Transhumanisme

L’ère du transhumanisme est-elle déjà là?

par Mary Harrington

Quand on parle de transhumanisme, la tentation est de le dépeindre comme un futur possible (ou effrayant), mais en tout cas qui n’est pas encore vraiment advenu. Un autre point sur lequel j’espère qu’Elise et moi sommes d’accord, c’est que ce n’est pas la bonne façon de voir les choses. Le transhumanisme est déjà là.

En fait, il est si bien établi qu’il est sans doute inutile de débattre de ses avantages et de ses inconvénients. Alors : félicitations, Elise. Votre camp a déjà gagné. Fin du débat, on peut tous aller boire un verre.

Je plaisante, bien sûr. Il y a beaucoup à dire ! Et surtout, ce que nous pouvons déduire de la façon dont l’ère transhumaniste se déroule jusqu’à présent.


Cette ère a commencé au milieu du XXe siècle, avec une innovation biomédicale qui a radicalement changé ce que c’est que d’être un humain, dans l’ordre social humain : la technologie de la reproduction.

La pilule a été la première technologie transhumaniste : elle n’a pas cherché à réparer quelque chose qui n’allait pas avec la physiologie humaine « normale » – dans le sens amélioré de la médecine jusque-là – mais elle a plutôt introduit un tout nouveau paradigme. Il a entrepris d’interrompre la normale dans l’intérêt de la liberté individuelle.

À un moment donné dans Future Superhuman, Elise note que les femmes transhumanistes déclarent être plus rares que les hommes. Elle postule (je paraphrase) que c’est parce que les hommes sont généralement des penseurs systémiques plus abstraits.

Mais je dirais qu’au contraire, la raison pour laquelle les femmes transhumanistes semblent si rares est qu’elles sont si courantes qu’elles ne sont pas empêchées comme transhumanistes.


Presque toutes les femmes adultes du monde ont développé ont implicitement accepté la croyance selon laquelle la pleine personnalité féminine adulte dépend structurellement des technologies qui interrompent la fertilité féminine normale. Et selon la définition avec laquelle j’ai commencé, cela fait presque toutes les femmes adultes du monde développé des transhumanistes.

Alors, comment se passe l’ère transhumaniste? La pilule a été légalisée en 1960 en Amérique et en 1961 en Grande-Bretagne. Nous avons donc plus de six décennies de données sur la façon dont la pratique transhumaniste se compare à la théorie transhumaniste.

Ce que je suggère que nous puissions déduire de l’histoire jusqu’à présent dans ce cas, c’est qu’essayer de réorganiser notre physiologie – notre nature, si vous voulez – dans l’intérêt de la liberté, du progrès ou de tout autre nom que vous donnez à l’utopie ne donne rien cette utopie.

Ou plutôt, c’est le cas, en quelque sorte. Mais cette utopie arrive de manière asymétrique, selon où l’on se situe dans la hiérarchie socio-économique. Et là où la technologie est utilisée pour nous « libérer » du genre de données – comme la fertilité féminine normale – qui étaient auparavant gérées, de manière pragmatique, par des normes sociales ou juridiques, ce qui la remplace n’est pas une « personne » humaine libre de la « nature ». », mais un marché dans lequel cette « nature » devient un ensemble de problèmes d’offre et de demande.

Dans le cas du sexe, la révolution transhumaniste de la pilule n’a pas été fournie (comme l’imaginait la féministe Shulamith Firestone) une libération polymorphe de la sexualité humaine. Ou alors, mais sous le signe du commerce. Nous avons eu le soi-disant « marché sexuel » dans lequel les asymétries normatives dans les préférences d’accouplement des hommes et des femmes réapparaissent sous forme de dessins animés, en tant qu’opportunités de marché ou en tant que faiblesses stratégiques à exploiter dans un concours pour un gain de personnel. Ou, plus simplement, comme des marchandises à acheter, vendre ou exploiter.

Pendant ce temps, si ceux qui se trouvent au sommet de la chaîne alimentaire sont relativement bien placés pour prospérer sur ce « marché », ceux qui se trouvent au bas de l’échelle – les personnes pauvres, racialisées, victimes de la traite ou autrement vulnérables, en particulier les femmes – sont beaucoup plus susceptibles de devenir elles-mêmes des marchandises. .

Je dirais en outre que la même logique sera probablement valable pour toute autre limite incarnée que vous détruisez via la biotechnologie. Je prédis que si nous trouvions un « remède » contre le vieillissement, il ne serait pas universellement disponible. Il sera d’un coût prohibitif et servira principalement d’outil pour optimiser la richesse et le pouvoir.

Peut-être faudra-t-il prélever des tissus sur d’autres. L’industrie de la fertilité a déjà un marché florissant pour les gamètes ou les « services de reproduction » ou la localisation de l’utérus de quelqu’un d’autre. Mais jusqu’à présent, ce ne sont pas les gens riches et bien connectés qui se vendent de cette façon. Des recherches sont déjà en cours sur les transfusions sanguines comme traitement anti-âge, et vous pouvez être sûr que si elles fleurissent, ce ne sera pas non plus les richesses qui vendront leur plasma.

Il faudrait être extrêmement optimiste pour penser que nous pouvons commercialiser allègrement des pans toujours plus grands de notre moi incarné sans ouvrir de nouvelles perspectives pour l’asymétrie et l’exploitation des classes. Et cela n’a aucun sens de prétendre que nous resterons bien protégés contre de tels risques par des garanties morales. Parce que le transhumanisme lui-même exige un assaut total contre l’anthropologie humaniste qui sous-tend ces garanties morales.

Vous ne pouvez pas avoir de transhumanisme sans rejeter l’humanisme. Et si les gens ne sont que des « sacs à viande au cerveau de singe » comme le décrit Elise, ayant un besoin urgent d’amélioration, quelle raison nous a-t-on opposé à un marché d’organes humains ? Ous infanticide ? Ou génétiquement modifié les masses pour qu’elles soient plus dociles ? Tout cela n’est répulsif qu’à l’encontre d’une anthropologie humaniste.

Donc, si vous attaquez cette anthropologie au nom de valeurs humanistes (telles que la liberté, la gentillesse ou des vies vécues dans une plus grande dignité), je soutiens que votre projet a peu de chances de se dérouler comme vous l’espérez.

En somme, donc. Nous sommes déjà bien entrés dans l’ère transhumaniste. Mais l’histoire jusqu’à présent suggère que loin de livrer l’utopie, ce qu’elle livre surtout est une marchandisation du corps humain qui profite de manière disproportionnée à ceux qui ont déjà le pouvoir et les privilèges.

Je ne pense pas qu’on puisse remettre ça dans sa boîte. Mais à mes yeux, la réponse appropriée à cette époque n’est pas une accélération mais une double résistance. D’abord en conservant une anthropologie humaniste, au mépris de tous ceux qui scient actuellement la branche sur laquelle nous sommes assis. Et deuxièmement, en montant une défense vigoureuse de ceux qui n’ont pas de pouvoir, maintenant de plus en plus à la pointe de la politique de classe non reconnue de la biotechnologie. Merci.

Source Technocracy News Mar 2023


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 96 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page