« …Il existe de nombreux rapports concernant un vaste tunnel appelé « Route des Incas » qui a une entrée quelque part au Pérou. Il s’étend vers le sud sur plus de mille miles. Il existe une autre entrée de ce fabuleux tunnel dans le désert de l’Atacama au Chili. La « route des Incas » passe sous Cuzco, la ville légendaire du Pérou. Une autre entrée, plus petite mais très bien cachée, se trouve dans les montagnes près du Machu Picchu, la capitale du premier et du dernier empereur inca. Elle est appelée « La ville perdue des Incas » et n’a été découverte qu’en 1911 par un Américain, Hiram Bringham. Elle est considérée comme la « huitième merveille du monde… tout ce qui se trouve à Machu Picchu est en excellent état de conservation ».

« Sa mention de la « route des Incas », poursuit Eric Norman, est familière…

En Argentine, un médecin a consacré son temps libre à l’étude de ce légendaire tunnel intercontinental du PEUPLE DU DESSOUS..

Il a commenté :

« …J’ai toujours été intrigué par l’inconnu et je vous prie de transmettre mes remerciements au Dr. H– pour m’avoir donné l’occasion de publier mes opinions… J’ai commencé à enquêter sur la « Route des Incas » quand j’étais un jeune et curieux jeune homme et j’ai des centaines de déclarations notariées dont j’ai été témoin. Ces documents et enregistrements remplissent une pièce de ma maison. Les Incas connaissaient l’existence du tunnel et, bien que l’or n’ait que peu de valeur pour eux, ils ont caché leurs trésors dans ces cavernes pour le cacher aux avides conquérants espagnols.

Personne n’avait fourni d’explication satisfaisante à leur mystérieuse disparition.

Un empire de plusieurs millions de personnes avait disparu de la surface de la terre. Ils sont entrés dans le tunnel et ont laissé les Indiens Quechua derrière eux. Comme peu d’Incas ont été vus depuis lors, ils se sont peut-être installés dans une ville caverneuse ou ont suivi le tunnel jusqu’à l’intérieur de la terre.

« …L' »autoroute » est le plus grand des tunnels et il relie tous les continents.

En plus des ouvertures en Amérique du Sud, il y a des entrées au Canada, en Colombie-Britannique ; en Amérique, vous devriez enquêter sur le Mt Shasta en Californie et le Mt St. Le tunnel est relié au Tibet et à une autre ouverture en Asie centrale. Je crois que l’entrée africaine se trouve dans les montagnes de l’Atlas, au nord de ce continent.

« …Je vous suggère également d’explorer les « autoroutes » qui ont été trouvées dans les océans. Ces anciennes civilisations du monde souterrain sont peut-être en train d’exploiter nos mers ! »

Alexander Von Humboldt, dans son volume « VIEWS OF NATURE »- VUES DE LA NATURE- (Londres, Henry G. Bohn, 1850), relate aux pages 412-413 le récit suivant qu’il a recueilli lors de son séjour à Cuzco, au Pérou :


« …Le fils du Cacique Astorpilca, un intéressant et aimable jeune homme de dix-sept ans, nous a conduit sur les ruines de l’ancien palais. Bien que vivant dans la plus grande pauvreté, son imagination était remplie d’images de la splendeur souterraine et des trésors dorés qui, nous assurait-il, se cachaient sous les tas d’ordures que nous foulions.


Il nous a raconté qu’un de ses ancêtres avait un jour plié les yeux de sa femme pour la rendre aveugle, puis l’avait conduite, par de nombreux passages taillés dans la roche, dans les jardins souterrains de l’Inca. Là, la dame aperçut, habilement imitée dans l’or le plus pur, des arbres chargés de feuilles et de fruits, avec des oiseaux perchés sur leurs branches.

Le mari a ordonné à sa femme de ne toucher à aucun de ces trésors, lui rappelant que la période fixée pour la restauration de l’empire inca n’avait pas encore commencé et que quiconque toucherait à l’un de ces trésors périrait la même nuit.

(Note : Cela peut ou non être la même chose que la légendaire « caverne jardin » souterraine sous le « fort » de Sacsahuaman près de Cusco, à laquelle d’autres sources font référence. On dit que cette caverne est traversée par une grande source souterraine, une vaste chambre dans laquelle on ne peut entrer qu’en empruntant un labyrinthe confus de tunnels souterrains.

Ce récit semble également être lié à diverses rumeurs selon lesquelles non seulement les trésors incas, mais aussi de nombreux Incas eux-mêmes ont échappé aux Conquistadors par d’anciens tunnels qui ont conduit à de vastes cités caverneuses construites à l’époque antédiluvienne par la race « Atlante » perdue. Il y a en fait des gens qui prétendent avoir rencontré ces « Incas » souterrains.

Une personne qui prétend être un descendant des Incas a déclaré à l’ancien rédacteur en chef du magazine AMAZING STORIES, Raymond A. Palmer, qu’il avait rencontré l’un de ses anciens « cousins » qui faisait office de sentinelle ou de garde à l’entrée d’une des demeures souterraines.

Cette entrée se présentait sous la forme d’un puits situé au sommet d’un pic montagneux caché quelque part dans la région du Matto Grosso au Brésil. La sentinelle, qui s’est adressée à l’homme à travers une cloison transparente près d’une cage d’ascenseur qui descendait dans les profondeurs, a déclaré que lui et sa famille pouvaient entrer dans leur demeure s’ils le souhaitaient, mais qu’ils devraient subir un processus de décontamination pour éliminer les polluants radioactifs, les contaminants et les infections que leur corps avait acquis au cours de leur vie passée dans le monde extérieur – Branton)

« Ces rêves dorés et ces fantaisies de la jeunesse, poursuit Humboldt, ont été fondés sur des souvenirs et des traditions transmis depuis des temps lointains. Les jardins d’or, tels que ceux auxquels il est fait allusion (JARDINES O HUERTAS DE ORO), ont été décrits par divers écrivains qui affirment les avoir vus, notamment par Cieza de Leon, Parmento, Garcilaso et d’autres historiens de la conquista. On dit qu’ils ont existé sous le temple du Soleil à Cuzco, à Caxamarca, et dans la belle vallée de Yucay, qui était un siège favori de la famille souveraine…

« Le fils d’Astorpilca m’a assuré que sous terre, un peu à droite de l’endroit où je me trouvais alors, il y avait un grand arbre Datura, ou Guanto, en pleine fleur, délicieusement fait de fil d’or et de plaques d’or et que ses branches recouvraient la chaise de l’Inca. La foi morbide avec laquelle le jeune homme affirmait sa croyance en cette fabuleuse histoire, m’a profondément et mélancoliquement impressionné ».

Le récit suivant a été publié à la page 52 du numéro de novembre 1954 du magazine FATE. L’article était intitulé « La porte de l’inconnu » :

« En mars 1954, un prêtre jésuite français de Sorata, en Bolivie, a raconté l’étrange histoire d’un voyage d’exploration qu’il avait fait dans la caverne de San Pedro, sur le mont Illampu, à 20 000 pieds d’altitude, dans la chaîne des Andes.

« Il faut entrer à quatre pattes dans la caverne par un étroit passage qui s’élargit au bout de quelques mètres et qui mène à une immense caverne remplie de stalagmites et de stalactites. À une extrémité de la caverne se trouve un lac souterrain.

« Le prêtre français a prétendu être le premier à traverser jusqu’à l’extrémité du lac. Après plusieurs HEURES de rame à la lumière artificielle, raconte-t-il, la caverne s’est rétrécie et a laissé place à un sentier barré par une énorme porte en fer forgé. La grille, dit-il, présentait toutes les caractéristiques de la ferronnerie espagnole du XVIIe siècle.

« Le prêtre a essayé sans succès de franchir la barrière. Il était impatient de voir ce qui se trouvait au-delà, mais il a dû retourner à Sorata sans résoudre le mystère ».

La question que l’on peut se poser dans ce cas est la suivante : Les premiers explorateurs espagnols de cette caverne se sont-ils donné beaucoup de mal pour forger la porte afin d’empêcher quelqu’un d’entrer, ou l’ont-ils fait pour garder quelque chose à l’intérieur ?

SERIA DOCUMENTAL DEL PERU, un journal péruvien, décrit une expédition que des explorateurs de l’université de Lima, accompagnés de spéléologues expérimentés, ont entreprise en 1923. Après être entrés dans un tunnel à Cuzco, au Pérou, ou à proximité, les explorateurs ont perdu la communication avec le point d’entrée. Après 12 jours, seul un membre de l’expédition, presque affamé, est remonté à la surface. Mais son rapport sur un labyrinthe confus était si incroyable que ses collègues le déclarèrent fou. La police a interdit l’entrée du mystérieux passage et a dynamité l’entrée pour éviter d’autres pertes de vie.

Dans son livre « THE GOLD OF THE GODS » – L’OR DES DIEUX -, Erich von Daniken raconte quelques réflexions intéressantes sur un ancien système de tunnels découvert sous les montagnes et les jungles de l’Équateur, qui serait constitué de tunnels droits « vitrés » avec des « puits d’air » intermittents s’étendant sur des centaines de kilomètres. Bien qu’il ait été critiqué par de nombreux chercheurs pour sa tendance à embellir certains récits et à déformer certains faits archéologiques et historiques afin de soutenir ses propres théories, certaines de ses recherches sont néanmoins suffisamment intéressantes et fiables pour être incluses ici.

Aux pages 59 et 60 de cet ouvrage, il déclare

« …je peux réfuter l’objection selon laquelle les constructeurs de tunnels se seraient « trahis » par les énormes quantités de débris excavés lors de la construction des tunnels. Comme je leur attribue une technologie de pointe, ils étaient probablement équipés d’un FORAGE THERMIQUE du type décrit dans le DER SPIEGEL du 3 avril 1972, qui en fait la dernière découverte. Les scientifiques du laboratoire américain de recherche atomique de Los Alamos ont passé un an et demi à développer la foreuse thermique. Elle n’a rien en commun avec les foreuses ordinaires. La pointe de la foreuse est faite de wolfram et chauffée par un élément chauffant en graphite.

Il n’y a plus de déchets provenant du trou percé. La foreuse thermique fait fondre la roche à travers laquelle elle perce et la presse contre les parois, où elle se refroidit. Comme l’a raconté DER SPIEGEL, le premier modèle d’essai a percé des blocs de pierre de 3 mètres d’épaisseur presque sans bruit. À Los Alamos, ils prévoient maintenant la construction d’une foreuse thermique alimentée par un mini réacteur atomique et qui ronge la terre comme une taupe, sous la forme d’un véhicule blindé. Cette foreuse est destinée à percer la croûte terrestre, qui a une épaisseur d’environ 25 miles (en moyenne – Branton), et à prélever des échantillons du magma fondu qui se trouve en dessous… »

Une légende indienne Navaho parle d’anciennes migrations impliquant un royaume caverneux sous les quatre coins de la zone.

Les Hopis parlent d’une légende similaire impliquant une prétendue ouverture, parfois décrite comme une colline et parfois comme un « étang », couvrant le chemin vers le monde des cavernes. Le point d' »émergence » des Hopis est appelé « Sipapu » ou « Sipapuni » et se trouverait près du confluent des rivières Colorado et Little Colorado.

Selon la tradition Hopi, ce ne sont pas toutes les personnes qui habitaient dans la caverne, mais le monde les a inventées. D’autres ont choisi de rester en dessous.

Quant aux Navajos, ils affirment que:

« A une époque, toutes les nations, Navajos, Pueblos, Coyoteros et les blancs, vivaient ensemble, sous terre, au cœur d’une montagne, près du fleuve San Juan. Leur seule nourriture était la viande, qu’ils avaient en abondance, car toutes sortes de jeux étaient enfermés avec eux dans leur grotte ; mais leur lumière était faible et ne durait que quelques heures par jour…

« Puis les hommes et les animaux ont commencé à sortir de leur grotte, et leur remontée a pris plusieurs jours. Les Navajos sont arrivés les premiers, et dès qu’ils ont atteint la surface, ils ont commencé à jouer à la patole, leur jeu préféré. Puis vinrent les Pueblos et d’autres Indiens, qui récoltent leurs cheveux et construisent des maisons. Enfin, les Blancs, qui ont commencé tout de suite pour le soleil levant et ont été perdus de vue pendant de nombreux hivers.

« Alors que ces nations vivaient sous terre, elles parlaient toutes une seule langue ; mais (avec) la lumière du jour et le niveau de la terre sont venus de nombreuses langues… »

S’il y a ne serait-ce qu’un grain de vérité dans cette ancienne légende, alors il semblerait que les cavernes dans lesquelles les Indiens du sud-ouest vivaient autrefois et auraient vécu étaient dépourvues de l’influence néfaste des hominoïdes reptiliens.

Bien que les reptiliens aient pu s’installer plus tard, certaines sources Hopi affirment que leur peuple a en fait été forcé de remonter à la surface par l’invasion soudaine du peuple serpent ou des reptiliens des cavernes situées au-delà. Nous allons faire un commentaire, et c’est la coïncidence étonnante entre cette légende et les récits plus modernes de labyrinthes caverneux sous cette même région des Four Corners.

Comme on dit : « Là où il y a de la fumée, il y a probablement du feu ». La plupart des récits qui font référence aux conflits souterrains entre les forces humaines et reptiliennes dans le monde cloisonné des systèmes caverneux affirment que la guerre dans ce domaine est ouvertement et mortellement réelle. Il n’est pas rare de voir des tribus ou des communautés humaines entières dans les cavernes être anéanties par des attaques soudaines et inattendues des forces reptiliennes dans la littérature de « la terre Intérieure ».

Dans le monde extérieur, cependant, ces forces draconiennes doivent travailler dans le secret et s’engager dans des attaques secrètes et des guerres psychologiques, car le monde extérieur n’a pas encore été soumis au point où il y aura une résistance minimale à une invasion ouverte. Cependant, les reptiliens ont eu beaucoup de succès dans la programmation, l’implantation et le rachat de leaders politiques, intellectuels et spirituels humains qui ne sont que trop disposés à faire la volonté de leurs « bienfaiteurs » étrangers en échange des promesses du « cheval de Troie » données par la race des serpents.

Ces collaborateurs humains sont membres de toutes les sociétés secrètes qui sont liées au centre conspirateur de l’EMPIRE BAVAROIS ou ILLUMINATI [alias les BILDEBERGERS] – la Société Thulé, la Société Vril, le Parti Nazi, les Chevaliers de Malte, les Templiers, l’Ordre des Jésuites, la Noblesse Noire, le Conseil des relations étrangères, la Commission trilatérale, le Rite écossais, le Skull & Bones, l’Ordo Templi Orientis, etc.

Les légendes de migration concernant les vastes cavernes ne se limitent toutefois pas au sud-ouest.

De nombreux Indiens des États du Sud et de la Nouvelle-Angleterre répètent d’ailleurs ce même thème presque mot pour mot. Il ne faut pas non plus limiter ces récits à l’Amérique du Nord, car on les trouve à profusion dans le monde entier.

Si les Navahos ont effectivement migré à travers le monde des cavernes depuis une terre lointaine, alors auraient-ils pu « émerger » des cavernes avec leurs voisins de la tribu Hopi ?

Harold Courlander, dans son livre « THE FOURTH WORLD OF THE HOPIS – LE QUATRIÈME MONDE DES HOPIS », a décrit une ancienne légende hopi sur un monde souterrain. Que ce récit soit exact ou non, il montre néanmoins que la POSSIBILITÉ de l’existence d’un tel « monde » était et est toujours présente dans l’esprit et les légendes de nombreuses tribus amérindiennes.


Courlander décrit la légende Hopi qui affirme que les ancêtres Hopi, avant leur « émergence » vers le monde de surface, ont migré à travers différentes régions de cavernes jusqu’à ce qu’ils arrivent au « troisième » monde de cavernes – ou le royaume situé sous la zone générale des « Four Corners » du sud-ouest, une série de cavernes très étendues dans lesquelles les cultures pouvaient pousser dans une certaine mesure. La vie y devint finalement très oppressante pour la majorité des Hopis lorsque quelques-uns d’entre eux se mirent à pratiquer la sorcellerie, rendant la tâche très difficile pour les autres.

Les Hopis « pacifiques » quittèrent plus tard ce monde caverneux (pour tenter d’échapper à l’influence des sorciers qui collaboraient avec les forces reptiliennes en progression…) pour un voyage qui dura plusieurs jours, laissant les sorciers en bas. Si c’est vrai, cela ne signifie pas nécessairement que tous les ancêtres Hopi qui sont restés en bas collaborent actuellement avec les reptiliens.

Le Dr Hank Krastman, qui affirme avoir été autorisé à pénétrer dans une ville « Hopi » souterraine située sous le Grand Canyon à partir de 1960, déclare que les humains qu’il y a rencontrés étaient actuellement en guerre contre les Gris.

Les Hopis de surface ont eux-mêmes des légendes de ceux qui ont revisité l’ancien site traditionnel de l' »émergence ». Certains suggèrent que le « Sipapu » est couvert d’un monticule, tandis que d’autres soutiennent qu’un petit étang ferme l’entrée du monde des cavernes. Quoi qu’il en soit, la plupart des Hopis s’accordent à dire que l’ancien site se trouve quelque part à la convergence des rivières Colorado et Little Colorado.

Comme le révèle Courlander aux pages 213-214 de son livre :

« …L’histoire du voyage vers le Grand (Salt) Canyon pour y transférer les dépôts de sel est conforme à un récit fait dans les années 1930 par Don Talayesva ou Oraibi, tel que rapporté dans l’article de Mischa Titiev, « A Hopi Salt Expedition » (AMERICAN ANTHROPOLOGIST, vol. 39, 1937).

Ce récit contient une référence détaillée à tous les sanctuaires et lieux sacrés situés le long de la piste de sel et aux observations rituelles faites en ces lieux. La légende appartient principalement aux villages de Third Mesa – Oraibi, Hotevilla et Bakavi (Bocobi) – et à Moencopi, un descendant d’Oraibi.

Autrefois, ces villages envoyaient des expéditions au Grand Canyon pour y récolter leur sel. Selon la croyance de certains clans de la troisième Mesa, le Grand Canyon contient non seulement les lits de sel sacrés et les sanctuaires, mais aussi le sipapu par lequel l’humanité a émergé du tiers monde (inférieur). Comme le dit Titiev en paraphrasant la description donnée par Don Talayesva :

« ‘ Il ne fallut pas longtemps pour que l’expédition se retrouve à proximité de LA Kiva, le SIPAPU originel par lequel l’humanité a émergé du monde souterrain. Ses contours sont indiqués par une terre molle et humide et un cercle extérieur de buissons appelé pilakho…

Se frayant un chemin à travers la frange de végétation, le groupe s’est introduit dans l’anneau intérieur dans lequel se trouve la Kiva. Le sipapu est rempli à ras bord d’eau jaunâtre, à peu près de la même couleur que la terre environnante, qui sert de « couvercle » pour que les humains ordinaires ne puissent pas voir les choses merveilleuses qui se passent sous la surface ».

« Les Walpis et les autres peuples de First Mesa ne sont pas d’accord sur le fait que le sipapu se trouve à cet endroit, affirmant que son emplacement n’est plus connu. Le mythe du sel donné ici ne fait pas partie de la croyance de First Mesa. La Walpi avait l’habitude d’envoyer ses expéditions de sel aux Zunis, dans le sud-ouest. Ces dernières années, bien sûr, pratiquement toutes les expéditions de sel des Hopis se sont rendues aux postes de traite les plus proches… »

Il s’agit peut-être d’une coïncidence, mais un des premiers numéros du bulletin « HOLLOW HASSLE » rapportait la croyance d’une femme (elle ne précisait pas où elle obtenait ses informations) selon laquelle dans des cavernes situées à un kilomètre et demi sous la surface du nord de l’Arizona et du Nouveau-Mexique se trouvent les restes de l’une des plus anciennes civilisations humaines sur (ou plutôt, dans) la terre.

A suivre…

Compilé par ‘The Group’ – Edité par ‘Branton’

Voir tous les articles de la sous-catégorie : Secrets du Mojave


Que pensez-vous de cet article ? Inscrivez-vous et rejoignez la conversation


Merci à tous pour votre soutien.

Beaucoup d'entre vous sont avec moi, par le coeur et la pensée, et je vous transmet ma gratitude... Vous pouvez assurer la continuité de ce site de plusieurs manières... En partageant les articles que vous avez aimé... En achetant vos livres et vos produits préférés sur Amazon via ce site... En faisant un don sécurisé sur Paypal... Ou les trois en même temps... Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...


Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci








Elishean777 : Communauté pour un Nouveau Monde © elishean/2009-2021

Tags:

0 Commentaires

Laisser une réponse

Imaginer un Nouveau Monde © Elishean 2009 - 2021

CONTACT

Vous pouvez nous envoyer un e-mail et nous vous répondrons dès que possible.

En cours d’envoi
ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

%d blogueurs aiment cette page :