TV

Les mystérieux OVNIs décrits dans le journal de Christophe Colomb

Vidéo VOSTfr

De nos jours, il est courant d’entendre des personnes de tous horizons parler de leur expérience avec des vaisseaux volants d’origine inconnue…

Et bien que de nombreux scientifiques et archéologues soient réticents à l’idée que le phénomène ovni soit antérieur à ce que l’on appelle « l’ère spatiale », qui a débuté vers 1950, il existe de nombreux témoignages décrivant des observations d’ovnis dans un passé lointain. Plus précisément lorsque l’homme était encore loin de conquérir les cieux grâce à l’aviation.

L’un d’eux était l’un des personnages « clés » de l’histoire, le Génois Christophe Colomb. C’est ce qui est écrit dans le journal de bord de l’amiral qui, sous les ordres de la reine Isabelle la Catholique, a traversé l’océan Atlantique.

Bien que le navigateur ne le sache pas, dans ce qui s’est avéré être son livre de voyage, son récit est tout à fait factuel quant à ce qu’il a vu dans le ciel, à la fois pendant le voyage et à l’arrivée dans ce qu’il croyait à tort être les Indes.


La première référence à de prétendus phénomènes étranges dans le ciel américain a eu lieu le 15 septembre 1492, lorsque Colomb a écrit :

« Il a navigué ce jour-là avec ses 27 lieues de nuit vers l’ouest et un peu plus. Et cette nuit-là, au début de celle-ci, ils virent un merveilleux bouquet de feu tomber du ciel dans la mer, à 4 ou 5 lieues d’eux ».

La description du marin est assez claire, pour celui qui ne connaît rien d’autre que ce que la sagesse de l’époque permettait. Qu’est-ce que cela pouvait être ? Nombreux sont ceux qui affirment qu’il pourrait s’agir du signe de ce que l’on appelle des OSNIS (objets sous-marins non identifiés) ou encore d’un OVNI qui a coulé et s’est caché dans la mer.

Comme si cela ne suffisait pas, le 11 octobre 1492, peu avant qu’un de ses marins ne s’écrie qu’il a vu la terre pour la première fois, Christophe Colomb note :


« Après le coucher du soleil, ils ont fait leur premier cap à l’ouest. Ils ont navigué deux milles par heure, et jusqu’à deux heures après minuit, ils ont navigué 90 milles, ce qui fait 22 lieues et demie.

« Puisque l’amiral, à 10 heures du soir, étant dans le château arrière, vit une lumière, bien que, comme elle était si proche, il ne voulut pas affirmer que c’était la terre, mais il appela Pedro Gutierrez, le matelot du roi, lui disant que cela ressemblait à une lumière, qu’il devait regarder, et il le fit et la vit ».

 » Il le dit aussi à Rodrigo Sánchez de Segovia, que le roi et la reine lui avaient envoyé comme surveillant, mais il ne vit rien car ils n’étaient pas dans un endroit où il pouvait voir.

« Après que l’amiral l’ait dit, on l’a vu une ou deux fois, et c’était comme un chandelier de cire qui montait et montait, ce qui pour peu de gens semblait être une indication de terre, mais l’amiral pensait que c’était certainement proche de la terre ».

Si pour certains, cette « chandelle de cire qui montait et montait » était un feu de joie sur terre, pour d’autres, comme le notable chercheur Juan José Benítez, la possibilité était nulle, compte tenu de la distance.

Selon les études de Manuel Audije (qui était un officier de la marine), lorsque Colomb et les autres hommes ont vu l’étrange lumière, ils se trouvaient à un peu plus de 80 kilomètres, concluant que cette distance est trop grande pour distinguer un feu de joie sur la terre ferme.

Par conséquent, de nombreux connaisseurs affirment que Colomb a été témoin de lumières considérées comme des OVNIs qui assistaient (ou dirigeaient ?) la « découverte de l’Amérique ».

Christophe Colomb a tout consigné dans son journal, y compris l‘observation de prétendues sirènes en mer au large de la Floride. Il les a placés près de Rio de Oro et a déclaré qu’ils n’étaient pas aussi beaux que les légendes le racontaient, et que certains avaient même un visage plus masculin que féminin.


Qui sait combien de choses l’amiral et tous les hommes qui composaient son équipage ont pu contempler à bord des trois caravelles, la Pinta, la Niña et la Santa María.

À cette époque, ni Colomb ni personne ne connaissait les dimensions de la planète. 


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 2 208 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire