Secrets révélés

Les plaques tectoniques ne se comportent pas comme prévu et provoquent une mystérieuse fracture de la lithosphère

L'Afrique divisée en deux par la tectonique des plaques.

En Afrique de l’Est, les plaques tectoniques ne se comportent pas tout à fait comme les géologues s’y attendent. Non loin de la capitale du Kenya, Nairobi, une fissure géante s’est formée après de fortes pluies en 2018 : jusqu’à 20 mètres de large, jusqu’à 15 mètres de profondeur et s’étendant sur plusieurs kilomètres, y compris en travers de l’autoroute.

Les géologues ont alors immédiatement expliqué qu’il ne s’agissait que d’une petite manifestation d’un méga-processus qui se poursuit depuis des millions d’années non seulement au Kenya, mais aussi en Éthiopie, en Tanzanie et au Mozambique.

Ce processus consiste en la séparation progressive des plaques lithosphériques. Des volcans se sont formés par endroits à la frontière entre eux et en général il y a une forte activité géologique : la faille dite d’Afrique de l’Est y passe.


Rift est-africain.

La partie de l’Afrique qui est à droite de la faille appartient à la plaque dite somalienne, celle à gauche est la plaque nubienne. La péninsule arabique est déjà la plaque arabique. Ainsi, selon les prévisions des scientifiques, tout va dans le sens que le mouvement de la plaque somalienne arrachera l’est de l’Afrique du reste du continent, et cette partie séparée de celle-ci deviendra une île pendant un certain temps, et puis frappez la plaque arabe.

De cette collision dans le sud du Yémen, apparemment, des montagnes se sont formées. Cela se produira, selon des estimations approximatives, dans quelques millions d’années.

La prochaine séparation de l’Afrique de l’Est à la suite d’une faille tectonique.

Les géologues ont comparé cette séparation très progressive des plaques avec le jouet gooey « slime » des enfants, une masse visqueuse collante : si vous la frappez avec un marteau, elle éclatera immédiatement, mais si vous l’étirez progressivement, elle s’amincit, sans rupture. C’est approximativement ce qui arrive à la croûte terrestre le long du rift est-africain, expliquent les chercheurs.

Mais le fait est qu’ils ont longtemps été alarmés dans ce processus par une chose intéressante.


Logiquement et à partir d’observations de failles similaires sur la planète, les géologues s’attendent à ce que les deux plaques divergent dans des directions opposées, c’est-à-dire se déplacent, pour ainsi dire, perpendiculairement à la faille, à gauche et à droite de celle-ci.

Et donc ça arrive vraiment mais en plus, ces plaques aussi « marchent » le long de la faille, c’est-à-dire parallèlement à celle-ci. Cela confirme la comparaison des données de 30 satellites et les scientifiques ne peuvent pas comprendre ce déplacement le long de la faille.

Deux phénomènes sont suspectés de cette « marche » longitudinale et parallèle.

Un phénomène est la soi-disant flottabilité de la lithosphère. C’est une telle propriété de la croûte terrestre, grâce à laquelle elle est maintenue sur le dessus et ne s’enfonce pas dans le manteau – tout comme les icebergs ne s’enfoncent pas dans l’eau. Cela se produit exactement pour la même raison que les icebergs « flottent »: la densité de la glace est inférieure à celle de l’eau. En conséquence, la densité de la croûte solide est inférieure à celle du manteau visqueux. C’est-à-dire que cela et l’autre, pour ainsi dire, poussent vers l’extérieur et il existe une version selon laquelle le mystérieux mouvement parallèle des plaques est causé par certaines manifestations de cette flottabilité, de cette expulsion.

Le deuxième phénomène suspecté est un phénomène vraiment curieux que les sismologues ont découvert : ils ont « écouté » comment les ondes de choc sismiques traversent les entrailles de la Terre et se sont rendu compte qu’il existe deux mystérieuses structures gigantesques à l’intérieur de notre planète qui sont légèrement plus denses que le reste de la Terre.  Autrement dit, c’est un matériau légèrement différent.

L’une de ces pièces dites « extraterrestres » est située sous l’océan Pacifique et la seconde juste sous l’Afrique.

Soit dit en passant, il existe même une telle hypothèse selon laquelle ce sont des parties d’une autre planète qui sont entrées en collision avec la Terre il y a des milliards d’années, dans «l’enfance» du système solaire.

Ces structures sont appelées superpanaches et s les géologues ont établi, des flux de masse du manteau se propagent à partir d’eux dans la partie supérieure du manteau sous la lithosphère, et ils déplacent les plaques au-dessus d’eux.

Pour résoudre le différend, ils ont fait une modélisation tridimensionnelle du processus géologique qui se déroule en Afrique de l’Est et il s’est avéré que le superpanache est à blâmer : il provoque le déplacement du manteau du sud-ouest vers le nord-est du continent, c’est-à-dire , en fait, le long de la faille.

Mais encore une fois, il convient de souligner que cette énorme masse de substance mystérieuse sous l’Afrique provoque précisément le déplacement longitudinal des plaques, et la faute elle-même dans son ensemble est le résultat de la totalité de tout ce qui se passe dans les entrailles de notre planète.


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Aidez Elishean à survivre. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 689 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page

En savoir plus sur Elishean 777

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading