Conscience

Les forces cachées de la vie

par Kingsley L. Dennis

Pour ma conscience, toute la vie sur terre, y compris la vie humaine et toute sa mentalité, est une masse de vibrations, principalement des vibrations de mensonge, d’ignorance et de désordre, dans laquelle sont de plus en plus à l’œuvre des vibrations de Vérité et d’Harmonie venant du supérieur régions et se frayer un chemin à travers la résistance. – La mère

Le sommeil est très confortable, mais le réveil est très amer. – GI Gurdjieff

C‘est une hypothèse naturelle, mais incorrecte, d’accepter les événements physiques à leur valeur nominale. Les influences nous parviennent à de nombreux niveaux variés, et le support ou médium physique visible est la forme la plus superficielle.

Toute la vie est un jeu de forces ; nous pouvons appeler ces « forces universelles » car elles agissent à la fois à l’intérieur et au-delà du physique. Nous avons pris l’habitude de donner des formes personnelles à nombre de ces forces, et nous croyons que nous sommes indépendants et libres de leur influence.

Le mystique gréco-arménien GI Gurdjieff avait l’habitude de dire que l’humanité vit sous 48 lois, dont elle est pour la plupart inconsciente ou ignorante. C’est un nombre très précis, et ce ne sont pas les chiffres – la quantité – ou les détails sur lesquels je souhaite me concentrer ici, mais la qualité. Il peut être nécessaire d’avoir un « sentiment » pour les forces d’influence qui peuplent nos vies dans le domaine physique.


La plupart des gens, la plupart du temps, ne sont pas conscients des forces qui agissent sur eux ; et c’est une condition naturelle. Nous vivons tous nos vies dans une mer de vibrations – pensées, suggestions, influences, etc. – et nous savons à peine lesquelles nous appartiennent et lesquelles nous considérons comme les nôtres.

Prenons un exemple courant à titre d’illustration : l’information.

Lorsqu’une personne reçoit des informations, la réponse générale est de considérer la probabilité de ces informations par rapport à ses croyances et à la gamme d’opinions accumulées. La personne répond alors en indiquant si l’information est « vraie » ou « fausse ». Pourtant, il s’agit d’une manière bidimensionnelle limitée de considérer la relation de communication.

Nous devons également considérer le contexte de la source de l’information : quelle est la source ; ont-ils un ordre du jour ; transmettent-ils les informations d’une autre source ; quelle est la motivation; quels sont les résultats attendus ? Et plus. Nous devons également nous demander si le moyen de transmission est fiable ou corrompu. Si un support technologique est utilisé, y a-t-il des messages et des signaux subliminaux subtils dans la transmission ? Certaines fréquences sont-elles utilisées pour manipuler l’auditeur ? Le récepteur est-il discrètement poussé à obtenir les résultats souhaités ? S’il s’agit d’une communication en face à face, on peut aussi se demander si le locuteur utilise des techniques spécifiques de coercition langagière, comme la programmation neuro-linguistique ?


Ce ne sont là que quelques-unes des influences potentielles qui pourraient être utilisées dans la communication physique de l’information. Et pourtant, ce sont toujours ces forces d’influence qui sont limitées à la portée physique. Il est bon de garder à l’esprit que les forces non physiques se disputent le pouvoir de la même manière que les forces physiques familières. Ce qui nous est caché dans la vie de tous les jours, ce sont les motivations derrière les impulsions qui font surface dans le physique.

Lire aussi :

Médiacratie… Controverse sur la diffusion

L’expérience de la vie humaine nous conditionne à voir et à réagir aux aspects extérieurs tout en restant inconscients de ces choses qui agissent derrière le voile – ou dans les coulisses. Cette disjonction entre l’origine et la cible est plus qu’un écart ; c’est un gouffre.

Comme l’a fait remarquer le philosophe indien Sri Aurobindo à propos des forces cachées de la vie:

« la seule issue est la descente d’une conscience qui n’est pas la marionnette de ces forces mais qui est plus grande qu’elles et peut les contraindre soit à changer, soit à changer ». disparaître.’ [1]

Aurobindo dit ici que la «sortie» n’est pas d’essayer de combattre ou d’affronter ces forces de front, mais de s’aligner avec un degré de conscience qui est supérieur, ou vibratoirement au-delà, au niveau de ces forces. Plutôt que de lutter avec eux, nous devons résonner avec un alignement vibratoire différent qui nous sort de leur spectre d’influence.

Dans l’ordre général des choses, la plupart des gens sont traités comme des instruments ignorants ; ils sont déplacés comme des marionnettes, ne se doutant de rien. Ils vivent des vies prévisibles; c’est-à-dire des vies qui peuvent être prédites lorsqu’elles se déplacent dans des schémas connus. Souvent, ces modèles sont ce qui a été programmé dans la société de masse collective.

Dès qu’une personne passe à une vie dirigée vers l’intérieur, elle commence à s’éloigner de la prévisibilité. C’est-à-dire qu’ils se déplacent « hors modèle, ‘ et cela n’est pas très apprécié par ceux des forces gouvernantes.

La conscience de l’esprit peut prendre le pas sur les forces inférieures, c’est pourquoi la vie terrestre est de plus en plus entraînée dans une direction physique-matérielle – une voie vers l’automatisation à la fois extérieure et intérieure. La stabilité repose sur une répétition de vibrations et de fréquences auxquelles notre être s’habitue. Une personne est entraînée par l’alignement vibratoire dans un mode de stabilité. La question que nous devrions nous poser est : sur quel type de fréquences nous alignons-nous ?

Une grande partie de la stabilité dans le domaine physique est d’un type « d’ordre inférieur », basée sur des schémas plus limités. Certains peuvent se demander, qu’est-ce que c’est que tout ce discours sur les vibrations – n’est-ce pas un non-sens new age ? Tout dépend de la manière dont ces informations sont présentées et véhiculées. Une vérité peut facilement être transformée en moquerie si elle est mal gérée.

L’inventeur serbe Nikola Tesla a déclaré : « Si vous voulez découvrir les secrets de l’univers, pensez en termes d’énergie, de fréquence et de vibration.

Encore une fois, pour en revenir à GI Gurdjieff, qui a déclaré :

Il faut considérer l’univers comme constitué de vibrations. Ces vibrations procèdent dans toutes les sortes, aspects et densités de la matière qui constitue l’univers, du plus fin au plus grossier… En l’occurrence, le point de vue des connaissances anciennes s’oppose à celui de la science contemporaine, car à la base de la compréhension de vibrations les savoirs anciens posent le principe de la discontinuité des vibrations. Le principe de la discontinuité des vibrations signifie la caractéristique définie et nécessaire de toutes les vibrations de la nature, qu’elles soient ascendantes ou descendantes, de se développer non pas uniformément mais avec des accélérations et des ralentissements périodiques. [2]

Il est intéressant ici que Gurdjieff parle de la « discontinuité des vibrations » qui se développent à travers des accélérations (augmentations) et des ralentissements (retards) périodiques. Il n’y a pas d’uniformité dans l’influence des vibrations. Le « fond énergétique » de la vie, pour ainsi dire, se déplace à travers ces changements périodiques. Cela peut être considéré comme une influence macro sur la vie humaine. Dans ces moments-là, nous pouvons nous sentir irritables, agités, frustrés ou plus.

Le philosophe JG Bennett y faisait référence lorsqu’il écrivait :

D’une manière plus subtile et omniprésente, de grandes régions de la surface de la terre, et parfois même la totalité de la terre, deviennent soumises à un état de tension qui produit chez les gens un fort sentiment d’insatisfaction face à leurs conditions de vie. Ils deviennent irritables ou agressifs, inquiets, nerveux et hautement suggestibles. [3]

Ces forces impersonnelles qui influencent le monde, et nos états d’être, nous ne les connaissons que par les résultats qu’elles provoquent. Nous ne percevons qu’un petit degré à travers le prisme des événements et des conséquences visibles. Il existe des forces qui nous sont inconnues et qui façonnent notre environnement physique, psychique et émotionnel. L’être humain vit « constamment au milieu d’un tourbillon de forces mentales et vitales invisibles dont nous ne savons rien, nous ne sommes même pas conscients de leur existence ». [4]

Il existe actuellement des forces agissant sur la conscience humaine et produisant une grande pression.

Nous avons besoin d’un exutoire pour cette pression, avant qu’elle n’implose/explose dans nos sociétés de manière inconfortable et désagréable. Il y a maintenant une contestation de forces si visibles qu’elles ne peuvent plus être niées par l’individu conscient (ou éveillé). En même temps, une grande force évolutive (de développement) pousse dans le domaine terrestre, et il y a une immense résistance à cela. Cela rend la lutte – la contestation des forces – plus aiguë, plus violente et plus définitive.

Pourtant, cette visibilité même des contre-forces sur la scène du monde physique est un signe important pour nous – elle montre leur état de désespoir de sortir de l’ombre de cette manière. Cela ouvre une importante voie de réalisation pour le reste d’entre nous – et des possibilités aussi. Même si la transformation individuelle est à petite échelle, il y a maintenant l’opportunité d’une élévation générale au sein de l’humanité collective. Et c’est cette élévation générale qui inaugurera les potentiels et les conditions d’émergence d’un nouveau monde. Encore une fois, comme le dit Bennett:

Si un nouveau monde doit venir, nous devons d’abord le créer en nous-mêmes. Vous vous demandez peut-être comment le travail de quelques personnes peut changer le monde. Il en a toujours été ainsi. Les idées sont puissantes, pas les organisations. Rien ne peut être fait par la force extérieure ; tout peut être fait par la force intérieure. [5]

Nous sommes arrivés à une heure exceptionnelle, un moment privilégié pour l’expansion de la conscience et de la perception humaines, si seulement nous pouvons contourner ces forces d’entrave. Ce dont nous avons besoin maintenant, c’est d’une certitude intérieure et d’exercer un discernement – ​​en particulier lorsque nous sommes ouverts aux forces de vibration de masse.

Les forces de vibration de masse

La masse présente une résonance différente de celle de l’individu. Lorsqu’il fait partie d’un groupe ou d’une foule, un individu adopte invariablement les traits, les pensées et les humeurs des autres. De cette manière, l’individu peut être intérieurement pollué et corrompu par des forces dont il n’est pas conscient. Il est important d’être conscient de la personne avec qui nous choisissons d’être, de nous mêler, car chaque personne est un point de réception/transmission, et nous nous alignons vibratoirement (en résonance) avec ceux dont nous sommes physiquement proches.

C’est pourquoi la foule peut être psychologiquement et comportementalement dangereuse. Et c’est aussi pourquoi on nous conseille de bien choisir nos amis ; on peut dire beaucoup de choses sur une personne en fonction de ses amis et associés. Il serait bon de se souvenir qu’« on attrape la contagion constante de tous les désirs, de tous les mouvements inférieurs, de toutes les petites réactions obscures,[6]

La vie est un jeu continuel de forces, une alchimie continue dans laquelle une personne absorbe constamment divers types de vibrations qui peuvent contenir tous les types de dissonance possibles.

En cela, la tâche de la personne consciente et consciente est de transmuter ces forces dissonantes afin que leur action et leur influence soient désactivées. Nous pouvons le faire en mettant à la terreles vibrations. Disons que quelque chose, un événement, une personne ou un commentaire nous a causé de la frustration. On s’abstient d’y répondre en faisant une pause intérieure, un recul intérieur, et on constate le malaise. Cet « élément » est traité comme un objet observable avec une vie propre – c’est une forme d’énergie. Et il faut lui permettre de se dissiper plutôt que de trouver une source d’énergie à laquelle s’accrocher (c’est-à-dire soi-même). En cela, la forme d’énergie (l’« élément ») doit être ancrée dans une physicalité neutre – tout comme l’électricité ou la foudre doivent être ancrées ou « mises à la terre ».

De même, nous enterrons l’énergie dissonante en visualisant son transfert dans le sol sous nous (peu importe que vous soyez assis ou debout). De cette façon, la vibration d’énergie dissonante est transmutée. Cette action est l’œuvre de la conscience perceptive et ne doit pas être considérée comme quelque chose de « spirituel ». Au contraire, cela fait partie de la tâche de l’être humain durant son séjour à travers la vie physique de transmuter les énergies.

C’est par la présence d’individus conscients que, selon la Mère (collaboratrice spirituelle de Sri Aurobindo), un « minimum d’harmonie générale » peut s’accomplir :

Cette présence, cette lumière spirituelle – qu’on pourrait presque appeler une conscience spirituelle – est en chaque être et en toute chose, et à cause d’elle, malgré toute discordance, toute passion, toute violence, il y a un minimum d’harmonie générale qui permet Le travail de la nature à accomplir. [7]

C’est par un tel Travail que nous devenons conscients de l’intervention de forces, d’impulsions et d’influences qui ne sont pas visibles à nos états de conscience ordinaires et qui cherchent à affecter les circonstances physiques de la vie.

Les forces de dissonance vibratoire de masse sont exceptionnellement intenses en ces temps actuels.

On peut dire que l’humanité a atteint un état particulier de tension générale. De telles « forces d’entrave » prendraient plaisir à créer des divisions en divisant les amitiés et les alliances sociales. Certaines divisions, cependant, sont appelées à se produire, car ce sont les pannes des systèmes externes dysfonctionnels qui perpétuent les fractures dans nos sociétés. Ce sont des systèmes tels que la politique, l’économie et la confiance sociale.

On peut s’attendre à ce que des fissures apparaissent dans ces systèmes pour que « le travail de la Nature » fonctionne. Pourtant, nous ne pouvons pas permettre à ces fractures de désactiver l’esprit humain – ou d’engourdir les forces de la conscience spirituelle qui agissent à travers nous.

Comme l’a déclaré la Mère dans la citation d’ouverture de cet essai, la vie est principalement inondée de vibrations de désordre et de mensonge, dans lequel « des vibrations de Vérité et d’Harmonie viennent des régions supérieures et se frayent un chemin à travers la résistance ».

Nous sommes chargés, en ces temps, d’assister ces ‘vibrations de Vérité et d’Harmonie’ et de les aider à se frayer un chemin à travers la résistance.

Et en cela, nous nous alignons sur la poursuite du travail alchimique en aidant à la transmutation de la dissonance (le plomb) en forces constructives (l’or).

Et en faisant cela, nous aiderons également à la transmutation alchimique du grand trésor de la pierre philosophale – nous nous alignons sur la poursuite du travail alchimique en aidant à la transmutation de la dissonance (le plomb) en forces constructives (l’or).

Et en faisant cela, nous aiderons également à la transmutation alchimique du grand trésor de la pierre philosophale – nous nous alignons sur la poursuite du travail alchimique en aidant à la transmutation de la dissonance (le plomb) en forces constructives (l’or).

Et en faisant cela, nous aiderons également à la transmutation alchimique du grand trésor de la pierre philosophale -nous-mêmes .

Notes :

  • [1] Forces Cachées de la Vie : Sélections des Œuvres de Sri Aurobindo et de la Mère (Lotus Press, 1999), p6
  • [2] PD Ouspensky, À la recherche du miraculeux : Fragments d’un enseignement inconnu (New York : Harcourt Brace and World, 1949), 122-23
  • [3] Bennett, JG 1989. Y a-t-il de la « vie » sur Terre ? – Une introduction à Gurdjieff . Santa Fe, Nouveau-Mexique : Bennett Books, p31
  • [4] Forces Cachées de la Vie : Sélections des Œuvres de Sri Aurobindo et de la Mère (Lotus Press, 1999), p81
  • [5] Bennett, JG 1989. Y a-t-il de la « vie » sur Terre ? – Une introduction à Gurdjieff . Santa Fe, Nouveau-Mexique : Bennett Books, p32
  • [6] Forces cachées de la vie : Sélections des œuvres de Sri Aurobindo et de la Mère (Lotus Press, 1999), p185
  • [7] Forces Cachées de la Vie : Sélections des Œuvres de Sri Aurobindo et de la Mère (Lotus Press, 1999), p167

Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.


Aidez Elishean à survivre. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page