Après sept années d’intenses recherches, William Bramley a découvert le fil sinistre qui relie les événements les plus sombres de l’humanité, des guerres des anciens pharaons à l’assassinat de JFK. Dans cet ouvrage remarquable, choquant et absolument fascinant, Bramley présente des preuves troublantes d’une présence extraterrestre sur Terre – des visiteurs extraterrestres qui ont conspiré pour dominer l’humanité par la violence et le chaos depuis le début des temps… une conspiration qui se poursuit encore aujourd’hui.

8 – Le tablier de Melchisédek

De tous les rois bibliques, peu sont plus colorés ou légendaires que Salomon. Riche au-delà de l’imagination, sage au-delà des mots et esclavagiste hors pair, Salomon a surtout construit un magnifique complexe de bâtiments, dont un temple opulent fait de la pierre la plus fine et généreusement orné d’or. Dans la sphère politique, Salomon est entré dans l’histoire en rétablissant des liens longtemps rompus entre les Hébreux et l’Égypte. Non seulement Salomon était devenu conseiller du pharaon égyptien, Shishak Ier, mais il avait également épousé la fille du pharaon.



Pendant le temps qu’il a passé en Égypte, Salomon a suivi des cours de la Fraternité. De retour en Palestine, Salomon a érigé son célèbre temple pour abriter la Fraternité dans son propre pays. Naturellement, Jéhovah était le dieu principal du nouveau temple, bien que Salomon ait permis l’adoration d’autres dieux locaux tels que Baal, dieu masculin principal des Cananéens. Le temple de Salomon a été conçu sur le modèle du temple de la Fraternité à El Amarna, sauf que Salomon a omis les structures latérales qui avaient donné au temple d’El Amarna la forme d’une croix.

La construction du temple de Salomon n’était pas une mince affaire. Pour réaliser cette prouesse architecturale, Salomon a fait appel à des guildes spéciales de maçons pour concevoir ses bâtiments et superviser leur construction. Ces guildes spéciales étaient déjà des institutions importantes en Égypte, et leurs origines méritent d’être étudiées.

L’architecture est un art important qui façonne le paysage physique d’une société. On peut en savoir beaucoup sur l’état d’une civilisation en observant les bâtiments qu’elle érige. Par exemple, l’architecture de la Renaissance imitait l’architecture romaine classique par ses conceptions grandioses et ornées, indiquant une culture en pleine effervescence intellectuelle et artistique. L’architecture moderne tend à être efficace, mais stérile et déshumanisée, révélant une culture très affairiste, mais artistiquement stagnante. L’architecture nous indique quelle catégorie de personnes influence le plus une* culture. La Renaissance était dirigée par des penseurs et des artistes ; notre ère moderne est façonnée par des hommes d’affaires axés sur l’efficacité.

Dans l’Égypte ancienne, les ingénieurs, les dessinateurs et les maçons qui travaillaient sur les grands projets architecturaux bénéficiaient d’un statut particulier. Ils étaient organisés en guildes d’élite parrainées par la Fraternité d’Égypte. Ces guildes avaient une fonction à peu près similaire à celle d’un syndicat aujourd’hui. Comme les guildes étaient des organisations de la Confrérie, elles utilisaient de nombreux grades et titres de la Confrérie. Elles pratiquaient également une tradition mystique.

Des preuves de l’existence de ces guildes spéciales ont été découvertes par l’archéologue Petrie lors de ses expéditions dans le désert libyen en 1888 et 1889. Dans les ruines d’une ville construite vers 300 avant J.-C., l’expédition du Dr Petrie a mis au jour un certain nombre de papyrus. L’un d’eux décrivait une guilde qui tenait des réunions secrètes vers l’an 2000 avant J.-C. La guilde se réunissait pour discuter des heures de travail, des salaires et des règles du travail quotidien. Elle se réunissait dans une chapelle et venait en aide aux veuves, aux orphelins et aux travailleurs en détresse. Les fonctions organisationnelles décrites dans les papyri sont très similaires à celles de « gardien » et de « maître » dans une branche moderne de la confrérie qui a évolué à partir de ces guildes : la franc-maçonnerie.

Une autre référence aux guildes se trouve dans le Livre des morts égyptien, un ouvrage mystique datant d’environ 1591 avant J.-C. Le Livre des morts contient certaines des philosophies enseignées dans les écoles de mystères égyptiennes. Il cite le dieu Thot disant à un autre dieu, Osiris :

Je suis le grand Dieu dans le bateau divin ;. . . Je suis un simple prêtre dans le monde souterrain oignant [accomplissant des rituels sacrés] à Abydos [une ville égyptienne], m’élevant à des degrés supérieurs d’initiation ;…. Je suis Grand Maître des artisans qui ont mis en place l’arche sacrée pour un support*1.

« Grand Maître » est le titre le plus couramment utilisé par les organisations de la Fraternité pour désigner leurs principaux dirigeants. La citation ci-dessus est importante car elle indique que l’un des « dieux » gardiens de l’Égypte, qui se déplaçait dans une « barque » divine, était un chef de file de l’une de ces anciennes guildes. Il indique également que ce « dieu » était responsable de l’initiation des gens aux degrés supérieurs des enseignements mystiques de la Fraternité. Ceci est un témoignage supplémentaire du rôle direct que les gardiens étaient censés jouer dans la direction des affaires de la Confrérie corrompue.

Il est intéressant de noter que le Livre des Morts contient également une référence à la bataille entre les « dieux » gardiens au pouvoir et le « serpent » (la Fraternité originelle non corrompue). Dans les louanges chantées aux « dieux » égyptiens, nous lisons :


Ton ennemi, le Serpent, a été livré au feu. Sebua, le Serpent-fléau, est tombé tête baissée, ses pattes avant sont enchaînées, et ses pattes arrière ont été emportées par Ra. Les Fils de la Révolte ne se lèveront plus jamais.2

Les Égyptiens représentaient souvent leurs « dieux » avec des têtes ou des caractéristiques animales afin de symboliser des traits de caractère et des personnalités. Dans la citation ci-dessus, le Serpent est doté de quatre pattes. Plus tard, le serpent symbolisera les ténèbres, que le dieu du soleil, Râ, « vainc » chaque matin en faisant naître le nouveau jour. Cependant, avant l’invention de cette mythologie, le Serpent était un ennemi littéral des « dieux » au pouvoir. Certains des adeptes du Serpent étaient connus sous le nom de « Fils de la Révolte », qui se consacraient à la destruction du « dieu » gardien en chef et à l’établissement à sa place de la domination du « Serpent » (la Fraternité primitive non corrompue) sur la Terre.

Après la défaite et la corruption du « Serpent », il semble que les « Fils de la Révolte » se soient retournés et rebellés contre la Fraternité corrompue lorsque celle-ci a commencé à envoyer des conquérants depuis l’Égypte. Il ne fallut pas longtemps, cependant, pour que les groupes révolutionnaires soient réabsorbés dans les organisations corrompues de la Confrérie et commencent à contribuer aux conflits artificiels de la Confrérie, comme nous le verrons plus loin.

Les guildes de maçons de la Fraternité ont survécu à travers les siècles. Les membres des guildes étaient souvent des hommes libres, même dans les sociétés féodales, et étaient donc fréquemment appelés « maçons libres ». Les guildes de francs-maçons ont finalement donné naissance à la pratique mystique connue aujourd’hui sous le nom de « franc-maçonnerie ». Les francs-maçons mystiques sont devenus une émanation majeure de la Fraternité, qui allait prendre une grande importance politique plus tard dans l’histoire.

Alors que la connaissance spirituelle au sein de la Confrérie était remplacée dans l’Égypte ancienne par des allégories et des symboles incompréhensibles, les costumes sont devenus de plus en plus importants en raison de leur valeur symbolique. La pièce la plus visible et la plus importante du costume de cérémonie dans de nombreuses organisations de la Fraternité, y compris la franc-maçonnerie, a longtemps été le tablier.

Le tablier symbolique, qui se porte à la taille comme un tablier de cuisine, fournit un lien visuel étonnant entre les anciens « dieux » gardiens et le réseau de la Fraternité. De nombreux hiéroglyphes égyptiens représentent leurs « dieux » extraterrestres portant des tabliers. Les prêtres de l’Égypte ancienne portaient des tabliers similaires en signe d’allégeance aux « dieux » et comme insigne de leur autorité. Le Musée égyptien de San Jose, en Californie, expose une statuette égyptienne ancienne découverte dans une tombe à Abydos.

La statuette représente un prince égyptien tenant ses mains dans une posture rituelle que le Dr Lewis, de l’Ordre rosicrucien, décrit comme « familière à tous les membres des loges et chapitres rosicruciens ».3 Le tablier triangulaire porté par le prince est une caractéristique importante de la statuette. Le Musée égyptien pense que la statuette a été sculptée dès 3400 avant J.-C., pendant la première dynastie égyptienne. Si cette date est exacte, alors le symbole du tablier et l’un des rituels mystiques qui lui sont associés proviennent de cette période de l’histoire égyptienne où l’on disait que les « dieux » étaient si littéraux que des maisons meublées étaient construites et entretenues pour eux.

Les premiers tabliers de cérémonie semblent avoir été simples et sans ornement. Au fil du temps, des symboles mystiques et d’autres décorations ont été ajoutés. La modification la plus importante du tablier s’est produite sous le règne du puissant roi-prêtre cananéen Melchisédek, qui avait atteint un statut très élevé dans la Bible. Melchisédek présidait une branche d’élite de la Fraternité qui portait son nom : la Prêtrise de Melchisédek.

Vers 2200 avant J.-C., la Prêtrise de Melchisédek a commencé à fabriquer ses tabliers de cérémonie en peau d’agneau blanche. La peau d’agneau blanche a finalement été adoptée par les francs-maçons qui l’utilisent depuis lors pour leurs tabliers. Si les « dieux » gardiens et la Confrérie avaient limité leurs activités à l’ancien Moyen-Orient et à l’Égypte, le reste de l’histoire humaine aurait été bien différent et ce livre n’aurait jamais été écrit. Au lieu de cela, le réseau de la Fraternité a été étendu à tout l’hémisphère oriental par des missionnaires et des conquérants agressifs. L’une de leurs cibles fut l’Inde.

L’hindouisme était sur le point de naître.

9 – Dieux et Aryens

L’INDE : LA TERRE du mystère. C’est un endroit où les arts spirituels s’épanouissent et où les arts matériels s’étiolent. C’est un pays où presque toute vie est considérée comme sacrée, mais où des millions de personnes meurent de faim. Pour beaucoup de gens, la nation indienne et la religion de l’hindouisme semblent presque inséparables, comme si elles avaient été créées ensemble et qu’elles pouvaient mourir ensemble un jour.

Près de 85 % des 800 millions d’habitants de l’Inde adhèrent à la religion hindoue, mais l’Inde que nous avons appris à connaître et la plupart des religions qu’elle pratique aujourd’hui n’ont pas du tout été créées en Inde. Le système des castes, la majorité des dieux hindous, les rituels brahmaniques et la langue sanskrite ont tous été introduits et imposés au peuple indien par des envahisseurs étrangers il y a de nombreux siècles.

Quelque part entre 1500 avant J.-C. (l’époque de Thoutmosis en Égypte) et 1200 avant J.-C. (l’époque de Moïse), le sous-continent indien a été envahi depuis le nord-ouest par des tribus de personnes connues sous le nom d' »Aryens ». Les Aryens se sont imposés comme la nouvelle classe dirigeante de l’Inde et ont réduit les Indiens indigènes à un statut servile.

L’identité précise des Aryens et leur provenance exacte sont des questions encore débattues aujourd’hui. Les historiens ont généralement utilisé le mot « aryen » pour désigner les peuples qui parlaient les langues indo-européennes, dont l’anglais, l’allemand, le latin, le grec, le russe, le persan et le sanskrit. Le terme « aryen » a également une signification raciale plus étroite. Il a souvent été utilisé pour désigner la race humaine non sémite à la peau blanche.

Il existe de nombreuses théories sur l’origine des Aryens. Selon une hypothèse courante, les Aryens seraient originaires des steppes (plaines) de Russie. De là, ils auraient migré vers l’Europe et vers la Mésopotamie. D’autres pensent que les Aryens sont nés en Europe et ont migré vers l’est. Certains théoriciens, parfois pour des raisons racistes, prétendent que les Aryens étaient les fondateurs des anciennes civilisations mésopotamiennes et étaient donc les premiers peuples civilisés du monde.

Cette théorie a été promue pendant le brutal régime nazi de l’Allemagne pour soutenir son idée de « suprématie aryenne ». Les nazis ont même affirmé que les Aryens avaient été créés par des surhommes divins venus d’un autre monde. Une croyance similaire a été exprimée plus tôt dans l’histoire.

Lorsque le conquérant espagnol Pizarro a envahi l’Amérique du Sud en 1532, les indigènes sud-américains ont appelé les envahisseurs espagnols « Viracochas », ce qui signifie « maîtres blancs ». Les légendes indigènes d’Amérique du Sud racontaient qu’une race maîtresse d’hommes blancs immenses était venue des cieux des siècles auparavant. Selon ces légendes, ces « maîtres » avaient régné sur les villes d’Amérique du Sud avant de disparaître à nouveau en promettant de revenir. Les indigènes d’Amérique du Sud pensaient que les Espagnols étaient les Viracochas de retour et ils ont donc, dans un premier temps, laissé les Espagnols s’emparer sans résistance de l’or et des trésors des Américains.

Quelle que soit la véritable origine de la race aryenne, de nombreuses croyances religieuses et mystiques ont été exprimées à travers le monde sur la supériorité supposée de la race aryenne sur les autres races. Ces croyances sont parfois qualifiées d' »aryanisme ».

L’aryanisme est l’élévation des Aryens à la peau blanche au-dessus des autres races, basée sur la notion que les Aryens sont la race « choisie » ou « créée » de « Dieu » (ou des « dieux » gardiens), et que les Aryens sont donc spirituellement, socialement et génétiquement supérieurs à toutes les autres races. Compte tenu du but lamentable pour lequel l’humanité aurait été créée, l’aryanisme signifierait simplement que les Aryens sont, au mieux, des esclaves supérieurs. Il y a peu de gloire à cela. D’autres races, comme les Japonais, possèdent également des légendes similaires selon lesquelles ils seraient nés de « dieux » extraterrestres.

L’aryanisme doit être distingué de la simple fierté de l’héritage racial. Il est naturel pour les gens de se regrouper sur la base d’un héritage, d’intérêts ou d’une esthétique communs. Chacun de ces groupes a tendance à éprouver une certaine fierté pour ce qui le rassemble. C’est le cas des collectionneurs de timbres qui rejoignent une société philatélique ou des Noirs qui participent à un groupe de conscience noire. Les gens se regroupent sur la base de presque tout ce qu’ils trouvent mutuellement important ou agréable.

Il n’y a aucun mal à ce que les gens soient fiers de leur héritage racial. Le mal survient lorsque cette fierté se transforme en préjugés contre ceux qui ne partagent pas les mêmes caractéristiques. Après tout, la couleur de la peau est finalement superficielle. Lorsque nous reconnaissons les individus comme des êtres spirituels, les corps qu’ils animent ne sont pas plus importants que les voitures qu’ils conduisent.

Malgré cela, les distinctions raciales sont l’un des moyens les plus faciles de polariser les gens en factions. Le racisme a été l’un des outils les plus efficaces utilisés sur Terre pour maintenir les humains désunis. Le type d’aryanisme décrit ci-dessus a grandement contribué à cette polarisation et a beaucoup fait pour promouvoir les conflits raciaux incessants qui ont affligé l’humanité tout au long de l’histoire.

Toutes les organisations de la Fraternité n’avaient pas une tradition aryenne. Dans celles qui en avaient une, être aryen était considéré comme vital pour le rétablissement spirituel. Cette croyance a accéléré le matérialisme en transformant le besoin de survie spirituelle en une autre obsession du corps, cette fois-ci concernant la couleur de la peau. Le fait est que la couleur de la peau semble n’avoir aucune incidence sur les qualités spirituelles inhérentes d’une personne, ou sur sa capacité à atteindre le salut spirituel.

Les Aryens ont envahi l’Inde juste avant la création du monothéisme dans la Fraternité, mais à une époque où la Fraternité avait déjà commencé à envoyer des missionnaires – et des conquérants. En Inde, les conquérants aryens ont établi un système religieux et féodal complexe connu aujourd’hui sous le nom d' »hindouisme ».

L’hindouisme s’est avéré être une autre branche du réseau de la Fraternité. Certaines organisations de la Confrérie au Moyen-Orient et en Égypte entretenaient des liens étroits avec les dirigeants aryens en Inde et envoyaient fréquemment des étudiants se faire éduquer par eux. En raison de l’invasion aryenne, l’Inde est devenue un centre mondial important de l’activité du réseau de la Fraternité et le demeure aujourd’hui.


Les dirigeants aryens de l’Inde prétendaient obéir au même type de « dieux » gardiens de l’ère spatiale que l’on trouve en Mésopotamie et en Égypte. Beaucoup des « dieux » de type humain vénérés par les Aryens étaient appelés « Asura ». On trouve des hymnes et des dévotions aux Asuras dans une grande collection d’écrits hindous connus sous le nom de Vedas. De nombreuses descriptions védiques des Asuras sont intrigantes. Par exemple, l’hymne à Vata, dieu du vent, décrit un « char » dans lequel le dieu voyage. Ce « char » présente une similitude remarquable avec les descriptions de Jéhovah dans l’Ancien Testament. Les quatre premières lignes de l’hymne déclarent :

Maintenant, la grandeur du char de Vat !

Il s’élance, et son bruit est tonitruant.

Jusqu’au ciel il touche,

Fait la lumière luride [une lueur rouge et ardente], et tourbillonne la poussière sur la terre.

Le reste de l’hymne décrit le vent d’une manière très littérale et reconnaissable. Les quatre lignes citées ci-dessus semblent toutefois décrire un véhicule qui se déplace rapidement dans le ciel, fait un bruit de tonnerre, émet une lumière ardente et fait tourbillonner la poussière sur le sol, c’est-à-dire une fusée ou un avion à réaction.

D’autres traductions remarquables des Vedas ont été publiées par l’International Society for Krishna Consciousness (ISKC), une secte hindoue mondiale fondée en 1965 par un homme d’affaires indien à la retraite et consacrée à la divinité hindoue Krishna. Les traductions de l’ISKC décrivent d’anciens « dieux » hindous et leurs rois serviteurs humains voyageant dans des vaisseaux spatiaux, se livrant à des guerres interplanétaires et tirant des armes qui émettent de puissants faisceaux de lumière. Par exemple, dans le Srimad Bhagavatam, Sixième Canto, Partie 3, nous lisons :

Un jour, alors que le roi Chitraketu voyageait dans l’espace à bord d’un avion brillant que lui avait donné le seigneur Vishnu [le principal dieu hindou], il vit le seigneur Siva [un autre dieu hindou]….

Le Srimad Bhagavatam parle d’une race de « démons » qui avait envahi trois systèmes planétaires. Le dieu hindou Siva, qui s’opposait aux démons, possédait une arme puissante qu’il tirait sur les dirigeables ennemis depuis son propre vaisseau :

Les flèches libérées par le seigneur Siva apparaissaient comme des faisceaux ardents émanant du globe solaire et recouvraient les trois aéroplanes résidentiels, qui ne pouvaient alors plus être vus2.

Si elles sont exactes, ces traductions et d’autres traductions des Vedas nous donnent des « dieux » semblables à des humains, il y a des siècles, qui se promenaient dans des vaisseaux spatiaux vrombissants, participaient à des combats aériens et possédaient des armes à rayons mortelles.

Comme en Mésopotamie et en Égypte, de nombreux dieux hindous étaient des fabrications évidentes et les « dieux » apparemment réels avaient une énorme mythologie tissée autour d’eux. Derrière les fictions flagrantes, cependant, nous trouvons des indices importants sur le caractère des dirigeants de l’humanité. Les écrits hindous indiquent que des personnes de races et de personnalités diverses composaient la société gardienne, tout comme la société humaine.

Par exemple, certains « dieux » étaient représentés avec la peau bleue. D’autres affichaient une attitude plus douce et plus bienveillante envers les êtres humains que d’autres. Cependant, au moment de l’invasion aryenne, les oppresseurs étaient clairement les dominants. Cela était évident dans le système social imposé à l’Inde par les Aryens.

Ce système était indubitablement conçu pour créer un esclavage spirituel humain. Comme ailleurs, cet asservissement a été partiellement accompli en donnant aux vérités spirituelles une fausse tournure. Le résultat en Inde a été une institution féodale connue sous le nom de système des « castes ».

Le système de castes aryen stipule que chaque personne naît dans la classe sociale et professionnelle (caste) de son père. Un individu ne peut jamais quitter cette caste, quels que soient son talent ou sa personnalité. Chaque strate a ses propres métiers, coutumes et rituels. Les membres de la caste la plus basse, que l’on appelle les « parias » ou « intouchables », effectuent généralement des travaux subalternes et vivent dans une pauvreté abjecte. Les intouchables sont évités par les classes supérieures.

Les castes les plus élevées sont les dirigeants et les prêtres brahmanes. Pendant l’invasion aryenne, et pendant longtemps par la suite, les castes les plus élevées étaient composées, naturellement, des Aryens eux-mêmes. Le système des castes est encore pratiqué en Inde aujourd’hui, bien qu’il ne soit plus aussi rigide qu’autrefois et que le sort des intouchables ait été quelque peu allégé. Dans le nord et dans certaines parties de l’ouest de l’Inde, les Indiens à la peau plus claire qui descendent des premiers envahisseurs aryens continuent de dominer les castes supérieures.

La force et les pressions économiques ont été les premiers outils utilisés par les envahisseurs aryens pour préserver le système des castes. Au 6e siècle avant J.-C., les croyances religieuses déformées sont apparues comme un troisième outil important.

La religion hindoue contient la vérité selon laquelle un être spirituel ne périt pas avec son corps. L’hindouisme enseigne qu’à la mort du corps, un être spirituel va généralement chercher et animer un nouveau corps. Ce processus est souvent appelé « réincarnation » et donne lieu au phénomène des « vies antérieures ». De nombreuses personnes sont capables de se souvenir de « vies antérieures », parfois avec des détails remarquables.

Les preuves accumulées par la recherche moderne sur le phénomène des « vies antérieures » indiquent que des facteurs hautement aléatoires déterminent généralement le nouveau corps que prend un être spirituel. Ces facteurs peuvent inclure l’endroit où se trouve la personne au moment de sa mort et la proximité de nouveaux corps (grossesses). Le fait qu’une personne choisisse un corps masculin ou féminin peut dépendre de son degré de bonheur dans la vie qu’elle vient de terminer. En raison de ces variables, la prise d’un nouveau corps par un être spirituel est une activité largement aléatoire et imprévisible dans laquelle le pur hasard joue souvent un rôle.


La religion aryenne a déformé la compréhension de ce processus simple en enseignant l’idée erronée que la renaissance (« réincarnation ») est régie par une loi universelle inaltérable qui dicte que chaque renaissance est un pas évolutif vers ou loin de la perfection spirituelle et de la libération. On disait que chaque caste hindoue était une marche de cet escalier cosmique. Si les gens se comportaient conformément aux lois et aux devoirs de leur caste, on leur disait qu’ils passeraient à la caste supérieure lors de leur prochaine renaissance. S’ils manquaient à leurs devoirs, ils naîtraient dans une strate inférieure.

La perfection spirituelle et la liberté n’étaient atteintes que lorsqu’une personne atteignait finalement la caste la plus élevée : les brahmanes. À l’inverse, la caste dans laquelle naissait une personne était considérée comme une indication de son développement spirituel, ce qui justifiait à lui seul le traitement qu’elle recevait.

L’objectif de ces enseignements est clair. Le système des castes était conçu pour créer un ordre social féodal rigide, semblable à celui créé en Égypte sous les pharaons, mais porté à un niveau encore plus extrême en Inde.

Les croyances hindoues en matière de réincarnation ont atteint deux autres objectifs de la Garde. L’hindouisme soulignait que l’obéissance était le principal ingrédient permettant d’accéder à la caste suivante. En même temps, les croyances aryennes décourageaient les gens de faire des tentatives pragmatiques de rétablissement spirituel.

Le mythe de l’évolution spirituelle par le biais d’un système de castes cachait la réalité, à savoir que le rétablissement spirituel s’opère très probablement de la même manière que presque toutes les améliorations personnelles : par un effort personnel conscient, et non par les machinations d’une échelle cosmique fictive.

Le symbolisme avait un rôle limité, mais important, dans l’hindouisme. L’un des emblèmes mystiques les plus importants de l’hindouisme est la svastika – le symbole de la « croix brisée » que la plupart des gens associent au nazisme. Le svastika est un emblème très ancien. Il est apparu à de nombreuses reprises dans l’histoire, généralement en relation avec le mysticisme de la Fraternité et dans des sociétés vénérant des « dieux » gardiens.

Bien que son origine exacte soit inconnue, le svastika apparaissait déjà dans l’ancienne Mésopotamie. Certains historiens pensent que le svastika aurait également existé en Inde avant l’invasion aryenne. C’est possible car plusieurs villes indiennes pré-aryennes étaient engagées dans le commerce avec d’autres parties du monde, y compris la Mésopotamie. Quelle que soit son origine, après l’invasion de l’Inde par les Aryens, le svastika est devenu un symbole important de l’hindouisme et de l’aryanisme.

Quant à la signification du svastika, on découvre que le svastika était un symbole de chance ou de bonne fortune. Il est donc ironique que presque toutes les sociétés qui l’ont utilisé aient subi des malheurs plutôt calamiteux. Une étude intrigante sur le svastika a été publiée en 1901 dans les Archaeological and Ethnological Papers du Peabody Museum.

Selon l’auteur, Zelia Nuttall, le svastika était probablement lié à l’observation des étoiles. Mme Nuttall souligne que le svastika est apparu dans des civilisations ayant une science développée de l’astronomie et qu’il a été associé à la création de calendriers dans certaines civilisations américaines anciennes. À la page 18 de son article, l’auteur déclare :

Les positions combinées à minuit de l’Ursa Major et de l’Ursa Minor [deux constellations visibles depuis la Terre, généralement appelées respectivement « Grande Ourse » et « Petite Ourse »], aux quatre divisions de l’année, donnaient des svastikas symétriques, dont les formes étaient identiques aux différents types de svastika ou de symboles de croix … qui nous sont parvenus depuis une lointaine antiquité. …

En raison de l’association fréquente du svastika avec les « dieux » gardiens, il se peut qu’il ait commencé comme un symbole représentant la civilisation d’origine des maîtres gardiens de la Terre, quelque part dans la Grande ou la Petite Ourse.

L’hindouisme est une religion curieuse à bien des égards. Il a tendance à absorber et à incorporer presque toutes les nouvelles idées religieuses qui lui sont imposées, mais sans rejeter les anciennes. C’est pourquoi l’hindouisme d’aujourd’hui est en fait un méli-mélo de plusieurs grandes religions qui ont déferlé sur l’Inde dans le passé, comme la religion aryenne qui prédomine toujours, et le bouddhisme et le mahométanisme qui sont tous deux arrivés plus tard. Il existe des preuves qu’une tradition de sagesse existait en Inde bien avant l’invasion aryenne et que cette tradition constitue également une partie des Vedas.

Les dieux violents, les pratiques mystiques étranges et le féodalisme oppressif des Aryens ne sont pas restés incontestés. Dans l’histoire biblique d’Adam et Eve, nous avons noté la tentative des premiers Homo sapiens d’obtenir les connaissances dont ils avaient besoin pour échapper à leur asservissement. Au septième siècle avant Jésus-Christ, une autre tentative a été faite. Un mouvement populaire non violent est apparu en Inde pour contester le système aryen. Ce mouvement fut l’un des rares efforts majeurs de l’être humain pour remplacer les religions tutélaires par des méthodes pratiques destinées à apporter la liberté spirituelle. Les dirigeants du nouveau mouvement voulaient remplacer le mysticisme confus et la foi aveugle par une approche réaliste du rétablissement spirituel enracinée dans des principes éprouvés, tout comme l’approche utilisée par la Fraternité originelle non corrompue.

Faute d’un meilleur terme, je qualifierai ce type de religion pragmatique de religion « franc-tireur » *. Les religions franc-tireurs sont celles qui ont rompu avec le dogme gardien et ont tenté une approche pratique ou scientifique du salut spirituel. Bien qu’aucune religion non-conformiste n’ait, dans le passé, permis un rétablissement spirituel à grande échelle, elles ont néanmoins maintenu l’espoir tout en indiquant peut-être quelques-unes des étapes nécessaires pour y parvenir. **Le terme « maverick » vient du vieil Ouest américain. Il désignait tout animal de pâturage, tel qu’une vache ou un cheval, qui ne portait pas la marque de son propriétaire.

Le mot lui-même vient du propriétaire de bétail texan Samuel Maverick (1803-1870) qui refusait de marquer ses veaux. Ces animaux non marqués étaient surnommés « Mavericks » et ceux qui étaient trouvés en liberté étaient considérés comme n’appartenant à personne. C’est de là qu’est née la définition que nous connaissons aujourd’hui : un franc-tireur est une personne ou une organisation qui n’appartient à personne et n’est pas marquée au fer rouge, mais qui agit de manière indépendante, généralement en rupture avec les conventions établies.

A suivre…

Lire tous les chapitre du livre : Les dieux de l’Éden


Que pensez-vous de cet article ? Inscrivez-vous et rejoignez la conversation


Merci à tous pour votre soutien.

Beaucoup d'entre vous sont avec moi, par le coeur et la pensée, et je vous transmet ma gratitude... Vous pouvez assurer la continuité de ce site de plusieurs manières... En partageant les articles que vous avez aimé... En achetant vos livres et vos produits préférés sur Amazon via ce site... En faisant un don sécurisé sur Paypal... Ou les trois en même temps... Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...


Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci








Elishean777 : Communauté pour un Nouveau Monde © elishean/2009-2021

Tags:

0 Commentaires

Laisser une réponse

Imaginer un Nouveau Monde © Elishean 2009 - 2021

CONTACT

Vous pouvez nous envoyer un e-mail et nous vous répondrons dès que possible.

En cours d’envoi
ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

%d blogueurs aiment cette page :