Que savons-nous de la programmation dans des personnalités alternatives? Plusieurs membres de « Montauk » tels que Preston Nichols, Al Bielek et Duncan Cameron affirment avoir été programmés avec des personnalités alternatives au cours de leur travail dans les projets de voyage dans le temps via des techniques de contrôle de l’esprit menés au milieu des années 80.

Que se passe-t-il dans le désert du Mojave? «Qui sont les Hav-Musuv des légendes Navajo? Quelle est cette guerre qui se déroule en secret? Qui sont ces êtres de civilisations terrestres avancées qui ont laissé des traces de leur passage partout sur notre monde? Quelle est l’ampleur du monde souterrain que nous commençons à peine à découvrir?


Comment tout a commencé aux États-Unis? Pourquoi une Guerre de Sécession?

Cette série a pour but de réunir des informations qui vont certainement susciter notre étonnement au fil de sa lecture.

Épisodes précédents

Steven Brodie était un homme aux multiples talents et passe-temps, parmi lesquels la peinture et la collection de pierres. Il y a quelques années, il a décidé d’explorer une certaine région de l’Arizona où, selon ce qu’il avait entendu, les cristaux de quartz étaient abondants.

Brodie a convaincu un de ses amis, également collectionneur passionné de roches, de se joindre à lui pour une expédition de chasse aux roches sur le site. Après avoir acheté un billet dans un train de voyageurs, ils se sont rendus dans une petite communauté de l’Arizona, qui se trouvait près de la zone qu’ils souhaitaient explorer.

Selon le chercheur John J. Robinson, qui a raconté le récit tel qu’il l’a entendu de Steve Brodie, le nom de la ville de l’Arizona n’a pas été donné. John J. Robinson était d’ailleurs un célèbre blogueur spécialisé dans les OVNI dans les années 1950, et le récit qui lui est consacré a été discuté par Robinson lors d’une interview qui a été entendue par des dizaines de milliers d’auditeurs de l’émission de radio « Long John Nebel » sur la station W.O.R. de New York, en mars 1957.

Les deux chiens de chasse avaient les yeux rivés sur un bluff particulier, qu’ils pouvaient voir au loin de la ville dans laquelle ils se trouvaient. D’autres habitants de la ville ont entendu parler de leurs plans et les ont mis en garde contre ce bluff, en déclarant que PLUSIEURS personnes avaient disparu dans le passé sans laisser de traces dans cette zone. Brodie et son ami ont balayé leurs avertissements, les considérant comme de simples superstitions qu’ils ne devaient pas prendre au sérieux, et se sont mis en route vers le bluff interdit.

Ils ne s’étaient pas rapprochés plus tôt de la base du bluff que de l’ombre de deux êtres qui étaient chacun recouverts d’un manteau et d’une cagoule sombres, ce qui rendait très difficile de discerner leurs traits ou même s’ils étaient humains ou non. Après avoir été confronté, l’ami de Brodie a paniqué et a tenté de s’enfuir. Steve jura qu’à ce moment-là, l’une des figures à la cape noire leva une sorte d’arme et un brillant faisceau de lumière de crayon en sortit et frappa son ami, qui cria d’agonie et tomba aussitôt immobile. D’après ce que Brodie a pu comprendre, son ami avait été tué, bien qu’il n’ait plus jamais revu son corps après cela.

Après cela, un des « êtres » s’est approché de Brodie, qui n’a pas résisté mais est resté là où il était. Alors qu’il était encore en état de choc, l’une des créatures lui a placé une sorte de dispositif sur la tête, comme un casque métallique avec deux « disques » métalliques qui s’adaptaient sur ses tempes. À ce moment-là, il a commencé à perdre conscience.

Après avoir repris conscience, Steve s’est souvenu qu’il se trouvait dans une sorte de donjon ou d’enceinte ressemblant à une caverne, dans une cellule ressemblant à une prison. D’autres humains étaient là aussi. La plupart des gens qui s’y trouvaient semblaient être en transe ou sous contrôle mental, et pour autant qu’il le sache, il était l’un d’entre eux.


Il se souvient faiblement de s’être « réveillé » à quelques reprises, mais en général, lorsque cela se produisait, une des créatures à la robe sombre venait dans la cage ou l’enceinte où il se trouvait et pointait sur lui un dispositif en forme de tige, à la suite de quoi il s’évanouissait à nouveau. Lors d’un de ses brefs épisodes de conscience, il a eu l’occasion de parler à un autre prisonnier, une fille, qui lui a dit que leurs ravisseurs en robe noire étaient connus sous le nom de « dero ».

C’est, en gros, tout ce dont il se souvient. Mais ce qui est incroyable, c’est que plusieurs mois plus tard, il a soudain repris conscience. Il s’est soudain rendu compte qu’il marchait dans les rues de New York ! Il n’avait aucune idée de comment il était arrivé là, ni où il avait été ces six derniers mois. C’était comme se réveiller d’un mauvais rêve ou d’un cauchemar, dont il ne se souvenait pas pour la plupart. En outre, il a découvert que quelqu’un lui avait fait une coupe de cheveux (il ne savait pas qui).

On ne sait pas si ce récit a un lien avec les nombreuses « rumeurs » concernant d’étranges et anciennes cavernes et tunnels sous la ville de New York.

Certains parlent prudemment de ces tunnels comme étant utilisés par une société secrète de type MIB, certains de ces tunnels étant reliés aux sous-sols les plus bas de l’Empire State Building et à d’autres structures de Manhattan. Certains prétendent que ces tunnels sont la destination possible de beaucoup de ceux qui finissent mystérieusement « disparus » à New York chaque année. Personne ne sait s’il s’agit de simples « rumeurs » infondées, du moins jusqu’à ce que des preuves solides fassent surface pour étayer ces récits.

John J. Robinson a rendu plusieurs visites à M. Brodie, et d’après la perception qu’il avait de ces hommes, il pensait que Brodie était sincère dans ce qu’il disait, mais Steve était constamment paranoïaque et craignait qu’il soit « suivi » ou que quelqu’un ou quelque chose le surveille ou le traque constamment. En outre, Steve Brodie peignait souvent des paysages bizarres de l’autre monde, même s’il n’avait pas l’habitude de peindre dans ce style avant son « expérience », que Robinson trouvait particulière. Un jour, Robinson s’est arrêté à l’appartement de Brodie pour lui rendre visite et il n’a pas pu le trouver. Personne ne semblait savoir ce qui lui était arrivé, et c’est la dernière fois que M. Robinson a revu Steve.

Le récit de « Steve Brodie » a d’ailleurs fait l’objet d’un article dans le numéro 3, volume 1, 1971 du magazine « STRANGE », ainsi que dans les premiers numéros de « SAUCER NEWS », dont John J. Robinson – qui vivait à Jersey City, New Jersey, à l’époque – était rédacteur en chef adjoint.

Dans son livre « ON THE SHORES OF ENDLESS WORLDS – SUR LES RIVES DE MONDES SANS FIN » (Souvenir Press), Andrew Tomas, dans son chapitre « Labyrinthes et Serpents », déclare :

« …Selon la légende, le roi Minos de Crète a ordonné à son architecte Dédale de construire le labyrinthe, un dédale de passages si ingénieusement conçu que même le constructeur lui-même ne pouvait s’y retrouver sans plan. Au centre vivait le Minotaure, mi-taureau, mi-homme, auquel les Grecs envoyaient sept jeunes et sept jeunes filles en hommage tous les neuf ans. Le Minotaure a été tué par Thésée qui a pu trouver la sortie du labyrinthe grâce à une pelote de fil que lui avait donnée Ariane. Ce mythe a été interprété comme un témoignage historique de la construction du palais de Minos à Cnossos qui contient d’innombrables galeries et salles. D’autre part, ce mythe peut avoir une interprétation entièrement différente, semblable à un cryptogramme, qui dissimule l’existence d’un dépôt secret de chambres et de passages souterrains… »

Bien que cela puisse sembler n’être qu’une « légende », il existe des récits réels de prétendues rencontres avec des créatures paraphysaires (en partie surnaturelles, en partie physiques) « démoniaques » telles que les satyres, les centaures, les minotaures, etc. qui ont été décrites dans la mythologie grecque. De telles rencontres impliquent souvent des phénomènes paraphysaires de type « poltergeist » et une manipulation de l’esprit et de la matière.

Selon certaines sources, une race d’êtres possédant une combinaison de caractéristiques humanoïdes, angéliques et animales est antérieure à la civilisation adamique et a été impliquée dans la rébellion et la conspiration originelles contre le Créateur.

D’autres êtres « mythiques » tels que les gens de la mer, les licornes, les fées et autres étaient également traditionnellement impliqués dans la chute. Comme les anges eux-mêmes, certains d’entre eux ont été trompés par les disciples de Lucifer, tandis que d’autres ont échappé à la chute et sont restés fidèles au Créateur.

Les créatures mentionnées dans le 9e chapitre du livre de l’Apocalypse « peuvent » être ce type d’entités démoniaques ou déchues.

Ces créatures étaient apparemment distinctes des êtres angéliques purement spirituels et des êtres angéliques déchus. Il reste à voir si le récit suivant décrit une rencontre avec une ou plusieurs de ces races déchues.

La lettre que nous citons ici est parue dans le numéro d’hiver 1962 de THE HIDDEN WORLD – LE MONDE CACHÉ, l’une des nombreuses publications issues de la controverse sur le « Mystère du rasoir » de la fin des années 1940 :

« M. Richard Shaver : En espérant que cette lettre vous trouvera en pleine santé. Je m’appelle Frank J. Mezta. Je vis dans le comté d’Imperial Valley, dans la ville de Calexico, en Californie. « Par accident, je suis tombé par hasard sur votre livre HIDDEN WORLD n° A-1 et tout récemment A-2. Je me demande parfois si c’était de la chance ou une action délibérée de la part d’un tero. Toute ma vie, j’ai cherché et demandé certaines questions, non résolues et sans réponse, concernant la civilisation, nos ancêtres et le début des temps. Je crois que votre livre m’a donné les meilleures réponses. Laissez-moi vous raconter quelques-unes de mes expéditions.

« Il y a deux ans, nous sommes allés à la chasse au trésor dans l’intérieur du Mexique, qui s’est révélée être un échec. Mais au cours de cette excursion, il nous est arrivé des choses étranges, que nous avons alors qualifiées de superstition. Nous sommes allés à l’endroit où nous devions entrer ; mais soudain, une peur avec des frissons m’est venue, quelque chose que je n’avais jamais ressenti auparavant. Quelque chose comme un sixième sens, comme si je savais que quelque chose allait m’arriver. Je ne suis pas entré et personne d’autre ne l’a fait non plus.

Le lendemain, nous nous sommes à nouveau approchés de la grotte, mais cette fois, je n’ai pas eu peur et j’ai laissé le groupe entrer. Cette grotte était très grande et il y avait des passages partout. Certains de ces passages ou chambres, parfois hauts de 10 mètres et longs de 10 mètres (contenus), reliaient les tunnels. Nous avons finalement abandonné, mais en récupérant, nous avons trouvé deux passages principaux au lieu de celui dans lequel nous étions entrés. Cela nous a fait sursauter, et nous nous sommes mis à étudier le deuxième tunnel. Il n’arrêtait pas de serpenter et de descendre, alors nous avons finalement abandonné et sommes sortis de là.

« Quand nous sommes revenus au village, nous avons eu une conversation avec deux Indiens mexicains, et ils nous ont dit que quoi que nous fassions, il ne fallait pas aller dans les grottes enchantées. Nous sommes devenus curieux et nous leur avons demandé où se trouvaient ces soi-disant grottes enchantées. Ils nous ont donné des indications et c’était exactement là où nous étions entrés il y a quelques jours. Nous leur avons demandé ce qui s’était passé dans ces grottes. Ils nous ont dit que les gens qui y entraient n’en sortaient jamais, que pendant qu’ils y étaient, les entrées et les tunnels changeaient, ce qui nous est arrivé, et nous n’avons su cela qu’après y être entrés.

Puis ils nous ont dit la chose la plus étrange, à savoir qu’à l’époque, nous disions que ces gens étaient superstitieux. Ils nous ont dit qu’ils étaient partis avec une expédition de 20 ou 30 hommes engagés par un Américain pour examiner cette grotte. Cela s’est passé il y a environ 10 ou 15 ans, ont-ils dit. Quatre ou cinq de ces hommes avaient des revolvers, ils étaient bien équipés avec des lumières et des outils. Alors qu’ils y travaillaient, tout à coup, au fond, un demi-homme et une tête de taureau sont apparus comme un taureau debout. Cette description correspond à celle que vous avez sur votre couverture du numéro A-1.

Et à côté de lui, il y avait un nain ou un petit garçon nu. Ils ont sorti leurs revolvers mais ils ne voulaient pas tirer, et leurs lumières se sont éteintes. Il y a eu une confusion, et plusieurs hommes ont été tués dans la bousculade et personne n’est revenu après cela – Frank J. Mezta, 939 Genge, Calexico, Calif. »

David Perkins, dans une lettre qu’il a publiée dans le numéro 1, volume 1, de « THE HOLLOW HASSLE », a parlé d’un étrange « puits de respiration » que des foreurs avaient percé à 17 miles à l’est de Walsenburg, CO. D’autres faits étranges avaient été découverts dans le ranch ou la ferme où se trouvait le puits, notamment des mutilations inexpliquées de bétail.

Des représentants de la Colorado School of Mines sont venus enquêter sur le puits, qui semblait « respirer » à l’intérieur et à l’extérieur avec la montée et la descente des marées, et ils ont suggéré avec enthousiasme qu’un tunnel se trouvait en dessous, qui aurait pu être relié à un tunnel similaire que la Colorado School of Mines avait suivi depuis le Golfe du Mexique et jusqu’à l’Oklahoma.

Un lien « possible » avec cette affaire : une source a affirmé qu’une « ville » souterraine de type « alternative 002 », entretenue par une société secrète, pouvait être pénétrée par une « loge » située dans le quartier Uncompahgre Mts, également dans le sud-ouest du Colorado. De plus, un grand « Masonic Park » existe dans cette même région (un lien quelconque ?).

L’ouvrage de Morris K. Jessup « THE CASE FOR THE UFO – ANNOTATED EDITION » (un classique de collection réédité par Gray Barker en édition limitée) a été réimprimé pour la première fois par la VARO Corp. du Texas. C’est une entreprise d’électronique qui a été chargée d’imprimer le livre spécialement pour la marine.

L’original « CASE FOR THE UFO », écrit par l’UFOlogist Morris K. Jessup, n’était pas très révélateur en soi, mais n’était qu’une collection de théories et d’observations documentées d’OVNIs, tout comme les autres livres qui faisaient le tour du monde.

Ce qui est intéressant, cependant, c’est que Jessup a été approché par des officiels de la marine et qu’on lui a montré un exemplaire ANNOTÉ de son propre livre qui leur avait été envoyé par des personnes inconnues. Plus tard, un « Carlos Allende », apparemment l’un des trois mystérieux informateurs, a contacté Jessup, insinuant que lui et les trois autres annotateurs étaient des représentants d’une ancienne société terrestre de haute technologie, peut-être d’origine « tsigane ». Les annotations et les commentaires étaient apparemment basés sur la connaissance secrète de leur race.


Ils parlaient de champs de force, de vaisseaux aériens, de forces travaillant dans le triangle des Bermudes, d’une ancienne guerre nucléaire sur terre, de cristaux de diamant et de nombreux autres sujets de nature hautement technique.

Mais ce qui a retenu l’attention de la marine, ce sont les références à l’expérience dite « Philadelphia Experiment », un projet de la marine qui a été confirmé par d’autres et qui impliquait une tentative de rendre un destroyer, l' »U.S.S. ELDRIDGE », invisible à l’œil nu ainsi qu’au radar. Un champ électromagnétique intense aurait été généré et le navire serait devenu invisible au point que l’on pourrait voir sa ligne de flottaison dans l’eau – moins le navire lui-même.

Mais quelque chose s’est produit, un éclair bleu brillant a été observé et les hommes à bord du navire ont été jetés dans le chaos. Apparemment, l’expérience, dans sa tentative de rendre un vaisseau invisible, a franchi la barrière électromagnétique entre deux mondes et a libéré toute une boîte de Pandore de forces inconnues. Ce qui s’est passé à partir de ce moment a fait l’objet d’un débat.

Parmi les effets secondaires signalés, on peut citer :

* L’apparition de brouillards verdâtres semblables à ceux observés dans le triangle des Bermudes, surnommés « mélasse » ou « push ». * Dans certains cas, la mort de militaires qui se sont retrouvés pris dans d’éventuels courants électriques sous-jacents qui ont mis le feu à leur corps dans un type de combustion humaine spontanée.

* La disparition permanente des militaires pendant et après les expériences dans une réalité spatio-temporelle parallèle.

* L’invisibilité, le gel du temps ou la téléportation induite des travailleurs de la Marine et d’au moins un navire du chantier naval de Philadelphie.

* Les travailleurs de l' »Expérience » affirment qu’un effet secondaire horrible est la tendance des travailleurs à se retirer progressivement dans un autre espace-temps parallèle où ils pourraient observer notre « monde » tout en étant invisibles et intangibles, des « fantômes » qui ne sont ni vivants ni morts comme nous le connaissons. Certains rapports font état d’un pilote de jet ayant participé à l’expérience originale qui a tout simplement « disparu » du cockpit de son avion, causant la mort d’un passager ; d’un homme qui a « traversé un mur » aux yeux de sa famille et que l’on n’a jamais revu ; Un groupe d’hommes impliqués dans l’expérience qui a « disparu » dans un brouillard verdâtre au cours d’une bagarre dans un bar, à la consternation de leurs adversaires ; et au moins un homme (qui était présumé mort ou disparu dans l’une des expériences) qui « apparaissait de nulle part » chez sa mère, en pleurant et en demandant de la nourriture, etc.

* Dans un cas au moins, il y a eu la « récupération » de membres d’équipage qui ont été pris dans un « TIME FREEZE » pendant plusieurs décennies, pour être ensuite retirés d’un « flux temporel » alternatif par nul autre que le Dr John Von Neumann et ses associés. Un véritable « voyage dans le temps » non paradoxal (le seul qui existerait ou pourrait exister) pourrait avoir été impliqué dans cette récupération.

Les Expériences auraient été assistées par Nikola Tesla, le Dr Von Neumann, T. Townsend Brown, Edward Cameron, John Hutchinson, le Dr Emil Kurtenauer et d’autres scientifiques de haut niveau, utilisant la théorie einsteinienne.

Cependant, Tesla aurait saboté l’une des premières expériences après avoir été convaincu qu’elle serait nocive pour les humains concernés. La rumeur disait que Tesla était en contact avec des extraterrestres (des Pléiades opérant depuis la planète rouge, Mars) et que des OVNI étaient impliqués dans l’expérience d’une manière ou d’une autre, essayant de guider les expériences à titre consultatif via leurs contacts avec Nikola Tesla.

Tesla aurait abandonné le projet parce que trop de militaires étaient « sacrifiés » par des nazis bien intentionnés qui insistaient pour développer la technologie afin d’aider l’effort de guerre avant que les Allemands puissent prendre le dessus.

Les occupants d’OVNI en contact avec Tesla auraient averti des dangers, mais beaucoup de ces avertissements sont restés lettre morte pour les services de renseignement de la marine…

Note : 40 ans plus tard, le projet aurait été repris et poursuivi par une cabale d’agents de la CIA en ligue avec les Illuminati bavarois d’Allemagne, et sa loge occulte partenaire, la Société Thuléenne bavaroise qui avait créé l’Empire nazi. Ces expériences ont été menées dans une base souterraine en dessous de Montauk Point, à Long Island, et comprenaient des expériences sur les fenêtres spatio-temporelles et le contrôle mental des micro-ondes de masse.

Cependant, à cette époque, les pléiadiens étaient complètement hors jeu puisque ces fascistes qui avaient arraché le contrôle de la technologie « Philadelphie » aux services secrets de la marine coopéraient pleinement avec les extraterrestres gris dans un effort commun pour établir un empire national-socialiste mondial. Cette guerre entre la Navy et les services de renseignement nazis est devenue « clandestine » après l’invasion de l’Allemagne par les Alliés.

Selon certaines allégations, l’amiral Richard E. Byrd et 4 000 membres de l’élite de la marine auraient même tenté secrètement de détruire un bastion nazi souterrain super-secret en Antarctique, dont le nom de code est « New Berlin ». Cette base massive aurait été habitée par plus de 2 000 scientifiques nazis et près de 1 000 000 de nazis laïcs [et d’esclaves des camps de concentration], qui avaient tous mystérieusement disparu d’Allemagne au cours de la guerre.

Cette guerre secrète se poursuivrait aujourd’hui au sein du complexe militaire du Nevada entre les « COM-12 » du Navy Intelligence qui maintiennent le contact avec les Pléiadiens, et la secte « AQUARIUS » de la CIA-Thule Society qui a maintenu des liens avec les reptiliens Grays qui pourraient dater d’avant le début de la Seconde Guerre mondiale – Branton

Quant à M.K. Jessup, qui a reçu plusieurs des révélations d' »Allende », l’expérience de Philadelphie a été décrite de façon encore plus détaillée dans les lettres qu’il a reçues du mystérieux Carl Allen, ou « Carlos Allende » (les contemporains d’Allende auraient-ils pu être liés aux OVNI qui auraient guidé les expériences ?)

Jessup poursuit son enquête sur l’expérience de Philadelphie ou « Projet Arc-en-ciel ».


À un moment donné, il a informé un associé de recherche qu’il avait eu des révélations surprenantes et qu’il lui transmettrait personnellement ces informations. Jessup est parti pour livrer les révélations, mais il n’est jamais arrivé chez son ami. C’est presque comme si une sombre organisation avait l’intention d’empêcher ces révélations, quelles qu’elles soient, d’atteindre le public.

Jessup a été retrouvé mort étouffé dans sa voiture, près d’un parc, à la suite d’un empoisonnement au monoxyde de carbone par un tuyau qui était attaché à son pot d’échappement et qui a coulé dans la voiture.

On a dit que lorsqu’il a été retrouvé, Jessup était encore à peine vivant. Cependant, aucune tentative de sauvetage n’a été signalée. En fait, les documents de recherche contenant les « révélations » n’ont jamais été retrouvés, et Jessup a emporté son secret avec lui dans la tombe. Les « autorités » qui ont « réagi » à sa mort semblent être au moins partiellement impliquées. Il est également fort possible que la mort de Jessup ait été « fixée » pour ressembler à un suicide. Le mystère n’a pas encore été résolu.

John Keel, dans son livre « OUR HAUNTED PLANET – NOTRE PLANÈTE HANTÉE » (1968., Fawcett., Greenwich, Conn.) pp. 113-114, relate ce qui suit :

« …Un autre groupe de chercheurs appâtés par la CIA se superpose maintenant à l’ufologie. Il s’agit d’équipes relativement petites de détectives amateurs qui se consacrent à l’enquête sur l’assassinat du président Kennedy. Ici, les Cadillacs noirs et les hommes en costume noir sont considérés comme des Cubains et des agents de la CIA. La paranoïa est grande car aujourd’hui, plus de cinquante témoins – à partir de 1968 -, reporters et enquêteurs d’assassinat ont été confrontés à une mort soudaine, dans les circonstances les plus suspectes.

L’histoire complète de l’assassinat de Kennedy à Dallas en 1963 est remplie de détails incroyables, dont beaucoup ressemblent à ce que l’on trouve dans le plus mystérieux des incidents liés aux OVNI. Les photos et les preuves physiques ont disparu ou ont été falsifiées, comme dans de nombreux cas d’OVNI.

Un large éventail d’hommes mystérieux ont été impliqués, dont les DOPPELGANGERS de feu Lee Harvey Oswald – voir « THE SECOND OSWALD » de Richard Popkin. Cet autre Oswald s’est même présenté à un stand de tir public avant l’assassinat, s’attirant des ennuis (pour que les témoins se souviennent de lui ?), il a tiré un coup de feu inhabituel qui a déclenché des boules de feu sur la cible.

Il s’est également rendu dans un salon d’exposition automobile et a fait un tour de démonstration dans une voiture neuve.

Le vrai Oswald ne savait pas conduire. On sait où il se trouvait au moment de ces incidents… et il n’était pas du tout près du stand de tir et de l’agence automobile. L’énorme RAPPORT WARREN contient de nombreux témoignages sous serment décrivant des hommes de type MIB aux alentours de Dealey Plaza et du bâtiment du dépôt de livres scolaires immédiatement avant et après l’assassinat. Des hommes aux cheveux longs ont été vus. Cela peut ne pas sembler extraordinaire, mais souvenez-vous que les cheveux longs étaient très inhabituels en 1963. Les Beatles n’ont commencé à faire impression qu’en 1964, et la mode des cheveux longs n’a commencé qu’en 1965-66… »

Au début des années 1990, le chercheur Val Valarian a enquêté sur les expériences d’une femme qui a revendiqué de nombreux enlèvements près du Mt Lassen, en Californie (voir : LEADING EDGE Magazine, numéro de juin 1992).

Ses « ravisseurs », affirmait-elle, étaient des humains d’une nature généralement peu sympathique et manipulatrice qui travaillaient avec les « gris » reptiliens. Lors de sa rencontre, elle a vu les gris typiques, un « gris » plus grand avec des yeux rouge-orange et des pupilles fendues verticalement, et bien sûr les humains eux-mêmes. À un moment donné, une « femme » a enlevé un casque devant elle, qui semblait être utilisé pour couvrir ses traits. Aussitôt, quelqu’un d’une autre pièce s’est mis à jurer et lui a dit de remettre le casque.

Cette personne enlevée a également fait référence à un « médecin-chef » qui lui a administré une sorte de « psychose induite » (dédoublement de la personnalité ?) par le biais d’une manipulation techno-hypnotique.

Le mont Lassen a été décrit par d’autres comme étant une « porte vers un autre monde », et selon les premiers collaborateurs du magazine AMAZING STORIES de Ray Palmer, à l’époque du « Shaverian », des voix étranges s’y sont fait entendre, et même des rochers de la taille de cailloux ou de la taille d’un ballon de basket ont mystérieusement déversé leur contenu sur les personnes qui se sont approchées de certaines zones de la montagne, et ce sans aucun signe extérieur d’activité volcanique provenant de la montagne elle-même.

Il y a quelques années, un homme du nom de Ralph B. Fields a soumis un récit au magazine AMAZING STORIES (numéro de décembre 1946, pp. 155-157), avec l’assurance que c’était vrai et que cela s’était réellement produit. Lui et un de ses amis qui vivait au pied du Mont Lassen en Californie ont déclaré qu’ils avaient lu un article dans un magazine relatant la qualité inhabituelle du guano de chauve-souris comme engrais et que c’était une ressource très précieuse. Dans l’espoir de gagner rapidement de l’argent, ils ont décidé de gravir la montagne à la recherche de cavernes susceptibles de contenir ce précieux engrais.

Vers le troisième jour de leur voyage, ils ont découvert derrière un affleurement rocheux une petite entrée de caverne, à environ 7000 pieds d’altitude. Ils ont immédiatement choisi d’explorer et ont rapidement constaté que le passage s’élargissait considérablement. Ils ont remarqué que les parois semblaient être lisses et vitrées comme si la roche avait été fusionnée par une chaleur intense dans l’Antiquité.


Ils ont continué à s’enfoncer jusqu’à ce qu’ils voient, à leur grande horreur, une lumière devant eux. Peu après, ils ont été confrontés à cinq hommes d’apparence « normale » portant les vêtements de surface habituels à l’époque, des chemises de flanelle, etc. Ces étrangers ont demandé aux deux jeunes hommes ce qu’ils faisaient, et lorsqu’ils leur ont expliqué ce qu’était le « guano », ils ont eu l’impression que les « hommes » ne les croyaient pas.

L’un d’eux, qui semblait avoir la cinquantaine, a dit : « Je pense que vous feriez mieux de venir avec nous ». Ils ont ensuite été emmenés vers une grande machine ou un appareil à proximité qui ressemblait à un traîneau dont le dessous était recouvert d’une feuille de métal de couleur cuivre. Elle semblait aussi planer perpétuellement à quelques centimètres du sol. À ce moment-là, ils étaient emmenés sur le « traîneau » (dont ils ont appris plus tard qu’il avait été construit, en même temps que le tunnel lui-même, par une ancienne race, peut-être antédiluvienne, et qu’il était basé sur un système de propulsion « au carbone » et peut-être électromagnétique). Le « traîneau » pouvait atteindre de grandes vitesses et semblait suivre une « bande » métallique qui longeait le centre de la « route » souterraine.

Comme si cela ne suffisait pas, ils ont été surpris une fois de plus lorsqu’une autre « lumière » s’est rapidement approchée au loin, un véhicule similaire. Finalement, l’autre « traîneau » ainsi que celui sur lequel ils se trouvaient ont ralenti et se sont arrêtés à quelques mètres seulement l’un de l’autre. Leurs ravisseurs ont fui de terreur tandis que les deux explorateurs restaient sur le traîneau, confus devant cet étrange drame qui se jouait devant eux. Ils remarquèrent un rayon de lumière brillant qui jaillissait du traîneau de « l’autre » et rattrapèrent les hommes en fuite sur leur chemin.

Ces nouveaux arrivants firent bientôt savoir à Ralph Fields et à son ami que les hommes qui les avaient emmenés en captivité étaient les « horloges ». Ils firent savoir qu’ils avaient de la chance d’être venus par ici, sinon « vous seriez devenus des horloges vous-mêmes, et nous aurions dû vous tuer vous aussi ».

Ils n’ont pas précisé de quelle « horloge » il s’agissait, mais d’après d’autres témoignages, il se peut qu’il s’agisse de pions humains altérés d’une race malveillante, peut-être même de la race des serpents (ou Grays) si l’on considère les rapports ultérieurs de collaboration entre les humains et les reptiliens près du mont Lassen.

Ces « hommes » n’expliquent pas grand-chose, si ce n’est le fait que de nombreuses personnes malfaisantes dans le « monde » souterrain leur ont causé, ainsi qu’à ceux qui se trouvent à la surface, des dommages considérables.

L’un des hommes a déclaré que ces hommes étaient « en sécurité » parce que le monde extérieur ne croyait généralement pas qu’eux-mêmes ou leur monde existait. Le dilemme de ces nouveaux arrivants, cependant, était qu’ils se sentaient obligés d’éloigner de ceux qui se trouvaient à la surface les connaissances de certaines des « anciennes » technologies qui avaient été découvertes dans les cavernes (et dont le fonctionnement restait en grande partie inexpliqué, même pour les habitants de ces cavernes), sinon nous pourrions être enclins à nous détruire avec ces forces technologiques dont nous savons très peu de choses, sur la base de notre expérience passée de la transformation de découvertes scientifiques en armes de destruction.

Fields et ses amis ont été autorisés à retourner à la surface mais ont été avertis de ne plus jamais entrer dans les cavernes.

Le récit ci-dessus semble être lié à un autre rapport qui impliquait un groupe de spéléonautes qui sont entrés dans une des nombreuses cavernes à l’ouest ou au nord-ouest de Cushman, Arkansas.

Ces explorateurs ont affirmé être descendus sur une distance de 5 à 6 miles (sur une période de plusieurs explorations consécutives) dans des systèmes de cavernes profondes et étendues. À un moment donné, ils ont prétendu avoir pénétré dans un « tunnel » vitré, apparemment construit par l’homme, dont les parois étaient recouvertes de métal dur mais transparent. À travers ces parois transparentes, ils ont pu observer occasionnellement tout un « Hadéen » comme le monde de créatures souterraines bizarres, y compris des humanoïdes poilus qui semblaient être en conflit avec une race de serpents ou de serpents surdimensionnés, et même des insectes géants, des papillons de nuit de caverne, et ainsi de suite.

La partie la plus intéressante de leur expédition, qui a été enregistrée dans le bulletin THE HOLLOW HASSLE – anciennement édité par TAL LeVesque et Mary Davis, était leur prétendue rencontre avec une race d’humains d’environ 2,5 mètres de haut à la peau bleu pâle.

La description de ces personnes était similaire à celle d’un certain groupe d' »extraterrestres » mentionné par John Lear et d’autres, qui auraient été rencontrés par certains astronautes sur la lune – une info « top secrète » que le gouvernement ne reconnaîtra peut-être jamais. Les spéléologues les ont décrits comme mesurant environ 2,5 mètres et possédant de grands yeux « enveloppants », mais néanmoins « humains » à tous les autres égards.

Les explorateurs ont insisté sur le fait qu’ils ont été « conduits » vers une ville souterraine par une sorte d’ascenseur caché, et on leur a même montré des cavernes plus profondes de taille immense dans lesquelles on pouvait voir d’anciens dépôts laissés là par une race antédiluvienne très avancée (scientifiquement), dont une partie du contenu, leur a-t-on dit, est restée scellée jusqu’à ce jour !

Il s’agit peut-être de la même culture antique que celle qui est à gauche des machines décrites dans le récit de Ralph Fields.

On a dit aux explorateurs, par le biais d’une sorte d’appareil de traduction, que les habitants de cette ville caverneuse particulière descendaient d’une famille qui, selon nos propres traditions, correspondrait à la description biblique de la famille de « Noé » ; qu’ils possédaient un « Livre de lois » quelque peu similaire à notre Bible ; et qu’ils étaient venus dans l’hémisphère occidental des milliers d’années auparavant et avaient découvert ce « monde » souterrain déjà existant.


Ils ont également déclaré que certains de leurs ancêtres avaient quitté la terre pour explorer les autres planètes et les étoiles il y a longtemps.

Il n’est pas certain que l’article suivant ait un quelconque lien avec les personnes que ces spéléologues auraient rencontrées. Ce qui suit a été raconté par John Keel dans son livre « THE MOTHMAN PROPHECIES » :

« …Les Cherokees ont une tradition, selon le livre de Benjamin Smith Barton « NEW VIEWS OF THE ORIGINS OF THE TRIBES AND NATIONS OF AMERICA – NOUVELLES VUES SUR LES ORIGINES DES TRIBUS ET DES NATIONS D’AMÉRIQUE » (1798), selon laquelle lorsqu’ils ont migré vers le Tennessee, ils ont trouvé la région habitée par une étrange race de blancs qui vivaient dans des maisons et étaient apparemment très civilisés. Ils avaient un problème : leurs yeux étaient très grands et sensibles à la lumière. Ils ne pouvaient voir que la nuit… »

Est-il possible que ces personnes aient plus tard adopté un mode de vie dans une grotte, si elles ne l’avaient pas fait auparavant, pour s’offrir des conditions de vie plus confortables?

Les nombreuses cavernes à l’ouest de Cushman, en Arkansas, ont donné lieu à de nombreuses légendes et histoires étranges.

On y trouve des récits de vastes labyrinthes souterrains, de lacs souterrains, de grottes qui mènent à des poches extrêmement profondes d’air stagnant ou de gaz toxique, de zones où les lumières électriques ne fonctionnent pas, des histoires de personnes qui entrent dans les grottes et que l’on ne revoit plus jamais, et même des récits d’humanoïdes poilus qui lancent des rochers sur les intrus, les ratant intentionnellement pour les effrayer. C’est essentiellement un lieu qui, si Jules Verne l’avait connu lors de l’écriture de son célèbre « Voyage au centre de la terre », aurait pu être l’inspiration de son roman d’une audacieuse descente dans le monde souterrain.

Les Anshars

Le lieutenant-colonel Wendelle C. Stevens, dans son livre « UFO – CONTACT FROM THE PLEIADES, A PRELIMINARY REPORT » (UFO Photo Archives., Tucson, AZ 1982., p. 79) fait état du sixième contact présumé entre Eduard « Billy » Meier et les « Pleiadiens » et Semjase.

On lui a parlé de personnes étranges, inconnues pour nous, qui vivent à l’intérieur des montagnes et des grottes sous la surface de la terre. Ils sont de différents types, certains ont la peau bleutée, d’autres viennent souvent à la surface et se mêlent aux habitants de la surface, sans que l’on sache leur véritable origine.

Ferdinand Ossendowski décrit ce qui pourrait être l’une des « légendes » les plus largement acceptées en Asie, une légende qui est en fait acceptée par des millions de personnes. Cette légende est décrite dans son livre « BÊTES, HOMMES ET DIEUX » (1922. E.P. Dutton & Co., N.Y.). On y lit une citation du chapitre « LE ROYAUME SOUTERRAIN » (pp. 300-311) :

« …Lors de mon voyage en Asie centrale, j’ai découvert pour la première fois le « Mystère des mystères », que je ne peux appeler par un autre nom. Au début, je n’y ai pas prêté beaucoup d’attention et je n’y ai pas accordé l’importance que j’ai réalisée par la suite, alors que j’avais analysé et relié de nombreux éléments de preuve sporadiques, brumeux et souvent controversés.

« Les vieux, sur les rives du fleuve Amyl ,m’ont raconté une ancienne légende selon laquelle une certaine tribu mongole, dans sa fuite des exigences de Gengis Khan, se serait cachée dans un pays souterrain.

Par la suite, un Soyot de la région du lac Nogan Kul m’a montré la porte fumante qui sert d’entrée au « Royaume de l’Agharta« . Par cette porte, un chasseur est entré autrefois dans le royaume et, à son retour, a commencé à raconter ce qu’il y avait vu. Les lamas lui ont coupé la langue afin de l’empêcher de raconter le mystère des mystères. Arrivé à un âge avancé, il revint à l’entrée de cette grotte et disparut dans le royaume souterrain, dont le souvenir avait orné et allégé le cœur de son nomade.

« …Le Lama Gelong préféré du Prince Chultun Beyli et le Prince lui-même m’ont donné un compte-rendu du royaume souterrain.

“‘ Tout dans le monde », a déclaré le Gelong, « est constamment en mutation et en transition – les peuples, la science, les religions, les lois et les coutumes. Combien de grands empires et de brillantes cultures ont péri ! Et ce qui reste inchangé, c’est le Mal, l’outil des mauvais esprits.

Il y a plus de 60 000 ans, un saint homme a disparu avec toute une tribu de personnes sous terre et n’est jamais réapparu à la surface de la terre. Cependant, de nombreuses personnes ont depuis visité ce royaume, Sakkia Mouni, Undur Gheghen, Paspa, Khan Baber et d’autres. Personne ne sait où se trouve cet endroit. L’un dit l’Afghanistan, d’autres l’Inde.

Toutes les personnes qui s’y trouvent sont protégées contre le Mal et les crimes n’existent pas dans ses bourgs. La science s’y est développée dans le calme et rien n’est menacé de destruction. Le peuple souterrain a atteint le plus haut niveau de connaissance… »

Remarque : la période de 60 000 ans est probablement très exagérée. Il y a apparemment eu plusieurs migrations de tribus de surface au cours des millénaires et des siècles vers ce que l’on pourrait appeler ce « continent » souterrain de l’AGHARTA. Selon un « moine » américain du nom d’Ernest Dickhoff, décrit dans son livre AGHARTA [Health Research, CA], certains des habitants de ce royaume ne se sont établis comme résidents qu’au cours des derniers siècles.

Cela s’est produit lorsqu’un prince asiatique est entré avec une armée de 400 partisans et a combattu et chassé une race de « Reptiliens » ou hommes-serpents qui avaient pris possession de ces cavernes. Cette invasion a été initiée après qu’il ait été découvert que ces êtres serpents utilisaient la sorcellerie noire pour manipuler les esprits et les pensées des humains à la surface de manière très négative.

Selon une source, plus de 20 000 000 de personnes de différentes tribus et cultures résident aujourd’hui en Agharti, et plusieurs autres millions à la surface en Asie acceptent l’existence d’un tel royaume mystérieux, selon des écrivains tels que Ferdinand Ossendowski, Nicholas Roerich, et d’autres. On dit que d’anciens temples « bibliothèques » existent entre la surface de l’Asie ET l’Agharti, dans des voûtes souterraines auxquelles certains « initiés » asiatiques ont accès. Au-dessous ou au-delà de ces voûtes, par des passages cachés, on pense que le royaume lui-même existe. – Branton)

Le prince Chultun Beyli a ajouté : « Ce royaume est l’Agharti. Il s’étend à travers tous les passages souterrains du monde entier. J’ai entendu un savant lama de Chine raconter, à propos de Bogdo Khan, que toutes les grottes souterraines d’Amérique sont habitées par les peuples anciens qui ont disparu sous terre. On en trouve encore des traces à la surface du sol. Ces peuples et ces espaces souterrains sont gouvernés par des souverains qui font allégeance au roi du monde… » »

Note : Si le sous-sol de l’Amérique était autrefois le plus habité par des humains qui y migraient depuis la surface ou d’autres parties du monde intérieur, alors le fait que les races de sauriens ou de serpents [dont les gris constituent apparemment la majorité] se soient infiltrées dans le sous-sol de l’Amérique doit suggérer que la principale infestation s’est produite au cours des derniers siècles.

Le soi-disant « roi du monde » est apparemment une référence à la présence d’une longue succession de dirigeants au sein du conseil de l’Agharti, ce qui ferait probablement de celui qui occupe une telle position l’un des hommes les plus influents au monde, pour le bien ou le mal.

Et en fait, selon Thomas Castello, ancien agent de sécurité de la Dulce Base, certains présidents américains ont tenu dans le passé des conférences non seulement avec le conseil de Telos, mais aussi avec ces rois de l’Agharti. Telos, la colonie située sous le mont Shasta, serait une branche occidentale de la Fédération des Agharti.

Une succession de nombreux « rois » de ce type aurait régné sur ce royaume souterrain, la plupart d’entre eux recevant probablement plus d’adoration qu’ils ne le méritent, ayant apparemment été considérés comme des « dieux » par certains résidents du monde souterrain, si l’on en croit l’appellation « Roi du monde ».

Ce n’est pas nécessairement la faute de ces « rois » ou dirigeants, dont beaucoup, selon certaines sources, ont reconnu un potentat plus puissant qu’eux et ont prié le Tout-Puissant « Dieu » au nom de l’humanité. Tout comme les papes de Rome ou les souverains, les secrétaires généraux, les premiers ministres et les présidents des nations de surface, ces « rois » agharis possédaient leur propre personnalité, certains étant peut-être plus aptes à régner que d’autres.

Néanmoins, ils doivent être respectés en tant que représentants ou porte-parole élus ou choisis de dizaines de millions de personnes qui vivent dans le monde intérieur. Le nom d’un de ces rois, selon une source, était « Rigdon Jyepo ». À l’heure actuelle, les noms des autres souverains agharis sont inconnus, sauf peut-être ceux des habitants de l’Agharti ou de l’Agharta elle-même. – Branton)

Le prince Chultun, s’adressant à l’auteur, a poursuivi :

« …Dans les grottes souterraines, il existe une lumière particulière qui permet la croissance des céréales et des légumes et une longue vie sans maladie pour les gens. Il existe de nombreux peuples et de nombreuses tribus différentes. Au Népal, un vieux brahmane bouddhiste exécutait la volonté des « dieux » en se rendant dans l’ancien royaume de Gengis, le Siam, où il a rencontré un pêcheur qui lui a ordonné de prendre place dans son bateau et de naviguer avec lui sur la mer.

Le troisième jour, ils ont atteint une île où il a rencontré des gens ayant deux langues qui pouvaient parler séparément dans des langues différentes. Ils lui ont montré des animaux étranges et peu familiers, des tortues de seize pieds et d’un œil, d’énormes serpents à la chair très savoureuse et des oiseaux à dents qui pêchaient pour leurs maîtres dans la mer. Ces gens lui ont dit qu’ils étaient sortis du royaume souterrain et lui ont décrit certaines parties du pays souterrain ».

« Le Lama Turgut qui voyageait avec moi d’Urga à Pékin m’a donné plus de détails :

La capitale de l’Agharti est entourée de villes de grands prêtres et de scientifiques. Elle rappelle Lhassa où le palais du Dalaï Lama, le Potala, est le sommet d’une montagne couverte de monastères et de temples.

Dans des voitures étranges et inconnues de nous, ils se précipitent à travers les étroits clivages de notre planète. Certains brahmanes indiens et dalaï-lama tibétains, au cours de leurs laborieuses luttes pour atteindre les sommets des montagnes qu’aucun autre pied humain n’avait foulées, ont trouvé leurs inscriptions sur les rochers, des empreintes de pas dans la neige et des traces de roues. La bienheureuse Sakkia Mouni a trouvé sur le sommet d’une montagne des tablettes de pierre portant des mots qu’il n’a compris que dans sa vieillesse et a ensuite pénétré dans le royaume d’Agharti, d’où il a rapporté des miettes de l’apprentissage sacré conservé dans sa mémoire.

Ferdinand Ossendowski se souvient d’une conversation particulière avec un Lama :

« Combien de personnes ont déjà été à Agharti ? Ai-je interrogé.

« Beaucoup », répondit le Lama, mais tous ces gens ont gardé le secret de ce qu’ils y ont vu. »

Dans son livre « SHAMBHALA » (1930. Frederick A. Stokes Co., N.Y.), l’écrivain et voyageur Nicholas Roerich apporte quelques précisions supplémentaires sur l’habitat humain dans les régions souterraines d’Asie centrale. Dans son chapitre « LES HABITANTS SOUTERRAINS », nous lisons les mots suivants :

« …Dans les montagnes de l’Altaï, dans la belle vallée d’Uimon, un vieux croyant (Starover) m’a dit : « Je vais vous prouver que le conte sur les Chud, le peuple souterrain, n’est pas une fantaisie ! Je te conduirai à l’entrée du royaume souterrain ».

« Sur le chemin à travers la vallée entourée de montagnes enneigées, mon hôte nous a raconté de nombreuses histoires sur les Chud. Il est remarquable que « Chud » en russe ait la même origine que le mot MERVEILLE. Alors, peut-être, nous pouvons considérer les Chud comme une tribu merveilleuse.

Mon guide barbu nous a raconté comment « il était une fois, dans cette vallée fertile, la puissante tribu de Chud vivait et prospérait. Ils savaient comment prospecter des minéraux et comment récolter la meilleure récolte. La tribu la plus pacifique et la plus industrieuse était cette tribu. Mais ensuite vint un tsar blanc avec d’innombrables hordes de guerriers cruels. Les Chud, pacifiques et industrieux, ne pouvaient pas résister aux assauts des conquérants, et ne voulant pas perdre leur liberté, ils restèrent comme serfs du Tzar blanc.

Puis, pour la première fois, un bouleau blanc commença à pousser dans cette région. Et, selon de vieilles prophéties, les Chud savaient que c’était le moment de leur départ. Et les Chud, ne voulant pas rester soumis au tsar blanc, partirent sous la terre. Ce n’est que parfois que l’on entend le chant des saints ; maintenant, leurs cloches sonnent dans les temples souterrains. Mais il viendra le temps glorieux de la purification humaine, et en ces jours-là, le grand Chud apparaîtra de nouveau en pleine gloire ».

« Ainsi conclut le Vieux Croyant. Nous approchions d’une colline basse et caillouteuse. Fièrement, il me montra : « Nous y sommes. Voici l’entrée du grand royaume souterrain ! Quand les Chud sont entrés dans le passage souterrain, ils ont fermé l’entrée avec des pierres. Maintenant, nous nous tenons juste à côté de cette entrée sacrée.

« Nous nous tenions devant un immense tombeau entouré de grandes pierres, si typique de la période des grandes migrations. De telles tombes, avec les beaux restes de reliques gothiques, nous les avons vues dans les steppes du sud de la Russie, (et) dans les contreforts du Caucase du Nord. En étudiant cette colline, je me suis souvenu que lors de notre passage du col du Karakorum, mon sais, le Ladaki, m’a demandé : Savez-vous que de nombreux trésors sont cachés dans les grottes souterraines et que dans celles-ci vit une tribu merveilleuse qui abhorre les péchés de la terre?

« Et de nouveau, lorsque nous nous sommes approchés de Khotan, les sabots de nos chevaux sonnaient creux comme si nous chevauchions au-dessus de grottes ou de creux. Nos caravaniers ont attiré l’attention sur ce fait, en disant : « Entendez-vous quels passages souterrains creux nous traversons ? Grâce à ces passages, les gens qui les connaissent bien peuvent atteindre des pays lointains ». Lorsque nous avons vu les entrées des grottes, nos caravaniers nous ont dit : « Il y a longtemps, des gens vivaient là ; maintenant, ils sont entrés à l’intérieur ; ils ont trouvé un passage souterrain vers le royaume souterrain.

Il est rare que certains d’entre eux réapparaissent sur la terre. Dans notre bazar, ces gens viennent avec de l’argent étrange et très ancien, mais personne ne se souvient d’une époque où cet argent était utilisé ici. Je leur ai demandé si nous pouvions aussi voir de telles personnes. Et ils m’ont répondu: Oui, si vos pensées sont aussi élevées et en contact avec ces personnes saintes, parce que seuls les pécheurs sont sur la terre et que les personnes pures et courageuses passent à quelque chose de plus beau.

(Cela ne veut pas dire qu’il n’existe PAS de zones souterraines où le mal abonde, mais qu’il existe des zones apparemment protégées où l’animosité entre les êtres humains est fortement découragée – Branton)

« Grande est la croyance dans le Royaume des peuples souterrains. À travers toute l’Asie, dans les espaces de tous les déserts, du Pacifique à l’Oural, on peut entendre la même histoire merveilleuse du peuple saint disparu…

Un de ces récits persistants est celui des « Dix Tribus Perdues » d’Israël.

Les résidents de l’Israël moderne affirment descendre des tribus de Juda et de Benjamin, et de la moitié de la tribu de Lévi qui est restée en arrière après la grande séparation d’Israël au temps de Salomon. Les seules personnes « connues » qui prétendent descendre d’autres tribus israélites sont les « Juifs noirs » d’Éthiopie qui insistent sur le fait qu’ils descendent de la tribu de Dan.

Il reste donc 8 tribus et demie inexpliquées – ou plutôt, comme certains le croient, 9 tribus et demie, car dans le Livre de l’Apocalypse, les deux lignées joséphites d’Ephraïm et de Manassé sont considérées comme des tribus distinctes.

Il est intéressant de noter que la tribu de DAN n’apparaît pas dans le livre de l’Apocalypse parmi les 144 000 prêtres, 12 000 de chacune des 12 tribus restaurées [cette restauration n’a pas encore eu lieu], peut-être parce que DAN était la tribu la plus responsable de la conduite d’Israël dans l’apostasie et l’idolâtrie de l’Ancien Testament.

La seule mention des 9 tribus et demie manquantes apparaît dans le 13ème chapitre du livre de II ESDRAS, l’un des livres « apocryphes » contenant la légende et la tradition juives qui ont été écrits dans la période non prophétique de 400 ans entre la fin de la Torah ou de l’Ancien Testament et le début des périodes du Nouveau Testament. Il ne contient qu’une remarque énigmatique selon laquelle les tribus perdues sont entrées dans une terre inconnue à l’extrême nord ou nord-est appelée ARZARETH, d’où elles reviendront un jour au pouvoir – Branton)

« Même bien au-delà des montagnes de l’Oural, l’écho du même conte vous atteindra. On entend souvent parler de tribus souterraines. Parfois, on dit qu’un peuple saint et invisible vit derrière une montagne. Parfois, des gaz toxiques ou vitalisants sont répandus sur la terre, pour protéger quelqu’un. Parfois, vous entendez comment les sables du grand désert se déplacent, et révèlent un instant les trésors des entrées des royaumes souterrains. Mais personne n’oserait toucher à ces trésors. Vous entendrez comment, dans les rochers, dans les chaînes de montagnes les plus désertes, vous pouvez voir des ouvertures qui communiquent avec ces cols souterrains, et comment de belles princesses occupaient jadis ces châteaux naturels.

« De loin, on pourrait prendre ces ouvertures pour des éies, car tout ce qui appartient au peuple souterrain est caché. Parfois, la Ville Sainte est submergée, comme dans le folklore des Pays-Bas et de la Suisse. Et il y a un folklore qui coïncide avec les découvertes réelles dans les lacs et le long des côtes maritimes.

En Sibérie, en Russie, en Lituanie et en Pologne, on trouve de nombreuses légendes et des contes de fées sur des géants qui ont vécu parfois dans ces pays mais qui, par la suite, n’aimant pas les nouvelles coutumes, ont disparu.

Dans ces légendes, on peut reconnaître les fondements spécifiques des anciens clans. Les géants sont des frères. Très souvent, les sœurs des géants vivent sur l’autre rive des lacs ou de l’autre côté des montagnes. Très souvent, elles n’aiment pas déménager, mais un événement particulier les pousse à quitter leur demeure patrimoniale. Les oiseaux et les animaux sont toujours à proximité de ces géants ; en tant que témoins, ils les suivent et annoncent leur départ.

« …Les interminables Kurgans des steppes du sud conservent autour d’eux de nombreuses histoires sur l’apparition du guerrier inconnu, dont personne ne sait d’où il vient. Les montagnes des Carpates en Hongrie ont de nombreuses histoires similaires de tribus inconnues, de guerriers géants et de villes mystérieuses. Si, sans préjugés, vous pointez patiemment sur votre carte toutes les légendes et histoires de cette nature, vous serez étonné du résultat. Lorsque vous aurez rassemblé tous les contes de fées des tribus perdues et souterraines, n’aurez-vous pas devant vous une carte complète des migrations ? »

Selon l’autoproclamée « télosienne », Sharula Dux, l’Agharta est la plus grande culture humaine souterraine du monde. De plus, selon le bouddhiste américain Robert E. Dickhoff, dans son livre « AGHARTA » (mentionné ci-dessus), certains réseaux de cavernes aghartanes étaient autrefois contrôlés par le peuple « serpent ».

Il s’agit peut-être de systèmes antédiluviens qui ont été repris plus tard par les hominoïdes reptiliens qui ont quitté la surface de la terre pour préserver leur race de l’animosité humaine, animosité qui était pleinement justifiée. Ces cavernes étaient situées sous la région du Tibet, ce qui les plaçait entre les réseaux Agharta au nord-est, qui étaient occupés par les humains, et les réseaux Patalan au sud-ouest, qui étaient traditionnellement occupés par les Reptiliens. C’est là qu’une « altercation » majeure entre les humains de surface et les reptiliens souterrains a eu lieu au cours des derniers siècles, selon Robert Dickhoff.

Selon d’autres sources, certains des Reptiliens se sont échappés pour retourner dans les systèmes de cavernes plus profondes sous l’Himalaya et l’Hindoustan, sous lesquels (selon la légende hindoue) se trouve le sombre et interdit monde des cavernes à sept niveaux des « Nagas » ou êtres serpents.

Les légendes hindoues disent que la « capitale » du monde souterrain de l’empire des Nagas (un empire qui a été appelé dans différents écrits « Nagaloka », « Snakeworld » ou « Patala ») est un centre majeur de l’activité reptilienne connue sous le nom de « Bhoga-vita ».

Les NAGAS, une race de lézards hominoïdes à peau verte de 2 à 3 mètres de haut, seraient très rusés et intelligents et auraient des bases sur toute la planète. Une base importante qu’ils maintiennent encore sous le Tibet serait située dans les montagnes entourant le lac Manasarovar (voir : ON THE SHORES OF ENDLESS WORLDS – SUR LES RIVAGES DES MONDES SANS FIN, par Andrew Tomas, Souvenir Press. Ltd, Londres, Angleterre, 1974).

A suivre…

Compilé par ‘The Group’ – Edité par ‘Branton’

Voir tous les articles de la sous-catégorie : Secrets du Mojave


Que pensez-vous de cet article ? Inscrivez-vous et rejoignez la conversation


Merci à tous pour votre soutien.

Beaucoup d'entre vous sont avec moi, par le coeur et la pensée, et je vous transmet ma gratitude... Vous pouvez assurer la continuité de ce site de plusieurs manières... En partageant les articles que vous avez aimé... En achetant vos livres et vos produits préférés sur Amazon via ce site... En faisant un don sécurisé sur Paypal... Ou les trois en même temps... Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...


Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci








Elishean777 : Communauté pour un Nouveau Monde © elishean/2009-2021

Tags:

0 Commentaires

Laisser une réponse

Imaginer un Nouveau Monde © Elishean 2009 - 2021

CONTACT

Vous pouvez nous envoyer un e-mail et nous vous répondrons dès que possible.

En cours d’envoi
ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

%d blogueurs aiment cette page :